Navigation – Plan du site
Partie 4. Enjeux régionaux : de l’Adriatique à la Caspienne

Le premier contact d’Arnold Toynbee avec le Levant

Note sur A Study of History
Richard Clogg
Traduction de Sophie Sioutis
p. 169-182

Texte intégral

  • 1 Cité dans McNeill, W.H., 1989, Arnold Toynbee: a life, Londres, Oxford University Press, p. 216. Le (...)
  • 2 Toynbee, A. J., 1934, A Study of History, X, p. 111.
  • 3 Toynbee, A. J., 1923, The Western Question in Greece and Turkey: a study in the contact of civilisa (...)

1Il est à noter que Samuel Huntington dans Le Choc des Civilisations et la Refondation de l’Ordre Mondial fait seulement quelques références rapides au travail d’Arnold Toynbee qui, dans sa vie, est devenu, comme Huntington, une sorte de gourou à l’échelle mondiale. En mars 1947, par exemple, « l’historien Toynbee » fait la couverture du Time. Whittaker Chambers y déclare qu’avec A Study of History, composé de 12 volumes, Toynbee, « a trouvé l’histoire des Ptolémées et l’a laissée sous Copernic1 ». Cela est surprenant étant donné que le thème principal de A Study of History, est la « morphologie de l’histoire des civilisations2 ». Toynbee dénombre vingt-six civilisations, contrairement à Huntington qui lui en compte sept (voire huit). Toynbee débute cette vaste entreprise en 1920. Dans The Western Question in Greece and Turkey : a study in the contact of civilisations, publié deux ans plus tard, au moment où le conflit gréco-turc aboutissait à un dénouement meurtrier, bien que l’objet de ce livre ait été la guerre de 1919 à 1922 entre la Grèce et les Turcs nationalistes dans son contexte historique, il expose un certain nombre de thèmes qu’il développera plus tard dans A Study of History. Dans la préface à la seconde édition de The Western Question, par exemple, il prédit que « (…) les relations entre les différentes civilisations resteront le problème le plus captivant de l’histoire humaine (…) » ; tandis qu’en traitant des expulsions de ceux qu’il qualifie de « Turcs de Roumélie » et des Grecs d’Anatolie pendant les guerres balkaniques de 1912-1913, il affirme – d’une certaine façon comme Huntington – qu’un certain nombre de chrétiens du Proche-Orient et de musulmans du Moyen-Orient « [ont] subi le poids d’un choc particulier dans une vaste interaction entre civilisations3 ».

  • 4 Toynbee, A J., 1981, The Greeks and their heritages, London, Oxford University Press, p. 139.
  • 5 Caplan, J., 1989, « Working with Toynbee: a personal reminiscence » in C.T. McIntire and M. Perry, (...)
  • 6 Toynbee, A. J., 1952, Cómo la historia greco-romana ilumina la historia general : lección explicada (...)

2Entre 1899 et 1911, Toynbee reçut ce qu’il a appelé une éducation « à la byzantine ». Il apprit non seulement à lire dans le texte les auteurs grecs anciens, mais aussi à écrire en grec ancien ; il sait ainsi utiliser les différents dialectes, vocabulaires, styles aussi bien que la métrique de ces auteurs : « l’enseignement du grec ancien que j’ai reçu des universitaires hellénistes anglais, était, j’ose le dire, aussi exhaustif et juste que l’instruction donnée au iie siècle par Dion Chrysostome ou au ive siècle par Libanios4 ». On rapporte que Toynbee écrivait en anglais « presque comme dans une langue étrangère, en reproduisant le rythme du grec ou du latin ; il lui était plus facile d’exprimer ses pensées les plus profondes dans ces langues plutôt qu’en anglais5 ». Sans aucun doute sa bonne connaissance de l’histoire de l’Antiquité grecque a une grande influence sur son étude des civilisations du monde. En 1948, il donne une conférence publique à l’École britannique d’Archéologie d’Athènes au sujet de « l’histoire grecque : une clé pour l’histoire mondiale », qu’il présente à nouveau peu de temps après à l’Université de Madrid6.

  • 7 Toynbee, A. J., 1954, A Study of History, London, Oxford University Press, X, p. 93.

3Dans le dixième tome de A Study of History, publié en 1954, Toynbee écrit de lui-même : « professionnellement parlant, grâce à sa bonne fortune d’être né pendant une période de troubles qui est, par définition, un âge d’or pour un historien, l’écrivain présent a, en fait, été poussé à s’intéresser à chacune de ces questions historiques auxquelles il a été exposé par les événements en cours ; mais sa bonne fortune ne s’est pas arrêtée là… Au cours de l’été 1911, cependant qu’il étudiait le latin depuis près de quinze ans et le grec ancien durant plus de douze ans, les langues, la littérature, l’histoire et les mœurs de la Civilisation hellénique lui sont devenues – et allaient rester – plus familières et beaucoup plus proches que tous les trésors culturels que pouvaient lui offrir la société post-hellénique dont il était originaire ; et cette éducation classique a eu pour résultat positif d’immuniser ses récepteurs contre la maladie de l’auto-admiration collective qui apparaît sous la forme insidieuse du chauvinisme culturel (…)7 ». L’idée que l’étude intensive de l’Antiquité grecque et romaine offre une immunisation contre la « maladie du chauvinisme culturel » est sujet à vive controverse et j’espère démontrer, dans cet article, que l’immersion profonde de Toynbee, en tant qu’élève, étudiant, puis jeune professeur dans l’étude du monde ancien, ne l’a en aucun cas immunisé contre le « chauvinisme culturel ».

