Navigation – Plan du site
Partie 3. Anciens et nouveaux visages de l’émigration et de l’immigration dans la région

Dynamiques migratoires en Turquie : bref aperçu éclectique

Deniz Akagül
p. 149-164

Texte intégral

  • 1 Bijak J., Forecasting international migration : selected theories, models and methods, Working Pape (...)

1Géographiquement située dans une région carrefour, la Turquie suscite des interrogations multiples sur le registre des migrations. Et ces questions, à l’image de la diversité des dynamiques en œuvre (démographiques, économiques, sociologiques et politiques), intéressent les différentes disciplines des sciences sociales qui proposent diverses grilles d’analyse. L’approche générale en termes de facteurs d’« attractivité » et de « répulsion » des territoires constitue souvent le point de départ des réflexions. Les analyses sociologiques, en introduisant les notions de « réseaux de solidarité » et d’« espace social transnational », éclairent la chaîne migratoire, la reproduction des flux ainsi que leur épuisement. De leur côté, les approches macro-économiques d’inspiration néo-classique mettent l’accent sur les écarts de revenus et articulent la problématique des mouvements migratoires avec les changements structurels de l’emploi liés au processus de développement. Enfin, les tentatives de synthèse du phénomène migratoire conçues à partir des liens historiques, économiques, culturels et politiques entre les pays s’efforcent de fournir une vision d’ensemble1. Ces quelques repères théoriques issus d’une littérature abondante illustrent la diversité des dynamiques en œuvre que l’on peut envisager pour analyser le cas turc.

  • 2 Pour plus d’éclairage sur ce sujet, nous nous permettons de renvoyer le lecteur à notre article, Ak (...)
  • 3 Selon l’enquête menée en 2006 par l’Institut des études sur la population de l’Université de Hacett (...)
  • 4 En 2002, selon l’enquête de l’Eurobaromètre, 0,3 % des répondants en Turquie indiquaient leurs inte (...)

2Si les approches formalisées permettent des analyses prospectives, elles se limitent souvent à décrire les flux migratoires nets et ignorent les aspects qualitatifs ainsi que le phénomène de la mobilité des personnes qui fait intervenir des flux dans des sens opposés. Or, une analyse qui se veut heuristique nécessite souvent la prise en compte des déterminants multiples (économiques, politiques, sociologiques…), sans lesquels la compréhension des phénomènes resterait incomplète. La méthode retenue ici s’inscrit par conséquent dans le cadre d’une démarche éclectique qui s’efforce de brosser un panorama d’ensemble qui rend compte de la mobilité des personnes dans un espace donné. La réflexion qui suit procède en deux temps en s’interrogeant d’abord, sur les dynamiques des flux migratoires internes à la Turquie (section I), ensuite sur celles des flux vers la Turquie (section II). Bien que la Turquie continue selon toute vraisemblance à être un pays d’émigration, en particulier vers les pays de l’Union européenne, jusqu’à l’horizon 2030, cet aspect qui figure parmi les plus étudiés, est exclu de l’analyse, pour mettre l’accent sur la mobilité interne ainsi que sur les évolutions qui font de la Turquie, de nouveau, un pays d’immigration depuis une vingtaine d’années2. Certes, les communautés turques installées dans les pays de l’UE, de par l’importance de leurs effectifs, vont continuer à constituer un champ d’analyse important. Cependant, les dynamiques migratoires qui concernent la Turquie couvrent des faits plus diversifiés qui sont relativement peu étudiés ; ce qui incite à dépasser le cadre restreint européen. Cela est d’autant plus justifié que les enquêtes menées auprès de la population turque indiquent une faible proportion d’individus ayant l’intention d’émigrer vers l’étranger3. Comparée à celle des pays de l’Europe orientale devenus membres de l’UE, l’intention d’émigrer à l’étranger en Turquie est la plus faible4.

Dynamiques de la mobilité interne : vitalité démographique, transformations structurelles de l’emploi et disparités régionales

  • 5 Behar C., Isik O., Güvenç M., Erder S., Ercan H., Türkiye’nin fırsat penceresi, demografik dönü ü (...)

3Les données démographiques de la Turquie révèlent les caractéristiques d’une forte mobilité géographique des personnes. Avec une population de 74,2 millions d’habitants en 2011 qui devrait continuer à croître pour se stabiliser aux alentours de 96 millions vers 2050, la Turquie est en transition démographique5. La population demeurera relativement jeune ; l’âge médian qui est actuellement de 29,7 ans, atteindra les 39 ans à l’horizon 2050 selon les projections. Lorsqu’on sait que la propension à émigrer baisse fortement à partir de la classe d’âge des 55 ans et plus, cette évolution appuie fortement l’hypothèse du maintien d’une forte mobilité. Celle-ci sera également favorisée par des dynamiques économiques liées au processus de développement de la Turquie qui se traduit d’une part par les transformations structurelles de l’emploi et d’autre part par les disparités régionales. Ces dernières, à côté des dynamiques économiques, renvoient aussi aux dynamiques politiques qui sont à l’origine des migrations forcées.

