Navigation – Plan du site
Partie 4 - Les États : ultimes gardiens ?

La préservation de l’héritage ottoman en Bulgarie. L’exemple des collections orientales de la bibliothèque Saints-Cyrille-et-Méthode

Stoyanka Kenderova
p. 309-324

Texte intégral

1En Bulgarie, les archives et manuscrits de la période ottomane forment un patrimoine considérable, conservé au Département des collections orientales (Département oriental) de la Bibliothèque nationale « Sts.-Cyrille et Méthode » (NBKM). Celui-ci possède un fonds très riche de documents d’archives en turc ottoman, mais aussi des matériaux en arabe et en persan, ainsi que des ouvrages manuscrits et des éditions rares de livres imprimés. Accessibles aux ottomanistes, arabisants, iranistes, historiens, ethnographes et autres spécialistes, ces collections sont mises à profit dans le cadre de recherches dans le domaine de l’histoire politique, économique et culturelle, de la géographie historique, de la diplomatique, de la paléographie, de la filigranologie, de la codicologie, etc.

Constitution du fonds, son traitement et son importance scientifique

  • 1  Nedkov B. « Orientalistikata v Sofiyskata Narodna Biblioteka », 1948 ; Ivanova Sv. « Komplektuvane (...)
  • 2  Binark I., Bulgaristan’a Satılan Evrak ve Cumhuriyet dönemi Arşiv çalışmaları, 1993.

2Les premières acquisitions du Département oriental de la Bibliothèque nationale sont des documents en turc ottoman abandonnés sur place par l’administration impériale au lendemain la guerre russo-turque de 1877-18781. Beaucoup plus tard, en 1931, l’État bulgare a acheté un important lot de papier usagé mis en vente à Istanbul à des fins de recyclage2. Il s’avéra qu’il s’agissait d’une partie des archives ottomanes et que ces ­documents avaient une grande valeur historique. Dès lors, une commission constituée de personnes connaissant le turc ottoman fut mise en place par le ministère bulgare de l’Instruction. Ces experts reçurent la mission de conserver et de traiter les archives ainsi rassemblées et de publier les résultats de leurs travaux.

3Une autre méthode à laquelle la Bibliothèque nationale a eu recours pour enrichir ses collections a été d’acheter des documents d’archives à leurs possesseurs. Beaucoup plus rares sont les cas de dons à titre gracieux.

4Aujourd’hui, les archives ottomanes de Bulgarie sont regroupées, pour l’essentiel, au sein de deux grandes séries. En premier lieu, la Collection d’archives orientales (OAK). Ont été rassemblés ici les documents les plus intéressants et qui se rapportent en général à l’histoire de pays autres que la Bulgarie. Une deuxième série, désignée sous le nom des Archives turques nouvellement acquises (NPTA), comprend des documents sur l’histoire des localités bulgares dans le cadre de l’Empire ottoman.

5La grande majorité des autres documents est répartie en 328 fonds organisés à partir de critères géographiques. Chacun des fonds porte le nom d’une localité, sous réserve que celle-ci ait eu au minimum, à l’époque ottomane, un statut de kaza (siège administratif d’un cadi). C’est ainsi, par exemple, que les fonds 79 et 79A concernent la ville d’Edirne, les fonds 156 et 156A, Sofia, les fonds 218 et 218A, Ankara, les fonds 279, 279A et 279Ar, Damas, etc.). Certains fonds portant les noms d’États étrangers. Par exemple, les fonds 296 et 296A rassemblent des documents concernant l’Italie, les fonds 315 et 315A, la Russie, le fonds 317 et 317A, la France… Ici, nous sommes en présence de matériaux qui viennent témoigner des relations politiques, économiques, militaires et autres que ces pays entretenaient avec l’Empire ottoman.

6Chaque pièce est traitée en fonction d’un schéma de classification. En principe, celui-ci prend en compte tous les sujets possibles dont le document pourrait relever. Les matériaux sont répartis selon six thèmes principaux : I. Questions économiques ; II. Questions politiques ; III. Finances ; IV. Éducation et services de santé ; V. Questions militaires ; VI. Religion. Chaque thème est composé d’un nombre variable de sous-thèmes.

  • 3  Voir à ce propos Gâlâbov G. & Duda H. W., Die Protokollbücher des Kadiamtes Sofia, 1960 ; Ivanova (...)

7Jusqu’à présent, environ 500 000 pièces d’archives ont été traitées et enregistrées. Celles-ci totalisent environ un million de feuilles de papier. En dehors de ces documents isolés, le Département oriental conserve aussi une belle collection de 772 registres (defter). À ce nombre viennent s’ajouter 185 registres (sicill) émanant des tribunaux du chéri͑at (tribunaux religieux). Datée des xviiie et xixe siècles, cette documentation judiciaire doit son existence à l’activité des juges (kadı) de Vidin, Rousse, Sofia et quelques autres localités3. Comme il s’agit d’une source particulièrement féconde pour l’étude de la vie quotidienne dans les Balkans à l’époque ottomane, ces registres sont fréquemment utilisés par les doctorants et les ottomanistes confirmés. C’est la raison pour laquelle ils ont été digitalisés et mis gratuitement à la disposition des chercheurs sur le site de la Bibliothèque nationale (voir infra).

  • 4  A.Velkov A. et al., Osmanski izvori za islyamizatsionnite protsesi na Balkanite XVI-XIX vek, 1990.
  • 5  Mutaftchieva V., Agrarnite otnocheniya v Osmanskata imperiya prez XV-XVI vek, 1962 ; Radushev E., (...)
  • 6  Kovachev R., Opis na Nikopolskiya sandjak ot 80-te godini na XV vek, 1977.
  • 7  À ce propos, voir en particulier les travaux de Grozdanova El., « Problemat za taka naretchenata p (...)

