Skip to navigation – Site map
Partie 1. La référence Russe : Une image plurielle et ambivalente de l’ancienne métropole

La russification s’accompagne-t-elle d’une vision du monde russo-centrée ? Le cas biélorusse

David Teurtrie
p. 135-154

Full text

  • 1 Selon l’expression d’Olivier Roy. Voir ROY O., La nouvelle Asie Centrale, ou la fabrication des nat (...)
  • 2 Voir notamment Jodelet C., Les représentations sociales, PUF, 1991.

1La Biélorussie est un jeune État qui semble avoir d’importantes difficultés à envisager son identité dans les limites du territoire national. Ces difficultés renvoient à l’histoire de la Biélorussie qui, jusqu’en 1991, a toujours fait partie d’empires ou du moins d’États multinationaux (Grand-Duché de Lituanie, État polono-lituanien, Empire russe, Union soviétique). Les velléités d’union politique avec la Russie s’inscrivent dans cette perspective. La complexité des processus identitaires en cours relève donc à la fois des héritages d’une histoire multiséculaire au sein de grands empires et des nouvelles réalités créées par l’indépendance. En effet, la construction de l’identité biélorusse issue de la « fabrique soviétique des nations »1 entre en interrelation dynamique avec les représentations que se font les Biélorusses de leur culture et de leur pays par rapport au monde extérieur2. Ainsi, l’identité biélorusse contemporaine est marquée par une poursuite des processus de russification alors que l’indépendance semblait devoir y mettre un terme. Nous envisageons la russification comme un processus d’acculturation qui implique l’adoption de la langue, de la culture mais aussi du système de valeurs (facteur religieux…) de la Russie contemporaine. C’est la raison pour laquelle nous désignons l’adoption de la langue russe en tant que langue de communication par l’expression de « russification linguistique ». Cette distinction apparaît d’autant plus nécessaire que la « russification linguistique » sous l’URSS était au moins autant porteuse de « soviétisation » que de « russification » stricto sensu. Dans le contexte des indépendances, l’utilisation de la langue russe ne saurait suffire pour qualifier telle ou telle population de « russifiée ». À cet égard, le facteur religieux apparaît comme un facteur identitaire tout aussi important, notamment dans le contexte de retour du religieux observé en ex-URSS. Les processus de russification de la société biélorusse entrent en interaction avec d’autres facteurs tels que l’accès aux sources d’informations dans un pays marqué par un certain isolement politique aux confins de l’Union européenne et de la Russie. Cette situation géopolitique particulière conditionne également, au-delà du tropisme russe, les spécificités des représentations du monde biélorusses. Cet article se base sur les données qualitatives recueillies lors de séjours réguliers en Biélorussie au sein de la société biélorusse (2005-2010). Elles ont été recueillies grâce à des enquêtes de terrain « formelles » (questionnaires, entretiens) ainsi qu’à des immersions au sein de foyers biélorusses de différentes appartenances sociologiques. L’ensemble de ces données sur les pratiques biélorusses sont complétées par des données quantitatives issues d’enquêtes sociologiques émanant tant des institutions officielles que d’instituts et de chercheurs indépendants. Il s’agit de donner à comprendre la complexité et l’interaction des facteurs à l’origine des représentations du monde biélorusses.

L’influence de la russification linguistique et de l’orthodoxie

  • 3 Carrère dEncausse H., « Pour Moscou, le cauchemar de l’isolement… », Le Figaro, 28/08/1991, p. 5.
  • 4 Shevcov J., Fenomen Belarusi [Le phénomène biélorusse], Izdatel’stvo « Evropa », Moscou, 2005, p. 3 (...)
  • 5 Le NISEPI (Nezavisimyj Institut Social’no-èkonomicheskikh i politicheskikh issledovanij) est un ins (...)
  • 6 NISEPI, « Zagranica nam pomozhet » [L’étranger nous aidera], mars 2009, -09-08.html

2Contrairement à d’autres pays, où l’indépendance a permis un renforcement considérable de la conscience nationale, à l’instar de l’Ukraine voisine, l’indépendance du pays a été accueillie avec un certain scepticisme. Hélène Carrère d’Encausse ne qualifiait-elle pas alors la Biélorussie de « nation artificielle inventée par le pouvoir soviétique3 » ? Dans ces conditions, on ne s’étonnera pas de l’ignorance généralisée dans laquelle se trouve la Biélorussie parmi les citoyens européens qui l’associent le plus souvent à la Russie. De fait, le chercheur biélorusse Iouri Chevtsov constate : « les Biélorusses restent l’un des rares peuples en Europe dont l’évocation nécessite de commencer par prouver que ce peuple existe4. » Cette propension à ignorer, voire à inclure la Biélorussie dans l’espace russe par les Européens est loin d’être innocente, l’affirmation de l’identité biélorusse dépendant également des représentations que s’en font les autres peuples. Pourtant l’ignorance, voire le déni d’identité, est le lot commun de nombre de petits pays. Ce qui fait la spécificité du cas biélorusse, c’est que les doutes sur le caractère national s’expriment de manière plus ou moins consciente au sein même de la société biélorusse. Ainsi, les analystes du NISEPI, institut de recherche indépendant5, affirment : « les questions fondamentales “Qui sommes-nous ?” Et “Où allons-nous ?” n’ont toujours pas reçu de réponse de la part de l’élite biélorusse depuis l’obtention de l’indépendance6. » De fait, alors que l’étrangeté de leurs voisins baltes ou polonais est peu ou prou assumée par la majorité des Biélorusses, il n’en va pas de même pour la Russie et les Russes. La question du degré de proximité ou d’étrangeté entre Russes et Biélorusses reste au centre de la question identitaire en Biélorussie (Tableau 1).

Tableau 1

Qu’est-ce qui distingue les Biélorusses des Russes ?
(en %, une ou plusieurs réponses possibles)

Aucune différence

44,0

La langue

39,1

La culture, les traditions

27,3

L’histoire

22,3

La psychologie

20,5

L’aspect extérieur

2,6

Source : NISEPI, septembre 2002.

  • 7 INFORMACIONNYJ BJULLETEN’ ADMINISTRACII PRESIDENTA RESPUBLIKI BELARUS’ [Bulletin d’information de l (...)

3Il est remarquable qu’à la question posée, le premier choix des Biélorusses est de ne voir aucune différence avec les Russes. Par contre, les Biélorusses semblent considérer la langue comme le principal facteur de différenciation. Cela relève du paradoxe dans la mesure où une large majorité de Biélorusses utilise le russe comme langue de communication, une pratique en progression constante aux dépens du biélorusse. Les résultats d’une enquête sociologique récente menée par l’État biélorusse et curieusement intitulée « La grande majorité des personnes vivant en Biélorussie maîtrisent la langue biélorusse » indiquent que plus de 72 % des Biélorusses utilisent le russe comme langue principale de communication au quotidien. Seuls 12 % communiquent quotidiennement en biélorusse7, le reste pratique un mélange des deux langues appelé trasyanka (équivalent du surzhyk ukrainien).

