Navigation – Plan du site
Partie 2 - Le marquage religieux de l’espace

Églises et mosquées : des bâtiments interchangeables ? (sur des exemples balkaniques)

Bernard Lory
p. 81-100

Texte intégral

1Au cours de leur histoire mouvementée, les Balkans ont vu leurs frontières fréquemment déplacées, faisant passer des territoires d’un camp à l’autre, du Dar-ül harb au Dar-ül islam, des États chrétiens à l’Empire ottoman aux xive-xve siècles, puis en sens inverse au cours de la reconquête chrétienne des xixe-xxe siècles. À chaque changement de pouvoir, la religion rivale devient dominante. Mais à cette mobilité des lignes de partage s’oppose la stabilité du bâti (de l’immobilier) : les lieux de culte changent de propriétaire, par droit de conquête ou pour d’autres raisons. Comment l’autre religion se les approprie-t-elle ? Comment transforme-t-on une église en mosquée ? Et inversement une mosquée en église ?

2Dans la confrontation pluriséculaire entre christianisme et islam, les Balkans fournissent un terrain d’étude particulier, qui se distingue du Proche-Orient ou de l’Anatolie, en ce que la population chrétienne y est demeurée numériquement majoritaire. À l’apogée de la présence musulmane (vers le tournant des xviiie-xixe siècles), le poids des musulmans, sur l’ensemble des possessions ottomanes en Europe n’a guère dû dépasser 25 %. Les cas de changements d’affectation de lieux de culte dans les Balkans sont nombreux et relativement bien documentés. Des églises furent transformées en mosquées au moment de la conquête, ou plus tard à des périodes où les rapports de force entre les deux religions subirent des réévaluations ; avec la fin de la domination ottomane, ces bâtiments furent systématiquement restitués au culte chrétien. On sait moins qu’un certain nombre de bâtiments, qui avaient été construits pour être des mosquées, furent transformés en églises dans les États-nations chrétiens récemment établis.

3Les conquérants héritent du bâti du régime précédent : châteaux, fortifi­cations ou palais incarnant le pouvoir politique, cathédrales, églises, mosquées impériales ou ordinaires incarnant l’ordre religieux. Cet héritage architectural peut leur apparaître indésirable : on le détruira alors pour reconstruire à neuf selon les conceptions du nouveau pouvoir. Mais bien souvent on ne se donne pas tant de mal et on laisse tout simplement les bâtiments inopportuns tomber en ruines. L’autre solution consiste à récupérer les constructions emblématiques du régime antérieur et à procéder à des aménagements architecturaux légers, ne remettant pas en question la structure même du bâtiment, qui permettent d’atténuer ou de faire oublier son caractère étranger ; et donc de se l’approprier ainsi.

4Les lieux de culte étaient-ils si facilement adaptables d’une religion à l’autre ? Y a-t-il donc si peu de différences entre une église et une mosquée ? La notion de culte est-elle si proche dans les deux religions ? Catholiques et orthodoxes réagissent-ils de façon identique ? Ces questions d’apparence naïve méritent d´être posées. Nous ne savons pas bien comment les contemporains ont vécu et ressenti ces transformations architecturales, mais les bâtiments sont toujours observables de nos jours. Ce sont des œuvres de création humaine qui parlent, qui expriment un message dans le langage qui est le leur, celui de l’architecture. Les transformations laissent en effet des traces qu’un examen précis peut interpréter.

Orientation, Coupoles, Minarets et Clochers

5Les lieux de culte sont des bâtiments orientés. Les églises chrétiennes sont orientées d’Ouest en Est. Dans l’architecture orthodoxe, la présence d’une abside, même réduite à peu de choses, est un marqueur indispensable. Certaines églises datant de l’époque ottomane, en particulier en milieu urbain, sont d’une architecture extrêmement discrète et peuvent être prises de loin pour de simples habitations (par exemple dans la ville haute de Berat, au centre de l’Albanie) ; elles comporteront néanmoins une petite avancée semi-circulaire à l’Est pour marquer le sanctuaire. L’orientation Ouest-Est est de règle, mais connaît parfois des exceptions, en particulier dans le cas de chapelles rupestres.

  • 1  Exemples conservés à Belogradec et Suvorovo, région de Varna, cf. Mikov L., « Osmanski pametnici » (...)

6Une mosquée est en revanche très strictement orientée en direction de la Mecque, selon la kibla. La niche du mihrab indique aux fidèles comment se placer pour faire la prière. C’est l’élément le plus important du bâtiment. Dans bien des villes balkaniques existaient aussi des musalas (namazgahs), lieux de prière en plein air, pourvus d’un mihrab et d’une fontaine1.

  • 2  Un mihrab en coin trahit ainsi l’origine chrétienne d’une des mosquées de Vize en Thrace orientale (...)
  • 3Trankova D., Georgieff A., Matanov H., A Guide…, 2011, p. 136‑139.

7L’orientation chrétienne et la kibla sont assez proches dans les Balkans, mais ne coïncident pas exactement. En fonction de la latitude et de la longitude du lieu, elles dévient selon un angle de 30 à 45° environ. Cette déclinaison est jugée négligeable par les chrétiens lorsqu’ils convertissent une mosquée en église. En revanche, les musulmans ont le souci d’établir la kibla avec exactitude dans une église transformée en mosquée et y aménagent un mihrab qui ne s’inscrit pas dans le plan architectural ; l’origine « étrangère » du bâtiment se voit ainsi constamment soulignée2. C’est très visible, de nos jours, dans le musée qu’est devenue Aya Sofya d’Istanbul. C’est encore plus frappant à Chypre, où la Selimiye de Nicosie et la mosquée de Lala Mustafa à Famagouste sont deux cathédrales gothiques (Sainte-Sophie et Saint-Nicolas) construites sous les Lusignan ; leurs longues nefs ogivales entrent en contradiction avec la disposition en oblique des tapis de prière. La Vieille Mosquée de Stara Zagora constitue une exception à ce titre, puisque son orientation est restée celle de l’église chrétienne sur les fondations de laquelle elle a été construite en 1408-14093.

  • 4  Certaines mosquées présentent de véritables absides, qui font partie de la conception même du bâti (...)

8Le mihrab est une niche peu profonde aménagée à l’intérieur du bâtiment, qui ne se remarque pas de l’extérieur4. L’abside, en revanche, est en saillie. La transformation d’une mosquée en église exigera donc l’adjonction d’une abside, modification relativement légère n’affectant pas trop la structure du bâtiment.

  • 5  À une période de relative tolérance envers la construction d’édifices religieux, entre 1856 et 187 (...)
  • 6Andrić I., L’éléphant du vizir, Paris, 1981.
  • 7Hafizović F., « Vakufi… », 2000.

9Une rivalité dont nous cernons mal les enjeux opposait chrétiens et musulmans balkaniques à propos de l’usage architectural de la coupole. L’architecture balkanique aux xive-xve siècles a produit des coupoles de faible diamètre, perchées sur de hauts tambours cylindriques, percées d’ouvertures longues et étroites. L’architecture ottomane, au contraire, a repris la coupole large et aplatie de la haute époque byzantine, dont Sainte-Sophie de Constantinople fournit l’archétype. Au xviiie siècle, il semble que les autorités ottomanes interdisent l’usage de larges coupoles dans les édifices chrétiens. Les architectes recourent alors à des coupoles aveugles, cachées sous le toit à deux pentes de l’église. On trouve ce dispositif dans les églises de Voskopoja en Albanie du Sud et en Macédoine occidentale (Sveti Jovan Bigorski, Lazaropole, etc)5. Un écho de cette rivalité architecturale se retrouve dans la nouvelle d’Ivo Andrić, Gens de Visoko, où les orthodoxes de cette petite ville bosniaque, une fois qu’elle est passée sous l’administration austro-hongroise, s’empressent d’aménager vaille que vaille une coupole sur une église qui n’a pas vraiment été conçue pour cela6. Dans les cas de mosquées transformées en églises catholiques, il semble que la coupole extérieure soit perçue comme un marqueur étranger : à Djakovo, la mosquée de Hasan Paşa devenue église de Tous-les-Saints dissimule sa coupole sous un toit à quatre pentes7.

