Navigation – Plan du site
Partie 1. Istanbul, un cosmopolitisme d’hier et d’aujourd’hui

Le lien entre le commerce à la valise et l’industrie de la confection à Istanbul

Luisa Piart
p. 25-40

Texte intégral

  • 1 Cela représente 25.61 % des 31,456,076 étrangers qui ont visité le pays cette année-là.
  • 2 En turc, le suffixe -ci/cu/cü/cı marque la profession : un çiçekçi est un fleuriste (de çiçek la fl (...)

1Selon le Ministère turc de la Culture et du Tourisme, Istanbul a accueilli en 2011 plus de huit millions de touristes étrangers1. Certains d’entre eux sont à la fois des touristes – car ils arrivent en Turquie avec des visas adéquats, et des petits commerçants – puisqu’ils viennent pour acheter. Un million de petits commerçants transfrontaliers pourraient se rendre à Istanbul de cette façon chaque année. Ils reçoivent un nouveau visa à chacune de leur visite et cela rend difficile de quantifier précisément leur nombre. En turc, on les appelle bavulcu(-lar) – les commerçants à la valise. Au sens littéral du terme, un bavulcu est une personne qui tire ses revenus de la bavul [valise]2. Le phénomène remonte aux années 1970, mais l’expression pour le désigner s’est forgée après la chute du rideau de fer, lorsque des milliers de personnes d’Europe de l’Est ont soudain envahi Istanbul en quête de produits de pénurie. Ils transportaient ce qu’ils avaient acheté à Istanbul dans leurs valises et c’est ainsi que l’objet contenant les marchandises en est venu à désigner l’activité elle-même.

*

  • 3 Humphrey Caroline, Skvirskaja Vera, «Trading places : Post-socialist container markets and the city (...)

2Si ce type d’échanges transfrontaliers est répandu, le commerce à la valise à Istanbul est original à mon sens par trois aspects. Tout d’abord, la place marchande associée au commerce à la valise est géographiquement située au cœur de la métropole : le quartier de Laleli se situe dans la péninsule historique et s’étend approximativement entre Aksaray à l’ouest, la mosquée Şehzadebas¸ ı et la place Beyazit au nord, et les gares ferroviaires de Kumkapı et Yenikapı au sud (voir figure 2). Laleli couvre environ 2 km2, mais n’a ni délimitation administrative, ni homogénéité architecturale, ni régie qui attribuerait les emplacements et percevrait des droits de place. La plupart des boutiques de Laleli (entre 4 000 et 5 000) sont réparties à différents étages d’anciens immeubles résidentiels convertis en caravansérails. Au dos de leur carte de visite, les boutiquiers ajoutent souvent un plan schématique du quartier avec l’emplacement de leur magasin. Mais il n’est pas rare que des commerçants à la valise se perdent dans le quartier, en particulier lors de leur premier voyage à Istanbul. À Istanbul, à la différence des marchés dotés de portes d’entrées, d’horaires d’ouverture communs, d’allées parallèles et d’emplacements numérotés, il est très difficile de recenser précisément les boutiques vouées au commerce à la valise, ou leurs visiteurs. En cela, Laleli se distingue très nettement des marchés-containers qui se sont développés à l’extérieur des centres-villes de l’espace postsocialiste, tel que le marché « 7 km » près d’Odessa, ou le marché Baraholka aux abords d’Almaty3.

  • 4 Weber Ursula, Der Polenmarkt in Berlin. Zur Rekonstruktion eines kulturellen Kontakts im Prozeß der (...)
  • 5 Voir Hann Chris, Hann Ildiko, « Samovars and Sex on Turkey’s Russian Markets », Anthropology Today, (...)

3Par ailleurs, les commerçants à la valise fréquentent Istanbul depuis plus de deux décennies. Cela différencie clairement Laleli d’autres places marchandes éphémères apparues après la chute de l’Union soviétique, ou ailleurs à la suite de changements dans les dispositions transfrontalières. Le marché polonais qui a existé à Berlin-Ouest (Potsdamer Platz) du début 1989 à 1993 est ici un bon exemple4. De même, les marchés russes qui sont apparus en 1988 dans la région de Trabzon au nord-est de la Turquie, pour disparaître au milieu des années 1990, puis réapparaître (brièvement) après le conflit entre la Géorgie et la Russie en 20085. En comparaison, la place marchande de Laleli affiche une relative stabilité depuis les années 1990. Cela est lié au fait que les commerçants à la valise qui la visitent ne viennent pas tous du même pays, ni ne traversent la même frontière pour s’y rendre. Aujourd’hui Istanbul est bien plutôt un véritable carrefour régional du commerce à la valise. Si le russe reste la seconde langue la plus parlée à Laleli après le turc, au-delà des pays postsocialistes, les commerçants viennent également du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord, et de plus en plus d’Afrique subsaharienne. Leurs origines diffèrent et leur fréquentation varie tout au long de l’année, mais de façon générale ils ont tendance à venir de plus en plus loin et ils préfèrent l’avion au bus (qui était auparavant leur moyen de transport privilégié pour venir à Istanbul). En même temps que sa longévité inhabituelle, le commerce à la valise pourrait rapporter entre 4 et 8 milliards de dollars de revenus par an (voir figure 1). Cette échelle distingue très nettement le commerce à la valise à Istanbul d’autres places marchandes similaires, mais transitoires.

Figure 1. Profits générés par le commerce à la valise et l’export de vêtements en milliards de dollars (1996-2011)

Figure 1. Profits générés par le commerce à la valise et l’export de vêtements en milliards de dollars (1996-2011)

NB : la part de la confection dans le commerce à la valise est primordiale, mais pas exclusive. La Banque centrale de Turquie a commencé à inclure le commerce à la valise dans sa balance commerciale en 1996.

Sources : Türk Cumhuriyet Merkez Bankası et Türkiye İstatistik Kurumu

4­

Figure 2. Carte simplifiée d’Istanbul avec les toponymes principaux mentionnés dans le texte

Figure 2. Carte simplifiée d’Istanbul avec les toponymes principaux mentionnés dans le texte
  • 6 OECD, Istanbul, Turkey, OECD Territorial Reviews, Paris, OECD Publications, 2008, p. 54. http://bro (...)

