Navigation – Plan du site
Partie 2. La notion de civilisation : généalogie et conceptualisations alternatives

Choc des civilisations ou histoire globale ?

Ali Kazancigil
p. 77-92

Texte intégral

  • 1 S. P. Huntington, The Clash of Civilizations and the Remaking of the World Order, New York, Simon (...)
  • 2 Au sujet de la culturalisation des relations internationales, cf. A. Kazancigil, « Y a-t-il encore (...)

1L’impact de la thèse de Samuel Huntington sur le choc des civilisations est considérable depuis deux décennies1. Son approche culturaliste des questions géopolitiques et stratégiques reste ancrée dans la mémoire des chancelleries et des médias. La pérennité de cette influence a été confirmée, en 2011, à l’occasion des révolutions arabes dans le Maghreb et le Machrek, alors que des facteurs séculiers – en particulier la question sociale – qui y jouent un rôle plus important, étaient plutôt négligés2.

2Du titre de l’ouvrage de Huntington, on cite généralement la première moitié, mais rarement la seconde, « the Remaking of World Order », qui donne à voir le caractère prescriptif de la thèse de Huntington. Dans la préface de l’ouvrage, l’auteur déclare que son travail présente une interprétation, un paradigme de la politique mondiale qui fasse sens pour les chercheurs et soit utile pour les décideurs, de l’après-guerre froide. Mais, à la lecture du livre, on devient sceptique au sujet de ses atouts herméneutiques, explicatifs et pratiques. Huntington s’y révèle être un intellectuel organique au service de la défense de la suprématie mondiale de l’Occident, sous le leadership des États-Unis. C’est son choix, mais le problème est que son projet souffre d’une contradiction originelle : il est de nature politique/stratégique, mais il est placé sur un terrain culturel/identitaire, autant dire sur des sables mouvants. La réversibilité des arguments culturalistes rend caduc, à terme, les raisonnements qui s’appuient sur eux. Un exemple : dans les années 1960, les experts de l’économie du développement expliquaient le retard historique de la Chine sur l’Occident par le confucianisme, qui entravait l’initiative individuelle. Dans les années 1990, ils ont commencé à dire le contraire, expliquant que l’économie chinoise progressait grâce au confucianisme et à l’esprit de discipline qu’il inculquait aux Chinois.

3L’histoire globale est un champ de recherche, en plein essor depuis un quart de siècle, qui se situe aux antipodes de la construction huntingtonienne, des points de vue épistémologique, théorique et méthodologique. Elle est bien plus appropriée et mieux outillée pour analyser et comprendre les processus et les enjeux de la politique internationale sur la longue durée. En outre, ce domaine, qui se concentre sur les échanges et les interconnexions multiples qui caractérisent l’histoire du monde, est complémentaire des théories des relations internationales, réaliste, marxiste, critique, libéral/idéaliste, transnationaliste, constructiviste, ou encore de la géopolitique. Huntington les ignore largement, ne mentionnant brièvement que le « paradigme réaliste », pour insister sur ses défauts. La raison en est simple : elles sont incompatibles avec son approche normative et téléologique.

La construction huntingtonienne et ses failles

Une réification des civilisations

  • 3 F. Braudel, Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion/Champs, 1969.
  • 4 P.-H. Tavoillot, « Oui, il est permis d’évaluer les cultures ! L’Occident est supérieur par l’autoc (...)

4Fernand Braudel écrivait, en 1969, que l’étude de l’histoire de longue durée converge avec l’histoire des civilisations, mais il ajoutait : à condition d’éviter les généralisations abusives3. Sa mise en garde s’applique parfaitement à Huntington, qui fait bien pire que des généralisations abusives : il procède à une réification des civilisations, en tant qu’acteurs d’un nouvel ordre mondial identitaire, qu’il appelle de ses vœux. Le concept de civilisation avait deux acceptions : la première est celle du xixe siècle, marquée par des jugements de valeur, une hiérarchisation plaçant au sommet la civilisation occidentale et justifiant la colonisation par une « mission civilisatrice ». Cette instrumentalisation de la notion de civilisation n’a pas complètement disparu avec la fin des empires coloniaux, advenue au milieu du xxe siècle. Progressivement, elle est devenue un des outils de la régression identitaire et nationaliste des gouvernements. En France, par exemple, on en a vu les traces dans la période récente : en 2005, des députés conservateurs ont essayé, sans succès, d’imposer par une loi, l’enseignement dans les écoles des « aspects positifs de la colonisation » ; en juillet 2007, à Dakar, dans un inénarrable discours, le président Nicolas Sarkozy a déclaré : « l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire » ; début 2012, le ministre de l’intérieur Claude Guéant a opiné que « toutes les cultures ne se valent pas… il y a des civilisations que nous préférons. » Ce type de régression a même atteint certains milieux académiques : le président du Collège de philosophie, à Paris, a affirmé « … haut et fort la supériorité de la civilisation occidentale !4 »

  • 5 Cf., notamment M. Mauss, Manuel d’ethnologie, Paris, Payot, 1947 ; Œuvres, vol.  II, Représentation (...)

5La seconde définition est celle engendrée par les sciences sociales et humaines. En 1905, Marcel Mauss, titulaire à la 5e section de l’École pratique de hautes études de la chaire d’« Histoire des religions des peuples non civilisés » déclarait, à l’encontre de l’intitulé de sa chaire, qu’« il n’existe pas de peuples non civilisés, il n’existe que des peuples de civilisations différentes. Là où on parle de peuple ou pour mieux dire de société, on parle de civilisation5 ». Depuis, les travaux de plusieurs générations d’anthropologues, de sociologues, de géographes, d’historiens et de politologues ont conceptualisé la civilisation comme l’ensemble des caractères politiques, géographiques, historiques, économiques, scientifiques et techniques, culturels que présente la vie collective d’un groupement humain, en Afrique, en Amérique, en Asie-Pacifique, ou en Europe.

