Navigation – Plan du site
Partie 3. Anciens et nouveaux visages de l’émigration et de l’immigration dans la région

Les particularités de l’Ouzbékistan dans la gestion de ses migrations internationales

Farkhad Alimukhamedov
p. 165-185

Texte intégral

1L’Ouzbékistan est en proie à une forte émigration, mais la position du pays à l’égard de la migration à travers plusieurs aspects comme la double nationalité, la notion de diaspora et la législation concernant la migration internationale tarde encore à prendre en compte cette réalité.

  • 1 Le développement social et économique de l’Ouzbékistan, site de l’Ambassade d’Ouzbékistan en France (...)
  • 2 Le « modèle ouzbek » prévoit notamment la priorité de l’économie sur la politique, ibid.

2Désidéologisation – pragmatisme de la politique économique – priorité de l’économie sur la politique : tels sont les principes du « modèle ouzbek » de transition vers l’économie de marché conçu par le Président ouzbek Karimov.1 Celui-ci, ayant une formation d’économiste, a décidé de se focaliser sur les problèmes économiques du pays en transition au moment de sa récession. Ce principe régulateur n’est pas novateur, car il prévoit la démocratisation politique via la démocratisation économique2. L’un des facteurs les plus importants dans l’économie ouzbèke est son potentiel démographique. Le contrôle de ce facteur permet à l’État ouzbek de mieux contrôler les autres ressources, y compris naturelles. C’est pourquoi le contrôle de la politique migratoire est fixé par le gouvernement.

Une émigration peu prise en compte dans la politique publique

3Malgré le départ massif de citoyens ouzbeks à l’étranger, le gouvernement n’a pas pris beaucoup de dispositions législatives pour améliorer la condition de ses citoyens à l’étranger – ce qui témoigne d’une reconnaissance partielle et tardive de la diaspora.

La part des transferts de fonds

  • 3 Marat Erica, Shrinking remittances increase labour migration from Central Asia, CACI Analyst, 02.11 (...)
  • 4 Selon la Banque Mondiale le PIB d’Ouzbékistan est à 27,9 Mrd dollars américains : http://devdata.wo (...)

4Alors même que les migrants constituent une réalité de la vie ouzbèke, et qu’ils apportent des devises non négligeables, l’expression d’une reconnaissance n’a jamais été prononcée officiellement par les autorités. Pourtant l’économie ouzbèke dépend de plus en plus des retombées financières de la présence de ses citoyens à l’étranger. Selon Erica Marat3, les Ouzbeks envoient près de 1,3 milliard de dollars par an, ce qui constitue près de 8 % du PIB, une somme qui correspond à plus de 25 % du budget national selon nos calculs4.

Tableau I. Les dynamiques d’envoi d’argent par les migrants dans les pays de la CEI (1994-2003)

Pays

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

Arménie

11,12

6,0

69,87

92,85

74,25

88,01

94,69

114,86

Azerbaïdjan

54,5

57,1

104,1

Belarus

0,4

28,5

22,6

29,1

31,7

53,6

Géorgie

103,2

137,2

149,4

94,9

Kazakhstan

63,8

81,5

Kirghizstan

1,0

1,2

2,4

2,7

2,2

1,2

43,0

21,6

Moldavie

1,0

3,1

1,3

1,2

1,2

3,3

80,0

101

320

Russie

200

100

200

300

400

500

600

700

700

800

Ukraine

84,0

133

Source: FMI, in: Ryazantsev, Labour Migration in CIS Countries: Tendencies, Formation of Diasporas, and Impact Development5

  • 6 “The new immigration control measures : who stands to benefit ?”, 02.07.2007 : http://enews.ferghan (...)

5Le nombre de migrants cache les véritables chiffres du chômage, laissant ainsi les sommes consacrées aux chômeurs dans le budget. Selon d’autres sources, le budget national économise ainsi 40 millions de dollars par an sur les allocations de chômage, 25 millions de dollars par an soustraits aux familles pauvres6. Il est difficile de calculer les retombées financières de la migration ouzbèke et de vérifier les estimations mais les chiffres sont en nette progression dans presque tous les pays d’émigration de la CEI (voir le tableau ci-dessous).

  • 7 Ivakhnyuk Irina, Migration in the CIS region : Common problems and mutual benefits, International S (...)
  • 8 Sadovskaya, Y. (2006b) Labor Migrant Remittances and Their Role in the Migrant Households of Centra (...)
  • 9 « La concurrence et le développement. La puissance des marchés concurrents », Antimonopoly Policy I (...)

6Une analyse croisée des travaux d’Ivakhnyuk7 et Sadovskaya8 et de l’Antimonopoly Policy Improvement Center9 nous permet d’estimer qu’une somme avoisinant les 3 milliards de dollars parvient tous les ans en Ouzbékistan. Un tiers seulement de l’envoi s’effectue par des virements bancaires. La ­deuxième étude a relevé, pour l’année 2006, une somme de 1 milliard de dollars reçue par les banques en virements effectués depuis l’étranger. Ces retombées financières sont complètement absentes du vocabulaire du gouvernement dans le discours concernant la migration : en effet, elle n’est pas considérée comme un défi commun, mais plutôt comme une situation particulière ne touchant qu’une partie minime de la population. Pourtant, l’augmentation du nombre des sociétés de transfert de fonds montre que le pays est un récepteur important.

  • 10 International Money Transfer Market in Uzbekistan. Development, Competition and Trends, Antimonopol (...)

Tableau II. Les sociétés de transfert de fonds présentes en Ouzbékistan selon la Banque centrale d’Ouzbékistan10

Sociétés dans le système de transfert d’argent
et le pays d’origine

Date d’entrée sur le marché

1

Western Union (États-Unis)

01.2002

2

Money Gram (États-Unis)

04.2002

3

Contact (Russie)

05.2002

4

MIGOM (Russie)

02.2004

5

Anelik (Arménie)

09.2004

6

Inter Express (Russie)

11.2004

7

Travelex (Royaume Uni)

02.2005

8

Xpress Money (Émirats Arabes Unis)

06.2005

9

Unistream (Russie)

08.2005

10

Bistraya Pochta (Russie)

12.2005

11

Azia Express (Ouzbeko Russe)

06.2006

  • 11 Ibid., p. 37

7L’Ouzbékistan est un pays très nettement récepteur de fonds, car depuis l’ouverture des entreprises de transfert, le montant versé en direction de l’Ouzbékistan est passé de 225 millions de dollars en 2002, à 1 milliard de dollars en 2006, tandis que l’envoi depuis l’Ouzbékistan est passé de 86 millions de dollars à 186 millions de dollars pour la même période11.

Une vision de l’émigration longtemps considérée comme temporaire

8La non-reconnaissance de la migration ne signifie pas l’absence d’information, mais révèle une autre vision des choses.

  • 12 International Money Transfer Market in Uzbekistan. Development, Competition and Trends, Antimonopol (...)

Tableau III. Information concernant le nombre de citoyens partis à l’étranger en 2005, selon le ministère du Travail et de Protection Sociale d’Ouzbékistan12

Région

Nombre des personnes ayant quitté le territoire

Part de la population active ( %)

République de Karakalpakstan

27 704

4,8

Andijan

27 956

2,8

Boukhara

25 502

3,7

Jizzakh

5 462

1,6

Kachkadarya

20 185

2,4

Navai

11 576

2,9

Namangan

7 029

1,0

Samarkand

29 346

2,7

Sourkhandarya

11 430

1,7

Sirdarya

9 942

3,5

Tachkent

15 812

1,5

Ferghana

24 375

2,0

Khorezm

9 656

1,8

Tachkent (ville)

40 125

3,5

Total

266 100

2,5

  • 13 International Money Transfer Market in Uzbekistan. Development, Competition and Trends, Antimonopol (...)

