Navigation – Plan du site
Partie 1 - L’articulation du fait minoritaire à l’État-nation

La minorité grecque d’Albanie : survivance de l’hellénisme ou produit de la construction étatique albanaise ?

Renaud Dorlhiac
p. 59-78

Texte intégral

  • 1  Élaborée en soutien au dossier de demande d’admission, la « déclaration concernant la protection d (...)

1L’existence d’une problématique minoritaire grecque en Albanie remonte théoriquement à la fin des guerres balkaniques, en juillet 1913, moment où la conférence de Londres reconnut l’existence de cet État sur les décombres de l’Empire ottoman. En pratique, il fallut cependant attendre le début des années 1920 et la fin des occupations militaires française et italienne pour que cette problématique s’ancre réellement dans le paysage sociopolitique du jeune État et revête le caractère qu’on lui connaît encore de nos jours. De fait, l’intégration de l’Albanie dans la Société des Nations s’accompagne de la reconnaissance de minorités sur son territoire ainsi que des droits et obligations attachés à ce statut1. Sa perpétuation dans les régimes politiques pourtant très divers qui s’y sont succédé depuis reflète le caractère incontournable, si ce n’est nécessaire, de la reconnaissance d’une minorité grecque dans le pays. Comme souvent en tel cas, la question essentielle qui se pose porte sur les contours qui l’encadrent et qui la définissent.

2Ainsi que le montrent les douze années séparant le lancement des travaux de délimitation frontalière entre l’Albanie et la Grèce, en 1913, de leur conclusion en 1925, la difficulté à établir une ligne de partage claire entre populations chrétiennes orthodoxes, majoritaires dans le sud du pays (qualifié d’« Épire du Nord » par les milieux irrédentistes grecs, et d’« Albanie du sud » par les nationalistes albanais), était présente dès la mise en place de l’État albanais. L’allégeance de cette population est pourtant fondamentale pour les deux États car elle cautionne leurs logiques nationales qui s’affrontent à leurs confins. D’une part, elle permet à la variante dominante du nationalisme albanais, autour de laquelle s’articule la construction étatique, de plaider en faveur d’une nation albanaise multiconfessionnelle (aux côtés de ses composantes catholiques et musulmanes). À l’opposé, elle valide l’aspiration grecque à englober dans un même territoire l’ensemble des populations chrétiennes orthodoxes hellénisées à sa périphérie.

3La rapide résurgence de la question minoritaire grecque au début des années 1990, à la chute du régime totalitaire, montre que l’enracinement des deux identités nationales grecque et albanaise dans la région (encore balbutiantes au début du xxe siècle) est plus fragile qu’il n’y paraît. Cerner au plus près la minorité grecque d’Albanie, les critères qui la définissent comme les dynamiques qui la parcourent, dans la période de relative libéralisation qui suit l’effondrement du système totalitaire, requiert de nous pencher sur le registre politique dans lequel s’inscrit son action, avant de le relier aux problématiques spécifiques qui entourent la coexistence des modèles nationaux albanais et grec. En dépit de motivations identiques (homogénéiser et rationnaliser des registres identitaires variés), ceux-ci demeurent fondamentalement différents dans leurs expressions, jouant alternativement (mais jamais simultanément) des registres ethnique ou culturel.

La minorité grecque d’Albanie : un acteur politique

  • 2  L’Albanie reconnaît également deux minorités linguistiques : les Roms et les Valaques.
  • 3  Transposée dans le corpus local en 2008, contrairement à la Charte des langues régionales que l’Al (...)
  • 4  Il est constitué de représentants des minorités ethniques et linguistiques officiellement reconnue (...)

4La communauté grecque est l’une des trois minorités ethniques officiel­lement reconnues en Albanie (avec les Macédoniens et les Serbo-Monténégrins)2. À ce titre, elle jouit de droits spécifiques qui, dans le cadre pluraliste et démocratique issu de la fin du communisme, résultent de dispositions internes, pour partie inspirées de normes internationales, telle que la convention-cadre du Conseil de l’Europe3. Pour autant, les représentants de la minorité grecque sont unanimes à dénoncer l’application purement formelle des mécanismes, voire leur iniquité, et appellent à leur mise en œuvre comme à leur amélioration. Tel est d’ailleurs le mandat du comité des Minorités, organe consultatif créé en 2004 afin d’éclairer le Premier ministre sur les dispositifs normatifs existant à l’étranger et susceptibles d’être transposés en droit interne, ainsi que d’émettre toute proposition pouvant aider à une meilleure intégration des populations concernées4. Son approche favorise les droits individuels (au détriment des droits collectifs) ; elle englobe l’ensemble des problématiques minoritaires, indépen­damment des canaux politiques qui les véhiculent. Mais l’expression de ses revendications pose non moins la question de la légitimité de ceux qui les formulent.

Formes et contraintes de l’engagement communautaire

5La légitimité entourant la représentation communautaire fait l’objet d’une compétition aigüe entre les différents organes présidant aux destinées de la minorité grecque d’Albanie. Leurs convergences de vues sur nombre de revendications ne sont pas exemptes de rivalités régionales ou politiques fortes. Les clivages qui parcourent cette communauté limitent en partie ses efforts de structuration et renforcent la volonté de chacun des acteurs de se positionner comme principal (voire unique) interlocuteur des autorités. En pratique, l’unité de façade, longtemps préservée, n’a pu l’être qu’au prix d’une coordination des différents courants plutôt que leur réelle intégration.

La vie associative

  • 5  Dhroviani, Haskovo, Zervat, Dhivri, Vlachogoranxi, Kaisarati.

6Les associations villageoises constituent l’élément organique de l’engagement minoritaire. Généralement dépourvu de vocation politique, l’engagement associatif prend souvent une tournure plus politique dès lors qu’il s’agrège à une action généraliste englobant les différentes dimensions des problématiques communautaires. C’est principalement le cas avec l’association Omonoia (Union démocratique de la minorité grecque) qui, comme son nom l’indique, se présente comme le porte-parole des citoyens albanais appar­tenant à la minorité grecque. Constituée le 11 janvier 1991, Omonoia fédère en fait une pléthore d’associations œuvrant dans les cadres locaux à subré­gionaux. Ainsi, les associations strictement villageoises5 côtoient d’autres entités comme l’Union des Himariotes (fondée en 1991 à Athènes par des repré­sentants des villages du littoral albanais) ou la Jeunesse nord-épirote (fondée en 2003 à Athènes) et le Forum nord-épirote (fondé à Athènes en 2005).

7Par ailleurs, il est frappant de constater à quel point l’engagement initial du début des années 1990, fortement local, s’est peu à peu mué en un effort important de mobilisation des mouvements diasporiques. L’article 11 des nouveaux statuts d’Omonoia (d’avril 2010) fixe même pour objectif :

8[…] « le développement des liens étroits et des coopérations multiples entre les membres de la minorité nationale grecque qui vivent de nos jours en Albanie, avec ses membres qui ont émigré, quelle qu’en soit l’époque, dans le but de réactiver le progrès du pays et leur retour. Pour une meilleure efficacité, elle [Omonoia] va créer des annexes en Grèce, Europe, Amérique » […].