6Huntington a réifié ces ensembles, hétérogènes et peu articulés, que sont les civilisations, en « acteurs » d’un futur ordre mondial ; de plus, il a retenu de la définition colonialiste – nationaliste – identitaire de la civilisation, l’idée d’une hiérarchie entre ces « acteurs », puisque la finalité assumée de son modèle est d’aider à la mise en place d’un nouvel ordre identitaire, grâce auquel la civilisation occidentale redeviendrait consciente de son identité, ce qui lui permettrait de mettre fin à son déclin, de conforter et de pérenniser son hégémonie. La toute dernière phrase de son livre résume bien son projet : dans l’après-guerre froide, « les chocs des civilisations sont la plus grande menace pour la paix mondiale et un ordre mondial fondé sur les civilisations est la protection la plus sûre contre la guerre mondiale. » Cette argumentation tautologique est dénuée de sens. Depuis le traité de Westphalie de 1648, les conflits entre les États souverains ont régulièrement menacé la paix ; l’ordre international fondé sur eux n’a pas empêché d’innombrables guerres. Pourquoi en serait-il autrement avec les civilisations ? Très probablement, la paix serait menacée davantage dans un ordre mondial civilisationnel – identitaire, car s’il est possible de négocier et d’arriver à des compromis sur des sujets concrets et séculiers, il est plus difficile, sinon impossible, de faire des compromis sur des objets diffus et intangibles, comme les civilisations et les identités.

Une typologie bancale

7Sur la carte 1.3 de son ouvrage Huntington retient neuf civilisations (ou peut-être huit, car l’Afrique entre dans la liste accompagnée d’une réserve ambiguë). Cette typologie est très hétérogène, incohérente et arbitraire. Elle mélange des religions (islam, orthodoxie, bouddhisme, hindouisme), un continent (Afrique), une partie d’un continent (Amérique latine), un ensemble de pays, dispersés entre l’Alaska et la Nouvelle-Zélande, en passant par l’Europe de l’Ouest (Occident) et deux pays individuels (Chine et Japon). Où est le reste de l’Asie, notamment l’Inde réelle, issue de diverses influences, mais réduite ici à une religion ? Le judaïsme est écarté (des raisons sont données dans le livre à cet égard, mais elles sont réversibles), de même que le christianisme dans son ensemble, avec le catholicisme et le protestantisme, à côté de l’orthodoxie. Parce qu’elle est orthodoxe, la Grèce, qui est à l’origine de la civilisation occidentale, ne ferait-elle pas partie de cette dernière ? Pourquoi l’Afrique est quasiment exclue, elle qui a une longue histoire, en fait la plus longue puisqu’elle est à l’origine de l’espèce humaine ? Peut-on réduire les sociétés, iranienne, turque, ou indonésienne à leur religion ? Présenter l’islam comme un bloc homogène est-il empiriquement défendable ? Avec une typologie aussi chaotique et arbitraire, et malgré un impressionnant empilement de données et d’analyses, il est clair qu’il était impossible pour Huntington de construire un modèle analytique – explicatif cohérent. Il est vrai que tel n’était pas son véritable but, contrairement à ses affirmations dans la préface du livre, mentionnées plus haut.

La culture en tant que variable indépendante

  • 6 M. Weber, Sociologie des religions, Paris, Gallimard, 1996; A. Giddens, « Introduction », pp. vii – (...)
  • 7 E. Trager, “Think Again: The Muslim Brotherhood”, Foreign Policy, 28/01.2013.

8Huntington se démarque nettement de l’un des fondements théorique et méthodologique des sciences sociales. Dans les recherches des relations internationales ou de géopolitique, comme dans d’autres champs disciplinaires, la culture est une variable qui compte, mais rares sont les cas où elle est prise comme variable indépendante. En effet, au sujet de la culture comme variable analytique, la position de Max Weber garde toute sa pertinence, en tant que rempart contre les tentations culturalistes et essentialistes : un enseignement majeur de la sociologie wébérienne est que la culture et la religion sont des facteurs qui mobilisent et donnent sens à l’action individuelle et collective. Elles ne sont pas l’élément dominant à l’origine de l’action et ne la déterminent pas6. Un article récent, paru dans Foreign Policy, périodique bimensuel fondé par Huntington, se démarque de ce dernier, puisqu’il s’inspire de la sociologie culturelle de Weber. L’auteur de cet article note que les Frères musulmans, une organisation très importante au sein de l’islamisme, est « une entité en quête de pouvoir qui utilise la religion comme outil de mobilisation7. » Il ajoute que c’est pour avoir privilégié le facteur religieux, au détriment de facteurs séculiers, que tant d’experts et de décideurs occidentaux se sont trompés sur ce qui se passe dans les sociétés musulmanes.

  • 8 B. Badie, Quand l’histoire commence. Fin des relations internationales, Paris, CNRS Ed., 2013.