9La même question étudiée, par un chercheur russe montre un écart important entre les chiffres proposés, datant pourtant d’une période « calme » au niveau de la migration ouzbèke. Pour preuve, pour la même période (2002-2003) le ministère avance un chiffre inférieur à 200 000 personnes13, ce qui montre un écart encore plus important.

  • 14 Ryazantsev, Labour Migration in CIS Countries : Tendencies, Formation of Diasporas, and Impact Deve (...)

Tableau IV. Nombre et destinations approximatives des migrants travailleurs des pays de la CEI, 200614.

  • 15 La population de Géorgie de 2003 ne comprend pas les territoires non contrôlés.
  • 16 Les données de l’Ouzbékistan datent de 2002.

Pays d’origine

Nombre des émigrants (estimations en milliers)

Pays de destination

Population active (en milliers)

Part des migrants dans la population active ( %)

Azerbaïdjan

1000-1500

Russie, Turquie, Iran, Liban, EAU, EU, Canada, Allemagne, Pays-Bas, Australie, Nouvelle Zélande

3 820

26,2-39,3

Arménie

700

Russie, EU, UE, Australie

1 226

57

Belarus

200-280

Russie, Pologne, EU, République Tchèque

4 447

4,5-6,3

Géorgie

200-300

Russie, Turquie

43 1515

4,6-7,0

Kazakhstan

1 000

Russie, Chine

7 823

12,8

Kirghizstan

600-700

Russie, Kazakhstan

2 100

28,6-33,3

Moldavie

600-800

Russie, Ukraine, République Tchèque, Roumanie, Pologne, Allemagne, Espagne, Israël, Portugal, Grèce, Turquie, Chypre

1 483

40,5-53,9

Russie

1000-1200

Chypre, États-Unis, Libéria, Allemagne, Grèce, Japon, Royaume-Uni, Norvège, Pays-Bas

72 900

1,4-1,7

Tadjikistan

500-600

Russie

1 926

26,0-31,2

Ouzbékistan

600-700

Russie, Kazakhstan, Corée du Sud, EAU, Ukraine

93 6816

6,4-7,5

Ukraine

2000-3000

Russie, République Tchèque, Portugal, Italie, Allemagne, Pologne, Hongrie, Espagne, Turquie, Slovaquie, EU

22 100

9,1-13,6

Total CEI

8 200-10 780

133 257

6,2-8,1

  • 17 Uazagalieva, Ainura, Choinicki, Xaver, Labour migration from East to West in the context of Europea (...)

10Le gouvernement ouzbek assume le fait que la migration est un phénomène durable pour des raisons économiques, mais aussi pour d’autres causes (guerres, changements climatiques, etc.). Selon Uazagalieva et Xaver Choinicki, le flux migratoire va se poursuivre en Asie centrale, malgré les divers changements politiques des pays récepteurs comme la Russie17.

11Quant au discours politique concernant la migration, il semble dominé, sur un ton paternaliste par la « vigilance » et le « respect des lois ». Ainsi, presque la moitié des articles de l’Agence de l’Emploi à l’Etranger (13 sur 27) portent sur les « tromperies » des migrants. Comment cette approche se traduit-elle au niveau législatif ?

Une absence de politique diasporique

Une inclusion de la politique d’émigration dans la législation du travail

  • 18 Khadjimukhamedov, Marat « International Migration in Uzbekistan », Analytical Report, p. 83, Almaty
  • 19 Ibid., p. 83
  • 20 Maksakova,L, 2003, Eksport rabochey sili iz Uzbekistana, Trudovaya migraziya v SNG : sozial’niye i (...)

12Les lois ouzbèkes concernant la migration existent de façon indirecte, dans d’autres textes. Selon le sociologue Marat Khadjimukhamedov (expert auprès de « Ijtimoiy Fikr », Institut de sociologie de Tachkent), il n’existerait pas de dispositifs officiels concernant la migration ouzbèke18. Il note que « le pays n’a pas encore voté une loi sur la migration » et que « la migration en Ouzbékistan est contrôlée par certains articles de la loi “Pour l’Emploi” »19. En effet, la régulation de la migration ne dépend pas d’une loi unique du Parlement qui définirait la migration en termes précis, mais est régie par plusieurs actes législatifs comme les dispositions parlementaires, les accords bilatéraux, les décisions du Président, les décrets du Cabinet des Ministres, ainsi que les décisions des ministères. Une autre experte, L. Maksakova compte dix-sept sources législatives concernant la migration en Ouzbékistan au début de l’indépendance20.

  • 21 Ibid.

13Le législateur évite le terme « migration », mais la reconnaît de façon implicite. En effet, la première version du Code du travail (1992) traite déjà du sujet des migrants : il n’est pas permis aux citoyens ouzbeks d’exercer un travail salarié à l’étranger sans accord préalable de l’État ouzbek. La décision du Cabinet des Ministres d’Ouzbékistan, N° 353 du 14 juillet 1993, crée l’Agence Républicaine de l’Emploi des travailleurs migrants, censée favoriser l’insertion de travailleurs ouzbeks sur la base des accords avec le pays d’accueil. Les activités de l’agence ont été au départ assez limitées et ont eu comme résultat l’envoi de 4 700 citoyens ouzbeks vers l’étranger, pour la plupart vers la Corée du Sud (4 604)21 entre 1995 et 2000.

  • 22 О ТРУДОВОЙ ДЕЯТЕЛЬНОСТИ ГРАЖДАН РЕСПУБЛИКИ УЗБЕКИСТАН ЗА РУБЕЖОМ И ИНОСТРАННЫ ГРАЖДАН В РЕСПУБЛИКЕ: (...)

14En réalité, l’Agence a aussi pour but de jouer un rôle déterminant dans le contrôle de la migration de travail, car selon l’article 2 de la décision n° 408 du 19 octobre 1995 du Cabinet des Ministres d’Ouzbékistan, tout citoyen ouzbek ayant un contrat de travail à l’étranger doit obtenir l’accord de l’Agence, sous peine de perdre son droit d’exercer cet emploi à l’étranger22. Ceci montre que des moyens de contrôle de la migration de travail ont été mis en place très tôt par l’État ouzbek. La seule catégorie à ne pas être soumise à l’obligation de demander l’avis de l’Agence, selon la loi, est celle des étudiants, des chercheurs et des employés des services consulaires et des Ambassades.

  • 23 Об утверждении положений о Министерстве труда и социальной защиты населения Республики Узбекистан и(...)
  • 24 О МЕРАХ ПО СОВЕРШЕНСТВОВАНИЮ ОРГАНИЗАЦИИ ТРУДОВОЙ ДЕЯТЕЛЬНОСТИ ГРАЖДАН РЕСПУБЛИКИ УЗБЕКИСТАН ЗА РУБ (...)
  • 25 Ibid., articles 6 et 7

15Le rôle de l’Agence est tel que même le Code du travail a changé : la deuxième version du Code (1998) permet aux Ouzbeks de travailler à l’étranger « librement », car de toute façon ils doivent passer par l’approbation de l’Agence. La décision du Cabinet des Ministres n° 162 du 6 avril 2001 accorde plus d’autonomie à l’Agence en élargissant son champ d’activité23. La décision n° 505 du 12 novembre 2003 du Cabinet des Ministres va dans le même sens, ayant pour effet la création de plusieurs antennes de l’Agence pour le travail à l’étranger dans des villes importantes comme Tachkent, Ferghana, Karchi et Noukouse24. Désormais, les antennes emploient plusieurs personnes qui soumettent les dossiers des candidats à l’avis d’une commission composée de dix personnes, dont le ministre du Travail. Cette évolution législative montre que le gouvernement ouzbek a donné officiellement son feu vert au travail de ses citoyens à l’étranger, tout en voulant les contrôler par le biais de l’Agence, aidée entre autres par les services consulaires et par la collaboration des ministères des Affaires Étrangères et de l’Intérieur25.

