Navigation – Plan du site

En hommage à Stéphane Yerasimos, le Stambouliote (1942‑2005)

Marcel Bazin et J.‑F. Pérouse
p. 7-14

Texte intégral

1Il paraissait impensable à l’équipe d’Anatoli de produire ce numéro de la revue consacré à Istanbul vue à travers son rayonnement et ses relations internationales sans évoquer la mémoire de Stéphane Yerasimos qui reste pour nous le Stambouliote par excellence, tant par sa personne que par son œuvre scientifique. Avant de lui donner la parole en reprenant un de ses articles avec l’accord de la Revue Géographique de l’Est, Jean‑François Pérouse et moi‑même tenons à rappeler ce que nous lui devons dans la connaissance de la métro‑ pole du Bosphore.

  • 1 Azgemişlik sürecinde Türkiye, Istanbul, Gözlem Yayınları, 1974, en 3 volumes 1 – Bizanstan Tanzi-ma (...)

2Istanbul est d’abord la ville natale de Stéphane Yerasimos, né le 29 janvier 1942 dans une famille grecque orthodoxe. Il appartenait ainsi à une des deux seules communautés, avec les Turcs de Thrace occidentale, à avoir fait exception à l’échange quasi‑intégral des Grecs de Turquie et des Turcs de Grèce prescrit par le traité de Lausanne. Mais la situation de ces Grecs d’Istanbul était restée précaire, et les pogroms anti‑grecs de 1955, liés à l’exacerbation du problème chypriote, ont déclenché un exode massif vers la Grèce. Stéphane Yerasimos a fait partie de ceux qui sont restés et y a suivi sa formation supérieure, d’abord en archéologie, puis en architecture à l’Académie des Beaux‑Arts, devenue depuis l’Université Mimar Sinan. Une fois diplômé, il est parti pour la France en 1966, s’installant à Paris et commençant sa vie professionnelle comme architecte‑urbaniste à l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région de Paris (aujourd’hui l’AURIF). Pierre Merlin, qui venait de fonder avec Michel Coquery puis Françoise Choay le département d’urbanisme de l’université de Paris‑Vincennes, le futur Institut Français d’Urbanisme, y a accueilli Stéphane Yerasimos, qui y a effectué toute sa carrière universitaire, tout en élargissant progressive‑ ment ses compétences et ses centres d’intérêt. Sa thèse de 3ème cycle Turquie : processus dun sous-développement a été soutenu en 1973 en géographie, mais faisait une large part à l’histoire, brossant une vaste fresque de Byzance à l’Empire ottoman et à la République turque, ainsi qu’à l’économie. Traduite en turc dès 19741, elle a été un grand succès de librairie, faisant l’objet de huit rééditions successives.

3Stéphane Yerasimos a ensuite multiplié les incursions dans l’histoire en éditant au début des années 1980 de nombreux récits de voyage principalement en Turquie et en Perse (Tavernier, Chardin, Pitton de Tournefort) ou au Levant (Thévenot), voire beaucoup plus loin, de l’Afrique du Nord avec Ibn Battuta à la Chine avec Marco Polo. Ce, dans la collection « La Découverte », qui allait bientôt donner son nom à la maison d’édition fondée par François Maspero. Il a ensuite centré ses recherches de géographie historique sur le territoire de l’Empire ottoman, en croisant les récits de voyageurs et les documents d’archives, travail aboutissant à sa thèse de doctorat d’État soutenue en 1986 sur Les voyages dans l’Empire Ottoman, portant plus précisément sur les voyageurs ayant visité l’Empire ottoman entre le XIVe et le XVIe siècle, et publiée en français à Ankara en 1991. Après la conquête de Constantinople par Mehmet II en 1453, la grande majorité des voyageurs inventoriés par Stéphane Yerasimos étaient au moins passés dans la nouvelle capitale de l’Empire ottoman ; beaucoup y avaient séjourné plus ou moins longtemps.