10L’appel à la prière est un point sur lequel les deux religions se confrontent. Les églises, qu’elles soient orthodoxes ou catholiques, sont pourvues de cloches. Le clocher est un élément constitutif de l’architecture d’une église catholique, même si dans certaines régions comme la Dalmatie la formule du clocher-mur le réduit à peu de choses. Dans le monde orthodoxe, il est facultatif, et l’on peut se contenter d’un bâti en poutres, distinct de l’église, auquel sont pendues les cloches.

11Les mosquées sont, sans exception, pourvues d’un minaret, du haut duquel le muezzin (de nos jours remplacé par des haut-parleurs) lance l’appel à la prière cinq fois par jour. Cela peut aller du plus pauvre mescid de quartier en Bosnie pourvu d’un mirador en bois quelque peu branlant à la Mosquée Bleue (Sultan Ahmed d’Istanbul), avec ses six fins minarets de pierre. Dans la vague de construction religieuse qu’a connue la Bosnie-Herzégovine depuis 1995, les architectes ont fait preuve de beaucoup d’imagination pour produire des minarets de matériaux divers et pourvus d’un nombre aléatoire de balcons (şerefe). Rappelons qu’à l’époque ottomane, seules les mosquées impériales avaient droit à trois şerefes.

12Le dispositif d’appel à la prière est donc comparable, mais pas identique, dans les deux religions. Des ajustements seront nécessaires si le bâtiment change de culte d’affectation.

13Les églises transformées en mosquées conservent rarement leur clocher. C’est pourtant le cas à Jajce, où l’église Sainte-Marie, transformée en Süleymaniye en 1528, conserva son campanile, dont même un voyageur superficiel perçoit que le modèle est celui de la cathédrale de Split ; sous le nom de tour Saint-Luc, il se dresse de nos jours aux côtés des ruines de l’église-mosquée qui n’a jamais été reconstruite. L’église de Notre-Dame Ljeviška à Prizren est un autre exemple ; lorsqu’elle fut transformée en mosquée en 1756, son clocher fut adapté en tour d’horloge (sahat-kula) ; en 1912, elle fut rendue au culte orthodoxe. Parfois un petit tronçon de minaret cylindrique est perché sur le bâtiment chrétien, comme une sorte de greffon musulman qui ne cache pas son hétérogénéité (Ohrid, Famagouste). Mais la solution la plus courante est l’adjonction d’un minaret cylindrique, au côté de l’église transformée, le plus souvent à son Sud-Ouest (nombreux exemples à Istanbul, Sofia, Thessalonique, etc.).

14Dans le cas de l’opération inverse, la transformation d’une mosquée en église, il est facile de faire disparaître le minaret, élément extérieur accolé au corps du bâtiment. De par sa structure haute et mince, c’est l’élément le plus fragile de la mosquée, le premier à souffrir en cas de tremblement de terre ou de forte tempête ; comme le clocher, le minaret attire fréquemment la foudre. La plupart des mosquées désaffectées des Balkans sont, pour cette raison, privées de leur minaret. De façon assez incompréhensible, un minaret seul a survécu à Eger en Hongrie, alors que la mosquée attenante a été détruite. Faut-il attribuer une valeur de trophée à ce minaret relictuel ?

  • 8Lory B., Le sort de l’héritage ottoman, 1985, p. 110‑111.
  • 9Mosolov, 1936, p. 27 ; Kanitz F., 1880, t. II, p. 227.
  • 10Jireček K., Das Fürstenthum…, 1891, p. 169. Le journal Vitoša du 20 juin 1879 signale un fait dive (...)

15Les voyageurs nous décrivent les villes balkaniques de l’époque ottomane comme hérissées de fins minarets blancs, ce qui leur conférait, vues de loin et par un œil étranger, un cachet exotique plein de charme. Ces marqueurs visuels du paysage urbain n’étaient pas du goût des non musulmans. Dans les périodes de transition, le vandalisme chrétien frappa par priorité les minarets8. À Sofia, destinée à devenir la capitale de la Principauté de Bulgarie, les artificiers russes profitèrent d’une nuit d’orage pour en dynamiter plusieurs ; la population turque interpréta cela comme un signe de la volonté divine, marquant la fin de sa prépondérance sur la ville9. L’historien tchèque Konstantin Jireček se souvient de ces années de transition : « il fallait voir à Sofia avec quel entrain les chrétiens sapaient à la base les fins minarets de bois ou de brique et les abattaient avec des nœuds coulants10 ». L’enjeu visuel des minarets disparaît au xxe siècle, avec le développement d’une architecture en hauteur, d’immeubles de plusieurs étages, qui noient dans leur masse les minces crayons blancs hérités du passé ottoman.

Aménagements intérieurs et extérieurs

16La décoration intérieure d’un lieu de prière est facile à modifier. Dans le cas d’une église transformée en mosquée, une couche de badigeon suffit à recouvrir les fresques ou les mosaïques. Celles-ci resteront ainsi préservées pendant plusieurs siècles des atteintes du temps et de la volonté rénovatrice du clergé. À la Kariye Cami d’Istanbul (Saint-Sauveur in Chora) les mosaïques ont été occultées, mais les parements décoratifs en marbre du registre inférieur ont été laissés apparents. Lorsque ces bâtiments sont restitués au culte chrétien, il est facile de supprimer le badigeon et de retrouver la décoration initiale. Parfois on a la déception de constater que, pour faire tenir une nouvelle couche d’enduit, la précédente a été martelée (p. ex. Notre-Dame Ljeviška de Prizren). Rappelons que les restaurateurs n’ont pas encore trouvé moyen de rétablir une couche de fresques sans détruire celle qui la recouvre.

17Une mosquée transformée en église est rapidement blanchie ; des fresques y seront, le cas échéant, ultérieurement peintes. Les emplacements tradi­tionnels des représentations de l’orthodoxie sont faciles à transposer dans l’architecture ottomane : le Christ Pantocrator dans la coupole, les évangélistes sur les pendentifs, etc.

18Pour ce qui est du mobilier intérieur, les deux religions ont des exigences différentes. Les églises orthodoxes séparent le sanctuaire de l’espace accessible aux fidèles par la cloison de l’iconostase. Généralement en bois, cette cloison est facile à supprimer si l’église est transformée en mosquée, et tout aussi facile à installer dans une mosquée que l’on veut transformer en église.

19Le mimber, qui accueille le prédicateur lors de la prière du vendredi midi, est la principale pièce du mobilier d’une mosquée. Dans les Balkans, il est généralement en bois et fait l’objet d’un travail soigné. À Sainte-Sophie d’Ohrid, ce sont des plaques de marbre du chancel (partie basse de l’icono­stase) qui ont été remployées dans le mimber. Les mosquées sont pourvues de tapis. Les églises orthodoxes sont éventuellement pourvues d’une chaire, d’un trône épiscopal, de lutrins pour les icônes de vénération, de stalles pour les personnes âgées. Tout ce mobilier léger est facile à retirer.

20Dans des lieux de culte plus prestigieux, un dispositif d’éclairage nocturne est prévu, guère différent chez les chrétiens et les musulmans. C’est un grand cercle métallique suspendu à la voûte, auquel sont fixées des lampes à huile (polyelaio). Ce cercle est parfois décoré avec des œufs d’autruche, rapportés en souvenir par des pèlerins à la Mecque ou à Jérusalem, selon le cas.

