Navigation – Plan du site
Partie 2 - Le marquage religieux de l’espace

Mémoires partagées, patrimoines disputés L’église grecque de Braïla

Georges Kostakiotis
p. 101-113

Texte intégral

1À l’aube du xxie siècle, le rapport entre patrimoine culturel et fait minoritaire en Roumanie est particulièrement complexe. Il est pour beaucoup le produit d’une histoire très mouvementée. Sous domination ottomane entre le xvie et le xixe siècle, les principautés moldovalaques s’unissent en 1859 sous la conduite d’I. A. Cuza et obtiennent un statut d’autonomie. En 1878, avec le traité de Berlin, elles forment le Royaume de Roumanie rejoignant les États-nations issus de l’Empire des sultans, avant de traverser, dès la Seconde Guerre mondiale, une période d’environ un demi-siècle placée sous le signe de régimes totalitaires.

2Depuis 1989, la dénationalisation des biens collectifs et le processus de leur restitution aux personnes physiques ou morales concernées ont réintroduit dans le débat public la question du patrimoine des minorités. Dans certains cas, l’identité des ayants droit légaux a fait l’objet d’âpres controverses, parfois de procès : à qui s’agit-il de restituer ? L’évolution démographique des minorités, mais aussi la remise en cause de la légitimité des représentants communautaires après 1989 sont autant des facteurs qui contribuent à la multiplication de cas de biens sans propriétaire légal et par conséquent difficiles à gérer et à entretenir.

3Qui entend « patrimoine des minorités », dans le contexte roumain des vingt dernières années, comprend surtout des édifices significatifs pour la mémoire collective des communautés concernées, mais aussi, assez souvent, d’une certaine valeur artistique.

4Cependant, s’agissant d’un pays aussi fortement marqué par la diversité culturelle des nombreuses populations qui l’ont habité au cours des derniers siècles, il est tout aussi notoire qu’il existe des lieux où des mémoires collectives variées convergent, s’imbriquent, se superposent ou se croisent sans forcément se rencontrer. Leur « revendication » juridique mais aussi mémorielle par des acteurs différents complique considérablement leur situation.

5Un des objectifs de cette brève étude est d’interroger cette relation entre biens patrimoniaux « partagés » et fait minoritaire. Quels arguments, quels moyens un groupe minoritaire, surtout lorsque celui-ci est en voie d’extinction, mobilise-t-il pour consolider ses liens avec un élément de son patrimoine jugé indispensable pour la préservation de son identité culturelle ?

  • 1  Haralambos Caravias, 40 ans ; Savvas Tsorakidis, 78 ans : entretiens réalisés le 20 et le 21 mars (...)

6Pour esquisser un début de réponse à cette question, cet article se concentre sur le cas de l’église grecque de Braïla, ville portuaire du Danube située dans la partie Est de la Roumanie, près du delta. Outre la bibliographie disponible sur cet édifice et les conditions de sa construction, il s’appuie aussi sur une série d’entretiens réalisés en mars 2014 avec les présidents des communautés grecques de Braïla et de Bucarest, H. Caravias et S. Tsorakidis respectivement1.

7Avant d’entrer dans le vif du sujet, quelques clarifications terminologiques sont nécessaires.

  • 2  Thiesse A.-M., 1999.
  • 3  Thiesse A.-M, 1999, p. 231.
  • 4  Thiesse A.-M, 1999, p. 12‑13.

8Dans le cadre de cet article, le terme de « patrimoine » correspond à tout bien matériel ou immatériel à travers lequel s’exprime une identité collective appelée à se positionner dans un espace multiculturel, non seulement pour se différencier au sein de celui-ci mais aussi pour en faire partie intégrante. Le sens donné à cette notion puise notamment dans les travaux d’Anne-Marie Thiesse sur la création des identités nationales2. Selon le même auteur, la « communauté » peut être comprise comme une micro-nation3 : si la nation est une communauté étendue, la communauté fonctionne inversement comme une nation restreinte dans un ensemble beaucoup plus large. Son existence présuppose la référence à une autorité et l’appartenance à une même religion. Qu’il s’agisse de communauté ou de nation, les repères concrets – témoins de sa présence, prenant de préférence appui sur un passé prestigieux – sont indispensables4. En effet, les éléments immatériels tels que la langue, la religion ou le folklore ne suffisent pas toujours à marquer l’espace et à légitimer la présence d’une communauté. Parfois, surtout dans des sociétés où coutumes, traditions, croyances sont imbriquées, le bâti reste un moyen privilégié pour se démarquer. Enfin, le terme de « minorité » est employé ici conformément à l’utilisation sémantique dont il fait l’objet depuis la fin de la Première Guerre mondiale et l’émergence de minorités nationales. Ces dernières sont formellement reconnues en Roumanie : pour dissiper toute éventuelle zone d’ombre qui a pu s’installer durant les années des totalitarismes, la constitution de 1991 ne manque pas de redéfinir, à travers plusieurs dispositions, leur statut.

