Navigation – Plan du site
Dossier. Istanbul, capitale régionale et ville monde. Images, usages internationaux et échelles de rayonnement
Partie 1. Le repositionnement récent d’Istanbul dans les flux mondiaux

Quel avenir pour Istanbul en tant que centre financier international ?

Emre Tarim
p. 63-82

Notes de l’auteur

Traduction de l’anglais par Aude Aylin de Tapia.

Texte intégral

  • 1 IFCP, “Istanbul International Financial Center,” sans date, disponible sur http://www.ifcturkey.com (...)
  • 2 IFCP-Initiative, “İstanbul, Finans Merkezleri Endeksi´nde geriledi - 23.03.2015” [Istanbul a reculé (...)

1Cet article traite de l’histoire économique et financière récente de la Turquie dans le but de donner un sens à une initiative en cours qui tente de transformer Istanbul en centre financier international. L’Istanbul Financial Center Project (IFCP) est un projet approuvé et mené par l’État depuis 2009 qui vise en effet à faire d’Istanbul un centre financier d’abord régional puis, dans un second temps, mondial1. Actuellement, l’IFCP est à l’origine de travaux de construction en cours dans l’arrondissement d’Ataşehir d’Istanbul. Il est prévu que plusieurs institutions financières publiques et institutions de régulation déplacent dans les nouveaux locaux aménagés à Istanbul leur siège actuellement basé à Ankara. En revanche, on ne sait pas dans quelle mesure le projet qui, selon le site Web de l’IFCP, implique des réformes et des initiatives substantielles sur les plans juridiques, réglementaires et technologiques, en matière de ressources humaines ainsi que dans toute une série d’autres champs a fait dans ces domaines des progrès aussi rapides que les travaux de construction à Ataşehir. Une analyse attentive du site Internet de l’IFCP donne au lecteur l’impression que la transformation d’Istanbul en centre financier mondial n’est possible que grâce au parrainage et à l’interventionnisme étatique. Les promoteurs de l’IFCP sont conscients de la forte concurrence des alternatives régionales et mondiales qui s’élèvent face à Istanbul et de la chute récente d’Istanbul de la 42e à la 44e place dans l’Index des Centres financiers internationaux (Global Financial Centre Index – GFCI) totalisant 82 centres.2 Cet index se base en premier lieu sur les standards de ces 82 centres dans de nombreux domaines dans lesquels l’IFCP tente de progresser et, en second lieu, sur le classement de ces centres par les professionnels de la finance mondiale.

  • 3 L’index est compilé par le Z/Yen group et sponsorisé par la Qatari Financial Authority. Pour plus d (...)

2L’index place actuellement la ville d’Istanbul dans la catégorie des centres financiers transnationaux et diversifiés et en tête des dix centres d’Europe orientale et d’Asie centrale parmi lesquels se trouvent, entre autres, Almaty, Moscou, Prague, et Athènes3.

3Cet article défend l’idée que l’état actuel de la politique et de l’économie en Turquie fait de l’IFCP – de la même manière que d’autres projets surnommés « projets fous » de l’AKP, le parti actuellement au pouvoir – un projet qui, à court et moyen termes, ne prête à voir que son imposante présence physique et n’a qu’une envergure tout au mieux régionale avec une influence qui ne dépasse pas les frontières de la Turquie ou tout au plus celles du Moyen‑Orient. La démonstration se fera en deux temps. La première partie de cet article développe rapidement l’histoire récente des politiques, de l’économie et des marchés financiers en Turquie dans le but de remettre l’IFCP en contexte. La partie suivante présente un aperçu des acteurs locaux et internationaux du système financier en Turquie. Cet aperçu constitue aussi la toile de fond des trajectoires futures de l’IFCP. Enfin, l’analyse se conclut avec une série d’observations sur l’état de progression actuelle de l’IFCP et sur les évolutions futures envisageables grâce aux signaux d’ores et déjà perceptibles à travers les politiques et les dynamiques économiques nationales et internationales actuelles.