  • 26 Maksakova,L, 2003, Eksport rabochey sili iz Uzbekistana, Trudovaya migraziya v SNG : sozial’niye i (...)
  • 27 Ibid.

16Comme l’écrit L. Maksakova, « il existe dans le pays un monopole étatique de l’envoi légal des travailleurs ouzbeks à l’étranger, c’est la raison pour laquelle il n’existe pas d’autres organismes privés qui s’occupent de l’envoi des travailleurs, légalement »26. De surcroît, les Ouzbeks demandent d’autres types de visas afin de travailler à l’étranger (tourisme, visite, affaires, etc.). Le nombre de demandes de migrants enregistrés étant de 25 000 personnes en 200327, l’Agence a pu de son côté envoyer légalement, 3 000 candidats par an.

  • 28 Maksakova, Ibid.

17L’État ouzbek, tout en connaissant la situation démographique et économique du pays, reste peu actif dans sa collaboration à la migration des travailleurs. Selon L. Maksakova28 le soutien accordé à l’Agence reste minime, et celle-ci travaille uniquement avec certains États, sans entrer en collaboration avec d’autres pays où la demande de travailleurs étrangers est élevée. Elle estime que parmi les 5 000 visas accordés en moyenne par an par l’Ambassade des États-Unis aux citoyens ouzbeks en qualité de visiteurs, près de 4 000 sont des travailleurs migrants, mais les États-Unis accueillent annuellement, un nombre de travailleurs ouzbeks non officiels plus important que ceux envoyés par l’Agence.

  • 29 Uzbekistan moves to control labour migration : http://uznews.net/article_single.php?aid=403&cid=37 (...)
  • 30 Mejdunarodnoye sotrudnichestvo (Coopération internationale) : http://migration.uz/ru/partners.html

18Une volonté de contrôle étatique a été affichée plus clairement en 2007, par la décision n° 97 du Cabinet des Ministres du 15 mai, sur l’amélioration du système d’enregistrement des individus partant à l’étranger pour effectuer un travail salarié29. Selon la nouvelle disposition, tout Ouzbek qui part à l’étranger pour travailler doit remplir la nouvelle déclaration des douanes. Selon les autorités, cette mesure permettrait de mieux protéger les citoyens ouzbeks travaillant à l’étranger. La même année, le 4 juillet, la Douma russe et l’Ouzbékistan ratifient un traité sur l’activité salariale des ressortissants ouzbeks en Russie et celle des Russes en Ouzbékistan. En 2008, suite à l’effet de la crise financière dans la région post-soviétique, qui a provoqué un retour massif des migrants, l’État ouzbek a cherché de nouveaux pays partenaires dans le domaine de l’immigration. Les représentants de l’Agence ont, en 2009, entamé le dialogue avec les représentants de pays déjà découverts par les migrants ouzbeks, comme la République Tchèque, la Slovaquie, l’Italie, la Lettonie, les Émirats Arabes Unis, le Canada, l’Australie et la Nouvelle Zélande. À ce jour, malgré ces tentatives, seules la Russie et la Corée du Sud ont des accords avec l’Ouzbékistan, et les négociations sont en cours avec l’Italie, la République Tchèque, la Slovaquie, les Émirats Arabes Unis et le Japon30. Cette nouvelle tendance présente deux facettes. L’État cherche à trouver de nouvelles destinations pour ses émigrés, ce qui permet aux autorités ouzbèkes d’atténuer la dépendance vis-à-vis de la Russie et du Kazakhstan, mais il s’efforce aussi de faire une distinction entre les migrants « légaux » et « illégaux ».

Une position restrictive sur la double nationalité, comparée aux pays voisins

  • 31 « Les Russes du Turkménistan devront choisir leur nationalité avant dimanche », 19.06.2003 : http:/ (...)
  • 32 Le principe d’indigénisation prévoyait le déplacement des populations et surtout des Russes dans le (...)
  • 33 Ferrando Olivier, Politics of « diasporization » in Post-soviet Central Asia, p. 8 : http://moyen-o (...)

19Un débat législatif a été engagé sur la citoyenneté double ou multiple en Ouzbékistan, qui permettrait une augmentation de la fréquence des allers-retours entre l’Ouzbékistan et les pays d’accueil. Certains pays d’émigration comme la Turquie, le Maroc, l’Algérie reconnaissent la double nationalité. D’autres l’acceptent tacitement, sans accorder une deuxième nationalité à leurs citoyens selon les besoins des différents pays. Ainsi le besoin démographique et économique se traduit par la reconnaissance d’une double nationalité dans des pays d’immigration comme le Canada et l’Australie, ainsi que dans la plupart des pays européens. En revanche, des logiques politiques de fermeture amènent des pays comme la Malaisie ou l’Arabie Saoudite à ne pas reconnaître la double nationalité afin d’augmenter la part des nationaux autochtones dans le pays, par rapport aux arrivants. Dans l’espace post-soviétique, la Russie reconnaît la double nationalité, ce qui a pour but d’accroître sa population par les citoyens des autres pays, mais aussi de permettre le retour des migrants russes qualifiés partis vers l’Europe, Israël et les États-Unis durant les années quatre-vingt-dix. Dans l’espace centrasiatique, le Turkménistan a été le premier pays à avoir introduit le principe de double nationalité pour une partie de sa population (les Russes ethniques), mais l’a annulé en 200331. Le Kazakhstan refuse systématiquement le principe proposé par la Russie : cette position est intervenue à une période de transition politique et de reprise en main politique par le biais démographique, comme ce fut le cas durant l’époque soviétique32. Certains experts33 expliquent souvent ce refus du principe de double nationalité des pays de la CEI, par leurs exigences sécuritaires internes.

  • 34 Ruget Vanessa et Usmanalieva Burul, 2008, “Citizenship, Migration and Loyalty Towards the State : a (...)
  • 35 Pavlova Irina, “Au moins 200 milles kirghize ont obtenu la citoyenneté russe selon les procédures s (...)
  • 36 Ababakirov Nurs, “Labour Migration : Curse or Blessing ?”, Central Asia-Caucasus Institute Analyst, (...)

20Vers la fin de l’année 2006, le Kirghizstan décide de franchir le cap et d’introduire le principe de double nationalité – un signe de dépendance vis-à-vis des migrants kirghizes. Selon un expert comme Bogatirev, « la prise d’une telle décision cinq ans plus tôt aurait été impossible, l’accusation encourue étant d’encourager la population à partir ! »34. Cette démarche, cas unique en Asie centrale, montrera probablement les risques et les avantages du principe de double nationalité dans des pays fortement dépendants de la migration. Selon les statistiques, depuis 1998, près de 200 000 citoyens kirghizes ont obtenu la nationalité russe35, tandis que près de 50 000 ne l’ont obtenue qu’après la promulgation de la loi permettant la double nationalité36. Ce sont principalement des Kirghizes ethniques, tandis que les premiers étaient pour la plupart des Russes.

21Dans le cas de l’Ouzbékistan, d’un point de vue juridique, l’article 10 de la loi de la citoyenneté indique que toute personne ayant une autre citoyenneté n’est pas considérée comme citoyen ouzbek. Tout citoyen ouzbek qui n’est pas enregistré auprès des autorités consulaires durant cinq ans n’est plus considéré comme étant citoyen ouzbek. Tout Ouzbek ayant une autre nationalité, alors même qu’il n’a pas renoncé à la nationalité ouzbèke, ne peut plus opter pour une protection juridique du service consulaire étranger en Ouzbékistan37.