9Le mouvement minoritaire grec d’Albanie rejoint ainsi les mouvances pan-épirotes que l’on retrouve tant en Grèce qu’en Europe occidentale, aux États-Unis ou en Australie.

La représentation politique

10Bien que l’association Omonoia n’ait jamais revendiqué le statut de parti, elle peut néanmoins être considérée comme le premier acteur politique engagé dans la question minoritaire grecque en Albanie. Alors que ses statuts de janvier 1991 n’envisageaient qu’un soutien aux forces politiques agissantes dans le cadre de la démocratisation du pays et du renforcement de l’état de droit, sa participation aux premières élections législatives pluralistes du 31 mars 1991 atteste d’une rapide politisation du mouvement. Le succès rencontré par Omonoia dans les zones minoritaires (où elle présenta uniquement ses propres listes) lui permit de remporter cinq sièges de députés (sur 250) et d’apparaître comme la troisième force politique du pays. Sans conteste, le vecteur ethnique était présent dès les premières manifestations d’expression politique de la minorité grecque.

  • 6  Le plus connu est probablement Leonard Solis, ancien ministre et directeur d’une clinique privée à (...)
  • 7  La préfecture de Lezha est la seule à ne pas avoir compté de candidats du PBDNJ.
  • 8  Quoique originaire de Palasa (premier village grécophone du littoral), l’ancien ministre des affai (...)

11Cependant, l’adoption en juillet 1991 d’une loi interdisant la formation de partis politiques sur une base religieuse, ethnique et régionale, modifia substantiellement les conditions de la représentation politique des intérêts de la minorité grecque. Dès lors, Omonoia se désengagea formellement de la sphère politique, s’effaçant devant le nouveau « Parti Union des Droits de l’Homme » (PBDNJ – KEAD), créé le 24 février 1992 afin de combler l’espace vacant en vue des élections législatives anticipées convoquées le 22 mars 1992, et présidé par Vangjel Dule. L’introduction d’un seuil électoral de 4 % (pour la portion des sièges attribués selon le mode proportionnel) entraîna une nette baisse de sa représentation (avec deux sièges de députés). Contrainte de s’adapter à la nouvelle donne, la représentation minoritaire prit, sous couvert de défense des droits et libertés fonda­mentales, un profil davantage pluraliste, en recherchant activement la coopération des autres minorités chrétiennes orthodoxes (Macédoniens, Serbo-Monténégrins et Valaques) et groupes sociaux vulnérables d’Albanie (Roms). Les albanophones ne sont pas non plus totalement absents d’un parti qui demeure essentiellement attaché à la défense et à la promotion de l’hellénisme6. D’ailleurs, la présentation par ce parti de candidats sur la quasi-totalité du territoire albanais (y compris les circonscriptions dépeuplées de populations chrétiennes orthodoxes et/ou grécophones7), lors des élections législatives de juin 2013, est symptomatique de cette approche. Le « Mouvement pour les Libertés et les Droits de l’Homme » (LDLNJ), formation politique mineure issue d’une scission du PBDNJ, joue lui aussi sur ce registre. Créé par des albanophones originaires de la région de Korça, et conduit par Ligor Karamelo, il accueille en son sein des représentants des minorités non grecques d’Albanie. Au-delà des stratégies évidentes de captation du pouvoir local, il peut légitimement être perçu comme une réponse aux enceintes faisant la part belle aux grécophones, d’autant plus que certains d’entre eux occupent d’importantes responsabilités dans la plupart des principaux partis politiques albanais (PS, PD, LSI,…). La difficulté en tel cas est d’évaluer la part que représentent les problématiques minoritaires dans leur engagement politique. Le panel est extrêmement large, certains d’entre eux jouant explicitement sur ce ressort, là où d’autres optent pour l’indifférence, si ce n’est le rejet8.

12En légalisant le recours des partis politiques à une terminologie ethnique (dès lors que celle-ci ne revêt pas une dimension nationale), le changement législatif intervenu en 2000 a ouvert la voie à des modes concurrents de représentation politique des intérêts de la minorité grecque. Malgré des débats animés en interne, celle-ci a longtemps hésité à saisir cette opportunité nouvelle. Dans une certaine mesure, la question n’a pas été réellement tranchée puisque la création en mars 2010 d’un parti jouant ouvertement la carte ethnique grecque, le parti Minorité ethnique grecque pour l’avenir (MEGA – EEMM), n’a pu advenir qu’au prix d’une scission au sein du PBDNJ et d’Omonoia.

  • 9  Les seules brèves interruptions eurent lieu lors des phases aiguës de tensions albano-grecques.
  • 10  Membre de la coalition au pouvoir depuis les élections de juin 2013, mais absent du gouvernement, (...)

13D’une façon générale, les lois électorales en Albanie influent fréquemment sur le positionnement des représentants de la minorité. Outre la loi susmentionnée de juillet 1991, qui proscrivait la mobilisation partisane sur une base ethnique, d’autres sont régulièrement accusées de procéder à des découpages électoraux arbitraires (compliquant la constitution de majorités dans les circonscriptions des zones minoritaires), de fragiliser la représentation minoritaire (en définissant des seuils électoraux impossibles à atteindre compte tenu de la dispersion du vote minoritaire) ou encore d’évincer ses représentants des commissions électorales. Quoique fondés en partie, ces reproches ne relèvent pas exclusivement d’une défiance envers toute forme d’expression minoritaire. Au contraire, l’association quasi-continue du PBDNJ, ou de MEGA, au travail gouvernemental, de 1992 à nos jours9, reflète le caractère incontournable de ce facteur pour les autorités albanaises. De telles pratiques s’inscrivent plutôt dans le cadre de la perpétuation d’un système électoral bipolaire où ces deux ténors redoublent d’ingéniosité pour marginaliser et fidéliser les autres formations politiques. La revendication par le PBDNJ de sièges parlementaires réservés pour les représentants des minorités est la conséquence d’innovations électorales permanentes qui le conduisent en pratique à chercher de plus en plus fréquemment le patronage de l’un des principaux partis (en l’occurrence le PS). D’une façon générale, la mainmise des principales formations sur la vie politique albanaise de ces vingt dernières années rend les autres partis tributaires de leur bon vouloir. Pour autant, cette vulnérabilité n’équivaut pas à une totale inféodation et les mouvements d’humeurs ou règlements de comptes sont monnaie courante10.

