Navigation – Plan du site
Partie 4 - Les États : ultimes gardiens ?

Témoignage : La zaviye de Mahmud Bey à Ihtiman (Bulgarie) (1385/90) au bord de l’effondrement Projets de restauration et obstruction locale

Machiel Kiel
p. 255-262

Notes de la rédaction

L’auteur de ce bref rapport est intervenu in extenso à propos du monument d’Ihtiman dans le cadre du Symposium international sur l’architecture ottomane organisé à la mémoire d’Ekrem Hakkı Ayverdi en octobre 2014 à l’Université technique d’Istanbul (ITÜ, Taşkışla). Les actes de cette manifestation devaient être publiés en 2015.

Texte intégral

  • 1  Zaviye : couvent de derviches. Imaret : établissement caritatif, où on distribue des vivres aux pa (...)

1Célèbre à travers les Balkans, la dynastie de Mihaloğlu a fourni, outre des guerriers de la frontière auxquels elle devait sa réputation, les bâtisseurs et architectes de la ville d’Ihtiman, entre Sofia et Plovdiv/Filibe, au cœur de la Bulgarie. La zaviye-imaret1 fondée ici par Mahmud Bey, membre de la famille Mihaloğlu, est le deuxième plus ancien monument ottoman de toute la région (sans compter la partie turque de la Thrace). L’imaret de Gazi Evrenos à Komotini/Gümülcine, dans la Grèce du nord, restauré et transformé en musée, est seulement de dix ans son aîné. Quant à la Eski Camii (Vieille Mosquée) de Haskovo/Hasköy (Bulgarie), sur la route entre Plovdiv et Edirne, supposée dater des années 1380, elle est en réalité le produit d’une reconstruction intégrale de la fin du xviiie siècle. L’inscription ottomane que l’on peut y voir est aussi de cette époque. Le complexe d’Ihtiman remonte probablement à la dernière décennie du xive siècle ou quelques années plus tôt ; en tout état de cause, il a dû être construit après la conquête ottomane, en 1385, de Sofia, toute proche et bien fortifiée. Nous sommes donc en présence d’un édifice érigé plus d’un siècle avant la découverte de l’Amérique. Dans d’autres pays européens, un monument comme celui-ci aurait été choyé par les autorités locales. Pour une petite ville endormie de province balkanique, comme l’Ihtiman d’aujourd’hui, il aurait constitué, une fois restauré, un véritable petit bijou. Mais, il n’en est rien : après plus d’un siècle de négligence, il n’est qu’une triste ruine ; la moitié de ses voûtes et dômes se sont effondrés, ce qui reste encore debout ne va pas tarder à s’écrouler aussi. Si rien n’est fait rapidement, le bâtiment aura disparu dans deux ou trois hivers. Dans cette brève notice, il s’agit de retracer son historique depuis la création de la Bulgarie (1878).

2L’édifice d’Ihtiman a servi la Via Militaris qui relie Belgrade à Constantinople (Istanbul) en passant par Sofia, Plovdiv et Edirne. Il est mentionné par de nombreux voyageurs du passé, qui ont trouvé là logement et nourriture gratuits pour eux et leurs animaux. Le personnel de l’ensemble des installations (bâtiment principal et dépendances) était composé de cuisiniers, de boulangers, un maître de chai, un gardien, un secrétaire, un administrateur. Leurs salaires (14 personnes en 1526) ainsi que les quantités de riz, farine, viande, beurre, huile, miel, sel, etc., utilisées tous les jours sont énumérés, en détail, dans les recensements et les registres fiscaux (tahrir defter, TD) du district de Sofia (TD, 130 en date de 932/1526 ; TD, 370, de 937/1530 et 1595), conservés dans les Archives ottomanes à Istanbul et à Ankara. Le revenu de la fondation pieuse (vakıf), destiné à son entretien et aux services assurés, provenait de trois sources : des recettes d’impôts annuelles de la petite ville d’Ihtiman ; de trois anciennes agglomérations bulgares ; et de quinze villages avec des noms turcs et des habitants musulmans. Ces derniers étaient des colons turcs d’Anatolie et pour une part importante des yürüks sédentarisés. L’acte de fondation original (vakıfnâme ou vakfiye) n’a pas (encore) été retrouvé. Mais les données procurées par les tahrir de 1526, 1544, 1570 et 1595 contiennent suffisamment d’informations pour se faire une idée de la manière dont le vakf fonctionnait à cette époque.