Maison de Dieu, maison de la communauté

  • 5  Sous le règne du sultan Ahmed III (1673‑1736), les principautés danubiennes sont gouvernées par de (...)
  • 6  Dumont P., « La période des Tanzimat », 1989, p. 510‑511 et Thiesse A.-M, 1999, p. 96.
  • 7  Il s’agit de l’ensemble des textes fondamentaux jetant les bases d’une constitution et promulgués (...)

9La présence des Grecs dans le Bas-Danube est principalement liée aux princes phanariotes5 qui gouvernent les provinces moldovalaques pour le compte des Ottomans de 1711 à 1821 ; leur grand nombre, dans la région, est aussi le résultat de la politique russe et de sa volonté de contrôler les Balkans et le Sud-Est européen. Jusqu’en 1829, Braïla est le siège d’un évêché rattaché au patriarcat de Constantinople et doté d’un clergé grécophone. En 1829, à l’issue de la guerre russo-ottomane, la signature entre le sultan et le tsar du traité d’Andrinople6 et la mise en place, par la Russie victorieuse, du Règlement organique7 pour administrer les principautés danubiennes vont considérablement favoriser la formation de communautés. Loi quasi-constitutionnelle, le Règlement a notamment ouvert la voie aux initiatives caritatives des consulats et à la fondation d’écoles par des particuliers.

  • 8  Papacostea-Danielopolu C., Οι Ελληνικές Κοινότητες, 2010, p. 65.
  • 9  Hatzigeorgiou-Hassioti V., « Στέφανος Ξένος », 1996.
  • 10  Curelaru V., Η ιστορία του ελληνικού ναού στη Βραΐλα, 2005, p. 19.

10À partir de 1856, le traité de Paris internationalise le grand fleuve et crée la Commission internationale du Danube qui installera son siège un peu plus loin, dans la ville de Sulina, au bord de la mer Noire. Des populations grecques s’y établissent alors massivement8. Pour la plupart, elles proviennent des îles ioniennes, sous contrôle britannique jusqu’en 1864. C’est à cette époque que l’écrivain et homme d’affaires d’origine smyrniote Stephanos Xenos fonde à Braïla, depuis Londres où il est installé, la Compagnie Maritime gréco-orientale9. Beaucoup plus tard, en 1913, en visite à Braïla, Eleftherios Venizélos remarquera que même dans le port du Pirée, il n’avait pas vu autant de drapeaux grecs10. C’est durant cette seconde moitié du xixe siècle que la langue grecque s’impose dans le commerce et la vie sociale.

11C’est cette période qui correspond à l’âge d’or des Grecs de Braïla. Prenant acte de leur prospérité, ceux-ci décident de se doter d’une personnalité légale en créant une « communauté ».

  • 11  Kontogeorgis D., « Οι ελληνικοί σύλλογοι στη Ρουµανία… », 2007, p. 376.
  • 12  Le terme est pris ici dans son sens premier et se réfère à l’appartenance à la cité, à la qualité (...)
  • 13  Pierre Nora parle « d’un corpus indicateur d’une identité politique » : Nora P., Les lieux de mémo (...)
  • 14  Ce même processus a été suivi par d’autres communautés grecques de Roumanie, voir Kontogeorgis D., (...)

12Officiellement, la communauté grecque de Braïla est fondée le 18 février 1863 par une assemblée de 315 personnes. Lors de la même réunion, il est décidé de construire une église, où la messe serait dite en langue grecque et dont l’administration ainsi que le clergé relèveraient de la responsabilité de la communauté. Cependant, peu après, dans le cadre des réformes du prince A. I. Cuza, le décret du 21 mars 1863, stipule que la seule langue autorisée dans les églises et monastères du pays est le roumain. Dans ce nouveau contexte, certaines communautés vont associer leur fonctionnement, voire leur existence, à la création d’une église d’expression grecque11. En d’autres termes, si le politique, au sens classique12, exprime l’idée d’une profonde unité au sein d’un groupe de personnes, dans le cas de Braïla c’est le lieu de culte qui endosse ce rôle « politique »13. À cet égard, il suffit de noter que les services administratifs de la communauté sont logés dans la cour de l’église. Inversement, il convient de remarquer que les communautés qui ne se sont pas dotées d’un lieu de culte n’ont pas survécu longtemps14.

13Pour mettre en œuvre ce projet, une souscription est aussitôt ouverte. La somme de 10 000 florins or sera collectée. En même temps, la communauté sollicite officiellement auprès du prince Alexandru Ion Cuza l’autorisation de construire une église dédiée à l’Annonciation.

  • 15  Pour tous les détails de la construction de l’église grecque de Braïla voir Curelaru V., Η ιστορία(...)
  • 16  Kontogeorgis D., « Οι ελληνικοί σύλλογοι στη Ρουµανία… », 2007, p. 91‑104.

14Dans un premier temps, le 13 avril, sur ordre du ministre des Cultes et de l’Éducation, Cristian Tell, le conseil municipal de Braïla cède à la communauté grecque une église pour la célébration de la messe en grec. L’autorisation d’A. I. Cuza arrive un mois plus tard15. Les travaux de la construction, en raison de problèmes financiers, dureront jusqu’en 187216. L’évêque du Bas-Danube inaugurera le monument le 29 octobre de cette même année. Une plaque commémorative encastrée sur le fronton de l’église mentionne l’événement ; un panneau beaucoup plus récent reprend les grandes lignes de l’histoire de la construction.