8Le regroupement des archives, des fonds de manuscrits et des livres imprimés anciens en un seul lieu, en l’occurrence la Bibliothèque nationale, a permis d’organiser ici un véritable centre de recherches orientales. Celui-ci a contribué de manière notable à la formation de professionnels susceptibles de poursuivre le travail engagé par leurs prédécesseurs. À partir de 1993, les ottomanistes bulgares ont aussi bénéficié de contacts réguliers avec les Archives ottomanes d’Istanbul, contacts grâce auxquels ils ont eu la possibilité d’élargir considérablement le champ thématique et chronologique de leurs recherches. Détenteurs d’une solide formation en paléographie ottomane, ces spécialistes se consacrent surtout à la lecture, l’interprétation et la traduction de sources relatives à l’histoire économique et politique de la Bulgarie à l’époque ottomane. Leurs travaux portent sur les phénomènes ethno-démographiques dans les Balkans, les caractéristiques de l’administration ottomane tant au niveau central que dans les provinces, les processus d’islamisation4, le système agraire5 et divers aspects de l’histoire régionale6. Au cours de ces dernières décennies, plusieurs études ont notamment focalisé sur des populations dotées d’un statut distinctif et astreintes à des obligations particulières à l’endroit de l’État ottoman, qu’il s’agisse d’assistance militaire, de production économique, ou de corvées diverses, comme l’entretien des routes et autres voies de communication. Au nombre de ces groupes spécialisés dans l’accomplissement de certaines tâches, il convient de mentionner en particulier les voynuks (auxiliaires militaires, souvent affectés à la garde des frontières) et toute une panoplie ­d’individus pourvus de compétences spécifiques : fauconniers, mineurs, charbonniers, saliniers, riziculteurs, fournisseurs de menu bétail, gardes de cols de montagne et de routes, etc7.

  • 8  Cf. En particulier les « classiques » de Nedkov B., Osmanoturska diplomatika i paleografiya, 1966‑ (...)
  • 9  Velkov A. et Andreev St., Vodni znatsi v osmanoturskite dokumenti. P. I. Tri luni, 1983 ; Velkov A (...)
  • 10  Mihaylova M., Uvod v osmanskata sfragistika, 2006.
  • 11  Mihaylova-Mravkarova M., Sledi ot vliyanieto na balgarskiya ezik varhu ezika na osmanskite dokumen (...)

9À côté de ces travaux historiques, les archives conservées à Sofia ont aussi servi de base à des publications remarquées dans les domaines de la diplomatique et de la paléographie ottomanes8, ainsi que dans d’autres disciplines auxiliaires comme la filigranologie9 et la sphragistique10. À signaler aussi, dans un autre registre, un certain nombre de travaux consacrés à l’histoire de la langue ottomane, eux aussi fondés sur les matériaux conservés à la Bibliothèque nationale11.

  • 12  Tous ces inventaires, ainsi que les travaux les plus significatifs sur ces divers types de documen (...)
  • 13  L’auteur de cette contribution a publié de nombreuses études sur les documents en langue arabe de (...)

10Naturellement, pour faciliter l’accès aux documents, il a fallu que les spécialistes s’attellent à la confection d’inventaires et de catalogues thématiques. Parmi les outils réalisés, figurent notamment, assortis d’un appareil critique, des répertoires consacrés aux registres des concessions militaires (le système des timars), aux matériaux ayant trait aux fondations pieuses (waqfs), aux registres de capitation (cizye), aux documents sur les luttes du peuple bulgare pour sa libération politique et pour l’autonomie de l’église bulgare, aux documents sur l’histoire de l’éducation et de la médecine, du commerce et des artisanats, etc12. Ces travaux n’incluent pas les documents en langue arabe achetés à Istanbul en 1931, documents qui proviennent pour la plupart des autorités administratives des provinces orientales de l’Empire ottoman. Ceux-ci ont fait l’objet d’un inventaire particulier qui donne des informations non seulement sur le contenu des pièces recensées, mais aussi sur leurs caractéristiques du point de vue de la diplomatique et de la filigranologie13.

  • 14  Cf. à ce propos Yordanov V., Istoriya na Narodnata biblioteka v Sofia. Po slutchay 50-godichninata (...)
  • 15  Stajnova M., Osmanskite biblioteki v balgarskite zemi XV-XIX vek, 1982 ; Kenderova St., « Golemite (...)

11Par ailleurs, depuis le dernier quart du xixe siècle, la Bibliothèque nationale de Bulgarie a fait l’acquisition de plusieurs milliers de manuscrits et de livres anciens imprimés14. Ces ouvrages précieux constituent le second volet de l’héritage culturel musulman conservé à Sofia. À l’époque ottomane, ils ornaient les étagères des bibliothèques de waqf édifiées à l’initiative de généreux donateurs à Samokov, Vidin, Sofia, Kyustendil, Choumène et dans d’autres villes de Bulgarie15. Après l’instauration de l’État bulgare, ces collections sont venues graduellement enrichir les fonds de la Bibliothèque nationale.

  • 16  Kenderova St., « Les lecteurs et la lecture à Samokov au xixe siècle », 1999 ; du même auteur, Bib (...)

12Le lot le plus important – plus de 2 000 volumes – provient de la bibliothèque instituée à Samokov sous la forme d’une fondation pieuse (waqf)16. Les premiers renseignements relatifs à une activité intellectuelle parmi les musulmans de cette ville datent du xvie siècle. Mais il faudra attendre le xviiie siècle pour voir la population turque de Samokov s’intéresser vérita­blement aux livres et à la lecture, un intérêt qui se poursuivra au siècle suivant. Pour satisfaire le désir de lire de ses coreligionnaires, le gouverneur de la ville (nazır) Mehmed Husrev pacha (mort en 1847) allait ordonner au début de 1842 la fusion de plusieurs bibliothèques privées. C’est ainsi qu’a vu le jour l’une des bibliothèques de waqf les plus riches ayant fonctionné en Bulgarie à cette époque.

  • 17  Stajnova M., « Ottoman Libraries in Vidin », 1979 ; Kenderova St., « À propos des donateurs de liv (...)

13La ville de Vidin doit plusieurs de ses monuments à Osman Pazvantoğlu, un chef de guerre porté à la dignité de pacha à l’extrême-fin du xviiie siècle. Celui-ci institua notamment une bibliothèque qui comptait en 1837, trente ans après la mort de son fondateur, 2 405 ouvrages manuscrits et 73 volumes imprimés, parmi lesquels figuraient plusieurs livres publiés à Istanbul par Ibrahim Muteferrika, créateur de la première imprimerie ottomane17. Cette riche collection a été transférée à la Bibliothèque nationale en 1888. Ultérieurement, une commission turco-bulgare devait décider de faire don d’une bonne partie du fonds – environ les deux-tiers – à la Turquie. Aujourd’hui, les livres se trouvent dans une bibliothèque d’Istanbul, mais celle-ci n’a pas pu être identifiée. Quant à la bibliothèque que Pazvantoğlu avait fait construire à Vidin en 1802-1803, elle existe toujours, à proximité immédiate d’une mosquée édifiée à la même époque. Depuis 1927, ces deux monuments, ainsi que d’autres constructions dues à Pazvantoğlu (des fontaines, la « caserne croisée », le tombeau du pacha), figurent sur la liste des monuments historiques et culturels d’importance nationale. Il y a de cela une dizaine d’années, la mosquée et la bibliothèque ont été restaurées.

