Navigation – Plan du site

Introduction

Catherine Wihtol de Wenden
p. 9-13

Texte intégral

  • 1 Source Eurostat : taux de croissance du PIB réel en volume.

1La Turquie a longtemps été considérée, vue d’Europe, comme une terre d’émigration puisque les Turcs forment la plus grande diaspora immigrée en Europe (4,4 millions sur 5,3 millions à l’étranger). Mais elle est aussi une terre d’immigration pour les regroupements ethniques qui s’y sont effectués, suite à l’échange de populations avec la Grèce en 1923 et après la Seconde Guerre mondiale. Elle est devenue une terre de transit depuis que sa frontière avec la Grèce constitue l’un des points d’entrée en Europe et sert ainsi de « sas » à une population venue d’Asie, du Moyen-Orient et d’Afrique ; la chute du rideau de fer a également dessiné un nouvel espace migratoire régional qui constitue un nouveau système de circulation et d’échanges avec le sud Caucase et l’Asie centrale, bien que les liens linguistiques et religieux y soient souvent moins puissants que la force du soviétisme dans ces pays du sud de l’ex-URSS. Istanbul est devenue le centre névralgique de ces échanges entre Asie et Europe, abritant sans-papiers, commerçants « à la valise », touristes (à la faveur de l’abolition des visas par Ankara avec les pays avoisinants), double nationaux venus d’Europe pour s’installer dans une ville en pleine effervescence économique (notamment parmi les Germano-Turcs), aventuriers à la recherche de petits emplois, migrants de l’intérieur, hommes d’affaires et entrepreneurs de l’est et de l’ouest. La croissance turque est en effet plus élevée que celle de l’Union européenne, frôlant les 7,5 % en 2011, 9 % en 2010, contre 1,5 % dans l’UE en 2011 et 2 % en 20101. Certains viennent aussi y demander l’asile, bien que la Turquie soit l’un des rares pays à avoir maintenu une réserve géographique limitée à l’Europe pour l’application de la Convention de Genève de 1951 sur les réfugiés. Enfin, les catastrophes environnementales de la mer d’Aral, de la mer Caspienne et le polygone nucléaire du Kazakhstan sont porteurs d’éventuelles migrations environnementales.

2Depuis 2009, la Turquie a poursuivi une politique systématique de libéralisation des visas en signant une série d’accords bilatéraux de libre circulation avec les pays avoisinants (Liban, Albanie, Jordanie, Libye, Tunisie, Maroc, Qatar, Syrie, Iran, Russie, Géorgie, Kazakhstan, Ouzbékistan, ­Kirghizstan, Tadjikistan, Turkménistan, Azerbaïdjan, 20 pays d’Europe, Israël, partie turque de Chypre, Croatie, Serbie, Bosnie, Macédoine, Montenegro) pour accroître l’intégration économique de la région qui bénéficie ainsi de l’affairisme turc. Dans le même temps, elle a engagé une lutte plus sévère contre l’immigration illégale et le trafic des êtres humains, signant également des accords de réadmission avec les pays voisins et avec l’Union européenne (2010).

3Ce panorama d’un vaste champ migratoire du monde turc en pleine recomposition constitué par la fin du rideau de fer, les crises proche et moyen-orientales, la fermeture des frontières de l’Europe, l’attraction du pays lui-même et notamment d’Istanbul, suppose que l’on redéfinisse celui-ci, depuis les Balkans jusqu’à l’Iran et l’Oural. Si le compartiment centrasiatique et caucasien du champ migratoire turc est l’objet de désillusions et de potentialités, et si la vocation européenne de la Turquie n’est plus perçue comme imminente, la perspective de l’adhésion à l’Union européenne demeure, depuis le processus entamé en 2004, car il constitue un aiguillon pour le pays à poursuivre ses réformes. Pays de brassage de sa population, à dominante centre-asiatique, unie par une même appartenance linguistique, la Turquie continue de regarder vers l’Europe. La levée du rideau de fer a fait redécouvrir les pays « frères » oubliés par la majorité des Turcs, à la faveur de la levée des frontières. Une migration turque vient y travailler sur de nouveaux chantiers, tandis qu’une migration de main-d’œuvre s’effectue aussi dans l’autre sens, vers la Turquie et que les élites de ces pays viennent étudier dans les universités turques. Un autre aspect de l’influence turque dans cette vaste région migratoire est la diffusion culturelle et religieuse vers l’est, non sans nostalgie à l’égard de l’ancien Turkestan russe et, à l’ouest, l’organisation de l’islam à distance en Europe de l’Ouest : la Turquie y mène une véritable diplomatie migratoire, par le financement des associations religieuses et la présence culturelle auprès de jeunes ayant souvent la double nationalité. Mais, dans ce que certains pourraient qualifier de « relent d’empire », l’Asie centrale ne figure pas, car la Turquie reste envers et contre tous euro-centrée.

