Navigation – Plan du site
Partie 2. Échanges de population entre Grèce et Turquie et à Chypre

La Question chypriote aux prises avec les enjeux migratoires de la Turquie

Nicolas Kazarian
p. 101-118

Texte intégral

1En raison de son insularité en Méditerranée orientale, Chypre est avant tout un carrefour, charnière entre trois continents (Afrique, Asie et Europe), et non pas une simple marche intermédiaire, symbole du clivage entre Orient et Occident. L’île d’Aphrodite est aussi, voire surtout, un territoire façonné au gré des flux migratoires l’ayant traversé. Cette capacité insulaire à pouvoir supporter, intégrer, métaboliser les différentes pages de son histoire, en fait un laboratoire exceptionnel sur le plan géopolitique. En près de 2 000 ans, Chypre est successivement passée sous le contrôle politique des Romains, des Byzantins, des Latins, des Ottomans, des Britanniques avant de jouir d’une indépendance aussi relative que précaire. Chypre, connue sous sa forme politique en tant que République de Chypre (RdC), à partir de 1960, n’a effectivement pas su conserver la réalité de son unité entre les deux communautés chypriotes, grecque et turque. Tiraillée entre des projets nationalistes diamétralement opposés, l’île a été l’objet d’une fragmentation progressive. D’identitaire, la séparation était bientôt transposée sur le plan territorial, après que l’armée turque ait envahi et placé sous son contrôle 37 % du territoire septentrional de l’île, en réponse à la tentative de putsch fomentée par la junte militaire athénienne, durant l’été 1974. À l’image d’Aphrodite née de l’écume de la mer se formant sur le rivage de l’île, la Question chypriote, quant à elle, a surgi des violences intercommunautaires écumant le territoire, et cristallisées jusqu’à ce jour par la Ligne verte séparant l’île en deux.

  • 1 Sanguin a.-l. (dir.), Vivre dans une île – Une Géopolitique des Insularités, Paris, L’Harmattan, 19 (...)

2Au-delà de ces considérations locales, le propos de cet article consistera à interroger la valeur proprement stratégique de l’île pour la Turquie, sur le plan régional, par l’analyse des mouvements circulatoires entre le continent et l’île, comme le nœud gordien de la Question chypriote. En d’autres termes, la valeur stratégique de Chypre suit-elle bien une logique inhérente au principe d’insularité, tel que décrit par André-Louis Sanguin1, dans une dynamique centrifuge dans le sens centre-périphérie, continent-île ? L’analyse des enjeux migratoires nous permettra donc d’en mesurer la valeur.

3Notre attention se focalisera, dans un premier temps, sur l’analyse de l’équation géopolitique mettant en scène les acteurs de la Question chypriote : Chypre, États-Unis, Grèce, Turquie, Royaume-Uni, Russie et Union européenne, dans une perspective plus contemporaine. Nous identifierons à cette occasion les enjeux stratégiques d’Ankara à demeurer un acteur de premier plan de la Question chypriote. Par la suite, nous étudierons la complexité des flux migratoires turcs. Finalement, nous verrons de quelle manière la Question chypriote, tout en façonnant le paysage communautaire de Chypre nord, a aussi fait émerger de nouveaux paradigmes minoritaires, renforçant le phénomène de périphérisation du territoire septentrional de l’île. Nous discuterons alors l’épineux problème de la « colonisation » turque de Chypre nord, dans la perspective de l’UE.

L’équation géopolitique turque et la question chypriote : identification des enjeux stratégiques

4Ancrage stratégique d’importance dès l’époque ottomane, Chypre est restée durablement un sujet particulier de préoccupation pour la Turquie, non seulement à cause de sa position au sud du continent, mais surtout à cause de son voisinage avec les ports de Mersin et Iskenderun, points névralgiques d’accès à la Méditerranée. Créant une brèche dans la ceinture anatolienne des côtes de Méditerranée orientale, une île divisée, par la promotion des Chypriotes turcs, constitue une garantie d’ouverture de l’espace maritime turc, nonobstant les tensions régionales que cela engendre.

5Les reconfigurations géopolitiques au sortir de la Seconde Guerre mondiale ont marqué le retour de la dimension stratégique de l’île pour la Turquie. En effet, Ankara était désengagée de Chypre, depuis 1920, ce qui explique son absence du « Pacte National » (Misak-ı Millî), élaboré par Mustafa Kemal Atatürk. Alors que les îles du Dodécanèse étaient transmises de la souveraineté italienne au pouvoir athénien, au moment du Traité de Paris en 1947, la montée de l’irrédentisme chypriote grec, désirant voir s’accomplir l’Enosis (l’union) avec la Grèce, renforçait l’inquiétude de la Turquie. En ce sens, la partie anatolienne de la Turquie aurait été ceinturée, voire cadenassée sur son flanc méditerranéen. Cette inconfortable situation a fait apparaître le spectre de l’encerclement, rendu d’autant plus pertinent qu’un « syndrome », du même nom, se propageait dans l’opinion publique, et était entretenu par certains mouvements nationalistes turcs eux-mêmes. Cette impression était renforcée par le poids de la Bulgarie et de l’URSS qui faisaient pression au nord. Ainsi, il semble que la stratégie géopolitique turque par rapport à Chypre ait été motivée par une volonté de créer une faille à l’intérieur de cet encerclement.

  • 2 Cf. akgönül S., Les Grecs de Turquie : Processus d’extinction d’une minorité de l’âge de l’Etat- Na (...)
  • 3 Cf. Attalides M. A., Cyprus : Nationalism and International Politicy, Mannheim, Bibliopolis, 2003, (...)

6Parallèlement, au beau milieu du processus de décolonisation britannique de l’île, le rôle de la Turquie a été renforcé, par Londres, afin de créer une résistance aux velléités unionistes des Chypriotes grecs. La mise en œuvre, par la Grande-Bretagne, du principe de divide and rule, a considérablement influé sur les représentations turques à l’égard de Chypre dans le sens d’une réappropriation identitaire. Le ministre turc des affaires étrangères, Fatin Rüştü Zorlu, a déclaré ouvertement, lors de la Conférence de Londres en 1955, que Chypre était turque. Ce slogan était simultanément repris à Istanbul pendant le pogrome anti-grec2. Cette revendication est progressivement devenue une proposition de partition du territoire insulaire (Taksim), comme une alternative aux revendications chypriotes grecques. À partir de cette période, les plans se sont succédés, du côté de la politique turque, pour envisager la réalisation d’une telle séparation. Néanmoins, ni la proposition du Président turc, Adnan Menderes, en 1957, ni les exactions de l’Organisation de Défense Turque (TMT), créée la même année, et s’opposant aux violences des Chypriotes grecs de l’Organisation Nationale des Combattants Chypriotes (EOKA), n’ont abouti à la réalisation de la partition territoriale. En effet, il convenait que la division soit précédée d’une transformation de la répartition démographique des communautés, afin de faire émerger une véritable majorité chypriote turque sur un territoire déterminé3.

