Navigation – Plan du site
Partie 1. La référence Russe : Une image plurielle et ambivalente de l’ancienne métropole

Visions et perceptions du monde en Asie Centrale postsoviétique : éléments d’analyse

Bayram Balci et Ekaterina Kasymova
p. 109-132

Texte intégral

Introduction

  • 1 Moscaritolo Alice, « L’Occident multiple ou les représentations de l’autre dans le regard d’étudian (...)
  • 2 Uhres Johann, « La conquête russe dans les manuels d’histoire d’Asie Centrale postsoviétique », in (...)

1La question de la perception du monde chez les habitants d’Asie Centrale se heurte à une multitude de difficultés, la première étant qu’elle n’a jamais été réellement traitée dans sa globalité, à l’exception d’études sporadiques qui ont apporté des réponses partielles, comme par exemple, sur l’image de l’Occident chez une partie de la jeunesse ouzbèke1. De plus, la manière dont ces États perçoivent leur passé commun avec la Russie a fait l’objet d’une analyse spécifique dans un numéro des CEMOTI2. À ces lacunes s’ajoutent d’autres difficultés, qui sont souvent d’ordre épistémologique. La première est liée à la définition même du sujet d’Asie Centrale. Ce terme désigne un nombre précis d’États : Kazakhstan, Kirghizstan, Turkménistan, Tadjikistan et Ouzbékistan, ces cinq républiques issues de l’ex-URSS. Toutefois, l’exercice comparatif montre ses limites, quand, malgré leur homogénéité à leur sortie de l’empire soviétique, les États d’Asie Centrale ont adopté des modes de développement économique, politique et social qui ne permettent plus de parler d’une Asie Centrale comme d’un bloc monolithique d’États partageant la même vision et perception du monde. Par ailleurs, une autre difficulté méthodologique tient à l’extrême hétérogénéité des sujets, selon la génération à laquelle ils appartiennent. Les jeunes Kazakhs, Kirghizes, Ouzbeks, Turkmènes, Tadjikes, ont grandi exempts de l’idéologie soviétique et ne peuvent entretenir le même rapport à l’Occident et à la Russie, héritière directe de l’URSS, que leurs aînés qui ont connu la guerre froide et ont été formés par le système éducatif soviétique. Enfin, notre vision et perception du monde est conditionnée par ce qui nous touche et nous concerne plus ou moins directement, ce qui questionne notre positionnement par rapport à l’altérité qui nous fait face. Appliqué à l’Asie Centrale, le postulat revient à exclure de l’étude de vastes régions du monde qui n’ont aucun lien d’aucune sorte avec elle. Ainsi, étudier les perceptions centrasiatiques de l’Argentine ou de l’Afrique n’a aucun sens au jour d’aujourd’hui. La présente étude se concentre donc sur les espaces de référence les plus pertinents pour l’analyse. La Russie, en tout premier lieu, demeure la puissance tutélaire d’hier et un acteur incontournable dans le jeu géopolitique, comme dans la vie quotidienne des peuples d’Asie Centrale. La Turquie et le monde musulman, notamment des pays comme l’Égypte, l’Iran et l’Arabie Saoudite, occupent également une place de choix dans l’étude puisque les sociétés centrasiatiques, malgré leur longue cohabitation avec la culture russo-soviétique, demeurent ou redeviennent assez sensibles aux questions qui touchent l’islam, tout au moins dans ses composantes culturelles. Enfin, la Chine développe une politique de bon voisinage et intensifie une présence économique si importante qu’elle mériterait une étude spécifique, mais, faute de temps, nous nous contenterons d’un rapide aperçu de la manière dont elle est perçue en Asie Centrale.

Précautions méthodologiques

  • 3 Le thème de la mondialisation a suscité un vif intérêt en Asie Centrale également. Parmi les princi (...)

2Objet particulièrement difficile à approcher et à construire, la question des opinons et des perceptions est délicate à aborder en Asie Centrale, si bien que notre démarche combine diverses approches et se fonde essentiellement sur une longue expérience des terrains. Le présent article est purement exploratoire et apportera de premiers éléments d’analyse. Écrit à quatre mains, il combine l’analyse d’un chercheur extérieur avec celle d’une chercheuse appartenant au sujet d’étude. À cette expérience du vécu et au maigre corpus existant, nous avons ajouté les écrits de chercheurs et intellectuels d’Asie Centrale sur le thème de la mondialisation et la manière dont elle est perçue dans les pays qui y sont entrés tardivement, comme les sociétés d’Asie Centrale3.

3De plus, l’étude des manuels scolaires nous permet de comprendre comment se construit, dans le passé et le présent, l’image du voisin proche ou lointain. Enfin, des entretiens ont été menés très récemment à Bichkek par Ekaterina Kasymova auprès des intellectuels et, en complément d’enquête, un questionnaire a été soumis à une soixantaine de personnes en Asie Centrale, sauf au Turkménistan. Ne considérant que les seules élites culturelles ayant voyagé, le questionnaire est par nature biaisé, mais, puisque ces élites sont souvent les seuls relais d’opinions, il permet tout de même de donner un aperçu du ressenti général de la société vis-à-vis de telle ou telle région du monde.

4Cette vision détermine avant tout la façon dont un peuple se définit lui-même, dans son rapport à autrui. Aussi, les nouveaux régimes, et les populations qui en subissent la politique idéologique, se définissent par les différentes facettes de leur identité, ethnique, religieuse, régionale, voire civilisationnelle et cela inclut leur rapport à l’islam, à la turcité et à l’identité soviétique voire russe. Ainsi, la perception de l’incontournable Russie, des pays phares du monde musulman comme la Turquie, l’Iran ou l’Arabie Saoudite, mais également des autres grandes puissances régionales et mondiales que sont la Chine, les États-Unis et l’Europe participent-elles à la définition d’une identité propre autant qu’elle contribue à une vision du monde. Et cette vision, soumise à l’histoire, est évolutive et fluctuante, en fonction du temps, de l’espace et de la catégorie sociale considérée.

De la perception de soi à la perception d’autrui

5En Asie Centrale, les cinq républiques ont comme souvent des identités à géométrie variable. Issues de l’ex-URSS, marquées par l’héritage russo-soviétique, elles n’en ont pas moins conservé un riche passé musulman dans la mesure où elles furent le berceau de riches civilisations turco-irano-islamiques, progressivement marginalisées à partir du XVIe siècle par la montée en puissance des empires russe au nord et britannique au sud. Chacun de ces éléments identitaires historiques concourt à l’appréhension de leur identité nouvelle.

  • 4 Canfield Robert L., Rasuly-Paleczkr Gabriele, Ethnicity, Authority, and Power in Central Asia: New (...)
  • 5 Roy Olivier, La nouvelle Asie Centrale ou la création des nations, Paris, Seuil, 1997, 325 p.

6L’héritage soviétique, le plus proche dans l’histoire, et le rapport à la culture russe restent un facteur commun à toutes les républiques. En 1991, au moment des indépendances plus octroyées que conquises, le premier réflexe est de rejeter cet encombrant héritage qui les entravait mais ce lien, incontestable et fort, survit au-delà des nouvelles rhétoriques nationalistes4. Les élites soviétiques qui se sont maintenues au pouvoir après 1991 ont retourné leur veste idéologique pour construire un discours négatif du passé soviétique, dénonçant l’oppression et le déni des identités nationales par le régime, alors que l’histoire retiendra au contraire que c’est justement ce régime, et avant lui celui des Tsars, qui les créa de toutes pièces5.

7Parallèlement, d’autres composantes identitaires se trouvent rejetées ou du moins réinterprétées à l’aune du nouveau prêt-à-porter idéologique et identitaire. L’appartenance turcique et islamique, remise au goût du jour, s’inscrit avant tout dans un projet identitaire national et doit servir prioritairement à souligner la spécificité de la nation par opposition aux Russes orthodoxes, mais aussi par rapport aux voisins. À l’exception du Tadjikistan persanophone, on pourrait croire que le facteur turcique des quatre autres États soit fédérateur avec la Turquie, or, dans chaque État, il est au contraire interprété dans le sens le plus restrictif au profit d’un ethno-nationalisme exclusif. La proximité linguistique aurait pu servir un projet fédérateur, or, elle est également minorée et dégradée au profit d’une nouvelle politique linguistique qui s’évertue à accroître les particularités afin de se démarquer de la langue du voisin. Quant à l’islam, quand bien même il est épisodiquement invoqué pour encourager la coopération avec tel pays musulman ou telle organisation internationale islamique, il est globalement nationalisé et mis à contribution pour colorer, voire folkloriser la nouvelle identité nationale, sur le modèle de nations où la religion est réduite à la portion congrue de vernis culturel.

  • 6 Deringil Selim, The Ottomans, the Turks, and world power politics: collected essays, Istanbul, Isis (...)
  • 7 Plusieurs conférences ont été organisées en 2009, année du 615e anniversaire de la naissance du sav (...)
  • 8 Selon le décret du Président du Turkménistan, Gurbanguly Berdimuhamedov, datant du 26 novembre 2010 (...)