  • 17Η Μέλισσα του Δουνάβεως, éditions Pericleous M. Pesmatzoglou, Braïla 1874, p. 162.
  • 18  À la fin du xixe siècle, Braïla est un des plus grands centres grecs des provinces danubiennes : P(...)
  • 19  Originaire de l’île de Lesbos, il a fait ses études au Séminaire orthodoxe de Halki (Istanbul) et (...)
  • 20  Gogos G., Λόγος περί ελληνίδων γυναικών, 1872, p. 31.
  • 21  » Το Ελληνικόν Παρθεναγωγείον της ηµετέρας κοινότητος όπερ εν καιρώ τω δέοντι συντηρούµενον και υπ (...)

15Au début des années 1870, la communauté regroupe près de 7 000 personnes17 ; vingt ans plus tard, elle dépasse les 10 000 âmes18. L’église, dont la fondation coïncide avec celle de la communauté, devient vite le centre de la vie sociale. Durant cette période, l’investissement de l’archimandrite Grigorios Gogos19 mérite d’être signalé. C’est notamment pour beaucoup grâce à ses initiatives que les associations caritatives des « dames » et des « jeunes » sont créées. Dans son discours prononcé en janvier 1872, lors de la fête annuelle de la Société des Amis des Lettres, celui-ci se réfère à l’achèvement des travaux de l’église en soulignant le rôle central du lieu de culte : les associations, les écoles, l’hôpital fondés dans son sillage « embelliraient » et aideraient la communauté de Braïla20. Dans la pratique, il s’agit d’évoquer l’importance pour les œuvres philanthropiques du soutien financier de l’église dont les revenus sont élevés, témoignant d’une réelle prospérité21.

16C’est ainsi que cet édifice prend, progressivement, une place centrale au sein de ce monde. Il devient le principal repère de la communauté grecque de Braïla. Il n’est pas uniquement un lieu de rassemblement des fidèles – au sens propre du terme grec εκκλησία qui exprime « l’union » durant le culte à un endroit précis. Il correspond aussi à un espace qui permet d’identifier la communauté et de la différencier des autres composantes de la société locale.

  • 22  Originaire de Brousse. Les Allemands Oscar Schwab et Adolph Schuman ont également été associés au (...)

17Les plans de l’architecte Abraham Ioannidis22 s’inspirent aussi bien du néoclassicisme que de l’art gothique ou que de celui de la renaissance. Ils ­proposent une construction qui s’inscrit de manière harmonieuse dans l’esprit du monde roumain de la fin du xixe siècle et du début du xxe. La reproduction des copies byzantines est abandonnée au profit d’une architecture « nationale » ; à l’exemple de la société roumaine de l’époque, l’esthétique de l’édifice oscille entre le monde russe et l’Europe centrale, entre héritage latin et héritage byzantin.

  • 23  Le plan de l’église de Braïla ainsi que ses dimensions rappellent celle de la Sainte-Trinité à Tak (...)
  • 24  » Η εν Βραΐλα Ελληνική αποικία […] ανήγειρε µεγαλοπρεπέστατον και πολυτελή ναόν, ρυθµού βυζαντινογ (...)

18Ioannidis se laisse donc séduire par les courants développés dans le monde germanique avec un retour à l’Antiquité. Mais il est loin de reprendre le néoclassique pur, à la bavaroise, tel que celui-ci a été appliqué à Athènes pour l’église Sainte-Irène, rue Eolou, ou celle de Saint-Nicolas, rue Asklipiou. Grâce au gothique et à la Renaissance, la nouvelle construction s’intègre dans un espace où l’élément latin se croise avec les lignes adoptées en Occident pour refléter une société en plein essor économique et culturel. En 1874, dans L’Abeille du Danube, un des journaux édités à Braïla, le style du bâtiment est qualifié de « byzantin-gothique » et la communauté grecque est fière de souligner que la nouvelle église est grandiose et luxueuse, comparable pour ce qui est de ses dimensions23 à la cathédrale d’Athènes24. Les travaux ont été réalisés par des maîtres d’œuvre italiens. À l’intérieur, les fresques ont été confiées à un artiste de Céphalonie, Konstantinos Livadas-Liochis, et à deux locaux, D. Belizarie et Gh. Tattarescu, auteurs d’une importante production iconographique religieuse. Les lustres ont été commandés à Murano et en Bohème tandis que l’iconostase de marbre blanc, en style néoclassique, a été façonnée par des artistes venus de Constantinople.

19Il est évident que les différentes communautés rivalisent dans la volonté de s’afficher comme les plus importantes et les plus influentes. Le résultat dépasse l’image grecque et devient un symbole qui domine la ville et finit par la représenter.

  • 25  Voir Eliade M., Traité…, 1983, p. 315.
  • 26  Curelaru V., Η ιστορία του ελληνικού ναού στη Βραΐλα, 2005, p. 13.
  • 27  Eliade M., Traité…, 1983, p. 315.

