Navigation – Plan du site
Partie 3 - Reconquêtes patrimoniales, réaffirmations identitaires

Les productions patrimoniales alternatives. Le cas des municipalités et associations kurdes de Turquie

Jean-François Pérouse
p. 175-189

Texte intégral

  • 1  Depuis 1990, il existe un (ou deux) parti légal du mouvement kurde de Turquie qui participe aux él (...)

1Les pouvoirs locaux de l’Est de la Turquie se caractérisent par une forte politisation des activités culturelles encadrées par les municipalités et, à l’inverse, par une forte culturalisation de la gestion politique, c’est-à-dire un fort accent mis sur les attributs culturels de l’identité, partout où le parti pro-kurde1 gère les municipalités. D’ailleurs, le reproche récurrent fait à ces municipalités par le Premier ministre Erdoğan de « faire de la politique identitaire » (kimlik siyaseti) – et non pas de la « politique du service » (hizmet siyaseti) – a à voir avec cette singularité persistante de la politique locale dans les régions kurdes de Turquie.

2Le processus de paix (ré-)enclenché à la fin de l’année 2012 n’a pas radicalement changé cette singularité. En effet, si des concessions ont été faites par le pouvoir central en matière de cours de langues kurdes, de prénoms ou de toponymes, des crispations subsistent sur l’usage de ces mêmes langues dans la justice ou dans l’administration. En conséquence, les mobilisations du mouvement kurde de Turquie continuent à se focaliser sur les aspects culturels, avec une sorte d’effet de surenchère, les avancées réalisées induisant de nouvelles revendications.

  • 2  Le chantier de la réforme de la Constitution de 1982 est un chantier qui traîne depuis la fin des (...)
  • 3  Qui n’est pas propre à la Turquie !

3Par rapport à la problématique générale du volume qui réfère au concept de minorité, il nous faut procéder à une clarification indispensable pour le cas que nous voulons traiter. En effet, les Kurdes ne sont pas reconnus par le droit turc comme une minorité, terme exclusivement réservé – et encore avec beaucoup de restrictions – à certaines communautés non musulmanes, depuis le traité de Lausanne (juillet 1923). La qualification de minorité, assez fréquente dans le discours de certaines ONG et instances internationales, relève donc d’une sorte d’amalgame et d’une prise de position extérieure qui ne tient compte ni du droit turc, ni même le plus souvent des positions des intéressés eux-mêmes. La majorité des personnes qui se disent Kurdes en Turquie refuse cette qualification de minorité, jugée péjorative, voire stigmatisante. Celles-ci réclament au contraire une reconnaissance de leur centralité dans le système politique et l’histoire de la Turquie, comme citoyens à part entière. Ainsi, les modifications des premiers articles de la Constitution de Turquie2 souhaitées par le mouvement kurde ne sont pas formulées en termes de minorité. En outre, l’absence dans les recensements3 de données sur l’ethnicité ou sur les pratiques linguistiques défient toute définition quantitative d’un quelconque « groupe » minorisé, de la même façon que la cohérence du « groupe majoritaire » – implicite quand on parle de minorité – est sujette à discussion. Cependant, s’il n’y a pas de minorité instituée, cela ne signifie évidemment pas qu’il n’y a pas de processus de minorisation d’une partie de la population, à la fois à travers le droit, son usage, les pratiques de l’administration et celles de certains citoyens.

  • 4  En mars 2015 sur les 102 municipalités contrôlées par le DBP on compte 3 municipalités métropolita (...)

4Dans le contexte rappelé et avec les restrictions évoquées, l’objet de cet article est d’examiner la question de la protection de la diversité culturelle sous l’angle de la production de normes et de pratiques alternatives par les pouvoirs locaux4 et par des associations (parfois transnationales) pro-kurdes. Ce faisant, on s’efforcera de voir quel usage font ces acteurs locaux des ressources disponibles, qu’elles soient étatiques ou internationales.

Entre béton et mosaïque : l’imaginaire changeant de la communauté nationale

Le discours banalisé sur la « mosaïque anatolienne »

5À partir du début des années 1990, en partie parallèlement à l’accélération du processus d’harmonisation dans la perspective de l’intégration à l’Union européenne, la Turquie a enregistré des changements sensibles dans la manière dont la communauté nationale se définit. Ainsi, le 25 janvier 1991, l’interdiction de parler « une autre langue que le turc » (i.e. le kurde) dans les lieux publics (issue de la loi 2932 de 1983, sur les émissions (yayınlar)) a été levée. Puis, en décembre 1991, le Premier ministre Süleyman Demirel a officiellement reconnu la « réalité kurde », tout en s’appropriant l’expression de « citoyenneté constitutionnelle » (anayasal vatandaşlık), manière de dés-ethniciser la définition de la citoyenneté en Turquie, pour faire une place aux concitoyens se revendiquant « Kurdes ». Du point de vue des avancées culturelles, rappelons qu’en 2004 les premiers cours privés officiels de langues kurdes ont été ouverts et qu’en mai 2004 les premières minutes de langues kurdes à la radio publique (TRT) ont été émises. Ultérieurement, en 2005, un autre Premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan, va encore plus loin en admettant l’existence d’une « question kurde » dans l’émergence de laquelle l’État turc a une responsabilité.

  • 5  Plus récemment on a vu se diffuser l’image concurrente de la marbrure (ebru), plus en phase avec l (...)