8Dans ce contexte, l’attitude des élites intellectuelles d’Asie Centrale n’est pas sans rappeler celle des intellectuels turcs des débuts de la république kémaliste dans les années 19306. Tout nouvel État soucieux d’asseoir sa légitimité se trouve confronté à autrui et au besoin de s’imposer pour faire sa place dans l’Histoire. Comme les élites kémalistes du début du XXe siècle conscientes de la marginalité de la Turquie sur la scène internationale, les nouvelles élites d’Asie Centrale, constatant avec amertume qu’elles ne sont plus constitutives d’un Empire qui incarnait l’un des deux pôles autour duquel gravitait l’humanité toute entière, ont dû concevoir un discours sur leur passé et leur présent pour confirmer l’ancrage de leurs racines culturelles dans la grande histoire de l’humanité. Ainsi, par exemple, à grands renforts de manifestations et communications, ils ont exhumé et popularisé la Route de la Soie et son importante contribution à une certaine mondialisation, bien plus ancienne que celle que nous vivons aujourd’hui, et dont ils étaient le centre. En Ouzbékistan, plusieurs colloques ont célébré la contribution de l’astronome Ulugbek « à la grande civilisation universelle, à la science qui a permis le progrès de l’humanité en ce domaine »7. Ibn Sina, plus connu en Occident sous son nom latinisé d’Avicenne, natif de l’actuel Ouzbékistan, fait lui aussi l’objet d’un véritable culte, et les autorités n’ont de cesse de rappeler à la communauté internationale qu’il contribua au développement de la civilisation mondiale, au nom des Ouzbeks… alors même que le terme ouzbek n’existait pas. Les Kirghizes déploient une énergie considérable pour faire valoir leur l’héritage de penseurs et de figures intellectuelles et scientifiques, réels ou mythiques, natifs de l’actuel Kirghizstan, comme Mahmud Kashgari, Yusuf Balasagun et Manas. Les Kazakhs ont développé un culte similaire pour Al-Farabi, philosophe majeur des IXe - Xe siècles, exacerbant ainsi un peu plus la nationalisation anachronique et le partage du panthéon culturel et scientifique d’Asie Centrale sur le seul critère, pour le moins léger, du territoire d’origine. Les derniers à vouloir prouver au monde l’importance de leur place dans l’histoire de l’humanité sont les autorités turkmènes qui ont organisé une grande conférence internationale le 22 février 2011 ayant pour thème « The origin of Turkmen people and the development of world culture »8.

9En Asie Centrale comme partout ailleurs, les médias, l’idéologie officielle mais aussi la mobilité internationale et les contacts articulent les principaux mécanismes de la construction de l’image d’autrui. Mais, plus qu’ailleurs, les médias ne sont pas indépendants et l’image qu’ils véhiculent du pays et de ses habitants ne peut s’affranchir de la vision officielle de l’autre. L’image de la Turquie, par exemple, dans la société ouzbèke, excellente au début de la décennie 1990, s’est peu à peu détériorée non pas tant à cause de la Turquie elle-même, mais du fait de la dégradation des relations politiques entre Ankara et Tachkent. L’image des « voisins » centrasiatiques que sont la Russie et la Turquie se construit aussi à travers leurs propres médias, notamment les chaînes de télévision, très présentes et très suivies dans pratiquement chaque foyer en Asie Centrale.

Entre dénonciation du passé colonial, fascination et dépendance face à la puissance internationale : la perception ambiguë de la Russie

L’Asie Centrale en Russie, une perception essentiellement « migrationniste » et sécuritaire

  • 9 Sur les perceptions réciproques entre la Russie et l’Asie Centrale, notamment dans les premières an (...)
  • 10 MARAT Érica, « Labor Migration in Central Asia: Implications of the Global Economic Crisis », Silk (...)
  • 11 Gabowitsch Mischa, « L’Asie Centrale dans la sphère publique en Russie : La grande absence », CEMOT (...)
  • 12 Trofimov Dimitry, « K voprosu o tselyah i zadachah vneshney politiki Rossii na tsentralnoaziatskom (...)
  • 13 Alexandre Soljenitsyne, cité par Vichnevski Anatoli, « L’Asie Centrale postsoviétique entre le colo (...)

10Avant de passer de l’autre côté du miroir, qu’en est-il de l’image de l’Asie Centrale en Russie9 ? De façon surprenante, et malgré le « retour » massif des Russes « de l’extérieur » et la présence de millions de migrants centrasiatiques sur les marchés et les chantiers des principales villes russes10, cette image est peu présente dans les discours politiques et les médias en Russie11. Toutefois, dans les discours et la stratégie géopolitiques russes, l’Asie Centrale occupe une place non négligeable sans que cela préoccupe vraiment le Russe moyen12. En revanche, autant l’Asie Centrale est absente de la scène publique en Russie, autant la Russie est omniprésente en Asie Centrale, dans les débats comme dans la vie quotidienne. Cette asymétrie est sans doute liée au fait que, outre la localisation périphérique de l’Asie Centrale par rapport à la Russie, le poids de l’Asie Centrale dans l’économie russe s’est effondré par rapport aux échanges économiques et politiques qui lient désormais la Russie au reste du monde. En outre, cette faible présence de l’Asie Centrale dans les médias russes est souvent teintée d’une connotation négative. Ainsi, par exemple, les milieux nationalistes russes perçoivent les liens avec l’Asie Centrale comme un obstacle au développement des relations entre la Russie et la « vraie » civilisation occidentale et européenne. Déjà à la fin de l’ère soviétique, l’Asie Centrale était considérée comme un fardeau qui freinait, voire empêchait le progrès et le relèvement de la Russie, comme ont pu l’écrire des auteurs comme Soljenitsyne13. Dans les médias russes, la région est associée à des stéréotypes racistes comme la route de la drogue, l’islamisme, la menace venue d’Afghanistan, etc.

11À l’inverse, la Russie, par son passé, sa culture, son économie et son influence politique reste omniprésente en Asie Centrale, où les opinions publiques expriment des avis contrastés sur l’ancienne puissance tutélaire. Le « grand frère » d’hier suscite des sentiments ambivalents chez les élites et au sein de chaque couche sociale. Son image se construit et est entretenue par différents canaux, parmi lesquels la télévision russe domine largement car elle est très regardée encore dans toutes les Républiques, y compris dans celles qui se sont très fortement détachées de Moscou, comme le Turkménistan. Les médias locaux sont encore dans une très large mesure en langue russe, notamment au Kazakhstan et au Kirghizstan, où ils bénéficient par ailleurs d’une indépendance relative mais appréciable par rapport à leurs voisins. L’image de la Russie se façonne également dans les liens migratoires tissés par des millions de ressortissants centrasiatiques présents en Russie.

12L’analyse de la littérature existante et les premiers résultats des enquêtes menées par les deux auteurs du présent article montrent que la représentation de la Russie reste naturellement subjective, évolutive et sujette à d’incessantes variations, mais surtout qu’elle ne véhicule pas une mais plusieurs images distinctes, dont on étudiera les plus importantes.

Diversité de la vision de la Russie en Asie Centrale

13L’image de la Russie la plus positive et la plus valorisante est celle d’un pays fort, héritier de la puissance soviétique, capable de défier l’Occident et procurant ce faisant à ses citoyens comme aux anciens concitoyens d’Asie Centrale une identité forte, empreinte de fierté. Cette image est surtout le fait de nostalgiques de l’URSS qui l’ont bien connue, plus particulièrement des élites intellectuelles et politiques occupant des postes de responsabilité avant l’indépendance, mais aussi des citoyens appartenant à la génération des plus de 40 ans. Ce sentiment de nostalgie pour l’URSS laisse souvent transparaître une fascination et une certaine admiration pour la Russie postsoviétique, qui incarne encore cette puissance et continue de défier l’Occident et surtout les « arrogants États-Unis ».

  • 14 Moscaritolo Alice, op.cit.

14Paradoxalement et parallèlement, la Russie peut apparaître également comme une puissance européenne qui, parce qu’elle est issue de la civilisation occidentale, peut entraîner ses voisins dans son sillon et leur permettre à leur tour d’atteindre ce niveau de développement14. Dans un contexte de rivalité entre Russie, Europe et États-Unis, pour le « contrôle » de l’Asie Centrale, les mêmes perçoivent la Russie comme la seule puissance légitime à pouvoir s’intéresser aux équilibres politiques régionaux. Cette image se nourrit aussi d’une certaine déception vis-à-vis de l’Occident. En effet, beaucoup en Asie Centrale ont vite eu le sentiment que l’Occident, derrière un discours apologétique des droits de l’Homme et de la démocratie, ne cherchait en réalité qu’à défendre ses propres intérêts politiques, économiques et sécuritaires en Asie Centrale, comme contenir la menace djihadiste venant de l’Afghanistan voisin et assurer sa propre sécurité énergétique en créant des voies d’approvisionnement en hydrocarbures qui neutralisent le monopole russe dans la région.

  • 15 Peyrouse Sebastien, « The Russian Minority in Central Asia: Migration, Politics and Language », Ken (...)
  • 16 Peyrouse Sebastien, Ibid.

