Navigation – Plan du site
Partie 4. Enjeux régionaux : de l’Adriatique à la Caspienne

Culture, crises économiques et gestion publique – le cas turc

Deniz Akagül
p. 209-230

Texte intégral

  • 1 L’économie turque est en effet rapidement sortie du choc de 2009. En 2011 son taux de croissance at (...)
  • 2 Cf. Huntington S., 1997, Le Choc des civilisations, Paris, Odile Jacob, p. 154.
  • 3 Il ajoute aussitôt que « Comme ils ont réussi en économie, les Extrême-Orientaux n’ont pas hésité à (...)
  • 4 Les propos tenus par le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu, dans son discours au 9e F (...)

1Depuis la crise de 2008, qui secoue les économies du monde occidental, l’économie turque affiche des performances qui feraient envie à plus d’un responsable européen1. Pourtant, à peine une dizaine d’années plus tôt, au sortir du siècle dernier, l’économie turque marquée par des déséquilibres importants, figurait parmi les plus instables de la planète. Dans les débats sur l’opportunité d’une ouverture des négociations pour l’adhésion à l’Union Européenne, en Europe occidentale, les opposants à l’adhésion de la Turquie soulignaient à l’envi les inconvénients de l’état de sous-développement de l’économie turque pour étayer leurs oppositions. Ironie du sort, quelques années plus tard, avec la crise, les principaux indicateurs de l’économie turque sont meilleurs que ceux de la plupart des pays de l’Union Européenne mais aussi de la zone euro ! Cette configuration que les responsables turcs ne manquent pas de rappeler dans les enceintes internationales, en particulier européennes, serait-elle l’annonce d’une « affirmation culturelle qui suit la réussite matérielle », comme l’affirme Huntington dans le cas de l’Extrême-Orient2 ? En effet, selon lui ; « La réussite économique engendre la confiance en soi et l’autoaffirmation chez ceux qui l’ont produite et en bénéficient. La richesse, comme la puissance, est censée être une preuve de vertu, une démonstration de supériorité morale et culturelle3. » La « réussite économique » serait-elle en train d’émanciper la Turquie de l’Union européenne4 ?

2Bien que cette configuration soit en partie liée à la crise économique dans laquelle sont plongés les pays membres de l’UE, elle renvoie également à la gestion des crises par les Turcs. À cet égard la dernière crise présente deux particularités :

  • Tout d’abord, elle est cette fois-ci déclenchée par des facteurs externes, sans qu’ils en soient responsables. Depuis le changement de cap de 1980 qui engageait l’économie turque dans la voie d’une stratégie libérale et extravertie, celle-ci a connu trois crises profondes (1994, 1999 et 2001) déclenchées par des dynamiques internes. Contrairement aux crises précédentes auxquelles l’on s’était habitué, la crise s’est, cette fois-ci, invitée de l’extérieur. En ce sens, il s’agit d’un contexte inédit depuis la fin du compromis de Bretton Woods qui a été suivi par les chocs pétroliers des années 1970.

    • 5 Le premier ministre Recep Tayyip Erdogan déclarait au début de la crise que celle-ci « allait passe (...)

    Ensuite, contrairement aux crises économiques exogènes qui avaient engendré des changements de cap radicaux, face à la crise actuelle, les pouvoirs publics semblent non seulement s’accommoder de l’environnement international, mais aussi en tirer profit. La crise de 1929 avait conduit les élites de la jeune république à opter pour une orientation stratégique volontariste et introvertie. Un demi-siècle plus tard, la fin du compromis de Bretton Woods, ainsi que les chocs pétroliers contraignaient la Turquie à opter pour une stratégie libérale et extravertie, au début des années 1980. Or la crise actuelle, en multipliant les opportunités, a renforcé la confiance des Turcs sur le plan économique5.

3Les références aux crises présentent l’intérêt de cerner plusieurs problématiques en même temps :

  • En premier lieu, dans la mesure où elles sont censées être des moments de ruptures, les crises annoncent des changements de paradigmes économiques. Quels sont ces changements de paradigmes ? Quels sont les éléments explicatifs de ces changements ?

  • En deuxième lieu, la distinction entre les crises exogènes (liées aux facteurs externes) et les crises endogènes (provoquées par les facteurs internes), tout en rappelant les éléments de ruptures, fait ressortir les éléments de continuité dans la gestion économique, en rapport avec la culture. En effet, le pragmatisme des pouvoirs publics face aux crises exogènes, en contraste avec leur myopie face aux crises endogènes, interpelle l’observateur. Quelles sont les résistances aux grandes ruptures paradigmatiques imposées par la contrainte extérieure ? Quels sont les éléments de continuité dans la gestion publique de l’économie ?

  • 6 Selon la définition donnée par le Petit Robert, la crise est le « moment d’une maladie caractérisée (...)

4Dans le cas turc, l’expérience montre que les grandes ruptures dans les paradigmes du développement économique provoquées par les crises exogènes ne sont consolidées qu’au terme d’une série de crises endogènes depuis le changement de cap de 1980. Sur ce registre, la crise de 2001 est perçue par certains comme une rupture annonçant l’avènement de l’État post-populiste. En ce sens, il convient d’entendre par crise, au-delà de son acception économique qui se résume à une contraction de la production, un instant de rupture dans les comportements des acteurs de la vie économique, à l’instar de la définition donnée au sens médical6. Il s’agit de moments qui peuvent être salutaires, qui peuvent déboucher sur de nouveaux consensus sociaux favorables à une expansion économique stable. Sur ce registre, la distinction entre les deux catégories de crises prend son importance. Si les causes des crises exogènes sont facilement identifiables, celles des crises endogènes sont difficiles à cerner et la tentation est forte d’en attribuer les causes aux facteurs externes. Les crises endogènes s’avèrent ainsi redoutables dans la mesure où elles nécessitent une introspection sociale pour une sortie définitive. Elles sont d’autant plus redoutables que l’environnement international, plus ou moins favorable selon les époques, brouille l’identification des causes à l’origine des crises. De ce point de vue l’histoire économique de la Turquie offre un champ de réflexion stimulant.

Crises exogènes et grandes ruptures dans les paradigmes du développement économique

5Depuis l’avènement de la République en 1923, la Turquie a connu deux grandes ruptures dans les paradigmes du développement économique, sous l’effet des crises économiques exogènes. La première rupture, qui date des années 1930, est caractérisée par l’abandon des préceptes libéraux au profit d’une vision volontariste et introvertie. Tandis que la seconde rupture, qui intervient un demi-siècle plus tard en 1980, s’inscrit à l’opposé, dans une perspective libérale et extravertie. Les tenants de ces changements de cap, mettent en avant les facteurs idéologiques, en ignorant souvent les facteurs objectifs liés au contexte historique qui rappellent le pragmatisme des orientations. En ce sens, bien que les choix effectués soient diamétralement opposés sur le plan des paradigmes, il est possible d’affirmer une certaine complémentarité.