  • 8 Selon le recensement national de 2009, environ 40 % des citoyens biélorusses de nationalité polonai (...)
  • 9 INFORMACIONNYJ BJULLETEN’ ADMINISTRACII PRESIDENTA RESPUBLIKI BELARUS’ [Bulletin d’information de l (...)
  • 10 MINISTERSTVA ADUKACYI RESPUBLIKI BELARUS’, « Zvestki ab movakh navuchannja va ûstanovakh dzennaj fo (...)

4Contrairement à l’Ukraine, où il existe une opposition linguistique et culturelle Est-Ouest, le russe domine sur l’ensemble du territoire biélorusse. Cette situation peut notamment s’expliquer par le fait que la minorité russe (près de 12 % de la population) est aussi présente à l’Est qu’à l’Ouest du pays et se concentre dans les grands centres urbains : les Russes, particulièrement bien intégrés, sont pratiquement aussi nombreux à Brest, à la frontière polonaise, qu’à Vitebsk près de la Russie. À l’inverse, la minorité polonaise (environ 4 % de la population totale) est concentrée à l’Ouest, notamment dans la région de Grodno où elle représente près du quart de la population locale. Cette situation n’est d’ailleurs pas sans susciter les appréhensions des autorités biélorusses qui redoutent un éventuel irrédentisme polonais, ou tout au moins des velléités d’ingérence de la part de Varsovie. Paradoxalement, les Polonais de Biélorussie sont le groupe ethnique qui utilise le plus le biélorusse comme langue de communication8. Cela renvoie notamment au fait que la minorité polonaise est restée majoritairement rurale. Car c’est bien en milieu rural que le biélorusse résiste le mieux. De fait, pour beaucoup de Biélorusses, la langue biélorusse reste la langue des campagnes, alors que le russe apparaît au contraire comme la langue des villes, dont la maîtrise est la condition de l’ascension sociale dans un contexte de poursuite du processus d’urbanisation. Le russe est particulièrement dominant en milieu urbain (78,7 % dans l’ensemble et même 83,2 % à Minsk) tandis que le biélorusse, même s’il y est également largement minoritaire, est plus utilisé en tant que langue de communication en milieu rural (18,8 %)9. Il y a d’ailleurs un seul secteur de la vie sociale en Biélorussie où le biélorusse reste officiellement majoritaire, c’est en tant que langue d’enseignement dans les écoles rurales10.

  • 11 INFORMACIONNYJ BJULLETEN’ ADMINISTRACII PRESIDENTA RESPUBLIKI BELARUS’ [Bulletin d’information de l (...)

5Cette dichotomie entre milieu rural et milieu urbain renvoie à des représentations héritées de la période soviétique et qui restent d’actualité : pour beaucoup de Biélorusses, la langue biélorusse reste la langue des campagnes, celle que parlaient les grands parents peu éduqués et qui sont restés dans leur village, le russe au contraire est la langue des villes, dont la maîtrise est la condition sine qua non de l’ascension sociale. En fait, on peut dire qu’en Biélorussie, ce schéma reproduit un modèle pluriséculaire dans lequel le biélorusse est la langue du peuple des campagnes, tandis que les villes utilisent plutôt la langue des élites dominantes, d’abord polonaises puis russes. La grande nouveauté aujourd’hui, c’est que les Biélorusses sont désormais très majoritairement urbains ; avec le vieillissement des campagnes et la poursuite du processus d’urbanisation, il y a un réel danger pour l’avenir du biélorusse. Celui-ci est utilisé quotidiennement par près de 20 % des plus de 60 ans contre 6 % des moins de 30 ans11.

  • 12 Voir Broutin N., « Biélorussie. La question linguistique au cœur des enjeux identitaires », Grande (...)
  • 13 Voir Marples D., Belarus: a denationalized Nation, Harwood Academic, 1999.
  • 14 Voir Laitin D., Identity in Formation, the Russian-speaking population in the near abroad, Cornell (...)

6Cette situation est particulièrement mal vécue par l’intelligentsia biélorusse qui y voit un danger pour l’indépendance du pays12, sentiment partagé par de nombreux analystes étrangers13 du fait notamment des projets d’union Russie-Biélorussie. Cependant, pour la majorité des Biélorusses, le russe permet non seulement de faire partie du vaste espace culturel russophone mais c’est également un moyen d’ouverture sur le monde au travers des médias et des nouvelles technologies de l’information. La langue russe apparaît donc à la fois comme le médium d’une certaine modernité, tout en inscrivant la Biélorussie dans une aire culturelle russophone dont les marqueurs identitaires et les représentations sont largement fondées sur l’héritage soviétique14.

7Au-delà des pratiques linguistiques, le retour du religieux qui s’observe en Biélorussie comme dans l’ensemble de l’ex-URSS semble devoir aussi rapprocher la Biélorussie de son voisin oriental. En effet, plus de 80 % de la population se réclame de l’orthodoxie et l’Église orthodoxe biélorusse est restée fidèle au patriarcat de Moscou. Contrairement à l’Ukraine, il n’y a eu ni schisme interne à l’orthodoxie, ni résurgence de l’Église gréco-catholique uniate malgré les tentatives de certains émigrés puis de militants nationalistes pour qui elle représenterait une sorte « d’Église nationale », ni polonaise ni russe.

  • 15 Informacionnyj Bjulleten’ Administracii Presidenta Respubliki Belarus’ [Bulletin d’information de l (...)

8Ce renouveau religieux, qui s’affirme dans une société par ailleurs largement sécularisée, est désormais encouragé par les autorités qui s’appuient sur l’Église orthodoxe pour « renforcer les fondements moraux de la société, conserver l’héritage culturel et développer l’aide sociale15 ».

Église orthodoxe en construction dans la banlieue de Minsk (avril 2006, D. Teurtrie)

Église orthodoxe en construction dans la banlieue de Minsk (avril 2006, D. Teurtrie)
  • 16 « O svobode sovesti i religioznykh organizacijakh » [De la liberté de conscience et des organisatio (...)
  • 17 Dans la loi sur les religions, l’Église catholique se voit accorder le rôle implicite de « deuxième (...)

9C’est dans cette perspective qu’un accord de coopération entre l’Église orthodoxe et l’État biélorusse a été signé en 2003, accord qui a renforcé la position de l’Église orthodoxe qui s’était déjà vu octroyé par la loi « un rôle déterminant dans le développement des traditions spirituelles, culturelles et étatiques du peuple biélorusse16 ». Depuis, l’État biélorusse participe au financement de la construction d’églises et finance même la formation des futurs prêtres. On assiste en effet à un mouvement impressionnant de construction ou de reconstruction d’édifices religieux, mais aussi d’autres édifices historiques qui permettent aux Biélorusses de se réapproprier leur héritage historique et culturel. Mais contrairement à la Russie, l’Église orthodoxe partage cet héritage avec l’Église catholique17, deuxième religion en Biélorussie, qui dispose d’un patrimoine architectural d’une grande richesse mais hypertrophié, du fait notamment de l’émigration forcée des Polonais à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, en s’appuyant sur ce réseau d’églises réparties sur l’ensemble du territoire, l’Église catholique tente d’élargir son audience au-delà des régions occidentales où se concentre la minorité polonaise.