4Comme dans d’autres expériences de développement, les transformations structurelles de l’emploi se traduisent par le transfert de la main-d’œuvre des secteurs à faible productivité (agriculture) situés en zones rurales vers les secteurs à forte productivité (industries) situés dans les zones urbaines. Sur ce registre, les données indiquent que l’économie turque a encore du chemin à parcourir ; en 2010 l’emploi agricole représentait encore 25 % de l’emploi total, tandis que les parts relatives du secteur industriel et des services correspondaient respectivement à 20 % et 55 %. Dans le passé, les transferts de main-d’œuvre vers l’industrie se sont traduits par un exode rural massif, déclenché dans les années 1950, avec la fin de la pénurie alimentaire due à la Seconde Guerre mondiale et à l’accélération de la mécanisation de l’agriculture. (Voir graphique n° 1) Le taux d’urbanisation qui a atteint 76,8 % en 2011, indique le maintien des facteurs alimentant l’exode rural. Toutefois, bien que les projections relatives à la composition sectorielle de l’emploi tendent à confirmer le maintien des flux migratoires vers les zones urbaines, l’évolution en termes relatifs sera marquée par l’apaisement de l’exode rural, comme le montrent les faibles niveaux du taux de migration net vers les zones urbaines. (Voir graphique n° 2) En effet, l’évolution en ciseaux des courbes de la population urbaine et rurale, toutes deux ascendantes jusqu’aux années 1980 est caractérisée depuis par une baisse, certes légère mais effective, de la population rurale. (Voir graphique 1)

Graphique n°  1 : Évolution des populations urbaines et rurales (en millions), de la part de l’agriculture dans l’emploi total ( %) et de l’âge médian (échelle de droite)

Graphique n°  1 : Évolution des populations urbaines et rurales (en millions), de la part de l’agriculture dans l’emploi total ( %) et de l’âge médian (échelle de droite)

Source : TÜİK (Türkiye İstatistik Kurumu) (1935-2010) et calculs à partir des projections de TÜİK (2010-2050). [Note : pour la méthode de calcul voir l’annexe n° 1]

Graphique n°  2 : Exode rural (en millions, échelle de gauche) et taux de migration urbain net (‰, échelle de droite)

Graphique n°  2 : Exode rural (en millions, échelle de gauche) et taux de migration urbain net (‰, échelle de droite)

Source : Calculs à partir des données de TÜİK. [Note : Pour la méthode de calcul, voir les annexes n° 1 et n° 2]

  • 6 Bazin M., « Diversité ethnique et disparités régionales », in Vaner S. (dir.), La Turquie, Paris, F (...)
  • 7 Konda, Biz kimiz ? Toplumsal yapı ara tırması 2006 (Qui sommes-nous ? Recherche sur la structure (...)

5Les tendances actuelles font ressortir plutôt la dimension régionale des migrations internes. Les informations issues des recensements montrent en effet que depuis les années 1980 environ 60 % des migrations internes s’effectuent entre les zones urbaines et 75 % sont intra-régionales. L’orientation de ces flux migratoires est à l’image des disparités économiques qui peuvent se résumer par l’opposition entre l’Ouest développé et l’Est en retard, comme en témoigne le graphique n° 3 conçu à partir des dernières données disponibles. Entre les extrêmes des régions d’immigration situées dans le cadran Nord-est et les régions d’émigration situées dans le cadran Sud-Ouest, le revenu par habitant varie du simple au quadruple. À côté du revenu par habitant tous les autres indicateurs mettent l’accent sur cette dualité du territoire turc dont les extrêmes sont l’agglomération stambouliote à l’Ouest et le département de Hakkari à l’extrême sud-est6. Istanbul, qui demeure le centre industriel et commercial du pays, a pleinement profité de l’ouverture à l’extérieur de l’économie turque, engagée à partir de 1980 et constitue le centre d’une aire métropolitaine qui englobe les départements limitrophes à l’Ouest et à l’Est (Marmara Ouest et Marmara Est). En 2010, avec son agglomération, Istanbul concentrait 18 % de la population totale, 25 % de l’emploi, 45 % de l’emploi industriel et du PIB. À elle seule elle assurait 40 % des recettes fiscales et si l’on ajoute son agglomération, la contribution régionale au budget national dépasse les 50 %. Il n’est alors pas surprenant d’observer Istanbul comme une grande région d’accueil. Une enquête réalisée en 2006 révélait que seulement 28,5 % des stambouliotes étaient nés à Istanbul, alors que cette proportion s’élevait à 96,5 % dans le Nord-Est et à 95,4 % dans le Sud-Est7.

Graphique n°  3 : Disparités régionales et migrations

Graphique n°  3 : Disparités régionales et migrations

Source : TÜIK.

  • 8 Il s’agit de la distinction entre la b-convergence et de la s-convergence. La b-convergence absolue (...)
  • 9 DoGˇ ruel F. & DoGˇ ruel S., op. cit.
  • 10 Le GAP (Güneydo u Anadolu Projesi – Projet du sud-est d’Anatolie) est le projet qui a bénéficié d (...)
  • 11 Parmi ces projets on peut citer le ZBK, le DAP et le DOKAP. Le ZBK (Zonguldak-Bartın-Karabük) pour (...)

6Qu’en est-il des tendances en ce qui concerne l’écart des revenus ? En dépit de l’émergence de certains pôles de développement baptisés « tigres d’Anatolie » dans les régions en retard, les observations témoignent de l’absence de convergence économique susceptible d’apaiser les pressions migratoires de l’Est vers l’Ouest. Bien que le rythme de croissance du revenu par tête soit plus élevé dans les départements en retard, cela n’a pas suffi à réduire les disparités qui ont eu tendance à s’aggraver8. Parmi les facteurs explicatifs qui apparaissent souvent dans la littérature consacrée aux disparités régionales figurent : l’inefficacité des interventions publiques, le manque d’intégration économique avec les régions limitrophes des pays voisins, et le climat d’insécurité qui règne dans le Sud-Est du pays depuis le milieu des années 1980 avec la montée du séparatisme kurde9. À l’exception du GAP10, les projets destinés à réduire les disparités régionales sont loin d’avoir produit les effets escomptés11. Dans le cas du GAP lancé dans les années 1960, s’il est possible d’évoquer un succès relatif sur le plan de la production agricole qui a permis de fixer sur place une partie de la population, il n’a pas suffi pour créer un effet d’entraînement sur les autres secteurs. C’est à partir du 8e plan (2001-2005) qui affiche clairement l’objectif du relèvement du niveau de vie dans les régions en retard pour « réduire les pressions migratoires qui pèsent sur les métropoles », que la dimension migratoire est prise en compte explicitement.