Volontarisme et introversion face à la crise de 1929

  • 7 Les capitulations étaient des concessions unilatérales accordées depuis le xve siècle aux commerçan (...)
  • 8 Ainsi, au Congrès d’économie d’Izmir, Mustafa Kemal déclarait « Quelle qu’en soit leur grandeur, le (...)
  • 9 Albert O. Hirschman Albert O., 1984, « Grandeur et décadence de l’économie du développement », in L (...)

6En ce qui concerne la rupture des années 1930, dans le domaine idéologique, il convient de se rappeler sur le plan interne la mémoire collective profondément marquée par la fin de l’Empire ottoman, qui apparaît à travers deux syndromes qu’on pourrait qualifier de versants économiques du « syndrome de Sèvres » selon lequel les puissances occidentales voudraient démanteler la Turquie, comme ce fut le cas pour l’Empire ottoman. Le premier qui pourrait être qualifié de « syndrome des capitulations » se réfère à la dimension commerciale des échanges extérieurs qui se sont soldés par une ouverture unilatérale du marché ottoman aux produits des puissances européennes7. Tandis que le second qu’on pourrait qualifier de « syndrome de l’administration de la dette publique » renvoie aux échanges de capitaux, plus exactement aux conséquences économiques et politiques de l’endettement extérieur ottoman, qui s’était traduit par un contrôle financier humiliant des finances publiques ottomanes. Il est vrai que les élites républicaines, pour la plupart des militaires qui venaient de livrer une guerre de libération étaient sensibles aux arguments de l’indépendance économique comme condition de l’indépendance politique8. Ces facteurs internes en faveur de l’introversion convergent avec le contexte international de l’époque marqué par le discrédit de l’approche libérale lié à son incapacité à résoudre la crise de 19299. La croyance aux gains découlant du libre-échange, ainsi qu’à la libre entreprise, était fortement ébranlée.

7Dans le domaine des facteurs objectifs, il faut se souvenir du jeu non-­coopératif qui caractérisait les relations internationales de l’époque, marquées par la montée du protectionnisme et les dévaluations compétitives. Dans ce contexte de crise où les débouchés pour les matières premières exportées par la Turquie étaient limités, il ne restait d’autres solutions que de développer les productions locales pour remplacer les importations. Privée des recettes d’exportation censées financer les importations, la Turquie n’avait d’autre option que de développer les productions domestiques. Il faut ajouter que les possibilités d’un financement externe des importations étaient également limitées, en raison de la crise qui sévissait dans les pays bailleurs de fonds. Ce qui relativise également la portée du « syndrome de l’administration de la dette publique ». Ces observations font apparaître le caractère pragmatique des choix effectués par les élites républicaines.

  • 10 Bugra A., 1995, Devlet ve isadamları (État et hommes d’affaires), Istanbul, Iletisim yayınları.
  • 11 Lors d’un entretien avec le diplomate soviétique Aralov en 1922, Mustafa Kemal lui confiait ; « Il (...)
  • 12 À ce propos la lettre de présentation du premier plan quinquennal d’industrialisation (1933-1937) e (...)

8Une fois l’introversion adoptée, se posait la question de la réalisation des productions domestiques destinées à remplacer les importations. Qui allait assurer ces productions ? L’initiative privée ou le secteur public ? Dans ce domaine également le pragmatisme prévaut, même si le choix du secteur public comme moteur d’une industrialisation rapide est souvent perçu comme le témoignage du dirigisme. Certes, sur le plan idéologique, dans un contexte de crise, il était de plus en plus difficile d’envisager que des initiatives privées puissent assurer un développement stable. Toutefois, si la mission du développement économique incombait à l’État, ce n’était pas pour des raisons exclusivement idéologiques, selon lesquelles les acteurs privés seraient irrationnels, donc incapables de fonctionner dans le cadre des schémas d’optimisation économique. Il s’agissait plutôt d’une contrainte objective qui était celle de l’absence d’une classe entrepreneuriale10. Le développement de l’industrie publique était censé remédier au vide engendré par le départ des hommes d’affaires « non turcs », après la formation des États nations, qui a suivi la dislocation de l’Empire ottoman. En attendant l’émergence de cette classe entrepreneuriale, l’État prenait en charge la tâche de l’industrialisation, sans pour autant perdre de vue la nécessité de cette classe entrepreneuriale, à long terme11. En effet, le rôle de l’initiative privée ne s’est jamais démenti. Il s’agissait, tant pour les entrepreneurs que pour le pouvoir politique, du développement d’un secteur public au service du secteur privé. Le discours étatiste insistait en particulier sur l’effet d’entraînement de l’industrie étatique, comme en témoignent les documents de l’époque12.

Libéralisme et extraversion face à la fin du compromis de Bretton Woods

9Les choix opérés face à la crise de 1929, ont pu être maintenu au sortir de la Seconde guerre mondiale, avec quelques retouches mineures. En effet le compromis de Bretton Woods, en réaction au jeu non-coopératif de l’entre-deux-guerres, tout en prônant une libéralisation des échanges extérieurs, laissait une large place aux interventions publiques, à l’échelle nationale. Il s’agissait d’assurer une libéralisation coordonnée, en organisant la coopération inter-étatique. Tandis que les politiques économiques demeuraient du ressort de l’État nation. La disparition de ce compromis au début des années 1970, conjugué aux difficultés du modèle d’import substitution, a débouché sur une deuxième rupture dans les paradigmes du développement économique qu’il est possible de résumer en deux points. En ce qui concerne les interventions de l’État, on assistait à l’abandon du paradigme de « plus d’État » au profit de celui de « moins d’État », alors que pour ce qui est des échanges extérieurs c’est « l’extraversion » qui se substituait à « l’introversion ».

  • 13 En 1988, dans son plaidoyer pour l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, Turgut Özal, Premie (...)

10Sur le plan idéologique, le contexte international est marqué cette fois-ci par le discrédit des approches structuralistes du développement et en corollaire par la montée du discours libéral. Les échecs des expériences de développement volontariste et introverti (Amérique latine, la Chine et l’Inde), en contraste avec les réussites des expériences extraverties, avaient marqué les économistes et contribué au discrédit des orientations volontaristes inspirés du courant structuraliste. Le contexte interne était, cette fois-ci, mûr pour l’achèvement de la déconstruction des syndromes des « capitulations » et de « l’administration de la dette publique », déjà entamée pendant la période précédente. Les performances du modèle volontariste et introverti avaient donné confiance aux Turcs quant à leurs capacités de réaliser des productions qui paraissaient leur échapper. Désormais, au-delà de la réalisation de certaines productions, il s’agissait de les mettre en compétition avec la concurrence internationale13. Ce pas fut franchi avec la rupture de 1980.