  • 18 Cette vision est clairement revendiquée par une partie du clergé catholique : « S’il reste un seul (...)
  • 19 Breault Y., Jolicoeur P., Lévesque J., La Russie et son ex-empire, Presses de Sciences Po, 2003, p. (...)
  • 20 Entretien avec Victor Shadurski, doyen de la faculté des relations internationales de l’université (...)
  • 21 Radvanyi J. et Alii, Les États postsoviétiques, Armand Colin, 2004, p. 82.

10Il faut souligner le caractère pacifique et la grande tolérance qui règne entre les confessions en Biélorussie. Cependant, les deux Églises restent aujourd’hui porteuses de deux visions identitaires et géopolitiques opposées : l’Église catholique, qui regarde naturellement vers l’Ouest, a longtemps fait figure « d’Église polonaise » dans les représentations de la population biélorusse. De fait, la majorité de ses cadres sont polonais (ou formés en Pologne) tout comme le noyau dur de ses fidèles. Certes, en prenant la décision en 1992 d’adopter la langue biélorusse comme langue liturgique, elle tente de s’adapter à la nouvelle donne pour devenir une sorte de garant de l’identité linguistique biélorusse face à la russification18. Mais là encore, l’Église catholique reprend sous une autre forme son rôle historique de résistance à l’influence culturelle moscovite dans cette partie de l’Europe orientale. Ainsi, les principales figures politiques de la période « nationaliste » (1991-1994), « que ce soit le chef du FBP Zianon Pasniak, le président Chouchkevitch, et dans une moindre mesure le Premier ministre Vladislav Kébitch, étaient de confession catholique. L’appartenance religieuse de ces figures politiques associées à l’indépendance a été un facteur très important dans le revers électoral qu’ils subirent contre Loukachenko, d’origine orthodoxe19 ». De même, selon certains analystes biélorusses, l’utilisation du biélorusse par l’Église catholique serait à l’origine d’un mouvement de conversion au profit du catholicisme chez une partie de la jeunesse à tendance « nationaliste » et pro-européenne20. Ces milieux, par ailleurs minoritaires mais très actifs, notamment dans l’intelligentsia et l’émigration, sont porteurs d’une vision du monde faite d’un antagonisme fort vis-à-vis de la Russie, dont le rôle passé et présent est jugé de manière négative, associé à une empathie pour l’Europe et l’Occident, souvent qualifiés de « monde civilisé ». « Ces milieux estiment […] que leur pays devrait rompre tout lien particulier avec les États postsoviétiques. Seuls les États baltes, éventuellement l’Ukraine, constitueraient des partenaires souhaitables. Cette orientation est plus répandue à l’ouest du pays, surtout chez les catholiques.21 »

  • 22 Voir notamment NISEPI, « Mezhdu Cerkovju i Partiej » [Entre l’Église et le Parti], juin 2008, www. (...)
  • 23 À noter que l’expression de « Svjatja Rus’«  est habituellement traduite en français par « Sainte R (...)
  • 24 Informacionnyj Bjulleten’ Administracii Presidenta Respubliki Belarus’ [Bulletin d’information de l (...)

11À l’inverse, l’Église orthodoxe qui, tout comme en Russie est l’institution la plus respectée des Biélorusses22, semble inclure la Biélorussie dans un espace civilisationnel centré sur Moscou. C’est d’ailleurs l’un des thèmes régulièrement abordés par le nouveau chef de l’Église orthodoxe russe, le Patriarche Cyrille. Ainsi, il affirmait lors de sa dernière visite en Biélorussie que « la Biélorussie, la Moldavie, la Russie et l’Ukraine font partie d’une même civilisation, dont le fondement est la foi orthodoxe commune, un système de valeurs commun » ou encore que « la Sainte Rus’23 est un héritage historique commun qui se réalise au sein de différents États. Un tel phénomène caractérise d’autres civilisations mondiales, quand des racines culturelles et spirituelles communes se réalisent au sein de différentes formations étatiques24 ».

  • 25 Nasha Rossija [Notre Russie], « Patriarkh Kirill prizyvaet strany russkogo mira stat’ centrami edin (...)
  • 26 NISEPI, « Chto takoe byt’ belarusom » [Que signifie être biélorusse], décembre 2009, www. iiseps.org (...)

12La vision du monde ainsi véhiculée par l’Église orthodoxe russe est sans équivoque : la Russie, la Biélorussie et l’Ukraine (y sont parfois associés la Moldavie et le Kazakhstan), au-delà des indépendances nationales, partageraient une identité supranationale commune au sein d’un espace commun qualifié de « monde russe » (russkyj mir) ou de « civilisation russe »25. Si l’on en croit les enquêtes sociologiques, cette vision semble partagée par la majorité de la société biélorusse qui se reconnaît une communauté de destin avec ses voisins russes et ukrainiens : selon une enquête du NISEPI, deux tiers des Biélorusses considèrent que Russes, Biélorusses et Ukrainiens sont « trois branches d’un même peuple ».26

Des sources d’information hétérogènes

13Cependant, au-delà du substrat identitaire, les représentations du monde sont influencées de manière dynamique par les divers moyens d’information – directs ou indirects – dont disposent les Biélorusses.

14Dans l’espace postsoviétique, l’une des sources nouvelles d’information sur le monde extérieur est constituée par les voyages, que ce soit dans un cadre professionnel ou touristique, voire au travers de migrations plus ou moins temporaires. Or, pour les Biélorusses, la situation est restée relativement difficile du fait de l’isolement politique du pays ainsi que des conséquences négatives plus générales de l’élargissement de l’espace Schengen. Le régime de visas Schengen est particulièrement restrictif et coûteux pour les Biélorusses, ce qui a en partie refermé la frontière polonaise qui s’était ouverte dans les années 1990. L’adhésion à l’UE des républiques baltes a marqué une fermeture encore plus nette par rapport à la libre circulation qui prévalait sous l’Union soviétique. Au sud, si les voyages vers l’Ukraine bénéficient d’un régime sans visas, le passage de la frontière est réputé difficile du fait de procédures de contrôles très longues. Ainsi, seule la frontière avec la Russie reste totalement ouverte dans le cadre de l’Union Russie-Biélorussie.

  • 27 L’émigration désigne le fait de quitter son pays d’origine pour s’installer de manière provisoire o (...)
  • 28 NISEPI, « Osobennosti belorusskoj identichnosti : Belorusskaya identichnost’ kak problema » [Les pa (...)

15Cette situation explique sans doute qu’il y ait une différence assez nette entre les destinations « idéales » des candidats biélorusses à l’émigration27, et les destinations de l’émigration réelle. Ainsi, selon une enquête du NISEPI de mars 2010, les trois premières destinations d’émigration « souhaitées » seraient l’Union européenne, les États-Unis puis la Russie28. Mais la réalité semble contredire ces velléités puisque selon le Comité d’État aux statistiques, 60 % des migrants biélorusses se rendent en Russie (la CEI représente les trois quart des départs) contre seulement 11 % pour l’UE (figure 1). Cette situation a plutôt tendance à se renforcer puisqu’en 2003 la Russie ne représentait que 52 % des départs contre près de 15 % pour l’UE. La différence entre migration « souhaitée » et migration réelle est plus nette pour les États-Unis qui ne représentent que 4 % des départs en 2008 alors que ce pays représentait encore 10 % des départs en 2003.