21Les deux religions ont un rapport spécifique à l’eau. Les églises paléochrétiennes et byzantines de la haute époque étaient pourvues d’un bâtiment annexe, le baptistère. Il abritait un bassin profond, dans lequel le catéchumène descendait par quelques marches jusqu’à immersion complète, pour remonter ensuite à la vie nouvelle. Le baptême d’adulte ayant cessé d’être la règle, ce dispositif architectural disparut. À la différence des églises catholiques, où une chapelle latérale est fréquemment dévolue aux fonts baptismaux, les églises orthodoxes n’inscrivent pas le sacrement du baptême dans un secteur particulier de l’église.

22En islam, l’eau joue un rôle cultuel important, car pour effectuer la prière en état de pureté rituelle le fidèle doit faire ses ablutions (abdest). Cela se fait à l’extérieur de la salle de prière, soit auprès d’une fontaine en plein air, soit dans un local abrité attenant à la mosquée (abdesthane). La fontaine aux ablutions est parfois agrémentée d’un jet d’eau (şadırvan). La transformation d’une église en mosquée exige donc rapidement une adduction d’eau. Cet aspect d’ingénierie hydraulique n’est jamais abordé dans les sources que nous avons pu consulter.

  • 11  D’après la traduction bulgare dans Armenski pătepisi za Balkanite XVII-­XIX v., Sofia, 1984, p. 36

23En dernier lieu viennent des aménagements superficiels, mais auxquels les fidèles attachent la plus grande importance. Il s’agit de la présence du symbole de la religion elle-même : une croix ou un croissant sur le point le plus élevé du bâtiment. L’autre point sur lequel se focalisent les rivalités est la présence ou non de cloches. La compétition autour du soundscape de la ville balkanique s’inscrit dans la longue durée. On en trouve une évocation révélatrice dans le récit de voyage de l’Arménien Simeon tbir Lehatsi Zamosatsi en 1617 ; après avoir traversé les Balkans d’Est en Ouest, d’Istanbul à Sarajevo, il atteint Split en territoire vénitien : « Quand se fut accomplie la pénible quarantaine, ils nous firent sortir et à peine avions-nous pénétré dans la ville que nous vîmes une superbe église en pierre et un campanile avec de grosses et de petites cloches, dont le doux son nous réjouit l’âme. Au sommet de l’église et du campanile se dressaient de grandes croix dorées. À partir de là, nous ne rencontrâmes plus de musulmans, plus de lois turques, tout était chrétien. À cette vue, nous nous réjouîmes et reprîmes des forces spirituelles aussi bien que physiques, oubliant les péripéties, les souffrances, les peines et difficultés du voyage…11 ».

  • 12Caix de Saint-­Aymour A., Les pays sud-­slaves…, 1883, p. 119‑120.

24Avec la fin de la domination ottomane en Bosnie-Herzégovine, les cloches réoccupent immédiatement l’espace sonore. L’entrée des troupes austro-hongroises à Sarajevo, le 19 août 1878, se fait au son des cloches de la cathédrale orthodoxe, inaugurée en 1874, mais dont les cloches, offertes par la Russie, avaient dû rester muettes jusque-là. Le Français de Caix de Saint-Aymour, rendit visite à Mgr Strossmayer en mai 1879 avant de parcourir la Bosnie : « Au moment de mon passage à Djakova, le vestibule du palais épiscopal était rempli de belles cloches destinées à ses ouailles d’outre-Save par la munificence de l’évêque nominal de Bosnie. Ce fanatisme de la cloche n’est, du reste, pas spécial aux catholiques, il est partagé par les Grecs orthodoxes ; j’étais à Techanj le jour de l’Ascension, et j’ai eu le plaisir d’entendre pendant une heure le pope agiter avec frénésie sa petite cloche ». Plus loin, parmi les catholiques de Zenica : « Dès qu’ils l’ont pu, ils se sont empressés de construire, à côté de leur chapelle, un grossier clocher en charpente, au sommet duquel ils ont accroché des cloches dues à la munificence de M. Strossmayer, l’évêque de Djakova et ils s’en donnent à cœur-joie. Quel carillon pendant une heure, tandis que les fidèles arrivent, les uns à pied, les autres sur leurs petits chevaux, qu’ils attachent tout autour de l’église dans un fouillis pittoresque !12 ».

Prise de possession : transformer une église en mosquée

  • 13  Plusieurs exemples tirés de la chronique de Neşri et d’Evliya Çelebi chez Petrov P., Po sledite…, (...)

25Nous sommes assez mal renseignés sur la manière dont on procédait pour s’annexer le bâtiment sacré de la religion rivale. La transformation d’une église en mosquée est le plus souvent liée au droit de conquête. Les villes chrétiennes qui refusent de se soumettre volontairement après l’ultimatum qui leur a été formellement adressé sont exposées au pillage, à l’esclavage et à la confiscation de leurs églises13. Le récit d’entrée de Mehmed II à Sainte-Sophie de Constantinople le 29 mai 1453 constitue un beau morceau de la chronique de Tursun Beg :

« Tout d’abord il chevaucha ici et là, contemplant les maisons à étages et les marchés de cette vaste et ancienne cité, puis il exprima le désir de voir l’église appelée Aya Sofya, qui est le reflet du Paradis :

Si tu cherches le paradis, ô Soufi,
C’est Aya Sofya qui en est le plus approchant

26(…) Dans cette œuvre, un maître parfait montre toutes les ressources de la science architecturale. Avec ses demi-coupoles, ses angles aigus et obtus, ses voûtes sans égal comme l’arc des sourcils de belles filles enchanteresses, avec ses ornements en pendentifs, cet architecte a créé un espace intérieur si vaste qu’il peut contenir 50 000 personnes (…).

27L’Empereur du Monde, après avoir contemplé les images étranges et merveilleuses qui décoraient la surface interne de l’édifice, daigna monter à l’étage supérieur, tel le Christ, esprit de Dieu qui monta à la quatrième sphère du Ciel. À partir des galeries, à chaque niveau, il jeta un coup d’œil, en passant, sur le sol dallé de marbre et monta vers la coupole. Lorsqu’il vit les dépendances en ruine de ce superbe édifice, il pensa à la vanité et à l’inanité de ce monde et à son ultime destruction. La tristesse envahit son cœur et il murmura doucement, mon humble oreille les a saisis, ces vers restés gravés dans mon cœur :

  • 14  Cité d’après Lewis B., 1990, p. 17.

Elle tisse sa toile sur le palais de Chosroès, l’araignée
Et hulule la chouette dans le château d’Afrasyab14 ».

  • 15  La scène symétrique, si l’Histoire daignait être une œuvre d’art, aurait dû être l’entrée de Ferdi (...)

28La communion esthétique dans l’admiration d’un bâtiment du culte adverse est clairement exprimée ici15.

  • 16Kiel M., Art and Society of Bulgaria, 1985, p. 167‑184 ; du même, Studies on the Ottoman Architect (...)
  • 17Greene M., A Shared World, 2000, p. 83.

29Dans les Balkans, on connaît le cas de Thessalonique, où au moment de la conquête deux églises furent confisquées par les conquérants. A contrario, le maintien d’une église dans l’enceinte d’une forteresse pré-ottomane est un indice convaincant que cette forteresse a capitulé sans résistance lors de la conquête (p. ex. à Berat, Arta, Jannina, Mistra, Komotini16). Des mosquées portant le nom de Fethiye (p. ex. à Štip, Bihać) ou celui du sultan régnant lors de la conquête (comme la Süleymaniye de Jajce évoquée plus haut) sont généralement des églises saisies lors de la conquête. On observe que les églises catholiques ont été plus fréquemment confisquées que les orthodoxes ; ce fut le cas de celles d’Heraklion (Candie) en 166917.

