Navigation – Plan du site

Avant-propos

Angeliki Giannakidou
Traduction de Michel Bruneau
p. 13-15

Texte intégral

1La célébration du dixième anniversaire du Musée Ethnologique de Thrace a coïncidé avec la tenue d’un colloque international « Géopolitique des Civilisations », organisé par la revue française Anatoli, à l’occasion du ­vingtième anniversaire de l’article de Samuel Huntington « Le Conflit des Civilisations ». Le Musée se devait de relever ce défi.

2La proposition du Professeur Georges Prévélakis de choisir Alexandroupolis comme lieu de ce colloque s’est fondée sur l’intérêt que présente la région de Thrace, dont l’histoire et la géographie sont caractérisées par un multiculturalisme affirmé.

3La Thrace, du piémont du Mont Haemos (Balkan) jusqu’aux rives égéennes, de la mer de Marmara jusqu’au Bosphore et à la mer Noire, a été tout au long de l’Antiquité un espace doté de ressources exceptionnelles. Il a joué un rôle vital dans la Péninsule Balkanique pendant l’Empire Romain ; il a été le poumon de l’Empire Byzantin et une région d’une importance stratégique capitale à partir du xixe siècle.

4L’intérêt international pour cet espace intermédiaire entre Orient et Occident et l’exercice par les États d’une nouvelle politique régionale aux niveaux militaire, ethnique, religieux et culturel, a eu comme conséquence la division de la Thrace.

5Depuis longtemps, de nombreuses populations, d’origines et cultures différentes, s’étaient insérées dans l’environnement thrace. Paysans et bourgeois, Slaves et Turcophones, Pomaques, Arméniens, Juifs et Rûm, Chrétiens Orthodoxes et Musulmans, Chrétiens islamisés et Sunnites, Bektachis et Malékites, coexistaient dans un espace qui leur procurait un destin commun. Ils vivaient ensemble avec toutes leurs particularités et leurs contradictions ; ils les dépassaient à travers des éléments communs aussi bien que des différences, qui se manifestaient dans une culture rurale et urbaine très peu ethnicisée.

6Ce système fonctionna jusqu’à la dissolution des Empires et les revendi­cations pour la création d’États-nations. Les différences ethniques et religieuses se sont par la suite exacerbées et ont été utilisées pour la division de la Thrace en trois parties. Des événements tragiques (guerres balkaniques, Première Guerre mondiale), suivis de conventions et de traités, ont abouti à l’échange des populations. Des Bulgares sont partis de Grèce, des Turcs et des Grecs de Bulgarie ; en quinze jours la Thrace orientale a été « vidée » de sa population grecque. De cet échange des populations turques et grecques, musulmanes et chrétiennes, ont été exclus les Musulmans de la Thrace grecque, reconnus comme minorité religieuse (traité de Lausanne de 1923). Comme minorités religieuses ont été aussi reconnues les communautés musulmanes de Bulgarie et les slavophones de Thrace orientale, qui se sont installés dans les villages abandonnés à l’époque de la guerre froide. Entre les trois parties de la Thrace ont été érigées des frontières économiques, nationales et culturelles, ayant comme conséquence un isolement croissant et la multiplication des rapports conflictuels.

7Les identités nationales des trois États, Grèce – Bulgarie – Turquie, revendiquant chacun une supériorité à travers une mémoire historique sélective, ignoraient les réseaux de relations, la circulation et les échanges entre les hommes, les biens et les idées, qui ont fonctionné dans cet espace jusque dans un passé récent.

8Les monuments, les bâtiments privés ou publics, les églises ou les mosquées témoignent de ce passé et des échanges entre diverses populations, malgré leurs particularités ethniques et religieuses.

9Après la chute du communisme et la fin de la guerre froide, les « murs » qui enfermaient les villages des Pomaques sont tombés. Sur la nouvelle carte des alliances et de l’Europe intégrée (la Bulgarie est désormais membre de l’Union Européenne et la Turquie en voie d’intégration), les habitants de Thrace ont commencé à rechercher la mémoire des expériences vécues pour retrouver les chemins de la communication. Il y a toujours des différences et souvent des syndromes phobiques qui se sont transportés et ont été transplantés aux dépens de la réalité. Malgré tout, avec le temps, la coexistence en Thrace des deux religions majeures, sans expressions fondamentalistes, met fin à la polarisation des idées qui s’appuient sur des stéréotypes et des préjugés, appartenant à une autre époque et aux politiques de gestion généralisée des populations.

10Les approches et les solutions ne peuvent pas exclure les particularités de chaque région, avec ses caractéristiques culturelles, qui forment la réalité du quotidien.

11Jusqu’à maintenant, le quotidien des habitants de Thrace, les cérémonies liturgiques, les fêtes religieuses, les kourbania et les arbres de vœux, montrent que Chrétiens et Musulmans, Sunnites et Bektachis gardent la mémoire d’une coexistence et d’un vivre ensemble, en dépit des idéologies et des politiques importées de l’extérieur. Ces différences culturelles et religieuses sont le privilège et la richesse de la géographie humaine de la Thrace.

12Toutes les actions du Musée, même les plus simples en conception et réalisation, sont effectuées dans le respect, pour la préservation et le maintien de ces équilibres fragiles.

*

13Le colloque a pu avoir lieu grâce au soutien et à la contribution active du maire d’Alexandroupolis, Monsieur Evangelos Lambakis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angeliki Giannakidou, « Avant-propos », Anatoli, 4 | 2013, 13-15.

Référence électronique

Angeliki Giannakidou, « Avant-propos », Anatoli [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://anatoli.revues.org/448

Haut de page

Auteur

Angeliki Giannakidou

Angeliki Giannakidou, Fondatrice et Présidente du Conseil d’Administration du Musée Ethnologique de Thrace. Elle a dirigé les publications du Musée ainsi que la recherche pour la production de 24 documentaires sur la culture de la région géographique de la Thrace.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org