Navigation – Plan du site
Partie 3. L’influence des idées de Huntington

Instrumentalisation d’un concept : la politique d’Alliance des civilisations du gouvernement turc

Faruk Bilici
p. 119-135

Texte intégral

1Deux pays semblent particulièrement et différemment affectés par la problématique du « choc des civilisations » après la publication des thèses de Huntington : les États-Unis et la Turquie. Un troisième pays est également très impliqué à cause des attentats meurtriers du 11 mars 2004 à Madrid : l’Espagne. Nous connaissons la manière dont les États-Unis de Bush ont instrumentalisé ce concept en Irak, en Afghanistan et même à l’intérieur du pays. Les interventions de la France et de la communauté internationale en Libye, en 2011, et au Mali, en 2013, seront très probablement interprétées également comme des manifestations du « choc des civilisations » de la part de certains observateurs, mais aussi par les populations musulmanes elles-mêmes.

2Pour ce qui concerne la Turquie, placée par Huntington (dont l’ouvrage le Choc des civilisations fut traduit en turc en 2001), dans la catégorie des pays « déchirés » comme la Russie, le Mexique et l’Australie, c’est le meilleur exemple de pays qui a voulu, avec Mustafa Kemal Atatürk, changer de modèle de civilisation au profit de l’Occident, en créant un nouvel État laïque à partir de la vieille nation turque ; les successeurs de Mustafa Kemal Atatürk ont poursuivi le même objectif jusqu’à aujourd’hui. Mais la situation a changé, l’État laïque fait à présent l’objet d’un rejet de la part du parti dominant en Turquie, le Parti de la justice et du développement (Adalet ve Kalkınma Partisi ou AKP). Il en résulte que la Turquie ne sait plus vers qui se tourner : fait-elle partie de l’Occident, de l’Europe ? Est-ce un pays moyen-oriental ou le cœur d’une nouvelle civilisation turque qui s’étendrait jusqu’en Asie centrale ?1

  • 2 Samuel P. Huntington, Le choc des Civilisations, Paris, Odile Jacob, 2000, p. 215.
  • 3 Ibid. p. 223.

3Huntington consacre, en effet, non seulement une partie importante de son ouvrage à la civilisation islamique, mais aussi à la figure singulière de l’Empire ottoman et surtout à la Turquie contemporaine. Pour lui, à l’époque de la guerre froide, les confrontations de la Turquie avec l’Union soviétique ne posaient pas la question de son appartenance à telle ou telle civilisation. La situation a pourtant changé depuis l’écroulement de l’Union soviétique. La Turquie n’est plus utile à l’Occident comme bouclier contre la menace venue du nord ; son entrée pleine et entière dans l’Union européenne n’interviendra pas avant un avenir lointain et fort incertain. En public, les officiels européens invoquent son faible niveau de développement économique et son manque de respect des droits de l’homme. En privé, les Européens comme les Turcs s’accordent à penser que les vraies raisons sont surtout à chercher dans le fait que la Turquie est un pays musulman. Pour l’auteur de la géopolitique des civilisations, la position de la Turquie, en tant que « pont » entre les démocraties occidentales et le Moyen-Orient, se caractérise par la fragilité, car un pont est une construction éphémère et artificielle qui relie deux entités solides, mais qui ne fait partie d’aucune d’entre elles. « Quand les dirigeants turcs qualifient ainsi leur pays, c’est un euphémisme confirmant qu’il est bel et bien déchiré2 ». Comme pour confirmer les thèses des islamistes et des conservateurs turcs depuis deux siècles, Huntington préconise que si la Turquie, pays non-occidental, veut se moderniser, elle doit le faire, à sa manière, à l’instar du Japon, en s’appuyant sur ses traditions, ses institutions, ses valeurs3.

4Pour toutes ces raisons, mais aussi à cause de la nature du parti politique qui dirige ce pays depuis dix ans, de son positionnement, de plus en plus actif dans les questions internationales, la Turquie constitue un objet d’étude intéressant du point de vue du choc des civilisations. C’est donc à la réaction de la Turquie et aux développements des thèses contre les analyses huntigtoniennes que cette étude est consacrée.

La civilisation : développement ou mode de vie ?

5Très tôt, depuis le xixe siècle, les débats sur la question de civilisation sont extrêmement vifs dans les milieux intellectuels et politiques ottomans et turcs. De l’abandon total des traditions islamiques et orientales « désuètes » comme le suggérait Abdullah Cevdet, jusqu’à l’adaptation des technologies et des sciences occidentales en passant par les réformes de l’islam – toutes les tendances idéologiques ont développé des thèses autour de la question de civilisation et surtout de « la famille » au sein de laquelle les Turcs pouvaient se ranger.

  • 4 Pour une évaluation de la question de civilisation chez Ziya Gökalp : Celaleddin Çelik, « Gökalp’in (...)

6Pour rester dans la Turquie contemporaine, l’idéologue de la révolu-
tion turque, fondateur de la sociologie turque, Ziya Gökalp considérait que les Turcs avaient changé de civilisation deux fois dans leur histoire : ils appartenaient initialement à la civilisation extrême-orientale, puis, se convertissant à l’islam, ils entrèrent dans la civilisation orientale islamique, et adoptèrent la civilisation laïque occidentale au début des années 1920. Selon Ziya Gökalp la civilisation orientale laissera forcément sa place, un jour ou l’autre, à la civilisation occidentale : c’est un processus naturel et indispensable. Le peuple turc suivra également le même chemin. La civi­lisation est ainsi considérée par Gökalp comme un ensemble de méthodes, d’organisations, de sciences et de technologies, le produit le plus achevé de toute l’activité humaine, la civilisation est en ce sens nécessairement internationale, universelle, unique, partageable4. C’est un processus de développement auquel le peuple turc a le droit et le devoir d’adhérer, sans abandonner sa culture. Pour lui la civilisation est un ensemble matériel, tandis que la culture est liée aux sentiments, à l’esprit, à la spiritualité, à l’immatériel. On peut donc changer de civilisation, mais pas de culture. Son poème intitulé civilisation (Medeniyet) renvoie directement à la civilisation européenne :

  • 5 Des instruments à cordes pincées.