  • 38 “Farzand chet el fuqarosi” – Enfant à la citoyenneté étrangère : http://www.arbuz.com/showthread.ph (...)
  • 39 http://www.uzbekistan.org.ua/ru/consulate1/info_for_uzcitizens.html

22Cette question est éminemment importante pour les Ouzbeks vivant à l’étranger, surtout pour ceux ayant une famille. Les migrants ouzbeks ayant des emplois plus stables et aussi des enfants38 à l’étranger font souvent face à ce problème car leurs enfants deviennent plus facilement citoyens des pays d’accueil. D’autre part, les facilités administratives poussent les migrants à s’intéresser à l’acquisition de la nationalité du pays d’accueil. Le consulat d’Ouzbékistan en Ukraine a apporté des réponses claires à cette question suite à la croissance des « double nationaux ouzbeks ». Le consulat indique expressément que la perte de nationalité ouzbèke n’est valable que dans deux cas : le séjour à l’étranger durant cinq ans minimum sans être inscrit sur le registre du consulat ; ou bien encore la suite donnée à une demande du citoyen, confirmée par la décision du président du pays. Le paragraphe 4 du document indique que les citoyens ayant deux nationalités « peuvent séjourner en Ouzbékistan avec leur passeport ouzbek, ainsi qu’avec la lettre indiquant leurs démarches en vue d’abandonner la citoyenneté ouzbèke attribuée par le consulat »39.

  • 40 Maresca, Bruno et Van de Walle, Isabelle, 1998, « Les caractéristiques socioéconomiques des natural (...)
  • 41 Ibid., p. 45

23Les dirigeants ouzbeks savent bien que seuls les plus actifs des migrants ont la possibilité d’obtenir la nationalité d’un autre pays, car la migration ouzbèke est dans sa phase initiale. Ainsi, la naturalisation est le seul moyen pour y parvenir. Les recherches de Bruno Maresca et Isabelle Van de Walle40 montrent, dans le cas de la nationalité française, que la naturalisation est accordée aux catégories sociales les plus élevées, sélectionnant ainsi les plus jeunes et les plus diplômés, qui disposent de davantage d’atouts pour intégrer la société française. Ce processus implique d’abord l’acquisition de certains droits et une amélioration de l’insertion professionnelle avant de pouvoir entièrement « faire partie des Français »41.

24D’un point de vue plus pragmatique, l’Ouzbékistan tirerait plutôt des avantages de la recherche de solutions à long terme, en allant plus loin que les bénéfices à court terme. Car l’absence de double nationalité n’empêche pas, pour autant, l’abandon de la nationalité ouzbèke. Au contraire, le pays se prive des bénéfices importants du tourisme et des voyages des expatriés. Une facilité de voyage vers le pays d’origine permettrait aux émigrés de les multiplier sans contraintes et de choisir l’Ouzbékistan comme destination. Il semble clair que la question de la double ou multiple citoyenneté est entièrement liée aux relations entre les Ouzbeks et la diaspora.

L’attitude de l’Ouzbékistan à l’égard de la diaspora et des migrations, par comparaison avec les autres pays de l’ex Union soviétique

25Comment le pays reconnaît-il ses ressortissants travaillant et vivant à l’étranger ? Existe-t-il une reconnaissance institutionnelle au sein du gouvernement ?

26Comme nous l’avons souligné auparavant, les pays de la Communauté des États Indépendants prennent des positions différentes vis-à-vis de la migration, en fonction de leur dépendance à l’égard des rentes des migrants et de la présence d’une population étrangère. La « reconnaissance » semble plus facile pour les pays d’accueil que pour les pays d’origine. De plus, diverses formes de « reconnaissance » sont mises en œuvre par les États, à travers des ministères ou Agences appropriés.

27À titre d’exemple, le gouvernement russe a créé un Service Fédéral de la Migration42 qui dépend directement du ministère de l’Intérieur, et travaille en même temps sur le programme Sootechestvenniki dédié aux expatriés russes vivant dans d’autres pays de la CEI. Le terme « diaspora russe » n’est pas utilisé, ni celui de « minorité ». Un autre pays devenu important en termes migratoires en Asie centrale – le Kazakhstan – a créé en 1997 une Agence de la Migration et de la Démographie43 (qui officiellement ne dépend d’aucun ministère), conçue au départ pour la gestion du programme Oralman, (le retour des Kazakhs à l’étranger) à la fois symbole politique, et programme démographique.

  • 44 http://www.anofm.md
  • 45 http://www.migratie.md/ru.html
  • 46 http://www.migratie.md/antitraffic/ru.html
  • 47 Liste des agences privées spécialisées dans la migration en Moldavie : http://ru.anofm.md/lista_age (...)

28La reconnaissance est plus difficile dans le cas des pays d’émigration. Ainsi, la Moldavie reconnaît le statut de migrant, via l’Agence Nationale pour l’Emploi, sous la direction du ministère du Travail, de la Protection Sociale et de la Famille44. Le service fourni par cette Agence se limite, toutefois, à une information délivrée sur son site spécialisé migration45. Le thème dominant y est le trafic des personnes46. Cette relative inactivité du gouvernement moldave en matière de migration s’explique, entre autres, par l’activité importante des acteurs privés qui dominent largement le marché de la migration47.

29La reconnaissance semble, en revanche, inévitable dans certains pays comme le Kirghizstan et le Tadjikistan, où les rentes financières sont d’une importance indéniable. Le Kirghizstan a inauguré le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Migration, ce qui implique que la migration s’inscrit dans le travail, et les citoyens kirghizes à l’étranger seront considérés comme des travailleurs kirghizes à plein titre. En revanche, le Tadjikistan, pays centrasiatique le plus dépendant de l’aide des migrants, ne reconnaît pas, au niveau symbolique, la présence des travailleurs tadjiks à l’étranger. Le terme de « migration » n’apparaît dans aucun ministère ; c’est uniquement le décret numéro 600 du 28 décembre 2006 sur les fonctions du ministère du Travail et de la Protection Sociale qui inclut la migration dans ses priorités. En 2011, le président tadjik a enfin décidé de créer le Service de la migration, lié au ministère de l’Intérieur, des Affaires Étrangères, mais aussi à l’Agence de Migrations sous la tutelle du ministère du Travail. Ce service gère les activités des travailleurs, mais également celles des étudiants tadjiks à l’étranger. En Ouzbékistan, l’Agence de Protection de l’Emploi et de la Migration, officiellement sous le contrôle du ministère de l’Emploi, gère les questions liées à la migration depuis 2007.

30Une formule intéressante a été élaborée par l’État azéri qui s’occupe des questions liées aux migrations au travers de deux organismes : le Service d’État de la Migration et le Comité d’État de travail avec la diaspora48, l’un comme l’autre indépendants des ministères et branches de l’exécutif49. L’État contourne la question des citoyens azéris travaillant à l’étranger en se limitant à la notion de diaspora. Car selon le Comité, quelque trente millions d’Azéris vivent en Iran50, et uniquement dix millions sur cinquante vivent en Azerbaïdjan51. La situation conflictuelle avec l’Arménie a créé la nécessité de bénéficier d’un pouvoir à l’étranger, à travers les associations diasporiques, pour pouvoir s’opposer à la diaspora arménienne, et cette politique semble porter ses fruits. Car la liste des associations azéries, fort bien organisées, est très longue. Cela montre que l’État favorise toute initiative de « diasporisation » politique et tire parfaitement bénéfice de ces activités. Par exemple, en France, on retrouve officiellement treize associations azéries52. De plus, l’aspect politique de la diasporisation semble couvrir en même temps les aspects socio-économiques de la migration des Azéris vers l’étranger après 1991. Aucune explication n’est mentionnée sur les raisons de la « diasporisation ». En Europe, les Azéris sont décrits comme des Azéris turcs, aux États-Unis, comme des Azéris d’Iran53. Même si la présence de millions d’Azéris en Russie est mentionnée, les raisons qui l’expliquent sont absentes dans le vocabulaire du gouvernement. Au contraire, l’État azéri a changé de lexique : la décision présidentielle du 24 juin 2009 modifie le terme dans toutes les décisions intérieures liées aux Azéris et aux Azerbaïdjanais vivant à l’étranger en « Diaspora »54.