20Comme toutes les constructions sacrées, l’église grecque est, elle aussi, appelée à représenter symboliquement l’univers25. En un certain sens, chacune d’entre elles reproduit le « centre du monde » et ce symbolisme du centre se retrouve dans la construction des villes. La ville de Braïla est en pleine reconstruction depuis 1835 ; durant le conflit russo-ottoman de 1828-1829 elle s’est trouvée à l’épicentre des affrontements et elle a été complètement détruite. Ses nouveaux plans sont inspirés de la ville d’Odessa26. Si nous acceptons l’idée que la nouvelle ville doit être projetée, à travers le rituel de sa construction, dans le « centre de l’univers »27, ce rôle c’est la communauté grecque qui a dû le jouer avec l’édification de son église.

  • 28  Eliade M., Traité…, 1983, p. 321.
  • 29  Curelaru V., Η ιστορία του ελληνικού ναού στη Βραΐλα, 2005, p. 25.

21Puisque l’accès au « centre » – du monde pour la ville entière ou de la ville pour une communauté – équivaut à une consécration, à une initiation, il faudra un signe divin pour qu’à l’existence d’hier, profane et illusoire, en succède une nouvelle réelle, durable et efficace28. Voici le miracle : tout au début des travaux de construction et sur l’emplacement même des fondations, une vision a permis la découverte d’une source d’eau miraculeuse. L’événement a eu lieu le vendredi après Pâques de 1863, jour de la fête de la Vierge Marie, (Ζωοδόχος Πηγή). Effectivement, une source à quinze mètres de profondeur est encore aujourd’hui visible sous la forme d’un puits. Selon la tradition, tous les ans, après Pâques, durant la fête, l’eau qui monte à la surface a une puissance de guérison. Ce miracle a rendu l’église célèbre et a attiré beaucoup de fidèles. Durant la période communiste, la police a même fait des recherches pour trouver la « ruse » mise en place, sans résultats29.

  • 30  Eliade M., Traité…, 1983, p. 312.

22De cette façon, l’église a très tôt acquis une dimension symbolique qui allait lui assurer une place à part au sein de la communauté grecque. Cette dernière allait à son tour occuper une position importante dans l’ensemble de la société de Braïla. Le lieu n’est pas « choisi » par l’homme, il est simplement « découvert » par lui. L’espace sacré qui deviendra le centre de la communauté et ultérieurement le centre de la ville, « se révèle » à lui pour lui accorder une légitimité nécessaire qui dépasse l’ordre humain et s’impose par décision divine30. L’église était certainement celle des Grecs mais aussi celle de toute la ville et ceci non pas seulement du point de vue spirituel – puisque les Roumains tout comme les Grecs sont des orthodoxes – mais aussi du point de vue social.

23L’église de l’Annonciation est le bâtiment le plus haut et le plus central de la ville : elle se trouve à deux pas de la place qui constituait le centre géographique de Braïla tout au long du xixe siècle et jusqu’aux années 1970-1980. De ce fait, elle est utilisée par la brigade municipale des pompiers pour la surveillance anti-incendie. En 1899, selon un accord conclu entre la mairie et la communauté grecque, le clocher devient une « tour de guet », reliée par téléphone à la caserne des pompiers. Dans le même ordre d’idées, à partir de 1916, après l’entrée de la Roumanie dans la Première Guerre mondiale aux côtés des Alliés, l’école grecque située dans la cour de l’église est transformée en hôpital militaire.

Plus l’église s’associe à la ville, plus elle échappe aux Grecs

24Ainsi, centre communautaire, l’église devient, progressivement, un « centre » pour l’ensemble de la cité. Au moment même où la volonté de la communauté grecque de marquer la ville se réalise, se met en place un processus qui intègre progressivement l’église dans le paysage urbain de façon organique. L’église des Grecs bascule du côté de la ville dont elle suit le développement. Certes, l’édifice symbolise toujours la prospérité de la communauté grecque de Braïla et exprime l’investissement de celle-ci en faveur de la cité et vice-versa. Toutefois, un glissement des pouvoirs se produit en même temps : plus l’église s’associe à la ville, plus elle échappe aux Grecs. Elle constitue un repère pour la ville entière et ne représente plus une tesselle ethnique de la mosaïque cosmopolite de Braïla.

  • 31  Curelaru V., Η ιστορία του ελληνικού ναού στη Βραΐλα, 2005, p. 43.

25Malgré les difficultés auxquelles la société roumaine a eu à faire face après la Grande Guerre, les effectifs de la communauté grecque n’ont pas trop baissé. Dépassée par les vagues de réfugiés en provenance d’Anatolie en 1922-23, la Grèce n’est pas un lieu attractif pour les Grecs de Braïla dont la situation économique est désormais loin d’être florissante. En revanche, pendant la Seconde Guerre mondiale et surtout après 1945, le rythme des départs s’accélère31.

  • 32  Propos de Caravias H.