7Quant à la faiblesse des échanges avec les régions limitrophes des pays voisins, les analyses historiques mettent en avant l’impact négatif de la rupture des schémas d’intégration économique régionale avec l’établissement des frontières nationales consécutif à la dislocation de l’Empire ottoman. Les flux d’échanges économiques que les régions de l’Est entretenaient avec les régions limitrophes des pays voisins ont été brutalement interrompus ; au Nord-Est avec le Caucase et la Russie, et au Sud-Est avec la Syrie, Alep et Damas en particulier. Le contexte de guerre froide qui a marqué la seconde moitié du xxe siècle n’a fait que renforcer cette rupture. Si la dislocation du bloc soviétique au début des années 1990 avait permis d’espérer la mise en place d’une intégration régionale susceptible de dynamiser les économies du Nord-Est et de l’Est, les perspectives de développement demeurent aujourd’hui limitées en raison de l’instabilité politique qui règne dans les pays voisins (Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan). De même, le développement des échanges du Sud-Est avec les régions limitrophes des pays voisins (Iran, Irak, Syrie) se trouve handicapé par les conflits armés et l’instabilité politique interne.

  • 12 Selon l’enquête menée par l’Institut d’études de la population de l’Université de Hacettepe, les pe (...)
  • 13 Parmi les mesures prises au niveau national figurent le Projet de retour au village et de réhabilit (...)
  • 14 Perouse J.F., « Reposer la “question kurde”… », in Vaner S. (dir.), La Turquie, Paris, Fayard, 2005 (...)

8Enfin, parmi les facteurs répulsifs dans les régions d’émigration qui concernent plus spécifiquement le Sud-Est, figure le climat d’insécurité. Depuis le milieu des années 1980, la population de la région, prise en te­naille entre la répression du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et des organisations paramilitaires (Kontrgerilla, özel tim), est fortement incitée, sinon contrainte, à émigrer12. Les différentes mesures juridiques destinées à encourager les retours ne semblent pas avoir produit l’effet escompté13. En dehors de son impact direct, la montée de l’insécurité a eu pour conséquence de renforcer les facteurs répulsifs de nature économique, en contribuant au retard économique de la région ; les investisseurs privés potentiels, y compris ceux originaires de la région, ont préféré réaliser leurs investissements à l’Ouest14.

  • 15 En 2011, Istanbul était contributeur net de 7 592 livres turques (soit 3 300 euros) par habitant au (...)

9En l’absence de changements susceptibles d’affaiblir ces dynamiques qui nourrissent les facteurs répulsifs dans les régions orientales, les flux migratoires vers l’Ouest vont inévitablement se maintenir, du moins à moyen terme. Sur le long terme, l’apaisement des pressions migratoires suppose la réalisation d’une série de conditions dont certaines renvoient à l’obtention d’un consensus en Turquie. La mise en œuvre des politiques de développement régional de grande ampleur qui engendre un accroissement considérable des transferts budgétaires déjà élevés, au profit des régions en retard ainsi que l’issue du séparatisme kurde exigent en effet un large consensus au sein de la population15. En revanche, l’expansion des échanges transfrontaliers qui dépend de la stabilisation politique chez les pays voisins orientaux, est un facteur qui échappe à la Turquie. En attendant, les flux migratoires vont continuer à s’orienter vers l’Ouest, en particulier vers l’agglomération stambouliote qui se présente comme une plaque tournante articulant les flux migratoires internes et externes.

Migrations vers la Turquie : diversité des provenances et des dynamiques

  • 16 Il s’agit d’extrapolations effectuées par Içduygu à partir de données communiquées par le Bureau de (...)

10Considérée depuis longtemps comme pays d’émigration, la Turquie fait l’objet depuis une dizaine d’années de recherches académiques en tant que pays d’immigration. Pourtant, les données officielles font état d’un nombre de migrants, somme toute, modeste comparé à la population totale : selon les données disponibles les plus récentes, en 2005, 234 111 personnes de nationalité étrangère (soit 0,33 % de la population totale), la plupart originaires des pays de l’UE-15, résidaient en Turquie. Ce qui est nouveau, c’est l’immigration clandestine dont l’ampleur va en s’accroissant depuis les années 1980 et que les statistiques ignorent. Depuis le début des années 2000, des extrapolations effectuées à partir du nombre de personnes appréhendées en situation irrégulière permettent d’évaluer le nombre d’immigrants annuels à environ 200 000. En 2006, d’après le ministre de l’Intérieur, les effectifs concernés s’élèveraient à 1 million16. Bien que le caractère hétérogène de la population immigrée en question témoigne de la diversité des dynamiques, il est possible de schématiser ainsi : pour une moitié environ il s’agit de migrants venus travailler en Turquie, pour l’autre moitié il s’agit de migrants en transit à destination de l’Europe.

  • 17 Kaiser B., Içduygu A., « Türkiye’deki Avrupa Birli i Yurtta ları » (Les citoyens de l’Union eur (...)
  • 18 En 2001, 6 000 ressortissants allemands ainsi que 6 000 Hollandais avaient acquis des biens immobil (...)