9Ayant choisi de se débarrasser de ce rempart épistémologique et méthodologique wébérien, Huntington fonde son argumentation sur des postulats irréalistes. Il estime que chaque pays doit s’enfermer dans la civilisation à laquelle il appartient, traitant ceux qui refusent un tel enfermement, comme l’Australie voulant s’inscrire à la fois dans l’Occident et l’Asie-Pacifique, ou la Turquie, dans l’Occident et le Moyen-Orient, de « torn countries » (pays écartelés). Aveuglé par son essentialisme (doctrine qui place l’essence devant l’existence), il ignore les motivations séculières et réalistes de pays qui tirent de ces doubles appartenances d’importants avantages diplomatiques, stratégiques et économiques. Dans son raisonnement, la politique, l’économie et les principaux acteurs, comme les États souverains, les OIG, ou les firmes transnationales, sont relégués à un statut secondaire dans les relations internationales, par rapport aux civilisations, aux cultures et aux identités. Les facteurs séculiers qui structurent l’ordre mondial, comme les divers intérêts, les questions stratégiques, politiques, ou économiques, sont marginalisés. Les modes de cohésion, de désintégration et de conflit seraient fondés sur les identités ethniques et religieux, au sein de civilisations se regardant en chiens de faïence et prêtes à se faire la guerre, alors que ce sont les facteurs socio-économiques, les inégalités, les discriminations et les injustices qui occupent la place centrale dans ces désordres. Les différences les plus importantes entre les peuples ne seraient plus de nature politique, stratégique ou économique, mais civilisationnelle. Cette analyse est exagérée, même en tenant compte du fait que le monopole westphalien de l’État souverain n’existe plus, ce dernier pèse moins en tant qu’acteur principal des relations internationales, alors que ce sont les interactions entre les sociétés et les acteurs non-étatiques, qui montent en puissance8. Les postulats de Huntington ressemblent à des professions de foi. Son livre ne montre pas clairement, aux plans théoriques et empiriques, les raisons pour lesquelles les conflits contemporains opposeraient des civilisations, plutôt que des intérêts et des rapports de force concrets, incarnés par des acteurs tangibles.

La construction huntingtonienne à l’épreuve des observations empiriques

  • 9 O. Roy, L’échec de l’islam politique, Paris, Seuil, 1992.

10Il existe de nombreux exemples concrets illustrant le côté illusoire et les dangers d’un ordre mondial identitaire. Les oppositions inter-civilisationnelles susceptibles de déboucher sur des conflits que Huntington nous indique sont souvent douteuses d’un point de vue empirique. Selon lui, l’opposition cardinale est « The West against the Rest » (L’Occident contre le Reste, le titre du chapitre 8). Cette opposition est caractérisée par le déclin et la perspective d’une défaite du premier, surtout face à l’islam. Il est vrai qu’en ce début du xxie siècle, les rapports de force se rééquilibrent en faveur des pays émergents, au détriment de l’Occident ; mais, l’erreur fondamentale de Huntington est de croire que les enjeux sont identitaires et civilisationnels, alors qu’ils sont stratégiques et économiques. D’un point de vue empirique on constate, par exemple, que les pays islamiques ne sont pas majoritairement hostiles à l’Occident et que ceux d’entre eux qui voudraient infliger une défaite à l’Occident ne sont absolument pas en état de le faire. Toujours sur le plan empirique, on observe que les diverses écoles juridiques et sectes de l’islam, en tant qu’expressions d’une religion, n’ont pas la capacité d’agir aux plans national et mondial. Certes l’islamisme, en tant qu’idéologie politique, existe dans de nombreux pays et instrumentalise la religion islamique, par exemple pour gouverner en Iran, ou s’emparer du pouvoir en Égypte et Tunisie. Mais, au plan international, opèrent exclusivement des réseaux criminels, à la fois djihadistes et narco-trafiquants comme, par exemple, AQMI (Al-Qaïda au Maghreb Islamique) et ses rejetons dans le Sahara et au Mali. Ils représentent une infime minorité et n’ont pas les moyens de menacer l’hégémonie de l’Occident. Cet islamisme radical, y compris durant la période de la montée en puissance d’Al-Qaïda, n’a jamais eu qu’une capacité de nuisance limitée. Dans un ouvrage paru quatre ans avant celui de Huntington, Olivier Roy avait montré que l’islam politique avait échoué et que la violence djihadiste était l’expression de cet échec9. L’exemple du Pakistan (le « Pays des pures ») est édifiant : l’état chaotique de ce pays, créé sans aucun autre fondement que la religion, montre les risques de « La configuration culturelle de la politique mondiale » et de « La politique mondiale des civilisations », que Huntington préconise (respectivement, les titres des sixième et neuvième chapitres de son livre).

11Considérons d’autres cas, dont l’interprétation et la compréhension ont été entravées par l’influence du modèle huntingtonien :

12Les attentats du 11 septembre 2001, à New York, perpétrés par Al-Qaïda : beaucoup y ont vu une confirmation de la thèse de Huntington, ce qui a conforté son influence auprès des dirigeants politiques et des diplomates. En fait, cette attaque n’était pas déterminée par l’appartenance à une civilisation, fut-elle islamique. Les facteurs religieux et identitaires avaient servi à mobiliser les auteurs de l’attentat et donner un sens à leurs actes monstrueux. Ben-Laden poursuivait un objectif de pouvoir, beaucoup plus concret et empiriquement saisissable que des motivations fumeuses, relevant de fantasmes djihadistes : s’imposer comme le grand leader charismatique des musulmans du monde entier et régner sur eux, en mobilisant, grâce à l’instrumentalisation de la religion, les moyens matériels et humains nécessaires pour prendre le contrôle du Pakistan et de sa puissance nucléaire, de l’Arabie saoudite et de ses pétrodollars. Ce projet politique, habillé d’oripeaux religieux, a échoué comme échouerait, d’ailleurs, tout autre dessein politique fondé sur la religion : l’exemple des difficultés et de la dérive autoritaire du régime islamiste iranien est là pour nous le rappeler.