15Les vecteurs de cette image positive de la Russie sont principalement des élites russifiées, qui ont bien connu l’ère soviétique, mais aussi de nouvelles élites qui se sentent proches de la Russie pour différentes raisons, liées à leur parcours universitaire ou à leur héritage familial. En effet, il ne faut pas sous-estimer le fait que, malgré vingt ans d’indépendance et de politique de distanciation avec la Russie, les Républiques d’Asie Centrale, et plus particulièrement le Kazakhstan et le Kirghizstan, continuent d’entretenir des relations et des échanges aussi variés que vitaux avec la Russie. On serait tenté de croire qu’après la dislocation de l’Union soviétique, les Russes ethniques, restés en nombre en Asie Centrale malgré des départs massifs au début des années 1990, jouent un rôle favorable au maintien des bonnes relations avec la Russie et la préservation d’une image positive de l’ancienne puissance impériale. En réalité il n’en est rien, pour au moins deux raisons essentielles. La première relève du fait que les populations russes restées en Asie Centrale figurent souvent parmi celles qui, tant économiquement que socialement et a fortiori politiquement, sont marginalisées, n’ont plus de lien familial ou social avec la Russie, qu’elles ne considèrent pas comme la mère patrie, puisque leurs racines familiales sont en Asie Centrale depuis des générations. Les Russes sont nombreux à avoir quitté le Turkménistan et le Tadjikistan ; en Ouzbékistan leur poids dans la société est minime ; au Kazakhstan et au Kirghizstan, le phénomène d’ethnocratisation – accaparement du pouvoir par l’ethnie dominante au détriment des nombreuses minorités – rend improbable toute action éventuelle de lobbying de la part de ces Russes ethniques15. La deuxième raison, sans doute liée à la première, réside dans un certain délaissement par la Russie de ces « Russes de l’étranger proche », car elle estime inéluctable leur disparition à moyen terme dans ses anciennes « colonies », et Moscou n’a pas développé de politique spécifique à l’égard de ses co-ethniques. Les centres culturels russes, ainsi que les centres universitaires en langue russe sont loin de recevoir des investissements massifs de la part de Moscou16. La Russie donne ainsi le sentiment aux Russes de l’extérieur d’être abandonnés à leur sort.

  • 17 Pour ce qui est du Kirghizstan et de la manière dont la Russie est représentée dans les manuels sco (...)
  • 18 Uhres Johann, op. cit.

16Mais la Russie, en qualité d’ancienne puissance colonisatrice, inspire aussi une méfiance grandissante. Véhiculée au début des années 1990 par les élites gouvernantes, davantage par obligation politique de distanciation que par profonde conviction idéologique, cette image péjorative s’est ancrée dans certaines consciences. En effet, contraintes à l’indépendance, pour s’affranchir de la tutelle russe, les élites gouvernantes en ont fait l’incarnation du mal, sans que cela ne repose forcément sur un discours et une idéologie structurés. Cette hostilité envers la Russie, dans la rhétorique de façade des élites dirigeantes, se concentrait sur l’ancien régime soviétique, mais l’imprégnation du discours contribua à moyen terme à ternir l’image de la Russie tout entière. Les nouveaux manuels scolaires d’histoire présentent la Russie de façon peu glorieuse, comme l’oppresseur colonial qui, sous couvert de protection des peuples d’Asie Centrale contre les envahisseurs et de diffusion d’une certaine modernité17, a en réalité occupé le territoire, pillé les ressources, assujetti et exploité les peuples18. D’autres groupes que les anciennes élites reconverties au nationalisme antirusse de façade dénigrent la Russie, son héritage et son influence. Il s’agit essentiellement de deux courants aux contours imprécis : l’un est nationaliste, l’autre islamiste, mais il arrive que les deux courants se confondent dans leur dénonciation de la Russie, jugée responsable de tous les maux que connaît actuellement l’Asie Centrale.

  • 19 Sur l’histoire de ce parti politique actuellement en exil voir : http://www.birlik.net, dernier acc (...)
  • 20 http://www.uzbekistanerk.org/yazar.asp?dil=eng&yazar=detay&id=10, dernier accès le 3 février 2011.
  • 21 Jeltoksan (« décembre » en langue kazakhe) est une petite formation politique baptisée après la man (...)
  • 22 Sur les partis politiques kazakhs, voir CLIVE BOWYER Anthony, « Parliament and Political Parties in (...)

17Enracinés dans la mémoire de la résistance à la colonisation russe et de l’emprise du pouvoir soviétique, des courants de pensée nationalistes, tantôt panturquistes, tantôt ethnonationalistes ouzbeks, kazakhs, kirghizes… ont vu le jour dès 1991 dans plusieurs pays d’Asie Centrale. En Ouzbékistan, par exemple, avant même l’indépendance du pays, apparaissent deux partis politiques d’orientation nationaliste, dont l’idéologie repose sur la primauté de la nation ouzbèke, solidaire des autres nations turciques (turque, kazakhe, kirghize, turkmène, etc.), mais dénonçant de façon virulente les « méfaits » de la domination russe, accusée d’avoir divisé les peuples de la région en créant des nations fictives rivales voire antagonistes entre elles. Ces deux partis, Birlik (Unité19) et Erk (Liberté20), respectivement dirigés par Abdullah Polat et Muhammad Salih, ont développé un discours nationaliste assez hostile à la Russie, dont ils renvoient une image négative de puissance régionale incapable de rompre avec ses visées hégémoniques. Birlik et Erk n’ont jamais recueilli le soutien franc et massif de la population ouzbèke, pour réellement peser dans l’opposition au régime d’Islam Karimov. Ce dernier, craignant un éventuel succès populaire de ces idées nationalistes, et après avoir contraint à l’exil les deux leaders de Birlik et Erk, s’aligna dans sa politique tant intérieure qu’extérieure sur leurs idées pour entreprendre la redéfinition de la nation ouzbèke. Dans cette logique, la composante du rejet de la Russie coloniale demeure vivace dans les consciences au sein de la population comme au sein des élites, comme en attestent les entretiens et les enquêtes sociologiques menées pour cette étude. Ce discours nationaliste hostile à la Russie n’est toutefois pas spécifique à l’Ouzbékistan. Au Kazakhstan, bien que le pouvoir politique en place entretienne de bonnes relations avec la Russie et traite avec dignité la forte minorité russe du pays, il n’en demeure pas moins que des formations politiques, certes minoritaires, comme Jeltoksan21, continuent d’alimenter un discours antirusse22. Au Kirghizstan et au Turkménistan, ce même discours dépréciatif de la Russie existe et bien qu’il soit marginal, il n’en contribue pas moins à écorner l’image de la Russie.

  • 23 BABADJANOV Bakhtiyar, « Le jihad comme idéologie de l’“Autre” et de “l’Exilé” à travers l’étude de (...)
  • 24 Sur toutes les mouvances islamistes d’Asie Centrale et leur idéologie, voir Khalid Adeeb, Islam Aft (...)

18Cette vision négative de la Russie est également perceptible au sein de certaines couches de la population centrasiatique qu’on peut qualifier d’islamiste. Là aussi il convient d’être prudent et nuancé. Par islamisme, on entend ici des organisations religieuses qui de manière explicite ambitionnent de doter les régimes d’Asie Centrale d’institutions fondées sur les préceptes religieux de l’islam, et n’excluent pas d’y arriver par la prédication ou la lutte armée. Ainsi, l’islamisme défendu par des organisations djihadistes, comme par exemple le Mouvement Islamique d’Ouzbékistan, colporte une image négative de la Russie fondée sur son appartenance à l’Occident « croisé et anti-musulman »23. En revanche, le Parti de la Renaissance Islamique au Tadjikistan, organisation islamiste associée au pouvoir, n’exprime pas d’hostilité à la Russie, qu’il perçoit au contraire comme une puissance régionale dont le rôle dans les réajustements géopolitiques de la région est parfaitement légitime24. Dans le même ordre d’idée, le Hizb ul Tahrir, Parti de la Libération, autre organisation islamiste clandestine mais présente dans pratiquement toutes les républiques d’Asie Centrale, s’oppose catégoriquement à la Russie, « ennemi de l’islam ». Toutefois, l’impact de ce discours islamiste et nationaliste hostile à la Russie reste marginal et, de surcroît, il ne fait pas l’unanimité au sein même des dites mouvances. Ainsi, pour prendre l’exemple d’une autre organisation islamiste, d’origine indienne mais très présente au Kirghizstan et au Kazakhstan, la Jamaat al Tabligh, la plupart de ses membres sont indifférents à la Russie et à l’influence qu’elle continue d’exercer sur les pays d’Asie Centrale. En conclusion, l’image de la Russie en Asie Centrale est mitigée au sein des différentes élites qui créent l’opinion. Elle est positive au sein de l’élite gouvernante et négative ou neutre pour la plupart des mouvances islamistes et nationalistes.

Représentation du monde musulman dans un contexte de redécouverte identitaire

Un monde musulman indéfinissable

19Le monde musulman, dans le contexte de la présente étude, se limite aux États proches et/ou limitrophes de l’Asie Centrale et qui ont été marqués par la culture et la civilisation islamiques au sens large, arabe, turque, iranienne, indienne. À cet égard, il convient de préciser que, si historiquement les États contemporains d’Asie Centrale ont été pleinement intégrés dans la civilisation islamique depuis au moins le XIXe siècle, leurs relations avec le monde musulman sont peu dynamiques. Durant toute l’époque russe, en perpétuelle rivalité avec les empires musulmans, ottoman, iranien, et même indien, puissance musulmane à sa façon, l’empire des Tsars réduit la circulation et les échanges entre cette Asie Centrale qu’il contrôle et le reste du monde musulman. Avec l’avènement du régime soviétique dans les années 1920, ces relations sont encore davantage réfrénées et se limitent exclusivement aux pays musulmans appartenant au bloc socialiste, comme l’Algérie ou la Syrie qui bénéficient de l’appui de l’URSS sur la scène internationale. Mais dans ces relations entre les Républiques soviétiques musulmanes et les régimes arabo-musulmans socialistes, le facteur de rapprochement n’est pas l’islam et sa culture, mais la même référence et identification aux idéaux du socialisme. Il faudra attendre les indépendances en 1991, pour qu’émerge une opinion publique consciente de l’existence du monde extérieur et du monde musulman et s’en forge une idée claire pour développer avec lui toute relation. Cette opinion publique est relativement jeune et l’intérêt est croissant mais loin d’être mature dans ses positions. Pour ne prendre qu’un exemple, les crises au Proche et Moyen-Orient, le conflit israélo-palestinien, n’occupent qu’une place mineure, voire insignifiante dans les médias et les consciences populaires en Asie Centrale, y compris au Kazakhstan ou au Kirghizstan où les opinions publiques sont les plus ouvertes sur le monde extérieur. L’intérêt pour le monde musulman croît au fur et à mesure que ces sociétés participent à la mondialisation. Ainsi, l’établissement de liens politiques, commerciaux, mais aussi touristiques et estudiantins favorise la prise de conscience de leur appartenance au monde musulman.