16De fait, les migrations biélorusses s’inscrivent majoritairement dans l’espace postsoviétique, contrairement à des pays comme l’Ukraine ou la Moldavie pour lesquels l’Union européenne est devenue un pôle d’attraction au moins aussi important que la Russie. Cette situation a évidemment un impact important sur les liens humains et les flux d’informations en provenance d’Europe qui restent réduits dans le cas biélorusse.

  • 29 Ékonomika.BY, « V 2009 godu Belorusy peresekali granicy strany 13 mln. raz » [En 2009 les Biéloruss (...)
  • 30 Lysjuk A., Ljukevich V., « Belorusskoe prigranich’e i problemy obschestvennoj bezopasnosti » [Les r (...)

17De même, le tourisme international reste d’accès restreint puisqu’il concerne chaque année moins de 5 % de la population. Là encore, les pays de la CEI (avant tout l’Ukraine) représentent près de la moitié des départs ; viennent ensuite les destinations privilégiées par les touristes russes (Turquie et Égypte), le premier État européen étant la Bulgarie. Cependant, les Biélorusses ne sont pas sans franchir les frontières de leur pays. Si l’on doit en croire les chiffres du Comité d’État aux frontières, ils auraient été 6,5 millions à s’être rendus à l’étranger en 2009. Ce chiffre très élevé (cela correspond aux deux-tiers de la population totale) renvoie notamment aux visites familiales ainsi qu’au commerce transfrontalier. Et si la grande majorité des voyages concernent la Russie et l’Ukraine, les voyages vers les pays voisins membres de l’UE auraient concerné environ 1,5 million de Biélorusses (soit un peu plus de 15 % de la population totale)29. De fait, des accords spécifiques ont été signés avec la Pologne et la Lituanie afin d’accorder un régime de visa simplifié pour les populations frontalières. Cependant, une enquête de l’Institut biélorusse de recherches stratégiques (BISS) indique qu’en 2010, plus de 80 % des Biélorusses n’ont pas visité l’UE au cours des trois dernières années, ce qui montre une assez forte opposition entre ceux qui ont accès de manière régulière au territoire de l’UE et ceux qui n’y ont pas accès du tout. Une enquête sociologique menée par l’Université d’État de Brest dans les régions frontalières avec la Pologne et l’Ukraine montre que les Biélorusses ont un regard nuancé sur la situation dans les pays voisins (Tableau 2). Ainsi, si la majorité des habitants de ces régions considèrent que le niveau de vie en Pologne est supérieur au niveau de vie biélorusse, ils sont un quart à penser que les niveaux de vie des deux pays sont équivalents. De plus, pour les habitants de ces régions, le niveau de protection sociale biélorusse est jugé supérieur à celui observé en Pologne. À l’inverse, ces deux paramètres (protection sociale et niveau de vie) sont jugés inférieurs en Ukraine par la majorité des sondés30.

Tableau 2. Évaluation du niveau de vie en Pologne et en Ukraine par les habitants des régions frontalières de l’oblast de Brest (%)

Pologne

Ukraine

Mieux

57,6

15,8

Moins bien

7,9

61,4

Comme nous

25,6

11,8

Sans opinion

8,9

11,0

Source: LYSJUK A., LJUKEVICH V., 2006.

18L’espace connu des Biélorusses ne se limite donc pas au territoire national mais reste encore largement restreint à l’espace postsoviétique et aux pays proches (républiques baltes et Pologne). Et quand ils ont la chance d’explorer un étranger plus lointain, notamment dans un cadre touristique, ils favorisent des destinations sensiblement identiques aux Russes du fait de conditions de visas similaires et de réseaux logistiques maîtrisés par les acteurs russes.

  • 31 MANAEV O., « Vlijanie zapadnykh i rossijskikh SMI na Belorusov » [L’influence des médias russes et o (...)
  • 32 Les programmes d’Euronews, chaîne européenne d’information basée à Lyon, sont simultanément diffusé (...)
  • 33 Voir par exemple Belarusskyj Partisan (http://www.belaruspartisan.org/).

19Cette situation de relative fermeture de la Biélorussie sur l’étranger lointain renforce le rôle des médias électroniques en tant que source majeure de représentations du monde pour la masse de la population. Dans son étude intitulée « L’influence des médias russes et occidentaux sur les Biélorusses », le sociologue biélorusse Oleg Manaev constate que les médias offrent une « “image du monde” sous une forme simplifiée correspondant à un système de valeurs particulier31 ». Il s’agit avant tout de la télévision ainsi que de l’internet pour les couches les plus éduquées et les jeunes générations. Dans les deux cas, la question linguistique ne se pose pas vraiment car le russe domine très largement. En fait, les Biélorusses ont le choix entre les médias biélorusses russophones contrôlés par l’État, les médias russes, ainsi que de manière plus récente la version en russe d’un certain nombre de programmes et médias occidentaux, tels que la version russophone d’Euronews32 ou les programmes en russe de Deutsche Welle (dont une émission consacrée à la Biélorussie « Evropa i Belarus’« ). Les médias d’opposition, menacés de marginalisation, parviennent à faire entendre leur voix en organisant des publications russophones sur internet33, même si là encore ce sont les ressources internet russes qui sont les plus utilisées par les internautes biélorusses. Mais pour ce qui est de la télévision, ce sont bien les chaînes russes et les chaînes biélorusses (donc officielles) qui dominent le paysage médiatique (Tableau n° 3).

Tableau 3. Quelles chaînes télévisées regardez-vous ?

Regarde

Ne regarde pas

Télévision biélorusse (BT, ONT, STV, etc.)

91,9

8,1

Télévision russe (ORT, RTR, NTV, etc.)

86,0

14,0

Câble

40,5

59,5

Satellite

18,7

81,3

Version russophone d’Euronews

28,9

71,1

  • 34 Manaev O., « Vlijanie… », Op. cit.

Source : Manaev, avril 200634.

  • 35 Observations réalisées par l’auteur au cours de séjours réguliers au sein de plusieurs foyers biélo (...)

20Une observation des comportements au sein des foyers biélorusses35 montre une certaine répartition des rôles entre chaînes russes et biélorusses. Ainsi, beaucoup de Biélorusses regardent dans un premier temps les actualités biélorusses, qui ont le plus souvent un caractère national (hormis l’agenda diplomatique du président), puis dans un deuxième temps, grâce notamment au décalage horaire, les actualités russes, qui abordent non seulement les événements et les évolutions socio-économiques et politiques de la Fédération de Russie mais donnent également le point de vue russe sur les grands événements internationaux. Pour un observateur français, il y a une certaine analogie avec les actualités « régionales » et « nationales » sur les chaînes françaises. Cette situation a plusieurs implications. D’une part, la majorité des Biélorusses continuent de percevoir l’actualité internationale selon les priorités moscovites. D’autre part, les Biélorusses connaissent la réalité russe ou tout du moins celle offerte par les médias russes. C’est là que l’influence des chaînes russes peut avoir un aspect paradoxal. En effet, les chaînes russes montrent certains aspects dynamiques de la société russe (liberté économique, réussite sociale…) mais également nombre de ses excès (violence, inégalités sociales, oligarchie, conflits armés, terrorisme…) dont les Biélorusses ne veulent pas et qu’ils estiment beaucoup plus restreints en Biélorussie. C’est d’ailleurs l’un des arguments phares avancé par Alexandre Loukachenko auprès de son électorat et que l’on pourrait résumer par la formule : « moi ou le chaos russe ».