13En évoquant l’islamisme, il convient de mentionner un aspect, très rarement perçu, de la construction huntingtonienne : sa logique identitaire-nationaliste-conflictuelle se situe sur le même plan que celle des islamistes avec le but, dans le premier cas de pérenniser l’hégémonie mondiale de l’Occident, en fait des États-Unis et, dans le second de créer les conditions de l’instauration de la version islamiste d’une telle hégémonie. L’idée d’un ordre mondial identitaire, avec des blocs civilisationnels bien distincts les uns des autres et susceptibles de se combattre, était une chance inespérée pour les islamistes ; ils s’en sont emparés très rapidement. Ce n’est pas par hasard que l’idée d’un « dialogue des civilisations » comme corollaire de leur « choc », a été lancée par le régime iranien, qui y a vu une occasion de se légitimer au plan international, de sortir de son isolement et d’obtenir l’onction de l’ONU, en faveur d’une culturalisation de l’ordre mondial. De manière irréfléchie, les Nations Unies se sont emparées du dialogue et embarquées, ainsi, dans un processus de légitimation du choc des civilisations. Par la suite, l’Organisation mondiale a lancé le projet de l’« Alliance des civilisations » ultime avatar de la construction huntingtonienne, pilotée par l’Espagne et la Turquie. Et, pour couronner le tout, l’Université des Nations Unies a lancé, en 2011, à Barcelone, son Institut de recherche sur l’Alliance des civilisations. Paradoxalement, la thèse huntingtonienne survit et prospère grâce à l’ONU, dont la Charte et les missions sont pourtant diamétralement opposées à cette thèse, potentiellement génératrice de conflits, plutôt que de paix. En effet, selon une idée qui traverse le livre de Huntington de part en part, pour se ressaisir, retrouver ses repères identitaires et arrêter son déclin, la civilisation occidentale aurait besoin de se confronter à des civilisations rivales et, même, ennemies.

  • Le conflit chypriote est cité par Huntington comme un parfait exemple du choc des civilisations. Il se trompe sur le plan empirique ; il ignore les complexités de cette question, dans laquelle les dimensions civilisationnelle, religieuse ou culturelle restent marginales ; il ne sait pas davantage que les Chypriotes turcs se sentent plus proches des Chypriotes grecs, avec qui ils vivent sur l’île depuis le xvie siècle, que des Turcs anatoliens, venus récemment s’installer dans le nord de l’île, sur des terres abandonnées par les Chypriotes grecs.

  • Le génocide, au Rwanda, a été présenté par les diplomates et les médias comme des phénomènes exclusivement ethniques et identitaires, opposant les Hutus et les Tutsis. Certes, cette dimension a existé. Mais les chercheurs travaillant sur le Rwanda affirment que le principal facteur qui explique ces tragédies est la rareté des terres arables, dans ce pays agricole en forte croissance démographique.

    • 10 G. Corm, Pour une lecture profane des conflits : Sur le retour du religieux dans les conflits conte (...)

    La posture des diplomaties européennes, face aux révoltes des sociétés tunisienne, égyptienne, libyenne, syrienne, yéménite et bahreïnie, fin 2010 – début 2011, constitue l’illustration la plus récente des effets dommageables de la thèse huntingtonienne sur la pensée et l’action diplomatiques et stratégiques. En effet, toujours sous l’emprise de ce modèle, qui les empêchait d’appréhender correctement ce qui se passait sur le terrain, les diplomaties européennes sont restées en état de sidération devant le fait qu’en Tunisie et en Égypte, ces mouvements avaient été engagés à l’initiative des démocrates et des laïcs, et non des islamistes. Après les faillites récurrentes de l’appréhension à travers le prisme exclusif de l’islam, il serait utile de revenir à une lecture séculière de ce qui se passe dans ces pays10.

L’histoire globale, décentrée et connectée : un paradigme pour comprendre le monde dans le temps et l’espace

  • 11 Ph. Pelletier, L’Extrême-Orient : L’invention d’une histoire et d’une géographie, Paris, Folio « Hi (...)
  • 12 P. Chaunu, Conquête et exploitation des nouveaux mondes, Paris, PUF, 1969.
  • 13 F. Braudel, L’identité de la France, 3 vol. , Paris, Arthaud, 1986 (Introduction, vol. 1).

14L’histoire globale représente une rupture épistémologique par rapport à toute une tradition historiographique, dans laquelle s’inscrit la construction huntingtonienne. Elle change d’échelle, en dépassant le cadre étriqué et souvent artificiel des récits nationaux. Son objet de recherche est un monde décentré, décloisonné et connecté. Pendant le xixe siècle, et une partie du xxe, l’étude de l’histoire du monde a été structurée à partir des histoires des sociétés cloisonnées et autour de la représentation d’un « centre », singulière par essence : l’Occident. Ce grand récit, sur le passé et le présent du monde, était le produit d’un regard particulier, occidentalo-centrique, mais il a été imposé au monde comme universel. Selon le mythe des origines de ce « centre » hégémonique, l’histoire mondiale de l’humanité aurait commencé, la « première » mondialisation serait engagée, un « nouveau » continent aurait été inclus dans l’histoire du monde, à partir de l’épopée de Christophe Colomb, en 1492. Selon un autre postulat de l’historiographie du xixe, l’Europe serait le berceau exclusif de la civilisation et du progrès, dans les domaines de la pensée, des arts, de la science, des technologies, ou de l’économie, le reste du monde étant peuplé de barbares et de sauvages. Par conséquent, il était dans l’ordre des choses, telle une vérité quasi-métaphysique, que l’Occident exerça sa domination sur la planète. Les Européens étaient les seuls à produire l’histoire mondiale, grâce à une présence et des actions dans toutes les parties de la planète. Les autres peuples n’avaient pas d’histoire propre et étaient hors de l’histoire du monde. Cette dernière était réduite à l’addition de récits sur les histoires nationales de quelques puissances européennes, qui dominaient le monde à travers leurs empires coloniaux. Un aspect intéressant de ce mythe fondateur est l’invention de l’Orient, segmenté en Proche-, Moyen- et Extrême-, d’abord en tant que catégorie géographique, ensuite géopolitique et géoculturelle, pour finir en une représentation essentialiste, avec un domaine d’étude sui generis : l’orientalisme11. L’hégémonie de cette historiographie occidentalo-centrique, essentialiste et nationaliste a progressivement été éliminée. Dans les années 1960, Pierre Chaunu invitait les historiens à faire « l’histoire du désenclavement planétaire12 ». De son côté Fernand Braudel complétait l’affirmation de Marc Bloch, « Il n’y a pas d’histoire de France. Il n’y a qu’une histoire de l’Europe » en y ajoutant « Il n’y a pas d’histoire de l’Europe, il y a une histoire du monde13 ».