20Leur progressive et sélective intégration au monde islamique peut résulter d’une politique publique, voulue et organisée par le régime. En effet, après avoir « fait la paix » avec leur passé et leur héritage islamique, les élites dirigeantes ont revendiqué leur appartenance au monde musulman et à sa civilisation, en adhérant dès 1992 à des organisations islamiques internationales comme l’Organisation de la Conférence Islamique et à ses différentes filiales, notamment culturelle, l’ISESCO (Organisation Islamique pour l’Éducation, les Sciences et la Culture). Elles organisent colloques et conférences sur l’héritage islamique en Asie Centrale pour redire leur appartenance à la civilisation islamique, comme à Astana en septembre 2008 avec l’ISESCO. En Ouzbékistan, sans doute pour neutraliser l’islamisme radical croissant, le culte national de grands penseurs musulmans, comme Ismail al Buhari ou Avicenne, veut témoigner du respect de l’islam et de l’appartenance du peuple à la civilisation islamique. De longues tractations aboutissent à la désignation en 2007 par l’ISESCO de Tachkent comme capitale de la culture islamique, un titre honorifique qui ne manque pas de symbole. Décision politique sous forme d’onction islamique pour l’État et le régime, cette désignation n’en contribue pas moins à établir de vrais liens avec le monde musulman, ou du moins à faire entrer le monde musulman dans la conscience populaire du pays. Toutefois, cet intérêt pour le monde musulman et cette aspiration à en faire partie varient de façon nuancée selon le pays considéré et la perception qui en résulte auprès des peuples et des États d’Asie Centrale.

Une Turquie globalement bien perçue en Asie Centrale

21Bien que laïque et résolument tournée vers l’Occident depuis sa création par Kemal Atatürk, la Turquie républicaine est aussi considérée, à juste titre, comme faisant partie du monde musulman, dont elle se veut l’élément le plus ouvert aux valeurs occidentales. Cette singularité turque, à la fois orientale et occidentale, turco-islamique mais ancrée en Occident, rend justement intéressantes l’image qu’elle renvoie et la manière dont elle est perçue en Asie Centrale, où les quêtes identitaires oscillent aussi entre aspirations d’Orient et d’Occident, entre un attachement au patrimoine islamique et une identification au monde moderne fortement corrélé aux valeurs occidentales.

  • 25 Balci Bayram, « Les relations entre la Turquie et l’Asie Centrale turcophone, 1991-2004 », Outre Te (...)

22Tout d’abord, notons que la Turquie se représente l’Asie Centrale comme le pays des Turcs, qu’elle qualifie le plus souvent de Turkistan, une vieille appellation qui rappelle le caractère turcique de ses peuples et donc une communauté de destin avec les Turcs qui, avant de se sédentariser en Anatolie, avaient longuement nomadisé dans les steppes centrasiatiques. Le terme même de Turkistan, connoté de panturquisme nostalgique et romantique, est utilisé par les partisans de relations privilégiées avec l’Asie Centrale, mais au sein des milieux scientifiques et intellectuels, il cède de plus en plus souvent la place à l’expression neutre d’Asie Centrale. En 1991, dès que la région s’est ouverte au monde, et sous l’emprise du romantisme panturquiste, les milieux académiques, mais aussi les commerçants, hommes d’affaires et simples citoyens se passionnent pour cette Asie Centrale qui élargit leur horizon. En Turquie, cette représentation a été portée par les milieux intellectuels composés de réfugiés originaires de ce Turkestan, qu’ils avaient dû quitter pour fuir la collectivisation et la soviétisation du pays. Durant toute la période soviétique, ce sont des cercles littéraires et des associations de migrants tatars, kazakhs, ouzbeks, ouighours qui, en l’absence de relations possibles entre Turcs et turcophones d’Asie Centrale, entretiennent un discours de nécessaire solidarité et proximité. Ce sont eux qui, dès l’implosion de l’Union soviétique, ont milité pour que la Turquie noue des relations fortes avec les nouvelles républiques et les peuples « frères » enfin « libérés du joug du communisme »25. Cette image idéalisée de l’Asie Centrale, de ses États et de ses peuples turciques, perdure en Turquie en dépit des déceptions et des échecs subis par la diplomatie turque dans sa politique de coopération. À l’heure actuelle, l’Asie Centrale est toujours perçue comme la grande patrie originelle des Turcs, une contrée fortement liée à la mythique Route de la Soie, celle de tous les commerces et des idées qui ont façonné l’histoire des Turcs de l’Altaï jusqu’à l’Anatolie. Cette perception positive est réciproque, puisque la Turquie bénéficie en Asie Centrale d’une aura tout aussi positive et bienveillante, mais avec quelques réserves selon les pays et la période considérée.

  • 26 Mehmet Saray, dès les premières années de l’indépendance des pays d’Asie Centrale, a inauguré une c (...)

23Flanc oriental de l’OTAN pendant la guerre froide, la Turquie était dénigrée en URSS, où les opinions publiques, y compris en Asie Centrale, la jugeaient à l’aune de la bipolarité. Des intellectuels ouzbeks et kazakhs de la génération de la guerre froide se souviennent de l’image, modelée par la propagande, d’un pays où règnent pauvreté et débauche et où des bases militaires américaines en font un suppôt de l’Occident capitaliste, une menace pour l’URSS. Dès la perestroïka, les frontières de l’URSS s’ouvrent et les contacts se multiplient entre la Turquie et l’Asie Centrale. Aussitôt, la Turquie s’impose sur la scène politique régionale comme partenaire et modèle, mais également dans la vie quotidienne, tant les commerçants, hommes d’affaires, missionnaires, travailleurs et touristes turcs croient en la mission d’assister leurs « frères » d’Asie Centrale dans leur développement indépendant26. Dès lors, plusieurs images de la Turquie se construisent dans les opinions publiques d’Asie Centrale.

  • 27 Emblématique de cet engouement en Asie Centrale pour les séries turques est le feuilleton Çalıkuşu, (...)

24Premier État à reconnaître les indépendances des États d’Asie Centrale, pour des considérations politiques et identitaires fondées sur la proximité ethnique, culturelle et linguistique qui sert de vraie passerelle, la Turquie a, dès 1991, établi d’excellentes relations avec tous les nouveaux États. La cordialité des relations politiques véhicule dans les sociétés centrasiatiques une excellente image de la Turquie, et favorise l’essor des investissements turcs et des liens commerciaux. Dès 1990, littérature et séries télévisées turques se répandent partout en Asie Centrale par le biais des chaînes de télévision qui sont encore toutes publiques27. La connaissance et l’image de la Turquie que ces produits construisent sont souvent évoquées avec les mêmes qualificatifs : proche, turcique, musulman, moderne grâce à Mustafa Kemal Atatürk qui a su ancrer son pays en Occident. Les jeunes générations, qui ont davantage voyagé et grandi avec les médias turcs depuis les indépendances, sont plus sensibles que leurs aînés à cette image positive, presque idyllique de la Turquie. À ce titre, les écoles privées turques, créées dès 1991 dans toutes les républiques, contribuent à la réputation de modernité du pays. Le groupe confrérique conservateur des Fethullahci, fondé par une autorité religieuse fort connue en Turquie, Fethullah Gülen, et qui a réussi cette synthèse entre pensée islamique et nationalisme turc modéré, a su insuffler chez les Turcs un esprit missionnaire qui a grandement contribué aux multiples échanges, culturels, éducatifs, économiques entre la Turquie et l’Asie Centrale. Avec l’action conjuguée de l’État turc et celle d’autres organisations religieuses de même tendance mais de moindre envergure, les Fethullahci ont contribué à promouvoir une bonne image de la Turquie, même si certains milieux viscéralement séculiers en Asie Centrale, sont quelque peu irrités par le contenu conservateur du message véhiculé par ces milieux turcs. En effet, bien qu’elles diffusent une philosophie turco-islamique très subtile, ces écoles ont bénéficié du soutien des élites politiques en place et des populations, qui apprécient le professionnalisme et l’engagement des enseignants pour aider à former les nouvelles générations et les nouvelles élites.

25Cette bonne perception de la Turquie est aussi très forte dans les milieux centrasiatiques que l’on peut qualifier de musulmans conservateurs. Moderne, pro-européenne et même candidate à l’Union européenne, la Turquie est aussi estimée grâce à son image de pays musulman qui aide les États d’Asie Centrale à se créer un mode de régulation du politique et du religieux à l’aune d’une certaine modernité qui respecte les principes d’un État séculier dans des pays de culture et de tradition musulmane. D’ailleurs, une bonne partie des nouvelles élites religieuses sont formées dans le cadre d’une politique active de coopération religieuse entre la Turquie et ces Républiques. La Diyanet, le très officiel organisme public qui gère les affaires religieuses en Turquie, poursuit des objectifs précis en matière d’éducation religieuse et de formation de nouvelles élites tant en Asie Centrale que dans les facultés de théologie en Turquie. Le secteur privé turc, confrérique notamment, investit massivement dans la formation de nouvelles élites religieuses et bien davantage que l’État turc, mais c’est à ce dernier que bénéficie cette bonne réputation d’une Turquie qui œuvre en Asie Centrale pour la formation d’un nouvel islam, ouvert et tolérant, rempart contre les risques d’émergence d’un islam politique et radical.