L’Europe est une académie, ses membres sont les nations,
Chacune un géni radieux, car leurs cultures sont différentes.
L’Europe est une université, ses professeurs sont les nations,
Chacune a sa spécialité, sa leçon est sans pareil.
Si l’une de ses lumières était éteinte la civilisation resterait mal éclairée,
La leçon s’arrêterait, sa chaire resterait vacante.
La civilisation est un livre international,
Dont chaque chapitre est écrit par la culture de chaque nation,
La civilisation est un concert composé d’instruments, de luths et de rebâbs
5
C’est en se réunissant que l’harmonie pourrait être obtenue
On ne peut pas lire ce livre, s’il en manquait un chapitre
S’il lui manque un instrument l’harmonie sera défectueuse.

  • 6 Cet ouvrage est publié en 1927, par Türk Ocakları (les Foyers Turcs).
  • 7 Pour une biographie de cet auteur voir : François Georgeon, « Ahmed Aˇgaoˇglu. Un intellectuel turc (...)

7À la fin de la Première Guerre mondiale (1919-1920), lors de sa captivité à Malte, un autre intellectuel d’origine azérie Ahmed Ağaoğlu rédigeait un ouvrage sous le titre prometteur Üç Medeniyet (« Les Trois civilisations »)6. L’auteur, lui aussi très proche de Mustafa Kemal7, est parmi les rares intellectuels de cette période à consacrer un ouvrage à la civilisation. Pour lui, le concept de civilisation correspond, contrairement à la définition de Ziya Gökalp, au « mode de vie » (tarz-i hayat) matériel et intellectuel. Considérées sous cet angle, les sociétés du monde sont divisées en trois civilisations, séparées par des frontières imprécises et donc en interaction entre elles : la civilisation bouddhiste-brahmaniste qui comprend l’Inde, la Chine, l’Asie du Sud Est, la Corée, le Japon ; la seconde en importance est la civilisation européenne qui comprend l’Europe, l’Amérique et l’Australie ; la troisième, qui vient en dernier chronologiquement, est la civilisation islamique qui couvre la quasi-totalité de l’Afrique et une partie de l’Asie et de l’Europe. Ce qui distingue les civilisations ce sont certaines caractéristiques qui leur sont propres et qui vont, de la pensée, à l’habillement, à l’habitat et aux rituels. Chaque civilisation a une pensée et une intelligence, un cerveau et un cœur communs. Ahmed Ağaoğlu avoue clairement et avec tristesse que la civilisation européenne, en lutte depuis des siècles contre les deux autres, a fini par les vaincre, avec la Grande Guerre. Adopter la civilisation occidentale est maintenant la seule solution qui leur reste.

  • 8 Ahmed Aˇgaoˇglu, Üç Medeniyet, Türk Ocakları (Istanbul), p. 1.

8Lorsque Ağaoğlu publie son ouvrage en 1927, les choses ont beaucoup changé, pour la Turquie en tout cas. Le pessimisme des lendemains de guerre a laissé place à un enthousiasme débordant, puisque dans l’introduction, l’auteur précise que « grâce au grand génie du Gâzi (Mustafa Kemal) et aux mains puissantes de Ismet Pacha, l’immense révolution réalisée a rendu possible ce qui était encore impensable, il y a dix ans. Nous avons changé de fond en comble, en si peu de temps. Grâce à la détermination du Gâzi, nous sommes pleinement entrés dans le cadre de la révolution occidentale : de la famille à l’organisation étatique et gouvernementale, de notre habillement à l’écriture, toutes nos institutions et notre mode de vie8 ».

  • 9 Abdullah Cevdet, « S¸ime-i Muhabbet », .Ictihad, n° , 89, 1329/1913-1914, p. 1983, cité par Ramazan (...)

9Plus radical, Abdullah Cevdet prétend qu’une seule civilisation existe sur terre, celle de l’Europe occidentale9. L’humanité et surtout le monde turco-islamique ne peuvent être sauvés de l’arriération que si celle-là est adoptée coûte que coûte avec « ses roses et ses épines », surtout en matière d’éducation et de droits des femmes.

10Le kémalisme est moins catégorique qu’Abdullah Cevdet : le concept de civilisation est alors surtout utilisé comme équivalent de développement, même si la notion de civilisation est toujours comprise dans le sens de la civilisation occidentale, de l’européanisation ou encore de l’occidentalisation. Dans son fameux discours de 1927, Mustafa Kemal utilise à de nombreuses reprises le mot « medeniyet » pour désigner le « monde civilisé » qui occupait le territoire turc après la Première Guerre mondiale. Dans son court mais incisif communiqué du dixième anniversaire de la république (1933) et de la quinzième année du début de la Guerre d’indépendance contre les forces d’occupation, les mots medenî (civil) et medeniyet (civilisation) reviennent huit fois pour désigner à la fois le monde occidental, mais aussi la civilisation turque.

11Ainsi, dans la période kémaliste, le concept de civilisation désignait clairement le progrès, les pays développés économiquement, technologiquement et politiquement, mais aussi la citadinité.

12Cependant les auteurs de sensibilité islamique ont introduit très tôt une distinction entre la « civilisation islamique » et la « civilisation occidentale », pour les opposer. Dans le contexte de l’occupation et de la dislocation de l’Empire ottoman après la Première Guerre mondiale, l’un des champions de la défense de la civilisation islamique est sans doute l’auteur de l’hymne national, Mehmet Akif Ersoy, dont l’idéologie imprègne toutes les générations des élites islamiques en Turquie et plus particulièrement l’AKP au pouvoir depuis 2002. Pour Ersoy, la civilisation occidentale est entrée dans une guerre permanente et destructrice contre la civilisation islamique. Même s’il admet sa supériorité technologique et scientifique, Ersoy en dénonce violemment les aspects moraux caractérisés par la violence, la destruction, l’égoïsme, l’impérialisme et l’ethnocentrisme. Pour lui, la « civilisation » (occidentale) équivaut à la sauvagerie et à l’injustice. Il décrit ainsi le drame des guerres balkaniques qui mettent pratiquement un terme à la présence islamique en Europe continentale avec la complicité, voire la participation des grandes puissances10, et rédige surtout un hymne national turc qui traduit le sens qu’il donne à la civilisation contemporaine :

Garbın afakını sarmışsa çelik zırhlı duvar,
Benim iman dolu göğsüm gibi serhaddim var.
Ulusun, korkma ! Nasıl böyle bir imanı boğar.
« Medeniyet ! » dediğin tek dişi kalmış canavar !