  • 8 Toynbee, 1934, A Study of History, I, p. 90. Il ne s’est pas non plus rendu populaire en écrivant d (...)
  • 9 1985, Middle Eastern Studies, XXI (4). Le livre a été publié en 1986 à Londres par Frank Cass.

4Quelques années après avoir été nommé professeur d’histoire de la Grèce des temps modernes au King’s College de l’Université de Londres en 1969, j’ai décidé de me pencher sur l’histoire de mon petit département et, en particulier, sur le bref, et orageux, passage d’Arnold Toynbee à la Chaire Koraes d’histoire, de langue et de littérature grecques modernes et byzantines, une chaire financée par de riches membres de la communauté anglo-hellénique et par le gouvernement de Venizélos en Grèce. Cela a donné naissance à un article publié dans Middle Eastern Studies, une revue éditée par Elie Kedourie, un de nos brillants étudiants sur le nationalisme, qui n’a pas été impressionné par le point de vue de Toynbee selon lequel les Juifs sont un vestige fossilisé de « la société syriaque8 ». Ce long article fit l’objet d’un numéro spécial de Middle Eastern Studies avant d’être publié dans un petit livre, Politics and the Academy : Arnold Toynbee and the Koraes Chair9, autopsie du bref et orageux passage de Toynbee à la chaire d’histoire entre 1919 et 1924. Durant ses voyages en Asie Mineure en 1921, Toynbee devient le témoin oculaire des atrocités commises par l’armée grecque contre la population musulmane. Il s’en est fait l’écho dans une série d’articles publiés dans The Manchester Guardian mais aussi dans The Western Question. Les kémalistes, quant à eux, le gardent loin de leurs lignes où Toynbee pourrait être témoin de semblables atrocités. Sa sympathie grandissante pour les nationalistes turcs le met inévitablement en opposition avec les financeurs grecs de sa chaire, qui croyaient que le professeur pourrait agir comme ingénieux propagandiste de la Cause grecque.

5Dans le cadre de cette même recherche, durant l’été 1974, j’ai écrit à Toynbee en personne, âgé à l’époque de 85 ans, pour lui demander s’il avait des articles relatifs aux circonstances de ce que lui-même appelait « sa démission involontaire » de l’université, 50 ans plus tôt, en 1924. Dans une lettre datant du 27 juillet 1974, Toynbee me répond qu’il a, en effet, un ensemble d’articles relatifs à la chaire (un certain nombre d’entre eux ayant de précieuses annotations). Il me les confierait volontiers, en ajoutant qu’« il n’y a rien de confidentiel dans ces documents, en ce qui le concerne, mais, bien qu’ils soient pour lui une ancienne histoire, ils présentent – toujours – un intérêt parce qu’ils sont porteurs de l’éternelle question de la liberté académique ». Dans cette lettre qui doit avoir été une des dernières qu’il ait écrite, Toynbee me propose de le rencontrer chez lui à Yorkshire, où il avait récemment déménagé. Là, on aurait pu parler de l’épisode concernant la Chaire Koraes et j’aurais probablement pu récupérer les documents relatifs à ce sujet. Mais à mon grand regret, cette rencontre fixée pour la matinée du 17 août, trois semaines après sa lettre, n’a jamais eu lieu. Dans la nuit du 3-4 août, Toynbee a eu une attaque dévastatrice de laquelle, jusqu’à sa mort en octobre de l’année suivante, en 1975, il ne s’est jamais remis. Pendant cette période, il ne parlait que par bribes de mots, et écrivait des phrases inintelligibles en caractères grecs. Une partie de son cerveau, tellement imprégnée depuis sa tendre enfance par l’étude du grec ancien, semblait donc fonctionner encore.

6Quelque temps après son décès, j’ai écrit à sa veuve, sa seconde épouse Veronica (Boulter), pour lui demander si je pouvais consulter les papiers de son mari concernant ses années au King’s College. Elle me répondit que ses archives se trouvaient à cette époque-là à la Bibliothèque universitaire Bodleian d’Oxford et que cette documentation était inaccessible jusqu’à ce que le biographe autorisé de Toynbee, l’historien W. H. McNeill, l’utilise. Néanmoins, comme son mari m’avait déjà permis d’examiner les papiers concernant la controverse au King’s College, elle ferait une exception. Ces documents se sont avérés être une clé inestimable pour comprendre la controverse autour de son occupation de la Chaire Koraes.

7En 1989, quatre ans après la publication de mon étude, Les Politiques et l’Académie : Arnold Toynbee et la Chaire Koraes, William H. McNeill publie son impressionnante biographie autorisée, Arnold Toynbee : une vie. Ce n’est qu’en la lisant que j’ai réalisé la réelle importance de l’hésitation initiale de Toynbee à postuler pour la Chaire Koraes. Toynbee avait été en contact avec le Président de l’Université, Ronald Burrows, à propos de la chaire, mais il avait décidé de ne pas postuler, car il pensait qu’elle devait être attribuée à quelqu’un qui était « plus qu’un philhellène actif », qu’il ne se sentait pas être ; une phrase dont la signification apparaîtra plus tard. À peu près au même moment, il écrit à son beau-père, l’helléniste Gilbert Murray, que « n’étant pas particulièrement philhellène, il pourrait se trouver en mauvaise position face aux Grecs de Londres ». Pour des raisons matérielles, Toynbee change finalement d’avis : il postule pour la chaire et l’obtient.

  • 10 La précocité intellectuelle de Toynbee s’est très tôt manifestée. Il se rappelle qu’à l’âge de huit (...)