11La montée du discours libéral s’est traduite par la réhabilitation de l’entreprise naguère perçue comme lieu d’exploitation, qui est désormais vue comme génératrice d’emplois et de richesses. Cette fois-ci, la Turquie disposait d’un capitalisme local, capable d’assumer l’insertion de l’économie turque dans la division internationale du travail, comme en témoignent les bonnes performances du secteur manufacturier, composé de grands groupes industriels et financiers modernes et de petites et moyennes entreprises qui ont su évoluer dans un environnement particulièrement instable. Cette observation fait apparaître une certaine complémentarité entre les deux ruptures stratégiques, dans la mesure où les orientations des années 1930 avaient atteint l’objectif de créer une classe d’entrepreneurs, qui rendait possible la mise en œuvre des orientations libérales. Il convient, en effet, de ne pas perdre de vue que la réussite de l’ouverture commerciale fut possible grâce aux structures productives héritées de la stratégie volontariste et introvertie.

Crises endogènes et résistances aux grandes ruptures

12À la différence des crises exogènes qui aboutissent à l’adoption des solutions pragmatiques, les crises endogènes témoignent de continuités dans les comportements des différents acteurs, en particulier de l’État. Bien que leurs manifestations soient différentes selon les deux grandes périodes (volontariste et libérale), ces crises ont pour point commun un excès de demande publique. Elles renvoient de ce fait à l’analyse de la gestion publique, ainsi qu’à celle des ressorts du populisme.

Ruptures et continuités dans la gestion publique

  • 14 Ici nous reprenons la typologie de R. Musgrave. Cf. Musgrave R., 1959, The Theory of Public Finance (...)
  • 15 Pour une analyse plus détaillée des effets déstabilisants des interventions publiques, nous nous pe (...)

13L’histoire économique de la Turquie témoigne de la présence plus ou moins importante de l’État, selon les périodes et selon les domaines d’intervention comme l’affectation des ressources, la répartition du revenu et l’orientation de l’activité économique par les politiques budgétaires et monétaires14. La période d’avant-guerre, qualifiée d’« étatiste » en raison de l’engagement massif des fonds publics dans le développement des industries manufacturières, est paradoxalement marquée par des politiques budgétaires et monétaires orthodoxes, qui traduisent le refus de l’usage actif de ces instruments en vue d’orienter l’activité économique. Alors que les gouvernements « libéraux » qui se sont succédé ont adopté une gestion keynésienne interventionniste, donnant la priorité à la croissance, en dépit des recommandations de la théorie libérale qui met l’accent sur les effets déstabilisants d’une telle gestion. En fin de compte, les qualificatifs « étatiste » et « libéral », communément utilisés dans la littérature relative à l’économie turque, se réfèrent uniquement aux interventions publiques dans le domaine de l’affectation des ressources, en ignorant les interventions dans les deux autres domaines, en particulier dans le domaine de la gestion macroéconomique. Celle-ci offre en effet un paysage bien différent, caractéristique d’un État populiste, avec le passage à un régime parlementaire pluraliste. Il s’agit de miser sur la manipulation des instruments budgétaires et monétaires, qui se sont accentués avec le tournant libéral de 1980. Le tableau ci-dessous fournit une synthèse de l’évolution des interventions publiques par domaine, il indique à la fois des ruptures, mais aussi des continuités qui paraissent parfois en contradiction avec le discours dominant15. Les politiques budgétaire et monétaire actives s’inscrivent dans la continuité sur une cinquantaine d’années, bien que cet intervalle de temps soit subdivisé en trois périodes, qualifiées de « libérale », d’« État social de droit » et de « libéralisme extraverti ». Depuis 2001, l’évolution est caractérisée par un recentrage des interventions publiques, conformément à l’esprit des architectes des réformes comme Kemal Dervis ; il s’agissait de redéployer les ressources gaspillées par les politiques populistes qui avaient entravé le développement de l’État providence.

Évolution des interventions publiques selon les domaines

Domaines

1930-1950

1950-1960

1960-1980

1980-2001

2001-…

Affectation des ressources

++

+

+

-

-

Répartition des ressources

 =

 =

+

 =

+

Stabilisation de la conjoncture

 =

+

+

++

 =

+ : intervention ; ++ : intervention massive ; = : neutre (absence d’interventions) ; - : retrait de l’État

14Jusqu’à la crise de 2001, les orientations budgétaires furent marquées par l’absence de volonté politique d’engager les réformes fiscales qui auraient permis d’assainir les finances publiques, par l’incapacité d’arbitrer entre les demandes concurrentes de fonds publics, par le clientélisme et par l’utilisation des banques publiques comme substitut au budget public. Alors que la libéralisation financière adoptée dans le cadre des réformes structurelles allait dans le sens de « moins d’État », en soumettant les politiques budgétaires et monétaires aux exigences des marchés financiers, les politiques budgétaires expansionnistes maintenaient le cap de « plus d’État ». Aussi l’origine de l’instabilité croissante de l’économie turque observée dans les années 1980 et 1990, réside-t-elle dans cette contradiction fondamentale entre la libéralisation financière réduisant le champ d’action des pouvoirs publics et les politiques budgétaires expansionnistes dont les effets pervers furent exacerbés par les mesures de libéralisation financière mises en œuvre dans le cadre des réformes structurelles.

Les ressorts du populisme

15Comment expliquer l’aversion des gouvernements élus vis-à-vis des réformes et l’accumulation des problèmes économiques, qui aboutirent à des crises économiques récurrentes ? Quels sont les ressorts du populisme ? La prise en compte de la rationalité politique permet de comprendre les comportements a priori irrationnels sur le plan économique. Dans le cadre de la rationalité politique, les objectifs de la politique économique classique sont réduits au rang d’instruments, au service de la popularité des gouvernements. Le schéma ci-dessous emprunté à Frey illustre ce mécanisme. La partie supérieure du schéma montre comment le gouvernement influence l’évolution de l’économie grâce aux instruments dont il dispose, tandis que la partie inférieure décrit comment l’état de l’économie influence les électeurs, en les incitant à voter pour ou contre le gouvernement. L’état de l’économie est déterminé par les performances en matière de croissance, d’emploi, de stabilité des prix et d’équilibre extérieur, qui sont les principaux objectifs de la politique économique dans son acception classique. Dans le cadre de la rationalité politique, ces objectifs sont réduits au rang d’instruments au service de la popularité du gouvernement.

Représentation schématique d’un modèle politico-économique

Représentation schématique d’un modèle politico-économique

Source : Frey B. S., 1985, Économie politique moderne, Paris, PUF, p. 162.

  • 16 Cf. Sönmez A., 2002, « Türkiye’de enflasyonun siyasal ekonomisi (L’économie politique de l’inflatio (...)

