Navigation – Plan du site
Partie 4. Frontières et liens

Sarp/Sarpi : la porte de l’intégration entre la Turquie et la Géorgie vingt ans après la chute de l’Union Soviétique

Faruk Bilici
p. 203-221

Texte intégral

Je remercie le Conseil scientifique de l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) d’avoir financé cette mission scientifique. Je remercie tout particulièrement M. Engin Arıkan, Consul général de Turquie et M. Volkan Berker, Attaché économique et commercial de Turquie à Batoumi pour leurs précieuses informations qui ont permis de rédiger cet article, ainsi que pour leur aide et orientation lors de mon voyage en Géorgie au mois de mars 2012. Je dois beaucoup également aux nombreux politiques, fonctionnaires et universitaires géorgiens et turcs qui m’ont reçu.

  • 1 Bilici, Faruk « Chocs et trocs en tout genre à la frontière turco-géorgienne… », Panoramiques, numé (...)

1« Chocs et trocs en tout genre »1 … des ingénieurs, des ouvriers industriels et agricoles des kolkhozes, des médecins, des techniciens, des femmes au foyer… ; Russes, Azéris, Géorgiens, Arméniens, Ukrainiens, Moldaves… des milliers d’ex-union soviétique en somme, entassés dans les vieux bus, les camions, dans des voitures Moskwitch 408, des Trabant, mais surtout beaucoup de Lada brinquebalantes, des femmes par cars entiers débarquant un petit sac à la main et emplissant les hôtels de passe ; des machines, des outils, arrachés aux usines tombées en désuétude, des antiquités volées aux musées, des objets domestiques de toutes sortes, mais aussi du caviar, des alcools vendus pour quelques pièces afin d’acheter nourriture, vêtements, matériel hi-fi ou vidéo… parfois des objets de « luxe » comme des fleurs en plastique, des poupées Barbie ou encore de l’électro-ménager… Le tout malaxé dans la boue du poste-frontière sous les regards hagards des gardes soviétiques qui n’avaient qu’une seule envie, c’est de se mêler à la foule sous les hurlements d’un magnétophone qui diffusait une chanson aux paroles sulfureuses : les filles sont venues de Russie/les côtes en sont remplies/la porte de Sarp est ouverte/le commerce a démarré/Les disputes de famille/ont commencé après cela/les disputes de famille/ont commencé chez nous…

  • 2 Bilici, Faruk « Une réalisation concrète avant la lettre : la coopération en mer Noire orientale », (...)

2Tel était l’état du poste-frontière de Sarp/Sarpi en 19922. Vingt ans après, cet incroyable désordre, ces misères humaines sont derrière nous, même si de temps en temps l’on voit encore des sacs en plastique noir remplis de tissus bon marché traverser la frontière à dos humain pour être vendus en Géorgie, en Arménie ou encore en Azerbaïdjan. La nette modernisation des bâtiments, des équipements et de l’environnement est visible des deux parties du village. Les Turcs d’abord ont rénové les bâtiments et les guichets pour résorber les trop longues files de camions, de camionnettes, de bus, de voitures et de voyageurs. Les soldats gardant la frontière sont invisibles.

Photo 1 : Entrée de la Turquie par Sarpi.

Photo 1 : Entrée de la Turquie par Sarpi.

Photo : Faruk Bilici, mars 2011

3Il n’empêche que ce qui paraissait un progrès considérable il y a quelques années est devenu tout à fait insuffisant. Les autorités turques n’ont pas encore intégré, dans leur conception de la notion de frontière, que de simples citoyens puissent passer « de l’autre côté », prendre un taxi ou un dolmuş (minibus collectif) pour aller tout simplement à Batoumi et vice-versa. Du côté turc, le piéton côtoie des énormes camions et des milliers de voitures, et l’accueil que lui réservent les policiers et les douaniers turcs est glacial. Visiblement pour le fonctionnaire turc, celui ou celle qui passe la frontière n’est pas encore tout à fait « normal ». Il est vrai que les cas de contrebande d’alcools, de cigarettes et de miel, de viande et même de poisson venant de Géorgie rendent méfiants. Il n’empêche que la vitrine turque laisse encore à désirer.

Photo 2 : Entrée de la Géorgie par Sarpi.

Photo 2 : Entrée de la Géorgie par Sarpi.

Photo : Faruk Bilici, mars 2011.

4Inversement, aidée financièrement par l’Union européenne et par les États-Unis, la Géorgie de Saakashvili a réalisé des efforts considérables dans le domaine des frontières et notamment dans l’accueil des voyageurs, d’abord en construisant des installations ultramodernes de contrôle et de détection où les délais d’attente sont réduits au minimum, mais aussi en leur conférant un visage humain. Le voyageur n’est pas considéré comme suspect, mais bien au contraire, il est vraiment le « bienvenu », tout fonctionnaire étant obligé de l’accueillir dans diverses langues, et notamment en anglais et en turc. Le gouvernement géorgien met un point d’honneur à former les policiers et les douaniers non seulement dans la législation mais surtout dans la communication et dans l’apprentissage des langues. Ainsi, quasiment tous les douaniers et policiers au contact des Turcs parlent le turc et, lorsque vous avez terminé la rapide formalité de contrôle de passeport puis passé la douane aussi rapidement que dans n’importe quel aéroport moderne, vous êtes accueillis par un stand de l’office de tourisme géorgien. De jeunes femmes souriantes s’adressent à vous en anglais ou en turc et vous renseignent sur tout ce que vous devez savoir, mettant à votre disposition toutes sortes de brochures et de guides, là aussi rédigés en anglais et en turc. À vrai dire lorsque vous êtes à Sarpi au poste-frontière, vous avez l’impression d’être dans un pays nordique. Le désenchantement est pourtant rapide. Dès la sortie du bâtiment de la douane, les voitures s’embourbent jusqu’à hauteur de portière. Mais c’est une affaire de quelques mois, nous a-t-on assuré car, comme on le constate, on réalise des travaux sur la vingtaine de kilomètres séparant la frontière de la ville de Batumi. Ailleurs aussi les choses s’aggravent et, en direction de Tbilissi, dans la montagne de Kobuleti, la route est si peu praticable que les routiers se retrouvent obligés d’attendre des heures durant les secours.