14Avec la fin du régime totalitaire, la question de la représentation des intérêts de la communauté grecque d’Albanie a fait l’objet d’une politisation croissante, notamment sous l’impulsion des gouvernements albanais et grec. Celle-ci a engendré une compétition aiguë entre des acteurs locaux ayant opté pour des stratégies différentes, en partie tributaires du cadre légal dans lequel elles s’inscrivent. Mais celles-ci balancent également entre deux approches alternatives d’un modèle national grec dont les deux pôles seraient constitués par un prisme culturel englobant (l’hellénisme) et un second, plus restrictif, centré sur la grécité (dans son acception ethnique). Il n’empêche qu’en dépit de ces différences, les deux puisent leurs arguments aux mêmes sources.

Les revendications

15Les documents et prises de positions éclairant les argumentaires et critères (culture, langue, religion) invoqués à l’appui des logiques nationales pour catégoriser cette population achoppent sur la fiabilité des chiffres disponibles. Beaucoup espéraient que le recensement d’octobre 2011 apporterait des données plus complètes et précises que ceux de 1988 (dernier à inclure le critère linguistique) et de la Seconde Guerre mondiale (dernier à mentionner la confession), respectivement revendiqués par les albanistes et la partie grecque. Mais, si la décision des autorités albanaises de rendre obligatoire la seule mention de la langue maternelle, tout en laissant facultatives les déclarations d’appartenances culturelles, ethniques et religieuses, échoue à donner des clefs de lecture consensuelles, il n’en reste pas moins possible d’identifier les principaux enjeux de cette compétition identitaire.

L’auto-identification

  • 11  MEGA étant même favorable à l’inclusion d’une déclaration portant sur l’« origine ».
  • 12  La minorité grecque procéda à un recensement clandestin à l’été 2012.
  • 13  Fondée en 2012, l’Alliance rouge et noire (aux couleurs du drapeau albanais) est un parti ultranat (...)
  • 14  Les Tchames sont une population musulmane albanophone expulsée de la partie grecque de l’Épire, de (...)

16La liberté de parole et d’expression est une revendication constante de la minorité grecque. La formulation initiale présente dans les statuts d’Omonoia de 1991 s’est faite plus précise avec le temps. Ceux de 2010 parlent expres­sément de droit à l’« autodétermination des peuples », tandis que ceux de MEGA mentionnent la liberté de conscience des minoritaires à être traités comme tels (ou non)11, reprenant en cela les termes de la convention-cadre du Conseil de l’Europe. Le refus des autorités albanaises d’accéder à cette revendication, notamment lors des divers recensements, conduit systématiquement les représentants de la minorité grecque à encourager leur boycott tout en organisant leurs propres décomptes officieux. Celui d’octobre 2011 n’échappa pas à la règle12, après que le gouvernement albanais ait été contraint, sous la pression nationaliste de l’Alliance Rouge et Noire13 et du parti tchame14, ­d’introduire des limitations aux déclarations portant sur la religion, la langue maternelle ou l’affiliation culturelle et ethnique.

La décentralisation

17Mais la quête d’auto-identification revêt aussi des aspects extrêmement pratiques, notamment en ce qui concerne la redéfinition de rapports de force locaux. Initialement absente des revendications de la communauté grecque, la décentralisation du pouvoir au profit des autorités locales est désormais une position commune à MEGA et à Omonoia. Son mémorandum de novembre 2008 appelle même à un changement de la loi-cadre albanaise afin de permettre la constitution d’une région englobant le « domaine vital » de la minorité grecque. La plupart de ses représentants voient dans l’actualisation des données concernant la minorité un moyen de mieux adapter les politiques locales aux besoins des populations, y compris en facilitant l’inclusion dans les différents échelons administratifs de ses membres. Leur absence est particulièrement déplorée dans certains secteurs sensibles tels que la police, la justice, l’éducation,… Dans ses variantes les plus offensives (comme chez MEGA), la quête de rééquilibrage local passe par l’introduction d’une clef ethnique, permettant la mise en œuvre d’une discrimination positive au profit de la communauté, selon son poids démographique.

La langue maternelle

  • 15  Le 7 août 2010, Aristotel Guma fut sauvagement assassiné à Himara par des jeunes Albanais de Vlora (...)

18Le libre usage de la langue maternelle est l’une des revendications récurrentes de la minorité grecque d’Albanie. Pour autant, cette requête recouvre des prétentions très variées, selon qu’elle porte sur la langue orale ou écrite, sur le domaine privé ou public. Naturellement, l’objectif des membres agissants de la minorité est de faire sortir la langue grecque du confinement, voire de la clandestinité, qui fut la sienne. Cet objectif est partagé aussi bien par Omonoia que par le PBDNJ et MEGA. Selon un schéma nationaliste ou pré-nationaliste classique, leur combat vise essentiellement à implanter le grec dans le paysage public et sous une forme écrite, afin de dépouiller cet idiome du « statut de langue étrangère » qu’il a dans le pays. Dans sa variante minimale, il s’agit de pouvoir utiliser librement le grec dans les lieux publics15. Celle-ci se double de plus en plus fréquemment d’une possibilité de recourir à cet idiome dans les relations avec les services publics, principalement à l’échelon local (mais sans restriction aux secteurs proprement minoritaires). Les revendications les plus audacieuses étendent cette requête à l’échelon central, allant jusqu’à évoquer une possible reconnaissance du grec comme seconde langue officielle du pays.

  • 16  Il n’est pas rare que la police aux frontières grecques refuse le passage à des ressortissants alb (...)

19D’une façon générale, les représentants de la minorité déplorent l’absence de place réservée au grec dans l’espace public et, notamment, dans les médias. L’octroi de créneaux radiotélévisés aux programmes minoritaires est une aspiration commune. L’accès aisé aux émissions et à la presse provenant de Grèce, ou encore l’existence de canaux de diffusion privés ne sont pas perçus comme suffisants. Des émissions en grec sont pourtant au programme de chaînes de télévision locales (ex : TV Saranda) et la minorité publie ses propres périodiques (Phoni tis Omonoias, Poli tou Notou, Saranda,…). La revendication de créer librement des organes de presse écrite ou visuelle témoigne implicitement d’un fort besoin de reconnaissance de la culture grecque et, plus encore, d’une crainte de son étiolement. Le souhait de pouvoir recourir aux inscriptions et signalisations bilingues au sein des municipalités relève du même principe. Le procès intenté au président d’Omonoia, Vasil Bolano, pour avoir remplacé dans sa commune d’Himara les panneaux de signalisation en albanais par des panneaux en grec, en décembre 2007, illustre les enjeux entourant la toponymie et révèle en outre un rapport symbolique très fort au terroir, creuset des traditions. Il est l’exact contrepoint des mesures d’albanisation des toponymes opérées par le régime communiste. La sensibilité de cette question constitue un irritant régulier dans la relation bilatérale albano-grecque, en particulier lorsqu’elle contrarie la circulation frontalière16. Afin de rendre le sujet moins conflictuel, les deux pays sont convenus, le 8 avril 2014, de recourir aux standards internationaux en vigueur à l’ONU ou dans d’autres enceintes.