  • 28 Sur la difficulté de définir l’opinion publique, Cohen Samy, « Omniprésente et indéfinissable : l’“op (...)
  • 29 Au moment de l’achèvement du présent article, une nouvelle vague d’expulsions de commerçants turcs (...)

26Toutefois, il convient de nuancer et de relativiser cette réputation. Dans ces États d’Asie Centrale, l’image d’un pays au sein de l’opinion publique, si tant est que celle-ci existe28, est souvent conditionnée par la qualité des relations politiques bilatérales. Dans le cas de la Turquie, la nature des relations politiques entre Ankara et chacune des Républiques d’Asie Centrale influe directement sur son image auprès du public. Au Turkménistan, les relations avec Ankara étant excellentes, la Turquie y est très bien perçue. Au Kazakhstan et au Kirghizstan, où les médias sont plus autonomes, l’image de la Turquie est plus nuancée. Elle est positive quand jugée pro-européenne, moderne, séculière, économiquement forte, mais dénigrée quand s’affirme son identité islamique avec la présence au pouvoir des conservateurs religieux de l’AKP. En Ouzbékistan, quand les relations étaient encore bonnes avec la Turquie, le « grand frère » turc faisait figure de modèle pour la transition politique, économique et sociale. Or, à partir de 1995 et de la rapide détérioration des relations entre Tachkent et Ankara, la Turquie n’a plus été que le pays qui a « trahi la confiance entre deux pays frères »29.

27Toutefois, pour certaines catégories sociales, la Turquie conserve une réputation ambivalente. En effet, en Asie Centrale, les élites les plus séculières et laïcistes refusent l’image d’une Turquie musulmane pour lui préférer celle laïque et moderne, et condamnent le caractère conservateur et islamiste du gouvernement Erdogan, au pouvoir depuis 2002. Mais l’AKP ne fait pas seul l’image de la Turquie en Asie Centrale : les fondations religieuses privées qui gèrent madrasas et écoles, et l’essor croissant de communautés turques d’entrepreneurs, commerçants, éducateurs, souvent issus des milieux conservateurs, participent à l’accentuation de la composante islamique dans l’action et l’image de la Turquie. Il est assez évocateur de constater que, parce que les produits textiles sont turcs, la Turquie est rendue responsable de l’importation de la mode islamique en Asie Centrale, et soupçonnée de favoriser la réislamisation des sociétés locales, sécularisées depuis longtemps par la propagande soviétique. Enfin, il n’est pas rare que les entreprises et hommes d’affaires turcs, fort présents en Asie Centrale dans divers secteurs (agriculture, construction, petit commerce) s’attirent les critiques des médias locaux pour la médiocrité de leurs produits et le manque de qualité de leurs services. Mais dans l’ensemble, l’image de la Turquie reste plutôt positive, surtout quand elle est comparée à d’autres pays musulmans voisins comme l’Iran.

L’Iran cristallise la méfiance des États contre toute forme de révolution islamique

  • 30 Rastbeen Ali, « L’Iran acteur stratégique de l’Asie Centrale », Géostratégiques, n° 12, 2006, pp. 5 (...)
  • 31 Djalili Mohammad-Reza, « Une porte à peine entrouverte ? L’Iran et l’Asie Centrale (1991-2002) », i (...)

28Historiquement très présente en Asie Centrale, la culture iranienne, qui a dominé la région pendant des siècles, des dynasties Achéménides jusqu’aux Émirats et Khanats turco-persans de Boukhara et de Khiva, persiste surtout aujourd’hui au Tadjikistan ainsi que dans de nombreuses agglomérations urbaines persanophones d’Ouzbékistan, dont Boukhara et Samarcande sont les deux plus représentatives. À ce titre, l’Iran et l’Asie Centrale ont toujours entretenu des relations intenses30, à ceci près qu’en Iran domine le sentiment d’être le centre d’une aire culturelle dont l’Asie Centrale ne serait que la périphérie. L’Iran, comme la Turquie, redécouvre la région après 1991 et la rupture des relations durant toute la période russe et soviétique. Depuis, de nouveaux liens se sont noués dans tous les domaines, mais demeurent bien en deçà de ce qu’ils pourraient être31, du fait de la méfiance qu’inspire le régime des ayatollahs sur la scène internationale et en Asie Centrale. L’image de l’Asie Centrale en Iran est relativement positive, dans la mesure où, en qualité d’inclusion dans la sphère culturelle irano-persane, elle flatte le sentiment de supériorité des Iraniens. Les voyageurs et chroniqueurs iraniens qui se rendent en Asie Centrale depuis les indépendances ne l’avouent pas, mais celui-ci se ressent dans leurs jugements parfois acerbes d’une région et de cultures « moins évoluées et raffinées » que la vraie culture iranienne. Ils savent reconnaître la grandeur et l’origine centrasiatique de certaines grandes figures de la culture persane comme le poète Rudaki ou le roi sassanide Khosrô, mais l’Asie Centrale n’est pas pour autant au cœur de leurs préoccupations, elle reste marginale et largement méconnue dans l’opinion publique iranienne.

  • 32 Buisson Antoine, « Ismoil 1er et la dynastie des Samanides, des mythes fondateurs », Courrier des p (...)

29Les sociétés d’Asie Centrale ne connaissent pas mieux l’Iran et sa réalité actuelle, mais il demeure plus présent dans les consciences collectives pour une multitude de raisons, liées tout d’abord à l’actualité internationale. L’altérité iranienne donne lieu à des représentations tantôt positives tantôt négatives. Au Tadjikistan, qui est la seule république d’Asie Centrale de culture persane et qui revendique son affiliation et sa continuité avec la civilisation iranienne, l’Iran jouit d’un capital de sympathie important. Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, le régime actuel tadjik fonde sa nouvelle politique identitaire sur l’apologie de la dynastie samanide qui, de 874 à 999, a dominé la majeure partie de l’Asie Centrale. La monnaie nationale, le somoni, fait écho à cette dynastie persane fondée par Ismail Somoni. La statue de ce dernier domine la grande place de la capitale Douchanbé32, et il fait l’objet d’un véritable culte parmi les « pères de la nation », tout comme le poète de langue persane Rudaki (859-941) qui a son avenue. Toutefois, et cette nuance est capitale, cette identification à la culture persane facilite certes les relations avec l’Iran, mais n’assujettit nullement le Tadjikistan à une adhésion aux idéaux du régime théocratique iranien. Minoritaire dans une Asie Centrale majoritairement turcophone, le Tadjikistan entretient ses liens avec l’Iran pour sauvegarder sa spécificité linguistique et culturelle. Le régime politique de Douchanbé est résolument séculier. La coalition gouvernementale se compose de forces politiques laïques mais aussi islamistes, notamment le Parti de la Renaissance Islamique, sans incidence sur le mode de gouvernance. Par ailleurs l’influence iranienne chiite ne pourrait s’exercer sur la communauté tadjike, sunnite à 95 % et pour le reste chiite, mais ismaélienne et donc sans affinité avec le chiisme duodécimain prédominant en Iran. Les élites politiques au pouvoir et dans l’opposition, formées à la période soviétique, sont viscéralement attachées au sécularisme et rejettent le modèle politico-religieux iranien.

30Cette appréhension négative de l’Iran, considéré comme le champion de l’islamisme politique dans le monde et en Asie centrale, où les régimes séculiers et sécuritaires se méfient de la menace islamiste, trouve une part d’explication non religieuse. Au-delà de l’ignorance et des amalgames multiples entre islam et islamisme, l’image de l’Iran comme « incarnation du mal » pour Washington et la communauté internationale a incontestablement des effets sur la perception qu’en ont les dirigeants centrasiatiques. Ces régimes, alliés des États-Unis ou recherchant leur bienveillance (tout autant que celle des Russes), influent sur la manière dont l’Iran est présenté par les médias aux populations centrasiatiques. Ainsi, l’image de l’Iran renvoyée par les médias aux élites et aux opinions publiques centrasiatiques est celle d’un pays islamiste et fondamentaliste, partisan du tchador et de la sharia, et une menace pour la sécurité et la stabilité politique et sociale en Asie centrale.

Égypte et Arabie Saoudite, deux visions différentes du monde arabe en Asie Centrale

  • 33 Cette présence est fortement liée à l’exode de plusieurs milliers de familles de la jeune Républiqu (...)
  • 34 Balci Bayram, « La communauté ouzbèke d’Arabie Saoudite : entre assimilation et renouveau identitai (...)