6Dans ce contexte, on a assisté à la banalisation dans les discours publics du thème de la mosaïque5 anatolienne, expression forgée pour exprimer positi­vement – la mosaïque a une valeur esthétique – la riche diversité culturelle qui caractérise le pays. Autrement dit, cette diversité linguistique et confessionnelle n’est plus majoritairement perçue comme une menace, tout au contraire. Mais la banalisation ne se fait pas sans résistance. Face à la mosaïque, ceux qui continuent à penser que l’unité nationale suppose l’uniformité identitaire ont promu – dans la continuité altérée de la métaphore du marbre promue par le leader d’extrême-droite Alparslan Türkeş dans les années 1970 – la contre-image du béton, compact, massif et indifférencié.

  • 6  Terme déjà utilisé – mais de façon restreinte – par les militants de la gauche radicale dans les a (...)

7En parallèle, on peut souligner la réactivation6 du terme Türkiyeli – signifiant « de Turquie » – concurremment au terme Türk, aux connotations plus ethniques et donc à effets potentiellement exclusifs. Par le recours à ce terme pour s’auto-définir, les personnes s’identifient d’abord à un pays, à la fois territoire et communauté politique. L’ancien Premier ministre Erdoğan (président de la République depuis août 2014), qui aime non sans quelque paternalisme, à parler de « ses » députés kurdes et de « ses » ministres kurdes, emploie de temps à autre le terme de Türkiyeli.

8Mais au sein même du parti au pouvoir depuis novembre 2002, le Parti de la justice et du développement (AKP), des critiques de la politique de la mosaïque anatolienne ont été formulées. Pour ces pourfendeurs, la valorisation des différences risque de mettre en péril la commune croyance – en l’islam sunnite – qui selon eux constitue le facteur unificateur essentiel. Dans cette logique, en direction des Kurdes, il faudrait donc plus exalter l’unité confessionnelle que la différence ethnolinguistique.

  • 7  C’est pour cette raison qu’une grande partie des Kurdes se reconnaissant dans le mouvement kurde a (...)

9Au terme de la décennie 2000, la reconnaissance de la différence kurde et de l’existence d’autres langues nationales dans les premiers articles de la Constitution turque en cours de réécriture n’est pas encore opérée, malgré tous les espoirs suscités7 par les différentes ouvertures kurdes orchestrées par le pouvoir central depuis 1991. De même, le chantier de la régionalisation reste en suspens, au même titre que celui du renforcement des pouvoirs locaux.

La relation local/régional/national/universel et les obstacles à la patrimonialisation par le centre et pour le tourisme

  • 8  Émanation du ministère de l’Industrie et de la Technologie, cette institution fondée en 1993 a ini (...)
  • 9  » Mardin’de 32 milyon dolarlık otel » [32 millions de dollars pour un hôtel à Mardin], Haber Türk, (...)
  • 10  C’est à Mardin que cette mise en scène est la plus poussée. Depuis des années le dévelop­pement to (...)

10Dans ce contexte, les politiques de patrimonialisation à l’initiative du pouvoir central dans les régions kurdes restent prudentes, réduites et contraintes. Elles ont pour objectif principal de faire des concessions limitées aux revendications identitaires, d’exalter les composantes religieuses des héritages et de contrer les initiatives des pouvoirs locaux. Qu’il s’agisse du ministère de la Culture et du Tourisme ou du ministère du Développement (auquel a été rattachée la direction du Projet d’Aménagement du Sud-Est ou GAP), la valorisation patrimoniale émanant du centre se fait sous contrôle étroit et dans une méfiance par rapport au local. Les processus de patrimonialisation initialisés par les acteurs centraux et leurs relais dans la région – préfectures, Administration du GAP, directions départementales de la Culture et du Tourisme – convoquent un registre de référence universel au service du national, dans la négation relative du local qui résiste aux grands récits nationaux. Les « inventaires culturels » lancés en 2002 par la jeune Académie Turque des Sciences (TÜBA8) – instituée en 1993 – constituent à ce titre des amorces de patrimonialisation, par la reconnaissance scientifique et la construction/diffusion d’un savoir sur des lieux érigés en valeurs nationales. L’impératif touristique – c’est-à-dire la volonté de développer à tout prix le tourisme international et, dans une moindre mesure, le tourisme national, tous deux considérés comme des sources de revenus à cultiver – conduit cependant à des assouplissements de la ligne centrale. Il peut aussi avoir des effets sur la mise en valeur « décentralisée » du patrimoine, qu’il s’agisse du tourisme ethnique à destination des émigrés en Europe dans le Dersim ou du tourisme « multiculturel » à Mardin9. Cependant, l’action des acteurs centraux participe à l’activation d’une vision lisse et mythifiée de l’histoire de la région – qui insiste sur la cohabitation ancestrale de populations de confessions différentes10 –, ainsi qu’à des formes de folklorisation très dépolitisantes.

  • 11  Voir son site Internet : http://www.cekulvakfi.org.tr/ [dernière consultation le 13 décembre 2013]
  • 12  Qui publie une revue au nom évocateur : « Identité locale. Du passé au futur » (Yerel Kimlik. Geçm (...)
  • 13  Voir son site Internet : www.yedikita.com.tr (dernière consultation le 15 décembre 2013).

11Articulés aux acteurs publics émanant du centre, on trouve des acteurs de la « société civile », qui relaient les orientations et attendus du pouvoir d’Ankara. La « Fondation pour la protection et la meilleure connaissance des valeurs environnementales et culturelles » ou ÇEKÜL11 est très représen­tative de cette catégorie d’acteurs. Instituée en tant que fondation en 1990 – alors que les activités patrimoniales du noyau fondateur remontent à 1975 –, ÇEKÜL a su s’imposer comme un interlocuteur à la fois de l’Union européenne, d’acteurs privés (comme la holding Sabancı associée à la mise en place du musée de Mardin) et de l’État central. Les « inventaires urbains » qu’elle a initiés – pour l’Est du pays on retiendra ceux de Gaziantep et Kilis –, ont anticipé sur ceux de l’Académie Turque des Sciences et de l’Union des villes historiques (de Turquie) ou Tarihi Kent Birliği12, et ont pris même un tour très officiel. Certaines maisons d’édition se sont par ailleurs dernièrement ­lancées dans le genre « inventaire culturel », signe d’une pluralisation des modes de production du patrimoine, à l’instar de celle – d’obédience assez conservatrice13 – qui édite la revue Yedikıta (dont les « numéros spéciaux » consacrés à des départements se systématisent).