  • 4 Cité par : Blanc P., La Déchirure Chypriote. Géopolitique d’une île divisée, Paris, L’Harmattan, 20 (...)

7Cet objectif géopolitique n’a pu être atteint qu’à partir de 1963, soit trois ans après l’indépendance de l’île et consécutivement à la proposition de treize amendements à la Constitution, par le Président de la RdC, l’archevêque Makarios III. En réaction, les Chypriotes turcs, considérant cette proposition comme une forme d’agression par rapport à leur statut communautaire, ont préféré se regrouper en enclaves. Ce regroupement a aussi été provoqué par les violences de 1963 contre les Chypriotes turcs, organisées par l’EOKA. Le séparatisme des Chypriotes turcs vient donc pérenniser le contrôle territorial de certaines portions de l’île, invalidant le rapport de force démographique dans ces espaces. Cette tendance à l’hégémonie territoriale est alors justifiée par le ministre turc des Affaires étrangères, Feridun Cemal Erkin, lors de la conférence de Londres de 1964 : « Chypre a une importance vitale pour la Turquie, pas simplement à cause de l’existence d’une communauté turque sur l’île, mais également à cause de sa position stratégique »4.

  • 5 Kassianides Y., La politique étrangère américaine à Chypre (1960-1967), Paris, L’Harmattan, 2005, p (...)

8L’idée d’une intervention militaire turque ayant pour but de consommer la partition était envisagée dès juin 1964. Cependant, la Turquie devait attendre que le contexte international lui soit plus favorable et, en particulier, que le Président américain, Lyndon Johnson, opposé à une telle intervention, change d’avis. En effet, pour ce dernier, une intervention militaire turque aurait entraîné un conflit régional impliquant deux membres de l’Alliance Atlantique5. La Turquie ne pouvait que se soumettre aux injonctions américaines d’autant que Nikita Khrouchtchev, dirigeant de l’URSS, faisait peser de son côté la menace d’une intervention par le nord.

  • 6 Cf. Résolution 353 (1974), Conseil de Sécurité des Nations Unies, 20 juillet 1974.

9Les indicateurs étant finalement favorables, l’action militaire turque, débutée le 20 juillet 1974, sur les côtes de Kyrenia, poursuivait un objectif clair : l’occupation de 37 % du territoire septentrional de l’île. Passant outre les résolutions onusiennes6, il convenait désormais de faire venir toute la communauté chypriote turque, qui vivait encore enclavée au sud, dans la partie nord, sous domination turque afin que la partition soit consommée. Presque tous les Chypriotes grecs du nord avaient déjà fui. De leur côté, 12 000 Chypriotes turcs étaient déjà partis vers le nord, tandis que 10 000 autres avaient cherché refuge sur la base militaire britannique d’Akrotiri.

10Les accords « humanitaires » de Vienne, en juillet 1975, signés entre les représentants des communautés chypriotes grecque et turque, respectivement Glafkos Clerides et Rauf Denktaş, ont consommé la partition « ethnique ». Moins de 400 Chypriotes turcs vivaient encore au sud, tandis qu’il restait encore 2 000 Chypriotes grecs dans la partie nord en 1978. La partition actée, la politique de la Turquie à l’égard de Chypre consistait alors non seulement à entretenir le statu quo, mais aussi à le pérenniser. Il s’agissait donc de rendre cette division irréversible, tant sur le plan démographique que militaire.

  • 7 Rapport du Secrétaire général des Nations Unies sur l’UNFICYP, 10 décembre 1995 [S/1995/1020], § 14 (...)
  • 8 Dans son rapport sur « Les Forces Militaires à Chypre en 2011 », le Centre d’Études Stratégiques de (...)
  • 9 Pour une évaluation de ces forces, voir : Akcali E., Chypre : un enjeu géopolitique actuel, Paris, (...)

11En envoyant techniciens, fonctionnaires et militaires dans le nord de l’île, la Turquie entendait garantir la nouvelle donne géopolitique, par l’organisation et la structuration de la nouvelle réalité démographique. Mais l’utilisation de l’armée comme vecteur d’intégration d’une population nouvellement arrivée ne semblait pas être la seule raison de leur présence. La pérennisation du « fait accompli » devait aussi être assurée par des forces armées susceptibles de contrer une action offensive de la Grèce visant à libérer la partie nord. Un programme de militarisation de l’île passait alors par l’organisation d’une force armée turque basée durablement à Chypre nord. Selon un rapport de 1995, le nombre de soldats turcs était de 30 000, et tout porte à croire que ce chiffre reflète la réalité actuelle7. Ces troupes, avec les contingents de la Force de Paix des Nations Unies à Chypre (UNFICYP) et les militaires britanniques des bases d’Akrotiri et Dekhelia, sans compter les camps de l’armée grecque, en plus des soldats chypriotes grecs et chypriotes trucs, font de Chypre l’un des lieux les plus militarisés du monde8. La force turque de paix à Chypre se compose, encore aujourd’hui, de soldats du 38e et du 29e  régiments d’infanterie, couvrant les parties orientale et occidentale de Chypre nord. Un renfort d’hommes est très rapidement mobilisable, sur la côte turque, 2 000 hommes étant basés à Adana et Mersin. Le soutien aérien est à proximité, depuis la base d’Adana, et peut se rendre sur les deux bases aériennes de Chypre nord, respectivement Pınarbaşı (Krini) et Geçitkale (Lefkoniko)9. La mission officielle des militaires turcs reste de protéger la population chypriote turque, tout en assurant la protection stratégique du sud-est de l’Anatolie, confirmant ainsi la brèche dans l’encerclement grec. Pour Ankara, la sécurité des Chypriotes turcs demeure un sujet de préoccupation, malgré la présence d’une force multinationale. De plus, la présence d’une force militaire turque à Chypre entretient une tension qui rend caduque toute hégémonie grecque dans la région de la mer Égée.

  • 10 Akcali e. Ibid., p. 140.
  • 11 Copeaux E., « Le thème chypriote dans la presse turque (mars 1996-février 1997). Une rupture du con (...)