5Enfin, la plupart des produits vendus à Laleli sont fabriqués à Istanbul, alors que les places marchandes mentionnées ci-dessus commercialisent généralement des marchandises qui sont produites ailleurs. Le commerce à la valise concernait auparavant une plus grande variété de marchandises et de transactions commerciales. Depuis le milieu des années 1990 les commerçants qui se rendent à Istanbul y achètent surtout des vêtements issus de l’industrie locale. 75 % des vêtements fabriqués en Turquie proviennent d’Istanbul (İTKİB). Le secteur du vêtement et du textile représente la première source d’emploi industriel de la métropole : 37 % de la main-d’œuvre d’Istanbul, soit environ 1,5 million de personnes pourrait travailler dans ce secteur6. L’organisation de la production est telle, qu’il n’y a pas un district industriel directement dédié au commerce à la valise. La production de vêtements est principalement menée dans de petits ateliers spécialisés qui sont dispersés à travers toute la métropole. Une telle structure décentralisée et flexible rend possible une interaction directe entre les petits acteurs économiques du commerce à la valise et de la confection. Les filières de marchandises qui approvisionnent Laleli s’étendent donc sur toute la métropole et concernent une part importante de l’économie urbaine.

  • 7 En 2010, les revenus générés par les exportations de vêtements au niveau mondial était de 351 milli (...)
  • 8 Cette recherche a bénéficié du soutien financier de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (Graduierten (...)

6La Turquie a exporté 17,7 milliards de dollars de vêtements en 2011 et le pays est classé parmi les cinq plus grands exportateurs de vêtements par l’Organisation mondiale du commerce7. Au regard de ces performances en matière d’exportations, le commerce à la valise peut paraître anecdotique (voir figure 1). L’hypothèse que j’entends étayer dans cet article est que ces échanges transfrontaliers occupent néanmoins une fonction essentielle dans le secteur de la confection d’Istanbul. Pour ce faire, le texte qui suit se compose de trois parties. Chacune d’entre elles expose un aspect constitutif du lien qui existe entre le commerce à la valise et l’industrie du vêtement à Istanbul. L’accent ne porte donc pas directement sur les commerçants à la valise, mais sur les connections que le commerce à la valise entretient avec ses filières d’approvisionnement en amont. Les données présentées ici proviennent d’un travail de terrain ethnographique réalisé à Istanbul de mars à septembre 2008 et d’avril à novembre 20098.

De Sultanhamam à Laleli : l’émergence d’une nouvelle place marchande

7Cette première partie replace le commerce à la valise dans l’histoire urbaine et commerciale d’Istanbul, afin d’en comprendre les origines. Dans les années 1970, les petits commerçants transfrontaliers n’étaient pas confinés dans Laleli. Ils profitaient de la structure commerciale qui existait à Sultanhamam. Jusqu’à la libéralisation du régime d’import-export des années 1980, Sultanhamam était en effet le cœur de l’industrie moderne du vêtement en Turquie. Ce quartier est situé dans la péninsule historique, au nord-est de Laleli entre le Grand bazar et le Bazar égyptien (voir figure 2). Laleli ne s’est spécialisé dans le commerce à la valise que progressivement au cours des années 1990.

  • 9 Sultanhamam Üniversitesi est une expression qui a acquis ses lettres de noblesse en 1993, quand le (...)
  • 10 Les dates d’ouverture (si disponibles) et de fermeture des principaux grands magasins occidentaux s (...)
  • 11 Seidman Lisa A., « Turkey, 1922-2003 », in Lex Heerma Van Voss, Else Hiemstra-Kuperus et Elise Van (...)
  • 12 Hakko Vitali, Hayatım. Vakko [ma vie, Vakko], Istanbul, Vakko, 1997, p. 100-103.
  • 13 Les entreprises implantées à Sultanhamam ont importé du tissu d’Europe de l’Ouest jusqu’aux années (...)
  • 14 L’autre centre de la confection est alors Bomonti. Tümertekin Erol, İstanbul, İnsan ve Mekân [Istan (...)

8Pour les commerçants les plus âgés de Sultanhamam, il est possible d’y apprendre tout ce qu’il faut savoir de la confection. Selon eux, Sultanhamam Üniversitesi [l’Université de Sultanhamam] – c’est-à-dire un apprentissage dans le quartier, vaut mieux que toute autre forme d’instruction, de la production à la vente9. Un certain nombre de grands magasins occidentaux se sont implantés à Sultanhamam dans les dernières décennies du dix-neuvième siècle10. Après leur fermeture dans les premières années de la république, une nouvelle génération d’entrepreneurs turcs émerge « en réponse à la révolution de l’habillement de la nouvelle république qui a imposé aux hommes de porter des costumes et chapeaux occidentaux11». Sultanhamam assiste donc aux débuts d’un certain nombre d’hommes d’affaires du textile et de la confection dont les compagnies existent encore aujourd’hui. Pour n’en citer qu’un, Vitali Hakko ouvre son premier magasin Vakko près du Bazar égyptien dans les années 194012. Si les grands magasins occidentaux vendaient principalement des marchandises importées, la production locale se développe constamment pendant la période républicaine13. Sultanhamam perd progressivement des habitants et s’industrialise à partir des années 1960. Dans les années 1970, il constitue l’un des deux principaux centres de l’industrie du textile et de la confection d’Istanbul et c’est à ce moment-là que le quartier devient une « université »14.

  • 15 Et ranime une forte tradition commerciale qui avait périclité depuis la fin de l’Empire ottoman. Ha (...)
  • 16 Erder Sema, « Die Peripherisierung des alten Zentrums », in Orhan Esen, Stephen Lanz (dir.), Self S (...)

9La diffusion du prêt-à-porter en Turquie à partir des années 1960 et 1970 s’accompagne d’une standardisation plus poussée de la production qui permet au système de distribution de vêtements de s’élargir. Sultanhamam y occupe une place centrale en approvisionnant un nombre croissant de détaillants d’Anatolie. La vente de marchandises au détail y diminue peu à peu au profit de la vente de gros. Parallèlement, avec l’ouverture du magasin de prêt-à-porter Vakko sur l’avenue İstiklal en 1962, la vente au détail de vêtements à la mode se déplace de l’autre côté de la Corne d’Or15. Pour héberger les détaillants anatoliens qui achètent des vêtements à Sultanhamam pendant la journée, un certain nombre d’hôtels apparaissent entre la gare de Sirkeci et le gouvernorat d’Istanbul (Valilik). Ils hébergent également des migrants turcs qui se rendent ou reviennent d’Allemagne et d’Europe de l’Ouest en passant par la gare de Sirkeci, ainsi que des voyageurs occidentaux16. Cette constellation d’hôtels, de commerces de gros, de transits, de tourisme et d’infrastructures de transports s’est révélée très propice au développement du commerce à la valise.

  • 17 Kochanowski Jerzy, « Pioneers of the Free Market Economy ? Unofficial Commercial Exchange between P (...)
  • 18 Mardin Şerif, « Turkey : The Transformation of an Economic Code », in Ergun Özbudun, Aydın Ulusan ( (...)
  • 19 Deli Fadime, « La maîtrise du commerce international du textile par les patrons arabes de Mardin à (...)
  • 20 Les muhacir sont des musulmans d’anciens territoires ottomans qui ont migré en Turquie. Une vague i (...)