La porte de tous les espoirs

  • 3 Kotek, Joël et Destatte, Philippe, L’Europe et ses villes frontières, Centre d’études des relations (...)
  • 4 Tölle, Alexandre, « Berlin et la région frontalière germano-polonaise : une métropole en Europe cen (...)
  • 5 Orcier, Pascal, « Valka-Valga : recomposition d’une agglomération frontalière entre Lettonie et Est (...)
  • 6 Lasserre, Frédéric, Forest, Patrick et Arapi, Enkeleda, « Politique de sécurité et villages-frontiè (...)

5Champ d’étude longtemps politique, la frontière et surtout la ville-frontière devient l’objet de réflexion de différentes disciplines scientifiques notamment l’histoire3, la géographie4, l’ethnologie et la sociologie. Dans une période où de nouveaux concepts de frontière, de nouvelles formes de coopération et d’intégration apparaissent, le cas de Sarp-Sarpi relève de la problématique de ces villes-frontière comme Valka-Valga entre la Lettonie et l’Estonie5 ou encore de ces villages-frontière entre les États-Unis et le Québec6. Naturellement, dans le cas de cette étude, la problématique couvre toute une région de la mer Noire orientale dépassant très largement le cas particulier de Sarp-Sarpi. Elle n’est pas consacrée non plus au commerce de valise, même si certains aspects rappellent cette activité économique.

6De Sarp, on dit : « le village qui a deux pays ». Ce petit village porte en effet deux noms : Sarp du côté turc, Sarpi du côté géorgien. C’est en 1937, durant la pire période de la terreur stalinienne, que, signe de détérioration des relations turco-soviétiques, le village est coupé en deux et la partie géorgienne fermée au monde. C’est donc en août 1988, à la faveur de la Perestroïka que le poste frontière est ouvert. Timide d’abord, cette ouverture s’est rapidement transformée en une déferlante de migrants de tout genre en Turquie, d’autant plus que les deux autres postes frontières entre la Turquie et l’Arménie, Alican (route terrestre) et Akyaka (route ferroviaire) seront assez rapidement fermés en 1993, lors de la guerre arméno-azerbaïdjanaise relative au Haut-Karabakh (1988-1994). En effet, tant que la frontière turco-arménienne est fermée, la Géorgie, bien qu’affaiblie par la guerre de 2008 à l’issue de laquelle elle a perdu son statut de pivot stratégique, reste le seul pays permettant le passage vers la mer Caspienne à travers le Caucase. Une réouverture de la frontière entre la Turquie et l’Arménie créerait un second axe régional, au détriment de la Géorgie, mais pour le moment cette éventualité n’est pas à l’ordre du jour, tant il est vrai que les relations entre l’Arménie et la Turquie sont au point mort, à cause précisément du blocage du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Ironie du sort, durant la guerre froide, cette frontière n’était pas aussi hermétique qu’aujourd’hui et des trains réguliers circulaient entre Kars et Leninakan (Gumri).

7Or, compte-tenu de l’augmentation considérable des échanges commerciaux et de la circulation routière et humaine entre la Géorgie et la Turquie, le poste frontière de Sarp et celui de Türkgözü/Badele (Posof) du côté turc et Vale du côté géorgien dans le district d’Akhalsikhe sont devenus totalement insuffisants. C’est la raison pour laquelle trois autres « portes » sont ouvertes – et la construction des installations s’achève – afin de canaliser les passages des camions, des bus, des voitures et des voyageurs entre le Caucase et la Turquie. Il s’agit de Çıldır/Aktaş (Ardahan), Muratlı/ Camili (Artvin) du côté turc, de Shushaneti/Kirnati du côté géorgien, le poste frontière de Canbaz étant réservé au trafic ferroviaire sur le tracé Bakou-Tbilissi-Kars en cours de construction.

8Depuis la fin de l’Union soviétique, mais surtout depuis le début des années 2000, la Turquie a opéré une véritable révolution avec ses voisins concernant la circulation des biens et des personnes. Toute une série d’accords permet de voyager sans visa ou facilite les formalités d’entrée et de sortie. Ces accords rendent à la Turquie son rôle historique, celui de « pont ». C’était déjà le cas pour les ressortissants des pays à forts contingents de touristes à destination de la Turquie, ceux des vingt-six pays de la zone Schengen n’ont pas besoin de visa pour entrer et y séjourner durant trois mois. La Turquie et l’Iran n’appliquaient pas non plus l’obtention de visa à leurs ressortissants respectifs. Mais depuis 2002, la Turquie s’étant résolue à appliquer la politique de « zéro problème » avec ses voisins, les zones de circulation autour de ce pays se sont considérablement élargies. C’est ainsi que désormais aucun visa n’existe entre la Turquie et certains pays du Moyen-Orient comme le Liban, la Syrie, la Jordanie, le Koweit et Chypre du nord ; des pays magrébins tels que la Libye, le Maroc et la Tunisie, certains pays balkaniques comme la Serbie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro, le Kosovo, la Macédoine, l’Albanie, mais également avec de nombreuses républiques turcophones d’Asie centrale comme le Kazakhstan et le Kirghizstan, pays de l’Ex-Union soviétique, mais aussi la Biélorussie et la Russie avec certaines conditions restrictives.

Photo 3 : File de camions en attente pour entrer en Turquie à Sarp/Sarpi.

Photo 3 : File de camions en attente pour entrer en Turquie à Sarp/Sarpi.

Photo : Faruk Bilici, mars 2011

9En ce qui concerne la circulation entre la Géorgie et la Turquie, il s’agit d’un début de schéma d’intégration des deux pays, puisque depuis le 10 décembre 2011, les citoyens géorgiens et turcs peuvent circuler librement durant trois mois dans ces deux pays avec de simples cartes nationales d’identité. Cette mesure a provoqué une explosion de la circulation dont les conséquences à moyen terme restent à évaluer. Mais dès son annonce, des milliers de « touristes » ont pris d’assaut le poste-frontière Sarp/Sarpi, celui-ci étant le point le plus important en Turquie par lequel les voyageurs entrent de façon massive à pied.