Même si le monde occidental encercle mes fortifications,
Mes frontières sont aussi solides que ma foi et ma fierté,
Tu es forte, n’aie crainte ! Comment une telle foi pourrait-elle être étouffée
Par ce monstre édenté que tu appelles la « civilisation ! »

  • 11 Bernard Lewis, Islam, Paris, Gallimard, 2005, p. 55.
  • 12 Indiana University Press, Bloomington, 1964, p. 13.
  • 13 Bernard Lewis, « The roots of Muslim Rage. Why so Many Muslims Deeply Resent the West, and why Thei (...)
  • 14 Samuel P. Huntington, « The Clash of civilizations? », Foreign Affairs, vol. 72, n° 3, 1993, p. 22- (...)
  • 15 La Salle (Illinois), Sherwwod Sugden & Co, 1978. Un grand nombre d’ouvrages a paru en français ces (...)
  • 16 Fernand Braudel, Grammaire des civilisations, Paris, Poche, 2008.

13Cette vision du monde correspond parfaitement à la traditionnelle dichotomie islamique, entre la Dâr’ul-Harb (la maison de la guerre) et la Dâr’ul-Islam (la maison de la paix), les deux étant en conflit permanent. Le paradoxe est que des promoteurs de la thèse du choc des civilisations, tels que Bernard Lewis et Samuel Huntington aient pratiquement défendu la même dichotomie, en sens inverse. En effet, le premier, dans un article publié en 1957 affirmait que « les ressentiments actuels des peuples du Moyen-Orient se comprennent mieux lorsqu’on s’aperçoit qu’ils résultent, non pas d’un conflit entre des États ou des nations, mais du choc entre deux civilisations […]. Je me suis efforcé de hisser les conflits du Moyen-Orient, souvent tenus pour des querelles entre États, au niveau d’un choc des civilisations11 ». Puis, en 1964 dans un autre article intitulé « The Middle East and the West »12 il réitérait sa thèse comme explication du conflit israélo-palestinien, thèse qu’il remettra au goût du jour après la chute du mur de Berlin13. Comme on le sait, Huntington ébauchera sa thèse en 1993, dans un article paru dans la revue Foreign Affairs14, puis il la développera avec son célèbre ouvrage, bâti à partir des Dynamics of World history15 de Ch. Dawson, de la Grammaire des civilisations16 de F. Braudel et enfin des ouvrages de B. Lewis.

Les nouveaux usages du concept de civilisation

14Malgré la place importante accordée à l’Empire ottoman et à la Turquie dans l’ouvrage de S. Huntington, ses thèses relatives au choc de civilisations ne semblent pas affecter de prime abord les élites turques, encore moins les islamistes, comme elles ne furent connues qu’assez tardivement en Turquie. Mais la question de « civilisation » s’est réellement posée pour la Turquie lors de ses tractations avec l’Union européenne. Avant même que ne se produisent les attentats du World Trade Center à New York (11 septembre 2001), le débat concernant la place de la Turquie sur l’échiquier européen s’est ouvert au sein de l’Union européenne. En effet, au sommet d’Helsinki des 10 et 11 décembre en 1999 le Conseil européen a conclu, après de longues discussions, que la Turquie « est un pays candidat qui a vocation à rejoindre l’Union européenne sur la base des mêmes critères que ceux qui s’appliquent aux autres candidats (…). La Turquie bénéficie d’une stratégie de préadhésion visant à encourager et à appuyer ses réformes ».

15Mais cette décision des chefs d’État et de gouvernement dissimulait mal le véritable débat qui allait se transformer en conflit idéologique entre certaines élites et des organisations politiques européennes, mais aussi turques – les arguments démographiques, économiques, géographiques, historiques et politiques venant à l’appui. La salve de feu est déclenchée par Giscard d’Estaing, le 7 novembre 2002, quelques jours après l’arrivée au pouvoir de l’AKP, avec les élections législatives du 2 novembre. En effet l’ancien président français et alors président de la Convention sur l’avenir de l’Europe se déclare farouchement hostile à la perspective de l’adhésion de la Turquie dans l’Union européenne. Selon lui : « La Turquie est un pays proche de l’Europe, un pays important, qui a une véritable élite, mais ce n’est pas un pays européen », estime-t-il, ajoutant : « Sa capitale n’est pas en Europe, elle a 95 % de sa population hors d’Europe, ce n’est pas un pays européen ». L’arrivée au pouvoir des islamistes a ainsi posé clairement la question de la place de la Turquie en Europe, en confortant et renforçant les thèses de Huntington. Soupçonnés de posséder un agenda caché, ces islamistes dits « modérés » n’ayant pas les mêmes codes culturels, étaient et sont toujours observés avec une certaine inquiétude.

16Les réponses du gouvernement islamiste à ces déclarations furent d’abord extrêmement polies. Mais les attentats de Madrid, le 11 mars 2004, puis la publication, le 30 septembre 2005, des fameuses caricatures du Prophète Mahomet par le journal danois Jyllands-Posten, ont incité les gouvernements espagnol et turc à demander au Secrétaire général des Nations unies, Koffi Annan, de créer un organisme, l’Alliance des civilisations – The United Nations Alliance of Civilization – (Unaoc)17 pour améliorer la compréhension et les relations entre les nations et les peuples de cultures et de religions différentes, et contribuer ainsi à freiner les forces qui alimentent la polarisation et les extrémismes. En avril 2007, le nouveau Secrétaire général Ban Ki-moon nomme Jorge Sampaio, ancien président du Portugal, Haut représentant à la direction de cet organisme, qui compte aujourd’hui avec le soutien de son « groupe d’amis », une communauté de plus de cent pays membres et organisations internationales.

17Contrairement aux initiatives anciennes du Vatican qui dispose d’un Secrétariat de dialogue des religions, l’Alliance des Nations Unies s’appuie sur un large spectre d’initiatives qui ont pour objectif de construire des ponts entre des cultures et des communautés diverses, ceci avec l’appui de gouvernements nationaux et locaux, d’organisations internationales et régionales, et de groupes de la société civile.

  • 18 http://www.medeniyetlerittifaki.org.tr/raporlar/mi_ulusal_plan.pdf : Türkiye Cumhuriyeti Medeniyetl (...)