14Parmi les édifices ottomans encore débout, il nous faut aussi mentionner la medrese (établissement d’enseignement religieux) et la bibliothèque que Chérif Halil Pacha fit construire à Choumen vers le milieu du xviiie siècle. Ces édifices sont intégrés à la grande mosquée, dite Tomboul Cami, érigée en 1744. Comme les monuments de Vidin, il s’agit d’un complexe (külliye) considéré depuis 1927 comme un bien culturel d’importance nationale. Dans les années 2003-2004, la mosquée a été restaurée par la firme Evrorest 2002, spécialisée dans la restauration et la conservation des monuments architecturaux. La réfection du toit de la mosquée a nécessité à elle seule 23 tonnes de tôle de plomb, une dépense entièrement couverte par le sultanat d’Oman. La bibliothèque peut se prévaloir d’un fonds relativement substantiel : un millier de manuscrits, parmi lesquels figurent de nombreux fragments, et quelque 1 500 livres imprimés. Depuis une vingtaine d’années, l’ensemble de la collection se trouve à la Bibliothèque nationale où elle a été transférée pour faciliter la restauration des éléments endommagés et la préparation d’un catalogue.

  • 18  Ivanova Z., « Bulgaristan’da Vakıf Kütüphaneleri Tarihinden XVIII-XIX Yüzyıllarda Küstendil Vakıf (...)

15Les ouvrages rassemblés à Kyustendil ont eux aussi contribué à l’enrichissement des collections de la Bibliothèque nationale18. Ils y voisinent avec quelques apports de moindre importance, comme le fonds de la bibliothèque waqf de Sofia, formé de 50 à 60 livres manuscrits. Même s’ils sont peu nombreux, certains de ces ouvrages retiennent l’attention, ne serait-ce que parce qu’ils portent des inscriptions de donation à titre de waqf, ce qui permet aujourd’hui aux chercheurs de se faire une idée de l’identité des donateurs.

  • 19  Kenderova St., « La littérature arabe représentée dans les bibliothèques de waqf en Bulgarie au xi (...)
  • 20  Kenderova St. « La diffusion du livre turc ottoman dans les terres bulgares », Sofia, 2004.
  • 21  Hazai G., « Les manuscrits, conservés à Sofia, des remaniements médiévaux de Marvazi et ‘Aufi », 1 (...)

16Grâce à toutes ces acquisitions, le nombre total des manuscrits orientaux conservés à la Bibliothèque nationale s’élève à quelque 3 800 codex (sans compter les livres de Choumen). Environ 3 150 d’entre eux sont en arabe19, 500 en turc ottoman20 et 150 en persan21. La plupart de ces livres présentent un grand intérêt non seulement en raison des sujets qu’ils traitent, mais aussi du point de vue codicologique, paléographique et artistique. De quoi, assurément, alimenter une vaste enquête sur l’histoire de la culture musulmane en Bulgarie. Pour l’heure, les travaux réalisés à partir de ce corpus riche et varié ont surtout porté sur les bibliothèques de waqf et divers thèmes liés à l’histoire du livre : la formation des collections, les modalités de la lecture, les aspects techniques de la production de manuscrits, les aspects artistiques, les champs disciplinaires représentés dans les bibliothèques, etc. La bibliographie placée à la fin de cet article témoigne éloquemment de la diversité des approches envisageables. Mais bien d’autres terrains, encore vierges, ne demandent qu’à être explorés.

  • 22  Cf. les travaux de Izz ad-Din Y. et Darwîsh ‘A. (bibliographie en fin d’article).
  • 23  Petkova-Bojanova, G., Register of the Arabic Manuscripts. vol. I. The Koran, 1977 ; Stoilova A. et (...)
  • 24  Nedkov B., Balgariya i sasednite yi zemi prez XII vek spored « Geografiyata » na Idrisi, 1960 ; Ke (...)
  • 25  El-Hajj Ali pacha, Osmanski polititcheski traktat, 1972.
  • 26  Kalicin M. & Mutafova Kr., « Historical Accounts About the Halveti Šeyh Bali efendi of Sofia… », 1 (...)
  • 27  Kisselintcheva M, Persian 16th Century Miniatures in Manuscripts Preserved in the Cyrillus and Met (...)

17Une partie des manuscrits orientaux conservés à la Bibliothèque nationale a fait l’objet d’inventaires dus pour la plupart à des chercheurs arabes22. Toutefois, quelques spécialistes bulgares ont également mis la main à la pâte. Ces répertoires touchent à des domaines variés : sciences religieuses, grammaire arabe, histoire, géographie23. Par ailleurs, nous disposons aussi d’études, peu nombreuses, consacrées à un nombre limité de manuscrits remarquables. C’est ainsi, en particulier, que la célèbre « Géographie » d’Abu Abdallah Muhammad al-Idrisi (mort en 1165), dont la Bibliothèque Sts.-Cyrille et Méthode possède un exemplaire, a suscité plusieurs travaux examinant l’ouvrage sous différentes perspectives : paléographie arabe, géographie historique des Balkans au Moyen-Âge, cartographie arabe, codicologie24. De même, B. Cvetkova nous a laissé une savante étude sur un texte d’el-Hajj Ali pacha traitant de la réorganisation de l’armée impériale25. Il nous faut encore mettre au crédit des orientalistes bulgares une recherche consacrée à un manuscrit de Cheikh Kyustendilli, précieuse contribution à l’histoire des ordres religieux musulmans dans les Balkans26. Enfin, parmi toutes ces études, celle qui retient surtout le regard est un beau livre d’art consacré à de superbes miniatures ornant deux manuscrits persans du xvie siècle27.

18En définitive, il ressort clairement de ce bref survol, que les documents d’archives, les manuscrits et les livres imprimés anciens rassemblés au sein du Département oriental de la Bibliothèque nationale Sts.-Cyrille et Méthode constituent une véritable mine pour les historiens. De nombreux champs de recherche sont concernés : d’abord, l’histoire de la Bulgarie et, au-delà, des possessions balkaniques du sultan ; mais aussi l’histoire des pays arabes, de la vie administrative et politique dans l’espace ottoman, de la culture musulmane… Naturellement, les fonds se prêtent aussi à des approches d’ordre plus technique : codicologie, recherches sur les copistes, les auteurs, les bibliothèques, les modalités de donation d’ouvrages, etc. Longtemps soumise à des contraintes idéologiques, la recherche scientifique bulgare a largement bénéficié, depuis le début des années 1990, des changements intervenus dans le climat social et politique. Les conditions sont désormais réunies pour que s’épanouisse, en Bulgarie, un orientalisme désidéologisé et rénové, soucieux de rigueur scientifique, ouvert à l’analyse critique et en phase avec la recherche européenne.