8J’ai découvert dans le livre de McNeill que si les « mishellènes » (ceux qui haïssent les Grecs) ou « anthellènes » (anti-Grecs) existent réellement, alors Toynbee en fait partie, au moins à un moment de sa vie, si l’on en croit les lettres qu’il rédige sa mère pendant sa Wanderjahr en 1911-1912. Diplômé d’Oxford, il a bénéficié de la bourse Craven qui lui a permis de passer l’année académique en Italie (pour une courte durée) et en Grèce, avant d’être chargé d’enseignement en histoire ancienne. Grâce à ses brillantes études universitaires, il avait été choisi à un âge précoce par son ancien collègue, Balliol, avant même de se présenter à son examen final en Literae Humaniores, Lettres Classiques à Oxford. Il avait même déjà publié un article dans Classical Review en tant qu’étudiant10.

9À l’évidence, d’après les lettres adressées à sa mère, Edith Toynbee (née Marshall), elle-même éminente historienne, et auxquelles j’avais maintenant accès, Toynbee n’aurait pas dû postuler à cette chaire : son antipathie était profonde vis-à-vis des aspirations du peuple dont il était appelé à enseigner l’histoire. Si un partisan de la Cause grecque, et en particulier de Venizélos, avait été nommé, comme le Président Burrows, lui-même de formation classique, le résultat aurait certainement été tout aussi désastreux. Toutefois, le titulaire de la Chaire Koraes aurait dû afficher un minimum de sympathie pour le peuple étudié plutôt que d’éprouver une réelle aversion à son égard.

  • 11 Toynbee, A.J., 1969, Experiences, Londres, Oxford University Press, p. 28.

10L’important ici n’est pas que Toynbee n’ait pas été « particulièrement philhellène ». Après tout, nombreux étaient ceux qui, même s’ils avaient reçu une éducation classique, avaient curieusement adopté une attitude réservée vis-à-vis des Grecs modernes, qui ressemblaient peu aux Grecs idéalisés de l’Athènes de Périclès. Comme Toynbee l’écrit vers la fin de sa vie, la Grèce ancienne représentait pour l’élève qu’il avait été « une cité refuge qui lui permettait de se maintenir à distance du monde d’aujourd’hui11 ». Il ne ressent pas seulement une antipathie pour les Grecs cultivés de son époque qui menacent son refuge mais aussi une répugnance profonde. Cette facette de son caractère, dont je n’étais pas au courant quand je rédigeais mon étude, m’a permis de comprendre autrement le malentendu à venir.

  • 12 Arnold Toynbee, Naxos, 27 novembre 1911, à Edith Toynbee, Toynbee Papers, Bodleian Library, Oxford. (...)
  • 13 Wace, A.J.B. and Thomson, M.S., 1914, The Nomads of the Balkans. An account of life and customs amo (...)
  • 14 A.J.B. Wace, Athènes, à J. Ff. Baker-Penoyre, 3 octobre 1911, British School of Athens, London Arch (...)

11Ce qui est particulièrement remarquable au sujet du mishellénisme de Toynbee, c’est à la fois l’intensité de son aversion pour les Grecs et l’extraordinaire rapidité avec laquelle elle s’est développée. Il arrive, note-t-il, en Grèce pour la première fois en novembre 1911, prédisposé à voir ce qu’il y a de meilleur chez les Grecs et déterminé à ne pas succomber aux préjugés qui prévalaient parmi les membres de la British School (ou encore de l’École Britannique d’Archéologie) à Athènes, selon lesquels « tous les Levantins [étaient] des “dagos“ », et parmi les « manteaux noirs12 », « il y a ceux qui prétend[ai]ent être cultivés ». Que l’expression « dago » ait été monnaie courante à la British School est confirmé par la demande faite par l’archéologue A.J.B. Wace, d’autoriser un ami valaque Mihail Samarinianu, à séjourner à l’École pour que ce dernier puisse aider Wace et Thompson à revoir leur livre sur les Valaques.13 « Rappelez-vous, écrit Wace à l’Administration de l’École, que ce n’est pas un “dago“ et qu’il est propre sur lui et bien éduqué14 ».

12Je n’ai pas été en mesure de déterminer le nombre de voyages effectués par Toynbee hors du Royaume-Uni avant qu’il ne s’aventure en Grèce en 1911. Toutefois, une visite en Suède est enregistrée. Certainement, son voyage en Grèce via la France et l’Italie fut le plus long qu’il ait effectué jusqu’alors. Quelques jours après son arrivée et avant même qu’il ait l’occasion de rencontrer quiconque, il écrit de Naxos à sa mère, avec toute l’arrogance assurée d’un brillant jeune homme de 22 ans ayant fait des études à la Winchester School et au Balliol College – deux établissements universitaires de grande renommée – que les Grecs sont « les parasites de l’Europe et en toute chose ont recours à nous comme modèle – et ce qu’ils ont de meilleur est toujours une imitation de seconde catégorie de notre seconde catégorie ». Il racontera plus tard une rencontre « plutôt pathétique » avec l’instituteur de Naxos qui parle un meilleur français que le sien et qui porte « un chapeau et un manteau européens ». « Plutôt pathétique », explique-t-il, car il s’agit là d’un homme « essayant d’être cultivé et de son temps dans un lieu, Naxos, où aucun Européen n’a mis les pieds depuis deux ans (et pour quelle raison y serait-il allé ?) ».