L’enseignement

20La préservation de la langue grecque rejoint naturellement la question de la scolarisation. Bien que l’enseignement du grec ait été généralement préservé en Albanie (et ce, quel que fut le régime politique), l’encadrement étroit qui l’accompagne suscite d’évidentes frustrations, même si cet État semble avoir hésité sur la conduite à tenir à son égard. Alors que les premières années suivant la chute du régime communiste s’étaient traduites par un assouplis­sement sensible, le décret de septembre 1991 étendant l’enseignement en grec jusqu’à la fin de la scolarisation obligatoire, celui de septembre 1993 marqua un recul très net en ce qu’il réintroduisit l’enseignement en albanais pour ces mêmes classes (conjointement au grec). Surtout, ce texte aligne les programmes en grec sur les programmes en albanais, leur élaboration étant centralisée au niveau du ministère de l’Éducation (et de la maison d’édition des textes scolaires). Car ce n’est pas tant l’enseignement de la langue grecque qui s’avère problématique que le contenu des programmes. Dès 1991, Omonoia réclamait l’élargissement de l’enseignement obligatoire du grec tant pour permettre aux membres de la communauté de mieux « assimiler la langue maternelle » que pour les familiariser davantage avec « l’histoire de leur nation » (article 2.3). L’introduction de l’enseignement de l’histoire et de la culture grecques, dans une version acceptable pour les membres de la minorité, figurait également dans le mémorandum remis au printemps 1993 au président de la République d’Albanie (article 2.c). L’encouragement au développement de l’enseignement et des études en vue d’une meilleure connaissance de la culture, de l’histoire et de la langue grecque est également inclus dans le programme de MEGA.

21Loin de l’approche répressive du milieu des années 1990, l’État albanais s’efforce de canaliser ces évolutions plutôt que de s’y opposer frontalement. L’amélioration des relations bilatérales avec la Grèce, dès le milieu des années 1990, aboutit à la création d’une seconde chaire de grec dans le sud du pays (à Gjirokastër), parallèlement à celle de la capitale. De même, l’idée de textes communs semble faire son chemin, si l’on en croit l’accord passé entre ministères de l’Éducation, au mois de mars 2014, pour mettre en place un groupe d’experts chargé de revoir leurs contenus. Par ailleurs, l’enseignement privé en grec, jadis tabou en Albanie, s’est progressivement diffusé hors des zones de peuplement minoritaire. Trois écoles privées fonctionnent désormais à Tirana, Himara et Korça, alors que dans l’enseignement public celui-ci se cantonne aux zones de peuplement minoritaire et aux premières classes.

De la mémoire au territoire

  • 17  Celui de Boboshtica défraya la chronique à l’automne 2010. Son érection sur l’emplacement du cimet (...)
  • 18  Ce parti défend ouvertement un rattachement de l’« Épire du nord » à la Grèce. Il a ouvert sa prem (...)

22Qui plus est, les controverses entourant certains lieux de mémoire en Albanie ne sont pas exemptes de toute idée d’autochtonie. En effet, la cons­truction de deux cimetières militaires grecs pour les soldats tombés durant la guerre italo-grecque de 1939-1940 (à Bularat – dans le Dhropull grec – et à Kosina, aux abords de Këlcyra – dans une région musulmane et albanophone –), conformément à l’accord bilatéral conclu le 19 novembre 2008, de mémoriaux17, ou l’identification de lieux d’exhumation potentiels (une trentaine de sites répertoriés), visent à entretenir l’idée d’une présence grecque diffuse sur l’ensemble du territoire d’Albanie méridionale. Ces projets s’inscrivent en contrepoint du développement des études illyriennes, sous l’impulsion des autorités albanaises, perçu par la minorité comme une initiative aspirant à la déposséder d’un héritage culturel antique (présenté comme un continuum avec la Grèce contemporaine). Sans entrer dans un tel débat, forcément subjectif, on ne peut s’empêcher de constater que la compétition portant sur l’héritage byzantin et orthodoxe est l’un des nœuds gordiens de la relation complexe liant la minorité grecque à l’État albanais et à l’« Épire du nord ». Les incidents advenus à la fin du mois d’octobre 2012, à l’occasion de la participation de députés du parti grec néo-nazi « Aube dorée », aux commé­morations organisées dans les cimetières de Bularat et de Këlcyra18, sont révélateurs de la charge émotionnelle que recèle toujours cette question dans les imaginaires collectifs nationalistes.

La religion

  • 19  Au milieu des années 1970, le régime communiste avait interdit l’attribution aux nouveaux-nés de p (...)
  • 20  L’article 2.2 se contente de réclamer une meilleure reconnaissance et protection de la foi.
  • 21  L’archimandrite Chrysostome Maïdonis fut expulsé d’Albanie le 25 juin 1993 après avoir prêché en f (...)

23Cette compétition identitaire trouve son prolongement dans la place occupée par la religion orthodoxe en Albanie. Contrainte à un silence forcé sous un régime totalitaire proscrivant toute forme d’expression religieuse, jusque dans l’espace privé19, cette question a progressivement retrouvé toute son acuité avec l’abrogation, au printemps 1989, de l’article 37 de la Constitution de 1976 imposant l’athéisme d’État. L’attribution de noms traditionnels et prénoms baptismaux, et la possibilité d’en user librement en langue maternelle, ne révèle rien d’autre qu’un besoin de pouvoir affirmer ostensiblement son identité gréco-orthodoxe. Pourtant, la faible place accordée par les premiers statuts d’Omonoia aux questions confessionnelles constitue une indication de la laïcisation opérée en profondeur par le régime communiste20. Il fallut attendre quelques années pour que le retour des pratiques religieuses, la restitution des propriétés aux églises et autres établissements confessionnels, n’acquièrent à leur tour une dimension politique. Il n’est guère douteux que l’engagement de certains prélats orthodoxes auprès des mouvements irrédentistes grecs21 ou la nomination par le patriarcat œcuménique d’un ecclésiastique de nationalité grecque (Anastasios Janoulatos), à la tête de l’Église orthodoxe albanaise, le 24 juin 1992, ont ravivé des inquiétudes en partie irrationnelles mais touchant aux fondements du dogme de la nation albanaise multiconfessionnelle.

24De fait, le Mémorandum de mai 1993 adressé par Omonoia au Président de la République d’Albanie accorde cette fois-ci une place substantielle aux problématiques confessionnelles. Le droit pour la minorité grecque de pratiquer librement sa religion et de disposer du matériel dans la langue maternelle (bibles, périodiques,…), de recouvrir et de protéger ses lieux et objets de culte, de rétablir ses structures ecclésiastiques, de se voir garantir le droit d’être représentée dans la hiérarchie de l’Église orthodoxe albanaise et les communautés religieuses, de veiller à la formation des prélats dans les structures adéquates, témoignent sans ambages des préoccupations de la communauté orthodoxe au début des années 1990.

  • 22  À la mi-août 2013, des incidents violents eurent lieu dans la ville de Përmet après que les autori (...)