4Stéphane Yerasimos a alors croisé ses préoccupations d’historien et d’architecte‑urbaniste pour se consacrer largement aux questions de patri‑ moine, y compris sur le plan pédagogique en participant avec les architectes Alain Borie, Pierre Pinon et Attila Yücel au montage et à l’encadrement d’ateliers d’architecture et d’urbanisme en Turquie, principalement à Istanbul, quelquefois dans des villes de province comme Tokat. Ce patrimoine turc et particulièrement stambouliote, Stéphane Yerasimos s’est attaché à l’étudier et à le faire connaître sous de nombreuses facettes, notamment lorsqu’il a dirigé, de 1994 à 1999, l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA) (voir encadré). Cet intérêt s’est traduit par une production considérable, alliant des études fort pointues et parfois austères, comme les légendes de fondation ou la « géographie funéraire », étude systématique des cimetières ottomans menée avec Nicolas Vatin, et des ouvrages richement illustrés grâce à la collaboration avec des photographes de renommée internationale (Ara Güler, Winnie Denker, Lawrence Perquis, Jean‑Marc Del Moral) et des illustratrices de talent (Belkis Taşkeser ou Esin Candan Del Moral). À côté de grandes synthèses réalisées seul ou en collaboration, Stéphane Yerasimos nous invite à visiter avec lui La mosquée de Soliman (la Süleymaniye) ou de nombreuses Demeures ottomanes, dans la capitale ou en province, ou encore nous convie A la table du Grand Turc, nous permettant ainsi de partager toutes sortes de sensations et d’émotions.

  • 2 Dans un courrier daté du 9 mars 1995 adressé à M. Jolivet, alors Sous-Directeur SS/H/A du MAE, S. Y (...)
  • 3 Fondé fin 1988…, mais relancé par S.Y. en 1994 (voir lettre du 28 97 1997 à Lionel Bessart, DGRSCT)
  • 4 Il s’agissait de tenir compte de la création de l’IFEAC en 1993….

Stéphane Yerasimos,
directeur de l’IFEA (1994‑1999)

Stéphane Yerasimos est finalement choisi par le ministère des Affaires étrangères pour diriger l’institut en juillet 1994. Il succède donc à Jacques Thobie, à partir du 1er octobre 1994. Il a cinquante‑trois ans. Il arrive aux rênes de l’Institut dans un contexte politique marqué par l’essor du parti de la Prospérité (Refah), quelques mois après que R.T. Erdoğan fut arrivé au pouvoir à la grande mairie d’Istanbul. Il ne découvre pas l’institution. Il avait des relations suivies avec celle‑ci, au moins depuis la création de l’Observatoire Urbaine d’Istanbul (fin 1988), à laquelle il a amplement contribué. Son mandat durera cinq ans. Il est le premier directeur d’origine turque, artisan « naturel » d’une ouverture salutaire de l’institution à son environnement proche.

C’est une époque où l’IFEA, qui pourtant a alors pour seule tutelle le ministère des Affaires étrangères2, jouit de moyens financiers et de ressources humaines importants – sur la fin de son mandat Stéphane Yerasimos commence cependant à se plaindre des évolutions qui se dessinent. L’institut dispose en effet, outre ses pensionnaires, de nombreux boursiers‑doctorants (soit « allocataires de recherche », soit « boursiers Lavoisier ») dotés d’un vrai statut sur plusieurs années, de chercheurs associés rémunérés, et d’un secrétaire scientifique. La liste des personnels chercheurs laisse admiratif un lecteur contemporain, moins de vingt ans après. Stéphane Yerasimos a accordé une grande importance aux deux Observatoires (« Observatoire Urbain d’Istanbul3 » et « Observatoire de l’Asie centrale et du Caucase », qui sera ultérieurement transformé en « Observatoire du Caucase et des Balkans4 »…) récemment mis en place et garants selon lui d’une continuité de l’accumulation documentaire et de la recherche. Ceux‑ci connaissent sous son impulsion un développement assez spectaculaire. Il suit particulièrement de près les activités de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (avec Laurence Ammour jusqu’en novembre 1996, puis Philippe‑Schmerka Blacher, de cette date à octobre 1999). Le fonds « Observatoire Urbain » s’enrichit très notablement durant son mandat, et des missions d’achat sont organisées dans tous les pays concernés pour la constitution d’un fonds spécifique « Caucase et Asie centrale » à la bibliothèque de l’IFEA. Il s’intéresse même aussi à la création de l’Observatoire Urbain de Téhéran.

Ainsi durant les « années Yerasimos », parallèlement au séminaire « Études ottomanes », animé par Edhem Eldem, on comptait un séminaire « Turquie contemporaine », un séminaire « Observatoire Urbain », un séminaire « Observatoire de l’Asie centrale et du Caucase » et un séminaire « Archéologie » !