  • 2 Georges Tapinos était issu d’une famille grecque installée en Turquie qui avait fait l’objet, dans (...)

4Dans cette région riche d’une histoire migratoire complexe, il est impossible de faire l’impasse sur la Grèce, devenue une sorte de ligne Maginot pour l’Europe. Georges Tapinos, professeur d’économie et démographe des migrations internationales, disparu en 20002, analysait déjà, en 1998, l’immigration illégale dans un rapport d’Eurostat sur la mesure de la migration clandestine en Europe (3/1998/E/N° 7). L’étude sur la Grèce distingue la population de nationalité étrangère et d’origine grecque, la population d’origine étrangère et de nationalité étrangère, les ressortissants de l’Union européenne et les ressortissants de pays tiers, avec une facilitation de l’accès à la nationalité hellénique pour la première catégorie. L’Albanais clandestin y est devenu le stéréotype du migrant irrégulier.

*

5La présente étude s’articule autour de quatre parties. La première retrace l’historique des flux migratoires à Istanbul et commence par un article d’Altan Gökalp, récemment disparu, spécialiste des migrations et des mouvements religieux de Turquie au CNRS. Écrit en 1993, ce texte décrit déjà un « Istanbulistan » (un million d’habitants dans les années 1950, 10 millions d’habitants en 1993, 17 millions en 2010) traversé par des migrations internes devenues aujourd’hui internationales. L’article d’Altan Gökalp est ainsi suivi des développements de Luisa Piart sur les commerçants à la valise et de Jean-François Pérouse qui esquisse une typologie des nouveaux migrants européens, multipliant les profils migratoires.

6La seconde partie relate la longue histoire des échanges de populations entre la Grèce et la Turquie. Les contributions de Michel Bruneau et Meropi Anastassiadou nous éclairent sur les échanges de populations organisés suite au traité de Lausanne de 1923, puis à la fin de la Seconde Guerre mondiale, à l’origine de la naissance d’une mémoire et d’un espace migratoire autour des patries perdues par les Grecs. Ce « laminage des minorités » se poursuit et l’invasion turque de 1974 accélère l’exode grec de Chypre. À Chypre, Nicolas Kazarian parle « d’une des frontières parmi les plus militarisées du monde » depuis 1974, où des mouvements de population ont eu lieu entre les Grecs allant vers le sud et les Turcs allant vers le nord. Peut-on parler de colonisation turque dans le repeuplement de la région laissée par les Chypriotes grecs, du fait du caractère partiellement organisé de leur migration par le pouvoir central qui conduit à différencier les Chypriotes turcs des Turcs de Chypre ?

7La troisième partie est consacrée aux anciennes et nouvelles figures de la migration : Turcs en Europe, migrants en Turquie. Ural Manço présente un panorama très exhaustif des Turcs d’Europe aux profils de plus en plus différenciés et dont la présence est passée depuis 1985 de 2 à 4,4 millions. Benjamin Bruce définit la diplomatie du religieux menée par la Turquie, pourtant État laïc, à travers la gestion de la Dyanet dans les pays d’installation de l’émigration turque. En regard, Deniz Akagül montre qu’alors que la Turquie continuera vraisemblablement à être un pays d’émigration jusqu’en 2030, d’intenses dynamiques migratoires se déploient en Turquie : 60 % des flux migratoires se font d’est en ouest et vers les zones urbaines et concernent les migrants en transit, les migrants venus travailler en Turquie et les réfugiés quand la Turquie devient pour eux une destination alternative à l’Europe (Irakiens, Pakistanais, Afghans, Irakiens, Bengalis, ressortissants des pays de l’ex-URSS et des Balkans). Enfin, Farkhad Alimukhamedov, à partir de l’émigration ouzbèke, dont les flux sont partagés entre deux systèmes migratoires régionaux, turc et russe, montre que l’État peine à se reconnaître officiellement comme pays d’émigration et à définir une politique d’attention à l’égard de sa diaspora, malgré l’importance des transferts de fonds, contrairement à ses voisins d’Asie centrale et, plus largement, de l’ex-URSS.