13Trois semaines après son arrivée en Grèce, Toynbee est arrivé à la conclusion que les Grecs sont, selon ses propres termes, « horribles ». En revanche, il trouve que les Arvanites, les chrétiens orthodoxes d’origine et de langue albanaises qui se sont installés en Attique, en Béotie, en Argolide et dans quelques îles proches du Pirée, sont « des hommes à la peau blanche, aux cheveux blonds et aux visages carrés – bien supérieurs à ces Grecs à la peau basanée et aux joues molles ». L’indolence, qu’il dit remarquer chez les Grecs modernes, est un affront à son hyperactivité (Toynbee est un bourreau de travail). On dit de lui qu’il a marché 3 000 miles durant ses neuf mois de séjour, lors d’expéditions de deux à vingt-cinq jours. Toynbee n’est pas amusé parce qu’il a appelé la « flânerie de café » (the café-loafing) : à onze heures, vous trouverez tous les hommes du village, assis devant le café, ne faisant rien ; ils sont installés ici depuis cinq heures et resteront ici jusqu’à la sieste, sieste après laquelle ils reviendront pour la soirée. Ainsi qu’il l’écrit à sa mère, à peine un mois après son arrivée en Grèce, il aimerait installer « un gouvernement d’anglais » dans le pays afin de « contraindre » ces flâneurs de café à travailler, et à contribuer à la richesse de ce pays, même si celui-ci est caillouteux. D’autres peuples dans l’Antiquité avaient « adopté l’hellénisme de seconde main : maintenant les Grecs eux-mêmes acquièrent tout, venant d’Europe, d’occasion et même s’ils avaient encore cette énergie créative en eux-mêmes, la présence de l’Europe, loin devant eux, l’étoufferait ». Pour Toynbee, il n’y a pas de « sens » (meaning) – ce qu’il laisse entendre par ce mot n’est pas clair – chez les Grecs de son temps, comme il y en a Angleterre, en Allemagne, en Russie ou au Japon. Le taux d’alphabétisation peut être élevé, mais il n’y a pas de tradition correspondante pour l’éducation. Par conséquent, les Grecs sont « négativement démocratiques » (une autre expression qu’il n’explique pas). Les « manteaux noirs », ces Grecs instruits en redingotes, manteaux croisés à double boutonnage, sont « vraiment abominables » ; « plusieurs d’entre eux portent des manteaux noirs mais votre “manteau noir“ crachera sur le sol, recevra des pots de vin et jettera ses eaux usées dans la rue ». Même de petites exaspérations comme celle liée à la pénurie de timbre au bureau de poste de Volos le poussent à écrire que « de telles choses sont courantes dans le pays des dagos ».

14Bien que Toynbee partage, avec plusieurs hellénistes, un certain mépris pour les habitants de la Grèce de ce temps, il ne le laisse pas paraître. Il n’a pas le temps de s’occuper de la « suprématie intrinsèque et permanente du génie grec » : Lincoln, Kant et Shakespeare sont « dix fois supérieurs à Périclès, Aristote et Euripide ». « La politique de la Grèce ancienne, observe-t-il, était comme la moderne : corruption et prévarication. Chaque homme écoutait les orateurs, tout comme maintenant chacun lit les journaux (orateurs et journaux sont à parts égales à la solde de quelqu’un) ».

15Il imagine toutes sortes de parallélismes (généralement déshonorants) entre la Grèce ancienne et la Grèce moderne. Les relations des grandes puissances avec les Balkans et la Crète à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle lui rappellent les Romains avant que ceux-ci n’« asservissent » les Grecs en 147 av. J.-C. : « ce peuple, les Grecs, est tout à fait irresponsable et ne se soucie pas des grandes peines qu’il cause aux gens respectables avec ses affaires plutôt enfantines, et les gens respectables le tolèrent, autrefois comme aujourd’hui, en raison du prestige de l’hellénisme ».

16Lors d’un des soulèvements en Crète à la recherche de l’enosis, ou union, avec la Grèce, les puissances européennes ont envoyé une demi-douzaine de navires de guerre pour contrôler la situation au lieu de « pendre tous les habitants et d’en finir avec eux ». « Et pourquoi ne pas les pendre ? », ajoute-t-il, puisque leur existence est totalement vaine. Vous réalisez qu’ils ne progresseront jamais (pas plus que les Grecs anciens n’ont pu aller plus loin que la cité-État). Il oppose les Grecs modernes, « sales, mal rasés, mal nourris » (ou, s’ils sont fortunés, « inactifs et avec un double menton ») aux Grecs anciens, qui étaient « en bonne santé et bien constitués et ne portaient pas de longues moustaches, ni de poils hirsutes d’une semaine sur le reste de leur visage ». Il estime que la plupart des Grecs sont laids ; seuls les Juifs de Salonique, connue comme la Jérusalem des Balkans et bientôt incorporée dans le Royaume de Grèce, sont « encore plus laids ». Son profond dégoût pour les Grecs dagos est nettement en contraste avec son enthousiasme pour les Turcs musulmans : « il y a quelque chose de primitif et d’indépendant dans leur religion qui les préserve de l’imitation (…) ». Une rencontre avec les musulmans hellénophones de Crète confirme d’ailleurs son point de vue. Contrairement aux Grecs, ceux-ci sont « des gens charmants pas du tout indiscrets ou brutes », bien qu’il soit un peu hors de lui quand un jour dans une auberge où il déjeune un aubergiste musulman ôte son turban pour essuyer la fourchette de Toynbee.