  • 18  L’indication d’Anton Vrančić en 1553 est assez ambigüe, car il en parle comme d’un bâtiment désaff (...)
  • 19Filov B., « Stari pametnici… », 1928, p. 46‑55 ; Cvetkova B., 1989, p. 81.

30La question de la transformation d’églises en mosquées durant la pax ottomana est beaucoup plus problématique. Il s’agit alors d’usurpations et les motifs de la décision sont souvent difficiles à cerner. Après la conquête de 1430, presque toutes les églises de Thessalonique restèrent affectées au culte chrétien : Saint-Démètre ne fut transformé en mosquée qu’en 1492, Sainte-Sophie qu’en 1523, la rotonde Saint-Georges qu’en 1589, etc. L’ambassadeur d’Autriche Kornelis de Schepper signale en juillet 1533 que l’église Sainte-Sophie de Sofia (conquise en 1382) suscite la jalousie des musulmans à cause des dimensions de sa coupole « avec laquelle mille mosquées ne sauraient rivaliser ». Quinze ans plus tard, en 1548, Jacques Gassot affirme que « maintenant est une église des Turcs »18. Les voyageurs suivants en parlent comme d’un lieu de culte musulman (Lescalopier en 1574)… ou comme d’un tas de pierres (Lady Montague en 1717) ! On peut penser qu’à Sofia, résidence habituelle du beylerbey de Roumélie, la présence d’un monument pré-ottoman de grande dimension et situé sur une petite hauteur, pouvait être un sujet de compétition. Le fait que le bâtiment soit désigné à la fin du xvie siècle comme mosquée de Siyavuş paşa nous renverrait à des aména­gements effectués à l’époque où ce grand vizir de Murat III était beylerbey de Roumélie19. Dans la même ville, on sait par Stefan Gerlach que la rotonde Saint-Georges fut transformée en mosquée vers 1538, et dorénavant désignée comme Gül Camisi.

  • 20  Evlija Čelebi, 1972, p. 188. D’autre part, les églises de la forteresse de Jannina furent confisqu (...)
  • 21Stojanovski A., 1989, p. 286‑292.

31Des vagues de fanatisme local ont été suscitées par des leaders religieux. En 1580, selon Evliya Çelebi, le şeyh Hortacı, s’étant pourvu d’un firman, mobilisa ses disciples et prit d’assaut un monastère de Thessalonique, dont il évinça les moines20. Les ordres de derviches, et particulièrement celui des bektachis, ont eu une forte propension à récupérer des lieux de culte anciens, quitte à faire des concessions aux fidèles chrétiens, en permettant un culte utraquiste. On sait ainsi que le monastère Saint-Nicolas près de Brod en Macédoine fut transformé en zaviye Hızır Baba entre 1481 et 154421. Combien de temps ces bâtiments hérités du christianisme ont-ils subsisté sous leur aspect originel, avant d’être reconstruits et de prendre l’aspect indubi­tablement musulman qu’ils avaient au xixe siècle ?

  • 22  La date de transformation varie selon les ouvrages : au xviie siècle, selon Jevto Dedijer, Nova Sr (...)

32Il est difficile d’établir une chronologie du phénomène, car une fois passée la phase de conquête, les données disponibles sont assez disparates. On cite souvent le règne de Selim Ier comme une période de tension entre le pouvoir musulman et les sujets chrétiens balkaniques ; le long règne de Soliman le Magnifique ne semble pourtant pas avoir adopté une attitude sensiblement différente. On évoque le millénarisme autour de 1591/92, an 1000 de l’hégire. Les années 1683-1699, quand pour la première fois l’Empire ottoman se retrouve en position défensive, marquent-elles un changement ? Y eut-il alors plus d’usurpations d’églises ? L’attestation la plus tardive que nous ayons trouvée concernant un monument architectural prestigieux remonte à 1756, à Prizren (Notre-Dame Ljeviška)22. Il nous semble pourtant que les usurpations d’église caractérisent des périodes où l’élément musulman se sent en situation de supériorité inattaquable ; elles auraient alors un caractère punitif, tout au moins dans la perception des chrétiens.

Prise de possession : transformer une mosquée en église

33Lors de la contre-offensive chrétienne, à partir de la fin du xviie siècle, le retour des églises converties en mosquées à leur culte initial apparaît comme une évidence, et ce d’autant plus facilement que la domination ottomane a été plus courte (un siècle et demi seulement en Hongrie). Mais même là où cette domination a été la plus longue, en Thrace ou en Macédoine (plus de cinq siècles), l’origine chrétienne d’une mosquée reste visible par de nombreux marqueurs architecturaux et le souvenir populaire ne s’éteint pas.

  • 23Šapkarev K., « Predanja za lica… », 1882, p. 209 ; Hadzivasiljević J., Grad Bitolj, 1911.
  • 24Jireček K., Pătuvanja, 1974, note p. 168‑169.
  • 25  On pense aussi à l’église patriarcale de Tărnovo, remplacée par Hisar Camisi, dont on envisageait (...)

34On observe par ailleurs que, dans les Balkans, les chrétiens en situation d’infériorité ont élaboré un discours de victimisation et, au xixe siècle, lorsque les revendications ethno-religieuses deviennent plus virulentes, affirment haut en fort l’origine chrétienne d’un grand nombre de mosquées. À Bitola (Manastır), qui ne possède aucune église ancienne, on n’hésite pas à affirmer que 7 des 37 mosquées de la ville sont en réalité des églises, auxquelles on attribue des vocables variables selon les informateurs23. À Ihtiman, en Bulgarie centrale, Jireček fait observer avec justesse que le bâtiment revendiqué comme une ancienne église par les chrétiens est orienté sur la kibla24. Ce genre d’objection est écarté d’un revers de main par les patriotes qui expliquent que ces mosquées ont été construites à l’emplacement d’églises détruites, dont le souvenir, prétendent-ils, ne s’est jamais effacé dans la mémoire populaire. L’historien constate que, dans les faits, ces revendications patrimoniales de la fin de l’époque ottomane ne s’inscrivent pas dans la durée : elles ne s’accompagnent pas d’un changement d’affectation religieuse, une fois le pouvoir chrétien rétabli sur la région. Dans certains cas prestigieux, comme l’Imaret Camisi d’Ohrid, on a procédé à des fouilles archéologiques qui ont mis à jour les fondations de l’église fondée par Saint-Clément au ixe siècle : la destruction de la mosquée et la (re)construction d’une église au même empla­cement à la fin du xxe siècle, constitue un phénomène exceptionnel25.

35Vu la délicate gestion des rapports interconfessionnels en Bosnie-Herzégovine, l’administration austro-hongroise s’abstient d’y procéder à des « restitutions » de lieux de culte. C’est ainsi qu’à Bihać l’ancienne église catholique Saint-Antoine, devenue Fethiye Camisi, reste dévolue au culte musulman, malgré son portail indéniablement gothique et sa grande rosace.

36Les églises anciennes, effectivement transformées en mosquées, mais trouvées en ruines au moment de la libération, font généralement l’objet d’une restauration et sont rendues au culte chrétien, parfois avec un retard de plusieurs décennies (Sainte-Sophie de Sofia, reconsacrée en 1900 ; le monastère de Banjska dans le Nord du Kosovo). Leur intérêt archéologique et historique est alors un motif important pour la restauration.

  • 26Omerbašić Š., Islam i muslimani, 2010, p. 248.
  • 27  Sreten Popović rapportant, en 1878, des souvenirs de jeunesse de sa mère : Putovanje po novoj Srbi (...)
  • 28Marica 27 mai 1880, 1er août 1880.