Politiques, économie et marchés depuis les années 1980

4L’économie turque des dernières décennies a traversé des moments de transformations intenses et souvent spectaculaires. Le modèle de substitution aux importations de la fin des années 1950 avait aidé la base industrielle de la Turquie à entrer dans un système plus large de production et de consommation de biens. Au début des années 1980, le pays s’est progressivement dirigé vers une libéralisation de la consommation et des consommateurs, de la production et des marchés financiers (Kazgan 2005). Cette ère de libéralisation a aidé la Turquie à devenir une plateforme économique régionale importante mais a malheureusement été interrompue par une série de crises majeures tant économiques que politiques engagées dès la fin des années 1970. Ces crises ont servi de prétexte aux miliaires pour un nouveau coup d’État en 1980. Avec l’arrivée écrasante des militaires au pouvoir et ses effets dévastateurs sur les processus démocratiques, les premières réformes libérales lancées par les technocrates ne trouvèrent aucune résistance (Alper et Onis 2003). L’introduction des codes des marchés capitalistes de ces années et bientôt l’ouverture de la Bourse d’Istanbul (ISE – Istanbul Stock Exchange) en décembre 1985 ont été des étapes majeures dans l’introduction du capitalisme et de l’économie de marché (Kazgan 1995 ; Denizer et al., 2000). La privatisation des entreprises publiques fut initiée avec la cession d’actions au sein de la jeune ISE. En 1989, le compte de capital turc fut libéralisé et les investisseurs étrangers autorisés à investir librement dans le pays.

5L’entrée des investisseurs étrangers à la bourse d’Istanbul dans les années 1990 se caractérisait alors par une propension certaine pour les aventures financières de quelques douzaines d’investisseurs pionniers sur la scène turque (Yildirim 1995 ; Chambers 2006). À la vue de l’extrême volatilité des marchés et de l’économie turque, il fallait en effet avoir le sens du risque pour se lancer dans cette aventure. Une des raisons sous‑jacentes à cette situation était l’intérêt particulièrement indéfectible des épargnants turcs pour le marché boursier, intérêt qui a conduit à des ruées soutenues en raison du manque d’approvisionnement (Yildirim, 1995). Une seconde raison, plus importante que la première, est que ces ruées ont été brisées par des événements politiques et économiques majeurs comme la Guerre du Golfe de 1991, la crise monétaire turque de 1994 et la contagion à la Turquie des crises de Russie et d’Asie de l’Est (1997‑98). L’économie turque a répondu à ces crises locales ou importées par la présence d’un État prodigue qui a alimenté le déficit fiscal et le déficit de la balance courante. Ce double déficit a rendu la Turquie particulièrement dépendante des capitaux étrangers qui entraient dans le pays par l’intermédiaire des banques turques publiques et privées. Un quelconque revirement soudain de ces flux de capitaux en raison d’événements locaux ou internationaux était alors synonyme de problèmes de balance des paiements, de défaillances bancaires et de conséquences sur les taux de devise de la monnaie turque (Alper and Onis, 2003 ; Alper and Yilmaz, 2004).

6Erturk (2003) a décrit les années 1990 comme une période de « capitalisme de coupons » durant laquelle les gouvernements turcs successifs ont financé leurs dépenses abondantes en évinçant les acteurs privés des marchés financiers turcs. Les taux d’inflation extrêmement élevés, au point de franchir les trois chiffres, ont été une autre conséquence de ce type de dépenses. Le crédit du FMI et les programmes de réformes des années 1990 ont permis de maintenir la Turquie au‑dessus du seuil d’insolvabilité mais aucun changement structurel durable ne semble avoir été initié comme le prouve la plus récente crise financière interne de 2001. Alors que l’environnement macroéconomique des années 1990 était caractérisé par cette volatilité, les marchés financiers en plein essor ont aussi souffert des lacunes dans l’environnement réglementaire, en particulier en matière de droits des investisseurs et de responsabilité des acteurs institutionnels (Yildirim 1995). Les faiblesses légales dans ces domaines combinées à des systèmes de contrôle et des technologies de comptabilité trop faibles ont entrainé d’importantes pertes financières pour les investisseurs. Les régulateurs et législateurs des marchés ont néanmoins réussi à progressivement combler ces lacunes en introduisant des nouvelles technologies et des standards juridiques plus adaptés. À partir de la fin des années 1990, l’ISE a par exemple bénéficié de technologies numériques en temps réel pour la détermination et la diffusion des prix et pour les services de maintien et de contrôle des marchés. Malgré ces améliorations, l’ISE a conservé sa situation de marché local, animé principalement par des investisseurs et des agendas locaux (Tarim 2010). Les investisseurs étrangers, quant à eux, sont restés frileux, tant en nombres qu’en termes d’actions et ont géré leur exposition au sein de l’ISE de manière stratégique, en l’adaptant aux moments de crises locales et internationales (Chambers 2006).