Historien ottomaniste, architecte‑urbaniste, il se passionne aussi, en géopoliticien, pour l’actualité turque et par exemple s’entretient avec M. Demiröz, le responsable des affaires culturelles de la nouvelle mairie d’Istanbul en janvier 1997 (le maire étant R.T. Erdoğan).

Il s’intéresse aussi à l’archéologie, visite les sites et suit de près les débats sur l’avenir des « fouilles françaises ». Stéphane Yerasimos sait déléguer et sait s’affirmer comme un directeur‑chercheur, foisonnant de projets et d’initiatives à la fois individuels et collectifs. Ses années à l’IFEA constituent donc une période scientifiquement féconde, pour lui comme pour l’institution qu’il dirige ; ce, malgré la situation politique plutôt trouble et tendue. De nombreux colloques sont organisés ou co‑organisés (« Istanbul et les Langues Orientales » 29‑31 mai 1995, « Turquie‑Israël : Un siècle d’histoire partagée », 4‑5 juin 1998).

Ce qui ne l’empêche pas d’achever son ouvrage sur « La Mosquée de Soliman » au début de son mandat (il sera traduit en turc chez YKK en 2002), de diriger des ouvrages collectifs ou de rédiger des notices pour l’Encyclopédie de l’Islam comme des articles pour des revues scientifiques. En outre, il traduit, il est responsable de collection (Sinbad), membre de différents comités de rédaction (CEMOTI, Hérodote), directeur attentif de thèses ou de DEA… Il continue à siéger au Conseil National des Universités…. C’est un polémiste, parfois incisif, toujours sincère.

Yerasimos est en même temps conseiller pour l’UNESCO, pour le Centre d’Analyse et de Prospective (CAP) du MAE ; il est aussi membre actif de la Fondation pour l’histoire (Tarih Vakfı). En juin 1996, il a contribué avec Rémy Stoquart et Nurdane Çağlar à faire de l’IFEA le relais français pour la conférence internationale sur les établissements humains (Habitat‑II), à laquelle il prépare l’IFEA dès la fin 1994. En 1997, il participe au lancement du projet de réhabilitation de Fener‑Balat financé par l’Union européenne et la mairie de Fatih (il obtient un contrat d’expertise d’un montant de 116 000 ECU pour l’élaboration du pré‑projet !). Il joue un rôle déterminant dans le lancement de projets à financement européen sur la société civile turque, puis sur le nationalisme en collaboration avec l’Orient Institut‑İstanbul.

C’est par ailleurs une époque de transition technologique dans le système de communication institutionnelle. Avec Nurdane Çağlar, Philippe‑ Schmerka Blacher et Laurent Mallet (doctorant de Stéphane Yerasimos) l’IFEA commence en effet à s’ouvrir au monde Internet…. Un premier site Internet est proposé fin 1996 ; ce qui fait de l’IFEA un IFRE assez pionnier en la matière. Le règne du fax peu à peu se clôt, très lentement cependant (les archives s’en ressentent). Ayfer Çarkan/Öztürk, la secrétaire de Stéphane, continue à y recourir fréquemment tout au long de ces années. Le premier mail signé par S. Yerasimos dont une copie est conservée date du 12 avril 1999 (message de Taşkent).

Stéphane Yerasimos s’intéresse aussi à la musique et à la muséographie. En 1996 il contribue à la formation du groupe de musique ottomane Bezmârâ et il devient par la suite organisateur de concerts (Bezmârâ à Topkapı le 17 novembre 1997, au Palais de France le 16 janvier 1998, puis à Versailles en 1999). En 1997, il patronne un cem alévi organisé par Jérôme Cler et Jean During dans les murs de l’institut. L’enregistrement fera l’objet d’un CD chez OCORA‑Radio France ! De même, il sait se faire commissaire de grandes expositions. L’exposition « Topkapı à Versailles » (6 mai 1999‑15 août 1999) – après celle sur les « Jeunes de Langue » avec F. Hitzel, en mai‑juin 1995 – fut incontestablement son ultime œuvre majeure qui l’accapara grandement. Il y consacra sans compter une partie appréciable de son temps en 1998 et au début 1999, avec un enthousiasme que toute sa correspondance d’alors révèle. Il quitte l’IFEA après avoir mené à bien ce grand projet qui lui a donné l’occasion de faire vibrer toutes ses compétences et passions.