16Pour les gouvernements la rationalité politique consiste à atteindre les valeurs qui maximisent les votes favorables. Alors que la rationalité économique conduit à un arbitrage entre la réalisation d’objectifs qui ne sont pas tous compatibles selon l’équilibre économique, la rationalité politique conduit à un arbitrage selon les préférences des électeurs. Dès lors, les préférences des électeurs deviennent déterminantes dans la conduite de la politique économique. Dans le cas turc, l’électorat est beaucoup plus sensible aux performances en matière de croissance immédiate qu’aux objectifs de stabilité des prix et d’équilibre extérieur. Les politiques budgétaires et monétaires expansionnistes attirent ainsi les faveurs de l’électorat. Certaines analyses soulignent, à ce propos, la mémoire collective profondément marquée par la coïncidence entre le passage au multipartisme et les taux de croissance à deux chiffres réalisés dans un contexte non inflationniste pendant la période 1950-1953. Ces performances exceptionnelles obtenues dans des conditions elles aussi exceptionnelles (bonne récolte liée aux conditions climatiques, amélioration des termes de l’échange en lien avec la Guerre de Corée, aide financière américaine…), sont perçues comme une référence qui conduit les gouvernements successifs à suivre des politiques économiques expansionnistes16.

  • 17 L’un des généraux auteurs du Pronunciamiento de 1971, Memduh Tagmaç déclarait à l’époque des faits  (...)

17Pour échapper à l’exacerbation des conflits de répartition, qui menace non seulement les chances de réélection, mais aussi la légitimité du régime politique, les gouvernements élus mènent des politiques de relance par la demande jusqu’à ce qu’elles butent sur la contrainte extérieure. La légitimité d’une stabilisation autonome paraît en effet douteuse auprès de l’électorat, alors que dans le cas d’une stabilisation imposée par l’extérieur, la responsabilité semble partagée entre le gouvernement et les milieux financiers internationaux. Il n’est alors pas surprenant d’observer qu’entre 1961 et 2006 dix-neuf accords de confirmation couvrant une période de dix-huit ans ont été conclus avec le FMI. Dans certains cas, les politiques de stabilisation n’ont pu être menées que dans le cadre des régimes militaires issus des coups d’État. Pour ainsi dire la partie inférieure du schéma se trouvait hors service17.

18Les ressorts du populisme tels qu’ils viennent d’être décrits se traduisent par des déformations du carré magique de Kaldor qui représente une gestion rationnelle du point de vue économique, en veillant à un certain équilibre entre les principaux objectifs afin d’éviter les crises et d’assurer un rythme de croissance stable à long terme. Lorsqu’on introduit la contrainte de popularité, apparaît alors le triangle du populisme qui privilégie à court terme la croissance et l’emploi (et accessoirement la stabilité des prix). Celui-ci est inévitablement suivi par le triangle d’ajustement contraint (par le financement externe), lequel met l’accent sur le maintien de la solvabilité, avec la résorption du déficit de la balance des paiements courants. (Voir annexe n° 1).

Crise de 2001 : vers l’État post-populiste ?

  • 18 Cf. Önis Z., 1996, « The State and Economic Development in Contemporary Turkey: Etatism to Neoliber (...)

19Même si, pendant à peu près deux décennies, l’économie turque est parvenue, au grand étonnement des spécialistes, à associer un rythme de croissance annuel relativement élevé de l’ordre de 4 %, à un environnement macroéconomique très instable, le miracle s’est épuisé au début des années 2000 ; il ne restait que l’inflation, des déficits publics abyssaux et un système bancaire au bord d’une crise systémique. C’est en 2001, dans ce contexte de crise profonde que les réformes structurelles réduisant substantiellement les marges de manœuvre du populisme sont adoptées par le gouvernement de coalition, acculé par les principaux bailleurs de fonds. La loi sur l’indépendance de la Banque centrale qui a institutionnalisé la fin de la monétisation du déficit public, le changement de statut des banques publiques, mises à l’abri de toutes les interventions politiques, de même que l’abandon de la politique agricole fondée sur les achats de soutien au profit d’une politique des revenus dans le secteur agricole, constituent un tournant dans le domaine des interventions publiques. Compte tenu de l’ampleur des réformes, certaines analyses iront même jusqu’à annoncer l’avènement de l’État post-populiste18. La rigueur de la gestion macroéconomique qui dénote avec la popularité des gouvernements AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi – Parti de la justice et du développement) qui ont amélioré leurs scores lors des élections successives, semble confirmer cette thèse. Elle conduit, en même temps, à s’interroger sur les transformations des mécanismes de la popularité. Toutefois, si ces transformations ne font pas de doutes, elles n’impliquent pas forcément un changement dans le comportement des électeurs qui irait dans le sens de la suppression du populisme. Le déficit extérieur qui a atteint ces dernières années des niveaux qu’aucun gouvernement turc n’aurait osé imaginer auparavant et qui auraient déclenché une crise dans le passé, plaide en faveur de cette idée.

Ruptures et continuités dans les ressorts du populisme

  • 19 Solde budgétaire avant paiements d’intérêts.

20La crise de 2001, qui a été à l’origine d’un tournant dans le domaine économique, a également produit des secousses dans le domaine politique ; les formations participant au gouvernement de coalition, contraint de mener des politiques d’austérité, furent sanctionnées sévèrement à la première échéance électorale en 2002, au profit d’une nouvelle formation, l’AKP fondée à peine un an avant. La gestion macroéconomique de l’AKP alla dans le sens du maintien des orientations précédemment adoptées qui privilégiaient la stabilité, comme en témoignent les principaux indicateurs macroéconomiques. L’inflation fut amenée sous la barre des 10 % en 2004, pour la première fois depuis les années 1970, avec un rythme de croissance soutenue (5,6 % en moyenne par an). La croissance soutenue en favorisant les excédents primaires,19 a contribué à la réduction du ratio de la dette publique qui a été ramené à 46 % du PNB en 2010. Le déficit public, en diminution les premières années, s’est même transformé en un excédent en 2005 et 2006, de telle sorte que pour la première fois depuis des décennies, le budget a pu remplir sa fonction de stabilisateur automatique, face à la crise de 2008. La rigueur budgétaire qui avait élargi les marges de manœuvre du gouvernement a ainsi permis d’amortir les conséquences du choc externe de 2008, en liaison avec le ralentissement de la croissance dans les pays développés, principaux partenaires commerciaux de la Turquie.

  • 20 En 2010 les prélèvements obligatoires en faveur des organismes de sécurité sociale représentaient 6 (...)

21L’une des conséquences de la réduction de la dette publique a été la diminution des paiements d’intérêt qui ont été ramenés à 4,6 % du PNB en 2010, alors qu’en 2001 ceux-ci correspondaient à 18 % du PNB. Les ressources ainsi libérées ont pu être allouées à l’amélioration des services publics ainsi qu’au développement de l’État providence. Sur ce registre, bien que la Turquie ait encore du chemin à parcourir pour atteindre le niveau de protection sociale de l’Europe occidentale, les progrès sont loin d’être négligeables20. La généralisation de l’accès aux soins, la mise en place, certes timide, mais effective de l’assurance chômage, sont les principaux acquis sociaux qui ont alimenté la popularité de l’AKP au pouvoir, laquelle, loin de subir l’usure du pouvoir, a amélioré ses scores aux élections de 2007 et de 2011.