  • 36 Voir Marin A., « La guerre médiatique, nouvel outil de pression russe sur le régime biélorusse », R (...)
  • 37 Mir Sputnikogo Televidenija, « Tarelok vse bol’she, no informacionnyj racion belorusov skudnovat » (...)

21Le président biélorusse a su parfaitement utiliser à son profit cette image négative des réalités russes, même s’il n’a cessé d’accentuer sa pression pour restreindre l’accès aux médias russes qu’il traite de « médias d’opposition ». De fait, les médias russes sont en général très critiques vis-à-vis d’Alexandre Loukachenko, à l’image de la « guerre médiatique » lancée par NTV en 2010 avec ses reportages à charge intitulés « Krestny Bat’ka » (« Le Parrain biélorusse »)36. La volonté du pouvoir biélorusse de restreindre la diffusion des chaînes russes au profit des chaînes nationales, qui monopolisent désormais les ondes hertziennes, a conduit les Biélorusses à se connecter massivement au câble et au satellite37. L’accès au câble concerne en priorité une population jeune et urbaine, tandis que le satellite est d’une utilisation plus diffuse et concerne notamment les petites villes de provinces et les zones rurales, dont les habitants n’ont pas accès au câble mais désirent tout de même avoir accès aux chaînes russes.

  • 38 Enquête sociologique nationale menée par des sociologues indépendants sous la direction du professe (...)
  • 39 Le Belarusian Institute for Strategic Studies (BISS) est un institut de recherche indépendant pro-e (...)
  • 40 BISS, « Belarus’ i mir : geopoliticheskij vybor i bezopasnost’ skvoz’ prizmu èkonomiki i kul’tury » (...)

22L’un des effets inattendus de cette nouvelle tendance a été de donner accès aux médias occidentaux diffusés par câble ou satellites, médias dont l’audience est loin d’être négligeable puisque près de 30 % des Biélorusses auraient accès à la version russophone d’Euronews. Ces chaînes permettent aux Biélorusses de recevoir des informations indépendantes du pouvoir sur la situation en Europe et dans le monde. Dans le même temps, cela n’a que peu d’intérêt pour la situation en Biélorussie, très peu abordée par les médias internationaux, même si les États-Unis et certains États de l’Union européenne ont entrepris de diffuser des programmes destinés au public biélorusse. Oleg Manaev a bien montré au travers de plusieurs enquêtes à quel point l’accès à ces sources d’informations alternatives relève de couches sociales particulières (élites et jeunesse) et impliquent des représentations du monde largement différenciées, voire en opposition avec le reste de la société. Ainsi, à la question d’un hypothétique référendum sur l’adhésion de la Biélorussie à l’UE, moins d’un tiers des auditeurs des chaînes biélorusses et russes voteraient « oui » alors que 54 % des auditeurs d’Euronews y seraient favorables (avril 2006)38. Ces résultats sont confirmés par une enquête de l’Institut biélorusse de recherches stratégiques39, selon laquelle 76,7 % des jeunes de moins de 24 ans qui ont accès à des sources d’information alternative voteraient pour l’adhésion à l’UE, contre 37,7 % pour ceux qui n’ont accès qu’aux médias gouvernementaux40.

La complexification des représentations

  • 41 NISEPI, « Nacianal’nyj opros 2-12 marta 2010 g. », 03/2010, www.iiseps.org/data10-13.html
  • 42 Les résultats de cette enquête ont incité les chercheurs de l’Institut biélorusse de recherches str (...)
  • 43 NISEPI, « Zagranica nam pomozhet », op. cit.
  • 44 Voir Huntington S., The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order, Touchstone, 1998.
  • 45 Entretien réalisé à Minsk en mai 2010.

23De fait, la proximité avec l’Union européenne suite aux élargissements successifs pose la question de la relation des Biélorusses à cette entité et plus largement à l’Europe. À première vue, les enquêtes sociologiques confirment le tropisme russe de la société biélorusse, notamment en termes culturels. Ainsi, à la question « Vous sentez-vous plus proches des Russes ou des Européens ? », les trois quarts des Biélorusses choisissent les Russes contre moins de 20 % pour les Européens (mars 2010)41. Cependant, malgré des résultats peu favorables à l’option européenne, poser la question en termes d’alternative correspond bien à une vision assez commune parmi l’intelligentsia prooccidentale42. Les commentaires des analystes du NISEPI, à l’origine de cette enquête et de sa formulation, sont à cet égard particulièrement représentatifs. Dans leur bulletin analytique de mars 2009, ceux-ci affirment : « Si l’on compare [la situation en Biélorussie] avec la tendance hypertrophiée de la Russie à s’isoler du monde civilisé afin de défendre son identité non-européenne, les Biélorusses paraissent particulièrement en avance43. » Cette vision du monde, qui rappelle les écrits d’un Samuel Huntington44, n’est cependant pas partagée par toutes les élites biélorusses. Ainsi, Victor Shadurski, doyen de la faculté des relations internationales de l’université d’État de Minsk, refuse l’alternative Europe ou Russie en ces termes : « Cette alternative n’a pas lieu d’être puisque la Biélorussie comme d’ailleurs la Russie sont des États européens. »45

  • 46 NISEPI, « Nacianal’nyj opros 2-12 marta 2010 g. » [Sondage national, 2-12 mars 2010], mars 2010, ww (...)

24Cependant, si l’on quitte les critères culturels voire « civilisationnels » pour s’intéresser au modèle socio-économique, les représentations biélorusses sont beaucoup plus favorables à l’Occident qu’à la Russie (Figure 2). L’Allemagne arrive en tête avant les États-Unis, ce qui renvoie au désir de la majorité des Biélorusses de vivre dans une société plus riche mais avec un degré élevé de protection sociale. C’est la raison de la présence de la Suède dans ce classement. De fait, les résultats d’une autre enquête sociologique intitulée « Quelle est la société la plus juste ? » placent la Biélorussie en tête des réponses, avant l’Allemagne et les États-Unis46. La Russie se retrouve en quatrième place avec seulement 5 % des réponses. Ainsi, les Biélorusses, non contents de rejeter le « modèle » socio-économique russe au profit de leurs équivalents occidentaux, perçoivent leur société, bien que plus pauvre, comme plus égalitaire. Cette représentation est l’un des arguments majeurs de légitimation du pouvoir actuel.