Renaissance de la route mythique de la soie ?

  • 7 Voir pour cette question : Biarnes, Pierre, La route de la soie : une histoire géopolitique, Ellips (...)

10Cette ouverture avec la Géorgie fait partie des dispositifs que certains qualifieraient d’« alternatifs » instaurés par la Turquie confrontée au refus de l’Union européenne de l’intégrer en son sein. Elle tente aussi de « réactiver » par ce biais la route mythique de la soie, tout en contournant l’Arménie ou mieux encore, tout en l’enclavant. En effet, quelle que soit la réalité antique et médiévale de cette « route », la Turquie et les pays turcophones en association avec la Géorgie, la Russie et l’Iran, ont adopté toute une série de déclarations pour établir des liaisons commerciales avec les pays du Caucase et de l’Asie centrale. La fin de l’Union soviétique a permis le renouveau d’une partie du commerce d’est en ouest que soutiennent les États-Unis et l’Union européenne, même si de très grands obstacles matériels, écologiques, géographiques, financiers et politiques entre l’Asie centrale et la Turquie persistent7.

  • 8 http://www.gumruk.gov.tr/tr-TR/abdisiliskiler/Sayfalar/ipekyolu.aspx

11La Turquie a pris toute une série d’initiatives élaborées au cours de réunions ministérielles régulières depuis 2008, avec la participation de quatorze autres pays (Azerbaïdjan, Géorgie, Iran, Syrie, Tadjikistan, Irak, Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, Chine, Inde, Pakistan, Russie, Turquie et Chypre du nord comme observateur) censés être « riverains » de l’ancienne Route de la soie. Ces initiatives, semblables à la Zone économique de la mer Noire, ont abouti à des « déclarations » généreuses et générales. Il s’agit surtout de développer le commerce et de faciliter les formalités douanières entre les pays membres de cette « Initiative de Coopération des directions douanières de la Route de la soie ». Sa première réunion a eu lieu à Antalya les 24-25 octobre 2008, et après Ankara et Téhéran, c’est précisément à Batoumi, les 27-28 octobre 2011, lors de sa dernière réunion, que les pays participants ont affirmé vouloir rendre les formalités douanières plus transparentes, établir une coopération accrue entre pays voisins dans le domaine du commerce frontalier, susciter une coopération accrue également entre le monde du travail privé et les administrations et respecter les règles fixées par les accords internationaux dans le domaine commercial et du transport. Ces dispositifs sont rendus plus explicites par un dispositif dit « Kervansaray » (Caravansérail), plus particulièrement destiné à établir des statistiques fiables concernant le transport international, à diminuer le nombre de documents exigés à la douane, à réduire les délais d’attente aux postes-frontières, à réaliser des études pour construire des bâtiments et équipements aux normes internationales sur toutes les frontières le long de la route de la soie8. Il y a fort à parier que dans quelques années ce projet de route de la soie se réalise partiellement, compte tenu des relations commerciales intenses entre la Chine et le monde centre-asiatique.

12Dans tous les cas, la densité et l’augmentation permanente de la circulation humaine et des marchandises entre la Géorgie et la Turquie marquent une réalité évidente de ce début de réalisation entre la Turquie, la Géorgie et l’Azerbaïdjan, voire au-delà de la mer Caspienne. Lorsque la frontière entre la Russie et la Géorgie sera véritablement ouverte, l’activité commerciale et touristique sera certainement encore plus dynamique qu’avant la guerre de 2008.

Sarp : plateforme de rencontre politique entre Turcs et Géorgiens

13Dans cette dynamique, la part du point de passage frontalier entre la Géorgie et la Turquie est fondamentale. Sarp est plus qu’un poste frontière ; il s’agit d’un point symbolique très fort, marquant la fin de l’Union soviétique et l’avènement de ce nouveau monde dans le Caucase. En effet, depuis son ouverture en 1988, ce poste-frontière, cette « porte du Caucase et de l’Asie-centrale » fut non seulement l’objet de toutes les polémiques (trafic de drogue, commerce illicite, trafic humain, corruption etc..), mais en même temps une véritable plateforme politique entre les dirigeants géorgiens et turcs pour acclamer l’amitié turco-géorgienne. C’est seulement deux jours après son ouverture en 1988 que Turgut Ozal (1927-1993), alors premier ministre, a visité ce village coupé en deux depuis 1937, comme nous l’avons indiqué, tout en martelant que « les frontières n’étaient pas des impasses, mais plutôt des lieux de passage »9. Le Président Demirel s’est à nouveau rendu à Sarp au mois de décembre 1989. Le 30 mai 2011, lors de l’inauguration des nouveaux bâtiments du poste frontière de Sarpi, côté géorgien donc, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan et le président géorgien Mikhaïl Saakashvili ont voulu sceller les relations turco-géorgiennes, les présenter comme modèles de coopération et le faire savoir à l’envi aux Russes, aux Arméniens, mais aussi aux Azerbaïdjanais. Cette rencontre fut également l’occasion d’autoriser les ressortissants des deux pays à voyager avec une simple carte d’identité. Pour une région habituée à des formalités interminables, à des suspicions et à la corruption, c’était une véritable révolution. D’après le premier ministre turc, c’était « un développement significatif » pour les deux pays et « une mise en œuvre unique au monde ». Selon lui, cette évolution se justifiait grâce au volume d’échanges commerciaux entre la Turquie et la Géorgie, qui était d’environ 240 millions de dollars en 2002, et qui a dépassé le milliard de dollars à partir de 2010 ; ajoutant que les postes-frontières entre les deux pays avaient largement contribué à ces chiffres. Le Premier ministre turc ajoutait : « La Turquie n’est pas seulement un proche voisin de la Géorgie, mais c’est aussi un ami fiable. Aujourd’hui, la Turquie et la Géorgie sont les partenaires les plus importants dans la région du Caucase ». Lors de la cérémonie, Saakashvili a déclaré que Erdoğan « était un homme politique courageux et honnête ». Il décrit Mustafa Kemal Atatürk, fondateur de la République moderne de Turquie, comme son « idole en politique »10.