22Le paradoxe apparent de la popularité croissante de l’AKP en dépit de politiques budgétaires de rigueur, à côté de cette réallocation des ressources en faveur des dépenses sociales, est également lié à la mise en œuvre de politiques monétaires accommodantes, qui s’inscrivent en continuité avec les orientations précédentes. Celles-ci ont fourni une double opportunité aux gouvernements AKP pour renforcer leur popularité. Sur un registre pragmatique, ces politiques en assurant la poursuite de la croissance de la consommation privée, ont nourri d’une part, la popularité de l’AKP auprès de l’électorat en général. Sur un plan idéologique, d’autre part, la baisse du taux d’intérêt a permis à l’AKP de s’attacher les faveurs de l’électorat conservateur islamique sensible aux préceptes de l’islam condamnant l’intérêt.

23L’évolution de la gestion publique caractérisée par des ruptures en matière de politique budgétaire de rigueur, mais aussi par des continuités en matière de politiques monétaires accommodantes, conduit à modérer l’hypothèse de l’avènement de l’État post-populiste. D’autant plus que l’observation des données macroéconomiques indique que l’électeur turc continue de demeurer insensible à la contrainte extérieure. Car au-delà des performances sur le front de l’État-providence, la popularité du gouvernement est essentiellement liée à la progression spectaculaire de la consommation ; sous les gouvernements AKP les dépenses de la nation ont connu une progression annuelle de 10,2 %, alors que la production nationale augmentait de 5,6 % en moyenne par an. Cet écart fut rendu possible grâce aux déficits courants importants qui auraient déclenché des crises de la balance des paiements dans le passé, mais qui sont finalement financés par des entrées massives de capitaux.

24Sans ces entrées de capitaux, les performances brillantes des gouvernements AKP dans le domaine de la croissance et de la stabilité des prix n’auraient pas été de même ampleur. En effet, la comparaison des performances, suivant le schéma du carré magique de Nikola Kaldor qui tient compte des performances économiques sur quatre fronts (croissance, plein emploi, stabilité des prix et équilibre extérieur), illustre la configuration du triangle populiste. Sur le front de la croissance et de la stabilité des prix, les performances de l’AKP sont incontestablement meilleures que celles des gouvernements précédents, qui se sont succédé depuis le tournant des années 1980. En revanche, même si les résultats enregistrés sur le front du chômage sont à quelques points près semblables, ceux dans le domaine de l’équilibre extérieur sont diamétralement opposés ; un déficit courant de 4,2 % du PNB en moyenne sous les gouvernements AKP (2003-2010) contre 0,6 % sous les gouvernements de coalition (1992-2002) et un quasi équilibre sous les gouvernements d’ANAP (Parti de la mère patrie de Özal, architecte du tournant de 1980 (1983-1991). Les performances brillantes sur le front de la croissance et de la stabilité des prix se sont donc réalisées au prix de la dégradation des performances en matière d’équilibre extérieur. (Cf. Graphique ci-dessous)

Carrés magiques selon les périodes

Carrés magiques selon les périodes

Source : Calculs à partir des données de TUIK. Voir annexe.

25Ces performances comparées font apparaître l’une des raisons économiques de la popularité des gouvernements AKP, qui est liée au fait que l’opinion publique est beaucoup moins sensible à l’objectif d’équilibre extérieur qu’aux objectifs de croissance, de plein emploi et de stabilité des prix directement observables à travers le niveau de vie. Le relâchement de la contrainte extérieure a contribué à ces performances brillantes essentiellement par trois canaux. Tout d’abord, ces entrées en permettant le maintien du déficit, ont contribué à éviter les pressions inflationnistes, liées aux pénuries résultant de l’excédent de demande sur l’offre domestique. Ensuite, en réduisant les pressions sur le taux d’intérêt, elles ont permis de réduire la charge de la dette publique, avec les conséquences bénéfiques en termes de popularité qui viennent d’être décrites ci-dessus. Enfin, cette réduction du taux d’intérêt a rendu possible la mise en œuvre de politiques monétaires accommodantes qui ont alimenté la popularité des gouvernements à travers les mécanismes exposés précédemment.

  • 21 Le ministre des Finances turc Mehmet Simsek en se plaignant d’une sous-évaluation des performances (...)

26Toutefois, il convient d’observer qu’à la différence du régime précédent, le déficit extérieur ne résulte plus d’un déficit d’épargne du secteur public, mais du secteur privé. Par voie de conséquence, l’interprétation du déficit extérieur fait l’objet de controverses. En effet, le financement du déficit ne passe plus par des considérations hors du domaine économique, impliquant les acteurs publics, en liaison avec les facteurs géopolitiques, mais plutôt par des considérations économiques, impliquant les acteurs du marché, en liaison avec la rationalité économique, même si cette dernière se trouve parfois biaisée par les agences de notation dont la crédibilité est devenue discutable en raison de leur incapacité à prévoir, actuellement, les problèmes des pays en difficulté21. Cette transformation du financement du déficit extérieur conduit à s’interroger sur les origines du relâchement de la contrainte extérieure.

Contrainte extérieure relâchée : attractivité de l’économie turque ou facilités de financement liées à la crise de 2008 ?

27Le financement du déficit extérieur, de plus en plus grandissant, reçoit deux interprétations. Pour les uns, il est lié à l’habileté des gouvernements AKP qui ont su améliorer l’attractivité de l’économie turque, tandis que pour d’autres il s’explique par l’abondance des capitaux à l’échelle mondiale. En d’autres termes, la question est de savoir si l’afflux des capitaux vers la Turquie, qui ont permis de financer des déficits extérieurs historiques, est liée à la confiance que les investisseurs et les prêteurs étrangers prêtent à l’économie turque ou si si cet afflux de capitaux est lié aux largesses des banques centrales des pays développés, notamment aux injections massives de liquidités de la Fed et de la Banque Centrale Européenne. Les observations offrent un paysage mitigé.

  • 22 En effet, la part relative de la Turquie dans les flux mondiaux d’IDE reçus est caractérisée par un (...)
  • 23 Sur la période 2003-2010, sur un montant total d’entrées nettes de capitaux de 261 milliards de dol (...)

28Bien que l’hypothèse d’une amélioration de l’attractivité du territoire soit vérifiée partiellement, les observations tendent à corroborer plutôt l’hypothèse de l’abondance de capitaux, à l’échelle mondiale. Tout d’abord, parce que l’évolution des parts relatives de la Turquie dans les différents flux de capitaux indique une légère progression pour les investissements directs étrangers (IDE) et une quasi-stagnation pour les investissements de portefeuille et les crédits bancaires22. Cette stabilité relative de la part de la Turquie dans les différents flux de capitaux mondiaux, alors même que le montant des entrées de capitaux exprimé en % du PNB turc progresse fortement, corrobore l’hypothèse de l’abondance des capitaux à l’échelle mondiale. Ensuite, parce que les déficits courants des années 2000 sont essentiellement financés par des investissements de portefeuille et des crédits bancaires dont les parts relatives dans la composition des entrées de capitaux ont augmenté au dépend des investissements directs étrangers23.