25Cependant, en termes géopolitiques, la Biélorussie est plus que jamais, sinon devant une alternative entre la Russie et l’UE, du moins dans un jeu de balancement entre ces deux pôles d’attraction. Et là encore, les représentations des Biélorusses dépendent largement de la façon dont est formulée la question. Ainsi, selon le très officiel Centre d’analyse et d’information de l’administration présidentielle biélorusse, les Biélorusses sont en 2009 plus de 80 % à considérer que leur pays doit coopérer prioritairement avec la Russie, contre un peu plus de 35 % pour les pays d’Europe occidentale (figure 2). Les pays d’Europe Centrale voisins de la Biélorussie ne sont pas considérés comme prioritaires et viennent même derrière la Chine, avec lequel le régime biélorusse entretient des relations étroites. Selon cette enquête, on perçoit très bien le tropisme russe, postsoviétique, voire « oriental » de la société biélorusse.

26Il faut souligner le fait que cette enquête officielle a omis de citer l’Union européenne en tant que partenaire potentiel, se contentant de citer des groupes de pays européens. Ce choix renvoie largement à l’absence de perspective d’adhésion voire de véritable rapprochement sous le régime actuel. À l’inverse, le NISEPI interroge depuis de nombreuses années les Biélorusses sur leurs perspectives européennes (Tableau 4).

Tableau 4. Si un référendum était organisé sur l’adhésion de la Biélorussie à l’Union européenne, quel serait votre choix ?

12/02

03/03

09/05

11/06

12/07

09/08

12/08

03/09

09/09

03/10

Pour

60.9

56.4

38.0

36.6

37.1

26.7

30.1

34.9

44.1

36.2

Contre

10.9

11.9

44.0

36.2

35.0

51.9

40.6

36.3

32.8

37.2

Source : NISEPI, 03/2010

27Les résultats sont plutôt inattendus. On constate une baisse spectaculaire des sentiments pro-européens entre 2002 et 2008, puisque le « oui » serait passé de plus de 60 % à à peine plus d’un quart des intentions de vote potentielles. L’un des facteurs explicatifs renvoie sans doute aux conséquences décrites plus haut du durcissement des frontières qui a suivi l’élargissement de l’UE puis de l’espace Schengen. Cette période est également celle de la forte croissance économique en Biélorussie qui a été largement mise sur le compte de la politique du gouvernement biélorusse. Les velléités pro-européennes des Biélorusses sont quelque peu remontées depuis la crise de 2008, mais leur euroscepticisme est un fait marquant si l’on compare avec la situation en Ukraine ou en Moldavie. Dans le même temps, cette décrue des sentiments europhiles n’a pas profité aux perspectives d’union avec la Russie (figure 4). Ces résultats peuvent être interprétés de manière forte différente. D’une part, ils semblent indiquer une certaine division de la société biélorusse entre « pro-russes » et « pro-européens », mais d’autre part, en l’absence d’une majorité claire, tout se passe comme si les Biélorusses ne souhaitaient pas faire de choix entre l’UE et la Russie. Il faut tout de même noter que l’alternative proposée par le NISEPI n’est pas équilibrée dans la mesure où, en termes de souveraineté, il y a une différence importante entre « l’unification avec la Russie », qui équivaudrait à bien des égards à une annexion, et l’adhésion à l’UE, qui implique certes une certaine perte de souveraineté mais dans des proportions plus limitées et dans un cadre multilatéral.

28Enfin, malgré l’isolement politique et les relations officielles tendues avec les pays occidentaux, la majorité des Biélorusses ne ressent pas de menace particulière dans son environnement régional (Figure 5). La moitié des Biélorusses ne perçoit aucune menace et l’UE n’est pas perçue comme un danger. Parmi les États voisins de la Biélorussie, et malgré des relations officielles tendues, la Pologne est absente des menaces citées alors que la Russie est bien présente mais à un niveau faible.

  • 47 À noter que l’enquête du NISEPI de mars 2010 a exclu l’OTAN du choix des menaces potentielles, ce q (...)
  • 48 LYSJUK A., LJUKEVICH V., « Belorusskoe prigranich’e i problemy obschestvennoj bezapasnosti » [Les r (...)

29Seuls les États-Unis restent considérés comme une menace par une partie significative de la population biélorusse (plus du cinquième), ce qui renvoie aux relations tendues de Washington avec le régime actuel qui, suite notamment aux bombardements de la Serbie en 1999, fait craindre le pire à une partie de l’opinion publique biélorusse47. L’enquête de l’université de Brest dans les régions frontalières de la Pologne et de l’Ukraine montrent des résultats similaires (États-Unis et pays arabes en tête, suivis des pays de l’UE et de la Russie). Dans le même temps, à la question d’une aide extérieure en cas de menace militaire, plus de 60 % des Biélorusses de ces régions se tournent vers la Russie et ses organisations de défense, suivis de l’ONU (15 %) et de la Chine (près de 10 %)48. Cette dernière réponse, qui peut sembler assez exotique, surtout si l’on considère que les États de l’UE arrivent loin derrière, montre à nouveau que le vecteur « oriental » des représentations biélorusses reste élevé.

Conclusion

30Les représentations de la société biélorusse actuelle sont marquées par la proximité identitaire avec la Russie : la russification linguistique et l’influence de l’Église orthodoxe sous-tendent une vision du monde largement russo-centrée. D’autres facteurs y contribuent, tels que la relative fermeture des frontières occidentales ou la domination des médias russes en Biélorussie. Dans ces conditions, la capacité de Moscou à influencer les représentations du monde biélorusses reste très élevée, malgré les tentatives d’autonomie de la part des autorités biélorusses. Ainsi, que ce soit en termes de proximité culturelle ou au contraire de menace, les Biélorusses restent majoritairement attachés à leurs rapports spécifiques avec les Russes tout en gardant une certaine méfiance vis-à-vis de l’Occident en général, et des États-Unis en particulier. Néanmoins, les évolutions géopolitiques récentes, ainsi que l’apparition de nouvelles sources d’information, génèrent une complexification des représentations. Les jeunes générations et les élites, qui ont accès aux médias occidentaux et à l’internet, ainsi qu’à la possibilité de voyager, semblent beaucoup plus ouvertes à l’égard de l’Europe occidentale que le reste de la population. De manière plus générale, il faut souligner que les représentations des Biélorusses s’inscrivent largement dans un espace de vie géographiquement déterminé : les représentations au sujet de la Russie ou des voisins proches sont assez complexes du fait de flux d’information relativement intenses et multiformes, tandis que l’étranger lointain reste largement absent, en dehors de destinations attractives pour le tourisme organisé ou de menaces « théoriques » véhiculées par les médias.

Top of page

Notes

1 Selon l’expression d’Olivier Roy. Voir ROY O., La nouvelle Asie Centrale, ou la fabrication des nations, Seuil, 1997. Pour un aperçu théorique sur la notion d’identité, voir AVAZA M., LAFERTÉ G., « Dépasser la construction des identités ? Identification, image sociale et appartenance », Genèses, n° 61, 2005, p. 134-152.