26En 1948, la communauté de Braïla, comme toute autre communauté représentant une minorité nationale en Roumanie, a été dissoute et la langue grecque a été interdite dans la rue. À partir de cette date, l’église retrouve, par rapport à la communauté grecque, quelque peu le rôle qu’elle jouait à l’époque ottomane. Les « bureaux » communautaires se trouvant dans la cour, le comité d’administration de l’église devient aussi, officieusement, celui de la communauté. La langue grecque peut continuer d’être pratiquée dans l’enceinte de l’église32.

  • 33  Curelaru V., Η ιστορία του ελληνικού ναού στη Βραΐλα, 2005, p. 43.
  • 34  Propos de Caravias H.

27Mais une série de changements font désormais que, du point de vue administratif, l’église quitte progressivement le giron grec pour se retrouver de plus en plus sous autorité roumaine. En 1949, le pope qui y avait été détaché trois ans plus tôt par le patriarcat de Constantinople est révoqué pour manque de fidèles33. Dans les mêmes temps, l’administration de l’église est confiée à un conseil mixte. Celui-ci est constitué de six Grecs et autant de Roumains. Les deux popes qui assurent les services sont Roumains ; la messe est dite en roumain – sauf dans des cas particuliers, lors des commémorations ayant un lien direct avec la communauté. Ce régime était toujours en vigueur en 201434.

  • 35  Scalcau P., Grecii din Romania, 2003, p. 199‑204.
  • 36  Propos de Caravias H.

28Après la fin du communisme en Roumanie (1989), les minorités sont reconnues à nouveau, ont le droit de rétablir leurs communautés35 et se voient accorder le droit de récupérer leurs biens confisqués. En principe, parmi d’autres bâtiments, les Grecs de Braïla devaient reprendre possession de leur église. Toutefois, à ce jour, cette restitution n’a pas pu se réaliser, parce que l’État roumain, bien qu’il reconnaisse la communauté grecque, estime que celle-ci, telle qu’elle se présente depuis 1989, ne se situe pas dans la continuité de la minorité d’avant 194836. Notons à cet égard qu’il en va de même pour tout citoyen roumain ; toute personne qui désire récupérer les biens que sa famille possédait avant 1948 doit prouver sa parenté directe avec les ayants droit d’avant cette date.

  • 37  Propos de Tsorakidis S.

29À cet égard, il convient de noter qu’il existe, en Roumanie, plusieurs « catégories » de Grecs. Il y a, en premier lieu, les descendants de ceux qui étaient déjà installés dans le pays aux xviie et xviiie siècles ou de ceux qui sont établis au cours du xixe siècle. Il y a aussi les réfugiés politiques communistes arrivés après 1952 : ceux-ci se regroupent autour de structures associatives, puisque la fondation d’une communauté/minorité reste interdite. Une grande partie de ces derniers sont retournés en Grèce après la chute des colonels en 1974 et surtout après 1981 lorsque le PASOK (parti socialiste) d’Andreas Papandreou arrive au pouvoir. Enfin, la dernière strate est constituée d’hommes d’affaires qui s’établissent sur le marché après 1990, « la situation économique en Grèce étant favorable et le climat politique en Roumanie propice »37.

  • 38  Propos de Caravias H.
  • 39  Propos de Caravias H.

30En 2014, la communauté estime qu’elle s’inscrit dans une continuité ininterrompue de la présence grecque dans le pays au moins depuis l’époque des Phanariotes. Au cours de ce long parcours, elle n’a jamais manqué ­d’intégrer des nouveaux venus. Aux yeux de l’État, par contre, les Grecs d’aujourd’hui ne forment pas un ensemble suffisamment homogène pour prétendre légitimement à la succession automatique des biens immobiliers38. Dans ces conditions, on comprend pourquoi le président quadragénaire de la communauté de Braïla arbore avec fierté ses origines qui remontent à la communauté constituée avant 1900 et souligne que ses ancêtres n’ont jamais quitté le pays39.

  • 40  Propos de Caravias H.

31Pour prouver son droit de propriété sur l’église, la communauté de Braïla a saisi en 2005 le cadastre national. Et alors que les recherches au cadastre semblent donner raison à la communauté, ce sont les autorités ecclé­siastiques qui contestent les résultats. Désormais, ce n’est ni l’État, ni la municipalité de Braïla qui revendiquent l’édifice, mais l’évêché du Bas-Danube. La bataille juridique semble bien engagée. La Cour d’Appel de Galatsi aurait été saisie en 2009 et six mois plus tard, en 2010, celle des Droits de l’Homme à Strasbourg. Pourtant, jusqu’en 2014, s’il faut en croire H. Caravias, aucune décision définitive n’avait été prise ; considérant qu’il s’agissait d’une affaire interne à la Roumanie, le tribunal de Strasbourg se serait déclaré incompétent40.

  • 41  Propos de Tsorakidis S.
  • 42  En retraçant l’histoire des Juifs en Roumanie, Carol Iancu soulève indirectement la question du st (...)
  • 43  Papacostea-Danielopolu C., Οι Ελληνικές Κοινότητες, 2010, p. 67. Les communautés juives devront at (...)
  • 44  Une liste des églises grecques ainsi que des biens qui en dépendent est annexée à ce protocole. Co (...)