  • 14 Ch. C. Mann, 1493: Uncovering the World Columbus Created, New York, Knopf, 2011.
  • 15 R. Blackburn, “1493 by Charles C. Mann – review”, The Guardian, 04/11/2011.

15Mais la représentation d’un centre singulier et d’une histoire mondiale produite et dominée par ce centre, de même que la place importante accordée aux récits historiques nationaux des grandes puissances occidentales dans l’histoire du monde n’ont pas entièrement disparu. La thèse de Huntington en est un exemple édifiant. Un ouvrage récent de Charles Man, qui connaît un grand succès commercial, a repris cette représentation. Il y affirme que la « découverte colombienne », suivie de l’« échange colombien » furent à l’origine du « plus grand bouleversement », à la fois humain et écologique, « dans l’histoire de la vie terrestre » et créèrent le monde moderne, alors qu’auparavant il n’y avait pratiquement aucune communication entre les hémisphères Est et Ouest.14 ». Pourtant, selon l’état actuel des recherches, il y a environ deux millions d’années, l’Homo erectus est sorti de l’Afrique, pour se répandre en Eurasie, ce processus migratoire a continué, jusqu’à ce que notre espèce, devenue Homo sapiens, se répande sur la planète entière. Comment ces gigantesques mouvements migratoires auraient-ils pu avoir lieu sans connexions et échanges entre des groupes humains ? Ch. Mann reste dans l’esprit de l’historiographie traditionnelle : il ne soulève même pas la question de savoir si d’autres peuples que les Européens auraient pu être à l’origine du monde moderne et du capitalisme. C’est l’histoire globale qui a posé cette question : que serait-il advenu, si l’explorateur chinois du xve siècle Zeng He avait pris la direction de l’Est, vers le continent que les Européens appelleraient l’Amérique au siècle suivant, au lieu de choisir l’Ouest et voguer vers l’Afrique ? Probablement, à la place de la découverte et l’échange colombiens, le monde aurait connu la « découverte de Zeng He » et l’« échange de Zeng He ». Les Chinois auraient pu être à l’origine du monde moderne et du capitalisme. À la place des Anglais forçant les Chinois à consommer de l’opium, ces derniers auraient obligé les Anglais et les autres Européens, à boire du thé !15

  • 16 E. Wolf, Europe and the People without History, Berkeley, University of California Press, 1982.

16À partir des années 1970 – 1980, l’anthropologie historique a commencé à contester la vision biaisée et occidentalo-centrique de l’histoire mondiale. L’anthropologue américain Eric Wolf en a été un des premiers critiques importants.16 Il a démontré que la prétention des Européens à être les inventeurs et les narrateurs exclusifs de l’histoire mondiale n’est pas confirmée par les faits. Il ne conteste évidemment pas qu’à partir de la fin du xve siècle, les Européens se sont répandus dans le monde, ils sont entrés en contact avec de nombreuses sociétés humaines et ont conquis de vastes territoires. Mais, il montre aussi que ces sociétés, que les Européens rencontraient, n’étaient pas « hors de l’histoire », comme ces derniers l’ont cru. Elles avaient, derrière elles, une histoire propre et un long passé d’échanges et de connexions avec d’autres sociétés ; elles n’étaient pas isolées. E. Wolf en concluait que ces peuples faisaient partie, de longue date, de l’histoire du monde et que celle-ci ne pouvait pas être comprise si on ignorait le fait qu’au-delà de l’Europe, de nombreuses sociétés avaient des interconnexions dans le temps et l’espace.

  • 17 J. Goody, Le vol de l’histoire : Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde, (...)

17Plus récemment, l’anthropologue britannique Jack Goody a qualifié de « vol de l’histoire », l’imposition par les Européens du récit de leur propre passé en tant que quintessence de l’histoire du monde.17 Il conteste le mythe d’une suprématie européenne ininterrompue, qui remonterait à l’Antiquité grecque, de même que les récits dévalorisant sur le passé des « extra-européens ». De grands esprits européens ont contribué à cette dévalorisation de l’Autre, à travers des concepts contestables : Montesquieu, avec le despotisme oriental, Marx avec le mode de production asiatique, Weber avec le sultanisme et Wittfogel avec une version du « despotisme oriental », spécifique aux « sociétés hydrauliques ». L’Europe a imposé sa version sur les échanges avec les autres sociétés : par exemple, elle a systématiquement minoré l’importance des connaissances technologiques qu’elle a empruntées à la Chine, qui l’ont aidée à établir une hégémonie mondiale, scientifique et économique.

  • 18 S. Subrahmanyam, Explorations in Connected History: From Tagus to Ganges, Delhi, Oxford Uni­verity (...)
  • 19 B. Mazlish, The New Global History, Londres, Routledge, 2006.
  • 20 Le courant de L’histoire globale-connectée critique l’approche de l’histoire à travers les civilisa (...)
  • 21 Philippe Norel et Laurent Testot, Une histoire du monde global, Auxerres, Ed. Sciences Humaines, 20 (...)

18Au-delà de ces contestations de l’historiographie traditionnelle, les promoteurs de l’histoire globale, comme Sanjay Subrahmanyam, ont développé une épistémologie de décentrage, de décloisonnement, d’interconnexions et d’échanges, au sein et entre les diverses régions du monde, qui élargi l’horizon de la recherche au-delà des échanges entre l’Occident et les autres18. Par le biais de ce qu’ils appellent l’histoire « connectée », ils se sont intéressés aux siècles qui ont précédé l’épisode colombien et à ceux qui l’ont suivi, jusqu’à l’époque contemporaine19 en tenant compte de multiples points de vue et non plus à partir d’un « centre unique ». Selon l’épistémologie de cette nouvelle histoire du monde, qui ne se structure pas autour d’un centre unique, des histoires nationales ou des civilisations20, l’objet des recherches n’est plus « l’Occident et les autres » ; l’Occident y est configuré comme un « autre », certes très important, parmi tous les « autres »21. L’histoire du monde ne peut être appréhendée de manière pertinente qu’en l’approchant des points de vue aussi diversifiés que possible.