3Dans les années 1370, les Ottomans ont occupé la majeure partie de la Thrace et ils ont repeuplé, au moyen de colons turcs d’Asie mineure, le ­no-man’s-land qui séparait précédemment l’Empire byzantin de la Bulgarie. Ce fait a déjà été étudié et souligné dès 1891 par le grand historien Konstantin Jireček. Lorsqu’en 1382 (ou plus probablement en 1385), la ville forte de Sofia a été prise, et un an plus tard Niš en Serbie, les Ottomans ont pu s’assurer le contrôle de la Via Militaris, une des rares routes directes vers l’Ouest des Balkans et l’Europe centrale. Ils se sont aussi emparés, par traité, du petit château byzantino-bulgare de Stipion (Stiponje en bulgare), sur les collines, à quelques kilomètres au Nord de la route principale. La population installée autour du fort n’a pas été molestée et a pu rester sur place. Dans la première moitié du xvie siècle, Stiponje était encore la plus grande agglomération du secteur. Après la conquête de Sofia, un commandant de la famille Mihaloğlu a fondé sur la route une nouvelle colonie qui allait prendre le nom d’Ihtiman. Ce nom bizarre est probablement une corruption de l’arabe Ahd-u-Imân (supplication). Au centre de l’agglomération, il y avait une construction dotée de neuf coupoles, où les voyageurs étaient logés et nourris. Les repas proposés étaient préparés dans un ­bâtiment tout proche qui servait de cuisine. Le vakf comprenait aussi des bains publics couverts (hammam) ainsi qu’un vaste bâtiment, qui servait d’étable pour les chevaux et les bêtes de somme des voyageurs. La fondation était financée par les recettes fiscales annuelles de la nouvelle bourgade et des dix-huit villages de la plaine d’Ihtiman, propriété des premiers conquérants. Elle a fonctionné jusqu’en 1878. Pendant la guerre russo-turque de 1877-78, qui a entraîné l’indépendance de la Bulgarie, presque toute la population turque des plaines d’Ihtiman et de Sofia et des alentours de Samokov a fui devant l’avancée des armées russes ou émigré peu après le retour de la paix. Au sein du nouvel État, il n’y avait pas de place pour les musulmans ou pour ce qui restait de l’héritage architectural ottoman. Celui-ci a donc disparu rapidement. Quelques exemples, pour les lecteurs non initiés, méritent d’être cités.

4Dans quelques villes bulgares, un ou deux grands monuments avaient échappé à la démolition : la grande mosquée de Yambol (début du xve siècle) et le superbe marché couvert (bedesten, vers 1500) de la même localité ; la grande mosquée de Stara Zagora (1408) ; la grande mosquée de Sofia (1460/65) ; l’imposante mosquée d’İbrahim paşa à Razgrad ; l’élégante mosquée, avec sa medrese et sa bibliothèque, de Şerif Halil paşa, à Chumen (1747). Dans les années 1960, l’attitude des Bulgares à l’égard de leur héritage ottoman a progressivement changé, sous la pression d’un petit groupe d’intellectuels. Ce changement a conduit notamment à la restauration d’un certain nombre d’édifices ottomans, parmi lesquels les plus spectaculaires sont ceux de Yambol et de Samokov. À l’exception de ces quelques rescapés, la majeure partie du bâti laissé par les Ottomans (mosquées, medrese, bains publics, caravansérails, couvents de derviches, ponts et aqueducs) a disparu dans l’indifférence générale. Souvent le patrimoine architectural ottoman a été sacrifié à la construction du réseau routier, dessiné de manière à ce que la démolition soit « malheureusement » inévitable – ainsi que nous l’ont affirmé des personnes éclairées qui faisaient partie du milieu des décideurs. La destruction a reçu un coup de pouce supplémentaire à la fin du régime communiste. C’était vers 1985, lorsque le Parti a découvert qu’il n’y avait pas de Turcs en Bulgarie et qu’il n’y en avait jamais eu ! Les musulmans furent alors forcés de bulgariser leurs noms : les Mehmed devaient devenir des Christo, les Mustafa des Petro ou Pavel, etc. Une campagne d’une brutale violence a été menée dans ce sens. On a tout simplement fait sauter des dizaines de mosquées pluriséculaires. Des cimetières musulmans historiques, pleins de vieilles pierres tombales, furent la proie des bulldozers. Cette situation a entraîné un exode massif des Turcs de Bulgarie vers la Turquie.