25Même si la religion orthodoxe est toujours présentée comme une composante essentielle de l’identité des minoritaires grecs, les formulations actuelles se sont très nettement assouplies. MEGA se contente de revendiquer la liberté d’expression de ses convictions religieuses, sous toutes ses formes (personnelle ou par le biais de création d’organisations ou associations confessionnelles), tandis que les nouveaux statuts d’Omonoia soutiennent l’action menée par l’Église orthodoxe pour spiritualiser à nouveau la population orthodoxe en construisant de nouvelles églises ou en obtenant la restitution des biens nationalisés (article 7). Ce dernier aspect peut s’avérer hautement conflictuel dans un État où cette question n’a jamais été entièrement résolue22.

26Sans surprise, les revendications exprimées par la minorité grecque portent sur des critères considérés comme inhérents à l’identité grecque : la langue, la religion, la mémoire, tous éléments relevant d’un véritable patrimoine immatériel qu’il convient de préserver à tout prix. Naturellement, les représentants de la minorité sont enclins à jouer alternativement de l’un ou de l’autre, quitte à les nuancer en fonction de leurs convictions ou de la stratégie adoptée. Ainsi, la maîtrise de la langue grecque pourra, selon que l’on s’adresse à des grécophones ou non, être présentée comme un élément constitutif de l’identité grecque ou comme un projet d’avenir.

27Pour autant, la défense de ces revendications n’est pas entièrement libre. Elle doit tenir compte d’une structuration et d’un fonctionnement de la vie politique albanaise constituant autant de contraintes incontournables dans leur promotion, et auxquelles il faut s’adapter continuellement depuis la chute du régime totalitaire. Si la très grande libéralisation des premiers mois s’effaça rapidement devant des approches guidées par des motivations nationalistes, l’apaisement des relations bilatérales avec la Grèce à compter de la seconde moitié des années 1990 et, plus encore, l’assurance acquise progressivement par l’Albanie tout au long des années 2000, permettent d’aborder ces questions de façon moins conflictuelle. Car de toute évidence, la minorité grecque s’inscrit dans des enjeux qui la dépassent.

La minorité grecque d’Albanie : acteur ou produit des antagonismes albano-grecs ?

28L’action menée par les représentants de la minorité grecque d’Albanie se déploie entre deux pôles extrêmes qui sont, d’une part, son extension idéale à l’ensemble de la population orthodoxe du pays, d’autre part, la crainte de son assimilation dans une identité albanaise occultant tout caractère considéré comme fondamental de la grécité. Si ces deux paramètres interagissent l’un avec l’autre, ils ne se placent toutefois pas sur un pied d’égalité dans la mesure où la Grèce dicte largement les données du problème et où la stratégie de l’Albanie, dès sa conception initiale, est marquée du sceau de la réaction.

Les relations de la minorité grecque à l’hellénisme et à la grécité

29La relation ambivalente de la minorité à l’hellénisme et à la grécité est probablement l’un des facteurs déterminants de son appréhension par la société albanaise. Les deux approches se combinent, même s’il est difficile, au-delà de l’époque récente, de périodiser une approche englobante, inspirée de l’hellénisme, d’une approche plus restrictive, centrée sur une identité nationale grecque principalement limitée à ses caractéristiques religieuses et linguistiques. À l’origine, la réactivation publique des aspirations identitaires des membres de la minorité mettait l’accent sur le rétablissement des liens avec la nation-mère et la nation grecque dans son ensemble. La référence à l’hellénisme se fit alors discrète : elle s’appliquait à un héritage culturel commun plus qu’à un projet politique.

30Initialement, la référence à l’hellénisme opérait comme un moyen de rappeler la dimension universaliste de ce modèle culturel et permettait, de ce fait, de dé-singulariser l’« Épire du nord » et la minorité grecque ainsi que s’emploie à le faire l’État albanais. Le nom d’Omonoia est en lui-même révélateur de cette dimension fédératrice. Plus subtilement, il est surtout le nom de la première association et organe de presse de la communauté grecque ayant vu le jour dans le cadre de l’Albanie indépendante, à la fin de la Première Guerre mondiale. L’héritage historique et symbolique du nom « Omonoia » est donc intimement lié à la question nord-épirote.

  • 23  D’intenses tractations eurent cours avec Omonoia dans les mois précédant l’officialisation de la s (...)

31La charge affective et la légitimité qui l’entoure justifient la compétition que se livrent le PBDNJ et MEGA pour être considérés comme son héritier politique naturel23. In fine, Omonoia choisit de rester fidèle au PBDNJ, décision ancrée dans ses nouveaux statuts d’avril 2010 stipulant que le PBDNJ la représente au Parlement albanais (article 20), tandis que le PBDNJ s’engage à soutenir ses nominations et candidatures proposées à tous les échelons des collectivités locales (article 21).

  • 24  Dans la mesure où le cas chypriote jouit d’un traitement spécifique.
  • 25  On peut notamment mentionner le Comité de coordination estudiantin pour les droits de l’Épire du N (...)
  • 26  Notamment en provenance de la part de la Métropolie de Dryinoupolis, Pogoniani et Konitsa (dont le (...)
  • 27  Attaque du poste militaire de Peshkëpi par le groupe MAVI, le 10 avril 1994.

32La politisation de la référence à l’hellénisme résulte d’un double facteur : la décision des autorités albanaises de proscrire toute action politique à caractère ethno-national (en juillet 1991) et l’action menée depuis la Grèce. De fait, l’amalgame a longtemps été entretenu par l’État grec lui-même comme l’illustre l’appel lancé dès 1991 par le Premier ministre aux minoritaires afin de demeurer en Albanie, malgré l’ouverture des frontières, pour y entretenir l’hellénisme. Dans le contexte de fébrilité et de montée des nationalismes qui caractérise la première moitié des années 1990 dans les Balkans, cette profession de foi à l’adresse de la principale communauté grecque encore existante outre-frontière24 trouva rapidement un écho dans les milieux radicaux nord-épirotes implantés en Grèce25 et dans la diaspora. En outre, les prêches enflammés de dignitaires de l’Église orthodoxe grecque26 ou les incidents frontaliers provoqués par des groupes extrémistes27, encouragèrent une radicalisation du mouvement Omonoia qui, dès le printemps 1992, sollicita le soutien du gouvernement grec pour la constitution d’une région autonome dans le sud de l’Albanie.

  • 28  Le terme se réfère aux populations grecques ou hellénisées des pourtours de la mer Noire et dont l (...)
  • 29  Ces dispositions font l’objet de la loi sur l’immigration 1975/1991.
  • 30  Karolos Papoulias, président de la République hellénique de 2005 à 2015, évoque fré­quemment ses s (...)