18L’intérêt particulier du gouvernement islamiste pour le projet de l’Alliance des civilisations correspondait en réalité, en Turquie, au projet alternatif de l’Union pour la Méditerranée lancé par la France. La Turquie montrait clairement que cette union ne pouvait pas constituer une alternative à l’intégration de la Turquie dans l’Union européenne, elle affirmait au contraire : « l’accomplissement du processus d’intégration de la Turquie dans l’Union européenne, inauguré en 1963, sera le meilleur exemple de l’Alliance des civilisations et de la cohabitation pacifique dans la tolérance des individus et des sociétés appartenant à des religions et des cultures différentes18 ».

19En ce sens, le programme national turc de l’Alliance des civilisations pour les années 2008-2009, énumère par exemple, un long catalogue d’initiatives pour illustrer le fait que la Turquie abrite de nombreuses civilisations et cultures diverses et montrer combien les Turcs furent tolérants envers ces cultures, au cours de l’histoire. Ces différents projets ont pour finalité de faire connaître les valeurs turco-islamiques, sans insister sur les valeurs fondamentales de l’Europe, telles que la démocratie, la tolérance, la laïcité. Comme dans le programme électoral d’un parti politique, le ministère de l’Éducation nationale turque s’accorde ici des satisfécits :

  • 19 http://www.medeniyetlerittifaki.org.tr/sayfalar.asp?link=projeler/projeler.htm.

« Le ministère considère l’interculturalité comme faisant partie de l’éducation en général, il attache une importance particulière aux actions incitant aux relations interculturelles pacifiques. Les droits de l’homme, le civisme et les respects mutuels sont intégrés avec succès dans les programmes de l’éducation nationale turque. Par ailleurs, les programmes des écoles primaires et secondaires consacrent une large place à la culture occidentale ; de nombreux élèves apprennent l’histoire, la littérature et sont sensibilisés à l’art européens19 ».

  • 20 Le 5e forum de l’Alliance des civilisations a eu lieu à Vienne (Autriche), les 27 et 28 février 201 (...)

20Outre les discours de circonstance que le Premier ministre turc prononce à l’occasion de chaque grande manifestation nationale et internationale de l’Alliance des civilisations20, le mot civilisation revient régulièrement dans les programmes du parti au pouvoir ainsi que dans les discours d’Erdoğan depuis 2002. La notion de civilisation est devenue pour le gouvernement turc une sorte de plateforme de revendication de la participation des peuples non européens, non américains aux acquis de l’humanité. En s’emparant du thème de lutte contre le « choc des civilisations » soit par le biais du dialogue, soit par une Alliance, le gouvernement d’AKP admet d’emblée que le conflit « originel » entre les civilisations existe et qu’il faut « dialoguer » ou « s’allier » pour diminuer les effets de ce conflit. Il est vrai que la Turquie s’est longtemps comportée – surtout durant la guerre froide – comme faisant partie intégrante des peuples d’Europe, ceci sous prétexte de faire partie du dispositif de défense ou d’appartenir à d’autres organismes occidentaux.

21Il résulte cependant des hésitations européennes à intégrer la Turquie à l’Union européenne, que les islamistes turcs se sont assez rapidement rangés à l’idée que les Turcs faisaient fondamentalement partie d’une autre civilisation, et que la Turquie devait établir des passerelles entre les civilisations occidentale et islamique.

22Il s’agit là d’une rupture avec le passé, car depuis le xve siècle, les Turcs sont des acteurs de premier plan au sein de l’Europe ; ils ont dirigé durant des siècles une bonne partie de l’Europe, et l’on peut dire que la Turquie s’est choisie l’Europe comme famille, depuis le xixe siècle essentiellement. Les pères fondateurs de la Turquie contemporaine ont également opté pour une intégration européenne. Dans la perspective de 2023 de l’AKP au pouvoir (le premier centenaire du régime républicain), le projet d’intégration de la Turquie dans l’Union ­européenne constitue encore un objectif stratégique, sans autre alternative. Quant à l’Alliance des civilisations, elle est considérée comme une plateforme universelle pour une cohabitation pacifique21. Mais finalement cette Alliance des civilisations s’est transformée en un instrument politique et idéologique à l’intérieur comme à l’extérieur de la Turquie. Élément de cohésion nationale et symbole de tolérance, la politique de l’Alliance des civilisations vise à l’intérieur à atteindre un électorat dépassant les cercles islamiques et turcs (kurdes, alévis, minorités chrétiennes et juives, mais aussi intellectuels), et à l’extérieur à lutter contre l’islamophobie dans le monde, considérée aussi dangereuse pour la paix que l’antisémitisme. Son objectif consiste surtout à développer le leadership de la Turquie dans le monde musulman, comme État phare au Moyen-Orient, dans les Balkans et en Asie occidentale.

Fonctions internes de la politique de l’Alliance des civilisations

23La Turquie a ainsi créé des institutions et a pris des initiatives nationales et internationales afin de promouvoir cette idée d’Alliance des civilisations, en affinant de manière empirique son contenu. De nombreux intellectuels et universitaires islamistes sont engagés pour fournir « la matière grise » de cette politique. Mais le Centre de recherches sur les civilisations (Medam) créé en 2008, au sein de l’Université privée de Bahçeşehir deviendra certainement l’instrument intellectuel, universitaire et para-diplomatique de cette promotion de dialogue des civilisations. Au travers de ses nombreuses activités culturelles et scientifiques, il s’agit en réalité de promouvoir les valeurs islamiques sous le drapeau des Ottomans et des Turcs, en défendant la contribution de celles-ci à la civilisation mondiale et finalement la place du parti islamiste turc sur l’échiquier politique turc, surtout celle de son chef, le Premier ministre.

24La production la plus importante de ce centre est un documentaire intitulé : « L’histoire cachée du monde moderne : de l’Orient à l’Occident de l’Est à l’Ouest ». Diffusé sur des chaînes de télévisions turques et internationales (BBC, Arte, etc.), ce documentaire pose le postulat suivant : la civilisation est le bien commun de toute l’humanité. Ce documentaire contredit « les Européens » qui ont imposé une seule civilisation au monde et démontre que la civilisation est née entre les deux rivières, en Mésopotamie, qu’elle s’est développée grâce à « notre » participation. La rivière civilisationnelle a coulé durant onze mille ans de l’est à l’ouest et depuis la Renaissance, elle coule de l’ouest vers l’est. Mais cela ne durera pas éternellement ainsi22, la rivière civilisationnelle recommencera à couler de l’est à l’ouest.