10Dans les années 1970 et 1980, les pionniers du commerce à la valise de l’Europe socialiste et des pays arabes commencent à se rendre à Istanbul pour y faire des achats. Ces Polonais, Vietnamiens, Yougoslaves, Syriens, ou Irakiens requièrent de nouvelles compétences de la part des boutiquiers de Sultanhamam17. Dans le contexte d’une importante immigration vers Istanbul à l’échelle nationale, cela crée un nouvel “espace d’opportunité” pour des acteurs économiques turcs fraîchement arrivés dans la métropole18. Si certains vendeurs turcs apprennent des langues étrangères, d’autres s’appuient en revanche sur leurs ressources ethniques. Les Turcs arabophones originaires de la région de Mardin qui ont immigré à Istanbul dans les années 1980 se spécialisent rapidement dans le commerce avec les clients arabes19. De la même manière, des muhacir de Bulgarie installés à Istanbul prennent en charge les clients venant des Balkans20. Dans les années 1990, l’arrivée massive de commerçants russes à la valise correspond, du côté turc, à l’afflux de Kurdes fuyant l’est de la Turquie.

11À ce moment-là, Sultanhamam ne peut plus satisfaire les foules de commerçants à la valise, et Laleli qui était auparavant un quartier résidentiel se convertit en zone commerciale. Bien que certains entrepreneurs de Sultanhamam saisissent cette chance pour ouvrir une seconde boutique à Laleli, le commerce à la valise représente avant tout une opportunité pour les nouveaux arrivants. De nombreux diplômés de la Sultanhamam Üniversitesi avaient été formés par des tailleurs et couturiers d’origine arménienne et juive. Après l’impôt sur la fortune de 1942 et les événements de septembre 1955, beaucoup d’entre eux avaient cependant quitté Sultanhamam pour Beyoğlu ou Osmanbey (de l’autre côté de la Corne d’Or). La (dé)localisation du commerce à la valise à Laleli rétablit – voire augmente – l’entre-soi ethnique des clients et des vendeurs à Sultanhamam.

  • 21 Cengiz Bilgin, Demet (03.06.2009) : “‘Türk ti¸sörtü’ babasını kaybetti” [le Tee-shirt turc a perdu (...)

12Une évolution similaire se fait sentir dans le domaine de la mode. Aujourd’hui le quartier est associé à la mode islamique modeste. On peut y acheter en gros et au détail des tesettür [voiles colorés], des pardesü [longs manteaux pour femmes] ou encore des habits de sünnet [circoncision] et de mariage. Cela n’a pas toujours été le cas : dans les années 1970, Hasan Gürel, le premier producteur de tee-shirts en Turquie, était un élève de la Sultanhamam Üniversitesi21. Et du milieu des années 1980 à la fin des années 1990, Mercan au nord du Grand bazar, se spécialise dans la vente de jeans en gros et au détail (vraisemblablement grâce à la fréquentation des étudiants du quartier), et occupe au moins momentanément un monopole dans sa distribution à Istanbul et en Turquie. Bien entendu, l’émergence de centres commerciaux (tels que Galleria et Akmerkez) et de marques de prêt-à-porter turques (telles que Boyner et Yargici) puis internationales durant la même période, mine peu à peu l’importance de Sultanhamam et de ses grossistes dans le système de distribution des vêtements en Turquie. Le déplacement du commerce à la valise vers Laleli participe de la même dynamique et a contribué à diminuer la diversité ethnique et vestimentaire de Sultanhamam.

Le commerce à la valise et ses pratiques commerciales

  • 22 À propos de cette cohabitation composite, voir Burtin Julia, Il y a du monde à la fenêtre. Économie (...)

13Les détaillants anatoliens ont donc été les précurseurs des commerçants à la valise étrangers dans la péninsule historique et Laleli a suivi une évolution similaire à celle de Sultanhamam. Le quartier s’est progressivement vidé de ses habitants et industrialisé à partir de la fin des années 1970. Une importante infrastructure hôtelière s’est également développée : il pourrait y avoir aujourd’hui à Laleli jusqu’à six cents hôtels où cohabitent des commerçants à la valise, des touristes occidentaux et des migrants internationaux en transit vers l’Europe de l’Ouest22. En conséquence d’une politique urbaine commune, Sultanhamam et Laleli ont été transformés en zones piétonnes respectivement en 2008 et 2010. Mais si Laleli est devenu le centre du commerce à la valise dans les années 1990 et occupe aujourd’hui une fonction décisive dans l’industrie du vêtement stambouliote, ce n’est pas seulement à cause d’une nouvelle clientèle, de nouveaux boutiquiers ou de nouvelles tendances vestimentaires, c’est aussi grâce à un ensemble particulier de pratiques commerciales principalement liées aux moyens de paiement et aux devises utilisées durant les transactions.

  • 23 C’est le cas notamment des producteurs de vêtements pour enfants qui réussissent encore à se mainte (...)
  • 24 Tayman, Enis (31.01.2009) : “I˙ hracatın ‘cep herkülü’ Laleli artık zorda” [Laleli, le champion des (...)
  • 25 Blacher Philippe S., « Les “shop-turisty” de Tsargrad ou les nouveaux russophones d’Istanbul », Tur (...)
  • 26 D’après l’OCDE, la consommation de chaussures et de vêtements a atteint 41 milliards de livres en 2 (...)

14Bien que ce soit relativement rare, certains producteurs ont deux magasins à Sultanhamam et Laleli23. D’après mes observations, ils pratiquent systématiquement des prix plus élevés à Sultanhamam qu’à Laleli. Comment expliquer cette différence ? Le commerce à la valise est tout d’abord une source évidente de devises étrangères. Vu l’instabilité de la livre turque dans les années 1990, le commerce à la valise s’est révélé particulièrement attractif. Il a d’ailleurs souvent été qualifié de « puits de pétrole » de la Turquie et de nombreux boutiquiers de Laleli se souviennent encore de cette période comme d’un véritable Âge d’or, où « il suffisait d’être là pour faire des affaires »24. Jusqu’en août 1998 et la crise du rouble, le commerce à la valise a effectivement été une source de revenus considérable (voir figure 1). Les prix moins élevés de Laleli étaient compensés par la stabilité des devises engrangées. Alors que le Deutsche Mark était en faveur au début des années 1990, les échanges se font aujourd’hui majoritairement en dollars américains25. Toutefois, depuis la crise financière de 2001, le taux d’inflation de la livre turque a diminué en dessous de 10 % et l’attrait des devises étrangères a donc singulièrement diminué. Par ailleurs, étant donné l’évolution du système de distribution de vêtements en Turquie décrit dans la partie précédente, Sultanhamam est clairement en perte de vitesse. Il est donc vraisemblable qu’il y ait plus de clients à Laleli26. Et logiquement, les prix diminuent si les quantités vendues augmentent.