7Malgré les turbulences des crises d’Asie de l’Est et russe, les années 1990 ont fini sur une note positive due à une stabilité économique retrouvée avec l’aide d’un programme de réformes structurelles du FMI (Akyurek, 2006 ; Capoglu, 2004 ; Tarim 2010). Cependant, les désaccords politiques au sein de la coalition de centre gauche/centre droit au pouvoir à cette époque ont ouvert la voie, en 2001, à la plus grande crise économique et financière de l’histoire républicaine du pays (Capoglu 2004). C’est à ce moment qu’a eu lieu la montée de l’AKP, nouveau parti sur la scène politique, dissident des mouvements islamistes traditionnels. L’AKP a remporté une victoire écrasante aux élections de 2002 (Dagi 2008) et a poursuivi le programme de réformes structurelles post‑crise proposé par le FMI (Dufour et Orhangazi 2009).

  • 4 Quand un procès en fermeture a été intenté contre le parti AKP [ndlt].
  • 5 The economist, “strong but vulnerable. Turkey remains highly exposed to loss of confidence by forei (...)

8Les réformes structurelles ont commencé à porter leurs fruits sous la forme d’une baisse des taux d’intérêt et des taux d’inflation, combinée à une augmentation de la croissance économique, et à une nouvelle vague d’investissements directs et de portefeuille dans le pays (Dufour et Orhangazi 2009). Dans les années 2000, les politiques monétaires souples des pays développés qui devaient faire face à la crise de la bulle Internet dite « crash Dot‑Com » et au choc du 11 septembre 2001 ont également soutenu ces flux de capitaux vers les marchés turcs. Cette nouvelle phase a également mis en lumière une convergence progressive de la Turquie vers les normes économiques et politiques de l’Union européenne tandis que les négociations d’adhésion à l’UE débutaient en 2005 (Patton, 2007). Alors que la monté des oppositions – entre autres celles des milieux parlementaires laïques – au gouvernement AKP a culminé en 2007 et 20084, ce dernier a bénéficié du soutien généralisé des gouvernements occidentaux, des intellectuels libéraux et de la presse qui voyaient dans ces oppositions le signe d’un manque de démocratie en Turquie (Gumuscu et Sert 2010 ; Atay 2013). Etonnamment, l’AKP, ce parti aux racines islamistes a alors été considéré comme une vraie force de démocratisation et de normalisation dans un pays laïque comme la Turquie (Haynes 2009 ; Gunter et Yavuz 2007). Alors que l’AKP survivait à ces défis, l’économie et les marchés turcs ont témoigné d’une grande solidité. L’intérêt des investisseurs étrangers pour les actifs turcs a soutenu les politiques de privatisation en cours et la flambée du nombre d’actionnaires étrangers dans les actions de l’ISE qui a atteint 72 % des actions totales en 2008 (Tarim 2010). Cependant, la crise mondiale de 2007‑2008 a nui à la croissance économique de la Turquie et a également réduit le pourcentage de voix de l’AKP dans les élections de 2009 (Gumuscu et Sert 2010). La croissance économique a néanmoins repris rapidement après la crise, avec un taux spectaculaire de 9 % en 2010 et 2011 avant de ralentir en repassant sous la barre des 3 % en 2013 suite à des mesures pour contrôler la surchauffe de l’économie et pour réduire l’énorme déficit de la balance des comptes courants5.