  • 22 P. Biarnés, Les routes de la soie : Une histoire géopolitique, Paris, Ellipses, 2008.
  • 23 P. Boucheron (dir.), Histoire du monde au xve siècle, Fayard, 2009.
  • 24 S. Gruzinski, L’aigle et le dragon : démesure européenne et mondialisation au xvie siècle, Paris, F (...)
  • 25 C. Coquery-Vidrovitch, L’Afrique au sud du Sahara : de la préhistoire à nos jours, Paris, La Découv (...)
  • 26 Ian Morris, Why the West Rules-For Now: The Patterns of History and What They Reveal About the Futu (...)
  • 27 S. Gruzinski, op. cit.

19Les connexions et échanges intenses, impliquant l’Afrique, l’Asie-Pacifique, l’Amérique et l’Europe, remontent loin dans le temps : les routes de la soie, ont commencé à fonctionner au iie siècle avant J.-C. Il y avait alors des échanges commerciaux entre la Chine et Rome22. Selon Serge Gruzinski, la première mondialisation, certes partielle, fut arabo-musulmane23. Les conquêtes du souverain mongole Cengiz Khan et de ses fils, au xiiie siècle, de même que celles du souverain turco-mongole Tamerlan, dans les années 1370-1400, constituaient des « territoires du monde »24. Lorsque le Portugais Tomé Pires arrive à Canton, en 1520, il y voit de grandes mosquées. Grâce aux marchands et aux conquêtes, les Arabes avaient introduit l’islam depuis longtemps dans le monde turco-iranien, la Chine et l’Afrique. Pionniers de la mondialisation, les musulmans avaient été désespérés de n’avoir pas précédé les Ibériques sur le continent américain. Il convient aussi de s’interroger sur l’étape décisive de la mondialisation initiale que fut le xve siècle, avant l’avènement, au xvie, d’une mondialisation plus ample, à travers les conquêtes ibériques sur le continent américain. Au cours du xve, il existait un monde organisé autour d’immenses empires, chinois (Ming), ottoman, aztèque et inca. D’autres territoires, plus réduits, étaient fragmentés, comme l’Inde et l’Asie du Sud-est, les royaumes africains et européens25. Les échanges et les connexions étaient intenses entre ces territoires. On trouve des récits qui suggèrent certaines ressemblances entre la Cour ottomane du Sultan Mehmet II et celle du roi du Bénin Ewuare, qui ont régné tous les deux au xve. Au cours de ce dernier siècle, comme l’a montré Ian Morris les options restaient ouvertes pour l’avenir de la mondialisation, qui était en gestation depuis plusieurs siècles ; selon lui, la grande mondialisation aurait pu être chinoise ou turque26. Mais ces deux Empires puissants ne s’intéressaient pas assez au monde extérieur. Selon S. Gruzinski, c’est la « démesure européenne », provoquée par le désir de faire main basse sur les richesses, notamment les épices et d’établir une monarchie chrétienne universelle, confortée par une « conscience-monde », qui les a mis en situation d’engager la mondialisation des temps modernes27.

  • 28 J.H. Bentley, Old World Encounters: Cross – Cultural Contacts and Exchanges in Pre – Modern Times, (...)

20Une autre figure importante de l’histoire globale, Jerry Bentley, a présenté de manière synthétique les connaissances sur les mondialisations pré-colombiennes. Il distingue trois phases : la première, celle de l’ère des routes de la Soie (200 avant 300 après J.-C.) ; la deuxième est celle de grands ensembles étatiques ayant émergé par la suite, jusqu’aux environs de l’an 1000, les dynasties Tang et Song en Chine, l’Empire abbaside et l’Empire byzantin ; et la troisième, après l’an 1000, celle d’immenses empires créés par les Mongoles et les Turcs. Pendant ces périodes, les échanges transrégionaux, très intenses, étaient de types commerciaux, biologiques et culturels28

21Les chercheurs travaillant dans le domaine de l’histoire globale confirment que la mondialisation post-colombienne s’est déroulée à une échelle bien plus grande que les processus mondialisés d’avant le xvie siècle ; en revanche, leurs recherches ont mis en évidence l’occultation systématique, par les Européens du fait que « leur » globalisation n’était pas la « première », mais l’aboutissement des échanges et des interconnexions antérieures ; elles ont montré que l’histoire du monde fut, de très longue date, un phénomène planétaire, avec plus d’un centre et la participation de très nombreuses sociétés. Au xviiie siècle, la Chine était un centre et elle semblait bien placée pour occuper la première place dans l’économie mondiale. De nos jours, ce pays est la ­deuxième économie mondiale et, selon les projections actuelles, elle dépassera celle des États-Unis, au cours du xxie siècle. L’histoire globale nous montre que cette évolution n’est pas inédite.

  • 29 K. Pomeranz, Une grande différence : la Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale, (...)
  • 30 F. Gipouloux, « Le retour de la Chine au centre », Sciences humaines, op. cit., pp. 64-71.
  • 31 H. Araujo et J. P. Cardenal, Le siècle de la Chine : Comment Pékin refait le monde à son image, Par (...)
  • 32 T. Brook, « La Chine, matrice du monde moderne », Sciences humaines, op.cit., pp. 26-29.