33Mais l’approche officielle grecque de la question minoritaire en Albanie a aussi des implications légales en Grèce. Cet objectif de préservation de l’idéal d’une nation plus grande que le cadre étatique issu des contingences historiques explique pourquoi, à la différence des Pontiques28, les membres de la minorité grecque d’Albanie se sont longtemps vu reconnaître le caractère de co-nationaux (omogheneis) sans pour autant bénéficier de facto de la citoyenneté grecque29. D’un côté, la reconnaissance de certains privilèges (accès aux systèmes éducatif et de santé ; libéralisation du passage de la frontière…) contribue à valoriser cette identité grecque. De l’autre, le non-octroi de la citoyenneté grecque vise à ne pas encourager une émigration durable en Grèce de cette population chargée de défendre l’hellénisme. Cet objectif s’explique aussi par la densité des liens entre les représentants de la minorité grecque et une classe politique grecque (tous bords confondus) pouvant entretenir des liens familiaux et affectifs avec ces régions d’Albanie méridionale30.

34Pour autant, le recours à l’hellénisme n’a rien d’incontournable et peut même se révéler ambigu. Une étude plus fouillée ferait aisément apparaître que, pour la plupart des acteurs, cette référence est assimilable à une culture régionale. Contrairement aux associations ayant leur siège en Grèce ou dans la diaspora, celles établies en Albanie ont avant tout un fort tropisme local. Une fédération comme Omonoia n’y échappe pas ainsi qu’en témoigne le taureau épirote qu’elle s’est choisie comme emblème. Bien qu’omniprésente, la culture épirote se décline elle aussi en cultures subrégionales correspondant aux principales aires de peuplement grécophone (Himara, Verça – ancienne Chaonie –, Dhropull et Pogon). Il est d’ailleurs intéressant de constater que seules les régions majoritairement grécophones ont développé un réseau associatif étroitement lié à la culture grecque. Ailleurs dans le pays, la représentation est généralement assurée par Omonoia ou les partis politiques concernés par la défense des intérêts de la minorité grecque.

  • 31  Au mois de janvier 2009, Thoma Miço démissionna de son poste de vice-président du PBDNJ faute d’av (...)
  • 32  MEGA a d’ailleurs choisi comme emblème le chapiteau ionien.

35Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que des voix de plus en plus nombreuses se soient élevées au sein d’Omonoia et du PBDNJ pour réclamer un recentrage de l’action conduite autour d’une approche ethno-nationale, qui serait seule susceptible de défendre efficacement les intérêts de la minorité grecque31. La création de MEGA constitue en quelque sorte un retour aux sources32. Il n’est d’ailleurs pas innocent que la plupart de ses inspirateurs soient également certains des fondateurs d’Omonoia.

L’appréhension du fait minoritaire grec par les autorités albanaises

  • 33  40 villages de Gjirokastër, 35 de Saranda, 16 de Delvina et 3 de Përmet. Les minoritaires avancent (...)

36Pour répondre au défi présenté par la question minoritaire grecque dans le pays, l’État albanais a conçu un arsenal de mesures relevant d’une véritable stratégie de contingentement. Historiquement et symboliquement, la territorialisation fut le principal dispositif mis en place pour contenir un éventuel essor de la grécité dans le pays. Cet ancrage territorial conditionne la reconnaissance du statut de minoritaire. Mis en place dès les premiers temps de l’indépendance, étroitement encadré par le régime communiste (94 villages jouissaient de cette qualification en 198933), ce système survit dans les esprits et dans la pratique (quoique officiellement abandonné par les autorités publiques).

37D’une part, la localisation des zones minoritaires dans l’extrême sud du pays (Pogon, Dhropull, Verça), qui plus est grécophone, vise à présenter cette « anomalie » comme la continuité du peuplement grec d’outre-frontière, fruit de contingences historiques (et non pas comme un phénomène susceptible de se développer intrinsèquement).

38D’autre part, l’exclusion des zones urbaines de la territorialisation traduit une volonté politique d’exploiter la mixité dans une stratégie d’assimilation de cette population. Ainsi, aucune des principales agglomérations où réside une population se définissant comme grecque (Tirana, Gjirokastër, Saranda) ne dispose des structures destinées aux populations minoritaires (en termes d’éducation, notamment). En outre, la mixité est mise à profit pour rogner sur la territorialisation, laquelle est également soumise à des critères quantitatifs. Par exemple, bien qu’étant de droit dans les zones minoritaires, l’accès à l’enseignement en grec est aussi subordonné à l’existence d’un ratio suffisant d’élèves. Établir des populations non grécophones dans les zones minoritaires, faciliter l’émigration des populations grécophones ou encourager leur installation (du moins celle des élites) dans des secteurs où, de fait, ceux-ci seront réellement minoritaires (dans le cadre de la forte reprise des migrations internes ces vingt dernières années), sont autant de mesures conçues comme permettant de diluer le communautarisme de cette population. En ce sens, la réforme territoriale votée par le Parlement albanais le 31 juillet 2014 peut être lue comme un approfondissement de cette politique. Prenant appui sur les exigences européennes en matière de rationalisation de gestion des collectivités locales, la réduction du nombre de municipalités (passant de 361 à 61) participe également de cet objectif de dilution, ce qui explique la très vive opposition des autorités grecques comme des représentants de la minorité. Malheureusement pour elles, les deux procédures entamées devant la Cour constitutionnelle albanaise au mois d’octobre 2014 ont été définitivement rejetées par celle-ci à la mi-décembre, permettant la tenue des élections municipales de juin 2015 selon le nouveau système.

  • 34  Devant la conférence de la paix de Versailles, le président de la Fédération pan-Épirote des États (...)

39Outre la territorialisation, l’accent mis par les autorités albanaises sur le critère linguistique pour catégoriser la minorité grecque constitue aussi un moyen d’imposer leur propre modèle national. En effet, les promoteurs du nationalisme albanais n’eurent d’autre recours que la langue pour fédérer des populations relevant de différentes confessions et cultures et, ce faisant, soumises à des influences très diverses. Au moment de la mise en place de l’État albanais, les argumentaires développés par les populations grecques et albanaises opposaient alors deux conceptions antagonistes de l’identité nationale. Privés des ressorts confessionnels et culturels accaparés par les tenants du nationalisme grec, les albanistes mirent l’accent sur la langue pour établir une frontière étanche entre les deux nationalités34. Dès lors, il n’est pas étonnant que les autorités albanaises s’emploient inlassablement à marginaliser les tenants de l’hellénisme en soutenant ceux qui prônent une approche des questions identitaires plus restrictive. D’ailleurs, le Parti Démocratique, au pouvoir de 2005 à 2013, n’a pas ménagé son soutien aux dissidents d’Omonoia et du PBDNJ pour provoquer leur défection et la création de MEGA (lequel rejoignit sa coalition gouvernementale).

Conclusion

40Ainsi que nous avons tenté de le présenter, la façon d’aborder les problématiques liées à la reconnaissance d’une minorité grecque en Albanie n’est que partiellement liée à ses préoccupations propres. Dans un État albanais construit au forceps, mais jamais réellement confronté au libre arbitre, la chute du régime totalitaire a libéré tous les questionnements bridés depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. En ce sens, nationaliser la question minoritaire était un processus d’autant plus rassurant pour le pays que, de son côté, la Grèce ne se lassait pas de considérer la minorité grecque comme une incar­nation contemporaine de l’hellénisme.