17Son mépris pour les Grecs dagos atteint son paroxysme lors d’un incident en juillet 1912, une période de tension accrue, quelques mois avant le déclenchement de la première guerre balkanique. Toynbee est arrêté comme espion en tentant de traverser à pied le viaduc d’Asopos qui vient d’être construit et sur lequel passe le chemin de fer en direction du nord et vers le territoire contesté de la Macédoine, à ce moment-là, mais pas pour longtemps, une province ottomane – il prétendra plus tard qu’il avait été arrêté comme espion parce qu’il portait une gourde militaire pas en usage dans l’armée grecque. Toynbee, alors âgé de 22 ans, est furieux quand il est interrogé par pas moins de onze personnes, tour à tour, avec le chef de la gendarmerie locale vidant ses poches et comptant son argent. Ils l’humilient davantage encore en l’obligeant à marcher dans les rues sous la menace d’une arme à feu et en le retenant pendant neuf heures. Tout au long de sa détention, il maintient qu’il a su garder son sang-froid : « le dédain pour les dagos a un effet calmant merveilleux (…) ».

18De retour à Athènes, il s’empresse de se rendre à la Légation britannique pour déposer une plainte formelle auprès du Ministre plénipotentiaire, Sir Francis Elliot. Toynbee assure sa mère que ses ravisseurs et inquisiteurs, et plus particulièrement le chef de la gendarmerie, seraient tous sévèrement punis. Il note qu’« un petit bonhomme » avait fait remarquer que « ce n’est qu’un instituteur et rien d’autre : ce que l’ont fait n’a pas d’importance ». Mais au moment où une peine allait être infligée à ses ravisseurs, ces derniers auraient dit : « ah, c’est un grand lordos après tout ». Les dagos ne pouvaient pas du tout comprendre, alors que Toynbee était vraiment « rien d’important », la raison pour laquelle leur attitude comptait malgré tout. La loi appliquée également à tous était pour eux un concept aussi étrange qu’un prix fixe : « c’est la lutte effrénée pour l’existence : celui qui a le pouvoir en use pour écraser celui qui n’en a pas (…) ». Il rassure sa mère que « ces petits hommes » à Lamia allaient être si sévèrement punis qu’ils seraient dissuadés de « faire les imbéciles » avec le prochain archéologue qu’ils rencontreraient.

  • 15 Wace, 2 février 1913, à Penoyre, British School at Athens, London Archive.

19Dans ses Expériences (1969) autobiographiques, publiées vers la fin de sa vie, longue et extrêmement productive, Toynbee exprime ses profonds regrets pour les extravagances de sa jeunesse et suggère que le représentant britannique avait eu le bon sens de mettre cette affaire de côté. Il n’est pas surprenant de voir que, cinquante années plus tard, ses souvenirs de l’événement sont quelque peu flous car il est clair que non seulement Toynbee mais aussi la British School et même le représentant britannique, Sir Francis Elliot, sont offensés par l’attitude des autorités grecques. Et ce, parce qu’en février 1913, quelques mois après l’incident, le directeur de la British School, A.J.B. Wace, demande au Secrétaire de l’École à Londres, si le gouvernement grec leur avait donné satisfaction au sujet de l’arrestation et la garde à vue de Toynbee. La dernière fois qu’il avait parlé avec Elliot, il « n’avait rien obtenu d’eux », c’est-à-dire des autorités grecques. Si tel était le cas, alors l’École devait faire une vive réclamation auprès d’Ioannis Gennadios, l’ambassadeur grec à Londres. Quand un autre chercheur de l’École avait été arrêté en Turquie, le gouvernement turc lui avait fait des excuses et lui avait donné satisfaction. Ces excuses ont fait grand bruit, dans tous les journaux lors de la réunion annuelle de la British School à Londres. Toutefois, pour le cas de Toynbee, il n’y a eu aucun mot d’excuses, aucune réparation n’a été obtenue : « c’est une affaire sérieuse et, comme le Conseil d’Administration le verra, qui concerne tous les Membres de l’École voyageant en Grèce15 ». Il convient de rappeler que la demande de Wace a été faite quand la Grèce subit les affres de la première guerre balkanique et au moment où le gouvernement grec semble avoir d’autres choses en tête.

  • 16 Lettres de Toynbee à sa mère, 27 novembre, 17 décembre, 1911 ; 2 janvier, 14 janvier, 26 janvier, 4 (...)

20En juillet 1912, dans ce qui semble être la dernière lettre écrite à sa mère alors qu’il est en Grèce, il invoque « toutes les bénédictions sur ce pays et toutes les malédictions sur ses habitants ». La chose la plus utile qui lui a été inculquée de son année passée à l’étranger, c’est l’appréciation de « la valeur de l’Angleterre » et d’un petit groupe de pays (les pays scandinaves, la France, l’Allemagne, des « parties » de l’Autriche et les États-Unis) qui peuvent être qualifiés de civilisés. Il est subjugué par la beauté naturelle de la Grèce qui le pénètre de plus en plus : « je ne savais pas avant ce que la beauté signifiait ». Mais son séjour en Grèce lui confirme le « bien-fondé des préjugés raciaux et l’absurdité des Droits de l’Homme ». Il rentre en Grande-Bretagne pour s’engager dans l’étude « approfondie du dago » : « (…) contrairement aux barbares, c’est un parasite – il ne peut croître qu’à l’ombre d’une civilisation vigoureuse – de nature, il est une mauvaise imitation ». Il ne pense pas que les Grecs soient devenus dagos avant qu’ils n’entrent en contact avec l’Europe, à l’époque de la guerre pour l’indépendance dans les années 1820 : « encore maintenant, certains dans les villages les plus reculés et tous les bergers dans les montagnes ne sont pas encore dagos mais des sauvages à la peau blanche : le sauvage enlève les poux de son corps, tandis que le dago s’énerve et prétend qu’il n’en a pas ». Il affirme « son intention à son retour en Grande-Bretagne de prêcher “religieusement” le “mishellénisme“ à tout philhellène qu’il rencontrerait », et trouva un soutien « à son aversion pour les Grecs parmi les Européens qui ont vécu et travaillé pendant de nombreuses années dans le pays (…)16 ».