37L’usurpation par les chrétiens de bâtiments ouvertement admis comme étant des mosquées pose des questions toutes différentes. On peut d’abord observer la situation de conquête, quand le changement brusque d’autorité se répercute directement sur la gestion des cultes. Que ce soit dans le but d’affirmer la nouvelle autorité chrétienne, ou plus simplement en l’absence d’un lieu de culte disponible, des mosquées sont accaparées par les forces armées. Lorsqu’en 1689, la Lika et la Krbava sont reprises par les Autrichiens, quatre mosquées sont transformées en églises (Perušić, Bilaj, Budak et Rimnik), cependant qu’une partie de la population musulmane passe au catholicisme26. On sait ainsi qu’une mosquée de Belgrade, après sa prise par les insurgés serbes en 1807, fut transformée en église ; une cloche était pendue au minaret27. Après la guerre russo-turque de 1877-1878, les chrétiens de Jambol se retrouvèrent sans église ; ils occupèrent pendant quelques années une mosquée, mais à titre strictement provisoire28. À Stara Zagora, la Vieille Mosquée étant un des rares bâtiments à avoir survécu au terrible incendie de 1877 fut quelque temps utilisée comme église.

  • 29Filov B., Pătuvanja, 1993, p. 34, 40, 41. Ces églises sont toutes mises sous l’invocation de Saint (...)
  • 30Filov B., Pătuvanja, 1993, p. 38 ; Kovačev St., Zapiski, 1992, p. 95.
  • 31Lory B., « 1912 : Les Hellènes entrent dans la ville », 1992, pp. 247‑253 ; Freundlich L., Die Alb (...)

38Durant la première guerre balkanique, des mosquées furent utilisées comme églises par l’armée bulgare, à Kavala, à Serres, à Yenice Karasu29. L’opération est semble-t-il simplifiée sur le plan rituel par le fait que les aumôniers orthodoxes en campagne sont pourvus d’un équipement liturgique léger qui leur permet de célébrer en plein air. Le 16 décembre 1912, le roi Ferdinand assista à un Te Deum à Drama, dans l’ancienne église Sainte-Sophie qui venait de retrouver son affectation chrétienne30. À Thessalonique, une sorte de compé­tition visant à prendre possession des lieux symboliques de la ville oppose les deux armées d’occupation, grecque et bulgare, au détriment des réfugiés musulmans qu’abritent les grandes mosquées ex-églises. À l’automne de 1913, une délégation albanaise se rend en Autriche-Hongrie et accuse l’armée grecque de transformer des couvents bektachis en églises. Le gouvernement ottoman, après ses défaites de 1912-1913, s’efforce de préserver le statut des mosquées dans les territoires qu’il a perdus ; la Grèce fait savoir qu’elle examinera si les bâtiments incriminés n’étaient pas d’anciennes églises, la Serbie certifie qu’aucune mosquée n’a été transformée en église sur les territoires récemment conquis31.

  • 32Popović D., Srbija i Beograd, 1950, p. 151. Selon d’autres sources, une mosquée de Smederevo aurai (...)
  • 33Cyrille A., De Paris à l’île des Serpents, Paris, 1876, p. 68. En dehors du cadre balkanique, en C (...)

39Quand la situation s’installe pour durer, deux cas de figure peuvent se présenter : soit il n’y a plus de musulmans et le conquérant dispose librement des bâtiments abandonnés, soit une cohabitation nouvelle s’instaure, avec la prééminence des chrétiens sur les musulmans. Le premier cas de figure est celui de l’occupation autrichienne du pachalik de Belgrade entre 1718 et 1739 ; la population musulmane ayant été expulsée, les mosquées furent accaparées par les autorités catholiques. Elles en concédèrent seulement quatre aux chrétiens orthodoxes, à Hasanpasašina Palanka (auj. Smederevska Palanka), Grocka, Paraćin et Kragujevac. Les orthodoxes de Čačak finirent par en obtenir aussi une, arguant du fait qu’il s’agissait d’un ancien monastère. Trois petites cloches furent suspendues au minaret de la mosquée de Paraćin32. Tous ces bâtiments étaient en pierre. Au retour de l’autorité ottomane, ils ont certainement été rendus au culte musulman. Dans des régions qui restèrent durablement sous domination habsbourgeoise, en Hongrie et en Slavonie, on connaît plusieurs exemples de mosquées transformées en églises catholiques. De façon parallèle, on note que l’occupation russe de la Bessarabie (1812) se marqua par la transformation de mosquées en églises, notamment à Ismaïl33.

  • 34Kalev D., 1979.

40Dans les pays balkaniques où une population musulmane minoritaire et déclassée socio-politiquement subsiste, les autorités chrétiennes récupèrent rarement les anciennes mosquées à des fins de culte. Le plus souvent, on cherche à faire disparaître purement et simplement des bâtiments qui rappellent un passé d’oppression. Des centaines de mosquées ont été victimes de ce vandalisme, tantôt actif (généralement justifié par un plan de régulation urbaine), tantôt passif (le bâtiment laissé à l’abandon finit par s’effondrer). Les élites politiques et intellectuelles balkaniques considèrent que la période ottomane n’ayant produit aucune œuvre de valeur artistique, la disparition de ces édifices ne saurait être considérée comme une perte. Des mosquées encore solides sont utilisées comme entrepôts, arsenaux, imprimeries, prisons, musées, bibliothèques, théâtres, etc. mais on ne leur affecte pas de fonction religieuse. Le clergé orthodoxe fait construire des églises par centaines, mais ne montre aucune convoitise envers l’héritage ottoman. Un cas rare et spectaculaire est celui de la Mosquée Noire de Sofia, construite en 1528 par Mimar Sinan, qui fut très habilement transformée en église par l’adjonction d’un clocher-porche, de quatre petites coupoles d’angle, de fenêtres bilobées et de profils de style byzantin. Dédiée aux Sept-Apôtres des Slaves (Sveti Sedmočislenici), elle fut solennellement consacrée le 9 août 1903, jour de la fête de Saint-Clément d’Ohrid34. Le clergé catholique semble avoir eu moins de réticences à procéder à ce genre de reconversions.

  • 35Kiel M., « Osmanische Baudenkmäler », 1989, p. 74. Les ruines d’une mosquée, ultérieurement transf (...)

41Dans l’état actuel de nos recherches, nous n’identifions que treize mosquées qui soient des églises de nos jours : trois en Hongrie (Pécs, Szigetvar), cinq en Croatie (Djakovo, Gorjani, Nošice, Osijek, Klis), deux en Bulgarie (Sofia, Uzundžovo) et trois en Grèce (Kavala, Pylos, Rhodes35).

Qu’en pensent les fidèles ?

  • 36Hasluck F.-­W., Christianity and Islam, 2000 (1re éd. 1929) : la question des mosquées transformée (...)

42Depuis les recherches de Hasluck, l’idée est admise que, dans les Balkans, un lieu sacré est un lieu sacré, quelle que soit la religion qui en assure le contrôle officiel36. De nombreuses pratiques utraquistes ont effectivement été observées dans la région. Cela ne signifie pas pour autant que les fidèles des différents cultes n’aient pas fait de distinction entre ces lieux. Comment un musulman aborde-t-il une mosquée qui révèle une origine giaoure ? Comment les chrétiens admettent-ils de célébrer l’eucharistie dans une ancienne mosquée ? Le rituel inaugural (consécration, première prière) suffit-il à effacer la tare initiale ? Nous ne disposons que de bribes d’information, souvent contradictoires, sur ces questions.

43Selon le consul de Russie Jastrebov :

« Tous les preux hajduks d’Herzégovine, placent parmi leurs principales aspirations de libération nationale la transformation de mosquées en églises, car lesdites mosquées proviennent d’églises. »

Mais dans le même numéro de revue, N. Dučić réfute cette affirmation :

  • 37Glasnik srpskog učenog društva, XLVIII, 1880, p. 411 et 443.