31Un même type de formule existe en Géorgie, un autre pays frappé par une émigration importante. La migration y est aussi désignée par le terme « diaspora » et l’État a créé un Office du Ministère d’État pour les Affaires de la Diaspora55. Mais c’est l’Arménie qui a le plus fortement mis en avant le rôle de sa diaspora en créant le ministère de la Diaspora en 2008. Son but est d’accroître les liens entre la diaspora arménienne et l’Arménie, présentée comme la mère patrie, en offrant à tout Arménien la possibilité d’acquérir la nationalité arménienne à condition de visiter le pays au moins une fois par an56. En même temps, le gouvernement est aussi obligé de reconnaître la présence d’une importante migration arménienne post-soviétique, liée à la conjoncture économique, même si ce phénomène est décrit comme un « échange des technologies et des savoirs »57.

  • 58 Nous utilisons le terme de diaspora même si nous considérons que ce terme ne correspond pas à nos s (...)
  • 59 Balci, Bayram, « La communauté ouzbèke d’Arabie Saoudite : entre assimilation et renouveau identita (...)
  • 60 Entretien avec un étudiant turc d’origine ouzbèke, Pays Bas, 2007.

32Comment se compose la « diaspora »58 ouzbèke ? Y a-t-il une place pour la diaspora dans la conception nationale ? Les Ouzbeks à l’étranger peuvent être divisés en deux catégories : pré- et post-indépendance. Les premiers sont ceux qui sont partis avant l’indépendence (1991) et se trouvent principalement en Arabie Saoudite et en Turquie. En Arabie Saoudite, la diaspora ouzbèke ne s’est pas assimilée à la population locale. Les Ouzbeks, pour la plupart, sont des commerçants59 dans des villes comme La Mecque, Jeddah et Riyad et les mariages sont restés endogames. En revanche, en Turquie, la population d’origine ouzbèke est assimilée, tout en gardant une identité singulière : certains villages, par exemple, sont appelés « villages ouzbeks »60. Ces deux États sont les seuls pays géographiquement lointains à avoir une composante ouzbèke parmi leur population. L’éloignement géographique n’exclut pas la proximité culturelle du fait de la composante musulmane. Un discours analogue peut se tenir pour ces Ouzbeks qui ne se sentent pas tout à fait étrangers en Russie ou dans les territoires de l’ex-Union-soviétique.

  • 61 Balci, Bayram, « La communauté ouzbèke d’Arabie Saoudite : entre assimilation et renouveau identita (...)

33Une participation active de la diaspora en Ouzbékistan s’est produite juste après l’indépendance, mais a cessé de se développer par la suite. En effet, l’État ouzbek n’a pas favorisé l’accroissement des influences étrangères dans le pays, et les Ouzbeks de Turquie et d’Arabie Saoudite ont toujours été considérés comme des « étrangers »61. Les raisons qui peuvent expliquer cette mise à distance des Ouzbeks résidant à l’étranger depuis des générations par le régime ouzbek sont de différents ordres.

34Le pouvoir ouzbek ne cherche pas la « diasporisation » des Ouzbeks à l’étranger comme les pays voisins62, mais, au contraire, souhaite garder comme seule voix légitime celle de l’État lui-même, ce qui le mène à considérer les Ouzbeks à l’étranger comme des étrangers avant tout. La difficulté de l’État ouzbek à prendre en compte la diaspora réside aussi dans la présence de minorités ouzbeks importantes dans tous les pays d’Asie centrale. Les Ouzbeks constituent désormais le deuxième groupe ethnique au ­Kirghizstan, au Tadjikistan et au Turkménistan. La situation au Kazakhstan pourrait aussi changer dans quelques décennies. Chaque activité entretenue par l’Ouzbékistan avec les Ouzbeks vivant à l’étranger peut susciter des intérêts de la part des pays voisins. La « gestion » du conflit au Kirghizstan en 2010 a été un succès important de la part des autorités ouzbeks qui ont apporté une aide humanitaire tout en restant discrètes sur les aspects ethniques du conflit, alors que les autorités kirghizes jouent encore la carte ethnique.

35La position affichée par l’Ouzbékistan actuel est en continuité avec la politique soviétique : la création de « l’homme soviétique » et de « l’homme ouzbek » coïncident sur plusieurs aspects, même si officiellement les deux identités s’opposent. Le « nouvel homme ouzbek » est avant tout un citoyen plus qu’un Ouzbek ethnique (le droit du sol étant constitutif de la nationalité). Dans le passé, malgré le poids numérique de la population russophone au sein de l’URSS, une préférence ethnique proprement russe n’avait jamais été officiellement affichée. Au contraire, l’histoire soviétique démontrait la mise en place d’une mixité ethnique. Les minorités ont joué un rôle important dans la révolution communiste, tout comme dans sa continuité. Staline en est un exemple parfait : Géorgien de naissance, il arrive au poste de Secrétaire du Parti communiste de l’URSS. En outre, parmi les Premiers secrétaires des pays centrasiatiques, de nombreux représentants d’autres minorités figurent aux côtés des Russes jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

  • 63 Les Khanats de Boukhara et de Khiva deviennent les Républiques des soviets de Boukhara et de Khiva.
  • 64 Les appellatifs de « Russe musulman » ou « Turkestanais » sont employés à l’époque.

36Pour la plupart des Russes et des russophones, les communistes d’Asie centrale, étaient, au moment de la révolution bolchevique, dans une position délicate, de par leur faiblesse politique et militaire, alors même qu’ils partageaient la même idéologie. La participation des militants locaux dans les rangs du parti s’est inscrite dans une logique de modernisation du pays, et de lutte contre la monarchie existante. Par ailleurs, à partir de 1918, les deux monarchies étroitement liées au tsar russe ont été abolies et remplacées par des républiques63. Les Jadids, partisans d’un mouvement de renouveau islamique et parmi les premiers à joindre le parti ont été utilisés à des fins politiques. L’absence d’identité ethnique64 a facilité la tâche des communistes, qui prônaient une « mixité » locale et non locale. « L’homme soviétique » n’appartient pas à une ethnie, mais à une « mixité » n’ayant pas d’ethnie propre. Les archives montrent que le Parti communiste n’acceptait pas, au départ, l’identification à une ethnie russe et refusait le passé tsariste. La carte de la « mixité » a été utilisée à des fins politiques pour mieux contrôler les élites locales et remplacer les élites traditionnelles.

  • 65 Fourniau, Vincent, Paris, 2003.
  • 66 Laruelle, Marlène, Eurasianism, Russian : An Ideology of Empire, John Hopkins University Press, 200 (...)
  • 67 Gorenburg, Dmitry, Rethinking Interethnic Marriage in the Soviet Union, Post-Soviet Affairs, 2006, (...)