Les nouvelles méthodes de conservation du fonds

19Pour conserver les collections du Département oriental et les transmettre aux générations futures dans de bonnes conditions, deux modes d’inter­vention apparaissent désormais incontournables : la restauration et la digitalisation. Au cours des dix dernières années, la Bibliothèque nationale a mis en chantier deux grands projets qui concernent, et l’un et l’autre, le fonds oriental.

  • 28  Kenderova St. & Musakova El., « Digital Archives and Documents : Preservation, Information, Schola (...)

20Intitulé DAPIS (Digital archives and documents : preservation, information, scholarship), le premier de ces programmes s’est déroulé sur une durée de deux ans, du 1er janvier 2007 au 31 décembre 2008. Il a été financé au moyen de crédits alloués par le fonds de recherches scientifiques auprès du ministère de l’Éducation de Bulgarie (KIN – 1017/ 2006). Son objectif : mettre en œuvre des méthodes modernes de restauration et de conservation au bénéfice des collections spéciales de la bibliothèque, notamment les livres manuscrits slaves, orientaux et latins, les documents d’archives en langue turque ottomane et les journaux de l’époque de la Renaissance bulgare. De très nombreux documents ottomans endommagés par l’humidité et la moisissure – au total, quelque 12 335 folios – ont pu être restaurés. D’autre part, des résultats substantiels ont été atteints en matière de digitalisation. D’ores et déjà, sont disponibles 605 images numériques de documents isolés, 564 images de livres manuscrits et 274 images de livres anciens imprimés. Chaque document digitalisé est pourvu d’une description précisant ses particularités paléographiques et codicologiques. Ces informations doivent permettre au lecteur de se faire une idée du contenu du document et de ses caractéristiques structurelles. Une exposition organisée à la Bibliothèque nationale et quelques publications ont permis aux chercheurs de prendre connaissance des premiers résultats du programme28.

21Accessibles à travers le site internet de la Bibliothèque nationale (onglet « digital library »), tous les documents digitalisés sont gérés au moyen de DocuWare, un progiciel doté d’une large gamme de fonctionnalités. Les matériaux relevant du Département oriental sont répartis à travers les rubriques suivantes : documents orientaux – Bulgarie et les Balkans ; documents orientaux – Europe ; Documents orientaux – pays arabes et l’Iran ; manuscrits arabes ; manuscrits turcs ; manuscrits persans ; defters ; sicills ; livres anciens imprimés. La numérisation des archives et livres orientaux est toujours en cours. Le service affecté à cette tâche réalise environ 2 500 à 3 000 documents numériques par an, en se fondant pour le choix de ceux-ci sur les besoins des usagers du fonds oriental de la Bibliothèque.

22Dans le prolongement du programme DAPIS, un deuxième projet, intitulé « Digitalisation et conservation de l’héritage écrit de la Bulgarie » (code BG 046), a lui aussi considérablement contribué à la préservation et à la mise en valeur du patrimoine oriental de la Bibliothèque. Réalisé grâce au soutien de trois pays – l’Islande, le Lichtenstein et la Norvège – dans le cadre du « mécanisme financier de l’Espace économique européen », ce programme a été mis en chantier en 2007 et à permis de développer substantiellement les capacités du Centre de digitalisation de la Bibliothèque nationale. On lui doit notamment la numérisation de tous les sicills des tribunaux musulmans de Vidin, Sofia, Roussé, Dobrich et Toutracan, soit un total de 184 registres (25 000 images numérisées). Chaque registre est accompagné d’une fiche descriptive fournissant des indications sur son contenu et la période couverte. Intégrés à la collection des ressources numérisées de la Bibliothèque nationale de Bulgarie, ces matériaux sont accessibles à travers le site internet de l’établissement, à l’adresse nationallibrary.bg, onglet « digital library ».

Conclusion

23Naturellement, il reste encore beaucoup à faire. Le fonds oriental de la Bibliothèque nationale de Sofia est loin d’avoir déployé toutes ses richesses. De nombreux documents attendent encore d’être mis en valeur. Et pourtant, depuis les premières acquisitions, au lendemain de la guerre russo-turque de 1878, le chemin parcouru apparaît considérable. Au cours de ces dernières années, les collections ont bénéficié d’attentions décisives, notamment en matière de restauration et de numérisation. Considérées comme une composante fondamentale de l’héritage historique, elles sont protégées par la loi sur les monuments culturels et les musées, promulguée en 1969 et plusieurs fois amendée. Il faut aussi savoir gré aux autorités bulgares d’avoir su tirer le meilleur profit des moyens – à la fois humains et financiers – mis en place par les instances européennes pour soutenir les projets patrimoniaux des États de l’Europe du Sud-Est. Les crédits alloués à la Bibliothèque nationale à partir de 2007 ont constitué un remarquable déclencheur d’énergies. Il reste à souligner que si le fonds oriental de Sofia jouit aujourd’hui d’une indiscutable notoriété aux yeux des spécialistes, c’est surtout aux générations successives d’orientalistes bulgares qui y ont fait leurs armes qu’il le doit. Sans les nombreux travaux de ces érudits, formés aux finesses de l’arabe, du persan et du turc osmanli, les manuscrits et livres rares rassemblés à Sofia auraient proba­blement connu le même sort que bien d’autres reliques du passé : l’oubli, dans les tréfonds de quelque réserve.

Haut de page

Bibliographie

Le fonds oriental de la Bibliothèque nationale de Bulgarie : approche bibliographique

Andreev Stefan, Velkov Asparukh, et al., Opis na osmanoturski dokumenti za zanayati i targoviya XVI-XIX vek, zapazeni v Orientalskiya otdel na Narodnata biblioteka « Sv. Sv. Kiril i Metodiy » (Inventory of the Ottoman Turkish Documents on Trade and Crafts, 16th-19th c. Preserved in the Oriental Department of the St. St. Cyril and Methodius National Library), Sofia, 1993.