« Ce qui est dit des preux « hajduks » herzégoviniens, dont le principal motif de leur activité de hajduks serait la transformation de mosquées en églises, est faux ; car on sait bien que leur unique et véritable motif est la vengeance contre les malfaiteurs. Et quand bien même ils auraient, en plus, voulu transformer des mosquées en églises, il ne m’est pas connu qu’ils aient jusqu’à ce jour même transformé une seule brique de mosquée en église37. »

44C’est un point sur lequel les combattants chrétiens tiennent, semble-t-il, à se démarquer de leurs adversaires musulmans. L’idée d’une symétrie entre le comportement musulman et le comportement chrétien déplait souverai­nement à ces derniers.

  • 38Giljferding A., Putovanje, 1972, p. 188. Voir aussi Bašmakov A., Preko Crne Gore, 1996, p. 152‑153

45Selon Gil’ferding, auteur russe très hostile à l’Empire ottoman, l’ancienne fondation royale Notre-Dame Ljeviška devenue la mosquée Džuma Džami aurait été un lieu de culte impopulaire parmi les musulmans de Prizren en 185838. Mais Dedijer, auteur serbe très patriote, affirme en 1913 que c’était au contraire un lieu de culte très fréquenté, et surtout par les musulmans d’origine serbe. On voit que chaque auteur projette sur le bâtiment sa propre vision de la société ottomane.

46Dans le cas de l’église des Sept-Apôtres des Slaves à Sofia, on peut penser que de nos jours 99 % des fidèles ignorent son origine musulmane. Le fait qu’elle soit parquetée, ce qui est assez inhabituel en Bulgarie, renforce aussi son aspect « européen ».

  • 39Mažuranić M., Pogled u Bosnu, 1842, p. 15, 26 ; voir aussi Miličević M., Kraljevina Srbija, 1884, (...)
  • 40Miličević M., Kraljevina Srbija, 1884, op. cit., p. 104‑105.
  • 41Popović S., Putovanje, 1950, p. 484 ; Trankova D., Georgieff A, Matanov H, A Guide, 2011, p. 55.

47En 1839, Matija Mažuranić signale une mosquée à Čačak, dont la tradition affirme qu’elle a changé sept fois de religion (nous avons vu plus haut que 1718 et 1739 marquent des changements d’affectation avérés), mais qu’il serait dangereux de le proclamer ouvertement39. Une tradition analogue concerne l’église Saint-Nicolas de Niš qui aurait changé six fois de culte : quand elle était mosquée, son minaret se mettait à pencher dangereusement et en 1877 les musulmans de la ville auraient dit : « Nous savons que ce lieu de prière va toujours à ceux à qui Dieu donne pouvoir sur Niš ; il n’est que justice, vallah, qu’elle revienne à sa vieille religion !40 ». Des traditions sur des minarets qui ne cessaient de s’écrouler tant qu’on ne combinait pas une croix et un croissant pour les « apaiser » en conjuguant les marqueurs religieux existaient à Vranje (Serbie du Sud) et à Suvorovo (Dobroudja bulgare)41.

  • 42  D. Milutinović, M. Valtrović, 1880, p. 441.

48Dans les villes balkaniques, construites en bois et en torchis, les bâtiments « en dur » que sont les lieux de culte constituent des lieux de mémoire, qu’ils le veuillent ou non. Ainsi à Niš, après 1878 « à l’occasion de la transformation de cette mosquée dans la nouvelle église Saint-Nicolas fut trouvée récemment une dalle de pierre avec des lettres slaves et grecques en relief, révélant que la vieille église Saint-Nicolas existait encore dans la première moitié du xviiie siècle42 ». De façon analogue, l’inscription du roi Ivan Vladislav datant de 1016, fut « retrouvée » en 1956, lors de la démolition de la plus ancienne mosquée de Bitola ; le réemploi de matériaux anciens fut pratiqué à l’époque ottomane comme à d’autres époques ; mais qu’une inscription au contenu si hautement « patriotique » soit retrouvée précisément dans une mosquée, où nul ne l’avait observée précédemment, ne va pas sans susciter certains doutes quant à son authenticité. Un thème récurrent du discours national balkanique est que les musulmans autochtones ont été les conservateurs, parfois inconscients, d’une mémoire pré-ottomane que le pouvoir impérial s’est efforcé d’effacer parmi les non musulmans.

Conclusion

49À la lumière de ce que nous venons d’exposer, que penser de la notion de patrimoine architectural ? Il semble qu’elle soit récente et n’émerge que plusieurs décennies après l’accession à l’autonomie/indépendance des différents États balkaniques. Mais peut-être suffit-il d’évoquer le sous-développement de la région avant le xxe siècle ? Hormis dans les zones méditerranéennes et karstiques, où l’activité humaine a dévasté l’environnement forestier, l’architecture vernaculaire est restée en bois et torchis jusqu’à l’après-Première Guerre mondiale. La construction « en dur » restait largement minoritaire. La légèreté du bâti, facilement reconstitué après les dévastations des guerres et les incendies accidentels, est assurément une des clés de la résilience balkanique au cours des siècles. Pratiquement seule l’architecture sacrée (et quelques ponts ou tours défensives) était en matériaux durables, pierre ou brique, et résistait donc mieux aux péripéties de l’histoire. Cette architecture précieuse méritait d’être préservée après un changement de pouvoir. Le pragmatisme l’emportait sur toute autre considération idéologique. Le xxe siècle, avec des possibilités architecturales nouvelles (développement des briqueteries, usage du béton armé) a modifié les pratiques et le regard porté sur le bâti ancien. Construire du neuf devenait facile à envisager. Aussi prosaïque que cela puisse paraître, c’est là que réside, nous semble-t-il, le fin mot de l’histoire.

Haut de page

Bibliographie

Andrić Ivo, L’éléphant du vizir, Paris, 1981.

Bašmakov Aleksandar, Preko Crne Gore u zemlju Gega [Au pays des Guègues à travers le Monténégro], Podgorica, 1996.

Caix de Saint-Aymour Amédée de, Les pays sud-slaves de l’Austro-Hongrie, Paris, 1883.

Cvetkova Bistra, « Sofija prez XV-XVIII vek » [Sofia aux xve-xviiie siècles], in Sofija prez vekovete, t. I, Sofia, 1989.

Cyrille (baron Adolphe d’Avril), De Paris à l’île des Serpents, Paris, 1876.

Dedijer Jevto, Nova Srbija [La nouvelle Serbie], Beograd, 1913.

Djordjević Tihomir, Naš narodni život [Notre vie populaire], Beograd, 1984.

Džomba Čedomir (ed.), Blago na putevima Jugoslavije [Trésor sur les routes de Yougoslavie], Beograd, 1983.

Evlija Čelebi, Pătepis [Voyage], Sofia, 1972.

Filov Bogdan, « Stari pametnici v Sofia » [Monuments anciens à Sofia], in Jubilejna kniga na grad Sofia, Sofia, 1928, p. 46-55.

Filov Bogdan, Pătuvanija iz Trakija, Rodopite i Makedonija 1912-1916 [Voyages en Thrace, dans les Rhodopes et en Macédoine, 1912-1916], Sofia, 1993.

Freundlich Leo, Die Albanische Korrespondenz, München, 2012.

Giljferding Aleksandar, Putovanje po Hercegovini, Bosni i Staroj Srbiji [Voyages en Herzégovine, en Bosnie et en Vieille Serbie], Sarajevo, 1972.

Glasnik srpskog učenog društva, XLVIII, 1880.

Greene Molly, A Shared World, Christians and Muslims in the Early Modern Mediterranean, Princeton, 2000.