21Je me suis assez longuement étendu sur le spleen mishellénique de Toynbee afin de démontrer que ses accès de colère ne sont pas des manifestations isolées de frustration comme quand les gens d’une culture différente ne se comportent pas tout à fait de la même manière que l’on pourrait attendre ou souhaiter. Au contraire, ils ne reflètent pas simplement une irritation passagère mais un profond dégoût. Même l’hospitalité grecque le rend presque fou. Il est tentant de fermer les yeux sur les colères de Toynbee en les considérant comme des élucubrations d’un adolescent immature issu d’un milieu privilégié qui entre, pour la première fois, en contact avec une culture nettement différente de la sienne. Mais durant son année en Grèce, Toynbee estime qu’il a atteint l’âge d’homme : « de toute façon, je me sens tout à fait prêt à entreprendre un emploi d’homme à Balliol », faisant ainsi référence à son poste de chargé d’enseignant d’histoire ancienne au Balliol College qu’il allait bientôt assumer. C’est l’un des postes les plus prestigieux, dans le domaine des études classiques, du système universitaire britannique.

22Pendant la Première Guerre mondiale, Toynbee travaille comme propagandiste gouvernemental, employé pour la campagne britannique sur le thème « les Turcs doivent partir ». Toynbee est alors responsable du classement des documents concernant The Treatment of Armenians in the Ottoman Empire 1915-1916, que le vicomte Bryce présente en 1916 au Secrétaire des Affaires étrangères, Sir Edward Grey. Toynbee est aussi l’auteur d’un petit volume, publié en 1915, basé sur le rapport de Bryce : Armenian Atrocities : the Murder of a Nation, traduit en néerlandais (1915), français (1916), danois (1916), allemand (1916), portugais (1916) et suédois (1917).

23Compte tenu de la sympathie tardive de Toynbee pour les kémalistes, l’un des ouvrages de propagande le plus important est le sinistre tract, dans la tradition classique de la turcophobie libérale : The Murderous Tyranny of the Turks (1917), publié également en néerlandais et en allemand la même année. Toynbee y laisse libre cours aux invectives anti-turques de Gladstone. En se référant à l’enrôlement des janissaires, la conscription forcée de jeunes chrétiens, il écrit que « l’Empire ottoman a littéralement sucé le sang de ses victimes » et que son histoire en tant qu’État-Vampire est sans précédent dans l’histoire du monde. Le gouvernement turc n’a « rien d’autre que sa tradition militaire de violence et de ruse » et partout où la domination ottomane s’est répandue, la civilisation est restée en suspens. « L’Empire ottoman, soutient-il, s’est avéré radicalement étranger à la civilisation occidentale ».

  • 17 À peu près au même moment, Toynbee a quelques visions obsédantes et vit des expériences mystiques q (...)

24Toynbee est nommé à la Chaire Koraes en mai 191917 et ce, peu avant de présenter son rapport sur la situation en Asie Mineure pour The Manchester Guardian. Son but est d’enquêter sur les événements de terrain maintenant que les Grecs exercent le contrôle sur une grande partie de la population musulmane. Les positions de Toynbee, âgé de trente-deux ans, rencontrant de nouveau les Grecs en grand nombre en 1921, dix ans après son séjour en Grèce en 1911/1912, sont-elles différentes de celles du jeune Toynbee de vingt-deux ans, de 1911 ? Il détecte en effet un changement dans le caractère des Grecs, peut-être dû au fait qu’un grand nombre d’entre eux sont maintenant soumis à la discipline militaire. À certains égards, il considère qu’ils sont « assez différents de ce qu’ils étaient il y a neuf ans – loin d’être aussi Levantins », même si on peut se demander combien de militaires il aurait pu rencontrer à l’âge de vingt-deux ans en tant que membre de la British School.

  • 18 Toynbee, Quartier général de la 7e division, Armée grecque d’Asie Mineure, 2 avril 1921, à Edith To (...)

25Il suppose que la culture militaire est « à l’opposé de l’Orientalisme18 ». Quoi qu’il en soit, il est, comme il l’écrit à sa femme, Rosalind, « déconcerté » par les officiers grecs qu’il rencontre au début des années 1920 ; « ils sont tout à fait différents de l’impression que m’ont laissée les officiers grecs d’il y a 9 ans. Ils sont bien rasés, minces et intelligents ». En fait, on pourrait prendre les plus bruns pour des Français ou les plus blonds pour des Anglais ou des Allemands, chose qui lui paraissait être un compliment. On ne peut trouver nulle part ailleurs de plus charmants soldats. Il est particulièrement impressionné par les officiers de Venizélos. Deux généraux qu’il a rencontrés « ont de très bonnes manières (pas grecques), sont réservés » et capables de discuter de tous sujets politiques et pas seulement ceux de leur propre pays, en montrant un réel intérêt pour le sort de l’Asie Mineure. Il croit qu’ils sont « énormément influencés » par les années passées sur le front macédonien aux côtés des troupes françaises et britanniques, et pense enfin que leur apparence laisse deviner des influences anglo-saxonnes par la façon dont ils se coupent les moustaches et se peignent les cheveux.