12Par son engagement militaire à Chypre, la Turquie s’impose comme une puissance régionale, s’inscrivant dans une équation multidimensionnelle d’inimitié régionale à l’égard d’Ankara. Ainsi, la mise en place du dogme de défense commune entre la Grèce et la RdC en 1993 a renforcé les tensions locales. Les acteurs en sont la Grèce, la Syrie, des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), l’Arménie et dans une moindre mesure l’Iran et Israël. Mais, c’est surtout l’affaire des missiles S-300 en 1997, ainsi que celle connue sous le nom d’Abdullah Öcalan, leader des Kurdes du PKK, qui marquèrent les esprits en Turquie. Ce dernier, en effet, au moment de son arrestation à Nairobi par les services secrets turcs, au sortir de l’ambassade de Grèce, portait sur lui un passeport chypriote grec. La Turquie craint que certaines connivences puissent exister entre le PKK et la RdC10. Plus généralement, donnant un aperçu de la presse turque à ce sujet, Étienne Copeaux décrit ainsi les principales craintes : « Si le thème de la croisade et du complot chrétien est récurrent dans la littérature nationaliste, il semble que le “complot orthodoxe” en soit une variante nouvelle. Son apparition a été favorisée par la politique serbe d’anéantissement bosniaque. Dans cette vision, la Grèce, la Serbie et Chypre seraient des pions de la Russie qui compte intimider la Turquie en raison de son appui au mouvement tchétchène. L’alliance utiliserait aussi la Syrie, et leur marionnette commune serait le PKK… Enfin, les plus extrémistes des nationalistes voient toujours le sionisme et les Juifs derrière toutes ces entreprises. »11

  • 12 Conclusion de la Présidence, Conseil européen d’Helsinki, 10 et 11 décembre 1999, § 9b [www.consili (...)
  • 13 Letter by President Denktas to British Foreign Minister Robin Cook – March 25, 1998 [www.ena.lu] (S (...)
  • 14 Cf. La Turquie et le problème de la reconnaissance de Chypre, Note de la direction générale des pol (...)
  • 15 Cf. Eralp A., « The Last Chance in Cyprus Negociations and the Turkey-EU relationship », ELIAMEP Th (...)

13La dimension européenne de la question chypriote ne doit pas non plus être occultée. En effet, le progressif rapprochement de la RdC en direction de l’UE, ainsi que l’ouverture officielle des négociations d’adhésion en 1998, ont considérablement agi sur l’équation géopolitique chypriote en faveur des Chypriotes grecs. Car, le Sommet d’Helsinki, en 1999, reconnaissait que la réconciliation entre les deux parties de l’île était désirable dans la perspective d’adhésion. Cependant, « si aucun règlement n’est intervenu au moment de l’achèvement des négociations d’adhésion, la décision du Conseil relative à l’adhésion sera prise sans que ce qui précède constitue une condition préalable. »12 Cette décision a eu pour conséquence d’affaiblir l’opposition des Chypriotes turcs qui ne reconnaissaient pas à la RdC, au nom du Traité de garantie (1959) et de la Constitution de la RdC (1960), la possibilité de pouvoir imposer unilatéralement ses volontés à l’ensemble de l’île13. Pour la Turquie elle-même, l’adhésion de la RdC à l’UE, en 2004, pose un problème quant à sa propre capacité à pouvoir progresser sur le chemin de l’adhésion européenne. Pour que les négociations entre Ankara et Bruxelles soient véritablement ouvertes, il était nécessaire que la Turquie signe, en 2005, un protocole additionnel d’extension de l’union douanière aux dix nouveaux États membres, dont Chypre. Ankara a avancé que la signature du protocole ne constituait aucunement une reconnaissance officielle de la RdC, mais « une reconnaissance de la République de Chypre en tant qu’État membre de l’Union européenne »14. Or, le gouvernement de RdC a demandé instamment que les négociations pour l’adhésion de la Turquie soient liées à la résolution de la Question chypriote. Cette dernière revendication a eu pour effet de ralentir encore davantage les négociations d’adhésion jusqu’en novembre 2006, quand la Commission a recommandé de suspendre les négociations d’adhésion de la Turquie au vu du manque de progrès sur le dossier de la Question chypriote. Il est alors décidé de geler les négociations de huit chapitres jusqu’à ce que le protocole additionnel soit appliqué. Le Sommet européen de 2009 a repoussé l’application du protocole additionnel jusqu’à la fin 2010, tout en soulignant l’importance de la Turquie dans le processus de négociation à Chypre, en particulier dans le présent contexte d’enlisement. De son côté, Ankara souhaite séparer son adhésion à l’UE et la Question chypriote, considérant que cette dernière doit être traitée sur la scène onusienne, comme c’était le cas auparavant15.

Les flux migratoires turcs et le tropisme de Chypre nord

  • 16 Il s’agit ici de la thèse prônée par les autorités de la RdC. Cf. Petinos C., Chypre Turquie. Persp (...)

14Dans les débats qui entourent aujourd’hui encore la Question chypriote, l’évolution, voire la transformation de la composition démographique et identitaire des habitants de Chypre nord, restent au cœur des difficultés. En effet, outre les problématiques économiques et sociales, la dimension stratégique quant à la pérennisation de la partition insulaire permet d’assurer les termes de l’équation géopolitique turque et notamment, sur le plan de la territorialité, la négation du phénomène d’encerclement méditerranéen susmentionné. L’un des principaux points de négociation entre le nord et le sud se focalise sur la politique de peuplement, dite aussi de « colonisation », de la partie septentrionale de l’île, par Ankara16. À ce titre, depuis 1974 et l’intervention de l’armée turque, un bouleversement démographique s’est accompli à Chypre nord, dont il convient d’analyser les enjeux par le prisme de la géopolitique régionale que nous venons d’évoquer.

15Prise localement, la communauté chypriote turque demeure une minorité face à la communauté chypriote grecque. En 1960, la répartition de la population chypriote était de 77 % de Chypriotes grecs, contre 18 % de Chypriotes turcs. Cependant, en nous plaçant au niveau régional, le rapport de force tend à changer radicalement. La communauté chypriote turque devient majoritaire, d’autant que la proximité géographique de la Turquie facilite non seulement sa capacité d’action, mais aussi la constitution d’un flux migratoire en direction de Chypre nord. De plus, le paysage politique turc est marqué, sur le plan intérieur, par un soutien indéfectible à la « République Turque de Chypre Nord » (« RTCN »), dans le sens où le traitement de Chypre nord constitue une cause nationale. L’invasion de Chypre confirme donc la logique régionale, tout en s’appuyant sur un consensus national. Ankara semble vouloir imposer ce modèle régional au niveau local, en permettant à nombre de ses ressortissants de s’installer dans le nord de l’île. L’élaboration d’un nouveau rapport de force avec le sud manifeste davantage une volonté d’intégrer les Chypriotes turcs à la Turquie par l’envoi massif de Turcs, que l’intégration de Turcs dans la société chypriote turque elle-même. La coexistence d’iconographies identitaires convergentes à l’intérieur d’un projet nationaliste commun renforce d’autant plus l’ambiguïté de la « RTCN » dans sa large dépendance par rapport à la Turquie.