29Ces observations conduisent à modérer les analyses attribuant les performances brillantes de l’économie turque, de la dernière décennie, à l’attractivité de l’économie turque, attractivité due aux seules politiques économiques suivies par les gouvernements AKP. S’il est question d’une attractivité accrue, il s’agit d’une attractivité relative qui traduirait également une dégradation de la situation dans l’environnement international. Si les investisseurs s’orientent vers la Turquie, c’est aussi parce que les opportunités d’inves­tissements se sont dégradées ailleurs. En même temps, cette attractivité relative conduit à modérer l’argument de l’abondance des capitaux à l’échelle internationale. En d’autres termes, si cette dernière a fourni une opportunité de financement extérieur que les gouvernements précédents n’auraient même pas osé imaginer, il convient de mettre en revanche à l’actif des gouvernements AKP, leur habileté dans la mise en œuvre de politiques macroéconomiques appropriées, qui ont permis d’éviter à la Turquie de ne pas figurer parmi les pays à problèmes et d’attirer les capitaux pour renforcer leur popularité.

En guise de conclusion

30Les différentes observations indiquent que l’avènement de l’État post-populiste prédit par certaines analyses demeure en suspens. Les ressorts du populisme ont certes connu une évolution à travers la réallocation des ressources dans le domaine des interventions publiques. Toutefois, si la gestion publique a connu des modifications importantes avec la crise de 2001, le comportement de l’électeur moyen qui continue, en revanche, de privilégier la croissance et l’emploi, en nourrissant une indifférence à l’égard de l’équilibre extérieur, témoigne d’une constance depuis le passage à un régime parlementaire pluraliste au sortir de la Seconde Guerre mondiale. La gestion des gouvernements AKP n’est pas moins populiste que celles de ses prédécesseurs. Son mérite réside dans son habilité à mettre en œuvre des transformations de politiques macroéconomiques conformes aux exigences d’un l’environnement international plus favorable.

31La rupture de 2001 dans la gestion publique est caractérisée par la privatisation du besoin de financement extérieur, rendue possible par un contexte international favorable à la Turquie. La crise de 2008 a certes eu des effets négatifs sur les exportateurs turcs. Mais en même temps, elle a desserré la contrainte extérieure, avec l’expansion monétaire des principales puissances économiques occidentales, qui a rendu possible le financement d’un déficit extérieur sans précédent. Ce contexte a permis de répondre aux attentes des électeurs qui demeurent intactes. Dès lors on comprend mieux pourquoi cette crise exogène n’a pas provoqué de changements dans les paradigmes du développement, comme dans les cas des bouleversements précédents (1930 et 1980). Car cette fois-ci la crise est au service de la popularité du pouvoir en place, alors que les crises exogènes précédentes contraignaient à des ruptures avec le régime en place. En ce sens, la crise de 2001 qui est incontestablement endogène, a le mérite d’avoir préparé la Turquie, à la crise de 2008. Finalement, au regard des résultats, il est possible d’affirmer que l’hypothèse de Huntington selon laquelle « l’affirmation culturelle suit la réussite matérielle » se trouve partiellement vérifiée. Vérifiée, en effet, car l’assurance des responsables turcs face à l’Europe s’explique, en toute vraisemblance, par les bonnes performances de l’économie turque comparées à celles des principaux pays européens empêtrés dans les difficultés. Mais, partiellement vérifiée, dans la mesure où la « réussite économique » demeure fragile en raison de la dépendance vis-à-vis du financement du déficit extérieur.

32L’un des enseignements de l’histoire des crises économiques en Turquie concerne aussi la gestion privée qui n’a pas été analysée dans cette réflexion. L’instabilité qui a caractérisé l’environnement macro-économique de la Turquie a produit des générations d’entrepreneurs habituées aux incertitudes, à la recherche de marchés réputés instables. L’une des particularités des entrepreneurs turcs est de se lancer sur des marchés risqués, beaucoup plus facilement que leurs homologues occidentaux habitués à un environnement plus stable. En effet, si du côté de la demande les électeurs sont sensibles à l’amélioration du niveau de vie, du côté de l’offre ils ne sont pas si indifférents aux efforts productifs à réaliser. Ce sont là les jalons de nouvelles problématiques qui concernent cette fois-ci la gestion privée des crises. Il s’agit de s’interroger, selon les époques où ces crises émergent, sur les rapports des entrepreneurs turcs avec le pouvoir politique ou encore sur les processus de leur autonomisation par rapport au pouvoir politique, en corollaire au mouvement de mondialisation qui marque le pas.

Haut de page

Annexe

Du carré magique de Kaldor aux triangles populiste et de l’ajustement contraint

Les quatre axes correspondent aux quatre principaux objectifs de la politique économique, à savoir ; la croissance, le plein emploi, la stabilité des prix et l’équilibre extérieur. En joignant les performances obtenues dans ces quatre domaines, on obtient un quadrilatérale. Plus les performances sont bonnes, plus les points sur les axes s’éloignent de l’origine, ce qui augmente la surface du quadrilatérale. Le carré est qualifié de magique, dans la mesure où ces quatre objectifs ne sont pas tous compatibles et que de ce fait il est impossible de les réaliser simultanément. Par exemple, de meilleures performances sur les fronts de la croissance et de l’emploi qui augmentent la surface sur le quadrant nord-ouest se traduisant par une accélération de l’inflation et un accroissement du déficit extérieur qui réduisent d’autant les surfaces figurant dans les autres quadrants. Mais à long terme la forme devrait se rapprocher d’un carré plus ou moins grand, en raison de la contrainte extérieure.

Cette présentation, lorsqu’elle traduit les préférences des électeurs pourrait être qualifiée de triangle populiste. La croissance et l’emploi étant prioritaire aux yeux des électeurs, l’action des gouvernements se résume à maximiser la surface du quadrant nord-ouest ou bien celle des quadrants nord-ouest et sud-ouest si l’on ajoute la stabilité des prix parmi les attentes des électeurs ; on obtient ainsi un triangle qu’on pourrait qualifier de populiste.

Le maintien de ce triangle dépend de la contrainte extérieure qui permet cette déformation. Mais la contrainte extérieure finit par s’imposer à long terme et produit l’évolution inverse ; à l’image d’un élastique qu’on a trop tiré vers le nord-ouest, pour faire apparaître un triangle dans le quadrant sud-est qu’on pourrait qualifier de triangle de l’ajustement. C’est le schéma de l’ajustement contraint par le financement extérieur qui rappelle qu’une croissance heureuse de la consommation, sans contreparties d’efforts productifs a ses limites !