9Les gouvernements AKP et le premier ministre d’alors M. Recep Tayyip Erdogan ont alors consolidé leurs pouvoirs électoraux et législatifs, tout en bénéficiant du nouvel environnement de politique monétaire instauré par la crise mondiale de 2007‑2008. Les principales banques centrales telles que la FED (Réserve fédérale des États‑Unis) et la Banque d’Angleterre ont injecté plusieurs milliards de dollars américains dans leurs économies, créant ainsi des facilités mondiales sans précédent en matière de crédits (Fawley et Neely 2013). Ces fonds ont également trouvé leur voie vers des marchés à hauts rendements mais aussi à hauts risques comme ceux de Turquie (Eichengreen et Gupta 2014).

10Sans surprise, plusieurs grands projets d’infrastructures et d’investissements pour Istanbul et pour sa périphérie, incluant l’IFCP, ont alors émergé et progressé grâce à ce contexte mondial de souplesse économique en matière de crédits. Ces projets incluaient, pour Istanbul, un nouvel aéroport qui devrait prendre la première place en Europe et au Moyen Orient, en termes de trafic passagers, et un canal artificiel à l’ouest du Bosphore pour détourner le trafic de cette voie maritime parmi les plus fréquentées du monde.

11Ces projets appelés « projets fous » par l’AKP et ses partisans ont, dès leur annonce, polarisé l’opinion publique de Turquie autour de débats environnementaux, démographiques, sociaux et culturels. Ces préoccupations et une série de défis juridiques concomitants ont été traitées par l’AKP et ses partisans à travers une stratégie combinée d’attaques rhétoriques et de projets réalisés en accéléré avec un minimum de contrôle judiciaire. Cette stratégie a été rendue possible grâce au contrôle croissant de l’AKP sur les freins et contrepoids censés contrebalancer son pouvoir exécutif et législatif. Les attaques rhétoriques de l’AKP contre ses opposants sont très courantes et fréquemment utilisées contre l’ensemble de l’opposition locale, et suggèrent l’idée d’une conspiration internationale sans faille contre le gouvernement AKP.

12La cristallisation de ce type d’attaques rhétoriques a eu lieu au cours des manifestations du parc Gezi en mai‑juin 2013. Largement diffusées dans les médias internationaux, les manifestations de Gezi ont commencé suite au lancement d’un autre « projet fou », celui de la reconstruction d’un édifice de l’époque ottomane tardive en lieu et place de l’un des rares espaces verts ayant survécu à l’urbanisation du centre‑ville d’Istanbul. Les premières manifestations extrêmement localisées de militants écologistes se sont rapidement transformées en manifestations d’envergure nationale contre l’AKP et contre M. Erdoğan. Ce dernier et ses proches alliés dans les médias ont qualifié ces manifestations de « coup d’État manqué » orchestré par des conspirateurs nationaux et internationaux contre M. Erdoğan et son parti. Cette étiquette collée sur les manifestants permettait de mettre dans un même panier des manifestants qui venaient de différents milieux sociaux et politiques et ne pouvaient pas être présentés comme directement liés aux milieux séculaires et laïques qui avaient été impliqués dans les présumées tentatives de coup d’État et les conspirations des années précédentes (Gole 2013 ; Atay 2013). Indépendamment de ces nuances sociales et politiques, compte tenu de la rhétorique de M. Erdoğan, d’une part, c’est sans surprise que plusieurs poursuites judiciaires ont été engagées contre les manifestants. Des sentences diverses ont été prononcées dans le cadre de ces poursuites, mettant principalement en cause la violation d’articles du code pénal concernant les manifestations et les marches collectives. D’autre part, les membres de la plateforme « Taksim Solidarité », l’un des principaux organisateurs des manifestations, ont été acquittés du chef d’accusation beaucoup plus grave de complot en vue de renverser le gouvernement.

  • 6 À savoir, la fuite des capitaux hors des pays émergents lorsque la FED a annoncé son intention de r (...)