31Ces deux pays, qui rentrent dans la représentation du monde musulman en Asie Centrale, n’ont pas le même rapport historique, culturel, ethnique et linguistique avec les peuples centrasiatiques. L’Arabie saoudite, gardienne des lieux saints de l’islam, La Mecque et Médine, jouit naturellement d’une bonne image auprès des musulmans pratiquants. Mais cette sympathie va davantage aux lieux saints qu’au royaume saoudien lui-même, dont les dirigeants n’ont pas toujours bonne presse en Asie Centrale. Les élites dirigeantes, dans leur opposition à toute forme d’islamisme réel ou supposé, usent et abusent du spectre du wahhabisme, cette philosophie islamiste fondamentaliste née en Arabie saoudite au XIXe siècle et qui s’est propagée dans tout le monde musulman pour promouvoir un retour aux sources de l’islam « authentique ». L’islamisme d’Asie Centrale, dont le développement depuis la fin de l’ère soviétique est indéniable mais dont il ne faut pas surestimer le poids et l’influence sur les sociétés locales, est souvent associé à tort à cette doctrine et à l’influence de l’Arabie Saoudite, si bien qu’à l’exception des musulmans les plus pieux, le royaume souffre de cette stigmatisation et inspire la méfiance. Ainsi, au début des années 1990, les autorités ouzbèkes étaient soucieuses de renouer des liens avec la communauté historique ouzbèke installée dans différentes villes saoudiennes depuis les années 1920-193033. L’idée était de s’en servir comme d’un levier pour promouvoir l’image de l’Ouzbékistan au Moyen-Orient. Les premiers échanges ayant donné lieu à un afflux de missionnaires saoudiens, participant à l’émergence d’un certain islamisme, le régime ouzbek a préféré rompre avec les Ouzbeks d’Arabie Saoudite, subitement diabolisés comme de potentiels agents du wahhabisme en Asie Centrale, contribuant ainsi à ternir davantage l’image de l’Arabie Saoudite34.

  • 35 Abramson David, « Foreign Religious Education and the Central Asian Islamic Revival: Impact and Pro (...)

32L’Égypte, en revanche, jouit d’une réputation assez bienveillante, dans tous les milieux sociaux et intellectuels en Asie Centrale, y compris parmi les élites gouvernantes, et ce, du moins jusqu’aux insurrections populaires qui ont contraint le président Hosni Mubarak au départ en février 2011. Les nouvelles élites religieuses d’Asie Centrale sont formées et continuent d’étudier en Égypte, avec ou sans l’approbation des autorités centrasiatiques pourtant suspicieuses. Mais Le Caire n’est pas touché par les « dommages collatéraux » de la répression menée par les autorités postsoviétiques contre la menace islamiste, qui, sous couvert de lutte contre les forces radicales, portent sérieusement atteinte à la liberté religieuse. La mythique civilisation égyptienne antique, mais aussi et surtout l’Université de théologie Al Azhar reconnue par les pouvoirs en place comme plus modérée que les autres universités islamiques du monde arabe35, contribuent sans doute à donner de l’Égypte une image positive, confortée par sa puissance économique et son secteur touristique qui fait de Sharm al Shaikh une vitrine et une destination très prisée par toutes les élites économiques issues de l’ex URSS.

Entre admiration et répulsion, la perception de l’Occident dans son unité et sa diversité

33L’Occident, entité fluctuante et multiple, se laisse encore moins aisément appréhender par les opinions publiques centrasiatiques qui ne sont en contact direct avec cette altérité que depuis la fin de l’ère soviétique. Sous l’ancien régime, à l’époque où les élites ouzbèkes, kirghizes, turkmènes, tadjikes et kazakhes se percevaient, non sans fierté, comme les citoyens de la seconde, sinon de la première grande puissance mondiale défiant le monde capitaliste, l’Occident était dans son ensemble l’ennemi et le principal rival. La propagande et les esprits étaient convaincus de son amoralité, à laquelle tout l’appareil médiatique et éducatif opposait la générosité humaine et la solidarité affichée de l’idéologie socialiste. Au début de la décennie 1990, l’entrée dans la mondialisation, où le libéralisme capitaliste sortait vainqueur de la guerre froide, a cassé le miroir déformant. Les régimes dénigrent encore occasionnellement l’Occident, pour son ingérence et son arrogance, mais il bénéficie dans toutes ces sociétés d’un capital de sympathie, d’admiration et de fascination. Les médias, la multiplication des contacts et des échanges, la libre circulation ont réhabilité l’image de l’Occident chez les centrasiatiques, qui en ont par ailleurs une vision assez fluctuante, le réduisant tantôt à l’Amérique, tantôt à l’Europe, voire à la seule Europe occidentale, tantôt aux deux à la fois. Toutefois, certains stéréotypes et clichés ont la peau dure et suscitent des sentiments ambivalents.

  • 36 Atlani-Duault Laëtitia, « Les ONG locales, vecteurs de “bonne gouvernance” dans le Second Monde ? I (...)
  • 37 Yanovskaya Maria, « Andijan : cinq ans de douleur et d’angoisse », Ferghana.ru, 3 juin 2010, URL : (...)

34Conscientes des disparités et antagonismes existants, les opinions publiques locales font parfaitement la distinction entre les États-Unis d’Amérique et l’Europe, comme deux ensembles cohabitant dans la civilisation occidentale. Les États-Unis exercent une attraction et une fascination évidente chez la frange la plus jeune et la plus éduquée de la population. Comme partout ailleurs, les ambassadeurs de la culture américaine que sont les médias, CNN, les séries télévisées, le cinéma populaire, le Coca-Cola et les fast-foods, ont conquis les modes de vie et les aspirations de la jeunesse à la consommation, à l’abondance, à la liberté. La présence en Asie Centrale de nombreuses ONG américaines venues soutenir l’essor des sociétés civiles, indispensables à l’avènement d’une véritable société démocratique, fondée sur le pluralisme politique et la liberté d’entreprendre, contribue localement à l’aura positive des États-Unis36. Dans les premières années des indépendances, l’euphorie et l’enthousiasme général ont fait croire massivement au « rêve américain » partout en Asie Centrale, jusqu’au sommet du pouvoir : alors, les régimes développaient d’importantes et d’excellentes relations tant avec les États-Unis que l’Europe. L’Occident, et l’Amérique en tout premier lieu, importait pour faire contrepoids à l’hégémonie de la Russie sur la région. Dans le cas de l’Ouzbékistan, cette bonne image de l’Occident se renforce même au lendemain du 11 septembre 2001 dans le cadre de la guerre contre le terrorisme djihadiste livrée par les États-Unis en Afghanistan. L’intervention américaine est soutenue logistiquement par l’Ouzbékistan qui, se sentant menacé par l’islamisme radical incarné par le Mouvement Islamique d’Ouzbékistan qui a pris l’Afghanistan comme base arrière, met à la disposition des troupes américaines une base militaire près de la ville de Karchi. Cette bonne image de l’Occident perdure tant que les relations politiques bilatérales sont au beau fixe jusqu’en 2005, quand survient la tragédie d’Andijan37. Dans des circonstances qui demeurent encore très obscures, le 13 mai 2005 un groupe composé de plusieurs centaines de personnes, dont certaines armées, manifeste devant le bâtiment de l’administration provinciale, après qu’un autre groupe a attaqué la prison de la ville pour libérer plusieurs hommes d’affaires, emprisonnés pour leurs opinions religieuses selon les uns, pour leurs liens avec l’islamisme radical selon les autorités centrales. Tirant sur la foule sans faire de distinction entre les insurgés et les civils, l’armée provoque la mort de 187 victimes officiellement, mais de plus de mille selon des sources non officielles. Face à la violence de la répression, tous les pays occidentaux, notamment les États-Unis, expriment leur indignation et critiquent cet usage disproportionné de la force contre des manifestants dont la plupart étaient pacifiques. Andijan marque la rupture des relations politiques entre l’Ouzbékistan et l’Occident, qui entrent dans une phase assez longue de méfiance réciproque et de crise aigüe. Pour les autorités de Tachkent, l’Occident s’ingère dans la vie politique intérieure de l’Ouzbékistan, et il lui est reproché de ne pas prendre suffisamment la mesure de la menace islamiste qui défie l’unité et la stabilité du pays.

  • 38 Marat Erica, « The Tulip Revolution Kyrgyizstan one Year After », The Jamestown Foundation, 2006, 1 (...)

35Le pouvoir ouzbek et les médias qui lui sont tous assujettis affirment que les événements d’Andijan et la réaction de l’Occident prouvent leur ingérence et leur implication, via les ONG occidentales, dans la préparation d’une révolution de couleur comparable à celles qui ont eu lieu en Géorgie et en Ukraine en 2003 et 2004, et au Kirghizstan voisin, où quelques mois auparavant la révolution des tulipes a renversé le président Askar Akaev, provoquant le premier changement de régime en Asie Centrale postsoviétique38. L’Occident se trouve désormais dénigré sur son flanc européen. En effet, l’Union européenne a violemment critiqué la répression d’Andijan et imposé des sanctions économiques et politiques contre l’Ouzbékistan. Douze dignitaires ouzbeks sont décrétés persona non grata sur le territoire européen. Si bien qu’en Ouzbékistan tout au moins, l’image ternie d’une Amérique mythique, devenue arrogante et conquérante, s’accompagne de celle d’une Europe non moins arrogante. La guerre en Irak, jusque-là absente des médias ouzbeks, est instrumentalisée pour dénoncer l’impérialisme américain et leur intolérance vis-à-vis de l’islam.

36L’Ouzbékistan n’a pas été le seul pays où l’image de l’Amérique a été ternie depuis 2001. La présence militaire américaine en Asie Centrale, dans le cadre des opérations de l’OTAN en Afghanistan, suscite autant d’intérêt que de suspicion. Les médias russes, dont l’audience est très large en Asie Centrale, relaient la rhétorique du Kremlin, qui distille une relative hostilité à la présence américaine en Asie Centrale. En juin 2010, au Kirghizstan, les pogroms perpétrés par les Kirghizes contre les Ouzbeks dans la ville de Och ont suscité l’indignation et les critiques de plusieurs pays occidentaux, dont les États-Unis, ce qui a immanquablement incité les médias locaux à dénoncer l’ingérence et l’arrogance de l’Amérique et de l’Occident dans la région.