  • 27 Le système a toutefois changé en novembre 2009 pour moins de contrôle. Erdem, Dogˇan (01.2010) : “K (...)

15Comparer les prix et la fréquentation de Sultanhamam et Laleli ne suffit pas pour saisir ce qui fait la spécificité du commerce à la valise. Le phénomène a d’abord et surtout été une aubaine, synonyme de profits immédiats. À Sultanhamam et dans le système de distribution des vêtements turc, les chèques à débit différé sont en effet très courants. Ils servent à la fois de garantie et de moyen de paiement. Un producteur rencontré à Okmeydanı m’a dit être en contact avec une vingtaine de grossistes de Sultanhamam. Pour le payer, les grossistes lui transmettent certains des chèques que leur ont remis des détaillants venus faire des achats dans leurs boutiques. Au recto des chèques, le détaillant a signé et indiqué une somme en livres turques et la date de débit. Le nom du bénéficiaire est laissé vierge pour que le producteur y inscrive son propre nom. Au verso des chèques, le grossiste écrit son nom et y appose sa signature pour se porter garant du détaillant émetteur du chèque. C’est une garantie pour le producteur, car le système bancaire turc tient pour responsable du paiement les deux personnes qui ont signé le recto et le verso du chèque27. J’ai rencontré ce producteur en juin 2009. À ma surprise, ses chèques ne pouvaient être encaissés qu’en décembre.

16Bien qu’il m’ait assuré que ce délai était exceptionnel (et lié aux difficultés du secteur de la confection cette année-là), cela permet de comprendre l’attrait du commerce à la valise. Toutefois si les commerçants à la valise payaient immédiatement leurs achats au début des années 1990, aujourd’hui ils ne sont pas nécessairement meilleurs payeurs que les détaillants anatoliens. Comme l’explique Turgut Bey rencontré à Bağcılar en octobre 2009, les pratiques ont en effet rapidement évolué :

« Quand nous avons ouvert notre magasin à Mercan en 1993-1994 avec mon petit frère, nous avons eu une seule cliente polonaise pendant deux ans et demi. Elle achetait tout ce que nous avions à vendre et nous n’avions pas besoin d’autres clients ! Quand elle a arrêté de venir (elle s’est mariée et est tombée enceinte en Pologne), nous avons presque fait faillite. Il y avait beaucoup de Russes à l’époque, et nous avions de meilleurs jeans que la plupart de nos voisins : meilleur prix et meilleure qualité. Mais personne n’achetait quoi que ce soit chez nous ! Des Russes entraient, posaient deux ou trois questions et ressortaient. Il nous a fallu six mois pour comprendre que tout le monde vendait en açık hesap [à compte ouvert] : les clients emportaient la marchandise tout de suite, mais ils la payaient plus tard, une fois qu’ils l’avaient vendue en Russie. Notre cliente polonaise ne fonctionnait pas comme ça. C’était très dangereux, mais nous n’avions pas le choix. »

17Il existe des relations d’endettement similaires à celles-ci entre les vendeurs de Laleli et leurs producteurs. En mai 2008, j’ai vu une cliente arménienne quitter une boutique avec un très beau complet. Elle avait un emploi de travailleuse à domicile à Istanbul et se disait sur le point de rentrer en Arménie pour assister à un mariage. Elle ne pouvait pas payer le vêtement, mais le vendeur turc lui a fait crédit et l’a laissée le prendre. Il venait d’ouvrir son magasin et espérait qu’elle recommanderait sa boutique à ses connaissances (calcul qui s’est avéré contre-productif : en 2009 il a fermé !). Mais il s’inquiétait aussi de la réaction du producteur qui l’approvisionnait. En effet, le vendeur ne payait pas les vêtements au producteur avant de les avoir lui-même vendus. Ces vêtements étaient konsinye [consignés] par le producteur au vendeur. Le risque est plus grand pour le producteur et les habits consignés sont donc vendus à un prix plus élevé que ceux qui appartiennent ou sont produits par le boutiquier qui les vend. C’est la raison pour laquelle les vendeurs de Laleli se présentent systématiquement comme des imalatçı [producteurs] pour convaincre leurs clients qu’ils offrent de bons prix.

  • 28 Les loyers sont payés en dollars à Laleli. Pour donner un ordre de grandeur, un article de presse d (...)
  • 29 Peraldi Michel, « Aventuriers du nouveau capitalisme marchand. Essai d’anthropologie de l’éthique m (...)

18Si ces pratiques peuvent s’apparenter à celles qui existent à Sultanhamam, l’appât du gain est beaucoup plus fort à Laleli. Le fait que la place marchande se soit développée très rapidement dans les années 1990 et que les commerçants à la valise soient étrangers (donc nécessairement moins solvables) a créé un environnement très spéculatif où les acteurs prennent plus facilement des risques. La place marchande de Laleli est donc particulièrement instable. La rotation des acteurs économiques y est très forte : un grand nombre d’informateurs rencontrés en 2008 n’était plus là en 2009 lors de mon second travail de terrain. Par ailleurs, les loyers et les fonds de commerce sont beaucoup plus élevés à Laleli qu’à Sultanhamam, ou d’autres zones commerciales d’Istanbul28. À la différence de Sultanhamam, dépositaire du système très codifié de l’apprentissage, Laleli n’est donc pas une « université » avec des règles et des prix bien institués et reconnues de tous, mais plutôt une place marchande qui favorise la prise de risque, la rapine et la débrouille dans l’espoir de profits élevés et soudains29.

Le commerce à la valise : une fonction essentielle dans l’industrie du vêtement d’Istanbul

  • 30 La décongestion de la péninsule historique a été une source de préoccupation dès son industrialisat (...)
  • 31 Cela pourrait changer prochainement : Vatan online (06.02.2011) : “Merter’ de 7 otel birden açılaca (...)
  • 32 Pérouse Jean-François, « Laleli, giga-bazar d’Istanbul. Appréhender les caractéristiques et les mut (...)
  • 33 Eder Mine, « From “Suitcase” Merchants to Organized Informal Trade ? : The Case of Laleli District (...)