  • 17 Nom turc pour Nicosie et capitale de la « RTCN ».
  • 18 Cf. Turkey and The Turkish Cypriots. An Account of the Manipulation by Turkey of the Political Proc (...)

16Chypre nord avait d’autant plus besoin d’une politique de peuplement que nombre de Chypriotes turcs avaient quitté l’île à cause des violences intercommunautaires. Il n’en demeure pas moins que les 196 000 Chypriotes grecs qui ont trouvé refuge dans la partie méridionale de l’île ne pouvaient être efficacement remplacés par les 45 000 Chypriotes turcs qui ont fait le chemin inverse, jusqu’en 1975 et la signature des accords de Vienne. C’est conjointement que Lefkoşa17 et Ankara se sont mises d’accord pour repeupler la région laissée par les Chypriotes grecs, par la constitution d’un flux partant de la Turquie dirigé vers Chypre nord. Cette logique suivait un double objectif. Sur le plan politique, il s’agissait de renforcer la position du parti pro-turc de Rauf Denktaş, tandis que sur le plan démographique, la différence de population entre les communautés au nord et au sud de l’île était atténuée18.

  • 19 Blanc P., Ibid., p. 60.
  • 20 Bertrand G., Le Conflit Helléno-Turc. La Confrontation de deux Nationalismes à l’aube du xxie siècl (...)

17Face à ce phénomène, l’une des difficultés consiste avant tout dans l’évaluation quantitative de ce flux migratoire. La venue de nouveaux migrants de Turquie, de « migrants du nord » (kuzeyli göçmenler) ainsi qu’ils s’autoproclament eux-mêmes, ou encore de « colons » (settlers) comme les appellent les Chypriotes grecs, est particulièrement facilitée par la libre circulation existant entre la Turquie et Chypre nord. De plus, les politiques d’installation des colons dans les années 1970, et notamment grâce à l’octroi de biens fonciers, qui appartenaient précédemment à des Chypriotes grecs, ont constitué un vecteur d’attraction pour l’arrivée de ces settlers que l’on ne dénombre qu’avec difficulté19. Selon une étude de Gilles Bertrand, une seconde vague de colonisation aurait été organisée entre 1983 et 1984 par l’état-major de l’armée turque, au moment même où Turgut Özal devenait chef du gouvernement. Ainsi, ce dernier n’avait plus qu’à accepter la proclamation de la « RTCN » en 198320.

  • 21 Cf. Report on the demographic structure of the Cypriot Communities (Rapporteur: M. Cuco, Spain, Soc (...)
  • 22 Akcali E., Chypre : un enjeu géopolitique actuel, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 263.
  • 23 Le recensement montre aussi que 178 031 sont citoyens de « RTCN » dont 42 572 possédaient deux de l (...)

18Ce n’est qu’en 1992 qu’un premier rapport fut élaboré, à l’initiative du Conseil de l’Europe, à propos de la structure démographique globale de l’île21. Ainsi, ayant pris en compte le taux d’accroissement naturel de la population, le rapporteur Cuco estimait à 25 057 le nombre minimum de migrants arrivés dans le nord de l’île entre 1974 et 1979. De plus, ainsi que le démontrent les chiffres ci-dessous, le taux d’accroissement de la population entre 1974 et 1990 à Chypre nord était de 48,35 %, contre 13,70 % dans la partie sud, avec une part belle accordée à la migration nette en particulier en 1975 et 1977. Or pour relativiser de tels chiffres, Rauf Denktaşinvoquait le retour de 20 000 Chypriotes turcs qui avaient quitté l’île pour trouver refuge en Turquie au moment des violences de 1963. Ce flux était d’autant plus important que le mouvement des Chypriotes turcs était bien plus centrifuge que centripète. Il est néanmoins certain que le calcul des immigrés venus de Turquie revêt une dimension politique, ô combien sensible géopolitiquement. Les différentes estimations varient entre 90 000 et 120 00022 colons, pour une population totale de 198 215 personnes, selon le recensement de la « RTCN », de 199623. Ces chiffres doivent cependant être accueillis avec prudence, car ils manquent de crédibilité quant aux normes de calcul employées par les autorités du Nord.

Tableau 1. « Population en “République turque de Chypre Nord” entre 1974 et 1990 »

Années

1974

1978

1980

1985

1990

Population

(en milliers)

115,6

146,7

149,6

160,3

171,1

Source: Report on the demographic structure of the Cypriot Communities (Rapporteur: M. CUCO, Spain, Socialist), PIO, 1994, Appendix 5, p. 57

  • 24 Rapport de la Commission des migrations, des réfugiés et de la démographie sur : « Colonisation par (...)
  • 25 Cet aspect de la Question chypriote avait déjà été abordé lors du rapport de 1992. Cf. Report on th (...)
  • 26 Rapport de la Commission des migrations, des réfugiés et de la démographie sur : « Colonisation par (...)

19Or, de telles tendances ont aussi été approfondies lors d’un second rapport du Conseil de l’Europe, dont le chantier a été lancé en avril 2000. Les conclusions du rapporteur Jaakso Laakso, publiées trois ans plus tard, rendent compte, ainsi que le titre du document le laisse entendre : de la « Colonisation par les colons turcs de la partie occupée de Chypre »24. Cette étude souligne non plus tant l’existence de flux migratoires entre la Turquie et Chypre nord, mais porte une attention toute particulière au phénomène de naturalisation de ces migrants25. Jaakso Laakso déclare notamment que : « L’Assemblée est convaincue que la présence des colons constitue un processus de colonisation déguisé et un nouvel obstacle important à la recherche d’une solution pacifique négociée du problème chypriote. »26

  • 27 Cf. Report on the demographic structure of the Cypriot Communities (Rapporteur: Mr. Cuco, Spain, So (...)
  • 28 Rapport du Secrétaire général sur sa mission de bons offices à Chypre, Conseil de Sécurité des Nati (...)