14Cette évolution, nous la constatons surtout dans les statistiques. Voici la situation de la circulation sur les quatre dernières années.

Tableau I : Types de véhicules entrés et sortis par Sarp/Sarpi, 2008-2011

2008

entrées/sorties

2009

entrées/sorties

2010

entrées/sorties

2011

entrées/sorties

automobiles

44757

62499

84353

100490

155261

170614

187186

204290

autobus

11113

11258

20926

21107

31673

31787

41789

41969

Véhicules de marchandises*

76601

76601

103725

103725

129858

125584

175770

807

*poids-lourds, camions, camionnettes

Source : services turcs des douanes de Sarp.

15Il va sans dire que les utilisateurs principaux de Sarp/Sarpi sont les Géorgiens et les Turcs. Si l’on considère seulement les deux dernières années, l’on constate là aussi une augmentation considérable du nombre de voyageurs, mais également une diversification des nationalités.

Tableau II : Les entrées et sorties des voyageurs à Sarp/Sarpi par nationalités, 2010-2011

Nationalités

2010

2011

différence en pourcentage

Géorgiens

2035972

2075182

1,9 %

Azerbaïdjanais

103428

148384

43 %

Arméniens

63507

75660

19 %

Grecs

21517

22036

2 %

Russes

20019

19785

-1 %

Iraniens

11803

55395

369 %

Ukrainiens

4558

4924

8 %

Bulgares

6152

9194

49 %

Allemands

3198

3948

23 %

Kazakhs

1537

1780

16 %

Total (les 10 premiers pays)

2271691

2416288

6 %

Autres

861663

1185533

38 %

Total général

3133354

3601821

15 %

Source : police turque des frontières à Sarp.

16Dans le tableau, la catégorie « autres » désigne en réalité surtout les voyageurs turcs entrés et sortis du poste frontière de Sarp. Si l’on veut établir une évolution pour les Turcs depuis 2007 on obtient le tableau suivant :

Tableau III : Les entrées et sorties des citoyens turcs, poste-frontière de Sarp, 2010 et 2011

Année

Entrées

Sorties

total

2007

786 661

795 097

1 581 758

2008

1 087 923

1 092 966

2 180 889

2009

1 306 360

1 309 473

2 615 833

2010

1 571 711

1 561 634

3 133 354

2011

1 801 441

1 800 687

3 602 128

Source : police turque des frontières à Sarp

17De 2007 à 2011 le nombre de citoyens turcs qui utilisent le poste-frontière de Sarp a augmenté de 43,9 %, ce qui est considérable. On remarquera aussi que la période de conflit en Ossétie (2008), n’a pas découragé les Turcs de voyager en Géorgie ou à travers la Géorgie.

18Mais au-delà des relations turco-géorgiennes qui ne sont pas l’objet proprement dit de cet article, nous voudrions surtout nous pencher sur la région particulière de la Géorgie, l’Adjarie et sa capitale Batoumi (Batum en turc) dont dépend Sarp.

Batoumi et l’Adjarie : paradis touristiques d’investissements pour les Turcs ?

  • 11 Chiffres fournis par les services commerciaux du Consulat général de Turquie à Batoumi.

19Après une longue période de présence turque par intermittence depuis le xve siècle, la région de l’Adjarie (et sa capitale Batoumi) fut intégrée dans l’Empire russe conformément au Traité de Berlin de 1878. L’expansion réelle de Batumi a commencé à partir de 1883, lorsque le chemin de fer a relié la ville à Tbilissi et à Bakou. En 1886, elle fut déclarée port-franc et le dispositif fut complété par la construction en 1900 de l’oléoduc Batoumi-Bakou. Le plébiscite organisé le 12 juin 1918 selon les termes du traité de Brest-Litovsk a marqué pour quelques mois le retour de la région à l’Empire ottoman, puis la défaite de ce dernier aux côtés de l’Allemagne a entraîné son occupation par les alliés et son abandon en janvier 1919. Devenue officiellement dès juillet 1921 une république autonome soviétique, l’Adjarie a une superficie de 3 000 km2 et compte près de 400 000 (386 900 en 2010) habitants dont 123 500 à Batoumi (les autres villes importantes sont : Qeda, Kobuloti, Shuakhevi, Khelvachauri, Khulo) et abrite donc 8,7 % des 4,4 millions de Géorgiens (en 2010). On estime que 65 % de la population de la ville de Batoumi est chrétienne, 30 % musulmane, tandis que 70 % des autres villes adjar sont de confession islamique11.

20Cette république autonome fut dirigée par Aslan Abashidze entre 1991 et 2007. Le grand-père de cet apparatchik, Memed Abashidze, fils d’un opposant au régime stalinien et célèbre écrivain de confession islamique, député dans le premier parlement de l’éphémère République démocratique de Géorgie (1918-1921) fut assassiné en 1937 par Staline, tandis que son père, athée, fut déporté en Sibérie. Quant à Aslan Abashidzé, se déclarant chrétien, il fut Président du Conseil supérieur de la République de 1991 à 1998, puis président de la République. Profitant des troubles en Géorgie et surtout de la vacance d’un pouvoir réel, Abashidzé força la main à Edouard Chevarnadze pour prendre le chemin de l’indépendance. Or, les relations entre le pouvoir central et la République autonome sont devenues très conflictuelles après la « Révolution des roses ». En 2004, après une crise qui a failli tourner à l’affrontement armé, Abashidzé fut forcé par Saakashvili de quitter sa petite république pour se réfugier à Moscou.

21Aujourd’hui, cette république solidement ancrée d’un côté à la Géorgie et de l’autre à la Turquie tente de tirer profit à la fois de sa position géographique privilégiée dans le sud du Caucase, mais aussi de son climat, de sa position de débouché maritime et de son chemin de fer qui la relie au Caucase.

  • 12 Radvanyi, Jean, Durbiano, Claudine « Aspects des systèmes touristiques et récréatifs du littoral so (...)