Hadživasiljeviċ Jovan, Grad Bitolj, Beograd, 1911.

Hafizović Fazileta, « Vakufi u požeškom i pakračkom sandžaku u periodi osmanske vlasti » [Les wakfs des sancaks de Požega et Pakrac à l’époque du pouvoir ottoman], Prilozi za orientalnu filologiju, 49, 2000, p. 238-239.

Hasluck F[redrick] W[illiam], Christianity and Islam under the Sultans, Istanbul, Isis Press, 2000 (1re éd. 1929).

Ivanova Elena, Gančeva Daniela, « Pravoslavni hramove na teritorijata na razgrad­skata oblast (XVII-XX v.) » [Lieux de culte orthodoxes dans la région de Razgrad, xviie-xxe siècles], in Kultova arhitektura i izkustvo v Severoiztočna Bălgarija (XV-XX v.) [Architecture cultuelle et arts en Bulgarie du Nord-Est, xve-xxe siècles], Sofia, 2006, p. 40-49.

Jireček Konstantin, Das Fürstenthum Bulgarien, Prag-Wien-Leipzig, 1891.

Jireček Konstantin, Pătuvanja po Bălgarija [Voyages en Bulgarie], Sofia, 1974.

Kalev Dimităr, Cărkvata Sv. Sedmočislenici v Sofia [Les églises des Sept-Apôtres à Sofia], Sofia, 1979.

Kanitz Felix, Das Königreich Serbien und das Serbenvolk, Leipzig, 1904.

Kanitz Felix, Donau-Bulgarien und der Balkan, Leipzig, 1880.

Kiel Machiel, « Osmanische Baudenkmäler in Südosteuropa » in Majer H.-G. (ed.), Die Staaten Südosteuropas und die Osmanen, München, 1989, p. 23-76.

Kiel Machiel, Art and Society of Bulgaria in the Turkish Period, Maastricht, 1985.

Kiel Machiel, Studies on the Ottoman Architecture of the Balkans, Aldershot, 1990.

Kovačev Stiljan, Zapiski na generala ot pehotata 1876-1918 [Notes d’un général d’infanterie, 1876-1918], Sofia, 1992.

Kozelsky Mara, Christianizing Crimea. Shaping Sacred Space in the Russian Empire and Beyond, DeKalb, Illinois, 2010.

Lefort Jacques (ed.), Paysages de Macédoine, Paris, 1986.

Lewis Bernard, Istanbul et la civilisation ottomane, Paris, 1990.

Lory Bernard, « 1912 : les Hellènes entrent dans la ville », in Veinstein G. (ed.), Salonique 1850-1918. La “ville des juifs” et le réveil des Balkans, Paris, 1992, p. 247-253.

Lory Bernard, Le sort de l’héritage ottoman en Bulgarie 1878-1900, Istanbul, 1985.

Madol Hans Roger, Ferdinand de Bulgarie, Paris, 1933.

Mažuranić Matija, Pogled u Bosnu [Regard sur la Bosnie], Zagreb, 1842.

Mikov Ljubomir, « Osmanski pametnici văv Varnensko » [Monuments ottomans dans la région de Varna], in Kultova arhitektura i izkustvo v Severoiztočna Bălgarija (XV-XX v.) [Architecture cultuelle et arts en Bulgarie du Nord-Est, xve-xxe siècles], Sofia, 2006, p. 249-262.

Miličević Milan, Kraljevina Srbija [Le royaume de Serbie], Beograd, 1884.

Milutinović D., Valtrović M., « Izveštaj umetničkog odbora srpskog učenog društva » [Communiqué de la section artistique de la Société savante serbe], Glasnik S.U.D., XLVIII, Beograd, 1880.

Mosolov, « Bălgarija 1878-1883 » [La Bulgarie 1878-1883], Voenno-istoričeski sbornik, XXVIII, 1936.

Omerbašić Šefko, Islam i muslimani u Hrvatskoj [L’islam et les musulmans en Croatie], Zagreb, 2010.

Petrov Petăr, Po sledite na nasilieto [Sur les traces de la violence], Sofia, 1987.

Popović Dušan, Srbija i Beograd od Požarevačkog do Beogradskog mira (1718-1739) [La Serbie et Belgrade du traité de Passarowitz à celui de Belgrade], Beograd, 1950.

Popović Sreten, Putovanje po novoj Srbiji [Voyage en Nouvelle Serbie], Beograd, 1950.

Recueil des traités, conventions 1903-1922, t. I, Istanbul, 2000.

Samardžić Radovan, Beograd i Srbija u spisima francuskih savremenika XVI-XVII vek [Belgrade et la Serbie dans les écrits des contemporains français, xvie-xviie siècles], Beograd, 1961.

Šapkarev Kuzman, « Predanja za lica i mesta ot Bitolsko » [Traditions sur des personnages et des lieux de Bitola], Sbornik na narodni umotvorenija, VIII, 1882.

Stojanović Ljubomir, Stari srpski zapisi i natpisi [Notes marginales et inscriptions serbes anciennes], t. V, Beograd, 1925.

Stojanovski Aleksandar, « Edno potvrdeno predanie » [Une tradition confirmée], in Makedonija vo turskoto srednovekovie [La Macédoine dans le Moyen-Âge turc], Skopje, 1989, p. 286-292.

Trankova Dimana, Georgieff Anthony, Matanov Hristo, A Guide to Ottoman Bulgaria, Sofia, 2011.

Haut de page

Notes

1  Exemples conservés à Belogradec et Suvorovo, région de Varna, cf. Mikov L., « Osmanski pametnici », 2006.

2  Un mihrab en coin trahit ainsi l’origine chrétienne d’une des mosquées de Vize en Thrace orientale, Filov B., Pătuvanija iz Trakija, 1993, p. 64.

3Trankova D., Georgieff A., Matanov H., A Guide…, 2011, p. 136‑139.

4  Certaines mosquées présentent de véritables absides, qui font partie de la conception même du bâtiment, p. ex. à Serres ou Štip : Kiel M., Studies on the Ottoman Architecture, 1990, plans en annexe du volume. Selon Evliya Çelebi, on se serait contenté d’adjoindre un mihrab à l’église de Štip.

5  À une période de relative tolérance envers la construction d’édifices religieux, entre 1856 et 1878, mais dans une région où la population musulmane était importante (autour de Razgrad en Bulgarie orientale), quatorze églises furent construites. Aucune d’entre elles n’a de coupole apparente, une seulement une coupole aveugle, solution architecturale rare dans la région : Ivanova E., Gančeva D., « Pravoslavni hramove, 2006.

6Andrić I., L’éléphant du vizir, Paris, 1981.

7Hafizović F., « Vakufi… », 2000.

8Lory B., Le sort de l’héritage ottoman, 1985, p. 110‑111.

9Mosolov, 1936, p. 27 ; Kanitz F., 1880, t. II, p. 227.

10Jireček K., Das Fürstenthum…, 1891, p. 169. Le journal Vitoša du 20 juin 1879 signale un fait divers : « Georgi Filibeli, que les Sofiotes connaissent pour son art de faire tomber les minarets des mosquées vouées à la destruction pour des raisons d’intérêt public, alors qu’il accomplissait cette besogne hier sur un minaret est tombé en même temps que ce dernier et s’est tué ». On perçoit un certain frisson occulte : il s’agit bien d’une profanation !

11  D’après la traduction bulgare dans Armenski pătepisi za Balkanite XVII-­XIX v., Sofia, 1984, p. 36.

12Caix de Saint-­Aymour A., Les pays sud-­slaves…, 1883, p. 119‑120.

