Navigation – Plan du site
Partie 1. Témoignages

Samuel Huntington avant le conflit des civilisations

Paschalis Kitromilidis
Traduction de Michel Bruneau
p. 37-39

Texte intégral

1C’est un grand honneur pour moi d’avoir l’occasion de présenter la personnalité scientifique de mon ancien maître à Harvard, qui m’a appris il y a 40 ans, le véritable caractère des sciences politiques. En tant que fils spirituel de ce même département à Harvard où Samuel Huntington a étudié et enseigné, je me sens fier du fait que mon ancien maître soit aujourd’hui reconnu comme un créateur de la science politique contemporaine, un pionnier dans le développement de la branche de la politique comparée. Notre référence à sa pensée nous offre l’occasion de réfléchir sérieusement à son œuvre scientifique, que peu connaissent en profondeur, en Europe et en Grèce alors que beaucoup l’accusent, voire le condamnent, sans même l’avoir lu et, bien évidemment, sans prendre conscience de son envergure, de son caractère pluridisciplinaire, de son originalité, et de la combinaison unique d’une vision critique et d’une profondeur empirique qui le caractérisent.

2Certes, il ne m’est pas possible dans le cadre limité de cet article de me référer suffisamment à la carrière académique, à l’action politique et à l’impressionnante production éditoriale de Samuel Huntington. Plusieurs études spécifiques ont été rédigées sur son œuvre et, naturellement, une telle approche dépasse les possibilités de cette présentation. Je préfère, donc, brosser à grands traits sa physionomie scientifique en me référant brièvement aux étapes de sa démarche de chercheur et aux orientations de sa pensée scien­tifique et politique, qui se reflètent dans son parcours intellectuel très diversifié.

3Samuel Huntington est mondialement connu, suite au débat qu’a provoqué la publication, en 1993, de son article « The Clash of Civilizations ? » dans le magazine Foreign Affairs. Le débat a rebondi avec la publication, trois ans plus tard, de son livre portant le même titre, sans point d’interrogation. Il faut, quand même, noter que très peu de ceux qui se sont précipités pour condamner l’auteur et ses opinions avaient remarqué cette forme interrogative. Pire, ils ne se sont pas donné la peine de le lire et de le juger pour ce qu’il aspirait à être : une proposition de recherche, une hypothèse de travail, une invitation pour un regard différent sur les réalités, qui, en principe, comme tout essai d’analyse sociale, est l’objet d’un contrôle de vérité. Tous ceux qui n’ont pas tardé à exprimer leur désaccord et à condamner, avec plus ou moins de sérieux, la proposition de Samuel Huntington pour la « refondation de l’ordre mondial », présentée dans son livre The Clash of Civilizations, ignoraient que ces propositions étaient le résultat d’un long parcours scientifique, dédié à l’analyse historique et politique. Ce parcours s’est décomposé en trois phases.

4La première est centrée sur la question des relations entre l’armée et la politique. Elle est exposée dans son ouvrage The Soldier and the State (1957), une œuvre qui a ouvert un champ de recherche scientifique, l’étude des relations politico-militaires et de la sociologie militaire. On peut y observer déjà les caractéristiques qui définiront le parcours de son travail scientifique ultérieur : la combinaison de l’analyse politique, de l’histoire et de la théorie politique ; l’utilisation systématique de la méthode comparative ; la démonstration des dilemmes et des contradictions inhérentes à l’action politique. Il faut noter l’importance que Samuel Huntington porte à l’analyse comparative, comme méthode de base pour la science politique. Même si, dans cette œuvre, au centre de ses intérêts, se trouve l’étude de l’histoire américaine, il commence par l’examen des rapports entre armée et politique, dans les deux cas historiques classiques de la Prusse et du Japon, pour établir le cadre nécessaire dans lequel se situent les manifestations américaines concrètes d’un problème historique et politique plus général.