22Dès le xixe siècle, l’Adjarie développe une industrie de tourisme. Malgré l’introduction des espèces méditerranéennes, le taux d’humidité dans l’air y reste extrêmement élevé (plus de 80 %) et les pluies fréquentes (la période août-septembre correspond au maximum de précipitations). Cependant les températures sont élevées et l’ensoleillement y offre d’excellentes conditions de villégiatures estivales et hivernales12. Une côte maritime de 57 km, de nombreuses rivières (400 km) et plans d’eau, de nombreuses montagnes couvertes de forêts et protégées par le statut de parcs nationaux offrent aux touristes nationaux et étrangers des ressources exceptionnelles.

23Sur la côte turque les ressources naturelles sont aussi riches, mais la Turquie, de par sa politique de développement des transports routiers, a pratiquement coupé les liens de la population avec la mer. Les autoroutes gagnées sur la mer tout au long du rivage pontique ont arraché littéralement la population à la mer en supprimant le peu de plages qui existaient et ont transformé les villes en cul-de-sac.

24Pendant une dizaine d’années après la dislocation de l’Union soviétique, de nombreuses villes turques maritimes et même des villes de l’intérieur se sont transformées en des « marchés russes » où des milliers d’ex-soviétiques et de Turcs vendaient et achetaient de tout. Si la bourgeoisie turque y trouvait son compte, conservateurs, islamistes, nationalistes et surtout partis politiques les encadrant ont crié au scandale et ont dénoncé la légèreté de ces « touristes » qui inondaient les villes. La situation économique du Caucase et de la Russie s’améliorant, les moyens de transport aériens et maritimes ayant largement pris le relais, le « tourisme » des pauvres s’est tari, et les véritables touristes désireux de passer des vacances se rendent maintenant sur les rives méditerranéennes et égéennes.

25Certes de nombreux hôtels et centres commerciaux reçoivent encore des Caucasiens sur toute la côte, de Trabzon jusqu’à la frontière, mais ce ne sont plus des séjours prolongés. Pour remédier aux pertes financières des villes, certains centres commerciaux de « discount » sont créés près de la frontière. Le plus important d’entre eux, Istanbul Bazaar, a ouvert en grande pompe ses trente-cinq boutiques de « marques », à Kemalpaşa, près de Sarp, le 9 juillet 2010 avec la participation des autorités et des milieux d’affaires turcs et géorgiens. Le complexe est destiné à attirer la clientèle géorgienne, arménienne et azerbaïdjanaise. Lors de l’inauguration, les propos du Premier ministre de l’Adjarie Levan Varsholomidzé, résumaient le chemin parcouru en vingt ans entre Géorgiens et Turcs et surtout sur la côte pontique :

« Je vis une belle journée avec mes amis turcs. Je voudrais féliciter tous ceux qui ont contribué à cette œuvre. Il y a vingt ans on ne pouvait même pas imaginer une chose pareille, tellement nous étions loin les uns des autres. Aujourd’hui nous sommes ensemble et nous avons un aéroport commun ; on peut passer la frontière sans visa ; bientôt nous supprimerons le passeport13. »

Photo 4 : Panneau en turc et en géorgien du centre commercial « Istanbulbazaar » à Kemalpaşa à 2 km de Sarp, destiné essentiellement aux Géorgiens.

Photo 4 : Panneau en turc et en géorgien du centre commercial « Istanbulbazaar » à Kemalpaşa à 2 km de Sarp, destiné essentiellement aux Géorgiens.

Photo : Faruk Bilici, mars 2011)

  • 14 Le 23 mars 2012, le Président de la Chambre de commerce et d’industrie de Rize tirait la sonnette d (...)

26En réalité cette précipitation d’ouverture de centres commerciaux reflète une inquiétude, celle de voir la tendance s’inverser. Car grâce à la suppression des visas avec la Géorgie, Batoumi et sa région sont devenues pour beaucoup de Turcs des centres attractifs de loisirs, aussi bien pour les jeux que pour la vie nocturne. Certains responsables économiques locaux commencent même à dénoncer cette liberté de voyage entre les deux pays14.

Tableau IV : Répartition des touristes étrangers en Adjarie

Année

touristes

Azerb.

Turquie

Iran

Israël

Arménie

Ukraine

Autres

2004

27 000

1 700

2 369

230

55

20 000

250

2 396

2005

67 477

2 498

10 062

514

105

46 273

1 349

6 676

2006

112 299

4 628

39 588

634

956

54 996

1 785

9 712

2007

112 299

4 628

39 588

634

956

54 996

1 785

9 712

2008

76 218

3 757

30 804

330

1 740

26 130

1 704

11 753

2009

162 059

12 811

70 476

232

405

60 636

2 309

15 190

2010

312 275

43 970

136 341

4 536

967

98 995

7 706

19 760

2011

480 852

56 178

232 506

27 021

10 064

104 561

10 657

39 865

2010
– + %

54,0

27,8

70,5

495,7

940

5,6

38,3

101,7

2009
– + %

196,7

338,5

229,9

11547

2384

72,4

361,5

162,4

Source : chiffres fournis par l’Office de tourisme du gouvernement autonome d’Adjarie

27Il est clair que mise à part l’année de la guerre russo-géorgienne (2008), le nombre de touristes étrangers ayant visité l’Adjarie et plus particulièrement Batoumi a enregistré une augmentation considérable : 54 % de plus en 2011 en comparaison à 2010 et plus de 196 % en comparaison avec 2009. Un autre chiffre : en 2005, l’on comptait 27 000 touristes étrangers, ce chiffre a atteint les 480 000 en 2011 et on pense qu’il avoisinera les 900 000, en 2012. Si l’on ajoute le nombre de touristes locaux (près de 838 000 en 2011), l’on comprend facilement que le secteur économique le plus important en Adjarie et dans sa capitale est le tourisme.

Relations économiques et « culturelles » de la mer Noire orientale turque avec Batoumi

  • 15 Par une coïncidence formidable, le jour où je me trouvais à l’aéroport de Batoumi, le 11 mars 2012, (...)
  • 16 Chiffres fournis par les services commerciaux du Consulat de Turquie.