  • 39 Melvin Neil, « The European Union Strategic Role in Central Asia », CEPS policy brief, n° 128, marc (...)

37Cependant, l’image de l’Europe dans les républiques d’Asie Centrale est globalement bien plus positive que celle de l’Amérique. Elle y reste surtout appréciée pour sa culture, plus que pour sa puissance politique ou économique. La France, pourtant moins présente que l’Allemagne dont les entreprises sont mieux implantées en Asie Centrale, bénéficie d’une excellente image au sein des élites locales qui l’associent au pays des droits de l’homme, de la mode, du savoir vivre. Cette image s’inscrit directement dans l’héritage de la diplomatie soviétique, bienveillante à l’égard de la France gaullienne, notamment après son retrait de l’OTAN et grâce à la présence d’un Parti communiste français puissant dans la vie politique. Toutefois, les élites dirigeantes peuvent s’irriter du discours « droit de l’hommiste » de la France. L’Allemagne, en revanche, malgré sa forte présence économique, souffre encore de la persistance dans les mémoires de la propagande soviétique antifasciste. L’Europe s’intéresse davantage aujourd’hui à la région. Depuis 2007, sous la présidence allemande, l’UE s’est dotée d’une véritable politique vis-à-vis de l’Asie Centrale, incluant divers volets touchant à l’économie, à la culture et à la bonne gouvernance39. Cette stratégie consiste d’une part à assurer, en coopération avec les États d’Asie Centrale, une certaine indépendance énergétique pour l’Europe vis-à-vis de la Russie, et d’autre part à soutenir l’essor d’une bonne gouvernance et la sécurité des peuples d’Asie Centrale, par le biais du programme de formation des nouvelles élites et de la surveillance des frontières. C’est précisément ce dosage savant entre ambitions économiques européennes en Asie Centrale, coopération et développement qui permet à l’Union européenne de bénéficier d’une bonne image auprès des nouvelles élites et de la jeunesse, qui sont nombreuses à rêver d’études dans les universités européennes et d’opportunités de carrière en Occident.

Une vision particulièrement négative de la Chine

38Depuis des temps immémoriaux d’avant la conquête russe et d’avant l’islamisation, l’Asie Centrale a une mauvaise image de la Chine. La bataille de Talas en 751 entre armées arabo-musulmanes et troupes chinoises scelle l’opposition de la Chine à l’islam et aux peuples musulmans. Les conquêtes mongoles, qui ont pulvérisé les cités d’Asie Centrale, sont parfois perçues dans l’inconscient collectif des peuples d’Asie Centrale comme des invasions chinoises. Quand l’Asie Centrale tombe sous la coupe de la Russie tsariste, la rivalité russo-chinoise alimente cette dépréciation de la Chine menaçante. L’avènement du communisme en Chine, au lieu de faciliter la coopération avec le régime « frère » soviétique, encourage au contraire, à partir de 1959, un sentiment de compétition, fait de frictions frontalières et de concurrence pour la suprématie sur le bloc socialiste dans le monde bipolaire de la guerre froide. Les conflits territoriaux et les disputes sur le tracé des frontières ont, durant toute la période soviétique, envenimé les relations sino-soviétiques, contribuant à ternir davantage l’image de la Chine.

  • 40 Kellner Thierry, « La Chine et la nouvelle Asie Centrale, de l’indépendance des républiques centras (...)

39Avec les indépendances, celle-ci ne s’améliore pas. Elle se détériore à mesure que croissent les investissements économiques chinois dans toutes les Républiques. Les enquêtes effectuées et l’analyse de la littérature existante montrent que la Chine est toujours perçue comme une puissance militaire menaçante capable de bouleverser les équilibres régionaux, et une puissance économique qui inonde le marché centrasiatique de produits de mauvaise qualité pour son enrichissement plutôt qu’en investissant dans le développement local. Cette image persiste dans les opinions publiques de tous ces pays alors même que les relations bilatérales entre Pékin et les États de la région sont meilleures40. Ainsi, dans le domaine de la sécurité régionale, le domaine économique, la lutte contre le terrorisme et les trafics transfrontaliers, la Chine a su séduire ses partenaires centrasiatiques qui, tout en se méfiant de sa puissance grandissante, composent avec elle pour tenter, entre autres, de faire contrepoids aux grandes puissances déjà présentes sur le terrain, Russie, Union européenne, États-Unis.

Conclusion

40L’étude de la perception du monde en Asie Centrale apporte au moins une certitude : la distanciation et la différenciation des cinq États de la zone va en s’accroissant, y compris lorsqu’il s’agit d’appréhender le monde qui les entoure et d’y trouver leur place. Pour chaque pays, peuple, catégorie socioprofessionnelle ou même génération, elle est indissociable du degré d’ouverture au monde et d’insertion dans le phénomène de mondialisation. Or, tous les pays n’ont pas évolué de la même manière et plus le temps passe, plus l’étude devra cibler un groupe particulier pour s’affranchir des considérations généralisantes et déformantes d’une réalité bien plus complexe.

41Aussi, l’étude menée ci-dessus ne constitue-t-elle qu’une première approche, annonçant de plus amples recherches sur ces thématiques. La première pourrait s’intéresser aux nouvelles et futures élites formées à l’étranger, notamment en Europe et aux États-Unis. Si certains ont définitivement immigré, la plupart sont revenus et participeront d’une façon ou d’une autre au développement de leur pays. Parce qu’ils seront la première génération en rupture totale avec l’héritage soviétique, leur perception du monde nous dira la place qu’ils y trouvent, et la vision qu’ils retiennent des jeux d’influence qui s’exercent de l’extérieur sur le terrain centrasiatique.

Haut de page

Notes

1 Moscaritolo Alice, « L’Occident multiple ou les représentations de l’autre dans le regard d’étudiants ouzbeks », Cahiers d’Asie Centrale [En ligne], 13/14/2004, mis en ligne le 23 avril 2009, consulté le 1er février 2011. URL : http://asiecentrale.revues.org/index201.html

2 Uhres Johann, « La conquête russe dans les manuels d’histoire d’Asie Centrale postsoviétique », in Cemoti, n° 34 « Russie-Asie Centrale : regards réciproques », [En ligne], URL : http://cemoti.revues. org/document743.html, consulté le 11 février 2011.

3 Le thème de la mondialisation a suscité un vif intérêt en Asie Centrale également. Parmi les principales publications sur ce sujet, voir POPKOV Uriy, Bazisnye tsennosti narodov Evraziiskoi tsivilizatsii v usloviyah globalizatsii [Les valeurs essentielles des peuples de civilisation eurasienne dans le contexte de la globalisation], URL : http://www.tuva.asia/journal/issue_1-2/95-basic-values.html; IMANALIEV Mouratbek, Globalizatsiya : tsentralno-aziatskoe izmerenie [La mondialisation et ses dimensions centrasiatiques], URL http:// www.tazar.kg/news.php?i=1204; TCHECHKOV Marat, Postsovetskaya Tsentralnaya Aziya v treh izmereniyah : traditsionalizatsiya, periferizatsiya, globalizatsiya [L’Asie Centrale postsoviétique entre traditionnalisation, périphérisation et mondialisation], URL : http://www.analitika.org/article.php?story=20050613051148217

4 Canfield Robert L., Rasuly-Paleczkr Gabriele, Ethnicity, Authority, and Power in Central Asia: New Games Great and Small, Routledge, 2010, 272 p.

5 Roy Olivier, La nouvelle Asie Centrale ou la création des nations, Paris, Seuil, 1997, 325 p.

6 Deringil Selim, The Ottomans, the Turks, and world power politics: collected essays, Istanbul, Isis, 2000, 200 p.

7 Plusieurs conférences ont été organisées en 2009, année du 615e anniversaire de la naissance du savant, en Ouzbékistan mais aussi à Paris, à l’UNESCO, à l’initiative de la représentation permanente de la République d’Ouzbékistan.

8 Selon le décret du Président du Turkménistan, Gurbanguly Berdimuhamedov, datant du 26 novembre 2010, la conférence internationale sur l’« Origine du peuple Turkmène et le développement de la culture mondiale » a eu lieu les 23 et 24 février 2011 à l’Institut National des Manuscrits de l’Académie des Sciences du Turkménistan. Cette conférence a traité des sujets suivants :
1. L’archéologie, l’anthropologie et l’ethnographie comme sources de valeur de l’histoire ethnique du peuple Turkmène.
2. Tribus antiques du Turkménistan et genèse éthique du peuple Turkmène.
3. Les origines du peuple Turkmène.
4. Les richesses matérielles et spirituelles du peuple Turkmène dans l’héritage culturel mondial.
5. Relations entre cultures et civilisations au moment de la croissance et des grandes réformes.

9 Sur les perceptions réciproques entre la Russie et l’Asie Centrale, notamment dans les premières années des indépendances, KORTUNOV Andrei, « Russia and Central Asia : Evolution of Mutual perceptions, Policies and Interdependence », The James Baker Institute of Public Policy, University of Rice, 1998. http://www.rice.edu/energy/publications/docs/UnlockingtheAssets_RussiaCentralAsia.pdf

10 MARAT Érica, « Labor Migration in Central Asia: Implications of the Global Economic Crisis », Silk Road Papers, May 2009. http://www.silkroadstudies.org/component/jifile/download/MWVkMjg2OTJlMDE4OD
A1MDAwN2Q0MzIzZmEwZjRjZWY=/0905migration-pdf.