Carré magique selon N. Kaldor

Carré magique selon N. Kaldor

Triangle populiste

Triangle populiste

Triangle de l’ajustement contraint

Triangle de l’ajustement contraint
Haut de page

Notes

1 L’économie turque est en effet rapidement sortie du choc de 2009. En 2011 son taux de croissance atteignait 8,5 %. Tandis que ses finances publiques étaient en bonne santé ; le déficit public qui s’élevait la même année à 1,4 % du PIB ainsi que le ratio de la dette publique à 39 %, sont en dessous des limites fixés respectivement à 3 % et à 60 % par les traités et que la plupart des pays membres ont dépassées.

2 Cf. Huntington S., 1997, Le Choc des civilisations, Paris, Odile Jacob, p. 154.

3 Il ajoute aussitôt que « Comme ils ont réussi en économie, les Extrême-Orientaux n’ont pas hésité à revendiquer le caractère distinctif de leur culture et à proclamer la supériorité de leurs valeurs et de leur mode de vie en comparaison de ceux de l’Occident et des autres sociétés. » Cf. Huntington S., op. cit., p. 146.

4 Les propos tenus par le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu, dans son discours au 9e Forum Turco-italien à Rome, illustrent une certaine émancipation face aux tergiversations de l’Union Européenne. Selon Davutoglu « La Turquie n’est pas un pays sans alternatives, ni un pays faible. Le temps a montré […] que nous pouvons mettre en œuvre les critères politiques [de Copenhague exigés par l’Union européenne] et bâtir une économie productive et performante, sans l’Union européenne. Nous avons prouvé notre force. » Haber Türk (quotidien turc), 12 novembre 2012. Dans un style moins diplomatique, le ministre d’État, Ali Babacan se livrait à une critique des pays de l’UE, lors de la réunion annuelle des pays membres de l’OCDE. Selon lui ; « Lorsque nous travaillions, au moment où la crise montrait son nez, les dirigeants européens sont partis en vacances. Ils ne l’ont pas prise au sérieux. Puis, ils ont dû interrompre leurs vacances face à la crise. Tandis que nous avions mis en œuvre nos mesures. » Yeni Safak (quotidien turc), 23 mai 2012. Dans le même état d’esprit, le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, lors d’une conférence sur « L’Europe au-delà de la crise » organisée par l’Institut Nicolas Berggruen de Berlin, en critiquant la zone Euro dit : « Je sais qu’il y a certains pays membres de l’UE qui sont contre l’euro et ne veulent pas participer à la zone euro. Par exemple la Grande-Bretagne… Elle est tout à fait satisfaite. Ils nous ont même dit : « Vous devriez rester loin de la zone euro, vous pouvez établir une zone de la livre turque. » Et j’ai dit que j’étais de même avis. L’UE doit mettre de l’ordre dans son système monétaire ». Cf. Dünya (Quotidien turc), 31 octobre 2012.

5 Le premier ministre Recep Tayyip Erdogan déclarait au début de la crise que celle-ci « allait passer en tangente l’économie turque », au sens où la Turquie n’allait pas être touchée profondément par les problèmes des grandes puissances mondiales.

6 Selon la définition donnée par le Petit Robert, la crise est le « moment d’une maladie caractérisée par un changement subit et généralement décisif, en bien ou en mal. » Notre interprétation consiste à affirmer que les crises constituent des moments de rupture dans la perception des rapports économiques entre les principaux acteurs et par voie de conséquence de rupture dans leur gestion.

7 Les capitulations étaient des concessions unilatérales accordées depuis le xve siècle aux commerçants des principales puissances européennes. « Concessions gracieuses » selon Jacques Thobie ou « mesures ayant pour but d’apaiser les Barbares d’Occident » selon Dimitri Kitsikis, elles se sont transformées en un instrument de domination de l’Empire ottoman à partir du xviiie siècle. Cf. Thobie J., 1973, Les intérêts économiques financiers et politiques français dans la partie asiatique de l’Empire ottoman de 1895 à 1914, Thèse, Paris1 et Kitsikis D., 1994, L’Empire ottoman, Paris, PUF Que sais-je ?, n° 2222.

8 Ainsi, au Congrès d’économie d’Izmir, Mustafa Kemal déclarait « Quelle qu’en soit leur grandeur, les victoires politiques et militaires ne peuvent être consolidées que si elles sont couronnées de victoires économiques ». Cf. Inan A., 1982, Izmir Iktisat Kongresi 17 subat-4 mart 1923, Ankara, Türk Tarih Kurumu Yayinlari, p. 64.

9 Albert O. Hirschman Albert O., 1984, « Grandeur et décadence de l’économie du développement », in L’économie comme science morale et politique, Paris, Gallimard Le Seuil.

10 Bugra A., 1995, Devlet ve isadamları (État et hommes d’affaires), Istanbul, Iletisim yayınları.

11 Lors d’un entretien avec le diplomate soviétique Aralov en 1922, Mustafa Kemal lui confiait ; « Il faut transformer nos bourgeois en une classe bourgeoise… Mon but est d’aider les commerçants d’Anatolie et d’assurer leur enrichissement ». Cf. Aralov S.I., 1967, Bir Sovyet Diplomatının Türkiye Hatıraları (Les mémoires de Turquie d’un diplomate soviétique), Istanbul, Burçak Yayınevi.

12 À ce propos la lettre de présentation du premier plan quinquennal d’industrialisation (1933-1937) est révélateur, puisqu’il y est dit : « Cette industrie (d’État) donnera aux industriels et aux entrepreneurs privés la possibilité de développer une “industrie” lucrative. L’industrie des produits ferreux qui sera mise en place par l’initiative de l’État fournira aux industries et aux entrepreneurs privés des produits semi finis que ces derniers transformeront en boulons, en vis, en fonte, en épingles et machines-outils dans leurs usines… Notre nouvelle industrie textile, tout en laissant une place pour le développement de nos entreprises (privées) actuelles ouvrira de nouvelles possibilités de développement devant les industries de coton, de corderie.… L’accumulation du capital qui résultera de la réalisation de notre programme d’industrialisation et du volume d’emploi qui sera ajouté à la vie économique du pays cherchera nécessairement des nouveaux placements dans l’industrie. Et il est certain que cette industrie dérivée que nous venons de décrire se développera très vite ». Cf. Insel A., 1984, La Turquie entre l’ordre et le développement, Paris, L’Harmattan, pp. 109-110.