  • 23 Tous ces ouvrages sont publiés à Istanbul par la maison d’édition Mahya Yayıncılık.

25Traducteur des œuvres des frères musulmans et notamment du fameux Fî-Zilâl al Kur’an (Sous l’ombre du Coran) de Seyyid Qotb, auteur de nombreux ouvrages sur la civilisation et notamment Din ve Medeniyet (Religion et Civilisation), Din ve Düşünce (Religion et Pensée), İslam Düşüncesinin Batı Düşüncesine Ekileri (L’influence de la pensée islamique sur la civilisation occidentale)23, le professeur de philosophie islamique à la faculté de théologie de l’Université de Marmara, Bekir Karlığa est nommé conseiller auprès du premier ministre turc, pour développer des actions relatives à la question des civilisations et surtout préparer le matériel intellectuel nécessaire (conférences, expositions, publication d’ouvrages, films et vidéos).

26La thèse principale de son ouvrage Religion et Pensée est que la civilisation occidentale qui oriente le monde depuis trois cents ans a rompu l’équilibre fragile entre la raison et la révélation, la science et la religion, et a mené l’humanité aux crises épouvantables que nous connaissons. Dans son ouvrage sur l’influence de l’islam sur la civilisation occidentale, l’auteur précise que du xiie jusqu’à la fin du xive siècle les traductions arabes en latin et en hébreu ont contribué rapidement à la renaissance de la pensée occidentale, permettant la naissance des universités. Cette réalité n’a pu trouver expression que dans la seconde moitié du xixe siècle et on y fait souvent référence dans la seconde moitié du xxe.

  • 24 Istanbul, Medeniyetler Ittifakı Yayınları, 1, 2012, 330 p.
  • 25 Coran, sourate A’raf, 155.

27Comme on pouvait s’y attendre, le premier ouvrage de ce centre est signé Recep Tayyip Erdoğan. Intitulé Küresel Barış Vizyonu (Vision de la paix planétaire)24, cet ouvrage au titre ronflant est constitué en réalité des interventions du Premier ministre turc depuis 2005 dans les manifestations nationales et internationales consacrées à la question de l’Alliance des civilisations. Pour le Premier ministre turc, les grands problèmes du monde sont alimentés par le dysfonctionnement interne de la civilisation contemporaine « occidentale ». Celle-ci est dénoncée en tant que responsable de la paupérisation, de l’insécurité, du chômage autrement dit, des inégalités et des injustices. Pour remédier à ces dysfonctionnements, le besoin se fait plus que jamais ressentir d’une révolution conforme à la nature humaine, sinon une catastrophe attend l’humanité. Cette révolution est désignée dans le « message divin », autrement dit dans le message coranique sous la forme d’une question : « Ô mon Dieu, nous feras-tu tous périr à cause des crimes de quelques insensés ?25 ».

  • 26 Recep Tayyip Erdoˇgan, Küresel Barı¸s Vizyonu, p. 32.
  • 27 Ibid, p. 33.

28La thèse essentielle de cet ouvrage réside dans un projet romantique que l’humanité mettrait un terme à toutes les souffrances et construirait un monde de paix. Erdoğan voudrait faire disparaître les préjugés. Mais tout l’ouvrage tend à démontrer que ce sont surtout les « autres » (il faut entendre les Occidentaux) qui ont des préjugés. La civilisation englobe toutes les activités de l’humanité, la science, la technique, l’art et les œuvres esthétiques, elle définit la vision de l’homme sur lui-même, sur les autres, ses relations avec les autres, les valeurs et les idéaux. La civilisation est la somme des expériences humaines cumulées depuis des siècles, la synthèse de ses acquis et de ses succès. Le fleuve de cette civilisation qui englobe tout et toute l’humanité continue à couler partout dans ce monde en cours de globalisation et désaltère toute l’humanité. L’avenir de notre civilisation est lié non pas aux tentatives d’avaliser les thèses du choc des civilisations, mais à la réussite de conciliation et d’union entre les civilisations grâce au récit de cette union et de cette conciliation. Erdoğan conteste clairement l’appartenance au monde occidental aux concepts de démocratie, de transparence, de droits de l’homme, d’État de droit et de bonne gouvernance ; pour lui, ces notions universelles sont alimentées par toutes les cultures et en premier lieu par les sociétés islamiques26 : « Le projet de l’Alliance des Civilisations est le projet le plus important du siècle. Mais sa réussite dépendra de la persistance avec laquelle on poursuit sa réalisation »27. Encore une fois, en tant que modèle pour les pays de la région, la place de la Turquie islamique est fortement soulignée.

29Quant à l’Université d’État, Medeniyet Universitesi (Université de la Civilisation) créée en 2010 sur la rive asiatique d’Istanbul, elle se donne pour mission de développer les sciences, les technologies et les arts, de manière à contribuer aux valeurs universelles civilisationnelles. Elle veut se faire rencontrer les civilisations, prendre une part active dans le devenir de l’humanité. Les valeurs essentielles sur lesquelles l’université est basée sont : la justice, la transparence, la compétence, la participation, le respect, l’abnégation28. Au sein de cette université fut également créé un centre de recherche sur les civilisations. Beaucoup moins actif que le Medam, ce centre cherche sa place dans ce nouveau dispositif. De même, le Centre de recherche et d’application des civilisations au sein de l’Université de Fatih (Fümam) se contente de publier une revue intitulée Civilacademy29 qui se définit comme un « journal of social sciences » davantage consacré aux articles des étudiants et des enseignants de l’Université.

Les fonctions externes de l’Alliance des civilisations

  • 30 Ibid., p. 260.
  • 31 Ibid., 262.
  • 32 Ibid., 262.

30Tout en posant comme postulat que le monde musulman possède bien une conscience commune, mais qu’il est dépourvu de cohésion, S. Huntington considère que « la montée en puissance de l’Occident a affaibli à la fois l’Empire ottoman et l’Empire mogol et que la fin du premier a laissé l’islam sans État phare30 ». C’est cette lacune qui a contribué à la multiplication des conflits internes et externes qui caractérise l’islam. Quel serait alors l’État capable de reprendre le flambeau de cette cohésion islamique ? L’auteur de la géopolitique des civilisations passe les États potentiels en revue et considère que « la Turquie a l’histoire, la population, le niveau économique, la cohésion nationale, les traditions et les compétences militaires pour être l’État phare de l’islam31 ». Cependant, en définissant explicitement la Turquie comme laïque, « Atatürk a empêché la république turque de succéder à l’Empire ottoman dans ce rôle. Pour ce faire, il lui faut rejeter l’héritage d’Atatürk plus fermement encore que la Russie de Lénine. Il faudrait aussi un chef de la stature d’Atatürk qui combine légitimité religieuse et légitimité politique pour faire que la Turquie ne soit plus un État déchiré mais qu’elle devienne un État phare »32.