37La création de l’homo sovieticus est avant tout un outil idéologique plus qu’économique, comme le soulignent de nombreux spécialistes des pays centrasiatiques indépendants65. La mixité recherchée repose sur l’autochtonie et l’allochtonie, donc sur l’Européen et l’Asiatique, ayant une finalité eurasienne – une carte jouée par les politiques kazakhs, mais aussi russes à l’heure actuelle66. L’acceptation de cette idéologie de la mixité est un gage de fidélité au pouvoir central, une occasion d’accéder à des postes à responsabilité. L’apogée de cette volonté de « mixité » se situe dans les années soixante, où le taux de mariages mixtes arrive à 10.5 % en Ouzbékistan et 12,3 % au Turkménistan67.

Un nationalisme non ethnique : « l’homo uzbekus »

  • 68 Ilkhamov, Alisher, Atlas Uzbekistana, « Etnicheskiy Institut de Société Ouverte (Fondation Soros) » (...)

38En revanche, l’indépendance oblige les pouvoirs en place à jouer la carte nationaliste. Mais ce nationalisme, qui a pour but de créer cette fois un homo uzbekus, implique-t-il un autre déplacement de la population allochtone, voire autochtone ? L’évolution ethnique en Ouzbékistan montre un changement radical entre 1990 et 2000, ce qui montre l’intérêt porté aux études ethnographiques68. Les représentants de certains groupes ethniques, et en particulier d’une ethnie « titulaire », ont augmenté, avec une diminution des autres groupes ethniques, surtout les non locaux.

  • 69 Peyrouse, Sebastien, “The Russian Minority in Central Asia. Migration, Politics and Language”, Kenn (...)
  • 70 Ibid., p. 3
  • 71 Ibid., p. 4

39Dans les études actuelles sur la migration, la décomposition de l’URSS est considérée comme la première étape du déplacement des populations dans la quasi-totalité des quinze pays soviétiques. Du point de vue politique, les ethnies non locales auraient perdu leur place dans les sociétés nationalistes post soviétiques, ce qui les a contraints à partir. Cette thèse est acceptée presque à l’unanimité par les acteurs étrangers dans la région, tandis qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus parmi les acteurs locaux. Par exemple, les gouvernements centrasiatiques ne considèrent pas que la situation des ethnies non locales, surtout celle des Russes, se soit détériorée, pas plus que celle des autres ethnies. Sébastien Peyrouse montre que la migration des Russes d’Asie centrale, comme celle d’autres minorités ethniques, est également la conséquence de stratégies économiques. Même si les politiques linguistiques et nationalistes sont très restrictives dans les Pays baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie) peu de Russes (3 %) ont quitté ces pays. En revanche, des politiques plus souples en termes linguistiques n’ont pas permis à l’Ouzbékistan ni au Tadjikistan de garder leur population russophone. En effet, malgré la loi de 1989 qui prévoit l’usage de la langue ouzbèke en tant qu’unique langue officielle, en réalité l’usage de la langue russe reste toujours en application. Par ailleurs, toujours d’après S. Peyrouse, rien ne prouve que l’ethnie russe a commencé à diminuer uniquement à partir de 1991, car la politique de korenezatsiya ou « indigénisation » a été arrêtée dès 197969, au moment où le gouvernement soviétique décide de ne plus considérer la région centrasiatique comme une priorité du développement70. La baisse est surtout visible en pourcentage, car, par exemple, au Kazakhstan, malgré les départs massifs, le nombre de Russes est plus élevé maintenant qu’en 195971. Les départs sont aussi et surtout motivés par des gouvernements étrangers (allemand, israélien, américain) qui ont été des récepteurs majeurs des minorités ethniques d’Asie centrale, avant même la Russie. Ces pays ont proposé des offres plus intéressantes que la Russie, sur une base ethnique, ce qui a eu pour résultat la quasi-disparition des juifs et des Allemands de la région.

Tableau V. Nombre de Russes (et leur part en pourcentage) dans les pays d’Asie centrale

1959

1970

1979

1989

1099-2000

2007 estimations

Kazakhstan

3,974,000

(42,7 %)

5,521,000

(42,4 %)

5,991,000

(40,8 %)

6,227,000

(37 %)

4,479,000

(30 %)

4,000,000

Kirghizstan

623,500

(30,2 %)

856,000

(29,2 %)

911,700

(25,9 %)

916,500

(21,5 %)

603,000

(12,5 %)

500,000

Ouzbékistan

1,100,000

(13.5%)

1,473,000

(12.5%)

1,665,000

(10.8%)

1,653,000

(8.3%)

900,000 (3%)

800,000

Tadjikistan

262,600

(13.3%)

344,000

(11.8%)

395,000

(10.4%)

388,500

(7.6%)

68,000

(1%)

50,000

Turkménistan

262,700

(17.3 %)

313,000

(14.5 %)

349,000

(12.6 %)

334,000

(9.5%)

120,000 (2%)

150,000

  • 72 Ibid., p. 8

Source: Peyrouse, 200872

40Aujourd’hui, les minorités autochtones qui sont restées dans le pays entrent dans le projet ouzbek de l’unité nationale, tandis que ceux qui ont eu des offres de l’extérieur ont indirectement perdu leur place dans la société.

  • 73 Voir Matteo, Fumagalli, “Ethnicity and Foreigh Policy : Uzbekistan and “Uzbeks Abroad’”, Draft Vers (...)

41La création d’un homo uzbekus est purement politique, car elle n’implique pas de sélection ethnique. Le modèle ressemble au nationalisme tel que conçu par Fichte, pour qui la conception et le projet commun sont plus importants que l’appartenance religieuse ou ethnique. L’État ouzbek cherche à contrôler les minorités en les « ouzbékisant » sur les papiers d’identité comme ce fut le cas à l’époque soviétique. D’autre part, il n’existe pas de tentatives de jouer sur les aspects ethniques dans les relations avec d’autres pays voisins, où le « facteur ouzbek » devient plus inquiétant pour leurs dirigeants73.

  • 74 Radnitz, Scott, 2006, “Weighting the Political and Economic Motivations for Migration in Post-sovie (...)

42Peut-on donc parler d’une migration ethnique concernant les minorités en Ouzbékistan ? La réponse est plutôt négative, mais cette question se pose à un moment délicat et s’oriente délibérément vers les problématiques de nationalisme souvent soulevées par des chercheurs de la Russie post-soviétique. Les recherches de Scott Radnitz montrent pourtant que ce sont toujours les motifs économiques qui arrivent en tête74. Il démontre de plus les paradoxes de la migration en Ouzbékistan, où Arméniens et Coréens expriment une moindre volonté de départ que les Kazakhs. La raison, pour cet auteur, est fondée sur deux points : l’adaptation à un nouveau modèle économique, où les emplois liés au commerce et à l’entrepreneuriat se développent et où les employés du secteur public se trouvent dans une situation de plus en plus difficile ; la présence d’une demande migratoire de la part de la Russie et du Kazakhstan, contrairement à l’Arménie.

43Mais, le départ croissant des Ouzbeks à l’étranger oblige les autorités à trouver un schéma mieux adapté, comme la formation de « sa » diaspora ouzbèke. Car le nombre de partants à l’étranger peut sensiblement augmenter et l’influence de la diaspora entrevoit l’opportunité de se consolider. Les Ouzbeks à l’étranger peuvent devenir une source incontournable des relations avec certains pays, ce qui obligera le régime ouzbek à prendre, tôt ou tard, des initiatives concrètes pour une « bonne diasporisation ».