20En effet, l’administration chypriote turque a fait passer une loi en 1975 sur l’attribution de la nationalité chypriote turque. Depuis cette date, elle peut être octroyée à tous ceux qui en font la demande, et en particulier aux membres des forces armées turques, ainsi qu’aux familles de ceux qui sont morts au combat, dans les actions entre le 20 juillet et le 20 août 1974. En 1981, une révision de cette loi est venue en réguler les précédentes dispositions. La nationalité chypriote turque est désormais accessible de trois manières : par la naissance, lorsqu’un des parents est citoyen de Chypre nord, ou encore par voie de naturalisation. De plus, les autorités de Chypre nord peuvent décider de manière unilatérale d’octroyer la nationalité pour le bien de l’État27. Durant les négociations autour du plan Annan (2004), Rauf Denktaş a même déclaré que cette politique de « naturalisation » constituait dans les faits un « exercice de la souveraineté nationale »28. Ainsi, sur les 53 000 personnes déclarées éligibles pour la naturalisation entre 1975 et 2003, 45 689 étaient originaires de Turquie.

Turcs de Chypre : entre colonisation et immigration

  • 29 Hatay M. § Nevzat A., « Politics, Society, and the Decline of Islam in Cyprus: From the Ottoman Era (...)
  • 30 Drevet J.-F., Chypre entre l’Europe et la Turquie, Paris, Karthala, 2011, p. 67.

21La présence de Turcs à Chypre nord reste un nœud gordien de la Question chypriote. Outre l’argumentation de la RdC, s’opposant à l’évolution de l’équilibre démographique entre le sud et le nord de l’île, les autorités ­chypriotes grecques insistent aussi sur la marginalisation des Chypriotes turcs en « RTCN » au profit des settlers. Bien au contraire, pour Rauf Denktas¸, ancien leader de Chypre nord, la présence des colons turcs, à partir de 1974, allait dans le sens d’un affermissement de l’autorité de sa communauté sur le territoire septentrional de l’île, placé sous son contrôle, face aux revendications chypriotes grecques. Elle ne constituait donc pas une remise en question de l’identité des Chypriotes turcs qui était avant tout, selon ce dernier, turque. Cependant, pour qu’une telle affirmation soit envisageable, il faudrait que le phénomène de différenciation entre chypriotes turcs et colons turcs s’explique tant sur le plan identitaire, territorial que politique. Les différentes études s’intéressant à la question des colons turcs montrent que, outre la persistance de traditions vestimentaires, culinaires ou encore culturelles, les principaux points de divergence entre les deux parties se focalisent autour de la pratique religieuse, mais aussi, comme nous le verrons ci-dessous, autour des questions politiques29. L’opposition entre les considérations Chypriotes grecque et turque pose une question importante quant à l’intégration des Turcs de Chypre nord dans la société chypriote turque. En effet, la cohésion identitaire permet une garantie du statu quo, contre les effets de morcellement, et donc de fragilisation des intérêts stratégiques de la Turquie sur l’île. Mais, avec Jean-François Drevet, évitons d’être crédule car : « [Ankara] entend préserver ce qu’elle estime être “l’intérêt stratégique” de la Turquie »30.

  • 31 Hatay M., « Beyond Numbers. An Inquiry into the Political Integration of the Turkish “Settlers” in (...)
  • 32 Akcali E., Ibid., p. 263.
  • 33 Report on the demographic structure of the Cypriot Communities (Rapporteur: Mr. Cuco, Spain, Social (...)

22La typologie des migrants varie suivant les périodes d’arrivée et les besoins d’occupation du territoire septentrional. Les années 1970 ont connu deux vagues majeures, en 1975 et 1977, d’immigration de Turcs issus de la ruralité, appelés à mettre en valeur le territoire agricole laissé vacant. Par ailleurs, entre 1974 et 1979, nombreuses ont été les terres allouées dans la région de Morphou. Provenant de régions spécifiques de Turquie (Antalya, Mersin, Adana, Konya, Trabzon et Sürmene), ces travailleurs agricoles n’ont pas été les seuls à profiter de cette situation, les officiers ayant participé à l’action militaire de 1974 s’étant vus eux aussi octroyer des terrains dans la région touristique de Kyrenia. Néanmoins, cette population rurale d’Anatolie, arrivée sur l’île à partir de 1975, constitue désormais le groupe le plus important parmi les Turcs continentaux de Chypre nord. C’est à eux qu’a été confié le soin de repeupler la région rurale abandonnée par les Chypriotes grecs. Un exemple de cette polarisation rurale se retrouve très clairement dans le village de Kayalar (district de Kyrenia) où les habitants sont tous originaires du village turc de Çarşamba31. De même, Emel Akçali précise que la répartition des populations immigrées se faisait selon les lieux d’origine. Ainsi, ceux de l’intérieur de la Turquie ont été installés dans les villages de Mésorée, ceux de la mer Noire autour de Kyrenia et sur la péninsule de Karpasha. Cependant, selon Nuri Çevikel, lui-même descendant d’une de ces familles turques, « la réinstallation des colons ne s’était pas réalisée de manière aussi organisée, qu’à l’époque ottomane »32. D’autres se sont installés à Chypre de manière individuelle, afin d’y trouver du travail, en possession ou non d’un permis le leur permettant. Après un ralentissement de l’immigration dans les années 1980, composée avant tout d’une main-d’œuvre agricole, puis une reprise à partir de 1990, les derniers arrivants constituent une main-d’œuvre peu qualifiée, employée dans le secteur tertiaire et notamment dans l’activité touristique. Or, l’arrivée de cette même main-d’œuvre, venant sur l’île dans l’espoir de sortir de la misère, a créé une nouvelle réalité, ayant comme conséquence la paupérisation du marché du travail. Ce phénomène est très mal perçu par les partis de gauche opposés à Rauf Denktaş, mais aussi par certains syndicats tel le Türk-Sen33. Par ailleurs, l’ouverture en 2003 de points de passage à travers la Ligne verte incite les Chypriotes turcs à aller chercher du travail en RdC.

  • 34 Hatay M., Ibid., p. 12.
  • 35 Cf. Hatay M., Op. cit.; Loizides N., « Settlers and Mobilization in Cyprus Antinomies of Ethnic Con (...)

23Par ailleurs, le climat d’insécurité dans la partie nord est aussi imputé à la présence des colons turcs. Au-delà de la simple opposition identitaire, il semble que ce soit bien moins le phénomène de peuplement, que le statut de non-reconnaissance internationale dont jouit la « RTCN », qui favoriserait la montée de la criminalité. Or, ces représentations sont plus préjudiciables aux colons qu’aux Chypriotes turcs. Cela est d’autant plus le cas que la politisation des colons est assez faible. Mete Hatay souligne, à la suite de Constantinos Ioannides, que : « les personnes qui sont venues ou ont été amenées à Chypre par les autorités turques et chypriotes turques ne possédaient aucune motivation politique en venant »34. Notons que cette idée d’une faible mobilisation des migrants de Turquie autour des questions politiques traverse aussi bien les études avisées de Chypriotes grecs et turcs35.