La mobilisation autour des patrimoines matériels (bâtis)

12À travers le cas de Hasankeyf on voit comment un patrimoine « mino­ritaire » est produit, en réaction à un grand projet d’intérêt national comme à l’émergence de normes nationales fondées sur le registre religieux en vogue. Hasankeyf est une petite ville historique sise sur le Tigre, à la hauteur de la retenue du barrage hydroélectrique désormais très avancé d’Ilısu. Outre l’engloutissement progressif d’une ville regorgeant de monuments médiévaux, une fois que la montée des eaux de la retenue sera achevée, de 60 à 70 000 personnes auront été déplacées. Les débuts de la mobilisation contre ce projet, et surtout ses conséquences en termes d’atteinte au patrimoine local, datent de 1997, année de la décision officielle du Conseil des ministres turc de construire le barrage. En fait, à la mobilisation patrimoniale – conduite notamment par le magazine turc de géographie/découverte Atlas et par l’« Association Nature » (Doğa Derneği) – s’est greffée une mobilisation plus identitaire (kurde), les deux utilisant des réseaux transnationaux pour donner plus de poids et d’écho à leurs voix. L’Organisation kurde de défense des droits de l’homme (KHRP) dont le siège est à Londres, a été l’acteur le plus influent de la mobilisation ethnique sur le versant international. La décision de la Cour d’État rendue début 2013 d’interrompre les travaux du barrage au motif que les études d’impact environnemental n’avaient pas été convenablement réalisées a apporté des arguments et une légitimité supplémentaires aux opposants.

  • 14  Ahmêdi Kahni a écrit en kurde au xviiie siècle l’histoire de Mim et Zin, sortes de Roméo et Juliet (...)

13On a d’autres formes de patrimonialisation non-étatique, qui utilisent parfois les ressources de l’État, du mausolée d’Ahmêdi Khani à Doğubeyazıt (où la mairie locale a joué un rôle moteur pour donner un sens kurde à une entreprise de restauration qui visait à valoriser la mémoire d’un chef religieux), aux murailles de Diyarbakır (qui sont la « propriété » de l’État central). De même, la restauration à la fin des années 2 000 du mausolée de Mim-û-Zin14 (et la mosquée attenante à celui-ci), à Cizre, dans le département de Şırnak, a été financée par le ministère turc de la Culture et du Tourisme et surtout par l’Union européenne (apport de 573 000 euros).

  • 15  Les Ottomans s’emparent de la ville en 1515.
  • 16  Que dénonce Avni Özgürel dans le quotidien Radikal, 2 avril 2006, p. 11.

14Les murailles de Diyarbakır offrent un autre exemple de mobilisation patrimoniale à caractère identitaire. Même si leur histoire très complexe et stratifiée – depuis au moins le ive siècle de notre ère – empêche de les ériger en « monument national kurde », ces murailles n’en sont pas moins devenues un des emblèmes de la ville depuis que la municipalité métropolitaine de Diyarbakır est gérée par des partis pro-kurdes (soit depuis 1999). Quatre façons d’écrire l’histoire locale peuvent être en effet distinguées, qui parfois convergent : une manière nationaliste turque (ou turco-ottomane15) qui s’intéresse au moment ottoman et à la période républicaine (et surtout aux premières décennies de la République) ; une manière musulmane (qui magnifie les « civilisations musulmanes » successives qui ont participé à l’enrichis­sement et l’embellissement de Diyarbakır depuis les Abbassides) ; une manière anatolienne, qui se déploie sur le temps très long et exalte la diversité culturelle et confessionnelle ; et enfin une manière plus nationaliste kurde16. La promotion du nom alternatif d’Amed, à la place de celui de Diyarbakır, participe ainsi d’une volonté de kurdifier les origines de la ville érigée en « capitale du Kurdistan turc » par le mouvement kurde.

  • 17  Qui a piloté un projet de restauration dès 2000, sous la direction de l’architecte Mehmet Alper (m (...)
  • 18  » Amed surlarına 100 milyarlık bir temizlik » [Nettoyage de 100 milliards pour les murailles d’Ame (...)
  • 19  » Diyarbakır’ın tarihî surları onarımdan mağdur » [Les murailles historiques de Diyarbakır victime (...)
  • 20  » Aslına sadık bir biçimde onarın » [Restaurez fidèlement à l’origine], Günlük, 23 août 2007, p. 1 (...)
  • 21Toplumsal Demokrasi, 2 décembre 2006, p. 11.
  • 22  » Surlar dünya mirası ilan edilsin » [Puissent les murailles être déclarées patrimoine mondial], G (...)
  • 23  Le terme « Mésopotamie », d’origine grecque comme on sait, a été adopté par le mouvement kurde au (...)
  • 24  » Hevsel nihayet temiz bir suya kavuşuyor » [Hevsel retrouve enfin une eau propre], Günlük, 29 avr (...)