  • 33 À la suite de la parution en 1993 de l’article de S. Huntington dans la revue Foreign Affairs, Edwa (...)

31En se lançant dans la lutte contre les analyses de Huntington, à la suite de l’orientaliste Edward Saïd33, la Turquie des islamistes semble avoir entendu cet appel. Les manifestations diplomatiques, culturelles et scientifiques et les documents élaborés pour les accompagner montrent à l’évidence qu’elle voudrait promouvoir dans le monde l’idée que le berceau (la source) de la civilisation est l’Anatolie, et que selon les dernières découvertes, les plus vieux restes de civilisations datent d’il y a douze mille ans : ils se trouvent dans le sud-est de l’Anatolie, aux environs de la ville historique de Urfa, sur la colline Göbekli, connue aussi sous le nom de Ziyaret ; le cours de la civilisation qui s’amorce par la suite à Çatal Höyük, aux abords de Konya, se poursuit à l’infini et atteint les quatre coins du monde.

  • 34 DVD, Documentaire « The Untold Story of the Modern world: East to West », Bahçe¸sehir University, C (...)

32Le thème central de la politique de l’Alliance des civilisations, est ainsi la lutte contre l’idée selon laquelle la civilisation serait un monopole de l’Occident. Les acteurs et auteurs turcs de l’Alliance des civilisations dénoncent avec verve l’idée du monde occidental selon laquelle l’antiquité et le Moyen Âge étaient obscurantistes, la civilisation contemporaine étant née en Occident, à la Renaissance et à l’âge des Lumières, ils rejettent le postulat selon lequel la science, l’art, en somme la civilisation, appartiennent à l’Occident : « Notre ambition est d’offrir à nos spectateurs, le spectacle du fleuve glorieux de la civilisation qui s’écoule depuis l’aube de l’humanité. Comme tout fleuve, le fleuve de la civilisation a aussi continué à couler car il était nourri de cultures différentes. C’est pourquoi il n’est pas le produit d’une seule société, d’une seule culture ou d’une seule région ; c’est l’œuvre conjointe des efforts de toute l’humanité et la somme de tous ses objets34 ».

  • 35 DVD, Batıdan Doˇguya Akan Nehir, vol. 18.

33Mehmet Aydın, l’ancien ministre chargé de conduire le programme de l’Alliance des civilisations pour le gouvernement turc fustige ainsi, sur fond d’images de bombardements américains en Irak, l’utilisation de la civilisation par le monde occidental comme un instrument d’oppression des autres peuples : « Sous la culture et la civilisation occidentale résident l’arrogance, la violence et le mépris des autres cultures et civilisations35 ».

34Le documentaire « De l’Est à l’Ouest » produit en même temps les mécanismes de défense des thèses créationnistes tout en décrivant l’histoire de l’humanité à travers les religions : « Le long périple de la civilisation a commencé avec l’histoire de la race humaine issue d’Adam et Ève ». « Après sa période de chasse et de cueillette, l’homme a découvert le feu, inventé l’agriculture, puis a examiné sa propre existence et les objets de son environnement en observant la voûte céleste. Dans les plaines de Mésopotamie il a inventé l’écriture, fondé des villes et des empires et s’est mis à interroger l’univers. Il s’est par moments égaré, a rompu ses liens avec son passé et a oublié le pourquoi de son voyage. Des guides (des prophètes ou des sages) sont alors apparus, lui dévoilant le sens de son existence, lui rappelant ses origines et sa véritable raison, le voyage de la civilisation ».

35Le centre de cette géopolitique des Civilisations est la Mésopotamie, plus particulièrement le territoire anatolien. En effet avec le documentaire cité, tous les regards se portent à nouveau vers le véritable lieu de naissance de la civilisation, le Moyen-Orient, là où des concepts tels que la justice, les droits civils, l’expression artistique et le monothéisme firent leur première apparition, dans le bassin du Tigre et de l’Euphrate. « Grâce à ce documentaire c’est la première fois que l’on dévoile sur des écrans de télévision du monde, en toute objectivité, le récit épique de ces concepts à partir du véritable centre du monde ».

36Dans ce schéma, la Chine, le Japon, l’Inde, l’Égypte ancienne, l’Iran ancien, le judaïsme et même le christianisme sont souvent passés sous silence et leur place dans la caravane des civilisations est minorée (l’Amérique n’est même pas citée). Inversement l’accent est fortement mis sur le rôle des musulmans, des Turcs et des Ottomans.

37Doté de la conscience du passé et du patrimoine de l’humanité, l’islam né dans le désert d’Arabie aurait adopté toute la connaissance antique, de la Chine à l’Inde, de l’Iran à la Mésopotamie, de l’Égypte à la Grèce et aurait transformé, en peu de temps, les villes de Damas, Bagdad, Cordoue, Boukhara et Samarkand, en centres de science, de pensée et de civilisation. L’héritage universel ainsi accumulé aurait été transmis à Padoue, à Bologne, à Paris, à Oxford et à Cambridge. Les Mogols et les Turcs auraient fait le reste : tandis que les petits-enfants de Tamerlan réussissaient à transformer le sous-continent indien en paradis, l’Empire « universel » ottoman permettrait durant des siècles aux peuples de langues, de religions et de cultures différentes de vivre « ensemble en paix ».

38Cependant la civilisation ottomane étant « épuisée », « Le fleuve se mit à couler à l’envers : au lieu du Tigre et de l’Euphrate, du Nil et du Danube, c’est sur le Rhin et le Rhône que les nouveaux produits de civilisation allaient être transportés ». Grâce à la force qu’elle aurait tirée de l’Orient islamique, la Renaissance offrirait un nouveau dynamisme à l’Europe et, renforcée par des réformes, elle créerait un monde quasiment nouveau, l’ère du colonialisme, infligeant à l’Orient de grandes défaites ; les Lumières, la découverte de la vapeur, la révolution industrielle et la modernité renforçant cette hégémonie mondiale de l’Europe. Alors que le désir de l’Occident surpuissant d’exploiter l’Orient « devenait insatiable », celui-ci était incapable de trouver sur son sol les ressources nécessaires pour poursuivre un développement rapide : les uns après les autres, les pays musulmans devenaient des colonies de l’Occident, l’Empire ottoman se retrouva confronté à son démembrement et le monde musulman fut décapité.