13Un aspect intéressant de la réaction de l’AKP aux manifestations de Gezi a été l’effort de M. Erdoğan pour mettre en cause, dans ses discours, les acteurs financiers internationaux. Les premiers jours de manifestation, à la fin du mois de mai 2013, ont en effet coïncidé avec ce qu’on appelle désormais la crise du « Tapering Tantrum »6. Sans surprise, les marchés turcs ont également souffert de cette réaction réflexe des investisseurs internationaux. Les pertes importantes sur les marchés des actifs et des obligations turcs ont alors été aggravées par le nombre sans précédent de manifestants descendus dans les rues contre le gouvernement AKP et contre la position intransigeante de M. Erdoğan. Certains commentateurs ont même parlé d’un « printemps turc », inspiré par les manifestations et révoltes des populations de plusieurs pays d’Afrique du Nord et du Moyen‑Orient (Samaan 2013 ; Taspinar 2014). En réponse aux manifestations, M. Erdoğan a non seulement rétorqué que ces agitations étaient seulement le fait de quelques « racailles » [en turc çapulcu], mais a également accusé des conspirateurs internationaux d’être à l’origine de ce mouvement de déstabilisation, mentionnant en particulier ce qu’il a appelé le « lobby des intérêts » [faizler lobisi] dont le but aurait été de faire s’effondrer la Turquie et son leadership personnel (Atay 2013, Kilic 2014).

14Pour faire simple, le lobby des intérêts se réfère aux investisseurs internationaux à revenu fixe en Turquie dont le but est d’obtenir des rendements plus élevés sur leur exposition à la dette du gouvernement turc. De l’avis de M. Erdoğan – comme il l’a exprimé toujours plus fortement au cours des événements de Gezi – ce lobby chercherait à déstabiliser la Turquie en manipulant les marchés turcs et en utilisant son pouvoir économique à des fins politiques. M. Erdoğan avait déjà utilisé cette expression dans les années précédentes, quand il faisait référence au succès de son gouvernement dans la réduction des taux d’inflation et d’intérêt élevés des années 1990 et du début des années 2000. Cependant, jusqu’alors, à chaque fois que les marchés turcs subissaient des pertes pour des raisons locales ou internationales, M. Erdoğan avait rarement accusé les capitaux internationaux d’intentions malignes de renverser un gouvernement démocratiquement élu en Turquie. Au contraire, en règle générale, il présentait les investissements internationaux comme un facteur très appréciable traduisant la volonté politique forte et la stabilité apportée par le gouvernement AKP et son leadership personnel. Cependant, avec la coïncidence des manifestations de Gezi et de la crise du Tapering Tantrum qui a conduit à un crash majeur des marchés turcs, la rhétorique de M. Erdoğan au sujet des investisseurs internationaux a opéré un tournant à 180 degrés.

  • 7 Selon des sources CMB non divulguées citées dans un rapport médiatique “Faiz Lobisi Bulunamadı” [Le (...)

15Les attaques discursives de M. Erdoğan contre les investisseurs internationaux ont très vite pris la forme d’enquêtes judiciaires de grande envergure et sans précédent contre ces mêmes investisseurs internationaux et leurs courtiers turcs. À ce jour (en 2016), il n’y a eu aucune déclaration officielle pour confirmer l’existence d’un tel lobby qui aurait tenté de renverser le gouvernement par des moyens économiques ou pour annoncer des mesures prises pour faire face à ce lobby. Malgré cette absence de déclaration officielle, il semble bien que le régulateur de marché turc semble avoir renoncé à l’enquête contre ce lobby à la fin de l’année 2013, sans avoir pu trouver aucune preuve significative de manipulation des marchés7. Malgré l’absence de résultats, ces enquêtes judiciaires ont donné aux professionnels turcs et internationaux de la finance un message ferme leur rappelant qu’ils étaient surveillés par l’appareil d’État.