32Certes, le président de la communauté de Bucarest ne nie pas l’inté­gration des Grecs arrivés après 1952 ou 1990 dans les communautés locales. Mais il souligne que ces dernières ne sont pas propriétaires des biens col­lectifs utilisés pour les besoins de leurs membres. Ceux-ci auraient été mis à leur disposition dans le cadre d’accords bilatéraux entre la Grèce et la Roumanie : il s’agit de biens nationaux cédés par les États respectifs aux minorités dont ils avaient la tutelle. D’après le même informateur, depuis 1948, ces accords ne seraient plus en vigueur41. En effet, avant 1900, les communautés grecques de la Dobroudja et du Bas-Danube n’avaient pas de personnalité juridique42. Signé dans le cadre de l’accord commercial roumano-grec de 1900, un protocole reconnaît rétroactivement ces communautés en tant que personnes morales et juridiques ainsi que les biens, notamment les églises et les écoles, qui dépendaient d’elles43. En 1931 un nouveau protocole signé le 8 août réactualise celui de 190044.

Conclusion

  • 45  La fondation de Dimitris Grigoriadis a son siège à Thessalonique.
  • 46  Propos de H. Caravias, voir aussi Curelaru V., Η ιστορία του ελληνικού ναού στη Βραΐλα, 2005, p. 4 (...)

33Ce parc immobilier communautaire considérable se retrouve aujourd’hui en déréliction, sans propriétaire légal et face à une justice qui n’arrive pas à trancher. Cet immobilisme qui dure ne fait que contribuer à la dégradation des biens, souvent témoins d’une histoire riche. Tel est le cas en particulier de l’église de Braïla, qui est très endommagée et exposée désormais à un grand risque d’effondrement. Devant l’urgence, la communauté grecque et l’évêché du Bas-Danube ont décidé, d’un commun accord, de restaurer l’édifice, laissant de côté leur différend concernant le droit de propriété. Grâce aux sommes mobilisées par la fondation de Dimitris Grigoriadis45, originaire de Braïla, les intéressés espèrent que les travaux pourront commencer rapidement46.

  • 47  Propos de Caravias H.

34Selon le président de la communauté de Braïla, H. Caravias, les 500 membres d’aujourd’hui, pour la plupart très âgés, sont loin d’être tous hellénophones. Pourquoi donc ces personnes, parfaitement intégrées dans la société roumaine, ont-elles besoin de cette église ? Pour leurs besoins cultuels, elles peuvent aller dans n’importe quelle autre église de la ville, tout aussi orthodoxe. D’après H. Caravias, la communauté veut l’église, car celle-ci la représente. L’église s’identifie à la communauté et à sa présence non pas uniquement en tant qu’histoire mais aussi en tant que legs – pour les générations futures. La communauté souhaite que les inscriptions grecques sur les murs, sur les fresques et les icones portatives puissent être conservées ; la crainte de voir ces éléments « altérés » (pour ne pas dire gommés) si l’édifice passe officiellement sous contrôle « roumain » est bien présente. Continuant de siéger dans la cour de l’église, la communauté marque le territoire, se comporte en « propriétaire », réfutant ainsi les prétendus droits de l’Église roumaine sur le lieu. Ceci dit, l’autorité spirituelle de l’évêché du Bas-Danube n’est nullement contestée47.

  • 48  Nora P., Les lieux de mémoire, 1997, p. 15‑21.
  • 49  Nora P., Les lieux de mémoire, 1997, p. 571‑574.

35Pour résumer : l’église de Braïla n’est pas un simple bien immobilier dont il s’agit d’identifier les propriétaires légaux. Plus qu’un lieu de mémoire, elle est, pour reprendre les mots de Pierre Nora48, un « topos » où la mémoire travaille et non pas seulement un endroit dont on se souvient. Des dimensions historiques, ethnographiques, psychologiques et politiques composent un espace abstrait qui se concrétise dans ce lieu particulier pour exprimer « l’être-ensemble » de la communauté elle-même dans son entité et pour l’intégration de cette communauté dans la cité toute entière. Il ne s’agit pas de l’histoire d’un peuple, d’une culture ou d’une société mais de celle d’une représen­tation. L’exemple de Braïla exprime parfaitement le passage de l’immatériel, que serait la communauté, au matériel, qu’est l’église, et du matériel à l’idéel pour former la mémoire-héritage49.

Haut de page

Bibliographie

Curelaru Vicențiu, Η ιστορία του ελληνικού ναού στη Βραΐλα [L’histoire de l’église grecque à Braïla], Thessalonique, University Studio Press, 2005.

Dumont Paul, « La période des Tanzimat (1839-1878) », in Robert Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, p. 459-522.

Eliade Mircea, Traité d’histoire des religions, Paris, Payot, 1983.

Ginis Nikos, Stratos Konstantinos, Εκκλησίες στην Κωνσταντινούπολη [Églises à Constantinople], Athènes, Κastaniotis, 1999.

Gogos Grigorios, Λόγος περί Eλληνίδων γυναικών [À propos de femmes grecques], Braïla, To Trigonon, 1872.