5Le régime ultra-nationaliste de Jivkov ne devait pas tarder à tomber. Rien n’a été fait pour la restauration des monuments historiques durant les quinze années d’effondrement économique et de déclin qui ont suivi. Depuis 2009-2010, quelques bonnes restaurations ont été effectuées, souvent financées avec l’aide de la Turquie. La Municipalité d’Istanbul a pris soin de la mosquée Džumaya aux neuf coupoles à Plovdiv, non loin d’Ihtiman. L’Union européenne a payé pour la restauration de deux bains minéraux à coupole du xviiie siècle, dans la petite ville de Bansko Razloško. Toutefois, dans le même temps, la monumentale mosquée à coupole de Nevrokop (aujourd’hui Goce Delcev), construite avant la découverte de l’Amérique, s’est effondrée durant l’hiver 2012, par pure négligence. Des plans de restauration avaient été préparés dix ans auparavant, mais les travaux avaient été efficacement entravés par un conseil municipal réticent.

Fig. 1. Ihtiman. Zaviye de Mihaloğlu Mahmud Bey. Façade principale de l’édifice et aile gauche de la maison d’hôtes (ou « bâtiment des invités ») coiffée d’une coupole.

Fig. 1. Ihtiman. Zaviye de Mihaloğlu Mahmud Bey. Façade principale de l’édifice et aile gauche de la maison d’hôtes (ou « bâtiment des invités ») coiffée d’une coupole.

Fig. 2. Ihtiman. Zaviye de Mahmud Bey. Vue arrière de l’édifice montrant l’aile gauche de la maison d’hôtes et la voûte à moitié écroulée de l’eyvan.

Fig. 2. Ihtiman. Zaviye de Mahmud Bey. Vue arrière de l’édifice montrant l’aile gauche de la maison d’hôtes et la voûte à moitié écroulée de l’eyvan.

6Du complexe d’Ihtiman deux bâtiments restent debout : le « Džamiyeto » (mosquée en bulgare) et l’impressionnant hammam, très bien restauré dans les années 1970 par l’Institut bulgare pour les monuments culturels. La « mosquée » n’est pas inconnue du monde académique. En 1921, l’historien de l’art bulgare Krăstyu Miyatev a consacré une brève étude à cet édifice, en plaidant en faveur d’une restauration ou d’un entretien. En annexe, il publiait aussi une photo qui montrait le bâtiment intact, doté d’un haut minaret, visiblement ajouté ultérieurement et sans lien avec la maçonnerie de l’édifice original. Entre 1975 et 2010, le Džamiyeto a fait l’objet de plusieurs études signées par des spécialistes du domaine : Semavi Eyice (1975), moi-même en 2000 et 2007, Mariya Kiprovska (on line) et Aleksandar Antonov en 2009, Bernard Lewis en 2010. Nous avons observé le processus de délabrement depuis notre première visite en 1970. Quelques années plus tard, la coupole principale s’était effondrée. Dans les années 1980, la voûte de l’espace réservée à la prière (eyvan) a eu le même sort. De gros trous ont été faits dans les murs dix ans plus tard, lorsque des vandales ont cassé les cadres de fenêtre en marbre et les lourdes grilles en fer forgé (pour vendre le métal au poids). Le minaret avait déjà disparu peu après 1940. L’épisode le plus récent a été l’effondrement de la dernière pièce de maçonnerie qui maintenait la coupole de l’une des deux chambres. En juin 2014, la coupole ne reposait plus que sur un élément d’un mètre seulement, mais des vandales ont continué de retirer des briques de cette section d’une importance vitale pour la construction. La municipalité d’Ihtiman n’a rien fait pour empêcher ces actes de vandalisme. Le musée d’Histoire et d’Ethnologie d’Ihtiman, très favorable à la restauration, n’est même pas en mesure d’assurer correctement son propre financement. Si on veut vraiment sauver ce monument, il faut agir immédiatement. Hélas, jusqu’à présent, la Municipalité a obstinément rejeté les propositions dans ce sens.