19Depuis les années 1990, le commerce à la valise a connu des changements en profondeur. Tout d’abord, les commerçants à la valise ne font plus leurs achats uniquement à Laleli. Cela s’explique par deux raisons. D’une part, ils cherchent à se rapprocher des producteurs et à réduire le nombre d’intermédiaires entre eux et les marchandises qu’ils achètent. Pour cela, ils se rendent dans des zones commerciales qui se sont développées dans des quartiers tels que Zeytinburnu, Merter ou Osmanbey (voir figure 2), ou bien directement dans des lieux de production à Yenibosna ou ailleurs. D’autre part, depuis 2004 la municipalité métropolitaine d’Istanbul cherche à éloigner les activités industrielles et le commerce de gros de la péninsule historique pour qu’elle soit entièrement vouée au tourisme (non commercial) jugé plus profitable30. Laleli reste le quartier où les commerçants à la valise logent, grâce à ses nombreux hôtels, mais la géographie du phénomène a fortement évolué31. Par ailleurs, la majorité des clients qui se rendent à Laleli ne transportent plus ce qu’ils ont acheté dans leurs valises. Le nombre de compagnies de cargos qui se chargent du transport des marchandises depuis Laleli est passé de 42 en 1998 à plus d’une centaine aujourd’hui32. De nombreux observateurs considèrent que ces changements ont transformé le commerce à la valise en une forme d’exportation plus formelle et professionnelle33. Sans minimiser l’importance de ces évolutions, cette dernière section se concentre sur certains mécanismes de redistribution liés au commerce à la valise qui sont tout à fait essentiels pour l’industrie du vêtement stambouliote.

  • 34 Tokatli Nebahat, Kizilgün Ömür, Cho Jinsook Erin, « The Clothing Industry in Istanbul in the Era of (...)

20Depuis le début des années 2000, la place marchande du commerce à la valise s’est progressivement transformée en soupape de pression pour le secteur de la confection stambouliote. Les vêtements produits à Istanbul sont principalement exportés vers l’Allemagne et depuis la libéralisation économique des années 1980, l’exportation est la force motrice du secteur (voir figure 1). C’est la raison pour laquelle les sous-traitants turcs doivent se plier aux demandes des distributeurs internationaux qui ont énormément évolué. Les grandes chaînes de distribution telles que Topshop, Zara, H&M ou Mango se sont en effet converties au fast fashion : au lieu des deux collections printemps-été/automne-hiver, elles offrent actuellement jusqu’à seize collections par an. L’assortiment de vêtements dans leurs rayons peut changer entièrement toutes les trois semaines. Les principes du fast fashion ont été imposés progressivement aux sous-traitants turcs à partir de 200034. Ils se contentaient auparavant d’assembler des vêtements en fonction de patrons préétablis. Aujourd’hui ils doivent fournir des vêtements en plus petites quantités et dans des délais toujours plus courts.

21Le fast fashion a non seulement accéléré la fragmentation et la désintégration du secteur de la confection à Istanbul, mais a également induit une surproduction chronique. Les surplus sont des vêtements qui n’ont pas passé les contrôles de qualité, ou bien qui résultent d’un changement, voire de l’annulation d’une commande à la dernière minute. Les distributeurs étrangers qui sous-traitent en Turquie passent aujourd’hui pratiquement tous par des bureaux d’achats à Istanbul qui servent d’intermédiaire avec les producteurs turcs. À cause de la sous-traitance, la production est très dispersée, les surplus apparaissent à différentes étapes de la production et ne remontent pas toujours jusqu’au producteur en contact avec le bureau d’achat. La qualité des ihracat fazlası [surplus de l’export] diffère donc énormément selon l’étape à laquelle ils apparaissent. Bien que ces vêtements portent leurs labels, les distributeurs fast fashion s’encombrent rarement des surplus. Et les sous-traitants turcs qui ne touchent pas de dédommagements pour la surproduction, n’ont pas d’autre alternative que de chercher à l’écouler localement. Le commerce à la valise constitue un débouché inattendu et opportun pour ces lots de marchandises superflus et évite au secteur de la confection d’être asphyxié par ses surplus.

  • 35 Comme certains anthropologues l’ont déjà souligné et mis en pratique : Hansen, Karen Tranberg, Sala (...)

22Durant la dernière décennie, sous l’influence du fast fashion, les ihracat fazlası [surplus de l’export] se sont multipliés et transformés en un marché juteux, grâce au commerce à la valise. Les vêtements, à la différence d’autres marchandises plus standardisées, ne sont pas anonymes. Il est au contraire possible de les identifier et de les traçabiliser35. Une boutique bien connue à Merter vend par exemple des chemises sans étiquette. La marque est facile à identifier grâce à son logo reconnaissable : les chemises de très bonne qualité proviennent du sous-traitant officiel de Tommy Hilfiger à Istanbul. D’autres magasins proposent des ihracat fazlası de moins bonne qualité qui proviennent d’ateliers plus éloignés de l’étape finale de production. Le commerce à la valise fournit aux clients, l’opacité et la débrouille que requiert ce genre de transactions. Il est clair que le sous-traitant officiel d’un distributeur international signe des accords sur les droits de propriété. Mais les rythmes de production imposés et la sous-traitance empêchent un contrôle strict des surplus. Et grâce aux différentes origines des commerçants à la valise, ils ont toujours une chance de trouver un acheteur à Laleli.

  • 36 Dedeoglu Saniye, Women Workers in Turkey. Global Industrial Production in Istanbul, London-New York (...)
  • 37 Zaman online (09.05.2009) : “Magˇaza açılıs¸ında izdiham” [foule à l’ouverture du magasin]. Radikal (...)
  • 38 Robinson Terry m., Bailey Jayne, « Discount Clothing Retailing in the UK », International Journal o (...)
  • 39 Des épiceries discount telles que BI˙M ou S¸ok ont fait leur apparition au même moment en Turquie.

23Les producteurs préfèrent éviter les surplus car ils sont vendus à un prix moindre, et cela diminue leurs profits. Cependant les mécanismes de captation et de remise en circulation de la surproduction se sont diffusés au-delà du commerce à la valise. Une des difficultés principales à laquelle sont confrontés les chefs d’ateliers est de conserver leur main-d’œuvre qui est très volatile36. Plutôt que de fermer leur atelier ou de perdre leurs ouvriers, il leur arrive de décider de produire avec une très faible marge de profit, voire à perte. Les vêtements produits de cette façon sont vendus à des prix très bas. Ce ne sont pas à proprement parler des ihracat fazlası, mais ils s’insèrent dans les circuits de distribution ou de redistribution à prix discount qui ont été initiés par le commerce à la valise. Les acteurs de la place marchande de Laleli spécialisés dans les ihracat fazlası ont en effet peu à peu étendu leur sphère d’activité sur le marché domestique. En 2009, une nouvelle chaîne de distribution turque a ouvert des magasins dans tout le pays37. Les vêtements que l’on y trouve sont jusqu’à 40 % moins chers qu’ailleurs. Ce type de magasins s’apparente aux solderies qui existent en Europe occidentale depuis les années 198038. Le nom de cette nouvelle chaîne de distribution turque est MOL : l’acronyme signifie Merter Osmanbey Laleli. Ce sont les quartiers stambouliotes qui sont aujourd’hui associés au commerce à la valise. Ce genre de vente discount à grande échelle est récent en Turquie et le commerce à la valise sert de référence à ce nouveau type d’activité39.