  • 19 Lettres de Toynbee, Ushak, 4 février 1921, Smyrne, 26 janvier 1921, à Rosalind Toynbee, Toynbee Pap (...)

26Malgré son enthousiasme pour les Grecs étant soumis à la discipline militaire, Toynbee semble avoir conservé ses préjugés de jeunesse en ce qui concerne le caractère artificiel et superficiel de la civilisation occidentale lorsque celle-ci est transplantée au Levant. Par ailleurs, il continue à être sous le charme des Turcs comme, prétend-il, « tout un chacun ». Tout comme en 1911, quand il avait assisté à Salamine à une inspection de la flotte grecque dont la petite dimension lui avait « continuellement provoqué un rire intérieur », de la même manière en 1921, Smyrne le fait « rire dès le premier instant qu’il l’a vue ». Une rencontre avec une famille levantine de la ville qui parle anglais avec un accent grec l’aide à capter « les senteurs de Smyrne » qui ne sont « ni grecques, ni musulmanes ». Il croit que le contraste entre Athènes et Smyrne est « une annonce positive pour les Grecs, ou, en tout cas, pour leur capacité à assimiler la culture occidentale. Mais, ajoute-t-il, « je ne devrais pas me laisser devenir philhellène (…)19 ».

  • 20 Cf. Par exemple, des passages dans le journal du modèle même du réformateur social progressif, Beat (...)

27Il faut se rappeler qu’il fait cette dernière remarque alors qu’il est déjà professeur à la Chaire Koraes. Il est apparemment impressionné par les officiers de l’armée de Venizélos mais rien ne prouve qu’il ait changé de façon significative ses opinions particulièrement négatives sur les Grecs « aux manteaux noirs ». Il s’agit là d’une erreur manifeste de la part du Directeur Burrows de faire croire à la communauté grecque qu’il créait une chaire dont le titulaire pourrait agir, plus ou moins comme un ardent propagandiste de la « Grande-Grèce » de Venizélos. En même temps, il est difficile de concevoir comment Toynbee a pu correctement occuper une telle Chaire, étant donné non seulement son manque d’empathie pour les Grecs, mais aussi sa répugnance profonde pour ceux-ci, ou, tout au moins, pour ces hommes instruits aux « manteaux noirs » qu’il a sans doute rencontré en grand nombre en tant que Professeur à la Chaire Koraes. L’association du philhellénisme naïf de Burrows et du profond mishellénisme de Toynbee n’est pas seulement un échec ; c’est la recette même du désastre. La séparation n’a pas tardé à venir. Elle n’a pas été un grand préjudice pour Toynbee, car il était en passe de devenir l’un des plus célèbres historiens non seulement de Grande-Bretagne, mais aussi du monde entier. Le fait que Toynbee n’ait pas essayé de faire disparaître ses écrits qui pourraient nous sembler offensants, prouve son intégrité en tant qu’historien. Il faudrait encore évoquer que l’expression humiliante et agressive qu’emploie Toynbee pour parler de la « race inférieure sans Loi » (the lesser breeds without the Law de Kipling), n’était pas du tout inhabituelle à l’époque20. Sous la rhétorique peu attrayante et xénophobe de Toynbee, se trouvait sous-jacent son intérêt pour les civilisations et les chocs qu’elles ont intensifiés allaient être méticuleusement développés dans A Study of History.

  • 21 McNeill, op. cit., p. 100.
  • 22 Voir Toynbee, 1921, The Tragedy of Greece. A Lecture delivered for the Professor of Greek to Candid (...)

28Cet article est essentiellement un long commentaire à l’étude sur l’intense intérêt que Toynbee porte à l’ascension et la chute des civilisations. Les points de vue extrêmes que Toynbee a exprimés lors de son premier contact avec le Levant entre 1911 et 1921 ont influencé l’évolution ultérieure de son travail sur la morphologie des civilisations dans l’histoire humaine. À une époque où il exprimait quelques-unes de ces idées extrêmes, il commençait à envisager le travail qu’il allait développer dans les douze tomes de A Study of History. C’était en 1920, comme il l’a écrit plus tard, qu’il a fait « une première tentative pour écrire une histoire comparée des civilisations (…)21 ». Le texte d’une conférence donnée par Toynbee à Oxford la même année, est révélateur à cet égard : « Les civilisations sont la plus grande et la plus rare réussite de la société humaine. D’innombrables sociétés sont apparues et ont disparu durant plusieurs centaines de milliers d’années, et pourtant, seul un petit nombre d’entre elles a créé des civilisations. On peut compter les civilisations sur les doigts de notre main… Même si on comptait parmi les civilisations les sociétés qui existaient au Mexique et au Pérou avant la Conquête Espagnole, le nombre total de civilisations indépendantes connues par rapport à celui des sociétés humaines connues, est très faible22 ». Bien que le mot ne soit pas encore entré dans le vocabulaire anglais, les remarques insouciantes que Toynbee exprimait dans les lettres à sa mère seraient aujourd’hui considérées comme racistes. Qui plus est, son mépris pour les Grecs dagos « aux manteaux noirs » indiquerait que le point de vue exprimé par Toynbee, au sommet de sa gloire dans les années 50 – à savoir que l’étude intensive de l’Antiquité classique offrait une protection contre « la maladie du chauvinisme culturel » à ceux qui s’y consacraient – s’est avéré manifestement infondé.