15L’ancienneté et le monumentalisme des murailles fondent un sentiment de fierté locale, même si la ville ne s’est kurdifiée qu’après la fin du xvie et surtout avec la République turque (un mouvement qui s’est accéléré sous le coup de l’exode rural et des migrations forcées après 1990). Aussi, au risque de quelques raccourcis historiques, ces murailles ont-elles été promues par les pouvoirs municipaux depuis 1999 (avant, la mairie était aux mains de l’islam politique) en patrimoine local. Mais depuis 1999 la mairie de Diyarbakır n’a jamais conduit seule ses projets relatifs aux murailles ; elle a toujours été associée au centre (par le biais du ministère de la Culture et du Tourisme), à des ONG comme ÇEKÜL17 ou à l’Union européenne. Les seuls travaux menés par la municipalité ont été des travaux de nettoyage des abords extérieurs des murailles, du temps du maire HADEP Feridun Çelik18. Cependant en 2002, les restaurations ÇEKÜL/Ministère de la Culture et du Tourisme ont été dénoncées comme peu fidèles par une partie de la presse nationale19 et locale, comme par l’antenne locale de l’Agenda 2120. Après ces déboires, la municipalité d’arrondissement « Sur » (le terme signifie en turc « muraille » ; en effet, le territoire de compétence correspond à l’ensemble compris à l’intérieur des antiques murailles) a lancé un autre projet consistant à dégager les murailles des 1 500 habitations spontanées qui y étaient collées21. En outre, début 2010, la responsable du musée de Diyarbakır, Nevin Soyukaya (ancienne responsable de ÇEKÜL à Diyarbakır), a initié une campagne pour que les murailles soient classées par l’UNESCO22, qui se poursuit début 2015 avec désormais l’aval du ministère de la Culture et du Tourisme. Parallèlement, le fleuve Tigre a été érigé en patrimoine historico-naturel devant être protégé, en tant que composante de l’imaginaire de la Mésopotamie23, imaginaire sous-jacent à l’imaginaire kurde dans les mobilisations identitaires des dernières décennies. La protection des jardins/maraîchers de Hevsel (350 hectares), entre la vieille ville et le Tigre participe également de cette appropriation du Tigre (comme la défense de Hasankeyf d’ailleurs). Depuis avril 2007, l’arrosage des jardins de Hevsel se fait avec des eaux davantage contrôlées et non plus avec des eaux suspectes24 ; et fin 2013, l’UNESCO a esquissé une reconnaissance de la valeur de ces « jardins mésopotamiens ».

La mobilisation pour le patrimoine « naturel » : l’exemple de la rivière Munzur

  • 25  Parmi les premières, on peut citer : Dersimi Nuri Dr., 1993 (1re éd. 1952) : Kürdistan Tarihinde D (...)

16Les mobilisations culturelles pour et dans la région du Dersim (qui correspond en partie seulement à l’actuel département de Tunceli) s’ancrent dans une histoire difficile de relations au centre politique (ottoman, puis turc), histoire dont l’écriture ou la réécriture est l’objet d’intenses efforts. Les publi­cations sur cette histoire, source de fierté et de ressourcements/débats identitaires sont même surabondantes depuis vingt ans25.

  • 26  » Yangınlar havadan kaynaklanıyor » [Les incendies viennent du ciel], Özgür Politika, 25 septembre (...)
  • 27  Comme la revue Dersim, de l’Association pour la culture et l’entraide de Tunceli, publiée non sans (...)
  • 28  La mobilisation a été lancée d’abord par une « Association pour l’environnement du Munzur ».
  • 29  Alataş E. (2000), « Ve millî parkta dört baraj ! » [Et quatre barrages dans le parc national !], Y (...)

17La violente systématisation des destructions de villages et de hameaux pour « raisons de sécurité » (qui coïncide avec le lancement du chantier du premier barrage sur la rivière Munzur), en 1994, a été un catalyseur du réveil identitaire. À partir de l’année 2000, avec le festival qui porte le nom révélateur de festival de la Culture et de la Nature de Munzur, organisé par la municipalité de Tunceli et par la Fédération des associations de Tunceli (TUDEF), les mobilisations prennent un tour plus massif et spectaculaire. La défense du patrimoine naturel menacé par des projets de centrales hydro­électriques (comme par la poursuite des opérations armées26) est donc au cœur de la mobilisation identitaire. Celle-ci est portée par une multitude d’acteurs congruents, tant localement que nationalement et internationalement, à travers un réseau dense d’associations (notamment les associations de pays ou hemşehri dernekleri qui éditent pour certaines des revues27) et des fondations (comme la Fédération des associations de Dersim), regroupées dans un « Conseil pour la protection du Munzur » (Munzur Koruma Kurulu)28. Avec la levée de certaines interdictions en 2000 et la suppression de l’état d’exception, un début de normalisation s’est opéré – fin 2013, le « processus de paix » encore en vigueur semble être une confirmation de cette amélioration –, qui rend les mobilisations plus aisées, au moment où les projets de barrages se multiplient29.

  • 30  Voir Evrensel, 13 août 2007, p. 12.
  • 31  Voir Evrensel, 14 octobre 2010, p. 9.
  • 32  Cf. Günlük, 20 avril 2010.

18En août 2007, à l’occasion du 7e festival (Munzur Doğa ve Kültür Festivali), des centaines de personnes ont manifesté à Tunceli pour un « Munzur sans barrage30 » et pour que la Turquie signe l’accord de Kyoto ! En octobre 2009, près de 20 000 personnes ont manifesté à Dersim contre la poursuite de la cons­truction de barrages. Ce fut, aux dires de plusieurs observateurs, la plus importante manifestation dans le département depuis le coup d’État de 198031. En avril 2010, une marche symbolique a aussi été organisée en direction du sommet de la montagne « Arab Kızı Dağı » (arrondissement de Pülümür) pour manifester la résolution des natifs de Dersim à défendre leur environnement. Les slogans étaient : « La rivière Munzur s’écoulera librement » et « Nos montagnes resteront libres32 ». En outre, les mobilisations se font au nom de la nécessaire préservation de sites chargés de valeurs spirituelles menacés d’être engloutis, à l’instar du lieu de pèlerinage de Gola Çetu (aussi dénommé « Gola Xızırı »).