  • 36 Hatay M, Ibid., p. 12.
  • 37 Loizides N., Ibid., p. 5.
  • 38 Loizides N., « Contested migration and settler politics in Cyprus », Political Geography 30 (2011), (...)

24Dans la même ligne que l’étude de Mete Hatay, nous discuterons des craintes des Chypriotes grecs d’une minorisation de la communauté chypriote turque sur le plan électoral, et plus généralement la participation des colons turcs à la vie politique de Chypre nord36. Il est apparu que, dans un premier temps en tout cas, les votes des colons – dès lors qu’ils avaient acquis la nationalité chypriote turque – étaient ouvertement favorables au parti de droite de l’Unité Nationale (UBP) et à son chef charismatique, Rauf Denktaş, malgré l’apparition de partis moins influents entre 1978 et 1981. Ces partis sont tout aussi versés dans les idéaux nationalistes. Il s’agit, entre autres, du Parti de l’Unité Turque, du Parti de la Réforme et de la Prospérité et du Parti de la Justice Sociale. Ces partis se montrent tolérants, voire en faveur de l’installation des colons turcs. Cependant, comme nous l’avions évoqué plus haut et dans la continuité de l’analyse de Mete Hatay, ceux-ci déterminent leur vote d’abord sur des questions socio-économiques et moins sur des questions d’ordre idéologique ou politique comme celle du problème chypriote. Ce défaut d’engagement politique des colons turcs est expliqué par Nikos Loizides, à la suite de Will Kymlicka, par leur absence durant les épisodes de violences, en 1963 et surtout en 197437. Même si la volonté de peuplement de Chypre nord par la Turquie et les autorités chypriotes turques était d’ordre politique, celle des colons turcs était avant tout motivée par des raisons économiques. Chypre leur était présentée tel un eldorado d’où ils pourraient sortir de la misère, alors que cette zone était en crise. Ainsi, Ankara s’est souvent vue désavouée par le jeu des urnes, même si d’aucuns auraient pu croire que les propriétés octroyées aux colons, et qui appartenaient précédemment à des Chypriotes grecs, auraient scellé leur allégeance au parti conservateur. Notons l’exemple du référendum sur le plan Annan rejeté à 56 % par les villages de colons contre l’avis d’Ankara. Par opposition, les Chypriotes turcs avaient plébiscité le plan à 65 %. De même l’élection « présidentielle » du social-démocrate Mehmet Ali Talat, du Parti républicain turc (CTP) en avril 2005, constitue un nouvel indicateur de cette tendance à l’indépendance des colons turcs. Est-ce à dire qu’il existe une véritable défiance envers la Turquie de la part des colons turcs ? Certainement pas. Les 30 000 soldats turcs déployés aujourd’hui dans la partie septentrionale de l’île, ainsi que l’ambassade de Turquie à Nicosie et les autorités chypriotes turques elles-mêmes, sont là pour s’assurer que leur mobilisation ne soit pas trop revendicative. Dans de tels cas, l’engagement politique de la population migrante était déterminant. Ce manque d’engagement politique se reflète dans la composition de l’Assemblée (parlementaire) chypriote turque : sur les 50 membres, seuls 2 représentants sont originaires de Turquie. Selon Nikos Loizides, cette défiance serait la conséquence d’une hétérogénéité intrinsèque à la population des colons, en plus de son très faible niveau de politisation, à la grande différence, par exemple, des Français en Algérie38. Ce manque d’engagement dans les débats fait figure de particularité par rapport à d’autres cas de colonisation, que ce soit au Moyen-Orient, ou encore en Irlande du Nord.

  • 39 Cité par : BLANC P., Ibid., p. 60.
  • 40 Hatay M., Ibid., p. 55.

25La question de l’immigration turque à Chypre nord se retrouve aussi dans les débats politiques de la « RTCN ». Alors que les partis de droite sont en faveur de ce projet de peuplement, il convient de remarquer qu’à l’intérieur même du corps chypriote turc, certaines voix se sont levées contre la minorisation de la communauté, en particulier chez les partis de gauche dans les années 1990. En effet, l’évolution démographique à Chypre nord a pu inquiéter des Chypriotes turcs comme l’écrivain Mustafa Adioglu ou encore les membres du CTP, avec Özker Özgür, homme politique de gauche, pour qui le phénomène de « turquisation » correspond à la dissolution de sa communauté tel « un sucre dans l’eau »39. Ce genre de réactions, ou de commentaires, témoigne de la manière dont se crée la distinction entre colons et Chypriotes turcs au point de galvaniser les spécificités, autour desquelles se cristallisent les éléments de différentiation, pour devenir des iconographies divergentes. Fer de lance du CTP, la question des colons turcs ne constitue pas uniquement une prise de position à l’encontre des tendances nationalistes du Parti de l’Unité Nationale (UBP), fondé Rauf Denktaş et dirigé depuis 2008 par l’actuel Président de la « RTCN », Derviş Eroğlu. Cette prise de position possède aussi une dimension complémentaire, accordant au débat la possibilité de se prolonger sur la scène de la protection des droits de l’homme, en réaction au rapport de force démographique, voire communautaire, à l’intérieur de la « RTCN ». Fondé en 1970, le CTP est l’un des plus anciens partis politiques chypriotes turcs. Traditionnellement à gauche, il entretient des liens étroits avec son homologue chypriote grec, le Parti Réformateur des Travailleurs (AKEL). Cependant, le paradoxe politique devait aussi prendre en compte tout autant les prises de position sans s’aliéner toute une frange de la population qui constitue d’éventuels électeurs. C’est ainsi que le CTP a développé depuis plusieurs dizaines d’années un discours plus inclusif sur l’identité chypriote à l’égard des colons turcs. Il s’est concrétisé en 2003, au moment des élections législatives, par l’union entre le CTP et le Parti Populiste de Libération (TKP), ainsi que par la participation de colons turcs sur les listes électorales du parti de gauche. « La nouvelle politique du parti et de son dirigeant Mehmet Ali Talat a coûté une certaine sympathie à l’intérieur de la communauté chypriote grecque, mais elle a augmenté le nombre de voix parmi “les colons” », rappelle Mete Hatay40. Certains colons turcs, ayant accédé à la nationalité, ont aussi formé des partis politiques communautaires, car ils ne se sentaient pas suffisamment associés aux prises de décision. Afin de porter leurs revendications, l’ambassade de Turquie a créé deux partis politiques à leur attention : le Parti de l’Union Turque (TBP) et le Parti de la Renaissance (YDP). De cette manière, les voix dissonantes avec Rauf Denktaş, possédaient une alternative à la gauche chypriote turque généralement admise.

  • 41 Loizides N., Ibid., pp. 399-400.
  • 42 Bertrand G., Ibid., p. 96.