  • 35  Laquelle, dans les Balkans, se distingue de la citoyenneté (émanation de l’appartenance à un État)
  • 36  Ce dernier fonda peu de temps après le parti « Alliance rouge et noire ».

41Cette époque semble révolue, ce qui contribue grandement à l’amélioration des relations bilatérales entre les deux pays, et de la situation de la minorité grecque en Albanie (du moins de sa perception). La nouvelle assurance gagnée par l’Albanie sur les scènes régionale et internationale contribue aussi à diluer la perception d’un ennemi intérieur et la crainte de son expansion. En dépit des limites mentionnées, l’inclusion dans le recensement de 2011 de questions relatives à l’ethnicité et à la langue maternelle est une indication supplémentaire d’un pays de moins en moins complexé vis-à-vis des questions identitaires. Pour autant, la situation reste fragile et la fluidité n’est pas sans susciter appréhensions et crispations. Ainsi, la décision de la Cour constitutionnelle du 16 septembre 2011, invalidant les modalités de la loi de 2009 sur l’état civil, rendant possible l’abandon de nationalité35, ponctue des mois de forte mobilisation à l’initiative du vice-président du haut-conseil de Justice, Kreshnik Spahiu36. La réforme de l’administration locale, telle que promue par le gouvernement à l’été 2014, elle perpétue une ligne de fermeté à l’adresse des représentants de la minorité défendant l’abrogation de la territorialisation au profit de l’auto-identification.

42Pour autant, l’adoption d’une telle approche ne serait pas sans risques pour la minorité elle-même. Au-delà des divisions internes qui l’affectent, les organes minoritaires peinent à mobiliser les populations qui pourraient être sensibles à leurs revendications. Jusque dans les zones minoritaires, beaucoup considèrent déjà que l’essentiel a été acquis. Plus nombreux encore sont ceux qui estiment que le communautarisme mène à une impasse, voire ne se reconnaissent pas ou plus dans la défense de tels intérêts. Généralement, les associations villageoises actives dans les zones minoritaires ont également leur pendant à Tirana, et les idéologies nationales albanaise et grecque traversent plus les territoires concernés qu’elles ne les contournent.

  • 37  Un seul des sept députés de la minorité grecque, élus en juin 2013, l’a été sous les couleurs du P (...)
  • 38  Le recensement clandestin effectué par les représentants de la minorité évalue son poids à près de (...)
  • 39  Alors que le recensement officiel ne répertorie que 0,5 % de grécophones (15 000, contre 58 000 en (...)

43De même, la majorité des députés grécophones ne sont pas élus sur les listes de formations politiques défendant les intérêts de la minorité grecque37. Cette situation reflète tout autant des stratégies divergentes (ainsi que la nécessité pour les grandes formations politiques de disposer de candidats éligibles dans les zones concernées) qu’une gradation dans l’engagement communautaire (celui-ci pouvant être très diffus). Elle traduit également une incontestable érosion de la minorité grecque, même si les chiffres disponibles sont nécessairement sujets à caution. Si les données du recensement de 2011 établissent son poids à moins de 0,9 % (contre près de 2 en 1989), le refus de se prononcer, ou l’invalidation du choix de plus de 15 % de la population, restreignent la fiabilité de ce chiffre38. Il est en revanche certain que le nombre de grécophones régresse fortement, probablement sous l’effet combiné de l’émigration rurale (dans des localités majoritairement albanaises) et externe (en Grèce)39. Le processus d’assimilation ou d’érosion, tant redouté par Athènes, poursuit donc son œuvre. Alors qu’ailleurs dans la région la tendance dominante est plutôt au morcellement identitaire, l’attractivité dont fait preuve la nation albanaise auprès de ses composantes marginales est en soi un phénomène remarquable. S’il devait se poursuivre, la disparition ou l’assimilation complète de la minorité grecque, unique survivance de l’hellénisme, ne sera pas sans incidences sur la (re)définition de l’identité grecque.

Haut de page

Bibliographie

Clayer Nathalie, « L’albanisation de la zone frontière albano-grecque et ses aléas dans l’entre-deux guerres », Südost-Forschungen, n° 68 / 2010, pp. 328-348.

Gregorić Bon Nataša, Contested Spaces and Negociated Identities in Dhërmi/Drimades of Himarë/Himara Area, Southern Albania, PhD Thesis, Nova Gorica, 2007.

Kondis Basil & Manda Eleftheria, The Greek Minority in Albania. A Documentary Record (1921-1993), Institute for Balkans Studies, Thessaloniki, 1994.

Kouloumbis Theodore, Nikolakopoulos Ilias et Veremis Thanos, Ο ελληνισµός της Αλβανίας [L’hellénisme d’Albanie], I. Sideris, Athènes, 1995.

Nitsiakos Vassilis, On the Border : Transborder Mobility, Ethnic Groups and Boundaries along the Albanian-Greek Frontier, LIT Verlag, Berlin, 2010.

Pettifer James, The Greek Minority in Albania in the Aftermath of Communism, Conflict Studies Research Center, Sandhurst, 2001.

Programme du parti MEGA, printemps 2010.

Programme et Règlement d’Omonoia, novembre 1997 et avril 2010.

Rapper (de) Gilles et Sintès Pierre, « Composer avec le risque : la frontière Sud de l’Albanie entre politique des États et solidarités locales », Revue d’études comparatives Est-Ouest, n° 37/4 (2006), pp. 243-271.

Statuts d’Omonoia, janvier 1991.

Triandafyllidou Anna & Veikou Mariangela, « The hierarchy of Greekness. Ethnic and National Identity Considerations in Greek Immigration Policy », Ethnicities, June 2002, pp. 189-208.

Tsitselikis Konstantinos & Christopoulos Dimitris, Η ελληνική µειονότητα της Αλβανίας [La minorité grecque d’Albanie], KEMO, Athènes, 2003.

Winnifrith T. J., Badlands-Borderlands. A History of Southern Albania / Northern Epirus, Duckworth, London, 2002.

Ressources électroniques

http://www.instat.gov.al/al/census/census-2011/të-dhënat-e-census-2011.aspx

http://smarkos.blogspot.fr

Haut de page

Notes

1  Élaborée en soutien au dossier de demande d’admission, la « déclaration concernant la protection des minorités en Albanie », en date du 2 octobre 1921, constitue le premier document officiel. Elle entra en vigueur le 17 février 1922, une fois ratifiée par le parlement albanais.

2  L’Albanie reconnaît également deux minorités linguistiques : les Roms et les Valaques.

3  Transposée dans le corpus local en 2008, contrairement à la Charte des langues régionales que l’Albanie n’a pas signée.