8La quatrième partie est consacrée à l’élargissement des frontières et à leurs conséquences sur les mouvements migratoires. À l’est, Adeline Braux analyse les migrations en provenance de l’ex-URSS depuis la chute du mur de Berlin, l’attraction de la Russie, mais aussi le foisonnement en Turquie de migrants d’Asie centrale et du sud Caucase, commerçants à la sauvette, « natachas », garde-malades, vrais et faux touristes, et autres acteurs de la mondialisation « par le bas ». Faruk Bilici, poursuivant en 2012 une enquête de terrain du côté de Sarp déjà effectuée en 1992, à la frontière turco-géorgienne, montre que la frontière a inversé le rapport de forces entre les populations des deux pays par rapport aux années 1990 : les ex-Soviétiques y affluaient pour vendre leurs marchandises et faire de la prostitution alors que ce sont aujourd’hui les Turcs qui font le chemin inverse, vers la Géorgie, pour y faire du commerce et des affaires. Côté ouest, Fabien Dany montre l’utilisation que fait la Turquie dans ses relations avec l’Union européenne, de sa position de « porte d’entrée vers l’Europe » à travers la gestion des flux migratoires autour du fleuve Evros, qui sépare la Thrace entre les deux pays. Enfin, plus à l’est, Gilles Riaux analyse l’espace transnational effectué par les Azerbaïdjanais en Iran grâce à une structuration de leur cause autour de la turcité tendant à dépasser les frontières de trois anciens empires, russe, turc et iranien, faisant de Bakou une autre plaque tournante des migrations, après Istanbul.

Carte 1 : Visas demandés par la Turquie.

Carte 1 : Visas demandés par la Turquie.

Source : Ministère turc des Affaires étrangères

Haut de page

Notes

1 Source Eurostat : taux de croissance du PIB réel en volume.

2 Georges Tapinos était issu d’une famille grecque installée en Turquie qui avait fait l’objet, dans les années 1920, des échanges de populations

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Visas demandés par la Turquie.
Légende Source : Ministère turc des Affaires étrangères
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/414/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Wihtol de Wenden, « Introduction », Anatoli, 3 | 2012, 9-13.

Référence électronique

Catherine Wihtol de Wenden, « Introduction », Anatoli [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://anatoli.revues.org/414

Haut de page

Auteur

Catherine Wihtol de Wenden

Catherine Wihtol de Wenden, est Directrice de recherche au CNRS, au Centre d’Études et de Recherches Internationales (CERI) – Unité Mixte de recherche (UMR) Sciences Po/CNRS. Elle est auteur de très nombreux ouvrages, articles, chapitres d’ouvrages et numéros de revues sur le phénomène migratoire, notamment La Globalisation humaine, Paris, PUF, 2009 ; La question migratoire au xxie siècle. Migrants, réfugiés et relations internationales, Paris, Presses de Sciences-Po, 2010. La 3e édition de l’Atlas mondial des migrations sera publiée, en septembre 2012, aux éditions Autrement. Présidente du groupe de recherche Migrations (Research Commitee 31) de l’Association internationale de Sociologie de 2002 à 2008. Enseignante à l’Institut d’Études Politiques de Paris : Master Paris School of International Affairs (PSIA), à l’École doctorale de Sciences Po et co-responsable du programme de recherche du CERI : Migrations et relations internationales de 2005 à 2010, puis du programme Migrations et mobilité depuis 2011.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org