28Naturellement dans cette augmentation, se déplacer avec une simple carte d’identité a joué un rôle déterminant. Mais l’intensification des relations économiques y est également déterminante. L’un des relais de l’intégration de l’Adjarie avec la partie pontique orientale de la Turquie est l’aéroport international de Batoumi. Construit en 2007 par un grand groupe turc de travaux publics et gestionnaire de plusieurs aéroports, Tepe Akfen Ventures (TAV)15, cet aéroport international dessert bien sûr Batoumi mais également les villes turques d’Artvin et de Rize, chose exceptionnelle dans tous les pays de la région. Cet aéroport qui a accueilli 81 000 voyageurs en 2008, a enregistré une augmentation de 51 % en 2011 avec 133 890 personnes16.

  • 17 Cette question du poids des Géorgiens et surtout des Adjaris en Turquie a fait l’objet de publicati (...)

29Ainsi de très nombreuses entreprises de bâtiment et de travaux publics, de textile, d’hôtellerie, mais aussi d’alimentation emploient, à Batoumi uniquement, plus de 5 000 salariés. Les Géorgiens attendent beaucoup des Turcs, s’appuient sur la grande diaspora géorgienne17, mais organisent surtout l’infrastructure pour attirer les investisseurs turcs. La mise à disposition de terrains de construction, les allégements fiscaux, les garanties de rapatriement des bénéfices et surtout la réduction au minimum des formalités administratives pour créer des entreprises sont des éléments loués par des entrepreneurs turcs. La proximité linguistique avec les Laze en Turquie, la présence de nombreux turcophones en Adjarie (d’après les estimations, plus de 18 000) font partie des facteurs d’intégration. À cela il faut ajouter l’engouement des Géorgiens pour la langue turque (à Batoumi les services culturels du Consulat scolarisent chaque année plus de 800 élèves), l’échange d’étudiants et d’enseignants entre universités. L’Université d’État Shota Rustavili dispose d’un département d’études turques où une soixantaine d’étudiants géorgiens sont formés en langue, mais aussi en économie et gestion. Cette université organise des manifestations scientifiques avec les universités turques de Trabzon, Rize, Artvin et Ardahan. Créée en 2009, l’Union des universités du Caucase, timide pour le moment, organise son second congrès à Batoumi au mois de mai 2012 et s’apprête à instaurer un système d’échange d’étudiants et d’enseignants baptisé Mevlâna (du nom du poète mystique du xiiie siècle Celâleddin Rûmi) semblable au réseau Erasmus.

  • 18 Voir le site de ces écoles Ça lar : http://www.caglar.edu.ge/TR/Icerik_Detay.ASP?Icerik=70.
  • 19 Pour les activités de ces établissements Gülen en Asie centrale et dans le Caucase, voir : Balcı, B (...)

30Quant aux établissements d’enseignement du groupe religieux Gülen, rebaptisés Çağlar Eğitim Kurumları (Les institutions éducatives Çağlar), ils scolarisent plusieurs milliers d’élèves et d’étudiants à tous les niveaux en Géorgie et notamment à Tbilissi. Ils sont représentés à Batoumi par un lycée, R. Şahin Dostluk Lisesi (le Lycée de l’amitié R. Şahin) qui reçoit chaque année 60 élèves18. Ces établissements sont comme d’habitude sujets à polémique, mais dans tous les cas, ils ont de puissants liens dans les milieux d’affaires et politiques qui concourent très ouvertement à une plus grande intégration19.

Églises « géorgiennes » contre mosquées « turques » ?

  • 20 Les articles liés à cette question sont traduits et me sont aimablement fournis par le Consulat gén (...)

31Parallèlement aux relations économiques très actives entre la Turquie et cette partie de la Géorgie, la question épineuse de construction de mosquées en Géorgie et de restauration des anciennes églises géorgiennes en Turquie mobilise les deux gouvernements, mais aussi une partie de la société civile, notamment les partis nationalistes ou fondamentalistes. On apprend ainsi dans le journal Alia publié à Batoumi le 31 janvier 201220, qu’un comité est créé sous l’égide du Parti travailliste pour « protester contre la construction de la mosquée Aziziye à Batoumi ». Le porte-parole de ce parti, David Robakidze, considère que « garder le silence devant une telle affaire, c’est œuvrer contre les intérêts de la Géorgie ». Selon lui, « la reconstruction de cette mosquée est le premier pas de l’occupation de l’Adjarie par la Turquie. Batoumi est déjà turcisée. La construction de la mosquée revient à ériger la statue de l’Empire ottoman. Bientôt, la République autonome d’Adjarie ne sera plus une république de la Géorgie, mais un département turc ».

32Cette polémique qui révèle bien d’autres questions d’interférences entre la Turquie et la Géorgie est née autour de la question de la reconstruction de la mosquée Aziziye. Cette mosquée de taille très modeste fut construite en 1869 sous le règne du sultan Abdülaziz par le gouverneur de Trabzon Emin Muhlis Pacha dans le quartier du port. Elle fut démolie à l’époque stalinienne et à son emplacement furent construits un jardin et un cimetière21. La rumeur a enflé lorsqu’on a appris que la mosquée allait être reconstruite à l’identique et au même emplacement. Naturellement, ces bruits se révèlent faux, en revanche la construction d’une nouvelle mosquée semble faire son chemin. Mais le gouvernement géorgien voudrait troquer cette construction contre la restauration par le gouvernement turc d’un certain nombre d’anciennes églises en Turquie. Finalement, au mois de janvier 2012, un accord est survenu entre les ministères turc et géorgien de la culture, au grand mécontentement de l’église orthodoxe géorgienne, accord selon lequel Aziziyé sera reconstruite et surtout la mosquée Ahmediyye dans le village de Ahiska (en turc) ou Akhaltsikhe (en géorgien) sera restaurée. Ce dernier village se trouve dans le sud de la Géorgie à proximité de la frontière avec la Turquie. La mosquée à la « coupole rouge » connue pour ses dessins de chevaux et ses peintures murales, a été construite à l’origine sur les ordres de Haci Ahmed Pacha en 1749. La mosquée est très appréciée par les dirigeants de la communauté Ahmediyye. Le bâtiment à l’intérieur des murs du château a été démantelé après la catastrophe de 1928 et les minarets ont été envoyés à Saint-Pétersbourg, tandis que la mosquée a été transformée en église, puis en musée. La restauration de cette mosquée est actuellement en cours d’achèvement22.