Hatzigeorgiou-Hassioti Victoria, « Στέφανος Ξένος, Παρουσίαση – Ανθολόγηση » [Stefanos Xenos – Présentation, Anthologie], in Η παλαιότερη πεζογραφία µας, vol. IV, Athènes, Sokolis, 1996, p. 378-439.

Iancu Carol, Les Juifs en Roumanie (1919-1938), De l’émancipation à la marginalisation, Paris-Louvain, Peeters, 1996.

Kontogeorgis Dimitris, « Οι ελληνικοί σύλλογοι στη Ρουµανία κατά τον 19ο αιώνα. Συµβολή στη µελέτη της ανάπτυξης του συλλογικού φαινοµένου στον αποικιακό ελληνισµό » [Les associations grecques en Roumanie au xixe siècle. Contribution à l’étude du développement du fait associatif dans la diaspora grecque] in Dimadis Κ. Α. (ed.), Ο ελληνικός κόσµος ανάµεσα στην εποχή του Διαφωτισµού και στον εικοστό αιώνα [Le monde grec entre l’époque des Lumières et le xxe siècle], vol. III, Athènes, 2007, p. 91-104.

Kontogeorgis Dimitris, « Ερευνητική αποστολή στη Ρουµανία. Ελληνικές κοινότητες (1829 – Αρχές 20ου αιώνα). Καταστατικά, σύλλογοι, ταυτότητες. Εισαγωγικές παρατηρήσεις » [Mission de recherche en Roumanie. Communautés grecques (1829-début xxe s.). Règlements, assocations, identités. Remarques introductives], in Εώα και Εσπέρια, n° 7, Athènes, 2007, p. 367-400.

Nora Pierre (ed.), Les lieux de mémoire, Paris, Quatro-Gallimard, 1997.

Papacostea-Danielopolu Cornelia, Οι ελληνικές κοινότητες στη Ρουµανία τον 19ο αιώνα [Les communautés grecques en Roumanie au xixe siècle], Athènes, Bibliothèque de l’histoire des idées, 2010.

Scalcau Paula, Grecii din Romania, Bucarest, Omonia, 2003.

Thiesse Anne-Marie, La création des identités nationales, Paris, Seuil, 1999.

Η Μέλισσα του Δουνάβεως, Braïla, éditions Pericleous M. Pesmatzoglou, 1874.

Haut de page

Notes

1  Haralambos Caravias, 40 ans ; Savvas Tsorakidis, 78 ans : entretiens réalisés le 20 et le 21 mars 2014 respectivement dans les locaux de la section de grec moderne de l’université de Bucarest. La mission de recherche sur le terrain a été effectuée avec le soutien du CREE-INALCO.

2  Thiesse A.-M., 1999.

3  Thiesse A.-M, 1999, p. 231.

4  Thiesse A.-M, 1999, p. 12‑13.

5  Sous le règne du sultan Ahmed III (1673‑1736), les principautés danubiennes sont gouvernées par des hospodars choisis parmi l’élite grecque orthodoxe du quartier du Phanar à Constantinople. Il s’agit de trente et un princes qui représentent onze familles.

6  Dumont P., « La période des Tanzimat », 1989, p. 510‑511 et Thiesse A.-M, 1999, p. 96.

7  Il s’agit de l’ensemble des textes fondamentaux jetant les bases d’une constitution et promulgués par les autorités russes en vue d’une organisation politique moderne dans les principautés moldovalaques.

8  Papacostea-Danielopolu C., Οι Ελληνικές Κοινότητες, 2010, p. 65.

9  Hatzigeorgiou-Hassioti V., « Στέφανος Ξένος », 1996.

10  Curelaru V., Η ιστορία του ελληνικού ναού στη Βραΐλα, 2005, p. 19.

11  Kontogeorgis D., « Οι ελληνικοί σύλλογοι στη Ρουµανία… », 2007, p. 376.

12  Le terme est pris ici dans son sens premier et se réfère à l’appartenance à la cité, à la qualité de citoyen (πόλις-πολίτης).

13  Pierre Nora parle « d’un corpus indicateur d’une identité politique » : Nora P., Les lieux de mémoire, 1997, p. 578‑579.

14  Ce même processus a été suivi par d’autres communautés grecques de Roumanie, voir Kontogeorgis D., « Οι ελληνικοί σύλλογοι στη Ρουµανία… », 2007, p. 376‑377.

15  Pour tous les détails de la construction de l’église grecque de Braïla voir Curelaru V., Η ιστορία, 2005.

16  Kontogeorgis D., « Οι ελληνικοί σύλλογοι στη Ρουµανία… », 2007, p. 91‑104.

17Η Μέλισσα του Δουνάβεως, éditions Pericleous M. Pesmatzoglou, Braïla 1874, p. 162.

18  À la fin du xixe siècle, Braïla est un des plus grands centres grecs des provinces danubiennes : Papacostea-Danielopolu C., Οι Ελληνικές Κοινότητες, 2010, p. 67.