2 Voir notamment Jodelet C., Les représentations sociales, PUF, 1991.

3 Carrère dEncausse H., « Pour Moscou, le cauchemar de l’isolement… », Le Figaro, 28/08/1991, p. 5.

4 Shevcov J., Fenomen Belarusi [Le phénomène biélorusse], Izdatel’stvo « Evropa », Moscou, 2005, p. 34.

5 Le NISEPI (Nezavisimyj Institut Social’no-èkonomicheskikh i politicheskikh issledovanij) est un institut biélorusse indépendant de recherches socio-économiques et politiques. Il a été fondé en 1992 par un groupe de chercheurs, journalistes, hommes politiques et hommes d’affaires acquis aux thèses libérales et démocratiques. Suite à plusieurs conflits avec les autorités biélorusses, il a été liquidé en tant qu’organisation biélorusse en 2006 mais aussitôt réenregistré à Vilnius, en Lituanie. Désormais financé par des organisations internationales, le NISEPI poursuit ses enquêtes sur le terrain grâce à des sociologues biélorusses qui les réalisent en tant que chercheurs indépendants (site de l’Institut : http://www.iiseps.org/?lang=en).

6 NISEPI, « Zagranica nam pomozhet » [L’étranger nous aidera], mars 2009, -09-08.html

7 INFORMACIONNYJ BJULLETEN’ ADMINISTRACII PRESIDENTA RESPUBLIKI BELARUS’ [Bulletin d’information de l’administration du président de la république de Belarus], « Socopros : podavljajuschee bol’shinstvo zhitelej Belarusi vladejut belorusskim jazykom » [Enquête sociologique : la grande majorité des citoyens biélorusses maîtrisent la langue biélorusse], n° 10, octobre 2009, p. 78-79. Ces données sur les pratiques linguistiques en Biélorussie sont recoupées par les recensements de 1999 et 2009 ainsi que par de nombreuses enquêtes indépendantes. Voir par exemple NISEPI, « Nacional’nyj opros 2-12 ijunja 2010 g. » [Sondage national, 2-12 juin 2010], juin 2010, www.iiseps.org/data10-261.html

8 Selon le recensement national de 2009, environ 40 % des citoyens biélorusses de nationalité polonaise utiliseraient le biélorusse comme langue de communication dans le foyer familial, contre 50 % la langue russe et moins de 2 % la langue polonaise. En comparaison, les Biélorusses ethniques ne seraient que 26 % à utiliser la langue biélorusse comme langue de communication au sein du foyer familial. Voir « Raspredelenie naselenija otdel’nykh nacional’nostej po jazyku, na kotorom obychno razgovarivajut doma » [Répartition de la population des nationalités en fonction de la langue parlée habituellement à la maison], in NACIONAL’NYJ KOMITET STATISTIKI RB [Comité national aux statistiques], Perepis’ naselenija 2009 [Recensement de la population de 2009], http://belstat.gov.by/homep/ru/perepic/2009/itogi1.php

9 INFORMACIONNYJ BJULLETEN’ ADMINISTRACII PRESIDENTA RESPUBLIKI BELARUS’ [Bulletin d’information de l’administration du président de la république de Belarus], « Socopros… », op.cit. p. 78-79.

10 MINISTERSTVA ADUKACYI RESPUBLIKI BELARUS’, « Zvestki ab movakh navuchannja va ûstanovakh dzennaj formy navychannja Ministerstva adukacyi Respubliki Belarus’« , 24 juillet 2006 [Ministère de l’Éducation de la République de Biélorussie, « Information sur les langues d’enseignement dans les établissements d’enseignement diurne du ministère de l’Éducation de la République de Biélorussie »]

11 INFORMACIONNYJ BJULLETEN’ ADMINISTRACII PRESIDENTA RESPUBLIKI BELARUS’ [Bulletin d’information de l’administration du président de la république de Belarus], « Socopros… », op. cit. p. 78-79.

12 Voir Broutin N., « Biélorussie. La question linguistique au cœur des enjeux identitaires », Grande Europe, n° 21, juin 2010, p. 25.

13 Voir Marples D., Belarus: a denationalized Nation, Harwood Academic, 1999.

14 Voir Laitin D., Identity in Formation, the Russian-speaking population in the near abroad, Cornell University Press, 1998.

15 Informacionnyj Bjulleten’ Administracii Presidenta Respubliki Belarus’ [Bulletin d’information de l’administration du président de la république de Belarus], « Socopros… », op. cit., p. 57.

16 « O svobode sovesti i religioznykh organizacijakh » [De la liberté de conscience et des organisations religieuses], 17 décembre 1992, Zakon [loi] n 2054-XII (consultable sur le site Pravo.by : www. pravo.by/webnpa/text.asp ?RN =v19202054).

17 Dans la loi sur les religions, l’Église catholique se voit accorder le rôle implicite de « deuxième religion » de Biélorussie. La rédaction de ce texte introduit clairement une sorte de hiérarchie qui continue d’être appliquée dans les rapports entre l’État et les Églises : « la reconnaissance du rôle déterminant de l’Église orthodoxe dans le devenir historique et le développement des traditions spirituelles, culturelles et étatiques du peuple biélorusse ; le rôle spirituel, culturel et historique de l’Église catholique sur le territoire de la Biélorussie ; le caractère inséparable de l’histoire générale du peuple de Biélorussie de l’Église évangélique luthérienne, du judaïsme et de l’islam » in « O svobode sovesti i religioznykh organizacijakh » [De la liberté de conscience et des organisations religieuses], op.cit.

18 Cette vision est clairement revendiquée par une partie du clergé catholique : « S’il reste un seul lieu où l’on puisse parler le biélorusse, ce sera notre église » (entretien mené par l’auteur dans le secteur de Nesvizh au Sud-Ouest de l’oblast de Minsk, mai 2010).

19 Breault Y., Jolicoeur P., Lévesque J., La Russie et son ex-empire, Presses de Sciences Po, 2003, p. 84-85.

20 Entretien avec Victor Shadurski, doyen de la faculté des relations internationales de l’université de Minsk, Minsk, mai 2010.

21 Radvanyi J. et Alii, Les États postsoviétiques, Armand Colin, 2004, p. 82.

22 Voir notamment NISEPI, « Mezhdu Cerkovju i Partiej » [Entre l’Église et le Parti], juin 2008, www. iiseps.org/6-08-12.html

23 À noter que l’expression de « Svjatja Rus’«  est habituellement traduite en français par « Sainte Russie », ce qui introduit une confusion avec l’État russe actuel, confusion qui n’existe pas en russe.

24 Informacionnyj Bjulleten’ Administracii Presidenta Respubliki Belarus’ [Bulletin d’information de l’administration du président de la république de Belarus], Op. cit.

25 Nasha Rossija [Notre Russie], « Patriarkh Kirill prizyvaet strany russkogo mira stat’ centrami edinoj moschnoj civilizacii »[Le Patriarche Cyrille appelle les pays du monde russe à devenir les centres d’une puissante civilisation unie], 3 novembre 2010, -kirill-prizyvaet-strany-russkogo-mira-stat-tsentrami-edinoi-moshchnoi-tsivilizatsi

26 NISEPI, « Chto takoe byt’ belarusom » [Que signifie être biélorusse], décembre 2009, www. iiseps.org/12-09-12.html

27 L’émigration désigne le fait de quitter son pays d’origine pour s’installer de manière provisoire ou définitive dans un pays étranger.

