Navigation – Plan du site
Bibliocritique

Georges Corm, Pour une lecture profane des conflits : sur le « retour du religieux » dans les conflits contemporains du Moyen-Orient

Paris, La Découverte, 2012, 274 p.
Faruk Bilici
p. 271-277
Référence(s) :

Georges Corm, Pour une lecture profane des conflits : sur le « retour du religieux » dans les conflits contemporains du Moyen-Orient, Paris, La Découverte, 2012, 274 p.

Texte intégral

1Nous connaissons les nombreux ouvrages précédents de Georges Corm, notamment la trilogie : Orient-Occident, la fracture imaginaire (la Découverte, 2002), La Question religieuse au xxie siècle, géopolitique et crise de la postmodernité (la Découverte, 2006), L’Europe et le mythe de l’Occident, la construction d’une histoire (la Découverte, 2009).

2La parution de Pour une lecture profane des conflits en 2012 n’est pas le fruit d’un hasard : il vient à point nommé, au moment où le 20e anniversaire de la thèse du « choc des civilisations » est discuté et commémoré un peu partout dans le monde. Pour Corm, il ne faut surtout pas laisser l’espace à « cette thèse débilitante » qui explique le monde par le conflit des civilisations ou de la lutte contre le terrorisme « transnational ». Ainsi Georges Corm annonce d’emblée ce qui parcourt l’ouvrage : la dénonciation de l’idéologie du retour du religieux, l’instrumentalisation des « prétendues » valeurs politico-religieuses pour susciter ou entretenir des conflits, mais aussi une dénonciation de « la relation perverse entre les intérêts géopolitiques de certains États » et leur prétention à incarner ou défendre dans l’ordre international des valeurs et idéaux de nature religieuse.

3Tout au long de son ouvrage l’auteur défend l’idée qu’il faut revenir à une politologie classique, débarrassée de toute considération métaphysique et émotionnelle. Autrement dit, pour l’auteur, il faut revenir à une analyse multifactorielle des causes des conflits et fermer toute porte à l’analyse idéologique pauvre et pathologique par une causalité unique, répartissant les protagonistes d’un conflit entre « bons » et « méchants ».

4Georges Corm décrit avec brio la manipulation de la mémoire et de l’histoire, promptement nommée à construire et à légitimer les fanatismes et radicalismes identitaires et politico-religieux. Son terrain de prédilection est le Moyen-Orient qui cristallise le mieux tous les ingrédients de cette instrumentalisation de la mémoire et de tous les fanatismes « dont continue d’être victime la population palestinienne ».

5Pour l’auteur, l’affaiblissement de l’esprit laïque dans sa version républicaine à la française est la cause essentielle de ces anomalies historiques et politiques. Pour cette raison aussi, il consacre une large part de son ouvrage au thème de la laïcité et de la liberté, malmené par les conceptions communautaristes de la vie publique.

6Ce sont onze textes actualisés et éventuellement remaniés qui ont été publiés dans cet ouvrage. Mais leur production dans différents contextes et dates (le plus ancien date de 1998 et le plus récent de 2010) n’enlève rien à leur valeur ou à leur cohérence. Tout au contraire, chacun de ces textes trouve sa justification dans le contexte des tensions internationales, notamment aux Proche et Moyen-Orient.

7L’auteur considère que la religion est un outil de puissance, et rares sont les États puissants qui s’en sont privés. Grâce à la Renaissance européenne, puis à la philosophie des Lumières, ainsi qu’à l’extension des principes républicains à la française, la suppression du califat musulman dans le sillage de l’effondrement de l’Empire ottoman, le monde a cru au triomphe de la laïcité, débarrassé de l’instrumentalisation de la religion. Cependant cinq événements au xxe siècle, mettant la religion au premier plan, ont mis en cause très sérieusement la vision laïque du monde. Il s’agit du succès de wahhabisme saoudien en 1924, imposant un islam puritain et rétrograde ; du triomphe des musulmans d’Inde qui ont créé le Pakistan (État des « pur ») sur une base religieuse ; du sionisme et de la création de l’État d’Israël, en mai 1948 ; de la création de l’organisation de la Conférence islamique en septembre 1969 ; enfin de la Révolution islamique iranienne en 1979, mobilisant les couleurs chiites.

8Cet ouvrage est un hymne à la laïcité et même à la laïcité laïcisée et propose de revenir à une analyse profane et multifactorielle des conflits : la démographie, le facteur économique, cause majeure de conflits, la géographie, l’histoire. Ainsi nous sommes bien loin des analyses de Huntington dans cet ouvrage d’une grande clarté, d’un intérêt scientifique certain et d’une écriture de qualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Faruk Bilici, « Georges Corm, Pour une lecture profane des conflits : sur le « retour du religieux » dans les conflits contemporains du Moyen-Orient », Anatoli, 4 | 2013, 271-277.

Référence électronique

Faruk Bilici, « Georges Corm, Pour une lecture profane des conflits : sur le « retour du religieux » dans les conflits contemporains du Moyen-Orient », Anatoli [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://anatoli.revues.org/484

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org