Vu des marchés turcs

16Quand on connaît la culture des marchés contemporains en Turquie, on peut s’attendre à ce que la rhétorique et les actions contre le lobby des intérêts trouvent vite un écho et des soutiens au sein des investisseurs particuliers turcs. Depuis la déréglementation des marchés dans les années 1980, la présence croissante des investisseurs étrangers sur les marchés turcs a ouvert la voie à des affabulations et à des comportements curieux chez les investisseurs turcs. Cela inclut un opportunisme commercial vis‑à‑vis des investisseurs étrangers peu méfiants qui prend la forme de « commandes de front » consistant à acheter avant les étrangers pour leur revendre avec profit. Une autre forme d’opportunisme concerne ceux qu’on appelle les « étrangers à moustache », expression qui se réfère aux investisseurs turcs possédant des comptes off‑shore permettant aux investisseurs étrangers, depuis les années 1990, de bénéficier d’exonérations fiscales. Ces comptes off‑shore étaient généralement détenus par des investisseurs appartenant à la notabilité turque qui avait amassé une quantité importante d’actifs financiers et participait quotidiennement à la bourse en influençant les valeurs des marchés. La majorité des acteurs des marchés turcs, y compris les régulateurs, considérait généralement ce type d’activité comme une forme de manipulation des marchés aux détriments d’autres investisseurs turcs et étrangers, mais d’autres les considéraient comme un marché officieux permettant le maintien des liquidités et de la justesse des valeurs dans un marché national aussi volatil que l’ISE (Tarim 2010).

17Après la crise de 2001, beaucoup de ces « étrangers à moustaches » ont perdu leur pouvoir au sein de l’ISE. Certains professionnels de la finance proches de ces investisseurs ont alors déploré le manque de soutien du gouvernement dans ces moments de difficultés financières pour ces investisseurs et pour les courtiers qui leurs étaient associés. Selon eux, ce manque de soutien a démontré l’amour indéfectible des gouvernements turcs successifs pour tout ce qui est « occidental ». Ce point de vue développé par mes interlocuteurs peut être confirmé par l’intérêt grandissant des investisseurs internationaux pour les actifs turcs lors de la période de réformes structurelles post‑2001. En 2007, la part des investisseurs étrangers dans les valeurs turques est passée à 72 %, soit plus du double de ce qu’elle était dans les années 1990. De plus, l’automatisation et la numérisation des marchés turcs ont aussi joué un rôle central dans ces changements puisque les nouvelles technologies ont facilité plus que jamais l’accès aux informations et ont en particulier rendu plus visible ce que les investisseurs étrangers faisaient au sein de l’ISE. L’ensemble de ces facteurs a incité les investisseurs particuliers et leurs courtiers à inventer quelques théories plus ou moins solides quant aux volontés manipulatrices des étrangers sur les marchés turcs (Tarim 2009). Le point culminant de la notoriété nationale de ces théories a été atteint en 2008 lorsque la Cour constitutionnelle a dû se prononcer sur le cas de l’interdiction de l’AKP. Alors que beaucoup attendaient une décision en faveur de l’interdiction qui aurait souligné la permanence de la puissance des milieux laïques, cela ne se produit pas puisque le vote très serré (6 voix contre 5) s’est fait en faveur de peines plus légères prononcées contre l’AKP. De nombreux investisseurs se sont alors indignés du fait que les étrangers avaient été informés de cette décision par des fuites avant l’annonce officielle. Ces allégations, néanmoins, n’ont pas conduit à une enquête approfondie des organismes de régulation. Elles ont même été sévèrement rejetées au motif que les investisseurs étrangers avaient pris, comme à leur habitude, des décisions financières fondées sur une analyse économique solide qui démontrait les fortes perspectives de croissance de l’économie turque (Tarim 2012). Comme mentionné précédemment, du côté de M. Erdoğan et du camp de l’AKP, les fluctuations des marchés qui incluent l’exposition des investisseurs internationaux aux marchés turcs ont continué à faire partie des argumentaires rhétoriques visant à démontrer à quel point la gestion économique de l’AKP était efficace (lorsque les marchés se ralliaient), et au combien les milieux laïques déstabilisaient le pays (lorsque les marchés étaient nerveux en raison des incertitudes entre autres politiques).