13  Plusieurs exemples tirés de la chronique de Neşri et d’Evliya Çelebi chez Petrov P., Po sledite…, 1987, p. 103‑104.

14  Cité d’après Lewis B., 1990, p. 17.

15  La scène symétrique, si l’Histoire daignait être une œuvre d’art, aurait dû être l’entrée de Ferdinand de Bulgarie, le 27 mars 1913, dans le chef-d’œuvre de l’architecture ottomane, la Selimiye d’Edirne. Selon les dires du secrétaire de la légation française Émile Dard « … Ferdinand vint dans la vieille et fameuse mosquée de la ville pour passer la revue des trésors artistiques et archéologiques que ses armées avaient conquis. Mais un chat noir, effarouché par le bruit de la visite royale, courait sur le chemin du tsar bulgare. Le roi poussa un cri, couvrit ses yeux de sa main, et tandis qu’un homme de sa garde chassait le pauvre animal, dit « Alors, je perdrai Andrinople ! » : Hans Roger Madol, Ferdinand de Bulgarie, Paris, 1933 (version légèrement différente chez Stephen Constant, Foxy Ferdinand, London, 1979, p. 267). La symétrie entre 1453 et 1913 doit être nuancée ; si, dès avril 1913, il fut question de transformer la Selimiye en église (Filov B., Pătuvanija, 1993, p. 55), le tsar Ferdinand y était opposé : la grande scène dont il rêvait était son entrée solennelle à Sainte-­Sophie de Constantinople…

16Kiel M., Art and Society of Bulgaria, 1985, p. 167‑184 ; du même, Studies on the Ottoman Architecture, 1990, p. 123.

17Greene M., A Shared World, 2000, p. 83.

18  L’indication d’Anton Vrančić en 1553 est assez ambigüe, car il en parle comme d’un bâtiment désaffecté, mais apparemment encore en possession chrétienne. Nemski pătepisi za Balkanite XV-­XVI v., Sofia, 1979, p. 162, 186 ; Samardžić R, Beograd i Srbija…, 1961, p. 359.

19Filov B., « Stari pametnici… », 1928, p. 46‑55 ; Cvetkova B., 1989, p. 81.

20  Evlija Čelebi, 1972, p. 188. D’autre part, les églises de la forteresse de Jannina furent confisquées en 1618, en représailles à l’insurrection menée par un évêque illuminé, Denys-­le-­Skylosophe (Kiel M., Art and Society, 1985, p. 173‑174).

21Stojanovski A., 1989, p. 286‑292.

22  La date de transformation varie selon les ouvrages : au xviie siècle, selon Jevto Dedijer, Nova Srbija, 1913, p. 256 ; sous Mehmed II selon Džomba C., Blago na putevima Jugoslavije, 1983, p. 466.

23Šapkarev K., « Predanja za lica… », 1882, p. 209 ; Hadzivasiljević J., Grad Bitolj, 1911.

24Jireček K., Pătuvanja, 1974, note p. 168‑169.

25  On pense aussi à l’église patriarcale de Tărnovo, remplacée par Hisar Camisi, dont on envisageait la transformation en église dès 1880 (Marica, 1er juillet 1880, p. 7), mais qui ne sera reconstruite sous forme d’un temple patriotique que dans les années 1980. Dans un contexte beaucoup plus modeste, on sait que l’église de Vrebac, près de Gospić en Croatie, a été construite sur l’emplacement d’un ancien mescid (oratoire) (Stojanović L., Stari srpski zapisi, 1925, n° 8741).

26Omerbašić Š., Islam i muslimani, 2010, p. 248.

27  Sreten Popović rapportant, en 1878, des souvenirs de jeunesse de sa mère : Putovanje po novoj Srbiji, 1950, p. 152 (en note).

28Marica 27 mai 1880, 1er août 1880.

29Filov B., Pătuvanja, 1993, p. 34, 40, 41. Ces églises sont toutes mises sous l’invocation de Saint-­Boris, en l’honneur du prince héritier, lequel est orthodoxe, à la différence de son père Ferdinand ; au mois d’août 1913, la mosquée de Yenice Karasu est déjà rendue au culte musulman (ibidem p. 102).

30Filov B., Pătuvanja, 1993, p. 38 ; Kovačev St., Zapiski, 1992, p. 95.

31Lory B., « 1912 : Les Hellènes entrent dans la ville », 1992, pp. 247‑253 ; Freundlich L., Die Albanische Korrespondenz, 2012, p. 114, 216 ; Recueil des traités, conventions 1903‑1922, t. I, Istanbul 2000, p. 236, 261‑262.

32Popović D., Srbija i Beograd, 1950, p. 151. Selon d’autres sources, une mosquée de Smederevo aurait été transformée en église vers la même époque, cf. Djordjević T., 1984, p. 75.

33Cyrille A., De Paris à l’île des Serpents, Paris, 1876, p. 68. En dehors du cadre balkanique, en Crimée, cf. Kozelsky, Christianizing Crimea, 2010.

34Kalev D., 1979.

35Kiel M., « Osmanische Baudenkmäler », 1989, p. 74. Les ruines d’une mosquée, ultérieurement transformée en église, se trouvent au lieu-­dit Parthenion-­Kizele, commune de Zagliberion (Chalcidique), cf. Lefort J. (ed.), Paysages de Macédoine, 1986, p. 219.

36Hasluck F.-­W., Christianity and Islam, 2000 (1re éd. 1929) : la question des mosquées transformées en églises est abordée au chapitre 7.

37Glasnik srpskog učenog društva, XLVIII, 1880, p. 411 et 443.

38Giljferding A., Putovanje, 1972, p. 188. Voir aussi Bašmakov A., Preko Crne Gore, 1996, p. 152‑153.

39Mažuranić M., Pogled u Bosnu, 1842, p. 15, 26 ; voir aussi Miličević M., Kraljevina Srbija, 1884, p. 676 ; Kanitz F., Das Königreich Serbien, 1904, p. 211.

40Miličević M., Kraljevina Srbija, 1884, op. cit., p. 104‑105.

41Popović S., Putovanje, 1950, p. 484 ; Trankova D., Georgieff A, Matanov H, A Guide, 2011, p. 55.

42  D. Milutinović, M. Valtrović, 1880, p. 441.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lory, « Églises et mosquées : des bâtiments interchangeables ? (sur des exemples balkaniques) », Anatoli, 6 | 2015, 81-100.

Référence électronique

Bernard Lory, « Églises et mosquées : des bâtiments interchangeables ? (sur des exemples balkaniques) », Anatoli [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 19 février 2017. URL : http://anatoli.revues.org/290 ; DOI : 10.4000/anatoli.290

Haut de page

Auteur

Bernard Lory

Bernard Lory est professeur de civilisation balkanique à l’INALCO (Paris). Ses recherches portent surtout sur l’histoire des Slaves du Sud aux xixe et xxe siècles dans une approche d’histoire des mentalités. Dernier ouvrage paru : La ville balkanissime, Bitola 1800-1918, Istanbul, Isis, 2011. Normalien-agrégé, diplômé de l’INALCO, Jean-François Pérouse est maître de conférences-HDR. Après une thèse de géographie urbaine sur la construction d’Ankara (1919-1950), il s’est consacré à l’Istanbul contemporain, et notamment à ses périphéries. Rattaché à l’université Jean Jaurès (Toulouse), il a été successivement délégué auprès de l’université de Marmara, puis responsable de l’Observatoire urbain d’Istanbul (à l’Institut français d’Études Anatoliennes, IFEA), puis délégué auprès de l’université de Galatasaray. Il dirige l’IFEA depuis septembre 2012. Membre du comité de rédaction de European Journal of Turkish Studies, auteur de Villes du Tiers-Monde (1993, puis 1995), La Turquie en marche (2004), Villes et risques (2006), et Constantinople-1900 (2010), il a publié de nombreux articles et chapitres d’ouvrage sur la Turquie contemporaine.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org