33En contrepartie et en collaboration avec des archéologues et architectes géorgiens, certaines églises et monastères historiques en Turquie seront également restaurés. Parmi les plus importantes, celles qui se trouvent dans l’ancien royaume géorgien de Tao-Klarjeti (ou Klarceti) ou les actuelles provinces turques de Kars, Ardahan, Artvin et Erzurum, comme Oshki, Işhanı (Artvin, Yusufeli), Doliskana, Bana, Parhali, Othta, Berta, Opiza et Tbeti sont concernées. Mais dans un premier temps, on n’évoque que les deux premières faisant l’objet d’un programme de restauration : il s’agit tout d’abord du monastère d’Oshki ou Oshk-Vank, dans le département d’Erzurum (Uzundere, Çamlıyamaç), dédié à Saint-Jean Baptiste. Chef-d’œuvre géorgien du xe siècle, ce monastère fut construit sous le règne de David III Kuropalates (930-1 000 ou 1 001), de la dynastie Bagratide, souverain de Tao-Klarjeti et allié fidèle de l’empereur byzantin. Couronnée d’un haut dôme conique, l’église suit un plan en croix latine. Sa monumentalité représente bien l’épanouissement de la Géorgie médiévale, et ses restes en font une véritable chronique historique : l’extérieur du bâtiment est recouvert d’inscriptions sur les commanditaires et les constructeurs de l’église. Au xvie siècle, cette région a été absorbée par l’Empire ottoman et ses nombreux monastères ont été abandonnés. Oshki servit un temps de mosquée après la conversion de la population locale à l’islam puis fut finalement abandonnée. Ce monument vieux de mille ans a gravement souffert des négligences prolongées. Au fil du temps, les vastes zones des voûtes se sont effondrées, et aujourd’hui de nombreuses parties du monument sont dans un état alarmant. C’est grâce à un esprit de responsabilité partagée entre la Turquie et la Géorgie que l’un des plus importants monuments médiévaux géorgiens en Turquie peut être sauvé23.

Photo 5 : Mosquée Aziziye à Batoumi, démolie à l’époque stalinienne (carte postale russe, début du xxe siècle)

Photo 5 : Mosquée Aziziye à Batoumi, démolie à l’époque stalinienne (carte postale russe, début du xxe siècle)

34Le second monument est le monastère d’Işhanı et son église, ancien siège d’évêché, datant du ixesiècle et se trouvant dans le département d’Artvin près de la ville de Yusufeli. Le bâtiment a servi d’église jusqu’au xviie siècle et au xixe siècle, il fut d’abord transformé en caserne, puis en mosquée. Depuis 1987, il est classé monument historique et attend d’être restauré.

Conclusion

35Cette étude ne visait pas globalement les relations turco-géorgiennes (ceci fera l’objet d’une autre étude), mais plutôt le processus d’intégration régionale en cours entre l’est de la mer Noire turque et la partie occidentale de la Géorgie, l’Adjarie et sa capitale Batoumi. Vingt-deux ans après la fin de l’Union soviétique et vingt ans après les premières études que nous avions faites, les modifications structurelles considérables sont observables dans tous les domaines, économiques, sociaux et politiques en Géorgie occidentale et dans ses relations avec la Turquie pontique.

36La proximité culturelle, linguistique voire religieuse contribue à cette intégration, mais les intérêts économiques bien compris de part et d’autre offrent à la frontière une sorte de centralité où plus de deux millions de personnes, des milliers de camions et d’autres véhicules charrient des marchandises dans les deux sens. Batoumi est ville candidate à un dynamisme touristique exceptionnel, à la fois grâce à sa position maritime, son port, son chemin de fer, son aéroport international, mais aussi à un climat tempéré et un environnement écologique préservé de la pollution et des destructions, la libéralisation de la législation sur les jeux complétant le dispositif. Dans tous les cas, le rétablissement des relations pacifiques avec la Russie offrira à l’Adjarie et à Batoumi des perspectives prometteuses de développement aussi bien pour les Géorgiens que pour les Turcs.

Haut de page

Notes

1 Bilici, Faruk « Chocs et trocs en tout genre à la frontière turco-géorgienne… », Panoramiques, numéro dirigé par De Tinguy, Anne et Wihtol de Wenden, Catherine, n° 14/2e trimestre 1994, pp. 167-171.

2 Bilici, Faruk « Une réalisation concrète avant la lettre : la coopération en mer Noire orientale », Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien (CEMOTI), numéro consacré à La Zone de coopération économique des pays riverains de la mer Noire, n° 15 | 1993, pp. 168-184,

3 Kotek, Joël et Destatte, Philippe, L’Europe et ses villes frontières, Centre d’études des relations internationales et stratégiques, Bruxelles, Editions Complexe, 1996 ; Brogini, Anne, « Des frontières au sein d’une ville-frontière ? Les non-catholiques à Malte à l’époque moderne (xvie-XVIIe siècle) », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 73 | 2006, http://cdlm.revues.org/1262 ; Martinez, Marie-Veronique, « De la notion de ville-frontière à celle de frontière dans la ville Le cas de Perpignan au xviie siècle », Cahiers de la Méditerranée, [En ligne], 73 | 2006, URL : http://cdlm.revues.org/1362.

4 Tölle, Alexandre, « Berlin et la région frontalière germano-polonaise : une métropole en Europe centrale ? », Géocarrefour, vol. 80/1, 2005, pp. 17-25.

5 Orcier, Pascal, « Valka-Valga : recomposition d’une agglomération frontalière entre Lettonie et Estonie ? », Articulo – Journal of Urban Research [Online], 6 | 2011, URL : http://articulo.revues.org/1683.

6 Lasserre, Frédéric, Forest, Patrick et Arapi, Enkeleda, « Politique de sécurité et villages-frontière entre États-Unis et Québec », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, article 595, URL : http://cybergeo.revues.org/25209 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25209.

7 Voir pour cette question : Biarnes, Pierre, La route de la soie : une histoire géopolitique, Ellipses, 2008 ; Wood, Frances, The Silk Road : Two Thousand Years in the Heart of Asia, British Library, 2003 ; voir aussi : Pope, Hugh, Fils de conquérants : le monde türk et son essor (tr. de l’anglais par Benoit Léger), Les Presses de l’Université de Laval, 2011.