Andreev Stefan, Les filigranes dans les documents ottomans. Couronne, Sofia, 2007.

Binark İsmet, Bulgaristan’a Satılan Evrak ve Cumhuriyet dönemi Arşiv çalışmaları [Les documents vendus à la Bulgarie et les travaux relatifs aux archives à l’époque républicaine], Ankara, 1993.

Binark İsmet (ed.), Bulgaristan’daki Osmanlı evrakı [Les documents ottomans en Bulgarie], Ankara, Başbakanlık Basımevi, 1994.

Çaksu Ali (ed.), Balkanlar’da İslam Medniyeti Milletlerarası Sempozyumu Tebliğleri : Sofya 21-23 Nisan 2000, Istanbul, 2002.

Cvetkova Bistra (ed.), El-Hajj Ali pacha. Osmanski polititcheski traktat [Traité politique ottoman], Sofia, 1972.

Darwîsh, ‘Adnan, Fihris al-makhtûtât al-‘arabiyya al-mahfûza fî Dâr al-kutub al-sha‘biyya Kîrîl wa-Mîtûdî fî Sûfiya ‘âsimat al-Djumhûriyya al-Sha‘biyya al-Bulghâriyya. P. I-II..Dimashq, 1969-1974.

Dimitrov Strashimir, « Ottoman Studies in Bulgaria After the Second World War », Études balkaniques, 2000, 1, p. 29-58.

Draganova Slavka, « Tanzimatskiyat period v balgarskata osmanistika prez poslednite 50 godini » (La période de Tanzimat dans les études ottomanes bulgares durant les dernières 50 années), in : Fedotov A. et al. (eds). Petdeset godini spetsialnost tyurkologiya v Sofiyskiya Universitet « Sveti Kliment Ohridski », Sofia, 2004, p. 388-399.

Duda Herbert W., « Moschee und Medrese des Šerif Halîl Pascha in Schumen », Balkantürkische Studien (Österreichische Akademie der Wissenschaften. Philosophisch-historische Klasse. Sitzungsberichte, 226, Bd. 1. Abhandlung), Wien, 1949 p. 63-89.

Gâlâbov Galab D. & Duda Herbert W., Die Protokollbücher des Kadiamtes Sofia, München, 1960.

Grozdanova Elena, « Problemat za taka naretchenata privilegirovana raya v istoritcheskata knijnina » [Le problème de la soi-disant rayia « privilégiée » dans les textes historiques], Balgariya prez XV-XVIII vek. Istoriografski izsledvaniya. T. I., Sofia, 1987, p. 135-154.

Grozdanova Elena, « Balgarskata osmanistika na granitsata mejdu dve stoletiya – priemstvenost i obnovlenie » (The Bulgarian Ottomanistics Between Two Centuries – Continuity and Renewal), Istoritcheski pregled, n° 1-2, 2005, p. 98-157.

Grozdanova Elena & Andreev Stefan, Celebkeşan in Bulgarian and Neighbouring Lands in the 16th-18th c. according to Documents from Bulgarian and Other Archives (texte en langue bulgare), Sofia, 1993.

Hazai Georg, « Les manuscrits, conservés à Sofia, des remaniements médiévaux de Marvazi et ‘Aufi », Acta Orientalia, 7, 1957, fasc. 2-3, 157-197.

Ivanova Svetlana, « Komplektuvane, formirane i razkrivane na sbirkite na Orientalskiya otdel na NBKM » [Constitution, classement et publication des collections du Département oriental], Izvestiya na Darjavnite arhivi, 79, 2001, p. 3-39.

Ivanova Svetlana, « The Sicills of the Ottoman Kadis. Observations over the Sicill Collections at the National Library in Sofia, Bulgaria », in Çiçek K. (ed.), Pax Ottomana. Studies in the Memoriam Prof. Nejat Gőyűnç, Ankara, 2001.

Ivanova Zorka, « Bulgaristan’da Vakıf Kütüphaneleri Tarihinden. XVIII-XIX Yüzyıllarda Küstendil Vakıf kütüphaneleri » [À propos de l’histoire des bibliothèques waqf de Bulgarie. Les bibliothèques waqf de Küstendil aux xviiie-xixe s.], in : Bayram Öz. (ed.), Bilginin Serüveni : Dünü, Bugünü ve Yarını. Türk Kütüphaneciler Derneği’nin Kuruluşunun 50. yılı Uluslararası Sempozyum Bildirileri. 17-21 Kasım 1999, Ankara, 1999, p. 74-89.

‘Izz ad-Din Yusuf, Makhtûtât ‘arabiyya fî Maktabat Sûfiya al-wataniyya al-bulghâriyya (Kîrîl wa-Mîtûdî). Baghdâd, 1968.

Kalicin Maria & Mutafova Krassimira, « Historical Accounts About the Halveti Šeyh Bali efendi of Sofia in a Newly Discovered Vita Dating from the 19th C. », Études balkaniques, 3-4, 1995, p. 117-131.

Keilani Rama & Todorova Svetlana (eds.), Proceedings of the International Symposium on Islamic Civilisation in the Balkans : Sofia, April 21-23, 2000, Istanbul, 2002.

Kenderova Stoyanka, Inventory of the Documents in Arabic Language Kept in the Oriental Department of the « Cyril and Methodius » National Library in Sofia. 19th-20th c., Sofia, 1984.

Kenderova Stoyanka, Catalogue of Arabic Manuscripts in SS Cyril and Methodius National Library, Sofia, Bulgaria : Hadith Sciences, ed. by M. Isa Waley, London, Al-Furqān Islamic Heritage Foundation, 1995.

Kenderova Stoyanka, « Comptabilité statistique dans les hôpitaux “Gureba’ ve Muhacirin Hastahaneleri” du Tuna Vilayeti (1873-1877) », in : Congrès de l’Union Européenne des Arabisants et Islamisants, XVI. Salamanca, 1992. Actas XVI Congreso UEAI, Salamanca, 1995, p. 267-274.

Kenderova Stoyanka, « À propos des donateurs de livres à la bibliothèque d’Osman Pazvantoğlu à Vidin », in : Anastassiadou M. (ed.), Sociétés et cultures musulmanes d’hier et d’aujourd’hui. Les Chantiers de la recherche. Strasbourg, 30 juin-3 juillet 1994. Actes de la IXe réunion des chercheurs sur le monde arabe et musulman, Paris, Université des Sciences Humaines de Strasbourg & CNRS, 1996, p. 182-185.