11Les flux de migrants réguliers également renvoient à des dynamiques multiples. Les motivations des migrants en provenance de l’UE-15, soit 47,5 % des effectifs, sont à appréhender au regard des relations étroites tissées entre la Turquie et les pays de l’UE à travers l’émigration turque vers l’Europe et les investissements directs européens en Turquie. Premier pays de destination des migrants turcs, l’Allemagne occupe également la première place (31,5 % du total) dans le classement des provenances des migrants vers la Turquie. Ces flux sont générés par les mariages mixtes, par le retour de migrants turcs dans leur pays d’origine mais ayant acquis la nationalité du pays d’accueil, par l’embauche de salariés par des investisseurs européens, ainsi que par l’émigration de retraités17. Ce dernier phénomène, davantage connu dans le cas de retraités aisés migrant vers les pays du Sud de l’Europe comme l’Espagne ou le Portugal, commence à concerner également le littoral méditerranéen turc qui accueille 6 % des migrants réguliers18. La répartition des migrants par département d’accueil laisse apparaître, comme dans le cas des migrations internes, l’Ouest de la Turquie comme première destination. Istanbul accueille 23,3 % des migrants, suivie par Izmir (7,7 %), Bursa (7,7 %), Ankara (7,5 %) à l’Ouest et Antalya (4,3 %), département d’accueil des retraités, au Sud.

  • 19 Mutluer M., « Les migrations irrégulières en Turquie », Revue européenne des migrations internation (...)
  • 20 içduygu a., 2006, op. cit.

12Quant aux migrations régulières en provenance d’autres zones, à quelques exceptions près, elles constituent la partie visible des migrations irrégulières qui évoluent sous l’effet de la situation géopolitique et économique régionale. Les facteurs qui sont à l’origine peuvent être classés en deux catégories : d’une part, les facteurs répulsifs sévères (crises humanitaires, conflits armés, catastrophes naturelles, etc.) et d’autre part les facteurs répulsifs modérés (pauvreté, exclusion sociale, chômage, etc.). En d’autres termes, l’instabilité géopolitique chronique qui caractérise l’environnement régional immédiat de la Turquie (facteurs sévères), ainsi que la dégradation des conditions économiques qui a suivi la dislocation du bloc de l’Est (facteurs modérés) constituent les dynamiques principales des mouvements migratoires vers la Turquie. La révolution islamique en Iran, le conflit entre l’Irak et l’Iran, la guerre en Afghanistan qui dure depuis l’occupation soviétique, les deux guerres en Irak qui ont conduit au durcissement du régime en place jusqu’à son effondrement, ou encore les conflits ethniques au Caucase qui ont suivi la fin de l’URSS figurent parmi les facteurs géopolitiques qui participent aux dynamiques des flux migratoires vers la Turquie19. Sur la période 2001-2005, selon les données extrapolées du nombre de migrants appréhendés en situation irrégulière, ces événements concerneraient un peu moins de la moitié des migrants ; soit 44 % du total des appréhendés. Parmi ceux-ci figurent en premier les Irakiens (19 %), puis les Pakistanais (8 %) qui sont suivis par les Afghans (6 %), les Iraniens (4 %) et les Bengalais (3 %). En parallèle, sur la même période, la dégradation des conditions économiques qui a suivi la dislocation du bloc de l’Est aurait généré des flux migratoires correspondant à un peu plus de la moitié du total ; soit 56 % des appréhendés, en provenance principalement de la Moldavie (9 %), de la Roumanie (4 %), de la Russie (3 %), de l’Ukraine (3 %) et de la Géorgie (3 %)20. Pour cette dernière catégorie de migrants, la Turquie constitue une destination alternative à celle des pays de l’UE.

  • 21 Selon les estimations du ministère du Travail et de la Sécurité sociale, environ 50 % des emplois n (...)
  • 22 Cf. Yerasimos S., Questions d’Orient, Frontières et minorités des Balkans au Caucase, Paris, La Déc (...)
  • 23 Au printemps-été 1989, la Turquie a accueilli plus de 323 694 Bulgares d’origine turque ou de confe (...)
  • 24 Comme les Albanais, les Bosniaques, les Serbes ou Bulgares musulmans, les Gagaouzes (turcophones ch (...)
  • 25 Cf. Mutluer M., « Les migrations irrégulières en Turquie », Revue européenne des migrations interna (...)

13La distinction entre les facteurs répulsifs sévères et modérés, qui correspond à la démarcation géographique des provenances, recoupe également le classement des migrants selon leurs motivations. Les migrants engendrés par les facteurs répulsifs sévères, à l’exception des populations musulmanes des Balkans et du Caucase, sont en transit vers l’Europe occidentale. En revanche les migrants concernés par les facteurs répulsifs modérés en provenance des ex-pays de l’Est, sont attirés par les possibilités de trouver un emploi dans le secteur informel en Turquie21. Le choix de la Turquie par les migrants en transit est lié en particulier à la position géographique du pays qui fait de celui-ci un pont vers les destinations choisies. Son attractivité se trouve renforcée par la liberté de circulation à l’intérieur du pays ainsi que par les facilités de transport. Les migrations en provenance des Balkans stimulées elles aussi par des facteurs répulsifs sévères, s’expliquent par l’existence de populations qu’on pourrait qualifier de « reliquats de l’Empire ottoman », devenues citoyens des nouveaux États-nations qui les considèrent parfois comme des composantes mettant en doute l’« homogénéité ethnique » du pays22. L’évolution future reste tributaire de l’environnement politique interne de ces pays où résident les minorités musulmanes et de la maîtrise des conflits régionaux, comme en témoignent les flux engendrés par la répression des minorités en Bulgarie en 1989 et par les conflits dans l’ex-Yougoslavie des années 199023. Ces populations comptent des représentants au sein de la population turque, laquelle est constituée en partie par des groupes de réfugiés issus de la fin de l’Empire et du début de la période républicaine24. (Voir encadré) De ce fait, elles disposent de réseaux de solidarité et d’insertion parmi la population turque. Par exemple, dans les années 1990 « les Bosniaques et les Albanais kosovars ont bénéficié d’un accueil discret par les membres de leurs familles installées depuis quelques générations en Turquie, sans pour autant demander le statut de réfugié »25.