26Il convient aussi de souligner que la minorisation des Chypriotes turcs doit être relativisée par rapport à la marginalisation des colons turcs eux-mêmes. Leur intégration, voire leur assimilation dans le tissu social de Chypre nord, est caractéristique de leur faiblesse en termes d’organisation entendue en tant que communauté séparée et différente de celle des Chypriotes turcs. Outre les difficultés internes d’une telle entreprise, l’hétérogénéité des colons, ainsi que leur soumission aux autorités d’Ankara et de Lefkoşa sont autant de raisons qui rendent leur mobilisation en tant que groupe très peu perceptible. Dans cette perspective, nous rejoignons l’analyse de Nikos Loizides, pour qui il existe une asymétrie entre les considérations politiques s’agissant du flux migratoire entre la Turquie et Chypre nord, qui, sur le plan stratégique et géopolitique constitue bien un phénomène de colonisation, avec le bémol qu’au niveau social, voire sociétal, les Turcs de Chypre sont typologiquement plus proches de migrants que de véritables colons41. Néanmoins, comme le déclare Gilles Bertrand : « La majorité de ces “immigrés” peut donc être appelée “colons” du fait du caractère partiellement organisé par le pouvoir central de la migration. »42

27Enfin, l’inscription européenne de la Question chypriote agit elle aussi comme un vecteur de différenciation entre Chypriotes turcs et Turcs de Chypre. Car, si le tropisme européen avait largement influencé les Chypriotes turcs à voter en faveur du Plan Annan, tout juste avant l’adhésion européenne, l’UE a continué à entretenir des liens particuliers avec les Chypriotes turcs. Ainsi, en février 2006, l’UE a approuvé un plan d’aide de 256 millions d’euros à leur intention, afin de les aider à sortir de leur isolement. Néanmoins, l’état des négociations directes entre les deux communautés et débutées dans le sillage de l’élection de Dimitri Christofias, en 2007, en tant que Président de RdC, ne semble pas avoir évolué sur la question des migrants turcs. Pour les autorités de RdC, les colons doivent quitter l’île, alors que pour Derviş Eroğlu, ils doivent rester. Cette situation n’est pas facilitée par les difficultés de la Turquie dans sa marche européenne.

Conclusion

  • 43 Cf. Kazarian N., Chypre : Géopolitique et Minorités, Thèse de doctorat en géographie, Université Pa (...)

28Il apparaît finalement que l’ancrage géographique de Chypre a toujours tenu une place d’importance dans les considérations des acteurs de la Question chypriote, tant pour la Turquie, que pour la Grèce, que pour la Grande-Bretagne, ou encore que pour l’UE. Placé à l’intersection de considérations stratégiques multidimensionnelles, le territoire insulaire continue à en payer le prix par la persistance de sa division. En outre, les enjeux migratoires de la Question chypriote que nous venons de développer, renforcent l’idée de l’importance que revêt le contrôle territorial de l’île pour la Turquie. Pérenniser cette hégémonie en revient donc à élaborer une stratégie liant la sauvegarde du « fait accompli » d’une île divisée, au maintien du nouveau rapport de force démographique nord/sud, entre deux communautés ethniquement distinctes. En comblant les différences de population sur le plan bipolaire, le socle sociétal de la « RTCN » a lui aussi connu des mutations qu’il convient de ne pas minimiser, au profit de l’émergence de nouveaux paradigmes minoritaires. Ces derniers n’affectent pas uniquement la distinction que nous venons d’étudier, mais agissent tout aussi directement sur les groupes allogènes résidant à Chypre nord, comme les Chypriotes grecs et les Maronites43. En effet, contrairement à ce que les autorités de RdC martèlent, ce ne sont pas tant les Chypriotes turcs qui sont marginalisés par l’arrivée de continentaux, mais ce sont les migrants turcs et autres colons qui, pour des raisons que nous avons étudiées, souffrent le plus de discrimination et sont les moins intégrés. Dans la grande tradition des mouvements de population, pratiqués dans l’Empire ottoman, le flux migratoire en direction de Chypre nord conduit à l’émergence de phénomènes de résistances, notamment iconographiques, par la valorisation de marqueurs identitaires de différenciation entre Chypriotes turcs et colons.

29Néanmoins, notre propos n’est pas de surévaluer ce phénomène dans la mesure où la mobilisation politique des migrants turcs est encore assez faible. Par contre, il nous paraît tout à fait essentiel de comprendre qu’aucune solution satisfaisante à la Question chypriote ne pourra faire l’impasse sur le traitement de ce groupe. Elle devra éviter de conduire à une précarisation supplémentaire de leur situation, comme au temps du Plan Annan. Notre attention est désormais tournée en direction de la candidature européenne de la Turquie. Cette dernière, bien que bloquée sur la Question chypriote, aura sans doute une influence déterminante sur le traitement de ces enjeux migratoires. Aussi, il conviendra de rester attentif à l’évolution de la place de l’Europe sur cet échiquier géopolitique, dans le cadre de la Présidence du Conseil de l’Union européenne par la RdC, en juillet 2012.

Haut de page

Notes

1 Sanguin a.-l. (dir.), Vivre dans une île – Une Géopolitique des Insularités, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 11.

2 Cf. akgönül S., Les Grecs de Turquie : Processus d’extinction d’une minorité de l’âge de l’Etat- Nation à l’âge de la mondialisation (1923-2001), Paris, L’Harmattan, 2004.

3 Cf. Attalides M. A., Cyprus : Nationalism and International Politicy, Mannheim, Bibliopolis, 2003, pp. 84-85.

4 Cité par : Blanc P., La Déchirure Chypriote. Géopolitique d’une île divisée, Paris, L’Harmattan, 2000 p. 133, note 89.

5 Kassianides Y., La politique étrangère américaine à Chypre (1960-1967), Paris, L’Harmattan, 2005, p. 117.

6 Cf. Résolution 353 (1974), Conseil de Sécurité des Nations Unies, 20 juillet 1974.

7 Rapport du Secrétaire général des Nations Unies sur l’UNFICYP, 10 décembre 1995 [S/1995/1020], § 14a.

8 Dans son rapport sur « Les Forces Militaires à Chypre en 2011 », le Centre d’Études Stratégiques de Chypre avance les chiffres suivants sur la composition militaire de l’île : la Garde Nationale chypriote grecque serait composée de 12 000 personnes, ainsi que de 50 000 réservistes. Il y aurait aussi 950 personnes appartenant à la Force grecque à Chypre. À Chypre nord, selon la même étude, il y aurait 5 000 militaires chypriotes turcs, ainsi que 26 000 réservistes (Cf. http://www.ikypros.com [Site consulté le 2 février 2012]). D’autre part, il y avait, fin 2011, 856 soldats de l’UNFICYP (Rapport du Secrétaire général sur l’opération des Nations Unies à Chypre, 30 novembre 2011 [S/2011/746], p. 9) Enfin, les Bases Militaires Britanniques comptent aujourd’hui approximativement 3 500 soldats (Cf. http://www.sba.mod.uk / [Site consulté le 2 février 2012]).