5Cette méthodologie trouve son expression classique dans l’ouvrage le plus important de Samuel Huntington, Political Order and Changing Societies (1968) qui figure, sans doute, parmi les ouvrages fondamentaux de la science politique que le xxe siècle a produit. Avec cet ouvrage Huntington a contribué à la formation de l’étude systématique du changement politique, qu’on appelait en science politique « développement politique » ; ainsi que plus généralement, à la politique comparée. Dans cet ouvrage sont articulés d’une manière classique les intérêts théoriques et, en même temps, les préoccupations politiques catalytiques de Huntington, cristallisées dans sa problématique sur l’interaction entre le processus du changement politique ou de la modernisation et l’organisation des institutions, l’exercice du pouvoir, la stabilité politique et la liberté politique. Huntington accepte, en principe, que la liberté ne puisse pas exister sans stabilité et ordre politique (political order), garantis par la fonction des institutions. Ce constat serein découle d’un jugement sincère et sans préjugés de l’expérience historique. C’est exactement ce constat, et le réalisme politique sur lequel il est fondé, qui agace ceux qui entrent dans l’analyse politique bardés d’idées reçues qui les empêchent d’accepter et de se mesurer avec les contradictions de l’action politique.

6Ce même jugement prudent et réaliste, qui revêt la forme d’une critique des affirmations idéologiques conventionnelles, caractérise les analyses de Huntington sur la fonction de la démocratie aux États-Unis et dans le monde, dans ses œuvres The Crisis of Democracy (1975), American Politics, the Promise of Disharmony (1981) et The Third Wave : democratization in the Late Twentieth Century (1991). Il faut noter que dans son ouvrage, Political Order in Changing Societies, un des exemples classiques analysés pour montrer les contradictions de la modernisation est celui de la Turquie. En revanche, dans son ouvrage The Third Wave, l’expérience de la Grèce pendant le dernier quart du xxe siècle est mise en relief comme un cas classique de réussite de la démocratisation.

7En conclusion, restons sur le dernier grand ouvrage de Samuel Huntington, longuement discuté et source de polémiques, The Clash of Civilizations, même s’il s’agit d’un texte beaucoup moins élaboré. Pour être franc, ce livre a provoqué de sérieuses réactions, à cause de l’exclusion des pays orthodoxes, y compris la Grèce, de la civilisation occidentale ; de cette civilisation que Huntington considère comme caractéristique de la modernité, de l’individualisme et de la liberté. Ces réactions fortement émotives ont détourné le débat vers le côté le plus discutable du livre, c’est-à-dire le bien fondé historique de son examen des civilisations non occidentales.

8Cette tournure prise par le débat n’a pas permis l’appréciation de la dimension normative de l’argumentation de l’écrivain. À mon avis, celle-ci est l’élément le plus important du livre, non pas les opinions empiriques et historiques, qui pourraient toujours être plus mesurées et adaptées à une étude plus approfondie. Le discours normatif de l’écrivain dans The Clash of Civilizations provient d’un dialogue avec la théorie politique et invite le monde occidental à réfléchir sur la question du renouvellement de la vie morale, il met l’accent sur la nécessité de préserver la tradition culturelle de l’Occident qui découle de la civilisation gréco-romaine et du christianisme. Il invite à la modération, à la reconnaissance des besoins des autres civilisations et constate les points communs entre les civilisations, surtout la nécessité d’une morale humaniste qui doit être protégée de la montée de la barbarie dans le monde. Il s’agit là de la question de la responsabilité politique qui relie l’œuvre de Huntington à la pensée de Max Weber et à la science politique critique que celui-ci a fondée. Ce tropisme wébérien, présent sans être ouvertement déclaré, constitue, à mon avis, l’élément le plus important de cet ouvrage. Il s’agit de la demande de politique et de leadership intellectuels responsables qui doit nous introduire tous à une problématique sérieuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paschalis Kitromilidis, « Samuel Huntington avant le conflit des civilisations », Anatoli, 4 | 2013, 37-39.

Référence électronique

Paschalis Kitromilidis, « Samuel Huntington avant le conflit des civilisations », Anatoli [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://anatoli.revues.org/459 ; DOI : 10.4000/anatoli.459

Haut de page

Auteur

Paschalis Kitromilidis

Paschalis Kitromilidis, Professeur de Sciences politiques, Université d’Athènes. Ses travaux portent sur l’histoire de la pensée politique, sur la théorie politique moderne et classique et plus particulièrement sur Le Siècle des Lumières et le nationalisme. Il a publié de très nombreux articles. Parmi ses principaux livres : The Enlightenment as Social Criticism, Princeton University Press, 1992, Enlightenment, Nationalism; Orthodoxy (Ashgate/Variorum, 1994), Modern Greek Enlightenment. Political and Social Ideas, Cultural Foundation of the Bank of Greece, 1996, An Orthodox Commonwealth (Ashgate/Variorum2007), Political Thinkers of the Modern Age, Sixth edition, Poreia, 2007.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org