Conclusion

  • 40 En octobre 2004 à la suite de la tragédie de Beslan en Ossétie du Nord (prise d’otages d’enfants da (...)
  • 41 Vatan Gazetesi online (28.12.2009) : “Tekstilde 2009 en kötü yıl” [2009 la plus mauvaise année dans (...)
  • 42 Hewamanne Sandya, « Performing “Dis-Respectability” : New Tastes, Cultural Practices, and Identity (...)
  • 43 Ce n’est pas le cas dans les villes côtières de Yiwu et Guangzhou en Chine, où le commerce trans­fr (...)

24L’objectif de cet article a été de décrire la façon dont le commerce à la valise et la confection sont connectés à Istanbul. Au lieu de considérer le commerce à la valise comme une pratique informelle, secondaire et isolée de son environnement économique, il s’est agi de réencastrer ce phénomène dans son tissu économique urbain. L’ensemble de pratiques commerciales qui se sont développées à Laleli dans les années 1990 a créé les conditions nécessaires pour que le commerce à la valise agisse comme un exutoire pour tout le secteur de la confection dans les années 2000. Le commerce à la valise et la confection ont en commun d’être perpétuellement en crise. C’était systématiquement le premier sujet abordé par les informateurs rencontrés sur le terrain en 2008 et 2009. Pour le commerce à la valise, les difficultés sont associées à la crise du rouble de 1998 et aux restrictions imposées aux voyageurs par la Fédération de Russie depuis 200440. Quant à la confection, elle a été frappée de plein fouet par la suppression des accords multifibres en 2004, puis par la crise financière de 2009 qui a entraîné une vague de faillites et de suicides parmi les entrepreneurs41. Si le commerce à la valise et la confection sont en sursis, je me suis efforcée de montrer que leurs sorts sont toutefois intimement liés. Contrairement au Sri Lanka ou au Mexique, à Istanbul l’industrie du vêtement destinée à l’exportation n’est pas confinée dans des zones économiques spéciales, mais partie intégrante du tissu économique de la métropole42. De plus, l’industrie du vêtement, tout comme le commerce à la valise, sont le fait de petits acteurs économiques43. Les nouvelles compétences marchandes qu’ils ont développées font la clé du succès de ces deux secteurs d’activité. Elles ne dépendent pas directement de la production, mais plus de la captation et de la remise en circulation des surplus de production.

Haut de page

Bibliographie

Sources internet :

Electr’OUI (lettre électronique de l’Observatoire Urbain d’Istanbul) : http://www.ifea-istanbul.net

İstanbul Şehir Rehberi (carte de la municipalité métropolitaine d’Istanbul) : http://sehirrehberi.ibb.gov.tr/map.aspx

İTKİB İstanbul Tekstil ve Konfeksiyon İhracatcı Birlikleri [Association des exportateurs du textile et de la confection d’Istanbul] : www.itkib.org.tr

TCMB Türkiye Cumhuriyeti Merkez Bankası [Banque centrale de Turquie] : http://www.tcmb.gov.tr

TÜİK Türkiye İstatistik Kurumu [Institut statistique turc] : http://www.tuik.gov.tr

Türkiye Cumhuriyeti Kültür ve Turizm Bakanlığı [Ministère turc de la Culture et du Tourisme] : http://yigm.kulturturizm.gov.tr

Statistiques de l’Organisation mondiale du commerce :
www.wto.org/english/res_e/statis_e/statis_e.htm.

Journaux turcs (la plupart ont des archives en ligne) :

http://www.aksiyongazetesi.com.  

www.dunya.com.  

www.gazetevatan.com

www.hurriyet.com.tr

http://www.itkib.org.tr/default.asp?CID=ITKIB&urlID=299-24&dropdownid=hedef (Hedef I˙ TKI˙ B Dergisi)

www.milliyet.com.tr

www.radikal.com.tr

www.referansgazetesi.com

www.stargazete.com.

www.taraf.com.tr.

www.zaman.com.tr

Haut de page

Notes

1 Cela représente 25.61 % des 31,456,076 étrangers qui ont visité le pays cette année-là.

2 En turc, le suffixe -ci/cu/cü/cı marque la profession : un çiçekçi est un fleuriste (de çiçek la fleur).

3 Humphrey Caroline, Skvirskaja Vera, «Trading places : Post-socialist container markets and the city», Focaal – European Journal of Anthropology, vol.55, 2009, p. 61-73. Yessenova Saulesh, «Hawkers and Containers in Zarya Vostoka : How “Bizarre” Is the Post-Soviet Bazaar ?», Research in Economic Anthropology, vol.24, 2006, p. 37-59.

4 Weber Ursula, Der Polenmarkt in Berlin. Zur Rekonstruktion eines kulturellen Kontakts im Prozeß der politischen Transformation Mittel- und Osteuropas, Neuried, ars una, 2002, p. 66.

5 Voir Hann Chris, Hann Ildiko, « Samovars and Sex on Turkey’s Russian Markets », Anthropology Today, vol.8, n° 4, 1997, p. 3-6. Yükseker Deniz, Laleli-Moskova Mekiği. Kayıtdışı Ticaret ve Cinsiyet İlişkileri [les navettes entre Laleli et Moscou : commerce informel et relations de genre], Istanbul, İletişim Yayınları, 2003, chapitre 7. Milliyet online (20.04.2011) : “Sarp’ın Laleli rüyası erken bitti” [le rêve de Laleli à Sarp s’est terminé brusquement]. Voir aussi l’article de Faruk Bilici, dans ce numéro.

6 OECD, Istanbul, Turkey, OECD Territorial Reviews, Paris, OECD Publications, 2008, p. 54. http://browse.oecdbookshop.org/oecd/pdfs/free/0408051e.pdf, http://oecdbookshop.org/en/page/index/

7 En 2010, les revenus générés par les exportations de vêtements au niveau mondial était de 351 milliards de dollars. La Chine et l’Union européenne se partagent chacune un tiers de ces revenus. La Turquie, le Bengladesh et l’Inde chacun 3 % (Organisation mondiale du commerce).

8 Cette recherche a bénéficié du soutien financier de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (Graduiertenkolleg 1261, Université de Leipzig, Allemagne). Elle s’inscrit dans le cadre de ma recherche doctorale portant sur les petits entrepreneurs de l’industrie du vêtement d’Istanbul.