Haut de page

Notes

1 Cité dans McNeill, W.H., 1989, Arnold Toynbee: a life, Londres, Oxford University Press, p. 216. Les six premiers volumes de A Study of History réunis dans deux volumes en version condensée par D.C. Somervell ont été vendus aux États-Unis à plus de 250 000 d’exemplaires. Quand Toynbee meurt en 1975, Der Spiegel l’a salué comme « l’historien le plus célèbre du temps présent ».

2 Toynbee, A. J., 1934, A Study of History, X, p. 111.

3 Toynbee, A. J., 1923, The Western Question in Greece and Turkey: a study in the contact of civilisations, Londres, Constable, XIX, p. 140.

4 Toynbee, A J., 1981, The Greeks and their heritages, London, Oxford University Press, p. 139.

5 Caplan, J., 1989, « Working with Toynbee: a personal reminiscence » in C.T. McIntire and M. Perry, eds., Toynbee Reappraisals, Toronto, University of Toronto, p. 246.

6 Toynbee, A. J., 1952, Cómo la historia greco-romana ilumina la historia general : lección explicada el 25 de Octubre de 1951 por Arnold Toynbee. Presentación, traducciónes y comentario.

7 Toynbee, A. J., 1954, A Study of History, London, Oxford University Press, X, p. 93.

8 Toynbee, 1934, A Study of History, I, p. 90. Il ne s’est pas non plus rendu populaire en écrivant dans le dernier volume (1961), Reconsiderations, « je vois chez les Juifs Sionistes des disciples des Nazis », p. 628.

9 1985, Middle Eastern Studies, XXI (4). Le livre a été publié en 1986 à Londres par Frank Cass.

10 La précocité intellectuelle de Toynbee s’est très tôt manifestée. Il se rappelle qu’à l’âge de huit ans, il avait, en trois jours, dévoré les dix livres de John Milton, Paradise Lost : Toynbee, 1954, A Study of History, X, 235.

11 Toynbee, A.J., 1969, Experiences, Londres, Oxford University Press, p. 28.

12 Arnold Toynbee, Naxos, 27 novembre 1911, à Edith Toynbee, Toynbee Papers, Bodleian Library, Oxford. « Dago » est aujourd’hui un terme un peu vieilli, méprisant pour les étrangers, issu de l’espagnol Diego ou James. À l’origine, il a été employé pour désigner les immigrants d’origine espagnole, portugaise ou italienne, dont le catholicisme offensait la Grande-Bretagne protestante ; il a fini par être utilisé péjorativement pour tous ceux que l’auteur Rudyard Kipling a appelés « les races inférieures sans Loi ».

13 Wace, A.J.B. and Thomson, M.S., 1914, The Nomads of the Balkans. An account of life and customs among the Vlachs of Northern Pindus, Londres, Methuen.

14 A.J.B. Wace, Athènes, à J. Ff. Baker-Penoyre, 3 octobre 1911, British School of Athens, London Archive. En 1913, Wace a été nommé directeur de l’École.

15 Wace, 2 février 1913, à Penoyre, British School at Athens, London Archive.

16 Lettres de Toynbee à sa mère, 27 novembre, 17 décembre, 1911 ; 2 janvier, 14 janvier, 26 janvier, 4 février, 25 février, 8 mars, 17 mars, 19 juin, 24 juillet, 29 juillet, 1912, Toynbee Papers, Bodleian Library, Oxford.

17 À peu près au même moment, Toynbee a quelques visions obsédantes et vit des expériences mystiques qui ont lieu à différents stades de sa vie. Alors qu’il marche seul le long de Buckingham Palace Road à Londres, il se trouve « en communion, non seulement avec tel ou tel épisode de l’Histoire, mais avec tout ce qui s’était passé, qui se passe et qui allait se passer. À cet instant, il est tout à fait conscient du passage de l’Histoire qui coule doucement en lui comme un courant puissant, et [conscient] de sa propre vie qui jaillit comme une vague dans le flux de cette vaste marée », A Study of History, X, p. 139. Voir aussi pp. 136-8.

18 Toynbee, Quartier général de la 7e division, Armée grecque d’Asie Mineure, 2 avril 1921, à Edith Toynbee, Toynbee Papers, Bodleian Library, Oxford.

19 Lettres de Toynbee, Ushak, 4 février 1921, Smyrne, 26 janvier 1921, à Rosalind Toynbee, Toynbee Papers, Bodleian Library, Oxford.

20 Cf. Par exemple, des passages dans le journal du modèle même du réformateur social progressif, Beatrice Webb, co-fondateur de la London School of Economics and Political Science et la Fabian Society, Cole, M., ed., 1952, Beatrice Webb’s Diaries, 1912-1922, London, Longmans, p. 221.

21 McNeill, op. cit., p. 100.

22 Voir Toynbee, 1921, The Tragedy of Greece. A Lecture delivered for the Professor of Greek to Candidates for Honours in Literae Humaniores at Oxford in May 1920, Oxford, The Clarendon Press, p. 4ff.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Clogg, « Le premier contact d’Arnold Toynbee avec le Levant », Anatoli, 4 | 2013, 169-182.

Référence électronique

Richard Clogg, « Le premier contact d’Arnold Toynbee avec le Levant », Anatoli [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://anatoli.revues.org/472 ; DOI : 10.4000/anatoli.472

Haut de page

Auteur

Richard Clogg

Richard Clogg, historien britannique, a enseigné l’histoire grecque au King’s College, à Londres et effectué des travaux de recherche au St Antony’s College, Oxford. Spécialiste influent de l’histoire grecque moderne et contemporaine, son principal ouvrage « A Concise History of Greece » (1992) a été traduit en douze langues et a reçu le prix « Runciman » en 1993.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org