7Pendant un séjour à Istanbul en tant que chercheur associé au Koç Institute of Anatolian Studies, grâce à l’intervention et au soutien de Metin Sözen, universitaire ayant à son actif des restaurations très réussies, j’ai pris contact avec le très actif maire de Bursa, Recep Altepe. Celui-ci s’est montré désireux de financer la restauration du bâtiment. D’après une estimation réalisée par des experts de l’Université technique d’Istanbul (ITÜ), le coût de l’opération ne devrait pas dépasser les 330 000 euros. Le maire Altepe a dit pouvoir se charger du projet Ihtiman. La ville de Bursa est actuellement impliquée dans des restaurations sur cinq sites différents en République de Macédoine et sur un site en Bulgarie. Elle est capable d’intervenir à Ihtiman dès l’accord des autorités bulgares.

Fig. 3. Ihtiman. Zaviye. Vue intérieure de l’eyvan avec sa voûte à moitié écroulée.

Fig. 3. Ihtiman. Zaviye. Vue intérieure de l’eyvan avec sa voûte à moitié écroulée.

Fig. 4. Ihtiman. Zaviye. Vue intérieure de l’aile droite de la maison d’hôtes montrant les décombres de la cheminée utilisée pour le chauffage de la pièce durant la saison froide.

Fig. 4. Ihtiman. Zaviye. Vue intérieure de l’aile droite de la maison d’hôtes montrant les décombres de la cheminée utilisée pour le chauffage de la pièce durant la saison froide.

8Après ma visite à Bursa, je me suis à nouveau rendu à Ihtiman où j’ai sollicité le soutien du Musée historique. L’accueil fut très positif. Je suis alors allé voir le maire d’Ihtiman, Kaloyan Iliev, un jeune homme qui parlait plutôt bien l’anglais. Sa réponse a été dévastatrice. « Nous avons des mauvais souvenirs des Turcs et nous ne voulons pas des minarets dans notre ville. » J’ai répondu que le minaret n’était guère nécessaire, puisqu’à l’origine l’édifice n’était pas une mosquée. Pendant plus d’un siècle et demi, il a été un centre socio-caritatif des Akhis, une confrérie qui considérait comme son principal devoir de prendre soin des voyageurs, les loger, leur donner à manger et fournir du fourrage à leurs animaux. Cette hospitalité était offerte pour trois jours. Passé ce délai, les hôtes devraient poursuivre leur route. Ainsi qu’en témoignent de nombreux voyageurs, occidentaux et orientaux, tout le monde y était le bienvenu, sans qu’il n’y ait de distinction entre riches et pauvres, entre musulmans, chrétiens ou zoroastriens. C’est à une date beaucoup plus tardive que le bâtiment principal a été transformé en mosquée, l’assistance aux voyageurs et aux étrangers ayant été déplacée dans une autre construction, de l’autre côté de la route. Le maire est resté inflexible et m’a dit : « La meilleure solution serait que l’édifice s’effondre de lui-même ». La « méthode » est en somme la même que celle mise en œuvre à Nevrokop.