  • 33  Le documentaire cinématographique de Kemal Özer intitulé « Dersim, pays de l’insoumission et des f (...)
  • 34  » Yanan ormanlar değil, geleceğimizdir » [Ce qui brûle, ce ne sont pas les forêts, c’est notre fut (...)
  • 35Cumhuriyet, 23 juillet 2002, p. 7.
  • 36  L’action de l’Agenda-21 de Doğubeyazıt peut aussi être citée comme exemple de patrimonialisation d (...)
  • 37  Il devrait être exploité pendant deux ans par la société Limak, proche du parti au pouvoir à Ankar (...)

19Parallèlement, tout un travail de collecte ethnographique et d’inventaire naturaliste (tout particulièrement des espèces endémiques) est mené, qui tend à construire le territoire comme valeur unique à défendre33. Les mani­festations se concentrent actuellement sur la promotion de la vallée comme « site protégé » (sit alanı), qui empêcherait la construction d’autres barrages et sur la nécessité de mettre fin aux opérations militaires dont la couverture forestière fait les frais34. Le retour dans les villages vidés à partir de 1994 fait aussi partie des revendications, sachant qu’en juillet 2001 on comptait officiel­lement 151 villages évacués par les forces de l’ordre (sur un total de 446 dans le département de Tunceli) et 800 hameaux35. Il est intéressant de noter que le premier parc national de Turquie – d’une superficie de 42 000 hectares – a été créé à Tunceli dès 1971, précisément sur la vallée Munzur. Et en 1972, lors de sa 17assemblée générale, l’UNESCO a qualifié la région de Tunceli « comme une nature de première importance du point de vue de l’esthétique et de la science ». Ce qui donne des arguments aux acteurs des mobilisations actuelles36. Malgré ces mesures précoces, l’administration des Eaux d’État (DSİ) a fait dans la région des aménagements lourds en vue de la construction de barrages. Ainsi plusieurs barrages ont déjà été construits aujourd’hui, dont celui de Mercan et d’Uzunçayır (sa construction avait été engagée en 1993) achevé en août 200937. De nombreux autres sont planifiés : six sur la rivière Munzur : Konaktepe I et II, Bozkaya, mais aussi Kemerbel, Akyayık, Kaletepe ; et, en outre, d’autres sur les rivières Pülümür (Est de Tunceli), Peri Çayı (Kürekan barajı), et Harçik. Des actions judiciaires contre tous ces projets existent – et se poursuivent – depuis 1997.

La défense des langues comme patrimoine immatériel

20La protection des langues kurdes constitue aussi un bel exemple que l’on peut suivre depuis le début des années 1990 au moins. À partir de 1991, date de la libération de la parole publique en kurde, le mouvement kurde n’a eu de cesse de convoquer les textes signés par la Turquie, à commencer par la Déclaration universelle des droits de l’homme et la Déclaration universelle des droits des enfants (articles 17, 29 et 30), pour faire valoir ce qu’il estime relever des droits les plus fondamentaux, à savoir :

  • la reconnaissance des langues kurdes dans la Constitution de Turquie comme langues du pays ;

  • le droit à l’enseignement en langues kurdes dans l’éducation nationale ;

  • le développement des départements de langues kurdes à l’université ;

  • et la possibilité de donner à ses enfants ou de prendre des prénoms « kurdes » sans être traîné pour cela devant les tribunaux et sans avoir à subir de discrimination et de vexation de la part de l’administration.

  • 38  » Anadili Boykotuna Boykot » [Boycott du boycott pour la langue maternelle], Taraf, 21 septembre 2 (...)

21Dans cette perspective, on assiste depuis dix ans à une mobilisation politique systématique autour de la langue. Le 21 novembre 2001, des étudiants ont manifesté à l’université d’Istanbul avec le slogan « ma langue maternelle est la condition sine qua non de mon existence ». Le boycott de la première semaine de la rentrée scolaire 2010 par les familles (qui n’ont pas envoyé leurs enfants) organisé par le « Mouvement pour la langue et l’éducation kurdes » (TZP-Kurdî) a été suivi à 95 % dans le département de Hakkarî et à 60 % dans celui de Şırnak38. Très contestée par le ministère de l’Éducation nationale turc – qui a engagé des poursuites contre certains leaders du mouvement –, cette protestation avait pour seul objectif de remettre à l’agenda ce droit.

  • 39  La façon dont la fête de Newroz a été construite en fête nationale kurde « typique et exclusive », (...)
  • 40  » Üç Dilli Belediye Reklam Panoları » [Des panneaux municipaux en trois langues], Birgün, 28 septe (...)

22L’action des municipalités kurdes du point de vue de la défense des langues kurdes consiste à communiquer publiquement en turc et en kurde kurmandjî (voire aussi en zazakî), à faire des kurdes aussi des langues de l’administration locale et à donner une plus grande visibilité publique aux dites langues, à travers les noms de parc, de bâtiment ou de rue39. La municipalité de Sur (à Diyarbakır) a ainsi systématisé les panneaux indicateurs en trois langues (turc, kurde et anglais)40. De même, toujours à Diyarbakır, la municipalité de Bağlar publie depuis octobre 2009 une revue en turc et en kurde à destination des enfants, Denge Zarokan/Çocukların Sesi.