9 Sultanhamam Üniversitesi est une expression qui a acquis ses lettres de noblesse en 1993, quand le politicien Cavit Çağlar l’a utilisée pour répondre à Tansu Çiller qui critiquait son manque d’instruction : “Sultanhamam Üniversitesi’nden mezunum. Yetmiyor mu ?” [Je suis diplômé de l’université de Sultan­hamam. Ça ne suffit pas ?]. Ils luttaient pour la présidence du Parti du Droit Chemin (DYP). Uzunay, Birol (05.06.1999) : “Çagˇ lar : Nereden nereye ?” [Çağlar : d’où à où ?], Aksiyon online, Sayı 235. Au début du vingtième siècle, Sultanhamam était la zone entre le Bureau de Poste de Sirkeci et le Bazar égyptien (voir “Bahçekapı” in Dünden Bugüne Istanbul Ansiklopedisi [encyclopédie d’Istanbul d’hier à aujourd’hui], Istanbul, Tarih Vakfı – Kültür Bakanlığı, 1994, par la suite İA). Aujourd’hui, en l’absence de délimitations officielles, ce qui est généralement désigné par Sultanhamam couvre une zone plus étendue qui inclut les mahalle [quartier] de Tahtakale, Mercan, Mahmutpaşa et Yeşildirekğlar

10 Les dates d’ouverture (si disponibles) et de fermeture des principaux grands magasins occidentaux situés à Sultanhamam : S. Stein (-1929), A. Mayer (-1938), Orosdi-Back (1907-1942), et Baker (années 1880-1948). Köse Yavuz, « Basare der Moderne von Pera bis Stamboul und ihre Angestellten », in Yavuz Köse (dir.), Istanbul : vom imperialen Herrschersitz zur Megapolis, München, Martin Meidenbauer, 2006, p. 346. Kupferschmidt Uri M., European Department Stores and Middle Eastern Consumers : The Orosdi-Back Saga, Istanbul, Ottoman Bank Archives and Research Centre, 2007, p. 49. “Baker Magˇ azaları” in İA).

11 Seidman Lisa A., « Turkey, 1922-2003 », in Lex Heerma Van Voss, Else Hiemstra-Kuperus et Elise Van Nederveen Meerdek (dir.), The Ashgate Companion to the History of Textile Workers, 1650-2000, Farnham-Burlington, Ashgate, 2010, p. 499.

12 Hakko Vitali, Hayatım. Vakko [ma vie, Vakko], Istanbul, Vakko, 1997, p. 100-103.

13 Les entreprises implantées à Sultanhamam ont importé du tissu d’Europe de l’Ouest jusqu’aux années 1960 (entretien avec İsmet Ülke in : İMÇ, İmeceden İMÇ’ye [l’İMÇ, fruit d’un travail collectif], İstanbul, İstanbul Manifaturacılar ve Kumaşçılar Çarşısı, 2009, p. 81-84).

14 L’autre centre de la confection est alors Bomonti. Tümertekin Erol, İstanbul, İnsan ve Mekân [Istanbul, ses habitants et son environnement], İstanbul, Tarih Vakfı Yurt Yayınları, 2007, p. 186-190. Harun Odabaşı (18.12.1999) : “Sultanhamam Üniversitesi,” Aksiyon online, Sayı: 263.

15 Et ranime une forte tradition commerciale qui avait périclité depuis la fin de l’Empire ottoman. Hakko, opus citei, 1997, p. 136-139.

16 Erder Sema, « Die Peripherisierung des alten Zentrums », in Orhan Esen, Stephen Lanz (dir.), Self Service City : Istanbul, Berlin, b_books Verlag, 2005, p. 190-192.

17 Kochanowski Jerzy, « Pioneers of the Free Market Economy ? Unofficial Commercial Exchange between People from the Socialist Bloc Countries (1970s and 1980s) », Journal of Modern European History, vol.8, n° 2, 2010, p. 200. Williams Allan M., Baláz Vladimir, « Winning, then Losing, the Battle with Globalization : Vietnamese Petty Traders in Slovakia », International Journal of Urban and Regional Research, vol.29, n° 3, 2005, p. 533-549. Keyder Çaǧlar, « Most of my Childhood was spent in Laleli », Méditeranéennes, vol.10, 1997, p. 179.

18 Mardin Şerif, « Turkey : The Transformation of an Economic Code », in Ergun Özbudun, Aydın Ulusan (dir.), The Political Economy of Income Distribution in Turkey, New York-London, Holmes & Meier Publishers, 1980, p. 21-22.

19 Deli Fadime, « La maîtrise du commerce international du textile par les patrons arabes de Mardin à Laleli (Istanbul) », in Michel Peraldi (dir.), La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris, Maisonneuve & Larose-mmsh, 2002, p. 298.

20 Les muhacir sont des musulmans d’anciens territoires ottomans qui ont migré en Turquie. Une vague importante de muhacir bulgares est arrivée en Turquie en 1989-1992. Pérouse Jean-François, « Les formes de mobilités transcaucasiennes et balkaniques à Istanbul », Balkanologie. Revue d’études pluridisciplinaires, vol. X, n° 1-2, 2008, par. 45-46. http://balkanologie.revues.org/371

21 Cengiz Bilgin, Demet (03.06.2009) : “‘Türk ti¸sörtü’ babasını kaybetti” [le Tee-shirt turc a perdu son père], Hürriyet online.

22 À propos de cette cohabitation composite, voir Burtin Julia, Il y a du monde à la fenêtre. Économie d’un espace liminaire. L’exemple du quartier de Kumkapı, Istanbul, rapport ifea-oui, 2009, 43p.

23 C’est le cas notamment des producteurs de vêtements pour enfants qui réussissent encore à se maintenir sur le marché domestique en dehors de la grande distribution. Ils ont typiquement un magasin à Ye¸sildirek et l’autre à Kumkapı.

24 Tayman, Enis (31.01.2009) : “I˙ hracatın ‘cep herkülü’ Laleli artık zorda” [Laleli, le champion des exportateurs, rencontre des difficultés], Referans online.

25 Blacher Philippe S., « Les “shop-turisty” de Tsargrad ou les nouveaux russophones d’Istanbul », Turcica, vol.28, 1996, p. 32). En 2009, l’initiative du groupe des exportateurs I˙TKI˙B visant à faciliter les transactions en roubles russes n’a eu qu’un succès mitigé. Taraf online (05.03.2009) : “Ruble ile ticarete i¸sdünyasından destek” [le commerce en rouble soutient les affaires].