Migrations des Balkans vers la Turquie (1912-1990)
La formation des États nations à la suite de la dislocation de l’Empire ottoman a engendré des déplacements de populations entre la Turquie, les Balkans et le Caucase. Les vagues migratoires qui s’en sont suivies furent dans certains cas organisés par les accords interétatiques qui ont pris la forme d’« échange de populations » avec la Grèce ou celle de « migrations organisées » (Yougoslavie, Bulgarie et Roumanie), dans d’autres cas subis par les populations. Sur la période 1912-1920, le nombre de réfugiés* reçus par la Turquie s’élève à 413 922 personnes, selon la Commission ottomane des réfugiés. En ajoutant les 627 268 immigrés de la période 1923-1933, on atteint 1 million d’immigrés reçus par la Turquie en deux décennies. (Cf. tableau ci-dessous) Dans le même temps, 1,1 million de grecs quittaient la Turquie dans le cadre de l’accord d’« échange de population » entre la Grèce et la Turquie. Les migrants venant des pays balkaniques ont constitué l’essentiel de ces flux (soit plus de 80 % du total). Bien que le début des années 1950 sembla marquer la fin des flux migratoires mus par ce type de facteur, l’histoire nous montre que ces « reliquats » continuent de hanter au point de provoquer des exodes massifs forcés, comme en témoigne l’exode des Grecs stambouliotes à la suite du différend chypriote (156 et 1964), des Turcs de Bulgarie (1989) ou des Albanais kosovars (1994). L’évolution future reste par conséquent tributaire de l’environnement politique interne des pays où résident les minorités « reliquats de l’Empire ottoman ».
*.Behar C., The Population of the Ottoman Empire and Turkey, Ankara, State Institute of Statistics, Historical Statistics Series Volume 2, 1996.

Flux migratoires vers la Turquie selon les destinations (1923-1990)

Périodes

Bulgarie

Yougoslavie

Roumanie

Grèce

Autres

Total

 %

1923-33

101 507

10 179

33 852

384 000

97 730

627 268

37,2

1934-49

118 588

9 106

86 776

7 753

27 449

249 672

14,8

1950-59

154 393

-

4

16 055

141 822

312 274

18,5

1960-69

2 647

-

235

813

51 414

55 109

3,3

1970-79

113 556

-

147

-

11 975

125 678

7,5

1980-90

278 541

-

771

4

34 784

314 100

18,7

Total

769 232

19 285

121 785

408 625

365 174

1 684 101

100,0

 %

45,7

1,1

7,2

24,3

21,7

100,0

Source : Bulutay T., Employment, unemployment and wages in Turkey, Ankara, International Labour Office, 1995, calculs personnels.

  • 26 En Moldavie l’obtention d’un visa Schengen s’élève environ à 4 000 euros (y compris les pots-de-vin (...)
  • 27 Cf. Tekinarslan M., op. cit. et Içduygu A., 2006, op. cit.
  • 28 Depuis la crise économique qui sévit en Grèce, il est fréquent de voir dans les quotidiens turcs de (...)

14Parmi les ressorts des dynamiques migratoires en provenance des ex-pays de l’Est, figure en premier l’écart de revenu entre ces pays et l’Ouest de la Turquie, qui s’est creusé avec les chocs de la transition économique après l’effondrement des régimes communistes. À l’image des migrations internes, c’est la région Ouest, développée, en particulier l’agglomération stambouliote, qui attire les migrants motivés par des raisons économiques. Cela permet de relever au passage les limites du seul écart des revenus nationaux comme indicateur pour rendre compte des migrations internationales. Dans la mesure où la Turquie se présente comme destination alternative aux pays de l’UE, le choix de la Turquie par les migrants s’explique par le coût comparé des visas d’entrée et les possibilités de trouver un emploi dans le secteur informel26. Ce dernier encourage l’emploi des migrants irréguliers mieux qualifiés mais moins revendicatifs, qui travaillent notamment dans les services à domicile, le textile, la construction et dans « l’industrie du sexe »27. Étant donné qu’il s’agit d’une migration circulaire caractérisée par des allers-retours entre le pays de départ et la Turquie, les perspectives futures seront très sensibles aux performances économiques des pays de départ et aux possibilités de trouver un emploi dans les pays de l’UE qui représentent des destinations plus attrayantes que la Turquie. Compte tenu de la crise économique que les pays de l’UE sont en train de traverser, en contraste avec les bonnes performances de l’économie turque observées depuis une dizaine d’années, il ne serait pas excessif de s’attendre au maintien de ces flux migratoires, voire de s’interroger au sujet de nouveaux pays de départ vers la Turquie28.

Conclusion

15Le bref aperçu effectué ici indique que la Turquie est un espace caractérisé par la diversité des flux migratoires nourris par des dynamiques multiples. Sur le registre de la mobilité interne, les dynamiques de l’exode rural semblent connaître un affaiblissement progressif. En revanche, les dynamiques à l’origine des disparités régionales continueront à nourrir les flux migratoires de l’Est vers l’Ouest de la Turquie. À long terme, l’apaisement des pressions migratoires vers l’Ouest suppose, d’une part, un large consensus au sein de la population, nécessaire pour la mise en œuvre des politiques volontaristes destinées à réduire les disparités régionales et, d’autre part, la stabilisation politique des pays limitrophes aux régions orientales qui pourrait contribuer au décollage de celles-ci en favorisant les flux commerciaux.