Kenderova Stoyanka, « La littérature arabe représentée dans les bibliothèques de waqf en Bulgarie au xixe siècle », in : Agius D. A. & Netton I. R. (eds.), Across the Mediterranean Frontiers. Trade, Politics and Religion, 650-1420. Selected Proceedings of the International Medieval Congress, University of Leeds, 10-13 July 1995, 8-11 July 1996, Turnhout, 1997, p. 395-409.

Kenderova Stoyanka, « Les lecteurs et la lecture à Samokov au xixe siècle », REMMM, n° 87/88, 1999, p. 61-75.

Kenderova Stoyanka, Bibliothèques et livres musulmans dans les territoires balkaniques de l’Empire ottoman (Le cas de Samokov xviiie-première moitié du xixe siècle), thèse de doctorat en Histoire et civilisations de l’Europe, Strasbourg, Université Marc Bloch, 2000.

Kenderova Stoyanka, « Golemite obchtestveni (vakafski) biblioteki po balgarskite zemi v svetlinata na novoizdireni izvori » [Les grandes bibliothèques de waqf dans les terres bulgares selon les sources nouvelles], Istoriya na knigata – natchin na jivot. Recueil in Honorem Prof. Ani Gergova, Sofia, 2002, p. 115-151.

Kenderova Stoyanka, « Nov izvor za sokolarite ot selo Draginovo » [Une nouvelle source sur les fauconniers du village de Draginovo], Rhodopica, 2002, n° 1-2, p. 217-230 et Istoritcheski pregled, 2003, n° 1-2, p. 115-128.

Kenderova Stoyanka, « Construire une nation saine et vigoureuse. Les médecins bulgares au xixe siècle », in : Anastassiadou-Dumont M. (ed.), Médecins et ingénieurs ottomans à l’âge des nationalismes, Paris, Maisonneuve & Larose, 2003, p. 185-206.

Kenderova Stoyanka, « La diffusion du livre turc ottoman dans les terres bulgares », in : 50 ans de la création de la spécialité de turcologie à l’Université St. Kliment Ohridski à Sofia. Recueil, Sofia, 2004, p. 193-209.

Kenderova Stoyanka, « Ottoman-Period Arabic Language Archives on Bilad ash-Sham in the Bulgarian National Library », Chronos (Université de Balamand, Tripoli-Liban), n° 1, 2005, p. 209-230.

Kenderova Stoyanka, « La bibliothèque de la famille de Pazban-Zade à Vidin (30 ans après la mort d’Osman Pazvantoğlu) », Travaux du Symposium international. Le livre. La Roumanie. L’Europe, IIIe édition – 20-24 septembre 2010, t. II. Bucarest, 2011, p. 133-141.

Kenderova Stoyanka, « Les documents sur l’histoire du Yémen à l’époque ottomane conservés à la Bibliothèque nationale de Bulgarie, à Sofia. 1partie : Les documents en langue turque ottomane à caractère financier », Chroniques du manuscrit au Yémen (CEFAS), 12, 2011, http://www.anne.regourd.org/cmy/12/cmy12.01.texte1.pdf

Kenderova Stoyanka, « Les documents sur l’histoire du Yémen à l’époque ottomane conservés à la Bibliothèque nationale de Bulgarie, à Sofia. 2partie : Documents en langue turque ottomane à caractère politique et documents sur l’histoire de la médecine », Chroniques du manuscrit au Yémen (CEFAS), 13, 2012, http://www.anne.regourd.org/cmy/13/cmy13.01.texte1.pdf

Kenderova Stoyanka, « Les documents sur l’histoire du Yémen à l’époque ottomane conservés à la Bibliothèque nationale de Bulgarie, à Sofia. 3partie : Les documents en langue turque ottomane du fonds de Sanaa et documents en langue arabe », Chroniques du manuscrit au Yémen (CEFAS), 14, 2012, http://www.anne.regourd.org/cmy/14/cmy14.01.texte1.pdf

Kenderova Stoyanka, « Une chronique de Zabid et du Yémen jusqu’en 1562 : le manuscript OR 2545 de Sofia, Bulgarie », Journal of Islamic Manuscripts, n° 5, 2014, p. 170-197.

Kenderova Stoyanka & Bechevliev B., La péninsule balkanique représentée sur les cartes d’al-Idrisi. Étude paléographique et historico-géographique (Texte en langue bulgare, résumés en français, anglais et russe), Sofia, 1990.

Kenderova Stoyanka & Ivanova Zorka, From the Collections of Ottoman Libraries in Bulgaria during the 18th-19th Centuries. Catalogue of Exhibition of Manuscripts and Old Printed Books. Sofia, May 1998, Sofia, 1999.

Kenderova Stoyanka & Musakova Elisaveta, « Digital Archives and Documents : Preservation, Information, Scholarship (DAPIS) », Advances in Bulgarian Science. 1, Sofia, 2007, p. 18-23.

Kenderova Stoyanka, Stamatov Atanas & Stoimenov Dimitar, The Bulgarian Lands in Medieval Arabic Cartographic Tradition. 9t– 14th centuries. Atlas, Sofia, 2011.

Kenderova Stoyanka & Stoilova Anka, Brief Catalogue of the Oriental Manuscripts Preserved in St. St. Cyril and Methodius National Library. vol. І. ОR К1 – К19 ; ОR 1 – ОR 200, Sofia, 2013.

Keskioğlu Osman, « Şumnulu Şerif Halil Paşa Vakfiyesi », Vakıflar Dergisi, XIX, 1985, p. 25-30.

Kisselintcheva Maria, Persian 16th Century Miniatures in Manuscripts Preserved in the Cyrillus and Methodius National Library, Sofia, Sofia, 1981 et 1990.

Kovachev Rumen, Opis na Nikopolskiya sandjak ot 80-te godini na XV vek (Verzeichnis des Nikopol Sancaks aus den 80-er Jahre des XV Jahrhunderts), Sofia, 1977.

Mihaylova Maria et al., Opis na timarski registri, zapazeni v Orientalskiya otdel na Narodnata biblioteka « Kiril i Metodi » [Répertoire de registres de timar conservés au Département oriental de la Bibliothèque nationale], Sofia, 1970.

Mihaylova Maria, Uvod v osmanskata sfragistika [Introduction à la sphragistique ottomane], Sofia, 2006.