9La restauration de l’imaret d’Ihtiman ne se heurte pas seulement à des reflexes nationalistes. Il faut aussi faire entrer en ligne de compte les complexités de l’administration. Le Service des Monuments historiques de Bulgarie est décentralisé. En pratique, ceci signifie que la Municipalité d’Ihtiman a le pouvoir de bloquer toute intervention sur le site. Après avoir rencontré le maire d’Ihtiman, j’ai contacté l’ambassadeur des Pays-Bas à Sofia. Un mois auparavant, celui-ci s’était entretenu avec le ministre de la Culture de Bulgarie par interim, qui aurait dit être conscient de l’attitude anti-turque de certaines personnes dans son pays et avouer regretter beaucoup cette situation ; il aurait aussi ajouté qu’il n’avait aucune légitimité pour s’immiscer dans les affaires internes des municipalités. Mais une solution doit être trouvée. J’ai informé des collègues de l’Institut d’histoire de l’Art de l’université de Pennsylvanie et les ai exhortés à écrire au maire d’Ihtiman en soulignant la valeur extraordinaire de ce monument. Des collègues de l’université d’Athènes se sont aussi mobilisés. L’université d’État de Moscou fera de même. L’organisation internationale Europa Nostra a également été contactée et a déjà écrit à Ihtiman. La fondation suédoise « Monuments sans frontières » s’est pour sa part manifestée en affirmant qu’au sein de l’Europe unie « les monuments historiques sont considérées comme des créations de tous les peuples, sans distinction de race ou de religion, et [qu’]ils appartiennent à l’ensemble de l’humanité ». Dans notre Europe commune, les mentalités doivent évoluer. Joignons les mains, restons vigilants et – surtout – trouvons une solution meilleure que celle du maire. La petite ville ne peut que gagner de la restauration de l’édifice auquel elle doit son existence même.

Haut de page

Bibliographie

Antonov Aleksandar, « Zaviya Mahmud-Bega u Ihtimanu » [La zaviye de Mahmud bey à Ihtiman], Naučno djelo Akademnika Branislava Djurdjeva [Les travaux scientifiques de l’académicien Branislav Djurdjic], Posebno Izdanja Knjiga CIII [numéro spécial 103], Sarajevo, Akademija Nauka i Umjetnosti Bosne i Hercegovine, 2010, p. 125-139.

Emir Sedat, « Reconstructing an Early Ottoman Building : the Zawiya of Murad II in Bursa », in Temimi A. (ed.), Mélanges Prof. Machiel Kiel, Zaghouan (FTERSI) 1999, p. 269-298.

Emir Sedat, Erken Osmanlı Mimarlığında Çok-İşlevli Yapılar : Kentsel Kolonizasyon Yapıları olarak Zaviyeler [Les constructions à usages multiples dans l’architecture ottomane des premiers siècles : les zaviyes en tant qu’édifices de la colonisation urbaine], İzmir, Akademi Kitabevi, 2004, I-II.

Eyice Semavi, « İlk Osmanlı Devrinin Dinî-içtimaî bir Müessesi : Zâviyeler ve Zâviyeli-Camiler » [Une institution socio-religieuse du début de l’ère ottomane : les zaviye et les mosquées-zaviye], İstanbul Üniversitesi İktisat Fakültesi Mecmuası, XXIII/1-2, 1962/63.

Eyice Semavi, « Sofya yakınında İhtiman’da Gazi Mihaloğlu Mahmud Bey İmaret Camii » [La mosquée-imaret de Gazi Mihaloğlu Mahmud Bey à Ihtiman dans les environs de Sofia], Kubbealtı Akademi Mecmuası, V, 1975/ 2, p. 49-61.

Ivanov Jordan, Bălgarski Starini iz Makedoniya [Les vestiges bulgares de Macédoine], Sofia 1931, reprint Sofia (B.A.N.) 1970, p. 600/601 (publication de l’acte de fondation en date de 1382 du monastère Dragalevtsi près de Sofia).