Conclusion

44Le cas ouzbek démontre la complexité de la gestion de la migration internationale pour les pays d’émigration. La reconnaissance de la migration ne se limite pas uniquement aux aspects économiques, mais les aspects politiques jouent aussi un rôle important. L’Ouzbékistan a choisi de considérer la migration comme un fait social normal, sans le lier aux problèmes internes. Cette vision peut avoir des avantages à court terme, mais une reconnaissance positive de la migration est aussi une nécessité dans les relations entre l’Ouzbékistan et les citoyens ouzbeks travaillant à l’étranger. Le pays cherche en effet à construire une bonne image à l’étranger, qui passe par le rôle joué par la diaspora ouzbek, qui attend des signes de la part de l’autorité centrale.

Haut de page

Bibliographie

Adams Laura, 2004, Cultural Elites in Uzbekistan, The Transformation of Central Asia, States and Societies from Soviet rule to independence, Cornell University Press.

Ivaknyuk Irina, 2006, « Migration in the CIS region: Common problems and Mutual Benefits », International Symposium on International Migration and Development.

Khadjimukhamedov Marat, 2005, International Migration in Uzbekistan, Analytical Report, Almaty.

Khalid Adeeb, 1998, The Politics of Muslim Cultural Reform: Jadidism in Central Asia, University of California.

Kim Seongjin, 2008, « Concept of Societal Security and Migration Issues in Central Asia and Russia », CAMMIC Working Papers, n° 2.

Laruelle Marlène et Peyrouse Sébastien, 2004, Les Russes du Kazakhstan. Identités nationales et nouveaux États dans l’éspace post-soviétique, Maisonneuve et Larose.

Laruelle Marlene, 2006, « Le nouveau rôle de la Russie en Asie centrale : les migrations de travail des centrasiatiques vers la Fédération russe », Revue Internationale et Stratégique, n° 64.

Luong Pauline Jones, 2004, The Transformation of Central Asia, States and Societies from Soviet rule to independence. Cornell University Press.

Maksakova, 2003, Eksport rabochey sili iz Uzbekistana, Trudovaya migraziya v SNG: sozial’niye i ekonomicheskiye effekti.

Marat Erica, “Shringking remittances increase labour migration from Central Asia”, CACI Analyst, 02.11.2009.

Ollcott Marta, Brill, 1996, Central Asia’s New States: Independence, Foreign Policy, and Regional Security, US Institute of Peace Press.

Poujol Catherine, 2005, Ouzbékistan, la croisée des chemins, Asie plurielle, Belin.

Petric Boris, 2003, « Pouvoir, don, réseaux en Ouzbékistan post-soviétique », Cahiers du Monde russe.

Peyrouse Sébastien, Laruelle Marlène, Asie centrale, la dérive autoritaire. Cinq républiques entre héritage soviétique, dictature et islam, Autrement -CERI, 2006.

Poujol Catherine (dir), 2002, Peuples des steppes en Asie centrale, Autrement.

Radvany Jean (dir), 2004, Les États post-soviétiques. Identités en construction, transformations politiques, trajectoires économiques, Armand Colin.

Roux Jean-Paul, 1997, L’Asie centrale : histoire et civilisations, Fayard.

Roy Olivier, 1997, La nouvelle Asie centrale ou la fabrication des nations, Éditions Seuil.

Roy Olivier, 2005, L’Asie centrale contemporaine, PUF.

Haut de page

Notes

1 Le développement social et économique de l’Ouzbékistan, site de l’Ambassade d’Ouzbékistan en France : http://www.ouzbekistan.fr/ouzbekistan/2009.html

2 Le « modèle ouzbek » prévoit notamment la priorité de l’économie sur la politique, ibid.

3 Marat Erica, Shrinking remittances increase labour migration from Central Asia, CACI Analyst, 02.11.2009 : http://www.cacianalyst.org/?q=node/5035

4 Selon la Banque Mondiale le PIB d’Ouzbékistan est à 27,9 Mrd dollars américains : http://devdata.worldbank.org/AAG/uzb_aag.pdf et selon le chiffre de PNUD Ouzbékistan, l’État accorde près de 22 % du PIB pour le budget national : http://data.statistics.uz/data_finder/2557

5 http://inter-disciplinary.net/ati/diversity/diasporas/d1/Ryazantsevpaper.pdf, p. 14.

6 “The new immigration control measures : who stands to benefit ?”, 02.07.2007 : http://enews.ferghana.ru

7 Ivakhnyuk Irina, Migration in the CIS region : Common problems and mutual benefits, International Symposium on International Migration and Development, p. 4 :
http://www.un.org/esa/population/migration/turin/Symposium_Turin_files/P10_SYMP_Ivakhniouk.pdf

8 Sadovskaya, Y. (2006b) Labor Migrant Remittances and Their Role in the Migrant Households of Central Asian Countries// Central Asia and the Caucasus, N : 3 (39), p. 109-123

9 « La concurrence et le développement. La puissance des marchés concurrents », Antimonopoly Policy Improvement Center, Tashkent, 2006 : http://www.idrc.ca/uploads/user-S/12094790751Comp_Case5_f_Uzbekistan.pdf

10 International Money Transfer Market in Uzbekistan. Development, Competition and Trends, Antimonopoly Policy Improvement Center, Uzbekistan, 2006 : http://cmsweb.idrc.ca/uploads/user-S/11949815321Uzbekistan.pdf, p. 37

11 Ibid., p. 37

12 International Money Transfer Market in Uzbekistan. Development, Competition and Trends, Antimonopoly Policy Improvement Center, Uzbekistan, 2006 : http://cmsweb.idrc.ca/uploads/user-S/11949815321Uzbekistan.pdf, p. 19

13 International Money Transfer Market in Uzbekistan. Development, Competition and Trends, Antimonopoly Policy Improvement Center, Uzbekistan, 2006 : http://cmsweb.idrc.ca/uploads/user-S/11949815321Uzbekistan.pdf, p. 18

14 Ryazantsev, Labour Migration in CIS Countries : Tendencies, Formation of Diasporas, and Impact Development, http://inter-disciplinary.net/ati/diversity/diasporas/d1/Ryazantsevpaper.pdf, p. 4

15 La population de Géorgie de 2003 ne comprend pas les territoires non contrôlés.

16 Les données de l’Ouzbékistan datent de 2002.

17 Uazagalieva, Ainura, Choinicki, Xaver, Labour migration from East to West in the context of European Integration and changing socio-political borders, CEEAplA Working paper, N% 10, 2008, p. 32

18 Khadjimukhamedov, Marat « International Migration in Uzbekistan », Analytical Report, p. 83, Almaty.

19 Ibid., p. 83

20 Maksakova,L, 2003, Eksport rabochey sili iz Uzbekistana, Trudovaya migraziya v SNG : sozial’niye i ekonomicheskiye effekti : http://migrocenter.ru/publ/trud_m/07.php

21 Ibid.

22 О ТРУДОВОЙ ДЕЯТЕЛЬНОСТИ ГРАЖДАН РЕСПУБЛИКИ УЗБЕКИСТАН ЗА РУБЕЖОМ И ИНОСТРАННЫ ГРАЖДАН В РЕСПУБЛИКЕ: http://www.mintrud.uz/docs/migration/Post%20KM%20408.doc

23 Об утверждении положений о Министерстве труда и социальной защиты населения Республики Узбекистан и Агентстве по вопросам внешней трудовой миграции : http://www.mintrud.uz/docs/Employment/162.doc

24 О МЕРАХ ПО СОВЕРШЕНСТВОВАНИЮ ОРГАНИЗАЦИИ ТРУДОВОЙ ДЕЯТЕЛЬНОСТИ ГРАЖДАН РЕСПУБЛИКИ УЗБЕКИСТАН ЗА РУБЕЖОМ : http://www.mintrud.uz/docs/migration/Post%20KM%20505.doc

25 Ibid., articles 6 et 7

26 Maksakova,L, 2003, Eksport rabochey sili iz Uzbekistana, Trudovaya migraziya v SNG : sozial’niye i ekonomicheskiye effekti : http://migrocenter.ru/publ/trud_m/07.php

27 Ibid.

28 Maksakova, Ibid.

29 Uzbekistan moves to control labour migration : http://uznews.net/article_single.php?aid=403&cid=37&lng=uz

30 Mejdunarodnoye sotrudnichestvo (Coopération internationale) : http://migration.uz/ru/partners.html

31 « Les Russes du Turkménistan devront choisir leur nationalité avant dimanche », 19.06.2003 : http://www.bassirat.net/Les-Russes-du-Turkmenistan-devront-choisir-leur-nationalite-avant-dimanche,3082.html. Durdiyeva, Chemen, ”Turkmenistan : Implications of Dual Citizenship Termination”, Central Asia-Caucasus Analyst : http://www.cacianalyst.org/?q=node/1210

32 Le principe d’indigénisation prévoyait le déplacement des populations et surtout des Russes dans les territoires périphériques de l’URSS afin qu’ils constituent une partie importante de la population pour mieux la contrôler.