Mihaylova-Mravkarova Maria, « Dokumenti za prosvetnoto delo prez XIX vek v Osmanskata imperiya, sahranyavani v Orientalskiya otdel na Narodnada biblioteka Kiril i Metodiy » [Documents sur l’histoire de l’éducation dans l’Empire ottoman au xixe s., conservés dans le Département oriental de la Bibliothèque nationale], Izvestiya na NBKM, VII (XIII), 1967, p. 306-353.

Mihaylova-Mravkarova Maria, Opis na djiziye registri, zapazeni v Orientalskiya otdel na Narodnata biblioteka « Kiril i Metodi » [Répertoire de registres de cizye conservés au Département oriental de la Bibliothèque nationale], Sofia, 1983.

Mihaylova-Mravkarova Maria, Opis na turski dokumenti za saprotivata i natsionalno-revolyutsionnite borbi na balgarskiya narod prez XIX vek [Inventaire de documents turcs sur les luttes révolutionnaires du peuple bulgare au xixe s.], Sofia, 1984.

Mihaylova-Mravkarova Maria, Sledi ot vliyanieto na balgarskiya ezik varhu ezika na osmanskite dokumenti XV-XIX vek [Traces de l’influence de la langue bulgare sur la langue des documents ottomans xve xixe s.], Sofia, 2005.

Mutaftchieva Vera, Agrarnite otnocheniya v Osmanskata imperiya prez XV-XVI vek (Les relations agraires dans l’Empire ottoman aux xve-xvie s.), Sofia, 1962.

Nedkov Boris, « Orientalistikata v Sofiyskata Narodna Biblioteka » [L’Orientalisme à la Bibliothèque nationale de Sofia], Godichnik na Bibliografskiya Institut, I, 1945-1946, Sofia, 1948, p. 226-239.

Nedkov Boris, Balgariya i sasednite yi zemi prez XII vek spored « Geografiyata » na Idrisi [La Bulgarie et les terres voisines au xiie siècle selon la « Géographie » d’Idrisi], Sofia, 1960.

Nedkov Boris, Osmanoturska diplomatika i paleografiya [Diplomatique et paléographie turque-ottomane], vol. I-II, Sofia, 1966-1975.

Opis na djiziye registri, zapazeni v Orientalskiya otdel na Narodnata biblioteka « Kiril i Metodi » [Répertoire de registres de cizye conservés au Département oriental de la Bibliothèque nationale], Sofia, 1983.

Pantcheva Tsvetanka & Vasileva Maria, « Digitalnata biblioteka na Natsionalnata biblioteka Sv. sv. Kiril i Metodii – sastoyanie I perspektivi » [La Bibliothèque digitale de la Bibliothèque nationale – situation et perspectives], http://www.lib.bg/kragli_masi/DL_NBKM.ppt

Petkova-Bojanova G., Register of the Arabic Manuscripts. vol. I. The Koran, Sofia, 1977

Radushev Evgeni, Agrarnite otnocheniya v Osmanskata imperiya prez XVII-XVIIII vek [Les relations agraires dans l’Empire ottoman aux xviie-xviiie s.], Sofia, 1995.

Radushev Evgeni, Ivanova Svetlana & Kovachev Rumen, Inventory of Ottoman Turkish Documents about Waqf Preserved in the Oriental Department at the St.St. Cyril and Methodius National Library. Part I : registers, Sofia, 2003.

Sayyar Jemshid, Catalogue of the Persian Manuscripts found of the National Library Cyril and Methodius, Sofia, 1973.

Stajnova Mikhaila P., Opis na turski dokumenti za tsarkovno-natsionalnata borba na balgarskiya narod i za hristiyanskite tsarkvi v Osmanskata imperiya XV-XX vek. [Inventaire de documents turcs relatifs à la lutte du peuple bulgare pour une église nationale indépendante et aux églises orthodoxes dans l’Empire ottoman xve-xxe s.], Sofia, 1971.

Stajnova Mikhaila, « Ottoman Libraries in Vidin », Études balkaniques, n° 2, 1979, p. 54-69.

Stajnova Mikhaila, Osmanskite biblioteki v balgarskite zemi XV-XIX vek. Studii [Les bibliothèques ottomanes dans les terres bulgares. Études], Sofia, 1982.

Stoilova Anka & Ivanova Zorka, The Holy Qur’an through the Centuries. A Catalogue of the Exhibition of Manuscripts and Printed Editions Preserved in the SS Cyril and Methodius National Library, Sofia, 1995.

Velkov Asparukh & Andreev Stefan, Vodni znatsi v osmanoturskite dokumenti, P. I. Tri luni. [Les filigranes dans les documents ottomans. vol. I. Les « trois croissants »], Sofia, 1983.

Velkov Asparukh, Vidove osmanoturski dokumenti. Prinos kam osmanoturskata diplomatika [Types de documents turcs ottomans], Sofia, 1986.

Velkov Asparukh et al., Osmanski izvori za islyamizatsionnite protsesi na Balkanite XVI-XIX vek [Sources ottomanes sur les processus d’islamisation dans les Balkans. xvie-xixe s.], Sofia, 1990.

Velkov Asparukh, Les filigranes dans les documents ottomans. Divers types d’images, Sofia, 2005.

Yordanov Veliko, Istoriya na Narodnata biblioteka v Sofia. Po slutchay 50-godichninata yi. 1879-1929 (Histoire de la Bibliothèque nationale à Sofia. À l’occasion de son anniversaire 1879-1929), Sofia, 1930.

Haut de page

Notes

1  Nedkov B. « Orientalistikata v Sofiyskata Narodna Biblioteka », 1948 ; Ivanova Sv. « Komplektuvane, formirane i razkrivane na sbirkite na Orientalskiya otdel na NBKM », 2001.

2  Binark I., Bulgaristan’a Satılan Evrak ve Cumhuriyet dönemi Arşiv çalışmaları, 1993.

3  Voir à ce propos Gâlâbov G. & Duda H. W., Die Protokollbücher des Kadiamtes Sofia, 1960 ; Ivanova Sv., « The Sicills of the Ottoman Kadis. Observations over the Sicill Collections at the National Library in Sofia, Bulgaria », 2001.

4  A.Velkov A. et al., Osmanski izvori za islyamizatsionnite protsesi na Balkanite XVI-XIX vek, 1990.

5  Mutaftchieva V., Agrarnite otnocheniya v Osmanskata imperiya prez XV-XVI vek, 1962 ; Radushev E., Agrarnite otnocheniya v Osmanskata imperiya prez XVII-XVIIII vek, 1995.