16Quant aux dynamiques qui font de la Turquie un pays d’immigration depuis une vingtaine d’années, par leur diversité, elles conduisent à envisager des perspectives multiples. Les flux migratoires en provenance des pays de l’UE vont continuer à évoluer sous l’influence des liens tissés à travers l’émigration turque et l’intégration économique. Quant aux migrations clandestines qui constituent l’essentiel des flux à destination de la Turquie, elles puisent leurs dynamiques dans le contexte géopolitique et économique régional. Sur ce plan, le pays fait figure non seulement de territoire d’accueil pour les migrants économiques venus de l’ancien bloc soviétique (Moldavie, Roumanie, Russie, Ukraine et Géorgie), mais aussi de territoire de transit à destination des principaux pays d’accueil de l’UE pour des migrants en provenance des régions géopolitiquement instables (Irak, Afghanistan, Iran et Bengale). Si les observations confirment bien le fait que l’Ouest de la Turquie constitue un pôle d’attraction des migrations internationales, l’évolution de celles-ci dépendra en particulier des dynamiques externes à la Turquie, qui renvoient aux facteurs répulsifs dans les pays de départ.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 – Évaluation de l’exode rural

Les flux migratoires des zones rurales vers les zones urbaines sont calculés à partir de la formule suivante :


: Taux de variation de la population rurale

 : Taux de migrations

 : Taux de croissance naturelle de la population rurale

 : Taux de variation de la part de la population rurale dans la population totale

 : Taux de croissance naturelle de la population totale

De cette formule, on peut tirer le flux de migrations net ;

Le calcul suppose que le taux d’accroissement naturel de la population rurale est de 20 % supérieur à la moyenne nationale. Ce qui implique : 

Cette hypothèse, observée dans le passé, s’appuie sur les écarts du nombre d’enfants par femme selon les zones.

Annexe 2 – Calcul du taux de migrations net

avec :

mi. : Taux de migrations net de la région i,

M.i : Migrants arrivants dans la région i,

Mi. : Migrants quittant la région i,

Pi,t+n : Population de la région i en fin de période.

Haut de page

Notes

1 Bijak J., Forecasting international migration : selected theories, models and methods, Working Paper 4/2006, Warsow, Central European Forum For Migration Research, 2006, 56 p.

2 Pour plus d’éclairage sur ce sujet, nous nous permettons de renvoyer le lecteur à notre article, Akagül D., « Dynamiques et perspectives migratoires en Turquie », Revue Tiers Monde, n° 194, 2008, pp. 333-356.

3 Selon l’enquête menée en 2006 par l’Institut des études sur la population de l’Université de Hacettepe, 10,7 % des répondants déclaraient avoir l’intention d’émigrer. Les résultats indiquent que ces intentions concernaient en majorité les migrations internes. 95,1 % de ceux qui émettaient leur intention d’émigrer (soit 10,2 % des personnes interrogées) allaient réaliser le mouvement vers un autre département en Turquie, tandis que ceux qui désiraient émigrer vers l’étranger constituaient une minorité ; 4,9 % des migrants potentiels et 0,5 % de l’ensemble des personnes interrogées. Hacettepe Üniversitesi Nüfus Etüdleri Enstitüsü (L’institut d’études de la population de l’Université de Hacettepe), Türkiye, göç ve yerinden olmu nüfus ara tırması (Recherche sur la migration et la population déplacée de la Turquie), Ankara, yayin n° NEE-HÜ.06.01, 2006.

4 En 2002, selon l’enquête de l’Eurobaromètre, 0,3 % des répondants en Turquie indiquaient leurs intentions fermes d’émigrer à l’étranger, alors que cette proportion s’élevait à 2 % pour la Bulgarie et la Roumanie, à 1 % pour la Pologne, à 0,8 % pour les pays baltiques et à 0,6 % pour la Hongrie, la République Tchèque et la Slovaquie. Cf. Eurobarometer, Candidate countries Eurobarometer, April 2002.

5 Behar C., Isik O., Güvenç M., Erder S., Ercan H., Türkiye’nin fırsat penceresi, demografik dönü üm ve izdü ümleri (Fenêtre d’opportunité de la Turquie, transformation et perspectives démographiques), Istanbul, TÜSIAD-T/99-1-251, 1999, 173 p.

6 Bazin M., « Diversité ethnique et disparités régionales », in Vaner S. (dir.), La Turquie, Paris, Fayard, 2005, pp. 389-428.

7 Konda, Biz kimiz ? Toplumsal yapı ara tırması 2006 (Qui sommes-nous ? Recherche sur la structure sociale, 2006.), I˙ stanbul, Konda Danı manlık, 2007, 55 p.

8 Il s’agit de la distinction entre la b-convergence et de la s-convergence. La b-convergence absolue s’observe lorsque les régions en retard connaissent un rythme de croissance supérieur à celui des régions avancées. La s-convergence s’observe lorsqu’un groupe d’économies converge, au sens où la dispersion des PIB réels par habitant se réduit. Le raisonnement s’appuie sur l’hypothèse que l’écart-type des PIB par habitant exprimé en log va diminuer dans le temps. Nos calculs sur la période 2004-2008 confirment la conclusion de Do ruel et Do ruel sur la période 1987-1999 ; bien qu’on observe la b-convergence absolue, la s-convergence indique le maintien voire l’aggravation des disparités régionales. DoGˇ ruel F. & DoGˇ ruel S., « Türkiye’de bölgesel gelir farklılıkları ve büyüme » (Les disparités régionales des revenus et la croissance en Turquie », in Köse A.H., s¸ enses F. et Yeldan E. (éd.), Küresel düzen : birikim, devlet ve sınıflar (L’ordre mondial : accumulation, État et les classes), Istanbul, I˙ leti im yayınları, 2003, pp. 287-318.