18Dans ce cas, qu’a‑t‑il bien pu arriver depuis l’été 2008 pour que non seulement M. Erdoğan développe une nouvelle rhétorique mais aussi que les organismes de régulation se retournent contre les investisseurs étrangers autrefois loués ? La consolidation de l’AKP et du pouvoir de M. Erdoğan face aux défis, entre autres juridiques, imposés par les milieux laïques a été quasiment achevée en 2013. En 2014, dans une dramatique série d’événements, un autre obstacle a surgi, constitué cette fois par d’anciens alliés juridiques et policiers qui s’étaient enracinés au sein même des institutions publiques et de ses cabinets ministériels. Pour faire face à ce nouvel obstacle, le gouvernement AKP a entrepris un déracinement massif des cadres de l’État supposés être liés au mouvement de M. Fethullah Gülen, aussi appelé « Mouvement Hizmet », un des plus proches alliés de M. Erdoğan dans les défis laïques des années précédentes (Taspinar 2014).

19C’est dans ce contexte de montée incontrôlée et inégalée du pouvoir législatif et exécutif de M. Erdoğan qu’il faut comprendre les innombrables discours de ce dernier sur des sujets très variés, qu’il s’agisse de déprécier le droit à l’avortement (Atay 2013) ou bien encore d’expliquer les raisons pour lesquelles les taux d’intérêt plus élevés conduisent à une inflation plus élevée – contrairement aux théories des sciences de l’économie généralement confirmées par des preuves solides analysées sur le long terme (Mishkin, 1992). Maintenant que M. Erdoğan est devenu le premier président de Turquie élu au suffrage universel – une position qui néanmoins se caractérise par des pouvoirs constitutionnellement limités – il ne cache plus sa volonté de donner à la Turquie un régime présidentiel « à la turque ». Ce régime impliquerait, de facto, le contrôle de M. Erdoğan sur l’ensemble des branches et des institutions de l’État. Cela inclut la banque centrale turque qui a joui jusqu’à présent d’une autonomie dans la gestion des politiques monétaires de ciblage de l’inflation depuis 2002.

20Depuis plusieurs années, la politique de taux d’intérêt de la banque centrale a attiré de vives critiques de la part des ministres de l’AKP et de M. Erdoğan lui‑même se plaignant de taux trop élevés préjudiciable à la croissance économique turque – un phénomène que beaucoup considèrent comme la clé des victoires électorales de l’AKP. Le ralentissement des taux de croissance économique, tombés sous la barre des 3 % (contre une moyenne sur l’ensemble de la période républicaine autour de 5 %), conjugué à la persistance d’une inflation élevée semblent avoir été un souci pour l’AKP car ses résultats électoraux au cours des élections successives depuis 2002 se révèlent en effet être étroitement liés à la croissance économique du pays et aux performances en matière d’emploi (Onis 2012).

21Dans ce contexte de ralentissement de la croissance économique, d’inflation élevée et de taux directeurs relativement bas fixés par la banque centrale turque, les actifs turcs ont perdu leur attrait pour les investisseurs internationaux. Une conséquence directe de cette évolution est le ralentissement des flux de capitaux vers la Turquie qui ont jusqu’alors été essentiels à l’équilibre du déficit courant turc. En outre, la politique américaine de hausse des taux de la FED à la fin de l’année 2015 s’est faite grâce à des fuites significatives de capitaux des pays émergents, y compris de Turquie. En dépit de ces nouvelles conditions de crédit défavorables pour les pays émergents du monde entier, le gouvernement turc n’a pas eu de grande difficulté à lever des capitaux et à maintenir le niveau de ses déficits budgétaires et de sa dette existante, qui, comparé aux pays de l’UE, se maintiennent à des valeurs très basses (Akin 2015). Les réformes structurelles turques de la période post‑2001 et l’engagement de l’AKP dans ce sens ont mis fin au capitalisme de coupons des années 1990. Pour l’autre franc succès de AKP – à savoir le début des négociations d’adhésion à l’UE –, la situation semble en revanche être malheureusement gelée en raison d’une combinaison de facteurs anciens et nouveaux, tels que la question de Chypre et la hausse de l’opposition culturelle et politique à l’élargissement de l’UE. Le contrôle autoritariste de plus en plus flagrant de M. Erdoğan sur la bureaucratie turque, sur l’appareil judiciaire et sur les médias ne semble pas non plus jouer en faveur de la cause turque au sein de l’Union européenne (Aksaray et Baybars‑Hawks 2011 ; Taspinar 2014).