13 En 1988, dans son plaidoyer pour l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, Turgut Özal, Premier ministre à l’époque, annonçait que les politiques économiques libérales mises en œuvre à partir du début des années quatre-vingt avaient permis de surmonter de ce qu’on pourrait appeler le « syndrome des capitulations » et que les Turcs avaient retrouvé la confiance qu’ils avaient perdue dans la compétition mondiale. Sous sa plume, nous lisons ; « Jusqu’à notre arrivée au pouvoir, les politiques économiques successives avaient reposé sur une crainte : celle des capitulations, qui avaient conditionné notre attitude face à toute dette extérieure et à l’investissement étranger. … Notre parti a renoncé à cette attitude introvertie, craintive et défaitiste. Il a mis fin au contrôle des prix, libéralisé les importations et les cours des changes. L’opinion générale, au moment où ces mesures furent prises, était que les prix augmenteraient indéfiniment et que le flot des paiements à l’étranger rendrait la balance des paiements dangereusement déficitaire. Ces milieux pessimistes attendirent obstinément qu’arrive ce qu’ils redoutaient. Mais cela n’arriva pas. Comprendre les effets d’un cours des changes réaliste et d’un intérêt positif leur a pris du temps. L’équilibre des marchés s’est à peu près établi. Ils ont vu avec surprise que les lois du marché fonctionnaient. Le chef d’entreprise turc a franchi les frontières et pénétré les marchés du Moyen-Orient. … Nous avons privilégié les exportations en appliquant des cours de change réalistes. … Une croissance saine de notre économie s’est traduite par une augmentation rapide des exportations. Nous avons ainsi pu obtenir la résorption du goulot d’étranglement qui existait dans le domaine de la balance des paiements depuis l’ère ottomane. » Cf. Özal T., op. cit., p. 221 et 248.

14 Ici nous reprenons la typologie de R. Musgrave. Cf. Musgrave R., 1959, The Theory of Public Finance, McGraw-Hill, New York, pp.  5-10.

15 Pour une analyse plus détaillée des effets déstabilisants des interventions publiques, nous nous permettons de renvoyer le lecteur à notre chapitre, Akagül D., 2005, « L’économie turque depuis l’avènement de la République : performances ou contre-performances ? », in Vaner S. (dir.), La Turquie, Paris, Fayard, pp. 433- 463.

16 Cf. Sönmez A., 2002, « Türkiye’de enflasyonun siyasal ekonomisi (L’économie politique de l’inflation en Turquie) », Istanbul, Iktisat, I¸sletme ve Finans, Ekim, pp.  90-100.

17 L’un des généraux auteurs du Pronunciamiento de 1971, Memduh Tagmaç déclarait à l’époque des faits : « L’éveil social a dépassé le développement économique. Il faut prendre les mesures nécessaires. » et il ajoutait « La première tâche à accomplir est celle des amendements juridiques et constitutionnels, de façon à restreindre les libertés d’opinion et d’action, ou s’il le faut, à les supprimer. » Tandis que le Général Kenan Evren, chef de la Junte militaire de 1980, disait : « Certes, l’intervention de 1960 partait de bonnes intentions. Mais, malheureusement la Constitution qu’elle a mise en place s’est rapidement révélée incompatible avec la réalité de notre pays… En 1971 nous avons essayé de la réformer. Mais en vain, toutes les tentatives de la rendre compatible avec les caractéristiques de notre pays ont échoué. » Discours prononcé le 15 octobre 1980 à Diyarbakır, cité par Cemal H., 1992, Tank sesiyle uyanmak (Se réveiller avec le bruit des chars), Ankara, Bilgi Yayınevi.

18 Cf. Önis Z., 1996, « The State and Economic Development in Contemporary Turkey: Etatism to Neoliberalisme and Beyond », in Mastny V. and Nation R. C., Turkey Between east and west. New Challenges for a Rising Regional Popewer, Oxford, Westview Press, Oxford, pp. 155-178.

19 Solde budgétaire avant paiements d’intérêts.

20 En 2010 les prélèvements obligatoires en faveur des organismes de sécurité sociale représentaient 6,5 % du PNB, alors qu’en France ce taux s’élevait à 23,2 %.

21 Le ministre des Finances turc Mehmet Simsek en se plaignant d’une sous-évaluation des performances de l’économie turque par ces agences de notation, déclarait que celles-ci avaient empêché la Turquie de bénéficier d’apports de capitaux extérieurs qu’elle aurait mérités. Après avoir indiqué que la Turquie avait bénéficié sur une période de 10 ans, de 120 milliards de dollars d’investissements étrangers, le ministre ajoutait « Si la Turquie avait obtenu la note qu’elle méritait, il y aurait eu 32 milliards d’investissements supplémentaires [n.d.l.r. soit 27 % de plus]. Et ceci voulait dire plus d’emplois et de bien-être ». Cf. Milliyet (quotidien turc), 27 septembre 2012.

22 En effet, la part relative de la Turquie dans les flux mondiaux d’IDE reçus est caractérisée par une nette progression entre 2006 et 2008, suivie d’un tassement qui demeure néanmoins à un niveau plus élevé que les périodes précédentes. La comparaison de cette part relative au poids relatif de l’économie turque dans le monde (mesuré par sa part relative dans le PIB mondial) qui permet d’apprécier son potentiel d’attirer des IDE, conduit à nuancer cette interprétation. Même si elle dépasse l’unité en 2006 pour la première fois dans l’histoire de la Turquie contemporaine, elle revient très vite à des niveaux comparables à la période d’avant la crise de 1994. Quant à l’évolution de la part relative de la Turquie dans les investissements de portefeuille, fluctuant entre 0 et 0,5 %, son niveau demeure comparable à celui du début des années 1990 qui avaient suivi l’ouverture financière.

23 Sur la période 2003-2010, sur un montant total d’entrées nettes de capitaux de 261 milliards de dollars, 32 % étaient dues aux investissements directs étrangers, c’est-à-dire des entrées non génératrices de dettes, tandis que 17 % étaient constitués d’investissements de portefeuille (pour un tiers d’achats d’actions et pour 2/3 d’achats d’obligations) et 51 % étaient dues aux crédits contractés essentiellement par les banques. En 2010, la part des investissements directs avait reculé à 13 %, alors que celles des investissements de portefeuille et des crédits bancaires s’établissaient respectivement à 28 et 59 %.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Représentation schématique d’un modèle politico-économique
Crédits Source : Frey B. S., 1985, Économie politique moderne, Paris, PUF, p. 162.
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Carrés magiques selon les périodes
Crédits Source : Calculs à partir des données de TUIK. Voir annexe.
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/476/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Carré magique selon N. Kaldor
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/476/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Triangle populiste
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/476/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Triangle de l’ajustement contraint
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/476/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Deniz Akagül, « Culture, crises économiques et gestion publique – le cas turc », Anatoli, 4 | 2013, 209-230.

Référence électronique

Deniz Akagül, « Culture, crises économiques et gestion publique – le cas turc », Anatoli [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://anatoli.revues.org/476 ; DOI : 10.4000/anatoli.476

Haut de page

Auteur

Deniz Akagül

Deniz Akagül, actuellement Maître de Conférences à la Faculté de Sciences économiques et sociales de l’Université Lille 1, Deniz Akagül est spécialiste en économie du développement. Ses recherches qui ont fait l’objet de publications d’articles portent sur l’économie turque, les relations entre la Turquie et l’Union européenne ainsi que les processus d’intégration régionale. Il a publié avec Semih Vaner l’Europe avec ou sans la Turquie, Éditions d’Organisation (2005).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org