4  Il est constitué de représentants des minorités ethniques et linguistiques officiellement reconnues.

5  Dhroviani, Haskovo, Zervat, Dhivri, Vlachogoranxi, Kaisarati.

6  Le plus connu est probablement Leonard Solis, ancien ministre et directeur d’une clinique privée à Tirana.

7  La préfecture de Lezha est la seule à ne pas avoir compté de candidats du PBDNJ.

8  Quoique originaire de Palasa (premier village grécophone du littoral), l’ancien ministre des affaires étrangères et président du Parti social-démocrate, Paskal Milo, adopte souvent des positions extrêmement critiques à l’encontre des prétentions grecques.

9  Les seules brèves interruptions eurent lieu lors des phases aiguës de tensions albano-grecques.

10  Membre de la coalition au pouvoir depuis les élections de juin 2013, mais absent du gouvernement, le PBDNJ a refusé de voter l’investiture de celui-ci au mois de septembre suivant.

11  MEGA étant même favorable à l’inclusion d’une déclaration portant sur l’« origine ».

12  La minorité grecque procéda à un recensement clandestin à l’été 2012.

13  Fondée en 2012, l’Alliance rouge et noire (aux couleurs du drapeau albanais) est un parti ultranationaliste, fervent défenseur d’un irrédentisme albanais.

14  Les Tchames sont une population musulmane albanophone expulsée de la partie grecque de l’Épire, de l’entre-deux guerres à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Essentiellement patrimoniales, ses revendications sont souvent instrumentalisées politiquement et mises en miroir avec les revendications de la minorité grecque. Le poids des partis défendant ses intérêts s’est récemment considérablement accru en Albanie.

15  Le 7 août 2010, Aristotel Guma fut sauvagement assassiné à Himara par des jeunes Albanais de Vlora exaspérés d’entendre parler grec sur le littoral.

16  Il n’est pas rare que la police aux frontières grecques refuse le passage à des ressortissants albanais dont le passeport mentionnerait la toponymie albanaise d’un lieu de naissance situé en Grèce.

17  Celui de Boboshtica défraya la chronique à l’automne 2010. Son érection sur l’emplacement du cimetière suscita l’indignation et se solda par la condamnation à un an de prison du chef des minoritaires grecs de Korça, Naum Disho (lequel s’enfuit en Grèce).

18  Ce parti défend ouvertement un rattachement de l’« Épire du nord » à la Grèce. Il a ouvert sa première antenne en Albanie au mois de janvier 2013, à Mesopotam (région de Saranda).

19  Au milieu des années 1970, le régime communiste avait interdit l’attribution aux nouveaux-nés de prénoms grecs et à connotation religieuse.

20  L’article 2.2 se contente de réclamer une meilleure reconnaissance et protection de la foi.

21  L’archimandrite Chrysostome Maïdonis fut expulsé d’Albanie le 25 juin 1993 après avoir prêché en faveur du rattachement de l’Épire du nord à la Grèce.

22  À la mi-août 2013, des incidents violents eurent lieu dans la ville de Përmet après que les autorités municipales aient récupéré un bâtiment public occupé depuis 1999 par l’Église orthodoxe (qui revendique la propriété du terrain).

23  D’intenses tractations eurent cours avec Omonoia dans les mois précédant l’officialisation de la scission advenue au printemps 2010.

24  Dans la mesure où le cas chypriote jouit d’un traitement spécifique.

25  On peut notamment mentionner le Comité de coordination estudiantin pour les droits de l’Épire du Nord (SFEVA), fondé en 1982, ou encore la Fédération des associations de Grecs venant d’Épire du nord (Agios Kosmas).

26  Notamment en provenance de la part de la Métropolie de Dryinoupolis, Pogoniani et Konitsa (dont le siège fut déplacé du sud de l’Albanie dans le Pogon grec en 1922).

27  Attaque du poste militaire de Peshkëpi par le groupe MAVI, le 10 avril 1994.

28  Le terme se réfère aux populations grecques ou hellénisées des pourtours de la mer Noire et dont les descendants, lorsqu’ils n’ont pas été assimilés localement, se sont presque tous implantés définitivement en Grèce, après l’éclatement du bloc soviétique.

29  Ces dispositions font l’objet de la loi sur l’immigration 1975/1991.

30  Karolos Papoulias, président de la République hellénique de 2005 à 2015, évoque fré­quemment ses souvenirs d’enfance à Gjirokastër.

31  Au mois de janvier 2009, Thoma Miço démissionna de son poste de vice-président du PBDNJ faute d’avoir pu faire entériner cette évolution.

32  MEGA a d’ailleurs choisi comme emblème le chapiteau ionien.

33  40 villages de Gjirokastër, 35 de Saranda, 16 de Delvina et 3 de Përmet. Les minoritaires avancent néanmoins fréquemment le chiffre de 99 villages, prenant en compte ceux du littoral d’Himara (retirés de cette liste en 1945 par le nouveau pouvoir communiste).

34  Devant la conférence de la paix de Versailles, le président de la Fédération pan-Épirote des États-Unis (père du cinéaste John Cassavetes), récusait le critère linguistique (lui-même étant Valaque du Sud de l’Albanie) pour mettre en avant la conscience individuelle.

35  Laquelle, dans les Balkans, se distingue de la citoyenneté (émanation de l’appartenance à un État).

36  Ce dernier fonda peu de temps après le parti « Alliance rouge et noire ».

37  Un seul des sept députés de la minorité grecque, élus en juin 2013, l’a été sous les couleurs du PBDNJ (dont les suffrages recueillis ont aussi baissé de 20 % par rapport au scrutin de 2009).

38  Le recensement clandestin effectué par les représentants de la minorité évalue son poids à près de 10 %.

39  Alors que le recensement officiel ne répertorie que 0,5 % de grécophones (15 000, contre 58 000 en 1989), le recensement clandestin admet que ces derniers ne représentent pas plus des deux tiers de l’ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renaud Dorlhiac, « La minorité grecque d’Albanie : survivance de l’hellénisme ou produit de la construction étatique albanaise ? », Anatoli, 6 | 2015, 59-78.

Référence électronique

Renaud Dorlhiac, « La minorité grecque d’Albanie : survivance de l’hellénisme ou produit de la construction étatique albanaise ? », Anatoli [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 19 février 2017. URL : http://anatoli.revues.org/287 ; DOI : 10.4000/anatoli.287

Haut de page

Auteur

Renaud Dorlhiac

Renaud Dorlhiac est membre associé du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC/EHESS, Paris). Il est également membre du comité de rédaction de la revue Au Sud de l’Est, visant à promouvoir les cultures des Balkans dans l’espace francophone. Ses recherches portent sur les questions identitaires et sécuritaires dans le Sud-Est européen, depuis l’éclatement de l’ex-Yougoslavie. Renaud Dorlhiac a en outre dirigé le réseau des Alliances françaises en Albanie, au début des années 2000, avant d’intégrer en 2004 la Direction générale des relations internationales et de la stratégie du ministère de la Défense, où il est en charge des Balkans.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org