9 Pour une évaluation de ces forces, voir : Akcali E., Chypre : un enjeu géopolitique actuel, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 233

10 Akcali e. Ibid., p. 140.

11 Copeaux E., « Le thème chypriote dans la presse turque (mars 1996-février 1997). Une rupture du consensus nationaliste ? » Travaux de la Maison de l’Orient Méditerranéen, 31 (1997), p. 210.

12 Conclusion de la Présidence, Conseil européen d’Helsinki, 10 et 11 décembre 1999, § 9b [www.consilium.europa.eu] (Site consulté le 12 octobre 2010).

13 Letter by President Denktas to British Foreign Minister Robin Cook – March 25, 1998 [www.ena.lu] (Site consulté le 5 novembre 2010).

14 Cf. La Turquie et le problème de la reconnaissance de Chypre, Note de la direction générale des politiques externes, département thématique, Parlement Européen, 20 janvier 2005 : « Bien sûr, on ne peut s’attendre à ce que Chypre ratifie un traité d’adhésion avec un pays avec lequel elle n’entretient aucune relation diplomatique. Mais le fossé qui sépare l’ouverture des négociations et les conclusions d’un traité d’adhésion peut être gigantesque. Une solution approuvée à la Question Chypriote n’est pas à l’ordre du jour pour le moment, mais il faudra en trouver une avant 2014 – ou dès qu’il sera décidé que la Turquie peut formellement devenir membre de l’UE. »

15 Cf. Eralp A., « The Last Chance in Cyprus Negociations and the Turkey-EU relationship », ELIAMEP Thesis (Feb. 2010) [1/2010], p. 3.

16 Il s’agit ici de la thèse prônée par les autorités de la RdC. Cf. Petinos C., Chypre Turquie. Perspective géopolitique, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 59.

17 Nom turc pour Nicosie et capitale de la « RTCN ».

18 Cf. Turkey and The Turkish Cypriots. An Account of the Manipulation by Turkey of the Political Process in Occupied Cyprus before and after the illegal declaration of independence, Nicosia, PIO, 1989.

19 Blanc P., Ibid., p. 60.

20 Bertrand G., Le Conflit Helléno-Turc. La Confrontation de deux Nationalismes à l’aube du xxie siècle, Paris, Maisonneuve & Larose, 2003, p. 96.

21 Cf. Report on the demographic structure of the Cypriot Communities (Rapporteur: M. Cuco, Spain, Socialist), PIO, 1994.

22 Akcali E., Chypre : un enjeu géopolitique actuel, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 263.

23 Le recensement montre aussi que 178 031 sont citoyens de « RTCN » dont 42 572 possédaient deux de leurs parents nés en Turquie. 132 635 des citoyens de « RTCN » possédaient au moins un parent né à Chypre.

24 Rapport de la Commission des migrations, des réfugiés et de la démographie sur : « Colonisation par des colons turcs de la partie occupée de Chypre », Rapporteur : M. LAASKO J. (Finlande, Groupe pour la Gauche Unitaire Européenne), 2 mai 2003 [doc.9799].

25 Cet aspect de la Question chypriote avait déjà été abordé lors du rapport de 1992. Cf. Report on the demographic structure of the Cypriot Communities (Rapporteur: M. Cuco, Spain, Socialist), Ibid., § 109: « I personally think that the arrival of the Turkish settlers in the island is less serious than their naturalisation by the Turkish Cypriot Administration. »

26 Rapport de la Commission des migrations, des réfugiés et de la démographie sur : « Colonisation par des colons turcs de la partie occupée de Chypre », Ibid.

27 Cf. Report on the demographic structure of the Cypriot Communities (Rapporteur: Mr. Cuco, Spain, Socialist), Ibid., § 96

28 Rapport du Secrétaire général sur sa mission de bons offices à Chypre, Conseil de Sécurité des Nations Unies, 1er avril 2003 [S/2003/398], § 104.

29 Hatay M. § Nevzat A., « Politics, Society, and the Decline of Islam in Cyprus: From the Ottoman Era to the Twenty-First Century », Middle Eastern Studies 45/6 (2009), p. 920.

30 Drevet J.-F., Chypre entre l’Europe et la Turquie, Paris, Karthala, 2011, p. 67.

31 Hatay M., « Beyond Numbers. An Inquiry into the Political Integration of the Turkish “Settlers” in Northen Cyprus », PRIO Report 4/2005, p. 12.

32 Akcali E., Ibid., p. 263.

33 Report on the demographic structure of the Cypriot Communities (Rapporteur: Mr. Cuco, Spain, Socialist), Ibid., § 70.

34 Hatay M., Ibid., p. 12.

35 Cf. Hatay M., Op. cit.; Loizides N., « Settlers and Mobilization in Cyprus Antinomies of Ethnic Conflict and Immigration Politics », American Political Science Association, 2009 [tiré à part].

36 Hatay M, Ibid., p. 12.

37 Loizides N., Ibid., p. 5.

38 Loizides N., « Contested migration and settler politics in Cyprus », Political Geography 30 (2011), pp. 394-395.

39 Cité par : BLANC P., Ibid., p. 60.

40 Hatay M., Ibid., p. 55.

41 Loizides N., Ibid., pp. 399-400.

42 Bertrand G., Ibid., p. 96.

43 Cf. Kazarian N., Chypre : Géopolitique et Minorités, Thèse de doctorat en géographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, novembre 2011, p. 145 et s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Kazarian, « La Question chypriote aux prises avec les enjeux migratoires de la Turquie », Anatoli, 3 | 2012, 101-118.

Référence électronique

Nicolas Kazarian, « La Question chypriote aux prises avec les enjeux migratoires de la Turquie », Anatoli [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://anatoli.revues.org/428 ; DOI : 10.4000/anatoli.428

Haut de page

Auteur

Nicolas Kazarian

Nicolas Kazarian est Docteur en géographie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Sa thèse était intitulée : « Chypre, géopolitique et minorités». Il est actuellement chercheur associé à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (Paris), en charge de l’Observatoire géopolitique du religieux. Spécialiste du monde orthodoxe, il est chargé de cours à l’Institut Saint-Serge. Il enseigne aussi à l’Institut Catholique de Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org