23Il s’agit en somme de réconcilier les citoyens avec leur langue et de sortir de cette schizophrénie linguistique qui prévalait jusqu’au début des années 2000, avec, d’un côté, la langue familiale, privée et presque honteuse, et de l’autre, la langue des rapports avec l’administration locale au quotidien. Dans un même temps, par l’organisation de symposiums, de conférences et de spectacles, il s’agit de (re)donner aux langues kurdes leurs lettres de noblesse, en en faisant un objet d’étude scientifique, d’éducation populaire et de divertissement. La politique culturelle de ces municipalités depuis 2004 est au cœur de leur politique et les langues – à travers l’affichage du multilinguisme (çokdillilik) – en sont l’objet et le vecteur privilégiés. Ces efforts ont incontestablement porté, malgré les pouvoirs publics nationaux en quelque sorte ; on peut désormais en sentir les effets dans la vie quotidienne à l’Est du pays.

  • 41  Voir la thèse de Clémence Scalbert, Conflit linguistique et champ littéraire kurde en Turquie, doc (...)

24Parallèlement, des associations, des fondations et des sociétés privées – et pour certaines depuis le début des années 1990, c’est-à-dire depuis plus longtemps que les municipalités – travaillent à la publication de textes dans les langues kurdes et à la promotion d’expressions culturelles dans ces langues41. Le Centre culturel mésopotamien (MKM) a fêté ses vingt ans en septembre 2009, et la création de l’Institut Kurde d’Istanbul – qui a élaboré plusieurs dictionnaires de référence – remonte à 1992. Et parmi les concessions récentes faites par le pouvoir central, rappelons l’existence d’une chaîne publique de télévision en kurde (TRT Şêş) depuis le premier janvier 2009, l’existence de cours privés de kurde depuis 2002 et l’ouverture, septembre 2009, en 4année (Yüksek Lisans) à l’université Artuklu de Mardin de cours de kurde Kurmandjî et Zazakî dans le cadre de l’« Institut des langues vivantes » de ladite université.

  • 42  » Kürtçe hakkında yine çekişmeler » [À nouveau des frictions à propos du kurde], Milliyet, 5 novem (...)
  • 43  Ali Barış Kurt, « Kürtçe eğitim şart ; boykot meşrudur » [L’éducation en kurde est une condition ; (...)

25Néanmoins, les tensions demeurent multiples. En novembre 2010, les 152 prévenus du procès du KCK (Koma Civakên Kurdistanê) à Diyarbakır s’étaient vus refuser, par le 6tribunal correctionnel de la ville, la possibilité de se défendre dans leur langue, alors qu’au même moment d’autres prévenus obtenaient cette possibilité dans une autre ville de l’Est. La qualification à cette même date, par le président du 6e tribunal, du kurde comme « langue inconnue » a même suscité de vives protestations et manifestations42. De même, certains des étudiants qui avaient manifesté pour l’enseignement en langue kurde à l’université de Diyarbakır en 2009 se sont vus sanctionnés de peines très lourdes allant jusqu’à 30 ans, pour avoir formulé publiquement cette revendication dans l’enceinte de l’université43.

  • 44  » Mahkemeden Kürtçe şarkı tarifesi » [Le tarif pour une chanson en kurde de la part du tribunal], (...)

26La pratique publique de la langue kurde reste considérée comme un acte politique et fait encore parfois l’objet d’une criminalisation a priori. En septembre 2010, Rojda, une chanteuse du Centre culturel mésopotamien (MKM) a ainsi été condamnée à deux ans de prison ainsi qu’à une amende de 600 TL pour avoir chanté en kurde dans la ville de Batman une chanson (« Heval Kamuran ») jugée « séparatiste »44. Et fin 2013, malgré l’« ouverture kurde » sérieusement engagée par le pouvoir AKP, plusieurs journalistes d’hebdo­madaires et de revues en langue kurde (Azadiya Welat et Rengê Hêviya Jinê) sont encore en prison pour délit d’opinion.

Conclusion

  • 45  Pérouse J.-F., « Du régime unique national… ».
  • 46  Un inventaire des dégradations du patrimoine archéologique d’Anatolie a été réalisé par une ONG dé (...)

27Malgré toutes les tentatives de contrôle ou d’obstruction, le régime unique45 de production patrimoniale a été irréversiblement brisé en Turquie. Dans un contexte qui se détend depuis la fin des années 1990, parallèlement au réveil identitaire kurde, la Turquie est le théâtre de productions patri­moniales alternatives à l’initiative des pouvoirs locaux et d’organisations de la société civile. Prise entre les attendus des économies touristique et énergétique de plus en plus contraignantes, la perpétuation de logiques nationales dénégatrices et les négligences46 qui aboutissent parfois à des pertes défi­nitives, cette production alternative bénéficie grandement des garanties de l’UE. Ses fruits sont désormais perceptibles de manière irréversible.

Haut de page

Bibliographie

« AB Uyum Sürecinde Kürtlerin Kültürel Hakları » [Les droits culturels des Kurdes et le processus d’harmonisation à l’UE], dossier spécial de la revue Tîroj, janvier-février 2004.

Aurenche Olivier, Bazin Marcel & Sadler Serge, Villages engloutis : enquête ethnoarchéologique à Cafer Höyük (vallée de l’Euphrate), Lyon, Maison de l’Orient Méditerranéen – Diffusion de Boccard, 1997.

Bischoff Damien, Pérouse Jean-François, La question des barrages et du GAP dans le Sud-Est anatolien : patrimoines en danger ?, les Dossiers de l’IFEA (Série : patrimoines au présent), n° 3, 2003.

Durak A., Ebru – Kültürel Çeşitlilik Üzerine Yansımalar [Marbrure-Reflets sur la diversité culturelle], İstanbul, Metis, 2007.

Girard M. & Scalbert-Yücel C., « Le patrimoine comme catégorie d’action publique dans la région du Sud-Est anatolien », European Journal of Turkish Studies, 2015.