28 NISEPI, « Osobennosti belorusskoj identichnosti : Belorusskaya identichnost’ kak problema » [Les particularités de l’identité biélorusse : l’identité biélorusse comme problème], mars 2010, http:// iiseps.org/03-10.html

29 Ékonomika.BY, « V 2009 godu Belorusy peresekali granicy strany 13 mln. raz » [En 2009 les Biélorusses ont franchi les frontières du pays à 13 millions de reprise], 1er février 2010, www.ekonomika. by/puteshestviya-i-otdich/v-2009-godu-belorusi-peresekali-granitsu-strani-13-mln-raz ; Holiday.by, « Belorusskie turisty vse rezhe vyezhajut na zagranichnye kurorty » [Les touristes biélorusses partent de plus en plus rarement à l’étranger], 1er mars 2010, www.holiday.by/news.asp ?id =121822

30 Lysjuk A., Ljukevich V., « Belorusskoe prigranich’e i problemy obschestvennoj bezopasnosti » [Les régions frontalières biélorusses et les problèmes de la sécurité des citoyens], Wider Europe Review, t. 4, n° 4, 2006, http://review.w-europe.org/10/2.html

31 MANAEV O., « Vlijanie zapadnykh i rossijskikh SMI na Belorusov » [L’influence des médias russes et occidentaux sur les Biélorusses], Wider Europe Review, t. 3, n° 2, 2006, http://review.w-europe. org/8/3.html

32 Les programmes d’Euronews, chaîne européenne d’information basée à Lyon, sont simultanément diffusés en 10 langues, dont le russe depuis septembre 2001. À noter que la Russie (représentée par la chaîne d’État RTR) est le troisième actionnaire de la chaîne avec près de 17 % du capital (contre 25,4 % pour France Télévisions et 22,84 % pour la RAI italienne).

33 Voir par exemple Belarusskyj Partisan (http://www.belaruspartisan.org/).

34 Manaev O., « Vlijanie… », Op. cit.

35 Observations réalisées par l’auteur au cours de séjours réguliers au sein de plusieurs foyers biélorusses sur la période 2004-2012.

36 Voir Marin A., « La guerre médiatique, nouvel outil de pression russe sur le régime biélorusse », Regard sur l’Est, 15 décembre 2010, http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=1142

37 Mir Sputnikogo Televidenija, « Tarelok vse bol’she, no informacionnyj racion belorusov skudnovat » [Des paraboles toujours plus nombreuses, mais la ration d’information des Biélorusses reste pauvre], 23 octobre 2009, http://tv-sat24.ucoz.com/news/tv_v_belorussii/2009-10-23-131

38 Enquête sociologique nationale menée par des sociologues indépendants sous la direction du professeur Oleg Manaev auprès de 1594 personnes de plus de 18 ans, in MANAEV O., « Vlijanie… », op. cit.

39 Le Belarusian Institute for Strategic Studies (BISS) est un institut de recherche indépendant pro-européen basé à Vilnius (Lituanie).

40 BISS, « Belarus’ i mir : geopoliticheskij vybor i bezopasnost’ skvoz’ prizmu èkonomiki i kul’tury » [La Biélorussie et le monde : les choix géopolitiques et la sécurité au travers du prisme de l’économie et de la culture], 1er juin 2010, www.belinstitute.eu/images/doc-pdf/sa_010610_ru_geopolit.pdf

41 NISEPI, « Nacianal’nyj opros 2-12 marta 2010 g. », 03/2010, www.iiseps.org/data10-13.html

42 Les résultats de cette enquête ont incité les chercheurs de l’Institut biélorusse de recherches stratégiques (BISS) à mener une « contre-enquête » sur les traits de caractère nationaux des Biélorusses, des Européens et des Russes dans les représentations biélorusses, enquête qui semblerait introduire une importante distanciation des Biélorusses par rapport aux Russes. Cependant, tant le contenu de l’enquête (l’un des choix proposés est la « fainéantise ») que les commentaires qui l’accompagnent suscitent certaines interrogations sur les attendus comme sur la méthodologie. Ainsi, il paraît assez étrange pour des chercheurs russophones de faire la confusion entre les termes « russkij » (russe ethnique) et « rossijanin » (citoyen de la Fédération de Russie), confusion particulièrement problématique dans ce genre d’enquête portant sur les identités. Voir BISS, « Belarus’ i mir : geopoliticheskij vybor i bezopasnost’ skvoz’ prizmu èkonomiki i kul’tury » [La Biélorussie et le monde : les choix géopolitiques et la sécurité au travers du prisme de l’économie et de la culture], op. cit.

43 NISEPI, « Zagranica nam pomozhet », op. cit.

44 Voir Huntington S., The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order, Touchstone, 1998.

45 Entretien réalisé à Minsk en mai 2010.

46 NISEPI, « Nacianal’nyj opros 2-12 marta 2010 g. » [Sondage national, 2-12 mars 2010], mars 2010, www.iiseps.org/data10-13.html

47 À noter que l’enquête du NISEPI de mars 2010 a exclu l’OTAN du choix des menaces potentielles, ce qui pose question dans la mesure où une enquête similaire du même institut en septembre 2003 plaçait l’OTAN en première place parmi les menaces perçues par les Biélorusses. C’est d’autant plus surprenant que l’UE fait partie des choix proposés par l’enquête de 2010. Voir NISEPI, « Nado li normalizovat’ otnoshenija s SShA ? » [Faut-il normaliser les relations avec les États-Unis ?], mars 2010, www.iiseps.org/03-10-13.html

48 LYSJUK A., LJUKEVICH V., « Belorusskoe prigranich’e i problemy obschestvennoj bezapasnosti » [Les régions frontalières biélorusses et les problèmes de la sécurité des citoyens], Wider Europe Review, t. 4, n° 4, 2006, http://review.w-europe.org/10/2.html

Top of page

List of illustrations

Title Église orthodoxe en construction dans la banlieue de Minsk (avril 2006, D. Teurtrie)
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/500/img-1.jpg
File image/jpeg, 168k
Title Figure 1
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/500/img-2.png
File image/png, 21k
Title Figure 2
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/500/img-3.png
File image/png, 25k
Title Figure 3
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/500/img-4.png
File image/png, 31k
Title Figure 4
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/500/img-5.png
File image/png, 34k
Title Figure 5
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/500/img-6.png
File image/png, 32k
Top of page

References

Bibliographical reference

David Teurtrie, « La russification s’accompagne-t-elle d’une vision du monde russo-centrée ? Le cas biélorusse », Anatoli, 2 | 2011, 135-154.

Electronic reference

David Teurtrie, « La russification s’accompagne-t-elle d’une vision du monde russo-centrée ? Le cas biélorusse », Anatoli [Online], 2 | 2011, Online since 01 August 2016, connection on 24 November 2017. URL : http://anatoli.revues.org/500 ; DOI : 10.4000/anatoli.500

Top of page

About the author

David Teurtrie

Docteur en géographie et spécialiste de l’espace postsoviétique. Chercheur à l’Observatoire des États postsoviétiques, Centre de recherches Europe-Eurasie, de l’INALCO, il enseigne au département Russie de l’INALCO. Ses travaux portent sur les mutations géopolitiques de l’Eurasie postsoviétique. Il a notamment publie Géopolitique de la Russie, L’Harmattan, 2010.

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org