19  Originaire de l’île de Lesbos, il a fait ses études au Séminaire orthodoxe de Halki (Istanbul) et à Strasbourg.

20  Gogos G., Λόγος περί ελληνίδων γυναικών, 1872, p. 31.

21  » Το Ελληνικόν Παρθεναγωγείον της ηµετέρας κοινότητος όπερ εν καιρώ τω δέοντι συντηρούµενον και υπό των πλουσίων εισοδηµάτων της Ελληνικής ηµών Εκκλησίας », Ibidem, p. 30.

22  Originaire de Brousse. Les Allemands Oscar Schwab et Adolph Schuman ont également été associés au projet : Curelaru V., Η ιστορία του ελληνικού ναού στη Βραΐλα, 2005, p. 27.

23  Le plan de l’église de Braïla ainsi que ses dimensions rappellent celle de la Sainte-Trinité à Taksim (Istanbul) inaugurée quelques années plus tard (1881) : Ginis N. & Stratos K., Εκκλησίες στην Κωνσταντινούπολη, 1999 p. 93. Par ailleurs, Curelaru (2005, p. 25) note que les architectes de ces deux édifices (Braïla et Istanbul) portent le même nom. Il n’est pas exclu qu’ils soient issus de la même famille.

24  » Η εν Βραΐλα Ελληνική αποικία […] ανήγειρε µεγαλοπρεπέστατον και πολυτελή ναόν, ρυθµού βυζαντινογοτθικού, ίσον τη µητροπόλει των Αθηνών κατά το µέγεθος », Η Μέλισσα του Δουνάβεως, éditions Pericleous M. Pesmatzoglou, Braïla 1874, pp. 162‑163.

25  Voir Eliade M., Traité…, 1983, p. 315.

26  Curelaru V., Η ιστορία του ελληνικού ναού στη Βραΐλα, 2005, p. 13.

27  Eliade M., Traité…, 1983, p. 315.

28  Eliade M., Traité…, 1983, p. 321.

29  Curelaru V., Η ιστορία του ελληνικού ναού στη Βραΐλα, 2005, p. 25.

30  Eliade M., Traité…, 1983, p. 312.

31  Curelaru V., Η ιστορία του ελληνικού ναού στη Βραΐλα, 2005, p. 43.

32  Propos de Caravias H.

33  Curelaru V., Η ιστορία του ελληνικού ναού στη Βραΐλα, 2005, p. 43.

34  Propos de Caravias H.

35  Scalcau P., Grecii din Romania, 2003, p. 199‑204.

36  Propos de Caravias H.

37  Propos de Tsorakidis S.

38  Propos de Caravias H.

39  Propos de Caravias H.

40  Propos de Caravias H.

41  Propos de Tsorakidis S.

42  En retraçant l’histoire des Juifs en Roumanie, Carol Iancu soulève indirectement la question du statut des communautés dans la seconde moitié du xixe siècle en pays roumain. En 1862, la décision du gouvernement du prince Ion Ghica de ne plus contrôler leur organisation interne confère aux communautés une certaine autonomie ; mais cette non ingérence entraîne la perte de la personnalité juridique et par conséquent l’incapacité de posséder de biens en leur nom ou d’en hériter. Voir Iancu C., Les Juifs en Roumanie, 1996, p. 126.

43  Papacostea-Danielopolu C., Οι Ελληνικές Κοινότητες, 2010, p. 67. Les communautés juives devront attendre jusqu’en 1928 pour se voir reconnaître une personnalité juridique : Iancu C., Les Juifs en Roumanie, 1996, p. 134.

44  Une liste des églises grecques ainsi que des biens qui en dépendent est annexée à ce protocole. Concernant l’église de la Bonne Nouvelle de Braïla, il est explicitement noté qu’elle possède une école de filles, une école de garçons, une salle de réunions ainsi que des terrains et autres biens immobiliers tous enregistrés avec leur adresse respective. Voir Scalcau P., Grecii din Romania, 2003, p. 157.

45  La fondation de Dimitris Grigoriadis a son siège à Thessalonique.

46  Propos de H. Caravias, voir aussi Curelaru V., Η ιστορία του ελληνικού ναού στη Βραΐλα, 2005, p. 45.

47  Propos de Caravias H.

48  Nora P., Les lieux de mémoire, 1997, p. 15‑21.

49  Nora P., Les lieux de mémoire, 1997, p. 571‑574.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Kostakiotis, « Mémoires partagées, patrimoines disputés L’église grecque de Braïla », Anatoli, 6 | 2015, 101-113.

Référence électronique

Georges Kostakiotis, « Mémoires partagées, patrimoines disputés L’église grecque de Braïla », Anatoli [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://anatoli.revues.org/292 ; DOI : 10.4000/anatoli.292

Haut de page

Auteur

Georges Kostakiotis

Docteur en littérature grecque moderne, Georges Kostakiotis a à son actif, outre sa thèse sur les Images de Constantinople dans la prose néo-hellénique (2011), plusieurs travaux sur les représentations littéraires du politique et des mondes urbains. Il enseigne le grec en tant que chargé de cours à l’INaLCO. Il est chercheur associé au CREE (Centre de recherches Europe-Eurasie) et au PLIDAM (Pluralité des langues et des identités : didactique, acquisition, médiation).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org