En même temps il voyage beaucoup pour consolider les liens avec les autres IFRE et les Écoles françaises de la région : il est au Caire début février 1995, puis à Damas‑Beyrouth (fin‑février, début mars 1995), puis en Azerbaïdjan (début avril 1995), à Venise en juin 1996, à Bakou en février 1997, en Grèce en avril 1997, en Inde fin septembre 1997, à Beyrouth à nouveau début novembre 1997, à Berlin fin novembre 1997, à Chypre en décembre 1997, en Jordanie en avril 1998, en Israël début juin 1998… Ces voyages sont géographiquement et historiquement cohérents et donnent à voir l’aire d’intérêt privilégiée de S.Y.

S. Yerasimos se montre aussi très lucide face aux évolutions qui se dessinent à la fin de son mandat, vers une plus grande précarité des jeunes chercheurs. Ainsi il tente de s’opposer à la suppression du statut des allocataires (doctorants dotés d’un statut de droit français) à la fin 1997.

À la fin de l’été 1999, quelques jours après la fin de l’exposition « Topkapı à Versailles » et après le tragique tremblement de terre de Gölcük/İzmit – son appartement au Palais de France a d’ailleurs sérieusement tremblé –, il quitte ses fonctions pour reprendre à Paris son poste à l’Institut Français d’Urbanisme. Mais après son long passage à l’IFEA, ses liens à la Turquie ont été à la fois réactivés et enrichis. Il ne coupe pas les ponts avec l’IFEA, et revient le mardi 25 janvier 2000 à l’invitation de Paul Dumont pour une conférence intitulée « Nouvelles données sur le peuplement d’Istanbul après la Conquête ottomane ». Sujet qui lui tint tant à cœur, jusqu’au dernier moment.
J.‑F Pérouse

5Malgré la richesse de ces incursions dans le passé, Stéphane Yerasimos ne s’est pas désintéressé de la ville d’aujourd’hui, voire de demain, dans ses dimensions urbanistique et politique. Il s’est aussi intéressé aux questions de géopolitique à une échelle plus vaste, des Balkans au Caucase, en participant activement aux comités de rédaction de deux revues centrées sur cette approche, Hérodote avec Yves Lacoste et les Cahiers d’études sur la Méditerranée Orientale et le Monde Turco-Iranien (CEMOTI) avec Semih Vaner. Je l’avais justement sollicité pour présenter Istanbul dans un numéro des CEMOTI que je coordonnais sur le thème « Métropoles et métropolisation », et aussi dans un numéro de la Revue Géographique de l’Est consacré aux villes du Proche‑Orient et plus spécifiquement tourné vers le public des géographes, y compris des candidats aux concours de l’enseignement secondaire. Les deux articles sont parus presque simultanément en 1997 et ont été suivis d’assez près par un troisième proposant « l’approche géopolitique d’une mégapole » dans Hérodote, paru en 2001. Si c’est le plus géographique des trois que nous avons choisi de republier ici, les trois articles se complètent, et fournissent un arrière‑plan d’une petite vingtaine d’années aux études rassemblées dans ce numéro d’Anatoli en décrivant la métropole stambouliote au moment où elle entrait pleinement dans la mondialisation.

6Ce bref aperçu du parcours de Stéphane Yerasimos nous a montré la richesse de ses curiosités et la combinaison de ses ancrages disciplinaires qui ont fait de lui un « honnête homme » que n’aurait pas renié Montaigne. Mais nous voudrions aussi finir en boucle par le point d’où nous sommes partis : la personnalité de Stéphane Yerasimos qui a su allier harmonieusement en lui‑même ses trois attaches identitaires, exprimées par les trois langues qu’il possédait parfaitement : le fond communautaire grec orthodoxe, le pays natal turc et le pays d’adoption la France. N’oublions pas son exemple en ces temps de repli identitaire et de conflits meurtriers !

Publications de Stéphane Yerasimos traitant en tout ou en partie d’Istanbul

Ouvrages scientifiques

7Légende d’Empire. La fondation de Constantinople et de Sainte-Sophie dans les traditions turques, Paris, Jean Maisonneuve, 1990, 288 p.

8Les voyageurs dans l’Empire Ottoman (xivexvie siècles), Ankara, Atatürk kültür, dil ve tarih yüksek kurumu / Conseil supérieur Atatürk pour la culture, la langue et l’his‑ toire, 1991, 494 + 69 p.