6  Kovachev R., Opis na Nikopolskiya sandjak ot 80-te godini na XV vek, 1977.

7  À ce propos, voir en particulier les travaux de Grozdanova El., « Problemat za taka naretchenata privilegirovana raya v istoritcheskata knijnina, 1987 ; Grozdanova El. et Andreev St., Celebkeşan in Bulgarian and Neighbouring Lands… 1993 ; Kenderova St., “Nov izvor za sokolarite ot selo Draginovo”, 2003.

8  Cf. En particulier les « classiques » de Nedkov B., Osmanoturska diplomatika i paleografiya, 1966‑1975 ; Velkov A. Vidove osmanoturski dokumenti. Prinos kam osmanoturskata diplomatika, 1986.

9  Velkov A. et Andreev St., Vodni znatsi v osmanoturskite dokumenti. P. I. Tri luni, 1983 ; Velkov A., Les filigranes dans les documents ottomans. Divers types d’images, 2005 ; Andreev St., Les filigranes dans les documents ottomans. Couronne. 2007.

10  Mihaylova M., Uvod v osmanskata sfragistika, 2006.

11  Mihaylova-Mravkarova M., Sledi ot vliyanieto na balgarskiya ezik varhu ezika na osmanskite dokumenti XV-XIX vek, 2005.

12  Tous ces inventaires, ainsi que les travaux les plus significatifs sur ces divers types de documents, sont répertoriés dans la bibliographie placée à la fin de cet article.

13  L’auteur de cette contribution a publié de nombreuses études sur les documents en langue arabe de la Bibliothèque nationale. Voir en particulier Kenderova St., Inventory of the Documents in Arabic Language Kept in the Oriental Department of the « Cyril and Methodius » National Library in Sofia. XIIIth-XXth c., 1984. Pour des travaux sur des thèmes plus spécifiques (histoire de la Syrie, du Yémen, documents relatifs à l’histoire de la médecine, documents financiers ou politiques), cf. la bibliographie à la fin de cet article.

14  Cf. à ce propos Yordanov V., Istoriya na Narodnata biblioteka v Sofia. Po slutchay 50-godichninata yi. 1879‑1929, 1930.

15  Stajnova M., Osmanskite biblioteki v balgarskite zemi XV-XIX vek, 1982 ; Kenderova St., « Golemite obchtestveni (vakafski) biblioteki po balgarskite zemi v svetlinata na novoizdireni izvori », 2002.

16  Kenderova St., « Les lecteurs et la lecture à Samokov au xixe siècle », 1999 ; du même auteur, Bibliothèques et livres musulmans dans les territoires balkaniques de l’Empire ottoman…, 2002.

17  Stajnova M., « Ottoman Libraries in Vidin », 1979 ; Kenderova St., « À propos des donateurs de livres à la Bibliothèque d’Osman Pazvantoğlu à Vidin », 1996, pp. 182‑185 ; du même auteur, « La bibliothèque de la famille de Pazban-Zade à Vidin… », 2011.

18  Ivanova Z., « Bulgaristan’da Vakıf Kütüphaneleri Tarihinden XVIII-XIX Yüzyıllarda Küstendil Vakıf Kütüphaneleri », 1999.

19  Kenderova St., « La littérature arabe représentée dans les bibliothèques de waqf en Bulgarie au xixe siècle », 1997.

20  Kenderova St. « La diffusion du livre turc ottoman dans les terres bulgares », Sofia, 2004.

21  Hazai G., « Les manuscrits, conservés à Sofia, des remaniements médiévaux de Marvazi et ‘Aufi », 1957 ; Sayyar J., Catalogue of the Persian Manuscripts…, 1973.

22  Cf. les travaux de Izz ad-Din Y. et Darwîsh ‘A. (bibliographie en fin d’article).

23  Petkova-Bojanova, G., Register of the Arabic Manuscripts. vol. I. The Koran, 1977 ; Stoilova A. et Ivanova Z., The Holy Qur’an Through the Centuries…, 1995 ; Kenderova St., Catalogue of Arabic Manuscripts in SS Cyril and Methodius National Library, 1995.

24  Nedkov B., Balgariya i sasednite yi zemi prez XII vek spored « Geografiyata » na Idrisi, 1960 ; Kenderova St. et Bechevliev B., La péninsule balkanique représentée sur les cartes d’al-Idrisi…, 1990 ; Kenderova St., Stamatov At. & Stoimenov D., The Bulgarian Lands in Medieval Arabic Cartographic Tradition…, 2011.

25  El-Hajj Ali pacha, Osmanski polititcheski traktat, 1972.

26  Kalicin M. & Mutafova Kr., « Historical Accounts About the Halveti Šeyh Bali efendi of Sofia… », 1995.

27  Kisselintcheva M, Persian 16th Century Miniatures in Manuscripts Preserved in the Cyrillus and Methodius National Library, 1981 et 1990.

28  Kenderova St. & Musakova El., « Digital Archives and Documents : Preservation, Information, Scholarship (DAPIS) », 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stoyanka Kenderova, « La préservation de l’héritage ottoman en Bulgarie. L’exemple des collections orientales de la bibliothèque Saints-Cyrille-et-Méthode », Anatoli, 6 | 2015, 309-324.

Référence électronique

Stoyanka Kenderova, « La préservation de l’héritage ottoman en Bulgarie. L’exemple des collections orientales de la bibliothèque Saints-Cyrille-et-Méthode », Anatoli [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 24 janvier 2017. URL : http://anatoli.revues.org/313 ; DOI : 10.4000/anatoli.313

Haut de page

Auteur

Stoyanka Kenderova

Arabisante et ottomaniste, Stoyanka Kenderova est professeur de diplomatique turque-ottomane à l’université Saint-Clément d’Ohrid de Sofia et chef du département oriental de la Bibliothèque nationale Saints-Méthode et Cyrille de Bulgarie. Elle a consacré des nombreuses recherches à l’histoire des bibliothèques ottomanes. Plusieurs de ces publications concernent l’histoire de la médecine dans l’Empire ottoman. Parmi ses derniers travaux : « Les représentations de l’Orient dans les programmes des écoles turques et bulgares au cours du xixe s. », in Figures pionnières de l’Orientalisme : convergences européennes, Res orientales, vol. XX, 2011, p. 283-299 ; (ed.) Brief Catalogue of the Oriental Manuscripts preserved in St.st. Cyril and Methodius National Library, Sofia, 2013 ; Bolnitsi za bedni i preselnitsi v Dunavskiya vilayet (Hopitaux pour pauvres et émigrants dans le vilayet de Danube), Sofia, 2015.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org