8 http://www.gumruk.gov.tr/tr-TR/abdisiliskiler/Sayfalar/ipekyolu.aspx

9 Milliyet, le 4 septembre 1988.

10 http://www.hurriyetdailynews.com/turkish-georgian-leaders-meet-at-sarp-border-gate.aspx?pageID=438&n=erdogan-saakashvili-meet-at-sarp-border-gate-2011-05-31

11 Chiffres fournis par les services commerciaux du Consulat général de Turquie à Batoumi.

12 Radvanyi, Jean, Durbiano, Claudine « Aspects des systèmes touristiques et récréatifs du littoral soviétique de la mer Noire et de la mer Caspienne. Étude comparative avec le littoral méditerranéen français ». Méditerranée, n° 23/1987, p. 138-139.

13 http://www.haberler.com/artvin-sinir-alisveris-merkezi-istanbul-bazaar-2144733-haberi

14 Le 23 mars 2012, le Président de la Chambre de commerce et d’industrie de Rize tirait la sonnette d’alarme en déclarant que les Turcs de la région perdent chaque mois dans les jeux à Batoumi plus de 7 millions de dollars ce qui provoque la ruine économique de la région : http://www.aydinpost.com/batumda-her-ay-kumarda-7-milyon-dolar-kaybediyoruz-159637h.htm?interstitial=true.

15 Par une coïncidence formidable, le jour où je me trouvais à l’aéroport de Batoumi, le 11 mars 2012, l’entreprise française Aéroports de Paris (ADP) a racheté les 38 % des parts de TAV pour 875 millions de dollars. Mais cette transaction ne change strictement rien ni au fonctionnement ni au statut de l’aéroport de Batoumi.

16 Chiffres fournis par les services commerciaux du Consulat de Turquie.

17 Cette question du poids des Géorgiens et surtout des Adjaris en Turquie a fait l’objet de publication de documents sur le fameux site Wikileaks. Dans ces documents, les origines du Premier ­ministre (il est originaire de Rize et surtout il parlerait le laze), les liens des Adjaris turcs avec leurs frères de Batoumi, la puissance du lobby géorgien sur la politique en Turquie sont fortement soulignés : http://www.circassianworld.com/new/headlines/1589.

18 Voir le site de ces écoles Ça lar : http://www.caglar.edu.ge/TR/Icerik_Detay.ASP?Icerik=70.

19 Pour les activités de ces établissements Gülen en Asie centrale et dans le Caucase, voir : Balcı, Bayram, Missionnaires de l’Islam en Asie centrale : les écoles turques de Fethullah Gülen, Paris : Maisonneuve & Larose, coll. IFÉA, 2003, 301 p ; voir aussi : Balcı, Bayram : “Between Da’wa and Mission : Turkish Missionary Movements in Central Asia and Caucasus, in Rosalind Hacket, “Proselytization Revisited : Rights Talk, Free Markets and Culture Wars”, London, Equinox Publishers, 2009, pp. 367-389. Sur la question des missionnaires turcs dans la région de Batumi, voir : http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/02634930701702399

20 Les articles liés à cette question sont traduits et me sont aimablement fournis par le Consulat général de Turquie à Batoumi.

21 http://www.turkgurcu.com/showthread.php/7583-Batum-Aziziye-Camii.

22 http://ahmadiyyatimes.blogspot.fr/2011/09/georgia-restoration-of-ahmadiyya-mosque.html. Voir aussi : http://www.1ews.com.tr/yazarlar/20120222102337580.html.

23 http://www.wmf.org/project/oshki.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Entrée de la Turquie par Sarpi.
Crédits Photo : Faruk Bilici, mars 2011
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/441/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photo 2 : Entrée de la Géorgie par Sarpi.
Crédits Photo : Faruk Bilici, mars 2011.
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/441/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Photo 3 : File de camions en attente pour entrer en Turquie à Sarp/Sarpi.
Crédits Photo : Faruk Bilici, mars 2011
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/441/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Photo 4 : Panneau en turc et en géorgien du centre commercial « Istanbulbazaar » à Kemalpaşa à 2 km de Sarp, destiné essentiellement aux Géorgiens.
Crédits Photo : Faruk Bilici, mars 2011)
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/441/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Photo 5 : Mosquée Aziziye à Batoumi, démolie à l’époque stalinienne (carte postale russe, début du xxe siècle)
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/441/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Faruk Bilici, « Sarp/Sarpi : la porte de l’intégration entre la Turquie et la Géorgie vingt ans après la chute de l’Union Soviétique », Anatoli, 3 | 2012, 203-221.

Référence électronique

Faruk Bilici, « Sarp/Sarpi : la porte de l’intégration entre la Turquie et la Géorgie vingt ans après la chute de l’Union Soviétique », Anatoli [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://anatoli.revues.org/441 ; DOI : 10.4000/anatoli.441

Haut de page

Auteur

Faruk Bilici

Faruk Bilici est professeur des universités en études ottomanes et histoire turque à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INaLCO) à Paris. Membre du Centre de recherches Europes-Eurasie (CREE), du Cercle d’études balkaniques (CEB), il est directeur de la collection « Bibliothèque turque » chez Actes-sud/Sindbad et membre du comité éditorial de la revue Anatoli. Ses recherches portent essentiellement sur le monde ottoman des xvie-xxe siècles, les relations franco-ottomanes, l’histoire et le présent de la mer noire et sur les différentes formes de l’islam, de l’Empire ottoman à nos jours. Dernier ouvrage : Ahmet Hamdi Tanpınar, Histoire de la Littérature turque du xixe siècle, Actes-sud/Sindbad, collection « Bibliothèque turque », édition française dirigée et présentée par Faruk Bilici, 2012, 928 p. Derniers articles parus dans Anatoli : « Les Balkans ottomans : un monde englouti », Anatoli n° 1, 2010, pp. 57-70 ; « Rumluk après rumluk : la survivance de la langue et de la culture grecques sur les côtes turques de la mer Noire », Anatoli n° 1 ; pp. 233-251.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org