Pérouse Jean-François, « Du régime unique national de production patrimoniale au régime néolibéral, conservateur et partiellement “pluriel” : la Turquie à l’épreuve de la transition patrimoniale ». (URL : http://dipnot.hypotheses.org/127)

Polat F., Doğu Anadolu Yayla Kültürü ve Yayla Mimarisi [Culture et Architecture des alpages en Anatolie orientale], İstanbul, Arkeoloji ve Sanat Yayınları, 2013.

Scalbert Clémence : Conflit linguistique et champ littéraire kurde en Turquie, doctorat de géographie, Université Paris IV – La Sorbonne, 2005.

Haut de page

Notes

1  Depuis 1990, il existe un (ou deux) parti légal du mouvement kurde de Turquie qui participe aux élections. Suite aux pressions et fermetures réitérées, ce parti a changé de nom plusieurs fois. Ainsi, en juillet 2014, le DBP (Parti des Régions Démocratiques) a remplacé le BDP (mai 2008-avril 2014) comme parti légal du mouvement kurde. Il coexiste au Parlement turc avec le HDP fondé en octobre 2012. En mars 2015, le DBP dirige 102 municipalités, sur un total de 1 395 dans tout le pays.

2  Le chantier de la réforme de la Constitution de 1982 est un chantier qui traîne depuis la fin des années 1990. Le rapprochement avec l’Union européenne l’a accéléré. Le Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir central depuis novembre 2002, l’a inscrit à son agenda. Si des avancées ont été faites, il demeure des points d’achoppement, sur la définition de la citoyenneté turque notamment.

3  Qui n’est pas propre à la Turquie !

4  En mars 2015 sur les 102 municipalités contrôlées par le DBP on compte 3 municipalités métropolitaines, 8 municipalités de chef-lieu de département et 68 municipalités d’arrondissement. Pour les premières, les moyens d’action ne sont pas négligeables.

5  Plus récemment on a vu se diffuser l’image concurrente de la marbrure (ebru), plus en phase avec le conservatisme ambiant, l’art du papier marbré étant considéré comme traditionnellement et typiquement turc.

6  Terme déjà utilisé – mais de façon restreinte – par les militants de la gauche radicale dans les années 1970‑1980.

7  C’est pour cette raison qu’une grande partie des Kurdes se reconnaissant dans le mouvement kurde a boycotté le référendum sur la réforme de la Constitution organisé le 12 septembre 2010.

8  Émanation du ministère de l’Industrie et de la Technologie, cette institution fondée en 1993 a initié en 2002 une vaste entreprise d’inventaire culturel du pays. Les résultats sont publiés depuis 2003 sous la forme d’une revue. L’arrondissement de Birecik, situé sur l’Euphrate, dans le département d’Urfa, fut un des deux départements pilotes. Voir : T.C. Kültür ve Turizm Bakanlığı & Türkiye Bilimler Akademisi, Türkiye Kültür Envanteri Pilot Bölge Çalışmaları Birecik-Suruç, 2/1, 2003.

9  » Mardin’de 32 milyon dolarlık otel » [32 millions de dollars pour un hôtel à Mardin], Haber Türk, 29 juin 2010.

10  C’est à Mardin que cette mise en scène est la plus poussée. Depuis des années le dévelop­pement touristique joue sur cette image de multiculturalisme pacifique. Les efforts du pouvoir central dans cette direction sont appuyés par ceux de grands hommes d’affaires et d’associations ou de fondations aux relations étroites avec l’appareil d’État.

11  Voir son site Internet : http://www.cekulvakfi.org.tr/ [dernière consultation le 13 décembre 2013].

12  Qui publie une revue au nom évocateur : « Identité locale. Du passé au futur » (Yerel Kimlik. Geçmişten Geleceğe).

13  Voir son site Internet : www.yedikita.com.tr (dernière consultation le 15 décembre 2013).

14  Ahmêdi Kahni a écrit en kurde au xviiie siècle l’histoire de Mim et Zin, sortes de Roméo et Juliette kurdes, morts au milieu du xve siècle. Il s’agit d’un des textes littéraires rédigés en kurde les plus anciens et donc les plus vénérés.

15  Les Ottomans s’emparent de la ville en 1515.

16  Que dénonce Avni Özgürel dans le quotidien Radikal, 2 avril 2006, p. 11.

17  Qui a piloté un projet de restauration dès 2000, sous la direction de l’architecte Mehmet Alper (maintenant à Beykent Üniversitesi).

18  » Amed surlarına 100 milyarlık bir temizlik » [Nettoyage de 100 milliards pour les murailles d’Amed], Özgür Politika, 7 décembre 2000, p. 5.

19  » Diyarbakır’ın tarihî surları onarımdan mağdur » [Les murailles historiques de Diyarbakır victimes de la restauration], Evrensel, 16 juin 2006.

20  » Aslına sadık bir biçimde onarın » [Restaurez fidèlement à l’origine], Günlük, 23 août 2007, p. 15.

21Toplumsal Demokrasi, 2 décembre 2006, p. 11.

22  » Surlar dünya mirası ilan edilsin » [Puissent les murailles être déclarées patrimoine mondial], Günlük, 3 avril 2010.

23  Le terme « Mésopotamie », d’origine grecque comme on sait, a été adopté par le mouvement kurde au début des années 1990 pour ancrer celui-ci à la fois dans une géographie et dans une vieille histoire transnationales, dépassant même le cadre du Kurdistan. Alors même qu’un vieux terme arabe existait (« al-jazira »), le succès de ce terme « Mésopotamie », banalisé par les archéologues occidentaux, devrait faire l’objet d’une recherche spécifique.