9(dir.) Istanbul 1914-1923. Capitale d’un monde illusoire ou l’agonie des vieux empires, Paris, Autrement (Série Mémoires no 14), mars 1992, 230 p.

10Istanbul, la mosquée de Soliman, Paris, Ed. du CNRS et Paris‑Méditerranée (coll. Patrimoine de la Méditerranée), 1997, 128 p.

11(avec Nicolas Vatin) Les cimetières dans la ville. Statut, choix et organisation des lieux d’in-humation dans Istanbul intra-muros, Paris, Maisonneuve, (coll. Varia Turcica vol. XXXV), 2001, X+270 p.

« Beaux livres » et guides

12Demeures ottomanes de Turquie, Paris, Albin Michel, 1992 (et rééd. 2000), 224 p. (photos Ara Güler et Samih Rifat)

13Constantinople. De Byzance à Istanbul, Paris, Place des Victoires, 2000 (et rééd. 2005 et 2014), 400 p. (photos Winnie Denker)

14À la table du Grand Turc, Arles, Actes Sud – Sindbad (coll. L’Orient gourmand), 2001, 134 p. (illustrations Belkis Taşkeser)

15(avec Marie‑France Auzépy et Alain Ducellier), Istanbul, Paris, Citadelles & Mazenod (coll. L’art et les grandes cités), 2002, 484 p.

16Istanbul au temps des derniers Ottomans, Paris, Editions du Chêne, 2004, 191 p. (photos de Jean‑Marie Del Moral et illustrations d’Esin Candan Del Moral)

17Istanbul, visite privée, Paris, Ed. du Chêne, 1991, 144 p. (photos de Lawrence Perquis).

Sélection d’articles

18(avec Alain Borie, Pierre Pinon et Attila Yücel) « Istanbul », Bulletin d’informations architecturales, supplément au no 115, octobre 1987, 8 p.

19« La planification de l’espace en Turquie », Revue du Monde Musulman et de la Médietrranée, No 50, 1988‑4, p. 109‑122. (dont p. 112‑115 sur le plan d’urbanisme d’Istanbul).

20« Istanbul, métropole inconnue », Cahiers d’études sur la Méditerranée Orientale et le Monde Turco-Iranien (CEMOTI), No 24 1997 « Métropoles et Métropolisation », p. 105‑121.

21« Istanbul : approche géopolitique d’une mégapole », Hérodote, No 103, 2001/4

22« Géopolitique de la Méditerranée », p. 102‑117.

23« Pourquoi les Turcs ont pris Constantinople ? », L’Histoire, No 312, 2006/9, p. 60.

Haut de page

Notes

1 Azgemişlik sürecinde Türkiye, Istanbul, Gözlem Yayınları, 1974, en 3 volumes 1 – Bizanstan Tanzi-mata (de Byzance à l’ère des réformes), 2-Tanzimattan 1. Dünya Savaşına (de l’ère des réformes à la première guerre mondiale), 3-1. Dünya Savaşından 1971’e (de la première guerre mondiale à 1971).

2 Dans un courrier daté du 9 mars 1995 adressé à M. Jolivet, alors Sous-Directeur SS/H/A du MAE, S. Yerasimos, convoquant l’exemple du CEDEJ (au Caire), souligne l’intérêt qu’il y aurait à associer l’IFEA au CNRS. La tutelle du CNRS ne sera finalement établie qu’en 2007.

3 Fondé fin 1988…, mais relancé par S.Y. en 1994 (voir lettre du 28 97 1997 à Lionel Bessart, DGRSCT).

4 Il s’agissait de tenir compte de la création de l’IFEAC en 1993….

Haut de page

Table des illustrations

URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/560/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Bazin et J.‑F. Pérouse, « En hommage à Stéphane Yerasimos, le Stambouliote (1942‑2005) », Anatoli, 7 | 2016, 7-14.

Référence électronique

Marcel Bazin et J.‑F. Pérouse, « En hommage à Stéphane Yerasimos, le Stambouliote (1942‑2005) », Anatoli [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 16 mars 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://anatoli.revues.org/560

Haut de page

Auteurs

Marcel Bazin

Géographe, professeur émérite de l’Université de Reims-Champagne-Ardenne.

J.‑F. Pérouse

Géographe, enseignant-chercheur à l’IFEA/Université de Toulouse Jean Jaurès.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org