22Reste la question, toujours controversée, des raisons de « la grande divergence » entre la Chine et l’Europe, analysée dans un ouvrage de Kenneth Pomeranz29. Son livre est parmi les publications les plus connues et discutées de l’histoire globale. L’auteur s’interroge sur les conditions de la présence et du développement d’une économie globalisée. Il montre qu’à la fin du xviiie siècle, aux deux extrémités de l’Eurasie les situations économiques et les limites qu’elles rencontraient étaient de même nature et tout à fait comparables ; que le prétendu fossé entre l’Est et l’Ouest, à cette époque, est une mystification. Il explique les raisons de « la grande divergence » entre l’Europe et la Chine qui commença à se manifester, à l’avantage de la première, à partir du tournant du siècle. Ce processus de la montée en puissance de l’Ouest et le recul de l’Est prit du temps ; il ne s’est vraiment réalisé qu’au milieu du xixe. L’Europe devint alors, selon l’expression sévère de Pomeranz, « cette monstruosité cousue d’or ». Les causes de cette différenciation sont diverses, de nature économique, financière institutionnelle ou coloniale30. En tout état de cause, Pomzeranz récuse les explications civilisationnelles et culturalistes, en particulier le « grand roman » de l’Occident éclairé, contre le reste du monde obscurantiste et incapable de se moderniser. Beaucoup d’indices incitent à penser que le xxie pourrait être le siècle de la Chine31 ; retrouvant sa gloire du xviiie siècle32, celle-ci deviendrait alors la prochaine « monstruosité ».

En guise de conclusion : miser sur l’histoire globale et oublier le fantasme d’un ordre mondial identitaire

23La construction civilisationnelle-identitaire de Huntington s’inscrit dans l’historiographie biaisée et occidentalo-centrique du xixe siècle. Par conséquent, elle n’est pas apte à constituer un paradigme pertinent et utile pour l’analyse et l’action sur les questions internationales et géopolitiques du passé, du présent et du futur. Ces dernières doivent s’appuyer sur des études historiques dont l’épistémologie et les méthodologies sont débarrassées de toute dérive téléologique.

  • 33 R. Duchesne, The Uniqueness of Western Civilization, Leyde, Brill, 2001. Cet ouvrage soutient que l (...)

24C’est le cas des recherches dans le champ de l’histoire globale-décentrée-connectée qui possèdent, donc, une telle aptitude. Elles ont contextualisé dans le temps et l’espace, ce qu’on a d’abord appelé la « supériorité » et, par la suite, de manière politiquement correcte, la « singularité » ou l’« exception » historique de l’Occident. Elles ont fait la même œuvre utile, en appréhendant de manière pluraliste et analytique le binôme « Occident-Orient », traditionnellement essentialisé par l’orientalisme. Ainsi, ces catégories furent-elles placées sur un terrain plus solide, des points de vue épistémologique et empirique. Il est vrai qu’au xxe, les nouveaux courants historiques – citons l’exemple de l’École des Annales et l’« histoire totale » de F. Braudel – avaient déjà enterré l’historiographie nationaliste et essentialiste du xixe, mais toutes les traces de cette dernière n’ont toujours pas été effacées33.

25L’histoire globale se place sur le terrain des archives et des documents d’un grand nombre de pays, grands et petits – ce qui pose d’ailleurs des problèmes linguistiques et méthodologiques – pour expliquer l’histoire du monde, en tenant compte de multiples points de vue et perspectives. Elle s’intéresse aux connexions et aux interactions, elle interprète les archives et leurs contextes en restant à l’écart des « romans » historiques et patriotiques, occidentaux, chinois, indiens, ou autres. Elle étudie les hiérarchies qui s’instaurent dans l’histoire du monde, l’impulsion donnée à la mondialisation par l’expansion européenne au xvie et la domination du « centre occidental », entre le milieu du xixe et la fin du xxe, en veillant à situer les évènements dans le temps et l’espace et montrer le caractère temporaire et instable, sur la longue durée, des configurations qui s’imposent dans l’histoire du monde. Les spécialistes de l’histoire globale proviennent encore majoritairement d’Europe et d’Amérique du Nord, mais les historiens asiatiques, latino-américains et africains sont de plus en plus nombreux et influents au sein de ce champ de recherche, encore jeune, mais très prometteur.

  • 34 F. Hartog, Régimes d’historicité : Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2002. Ce c (...)

26L’histoire globale est un paradigme adapté aux exigences des disciplines comme les relations internationales ou la géopolitique, qui étudient l’ordre mondial contemporain, désormais éclaté, multipolaire et ultra-connecté. En effet, elle met à la disposition de ces disciplines une historiographie d’un monde globalisé et polycentrique, libérée des mythes et des légendes. Elle les aide à analyser les complexités et les contradictions de leurs objets d’études contemporains, en les reliant à une historiographie du monde qui met l’accent sur les complexités du passé. Pour le dire avec un concept développé par l’historien François Hartog, elle permet de mieux comprendre « le régime d’historicité » contemporain, en aidant à établir des connexions signifiantes avec les régimes d’historicité du passé34.

27Quant à l’idéologie du « choc des civilisations », qui sert surtout à brouiller et désorienter la réflexion et l’action concernant le monde actuel et son devenir, il serait souhaitable que les chercheurs et les praticiens des relations internationales et de la géopolitique la confient aux historiens de la pensée et l’oublient définitivement.

Haut de page

Notes

1 S. P. Huntington, The Clash of Civilizations and the Remaking of the World Order, New York, Simon & Schuster, 1996 (Le choc des civilisations, Paris, Odile Jacob, 1997).

2 Au sujet de la culturalisation des relations internationales, cf. A. Kazancigil, « Y a-t-il encore une place pour la discipline des relations internationales ? », pp. 9-28, in P. de Senarclens (dir), Les frontières dans tous leurs états : Les relations internationales au défi de la mondialisation, Bruxelles, Bruylant, 2009.

3 F. Braudel, Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion/Champs, 1969.

4 P.-H. Tavoillot, « Oui, il est permis d’évaluer les cultures ! L’Occident est supérieur par l’autocritique », Le Monde, 24/02/2011.

5 Cf., notamment M. Mauss, Manuel d’ethnologie, Paris, Payot, 1947 ; Œuvres, vol.  II, Représentations collectives et diversités des civilisations, (présentation de V. Karody), Paris, Ed. Minuit, 1968.