39Après la Première Guerre mondiale, le leadership de l’Occident passa du bassin méditerranéen à l’autre côté de l’Atlantique. L’Europe se vida de son sang à cause du communisme, du fascisme et du national-socialisme et la Deuxième Guerre mondiale lui fit subir de terribles pertes. Le nouvel ordre bipolaire mondial instauré après la guerre sépara le monde en camps ennemis. Suite à la dislocation de l’Union soviétique, le monde passa très vite sous l’hégémonie d’une seule puissance. C’est ainsi que l’élite des néo conservateurs porta à l’agenda mondial sa thèse du « Choc des civilisations ». Avec la destruction des « Tours jumelles » la lutte entre les deux blocs fit place à une pléthore d’actions terroristes et les vieux appétits colonialistes réapparurent. Le fleuve des civilisations suit, malgré tout, son cours et l’humanité progresse vers un objectif commun.

40Ainsi le documentaire « Le fleuve qui coule vers l’Occident » est considéré comme l’histoire de cette longue course, il tente d’expliquer l’évolution du monde centré autour de l’islam, de l’Orient et des Ottomans ; nous sommes loin de l’analyse généreuse de Bredel et de sa Grammaire des civilisations englobant toute l’humanité.

Conclusion

41Le message émis par la politique mise en place autour de la question des civilisations par le gouvernement turc est ainsi le suivant : aucune civilisation n’est pure dans le monde et il n’en existe pas une seule qui soit unique. Chaque société emprunte des éléments aux précédentes et les transmet aux suivantes. Le monde occidental a tort de considérer la Grèce antique comme le berceau de la civilisation, des idées classiques, de la philosophie naturelle, de la littérature et des idéaux artistiques. Cette acception passe sous silence la grande contribution de l’Orient à la création du monde moderne. Il n’est certes pas possible d’ignorer l’importance de la civilisation grecque, mais cette civilisation n’est pas apparue d’elle-même, spontanément ; elle a emprunté de nombreux éléments aux civilisations antérieures, a conçu de nouveaux concepts qui ont été ensuite développés : sans Ishtar, pas d’Aphrodite, sans l’Épopée de Gilgamesh, pas d’Iliade, c’est ce que tente de démontrer Medam.

42De même, s’il faut croire à l’idéologie néo-ottomaniste des islamistes turcs, les Ottomans avaient créé un monde où régnait la paix : du Maroc à la Palestine, de Médine jusqu’à Vienne, ils créèrent une culture « incomparable, inédite et différente, une culture paisible empreinte d’élégance ». Mais les choses se seraient gâtées à partir des Tanzimat (1839), avec l’introduction de la culture occidentale sur les rives du Bosphore : les ministres, les Pacha, les notables se mirent à faire construire des résidences d’été et des palais « modernes » le long du Bosphore. Ces bâtiments somptueux témoigneraient d’une rupture avec le style traditionnel ottoman, signe que cette modernisation occidentale est une « contamination » relative à la dégénérescence de la civilisation. En réalité, pour les promoteurs de l’Alliance des civilisations, la vague de changement commença à déferler sur l’Empire ottoman avec la Révolution Française, vague qui préparait le début de la fin de l’Empire ottoman. L’Expédition d’Égypte montra l’inefficacité des Janissaires, la seule solution qui restait aux Ottomans fut de commencer à utiliser les modèles militaires en vigueur en Europe occidentale. À côté du déséquilibre des forces militaires, celui de l’économie devenait également évident. Les puissances européennes s’étaient emparées du contrôle des nouvelles voies commerciales maritimes allant en Extrême-Orient, aux Indes et en Amérique.

43Le gouvernement islamiste turc postule ainsi que le fleuve de la civilisation a continué à couler sur les territoires de la Turquie durant 12 000 ans. Contrairement à Huntington, le discours islamiste affirme que « de nos jours, le peuple turc assume son rôle de pont entre l’Orient et l’Occident, l’Asie et l’Europe, le monde turc et l’islam ainsi que l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique ». Même si certains tentent de démolir ces passerelles, la Turquie continue à remplir sa mission de pont, elle s’adapte au monde moderne en se tournant vers l’avenir, sans toutefois ignorer ses racines historiques.

44Il faut enfin remarquer que dans la politique de l’Alliance des civilisations, l’homme nouveau est le Premier ministre turc, car à aucun moment, dans aucun document, et contrairement au catéchisme républicain, le nom de Mustafa Kemal Atatürk n’est mentionné, pas plus que celui d’autres hommes politiques turcs contemporains.

Haut de page

Notes

1 http://www.liberation.fr/tribune/0101236207-dans-le-choc-des-civilisations-samuel-huntington-annonce-la-montee-en-puissance-des-societes-islamiques-et-confuceennes-face-a-un-occident-declinant-au-xxie-siecle.

2 Samuel P. Huntington, Le choc des Civilisations, Paris, Odile Jacob, 2000, p. 215.

3 Ibid. p. 223.

4 Pour une évaluation de la question de civilisation chez Ziya Gökalp : Celaleddin Çelik, « Gökalp’in bir Deˇgi¸sim Dinamiˇgi Olarak Kültür-Medeniyet Teorisi », Erciyes Üniversitesi Sosyal Bilimler Enstitüsü Dergisi, 21e année, 2006/2, p. 43-63 ; http://sbedergi.erciyes.edu.tr/sayi_21/4-%20(43-63.%20syf.).pdf

5 Des instruments à cordes pincées.

6 Cet ouvrage est publié en 1927, par Türk Ocakları (les Foyers Turcs).

7 Pour une biographie de cet auteur voir : François Georgeon, « Ahmed Aˇgaoˇglu. Un intellectuel turc admirateur des Lumières et de la Révolution », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, N° 52-53, 1989. Les Arabes, les Turcs et la Révolution française. pp. 186-198.