11 Gabowitsch Mischa, « L’Asie Centrale dans la sphère publique en Russie : La grande absence », CEMOTI, n° 34, 2002, pp. 77-97.

12 Trofimov Dimitry, « K voprosu o tselyah i zadachah vneshney politiki Rossii na tsentralnoaziatskom napravlenii » [Les buts et les tâches de la politique étrangère de la Russie en Asie Centrale], KIRYUSHIN Yuri, Rossiyskaya Zapadnaya Sibir-Tsentralnaya Aziya [La Sibérie occidentale russe – Asie centrale], Az Buka, Barnaul, 2003

13 Alexandre Soljenitsyne, cité par Vichnevski Anatoli, « L’Asie Centrale postsoviétique entre le colonialisme et la modernité », Revue d’Études Comparatives Est-Ouest, vol. 26, n° 4, 1995, pp. 101-123.

14 Moscaritolo Alice, op.cit.

15 Peyrouse Sebastien, « The Russian Minority in Central Asia: Migration, Politics and Language », Kennan Institute, Woodrow Wilson International Center for Scholars, Occasional Papers, n° 297, 2008, 33 p, URL: https://www.wilsoncenter.org/sites/default/files/OP297_russian_minority_central_
asia_peyrouse_2008.pdf

16 Peyrouse Sebastien, Ibid.

17 Pour ce qui est du Kirghizstan et de la manière dont la Russie est représentée dans les manuels scolaires, voir OSMONOV O. Dj., Istoriya Kirgizstana : osnovniyie vehi (s serediny 19 veka do nashih dnei), 2003, p. 109-111.

18 Uhres Johann, op. cit.

19 Sur l’histoire de ce parti politique actuellement en exil voir : http://www.birlik.net, dernier accès le 3 février 2011.

20 http://www.uzbekistanerk.org/yazar.asp?dil=eng&yazar=detay&id=10, dernier accès le 3 février 2011.

21 Jeltoksan (« décembre » en langue kazakhe) est une petite formation politique baptisée après la manifestation nationaliste du 16 décembre 1986 à Almaty, pour protester contre la nomination à la tête du Parti communiste kazakh d’un président slave au détriment du leader kazakh Dinmuhammad Kunaev.

22 Sur les partis politiques kazakhs, voir CLIVE BOWYER Anthony, « Parliament and Political Parties in Kazakhstan », Central Asia Caucasus Institute Silkroad Studies Program, Washington, 2008. URL: http://www.silkroadstudies.org/component/jifile/download/ZTYxNDAyZGE2Njk0MjBiNTZmNzljZjcwZmU3ZGNkNjM=/0804bowyer-pdf.

23 BABADJANOV Bakhtiyar, « Le jihad comme idéologie de l’“Autre” et de “l’Exilé” à travers l’étude de documents du Mouvement islamique d’Ouzbékistan », Cahiers d’Asie Centrale [en ligne], n° 15/16, 2007, mis en ligne le 22 avril 2009, consulté le 3 février 2011. URL : http://asiecentrale.revues.org/84

24 Sur toutes les mouvances islamistes d’Asie Centrale et leur idéologie, voir Khalid Adeeb, Islam After Communism, Berkeley, California University Press, 2007. Pour une synthèse critique de ce livre, on peut se reporter à Dudoignon Stéphane, « Adeeb Khalid, Islam after Communism », Cahiers du monde russe, 48/4, 2007, [en ligne], mis en ligne le 16 juin 2009. URL : https://monderusse.revues.org/6115, consulté le 3 février 2011.

25 Balci Bayram, « Les relations entre la Turquie et l’Asie Centrale turcophone, 1991-2004 », Outre Terre, Revue Française de Géopolitique, n° 10, 2005, pp. 297-315.

26 Mehmet Saray, dès les premières années de l’indépendance des pays d’Asie Centrale, a inauguré une collection analysant chaque république dans une optique romantique et panturquiste, qui rappelle sans cesse les liens fraternels avec la Turquie. SARAY Mehmet, Kazak Türkleri Tarihi, Milli Uyanis (Histoire des Kazakhs turcs, le réveil national), Istanbul Universitesi Yayinlari, 1996.

27 Emblématique de cet engouement en Asie Centrale pour les séries turques est le feuilleton Çalıkuşu, tiré du roman de Resat Nuri Guntekin, traduit en russe et dans les langues turciques locales. D’autres séries ont pris le relais, moins romantiques et pacifiques, comme l’interminable feuilleton « Kurtlar vadisi », (la vallée des loups), qui traite des thèmes de la criminalité et des nébuleuses mafieuses en Turquie.

28 Sur la difficulté de définir l’opinion publique, Cohen Samy, « Omniprésente et indéfinissable : l’“opinion publique” », Inflexions, n° 14, 2010, pp. 7-13.

29 Au moment de l’achèvement du présent article, une nouvelle vague d’expulsions de commerçants turcs par les autorités ouzbèkes était en cours, en mars 2011, sous prétexte d’irrégularités dans les procédures commerciales ; ces commerçants sont soupçonnés d’être porteurs d’idéologies islamistes ou nationalistes inutiles à l’Ouzbékistan. Voir « Uzbekistan vygonaet tureckij biznes », http://www.uznews.net/news_single.php?lng=ru&sub=top&cid=2&nid=16545, accédé à la date du 11 mars 2011.

30 Rastbeen Ali, « L’Iran acteur stratégique de l’Asie Centrale », Géostratégiques, n° 12, 2006, pp. 57-62.

31 Djalili Mohammad-Reza, « Une porte à peine entrouverte ? L’Iran et l’Asie Centrale (1991-2002) », in Cemoti, n° 35, « La question de l’enclavement en Asie Centrale », URL : http://cemoti.revues.org/759. Consulté le 12 février 2011.

32 Buisson Antoine, « Ismoil 1er et la dynastie des Samanides, des mythes fondateurs », Courrier des pays de l’Est, n° 1067, 2008.

33 Cette présence est fortement liée à l’exode de plusieurs milliers de familles de la jeune République socialiste d’Ouzbékistan dans les années 1930 au moment où Staline a accru la répression dans toute l’Union soviétique.

34 Balci Bayram, « La communauté ouzbèke d’Arabie Saoudite : entre assimilation et renouveau identitaire. Le rôle du Hadj, Pèlerinage musulman », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 19, n° 3, 2003, pp. 205-225.

35 Abramson David, « Foreign Religious Education and the Central Asian Islamic Revival: Impact and Prospects for Stability », Silk Road Paper, March 2010. Url : http://isdp.eu/content/uploads/publications/2010_abramson_foreign-religious-education.pdf (dernier accès, le 11 mars 2011).

36 Atlani-Duault Laëtitia, « Les ONG locales, vecteurs de “bonne gouvernance” dans le Second Monde ? Introduction à une étude de cas », Journal des anthropologues, n° 94-95, 2003, pp. 2-7, URL : https://jda.revues.org/1930, consulté le 3 février 2011.

37 Yanovskaya Maria, « Andijan : cinq ans de douleur et d’angoisse », Ferghana.ru, 3 juin 2010, URL : http://fr.fergananews.com/article.php?id=102, accédé le 3 février 2011.

38 Marat Erica, « The Tulip Revolution Kyrgyizstan one Year After », The Jamestown Foundation, 2006, 143 p. URL: http://www.jamestown.org/uploads/media/Jamestown-TulipRevolution.pdf, dernier accès le 3 février 2011.

39 Melvin Neil, « The European Union Strategic Role in Central Asia », CEPS policy brief, n° 128, march 2007. http://www.ceps.eu/book/european-unions-strategic-role-central-asia (dernier accès, le 11 mars 2011)

40 Kellner Thierry, « La Chine et la nouvelle Asie Centrale, de l’indépendance des républiques centrasiatiques à l’après 11 septembre », GRIP, Bruxelles, 2002. URL : http://www.grip.org/pub/rapports/ rg02-1_chine.pdf, dernier accès le 3 février 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

fr

Référence électronique

Bayram Balci et Ekaterina Kasymova, « Visions et perceptions du monde en Asie Centrale postsoviétique : éléments d’analyse », Anatoli [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://anatoli.revues.org/530 ; DOI : 10.4000/anatoli.530

Haut de page

Auteurs

Bayram Balci

Ingénieur de Recherche 1re classe au CNRS/CERI, ancien directeur de l’Institut Français de Recherche sur l’Asie Centrale, IFEAC, à Tachkent. Et préalablement, secrétaire scientifique de l’Institut Français d’Études Anatoliennes d’Istanbul, affecte à Bakou pour les études caucasiennes. Ses recherches portent sur les questions religieuses, politiques et migratoires dans le Caucase et l’Asie Centrale postsoviétiques. Il est l’auteur de Missionnaires de l’islam en Asie centrale, les écoles turques de Fethullah Gülen, Paris, Maisonneuve et Larose, 2003. Co-auteur, avec Raoul Motika, d’Islam et Politique dans le Caucase postsoviétique, Paris, Maisonneuve et Larose, 2005.

Ekaterina Kasymova

Doctorante, Université de Strasbourg. Après des études de relations internationales à l’Université Slave russo-kirghize, elle a fait un master en relations internationales a l’Institut des Hautes Études Européennes, à l’Université Robert Schuman, Strasbourg. Ses recherches portent sur la sécurité en Asie Centrale, la géopolitique de la région centrasiatique, la politique de la sécurité et la défense nationale. Sa thèse est intitulée ≪ Sécurité et coopération régionales en Asie Centrale : Kirghizstan, Chine, Russie ≫.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org