6 M. Weber, Sociologie des religions, Paris, Gallimard, 1996; A. Giddens, « Introduction », pp. vii – xxvi, in M. Weber, The Protestant Ethic and the Spirit of Capitalism, Londres, Harper Collins, 1991.

7 E. Trager, “Think Again: The Muslim Brotherhood”, Foreign Policy, 28/01.2013.

8 B. Badie, Quand l’histoire commence. Fin des relations internationales, Paris, CNRS Ed., 2013.

9 O. Roy, L’échec de l’islam politique, Paris, Seuil, 1992.

10 G. Corm, Pour une lecture profane des conflits : Sur le retour du religieux dans les conflits contemporains du Moyen-Orient, Paris, La Découverte, 2012.

11 Ph. Pelletier, L’Extrême-Orient : L’invention d’une histoire et d’une géographie, Paris, Folio « Histoire », 2011.

12 P. Chaunu, Conquête et exploitation des nouveaux mondes, Paris, PUF, 1969.

13 F. Braudel, L’identité de la France, 3 vol. , Paris, Arthaud, 1986 (Introduction, vol. 1).

14 Ch. C. Mann, 1493: Uncovering the World Columbus Created, New York, Knopf, 2011.

15 R. Blackburn, “1493 by Charles C. Mann – review”, The Guardian, 04/11/2011.

16 E. Wolf, Europe and the People without History, Berkeley, University of California Press, 1982.

17 J. Goody, Le vol de l’histoire : Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde, Paris, Gallimard, 2010.

18 S. Subrahmanyam, Explorations in Connected History: From Tagus to Ganges, Delhi, Oxford Uni­verity Press, 2004; Explorations in Connected History: Mughals and Franks, Delhi, Oxford University Press, 2005.

19 B. Mazlish, The New Global History, Londres, Routledge, 2006.

20 Le courant de L’histoire globale-connectée critique l’approche de l’histoire à travers les civilisations, comme celle de F. Braudel, avec son concept de Grammaire des civilisations, Paris, Flammarion / Champs, 1993.

21 Philippe Norel et Laurent Testot, Une histoire du monde global, Auxerres, Ed. Sciences Humaines, 2012 ; cf. aussi, « L’histoire des autres mondes », Sciences Humaines, Les Grands Dossiers, No.24, 2011.

22 P. Biarnés, Les routes de la soie : Une histoire géopolitique, Paris, Ellipses, 2008.

23 P. Boucheron (dir.), Histoire du monde au xve siècle, Fayard, 2009.

24 S. Gruzinski, L’aigle et le dragon : démesure européenne et mondialisation au xvie siècle, Paris, Fayard, 2012.

25 C. Coquery-Vidrovitch, L’Afrique au sud du Sahara : de la préhistoire à nos jours, Paris, La Découverte, 2011.

26 Ian Morris, Why the West Rules-For Now: The Patterns of History and What They Reveal About the Future, New York, Farrar, Strauss & Giroux, 2010.

27 S. Gruzinski, op. cit.

28 J.H. Bentley, Old World Encounters: Cross – Cultural Contacts and Exchanges in Pre – Modern Times, Oxford, Oxford University Press, 1993; cf. aussi, W. J. Bernstein, A Splendid Exchange: How Trade Shaped the World, Boston, Atlantic Monthly Press, 2008.

29 K. Pomeranz, Une grande différence : la Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale, Paris, Albin Michel, 2010.

30 F. Gipouloux, « Le retour de la Chine au centre », Sciences humaines, op. cit., pp. 64-71.

31 H. Araujo et J. P. Cardenal, Le siècle de la Chine : Comment Pékin refait le monde à son image, Paris, Flammarion, 2013.

32 T. Brook, « La Chine, matrice du monde moderne », Sciences humaines, op.cit., pp. 26-29.

33 R. Duchesne, The Uniqueness of Western Civilization, Leyde, Brill, 2001. Cet ouvrage soutient que la supériorité de l’Occident s’explique par la créativité de sa civilisation sans pareille, marquée par l’ethos aristocratique et guerrière des peuples indo-européens. Pourtant, le grand spécialiste de la question, Georges Dumézil n’avait cessé d’expliquer que le concept d’« indo-européen » est linguistique et pas du tout ethnique.

34 F. Hartog, Régimes d’historicité : Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2002. Ce concept fait référence à la capacité des acteurs sociétaux ou politiques à inscrire leur présent dans une histoire, à le penser comme situé dans un temps qui devient signifiant par la conception qu’ils s’en font et les récits qu’ils élaborent à son sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ali Kazancigil, « Choc des civilisations ou histoire globale ? », Anatoli, 4 | 2013, 77-92.

Référence électronique

Ali Kazancigil, « Choc des civilisations ou histoire globale ? », Anatoli [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://anatoli.revues.org/465 ; DOI : 10.4000/anatoli.465

Haut de page

Auteur

Ali Kazancigil

Ali Kazancigil, codirecteur d’Anatoli, est politologue. Il a enseigné à l’Université technique du Moyen-Orient, à Ankara, où il a également été le correspondant du journal Le Monde (1967-72). Il est entré à l’Unesco, où il a dirigé la Revue internationale des sciences sociales et, par la suite, l’ensemble des programmes des sciences sociales et humaines jusqu’en 2002. Par la suite, il a été élu secrétaire générale du Conseil international des sciences sociales 2002-07). Ses recherches et publications se situent les domaines des relations internationales, de la politique comparée et de la sociologie historique du politique. Il a publié de nombreux livres, dont Regulating Globalization: Critical Approaches to Global Governance (avec P. de Senarclens, 2007), La gouvernance: pour ou contre le politique(2010) ;  La Turquie: d’une révolution à l’autre, (avec Faruk Bilici et Deniz Akagül, à paraitre en novembre 2013).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org