Kiel Machiel, Bulgaristan’da Osmanlı Dönemi Kentsel Gelişmesi ve Mimari Anıtları [Le développement urbain et ses monuments architecturaux à l’époque ottomane en Bulgarie], Ankara, Kültür Bakanlığı Yay., 2007.

Kiel Machiel, « Four Provincial Imarets in the Ottoman Balkans, Ihtiman, Kačanik, Kyustendil and Mitylini », Neumann Ch. & Singer A. (eds.) Feeding People – Feeding Power, The Imaret System in Ottoman Empire, Istanbul, Eren, 2007, p. 96-120.

Lewis Stephen, « The Ottoman Architectural Patrimony of Bulgaria Revisited : Infrastructure, Intentionality, and the Genesis and Survival of Monuments », in Hartmuth M. (ed.), Monuments, Patrons, Contexts, Paper on Ottoman Europe presented to Machiel Kiel, Leiden, N.I.N.O., 2010, p. 143-170.

Mijatev Krăstju, « Prilozi kăm srednovekovnata arheologija na Bălgarski zemi, III, Starini v Ihtiman i Novi Han Sofijski » [Contributions à l’archéologie médiévale des terres bulgares, III, Antiquités d’Ihtiman et Novi Han, district de Sofia], Godišnik na Narodenija Arheologičeski Muzej Sofia, III, 1921, p. 242-285 (avec photo du minaret encore debout).

Herbert Wilhelmy, Hochbulgarien I. Die ländliche Siedlungen und die bäuerliche Wirtschaft, Kiel, Schriften des Geographishen Instituts der Universität Kiel, 1935, Band IV, p. 128-130.

Haut de page

Notes

1  Zaviye : couvent de derviches. Imaret : établissement caritatif, où on distribue des vivres aux pauvres ; centre d’accueil.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Ihtiman. Zaviye de Mihaloğlu Mahmud Bey. Façade principale de l’édifice et aile gauche de la maison d’hôtes (ou « bâtiment des invités ») coiffée d’une coupole.
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/310/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 2. Ihtiman. Zaviye de Mahmud Bey. Vue arrière de l’édifice montrant l’aile gauche de la maison d’hôtes et la voûte à moitié écroulée de l’eyvan.
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/310/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 3. Ihtiman. Zaviye. Vue intérieure de l’eyvan avec sa voûte à moitié écroulée.
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/310/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 4. Ihtiman. Zaviye. Vue intérieure de l’aile droite de la maison d’hôtes montrant les décombres de la cheminée utilisée pour le chauffage de la pièce durant la saison froide.
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/310/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Machiel Kiel, « Témoignage : La zaviye de Mahmud Bey à Ihtiman (Bulgarie) (1385/90) au bord de l’effondrement Projets de restauration et obstruction locale », Anatoli, 6 | 2015, 255-262.

Référence électronique

Machiel Kiel, « Témoignage : La zaviye de Mahmud Bey à Ihtiman (Bulgarie) (1385/90) au bord de l’effondrement Projets de restauration et obstruction locale », Anatoli [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://anatoli.revues.org/310 ; DOI : 10.4000/anatoli.310

Haut de page

Auteur

Machiel Kiel

Machiel Kiel est professeur émérite à l’université d’Utrecht et ancien directeur de l’Institut néerlandais d’archéologie d’Istanbul. Spécialiste de l’histoire de l’art et de l’architecture ottomanes, il est l’auteur de plus de 15 livres et quelque 300 articles, traduits en plusieurs langues. La plupart de ses travaux concernent le patrimoine ottoman dans les Balkans (Bulgarie, Albanie, Grèce…). Parmi ses dernières publications Turco-Bulgarica : Studies on the History, Settlement and Historical Demography of Ottoman Bulgaria, Istanbul, Isis, 2013 ; Birgi : An Old Turkish Cultural Centre in Western Anatolia, Istanbul, 2013.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org