8 Ahmed Aˇgaoˇglu, Üç Medeniyet, Türk Ocakları (Istanbul), p. 1.

9 Abdullah Cevdet, « S¸ime-i Muhabbet », .Ictihad, n° , 89, 1329/1913-1914, p. 1983, cité par Ramazan Uçar, « Abdullah Cevdet’in Batı Medeniyeti ve Batılıla¸sma Anlayı¸sı », Toplum Bilimleri Dergisi, Juillet 2011, p. 9.

10 La revue Köprü (http://www.koprudergisi.com/index.asp?Bolum=EskiSayilar&Goster=Sayi&SayiNo=81) dans la mouvance de la confrérie Nurcu a consacré un numéro spécial (hiver 2003, n° 81) sur la question de civilisation. C’est dans ce numéro que Ahmet Dursun rédige un article sur Mehmet Akif’te ‘Medeniyet’ (la « civilisation » chez Mehmet Akif).

11 Bernard Lewis, Islam, Paris, Gallimard, 2005, p. 55.

12 Indiana University Press, Bloomington, 1964, p. 13.

13 Bernard Lewis, « The roots of Muslim Rage. Why so Many Muslims Deeply Resent the West, and why Their Bitterness Will not Easily be Mollified », The Atlantic Monthly, Boston, septembre 1990.

14 Samuel P. Huntington, « The Clash of civilizations? », Foreign Affairs, vol. 72, n° 3, 1993, p. 22-49.

15 La Salle (Illinois), Sherwwod Sugden & Co, 1978. Un grand nombre d’ouvrages a paru en français ces derniers temps réfutant les thèses de Samuel Huntington. En voici les plus importants : Youssef Courbage et Emmanuel Todd, Le rendez-vous des civilisations, Seuil, Paris, 2007 ; Tzvetan Todorov, La peur des barbares. Au-delà du choc des civilisations, Robert Laffont, 2008, Jean-Claude Guillebaud, Le commencement d’un monde : vers une modernité métisse, Seuil, Paris, 2007 et bien sûr : Georges Corm, Pour une lecture profane des conflits. Sur le « retour du religieux » dans les conflits contemporains du Moyen-Orient, La Découverte, Paris, 2012.

16 Fernand Braudel, Grammaire des civilisations, Paris, Poche, 2008.

17 United Nations Alliance of Civilization, many cultures, One Humanity: http://www.unaoc.org/ibis/pages-en-francais/

18 http://www.medeniyetlerittifaki.org.tr/raporlar/mi_ulusal_plan.pdf : Türkiye Cumhuriyeti Medeniyetler ittifakı Ulusal Planı. 2008-2009, p. 2.

19 http://www.medeniyetlerittifaki.org.tr/sayfalar.asp?link=projeler/projeler.htm.

20 Le 5e forum de l’Alliance des civilisations a eu lieu à Vienne (Autriche), les 27 et 28 février 2013. Au cours de cette manifestation, le Premier ministre turc a jeté le trouble en assimilant le sionisme à un crime contre l’humanité : « Comme c’est le cas pour le sionisme, l’antisémitisme et le fascisme, il devient maintenant inévitable de considérer l’islamophobie comme un crime contre l’humanité ».

21 http://www.akparti.org.tr/site/akparti/2023-siyasi-vizyon.

22 http://www.haber3.com/uluslararasi-halil-ibrahim-bulusmalari-prof.-dr.-bekir-karliga-medeniyet,-kavram-1532441h.htm.

23 Tous ces ouvrages sont publiés à Istanbul par la maison d’édition Mahya Yayıncılık.

24 Istanbul, Medeniyetler Ittifakı Yayınları, 1, 2012, 330 p.

25 Coran, sourate A’raf, 155.

26 Recep Tayyip Erdoˇgan, Küresel Barı¸s Vizyonu, p. 32.

27 Ibid, p. 33.

28 http://strateji.medeniyet.edu.tr/documents/strateji/dosya/idare%20faaliyet%20raporu/2011%20Yili%20Idare%20Faaliyet%20Raporu.pdf.

29 Premier numéro paru en 2007. La revue publie trois numéros par an.

30 Ibid., p. 260.

31 Ibid., 262.

32 Ibid., 262.

33 À la suite de la parution en 1993 de l’article de S. Huntington dans la revue Foreign Affairs, Edward Saïd (1935-2003) avait rédigé dans la revue The Nation (22 octobre 2001) une réponse intitulée « The Clash of Ignorance » (http://www.thenation.com/article/clash-ignorance). Cet article s’appuyait sur l’auteur pakistanais, Eqbal Ahmad (1933-1999), qui a évoqué pour la première fois l’eau comme métaphore des civilisations.

34 DVD, Documentaire « The Untold Story of the Modern world: East to West », Bahçe¸sehir University, Civilisation Studies Center.

35 DVD, Batıdan Doˇguya Akan Nehir, vol. 18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Faruk Bilici, « Instrumentalisation d’un concept : la politique d’Alliance des civilisations du gouvernement turc », Anatoli, 4 | 2013, 119-135.

Référence électronique

Faruk Bilici, « Instrumentalisation d’un concept : la politique d’Alliance des civilisations du gouvernement turc », Anatoli [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://anatoli.revues.org/468 ; DOI : 10.4000/anatoli.468

Haut de page

Auteur

Faruk Bilici

Faruk Bilici est professeur des universités en études ottomanes et histoire turque à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) à Paris. Membre du Centre de recherches Europes-Eurasie (CREE), du Cercle d’études balkaniques (CEB), il est directeur de la collection « Bibliothèque turque » chez Actes-sud/sindbad et membre du comité éditorial de la revue Anatoli. Ses recherches portent essentiellement sur le monde ottoman des xvie-XXe siècles, les relations franco-ottomanes, l’histoire et le présent de la mer Noire et sur les différentes formes de l’islam, de l’Empire ottoman à nos jours. Dernier ouvrage : Ahmet Hamdi Tanpınar, Histoire de la Littérature turque du xixe siècle, Actes-sud / Sindbad, collection « Bibliothèque turque », édition française dirigée et présentée par Faruk Bilici, 2012, 928 p. Derniers articles parus dans Anatoli : « Les Balkans ottomans : un monde englouti », Anatoli n° 1, 2010, pp. 57-70 ; « Rumluk après rumluk : la survivance de la langue et de la culture grecques sur les côtes turques de la mer Noire », Anatoli n° 1 ; pp. 233-251.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org