26 D’après l’OCDE, la consommation de chaussures et de vêtements a atteint 41 milliards de livres en 2010 en Turquie. Il est cependant impossible de dire quelle part provient de Sultanhamam

27 Le système a toutefois changé en novembre 2009 pour moins de contrôle. Erdem, Dogˇan (01.2010) : “Kars¸ılıksız çek kesene kısmi af getirildi” [rémission partielle pour les émetteurs de chèques en bois] Hedef I˙TKI˙B Dergisi, p. 58-59.

28 Les loyers sont payés en dollars à Laleli. Pour donner un ordre de grandeur, un article de presse de 2009 affirme que le loyer de la pâtisserie Kocka située sur la Ordu Caddesi (principale artère commerciale de Laleli) est de 20.000 dollars (Referans, 31.01.2009).

29 Peraldi Michel, « Aventuriers du nouveau capitalisme marchand. Essai d’anthropologie de l’éthique mercantile », in Jean-François Bayart et Farida Adelkhah (dir.), Voyages du développement. Emigration, commerce, exil, CERI-Karthala, 2007.

30 La décongestion de la péninsule historique a été une source de préoccupation dès son industrialisation dans les années 1950. Mais depuis son lancement en 2004, le projet très controversé « Istanbul ville musée » systématise les mesures : typiquement la municipalité coupe l’eau, l’électricité et le gaz naturel aux ateliers de la péninsule pour les inciter à partir. Pérouse Jean-François, « Istanbul, entre Paris et Dubaï : mise en conformité “internationale”, nettoyage et résistances », in Isabelle Berry-Chickaoui, Agnès Deboulet et Laurence Roulleau-Berger (dir.), Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants, Paris, La Découverte, 2007, p. 41-42.

31 Cela pourrait changer prochainement : Vatan online (06.02.2011) : “Merter’ de 7 otel birden açılacak!” [sept hôtels vont ouvrir à Merter!].

32 Pérouse Jean-François, « Laleli, giga-bazar d’Istanbul. Appréhender les caractéristiques et les muta­tions d’une place commerciale internationale », in Michel Peraldi (dir.), La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris, Maisonneuve & Larose-mmsh, 2002, p. 320.

33 Eder Mine, « From “Suitcase” Merchants to Organized Informal Trade ? : The Case of Laleli District in Istanbul », 4 th Mediterranean Social and Political Meeting, European University Institute-Robert Schuman Centre for Advanced Studies, 2003, 36p.

34 Tokatli Nebahat, Kizilgün Ömür, Cho Jinsook Erin, « The Clothing Industry in Istanbul in the Era of Globalisation and Fast Fashion », Urban Studies, vol.48, n° 6, 2011, p. 1201-1215

35 Comme certains anthropologues l’ont déjà souligné et mis en pratique : Hansen, Karen Tranberg, Salaula. The World of Secondhand Clothing in Zambia, University of Chicago Press, 2000.

36 Dedeoglu Saniye, Women Workers in Turkey. Global Industrial Production in Istanbul, London-New York, Tauris Academic Studies, 2008.

37 Zaman online (09.05.2009) : “Magˇaza açılıs¸ında izdiham” [foule à l’ouverture du magasin]. Radikal (03.10.2009) : “MOL, tüm aileyi 9TL’ye giydirecek” [Mol habillera toute une famille pour 9 livres], p. 8.

38 Robinson Terry m., Bailey Jayne, « Discount Clothing Retailing in the UK », International Journal of Retail and Distribution Management, vol.22, n° 1, 1994, p. 29-37.

39 Des épiceries discount telles que BI˙M ou S¸ok ont fait leur apparition au même moment en Turquie.

40 En octobre 2004 à la suite de la tragédie de Beslan en Ossétie du Nord (prise d’otages d’enfants dans une école), la presse turque rapporte qu’en représailles au soutien présumé d’Ankara aux séparatistes musulmans du Caucase, le poids non taxé passe de 200 à 45 kilogrammes par passager entrant en Fédération de Russie (Electr’OUI n.18, 19 et 20). (Selon Irina Mukhina cette résolution existait cependant depuis août 1996. Mukhina Irina, « Regulating the Trade : International Peddling in Post-Soviet Russia », The Soviet and Post-Soviet Review vol.37, 2010, n.2, p. 183.

41 Vatan Gazetesi online (28.12.2009) : “Tekstilde 2009 en kötü yıl” [2009 la plus mauvaise année dans le textile].

42 Hewamanne Sandya, « Performing “Dis-Respectability” : New Tastes, Cultural Practices, and Identity Performances by Sri Lanka’s Free Trade Zone Garment-Factory Workers », Cultural Dynamics, vol.15, n° 1, 2003, p. 71-101. Bair Jennifer, Gereffi Gary, « Local Clusters in Global Chains : The Causes and Consequences of Export Dynamism in Torreon’s Blue Jeans Industry », World Development, vol.29, n° 11, 2001, p. 1885-1903.

43 Ce n’est pas le cas dans les villes côtières de Yiwu et Guangzhou en Chine, où le commerce trans­frontalier est également alimenté par l’industrie locale. Bertoncello Brigitte, Bredeloup Sylvie, Pliez Olivier, « Hong Kong, Guangzhou, Yiwu : de nouveaux comptoirs africains en Chine », Critique Internationale, vol.44, n° 3, 2009, p. 105-121. Pliez Olivier, « Toutes les routes de la soie mènent à Yiwu (Chine). Entrepreneurs et migrants musulmans dans un comptoir économique chinois », Espace géographique, vol.39, n° 2, 2010, p. 132-145.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Profits générés par le commerce à la valise et l’export de vêtements en milliards de dollars (1996-2011)
Légende NB : la part de la confection dans le commerce à la valise est primordiale, mais pas exclusive. La Banque centrale de Turquie a commencé à inclure le commerce à la valise dans sa balance commerciale en 1996.
Crédits Sources : Türk Cumhuriyet Merkez Bankası et Türkiye İstatistik Kurumu
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 2. Carte simplifiée d’Istanbul avec les toponymes principaux mentionnés dans le texte
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/423/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luisa Piart, « Le lien entre le commerce à la valise et l’industrie de la confection à Istanbul », Anatoli, 3 | 2012, 25-40.

Référence électronique

Luisa Piart, « Le lien entre le commerce à la valise et l’industrie de la confection à Istanbul », Anatoli [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://anatoli.revues.org/423 ; DOI : 10.4000/anatoli.423

Haut de page

Auteur

Luisa Piart

Louisa Piart, est Assistante de recherche à l’Institut d’Anthropologie Sociale et Culturelle de l’Université de Vienne (Autriche). Elle finit actuellement sa thèse de doctorat en cotutelle sous la direction de Sabine Strasser (Vienne) et Michel Peraldi (EHESS Paris) sur les petits entrepreneurs de la confection d’Istanbul.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org