9 DoGˇ ruel F. & DoGˇ ruel S., op. cit.

10 Le GAP (Güneydo u Anadolu Projesi – Projet du sud-est d’Anatolie) est le projet qui a bénéficié d’un financement satisfaisant. Lancé en 1960 il ne concernait au départ que l’exploitation du potentiel hydraulique et agricole, pour former une région agricole tournée vers l’exportation. En 1986, son champ d’action est élargi aux autres secteurs, pour aboutir en un plan intégré en 1989, dont le coût total s’élève à 32 milliards de dollars. À côté de la construction de barrages et de centrales hydroélectriques sur le Tigre et l’Euphrate et de réseaux d’irrigation, le projet intègre également les plans de développement des infrastructures dans les villes, des routes, de l’éducation, de la santé, du logement et du tourisme.

11 Parmi ces projets on peut citer le ZBK, le DAP et le DOKAP. Le ZBK (Zonguldak-Bartın-Karabük) pour le Nord était destiné à gérer les disparitions d’emplois liées à la modernisation des Charbonnages de Turquie (Türkiye Ta kömürü Kurumu) et à la privatisation des usines sidérurgiques (Karabük, Ere li Demir Çelik). Le DAP (Do u Anadolu Projesi – Projet de l’Anatolie de l’est) fut conçu pour réhabiliter les dynamiques internes de la région. Le DOKAP (Do u Karadeniz Kalkınma Planı – Plan de développement de l’est de la mer noire) envisageait de constituer une structure économique régionale intégrée, en donnant la priorité à l’élevage et au tourisme.

12 Selon l’enquête menée par l’Institut d’études de la population de l’Université de Hacettepe, les personnes qui ont émigré pour des motifs sécuritaires mentionnent dans l’ordre d’importance la terreur du PKK, les pressions des autorités turques sur ceux qui aident le PKK, la fuite devant le PKK, la pression exercée par les protecteurs villages (milices paramilitaires recrutées au sein de la population locale) et le refus d’être enrôlé comme protecteur de village. Sur la période 1986-2005, entre 954 000 et 1,2 million de personnes auraient été concernées par ce type de migrations forcées, Hacettepe Üniversitesi Nüfus Etüdleri Enstitüsü (L’institut d’études de la population de l’Université de Hacettepe), op. cit.

13 Parmi les mesures prises au niveau national figurent le Projet de retour au village et de réhabilitation (Köye dönü ve Rehabilitasyon Projesi) et la loi 5 233 sur l’indemnisation des pertes liées au terrorisme et à la lutte contre le terrorisme (Terör ve Terörle Mücadeleden Do an Zararların Kars¸ ılanması Hakkındaki Kanun) votée en juillet 2004 et dont le décret d’application est entré en vigueur en octobre de la même année. En cas d’épuisement des recours au niveau national, les personnes concernées ont la possibilité de s’adresser à la Cour européenne des Droits de l’Homme. En 2005, le nombre des retours était estimé entre 112 et 124 000.

14 Perouse J.F., « Reposer la “question kurde”… », in Vaner S. (dir.), La Turquie, Paris, Fayard, 2005, pp. 357-387.

15 En 2011, Istanbul était contributeur net de 7 592 livres turques (soit 3 300 euros) par habitant au budget national, tandis que les départements du Sud-Est comme Tunceli ou Hakkari étaient respectivement bénéficiaires nets de 5 302 et 3 210 livres turques (soit 2 305 et 1 395 euros) par habitant.

16 Il s’agit d’extrapolations effectuées par Içduygu à partir de données communiquées par le Bureau des étrangers, des frontières et de l’asile et par la Direction générale de la sûreté du ministère de l’Intérieur. On entend par immigration irrégulière, les migrants entrés légalement en Turquie avec un visa touristique, mais ayant dépassé la durée de séjour autorisée, dont les effectifs sont estimés à 150 000 par an, ainsi que les migrants entrés sur le territoire par des voies illégales, évalués à 50 000 par an. Cf. Içduygu A., The Labour Dimensions of Irregular Migration in Turkey, San Domenico di Fiesole : European University Institute, Carim Research Report 2006/05, Robert Schuman Center for Advanced Studies, 2006, 22 p.

17 Kaiser B., Içduygu A., « Türkiye’deki Avrupa Birli i Yurtta ları » (Les citoyens de l’Union européenne en Turquie), in Kaya A., Tarhanli T. (dir.), Türkiye’de Co unluk ve Azınlık Politikaları (Les politiques envers les majorités et les minorités en Turquie), I˙ stanbul, TESEV Yayınları, 2005, pp. 224-239 et Süda I. et Mutluer M., « Immigration européenne de retraités vers la « Riviera turque » : le cas d’Alanya (côte méditerranéenne) », (traduction de De Tapia), Revue européenne des migrations internationales, vol. 22 – n° 3, Paris, 2006 pp. 203-223.

18 En 2001, 6 000 ressortissants allemands ainsi que 6 000 Hollandais avaient acquis des biens immobiliers à Alanya situé dans le département d’Antalya, Kaiser B., Içduygu A., op. cit.

19 Mutluer M., « Les migrations irrégulières en Turquie », Revue européenne des migrations internationales, (traduit du turc par De Tapia S.), volume 19, numéro 3, 2003, pp. 151-172.