33 Ferrando Olivier, Politics of « diasporization » in Post-soviet Central Asia, p. 8 : http://moyen-orient.sciences-po.fr/revue_en_ligne/articles_pour_revue_en_ligne/18052010%20

Olivier%20Ferrando%20Politics%20of%20Diasporization.pdf, http://inter-disciplinary.net/ati/diversity/diasporas/d1/Ferrandopaper.pdf

34 Ruget Vanessa et Usmanalieva Burul, 2008, “Citizenship, Migration and Loyalty Towards the State : a case study of Kyrgyzstani Migrants working in Russia and Kazakhstan”, Central Asian Survey, Vol 27, N° 2, p. 134

35 Pavlova Irina, “Au moins 200 milles kirghize ont obtenu la citoyenneté russe selon les procédures simplifies” (Российское гражданство по упрощенной схеме с 1998 года получили 200 тысяч кыргызстанцев) : http://www.24.kg/community/69514-rossijskoe-grazhdanstvo-po-uproshhennoj-sxeme-s.html

36 Ababakirov Nurs, “Labour Migration : Curse or Blessing ?”, Central Asia-Caucasus Institute Analyst, 03/19/2008 : http://www.cacianalyst.org/?q=node/4821/print

37 US Citizen services : http://uzbekistan.usembassy.gov/dual_nationality.html

38 “Farzand chet el fuqarosi” – Enfant à la citoyenneté étrangère : http://www.arbuz.com/showthread.php?t=55815

39 http://www.uzbekistan.org.ua/ru/consulate1/info_for_uzcitizens.html

40 Maresca, Bruno et Van de Walle, Isabelle, 1998, « Les caractéristiques socioéconomiques des naturalisés : étude de 3 000 dossiers d’acquérants de la nationalité française des années 1992, 1994 et 1995 », Crédoc, p. 38

41 Ibid., p. 45

42 http://www.fms.gov.ru/programs/fmsuds

43 Voir le site de l’agence : http://www.demomigration.kz/index.htm

44 http://www.anofm.md

45 http://www.migratie.md/ru.html

46 http://www.migratie.md/antitraffic/ru.html

47 Liste des agences privées spécialisées dans la migration en Moldavie : http://ru.anofm.md/lista_agentii

48 http://www.diaspora.gov.az/index.php?options=content&id=86

49 http://www.migration.gov.az/index.php?section=000&subsection=000&lang=en

50 http://diaspora.gov.az/index.php?options=content&id=85

51 http://diaspora.gov.az/index.php?options=content&id=86

52 http://diaspora.gov.az/index.php?options=content&id=231

53 http://diaspora.gov.az/index.php?options=content&id=86

54 http://diaspora.gov.az/index.php?options=press&id=100

55 http://www.diaspora.gov.ge/index.php?lang_id=ENG&sec_id=72

56 http://www.mindiaspora.am/en/erkqaghaqaciutyun

57 http://www.mindiaspora.am/en/migraci

58 Nous utilisons le terme de diaspora même si nous considérons que ce terme ne correspond pas à nos sujets.

59 Balci, Bayram, « La communauté ouzbèke d’Arabie Saoudite : entre assimilation et renouveau identitaire. Le rôle du Hadj, pèlerinage musulman », REMI (Revue européenne des migrations internationales), Vol 19, N° 3, 2003.

60 Entretien avec un étudiant turc d’origine ouzbèke, Pays Bas, 2007.

61 Balci, Bayram, « La communauté ouzbèke d’Arabie Saoudite : entre assimilation et renouveau identitaire. Le rôle du Hadj, pèlerinage musulman », REMI (Revue européenne des migrations internationales), Vol 19, N° 3, 2003, p. 14

62 Ferrando, Olivier, Politics of « Diasporization » in Post-Soviet Central Asia, http://moyen-orient.sciencespo.fr/revue_en_ligne/articles_pour_revue_en_ligne/18052010%20

Olivier%20Ferrando%20Politics%20of%20Diasporization.pdf, http://inter-disciplinary.net/ati/diversity/diasporas/d1/Ferrandopaper.pdf p. 4

63 Les Khanats de Boukhara et de Khiva deviennent les Républiques des soviets de Boukhara et de Khiva.

64 Les appellatifs de « Russe musulman » ou « Turkestanais » sont employés à l’époque.

65 Fourniau, Vincent, Paris, 2003.

66 Laruelle, Marlène, Eurasianism, Russian : An Ideology of Empire, John Hopkins University Press, 2008.

67 Gorenburg, Dmitry, Rethinking Interethnic Marriage in the Soviet Union, Post-Soviet Affairs, 2006, 22, p. 147

68 Ilkhamov, Alisher, Atlas Uzbekistana, « Etnicheskiy Institut de Société Ouverte (Fondation Soros) », 2002, Tachkent, 452 p, disponible sur le site de l’Association des bibliothèques d’Ouzbékistan : http://ula.uzsci.net/portal/library/atlas/intro.pdf

69 Peyrouse, Sebastien, “The Russian Minority in Central Asia. Migration, Politics and Language”, Kennan Institute Occasional Paper, N° 297, Woodrow Wilson International Center for Scholars, p. 7 : http://www.wilsoncenter.org/topics/pubs/OP297.pdf

70 Ibid., p. 3

71 Ibid., p. 4

72 Ibid., p. 8

73 Voir Matteo, Fumagalli, “Ethnicity and Foreigh Policy : Uzbekistan and “Uzbeks Abroad’”, Draft Version, 2006 : http://www.psai.ie/conferences/papers2006/fumagalli.pdf

74 Radnitz, Scott, 2006, “Weighting the Political and Economic Motivations for Migration in Post-soviet Space : The Case of Uzbekistan”, Europe-Asia Studies, Vol 58, n° 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Farkhad Alimukhamedov, « Les particularités de l’Ouzbékistan dans la gestion de ses migrations internationales », Anatoli, 3 | 2012, 165-185.

Référence électronique

Farkhad Alimukhamedov, « Les particularités de l’Ouzbékistan dans la gestion de ses migrations internationales », Anatoli [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://anatoli.revues.org/436 ; DOI : 10.4000/anatoli.436

Haut de page

Auteur

Farkhad Alimukhamedov

Farkhad Alimukhamedov, Chargé de cours à l’Université Turgut Ozal, Ankara, Turquie. Titulaire d’un doctorat de Sciences politiques intitulé Des migrations pour études. Une analyse sociopolitique de trajectoires d’étudiants ouzbeks en France et au Royaume-Uni, attribué par l’Université Paris-Dauphine en 2011.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org