24  » Hevsel nihayet temiz bir suya kavuşuyor » [Hevsel retrouve enfin une eau propre], Günlük, 29 avril 2007, p. 14.

25  Parmi les premières, on peut citer : Dersimi Nuri Dr., 1993 (1re éd. 1952) : Kürdistan Tarihinde Dersim [Dersim, dans l’histoire du Kurdistan], İstanbul, Zêl Yayınları.

26  » Yangınlar havadan kaynaklanıyor » [Les incendies viennent du ciel], Özgür Politika, 25 septembre 1999, p. 5.

27  Comme la revue Dersim, de l’Association pour la culture et l’entraide de Tunceli, publiée non sans difficultés depuis 1995.

28  La mobilisation a été lancée d’abord par une « Association pour l’environnement du Munzur ».

29  Alataş E. (2000), « Ve millî parkta dört baraj ! » [Et quatre barrages dans le parc national !], Yeni Gündem, 20 juillet 2000, p. 2.

30  Voir Evrensel, 13 août 2007, p. 12.

31  Voir Evrensel, 14 octobre 2010, p. 9.

32  Cf. Günlük, 20 avril 2010.

33  Le documentaire cinématographique de Kemal Özer intitulé « Dersim, pays de l’insoumission et des fleurs » participe de ce souci inventoriel ; cf. Evrensel, 11 janvier 2009, p. 9. De même, le documentaire de Kazım Öz sorti en 2009 sur les semi-nomades du Dersim (Demsala Dâwi : Şewaxan/La dernière saison) participe d’une certaine exaltation de la nature originelle (menacée) et des ancestrales relations hommes/nature. L’aïl du Dersim, décrit scientifiquement en 1957, est ainsi l’objet d’une protection par l’association Ulaşılabilir Yaşam Derneği : voir à ce propos la revue Atlas, 2004, 11, p. 24‑26.

34  » Yanan ormanlar değil, geleceğimizdir » [Ce qui brûle, ce ne sont pas les forêts, c’est notre futur], Evrensel, 15 septembre 2009, p. 3. Voir aussi « Asker ateşledi ; halk söndürdü » [Les soldats ont mis le feu, le peuple a éteint], Gündem, 19 août 2006.

35Cumhuriyet, 23 juillet 2002, p. 7.

36  L’action de l’Agenda-21 de Doğubeyazıt peut aussi être citée comme exemple de patrimonialisation d’un bien naturel (l’environnement de la région) à l’aide d’un organisme international qui fournit aux acteurs locaux à la fois des moyens, une légitimité, une rhétorique, un répertoire d’actions et une relative immunité.

37  Il devrait être exploité pendant deux ans par la société Limak, proche du parti au pouvoir à Ankara encore fin décembre 2013.

38  » Anadili Boykotuna Boykot » [Boycott du boycott pour la langue maternelle], Taraf, 21 septembre 2010, p. 16.

39  La façon dont la fête de Newroz a été construite en fête nationale kurde « typique et exclusive », avec la complicité des pouvoirs locaux, à partir du début des années 1990 pourrait aussi être évoquée en parallèle aux mobilisations locales sur la langue.

40  » Üç Dilli Belediye Reklam Panoları » [Des panneaux municipaux en trois langues], Birgün, 28 septembre 2010, p. 9.

41  Voir la thèse de Clémence Scalbert, Conflit linguistique et champ littéraire kurde en Turquie, doctorat de géographie, Université Paris IV – La Sorbonne, 2005.

42  » Kürtçe hakkında yine çekişmeler » [À nouveau des frictions à propos du kurde], Milliyet, 5 novembre 2010.

43  Ali Barış Kurt, « Kürtçe eğitim şart ; boykot meşrudur » [L’éducation en kurde est une condition ; le boycott est légitime], Yeni Özgür Politika, 23 septembre 2010, p. 10.

44  » Mahkemeden Kürtçe şarkı tarifesi » [Le tarif pour une chanson en kurde de la part du tribunal], Evrensel, 16 octobre 2010, p. 3.

45  Pérouse J.-F., « Du régime unique national… ».

46  Un inventaire des dégradations du patrimoine archéologique d’Anatolie a été réalisé par une ONG dénommé TAY (Türkiye Arkeolojik Yerleşmeleri Projesi), qui permet de prendre la mesure de ces pertes ou dégradations vertigineuses. Voir : http://tayproject.org/trhome.html (dernière consultation le 15 décembre 2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Pérouse, « Les productions patrimoniales alternatives. Le cas des municipalités et associations kurdes de Turquie », Anatoli, 6 | 2015, 175-189.

Référence électronique

Jean-François Pérouse, « Les productions patrimoniales alternatives. Le cas des municipalités et associations kurdes de Turquie », Anatoli [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://anatoli.revues.org/301 ; DOI : 10.4000/anatoli.301

Haut de page

Auteur

Jean-François Pérouse

Normalien-agrégé, diplômé de l’INALCO, Jean-François Pérouse est maître de conférences-HDR. Après une thèse de géographie urbaine sur la construction d’Ankara (1919-1950), il s’est consacré à l’Istanbul contemporain, et notamment à ses périphéries. Rattaché à l’université Jean Jaurès (Toulouse), il a été successivement délégué auprès de l’université de Marmara, puis responsable de l’Observatoire urbain d’Istanbul (à l’Institut français d’Études Anatoliennes, IFEA), puis délégué auprès de l’université de Galatasaray. Il dirige l’IFEA depuis septembre 2012. Membre du comité de rédaction de European Journal of Turkish Studies, auteur de Villes du Tiers-Monde (1993, puis 1995), La Turquie en marche (2004), Villes et risques (2006), et Constantinople-1900 (2010), il a publié de nombreux articles et chapitres d’ouvrage sur la Turquie contemporaine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org