20 içduygu a., 2006, op. cit.

21 Selon les estimations du ministère du Travail et de la Sécurité sociale, environ 50 % des emplois n’étaient pas déclarés auprès des organismes de sécurité sociale en 2002. Cette proportion est de 19 % pour les travailleurs salariés, 79 % pour des journaliers, 60 % dans le cas des entrepreneurs individuels et 98 % pour les travailleurs familiaux. Cf Tekinarslan M., Kayıtdı ı istihdam ve yabancı kaçak i çi istihdamı (Emploi non déclaré et emploi de travailleurs étrangers clandestins), Ankara, Çalı ma ve sosyal güvenlik Bakanlı ı (Ministère du Travail et de la protection sociale), Genel Yayın n° 116, 2004, 138 p.

22 Cf. Yerasimos S., Questions d’Orient, Frontières et minorités des Balkans au Caucase, Paris, La Découverte/Livres Hérodote, 1993 et Yerasimos S., « L’obsession territoriale ou la douleur des membres fantômes », in Vaner S., La Turquie, Paris, Fayard, 2005.

23 Au printemps-été 1989, la Turquie a accueilli plus de 323 694 Bulgares d’origine turque ou de confession musulmane, victimes de persécutions politiques et culturelles du régime communiste finissant qui leur interdisait l’usage de la langue maternelle et les contraignait à changer de nom de famille pour un nom aux consonances bulgares. Sur les 323 694 migrants, 95 462 sont rentrés dans la même année ; ce qui établit le solde migratoire net à 228 232. Cf. Sopemi, « L’augmentation croissante des flux migratoires vers les pays de l’OCDE », Paris, Problèmes économiques, n° 2197, 1990.

24 Comme les Albanais, les Bosniaques, les Serbes ou Bulgares musulmans, les Gagaouzes (turcophones chrétiens orthodoxes), les Tcherkesses, les Tchétchènes, les Balkars, les Karatchaïs, les Nogays, les Azéris, les Géorgiens musulmans (Adjars ou Abkhazes), les Turkmènes, les Kazakhs, les Ouzbeks, les Kirghizes. Cf. De Tapia S., « Le rôle des flux migratoires et des réfugiés dans la construction d’un État : la Turquie », in Cambrezy L. et Lassailly-Jacob V., Populations réfugiées. De l’exil au retour, Paris, IRD Éditions, 2001.

25 Cf. Mutluer M., « Les migrations irrégulières en Turquie », Revue européenne des migrations internationales, (traduit du turc par De Tapia S.), volume 19, numéro 3, 2003.

26 En Moldavie l’obtention d’un visa Schengen s’élève environ à 4 000 euros (y compris les pots-de-vin), tandis que le visa turc obtenu rapidement à la frontière ne coûte que 10 dollars. Les migrants intègrent également dans leur calcul l’amende dont ils doivent s’acquitter lorsqu’ils quittent le territoire turc à une échéance dépassant les trois mois autorisés par un visa touristique, laquelle est de 100 dollars par mois supplémentaire.

27 Cf. Tekinarslan M., op. cit. et Içduygu A., 2006, op. cit.

28 Depuis la crise économique qui sévit en Grèce, il est fréquent de voir dans les quotidiens turcs des entretiens effectués avec des Grecs stambouliotes partis au début des années 1960 pour des raisons politiques et qui sont de retour pour des raisons économiques. L’ampleur du phénomène qui demeure pour l’instant médiatique en Turquie, reste à vérifier dans les années à venir. Cf. Milliyet, 19 février 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique n°  1 : Évolution des populations urbaines et rurales (en millions), de la part de l’agriculture dans l’emploi total ( %) et de l’âge médian (échelle de droite)
Crédits Source : TÜİK (Türkiye İstatistik Kurumu) (1935-2010) et calculs à partir des projections de TÜİK (2010-2050). [Note : pour la méthode de calcul voir l’annexe n° 1]
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/435/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique n°  2 : Exode rural (en millions, échelle de gauche) et taux de migration urbain net (‰, échelle de droite)
Crédits Source : Calculs à partir des données de TÜİK. [Note : Pour la méthode de calcul, voir les annexes n° 1 et n° 2]
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/435/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique n°  3 : Disparités régionales et migrations
Crédits Source : TÜIK.
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/435/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/435/img-4.png
Fichier image/png, 2,5k
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/435/img-5.png
Fichier image/png, 746 octets
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/435/img-6.png
Fichier image/png, 699 octets
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/435/img-7.png
Fichier image/png, 724 octets
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/435/img-8.png
Fichier image/png, 630 octets
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/435/img-9.png
Fichier image/png, 676 octets
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/435/img-10.png
Fichier image/png, 2,6k
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/435/img-11.png
Fichier image/png, 1,3k
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/435/img-12.png
Fichier image/png, 3,1k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Deniz Akagül, « Dynamiques migratoires en Turquie : bref aperçu éclectique », Anatoli, 3 | 2012, 149-164.

Référence électronique

Deniz Akagül, « Dynamiques migratoires en Turquie : bref aperçu éclectique », Anatoli [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://anatoli.revues.org/435 ; DOI : 10.4000/anatoli.435

Haut de page

Auteur

Deniz Akagül

Deniz Akagül, actuellement Maître de Conférences à la Faculté de Sciences économiques et sociales de l’Université Lille 1, il est spécialiste en économie du développement. Ses recherches qui ont fait l’objet de publications d’articles portent sur l’économie turque, les relations entre la Turquie et l’Union européenne ainsi que les processus d’intégration régionale. Il a publié avec Semih Vaner, L’Europe avec ou sans la Turquie, Éditions d’Organisation, 2005.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org