  • 8 Bloomberg Business, “Turkey’s Vanishing $ 8 Billion. no one knows where this money is coming from”, (...)

22Dans cette nouvelle ère de contraction mondiale des crédits et de taux directeurs élevés, des difficultés à lever des fonds sont principalement attendues pour les débiteurs turcs privés, y compris les banques, qui sont confrontés à une croissance rapide des marchés du crédit à la consommation et à la question de la dette des consommateurs de Turquie. Dans ce contexte, les « projets fous » devraient également faire face à des difficultés à mobiliser les crédits et les refinancements. Fait intéressant, la Turquie a profité d’un faisceau de circonstances en sa faveur – en particulier des omissions nettes et des erreurs dans sa balance des paiements. Récemment, le pays a en effet bénéficié de plusieurs milliards de dollars de flux de ce genre, en général des transactions telles que des exportations et des investissements directs et/ou de portefeuilles étrangers dont la provenance ne peut être retracée8. En attendant M. Erdoğan, dans ses discours fréquents et télévisés destinés à des publics variés, ne semble pas fléchir dans ses attaques discursives contre le lobby des intérêts et ses complices locaux.

  • 9 Ces chiffres ont été compiles par la Turkish Capital Markets Association’s (TCMA) dans ses rapports (...)
  • 10 Voir note 8.

23D’un autre côté, ces attaques semblent ne pas trouver d’écho parmi les investisseurs particuliers turcs et leurs courtiers, du moins pas autant que dans la période antérieure à 2008. Quand en 2014, je leur ai posé la question, beaucoup de mes interlocuteurs eux‑mêmes investisseurs particuliers turcs considéraient que le faisceau de circonstances qui a aidé la Turquie à maintenir son équilibre budgétaire dans cette phase récente de contraction des crédits aurait pu trouver sa voie dans les marchés financiers turcs et les maintenir au‑dessus de l’eau malgré des fondamentaux économiques ternes. Un autre point de vue au sujet de ce faisceau est qu’il est de couleur verte, couleur qui fait référence à l’idée que M. Erdoğan aurait parmi ses alliés proches des personnes d’origines moyen‑orientales. Quant aux investisseurs étrangers de l’ISE, selon les statistiques de l’industrie, leur niveau de participation à l’ISE semble avoir fluctué entre 62 % et 67 % de 2009 à 2014, après un pic à 72 % en 20079. Bien que ces mouvements d’entrée et de sortie semblent avoir coïncidé avec les grands événements locaux et internationaux tels que les victoires de l’AKP aux différentes élections, les manifestations de Gezi Park, et la crise récurrente de la zone euro, la limite inférieure de cette tranche témoigne de l’existence d’une base d’investisseurs étrangers dévoués dont l’exposition aux marchés et aux actifs turcs est permanente. Géographiquement, malgré les rumeurs récentes à propos du flux de capitaux moyen‑orientaux vers l’économie turque, le socle d’investisseurs étrangers dévoués, selon les chiffres de l’industrie, reste principalement lié à l’Amérique du Nord et à l’Europe10. Par exemple, à la fin de l’année 2014, plus de 90 % de la participation totale des capitaux étrangers dans l’ISE venait des États‑Unis et de l’UE. Parmi les investisseurs des pays du Moyen‑Orient, seule la participation de l’Arabie Saoudite a connu une augmentation appréciable, mais elle se limite encore à 2,5 % de la participation des investisseurs provenant de chaque pays européen. C’est aussi dans ces régions occidentales que les interventions et pressions politiques récentes sur les marchés et les institutions turcs sont étroitement surveillées et considérées comme des indices d’un potentiel changement de paradigme dans la gestion de l’économie turque. Les aspects les plus importants de ce potentiel changement de paradigme peuvent être pressentis à partir de la façon dont les déficits budgétaires et fiscaux se dirigent vers un cycle économique plus expansionniste – similaire à celui du capitalisme de coupons des années 1990 – où un taux de chômage élevé côtoie une stagnation de la croissance économique. Un tel changement serait accompagné d’un changement dans l’administration et l’autonomie de la banque centrale qui rendrait cette dernière plus perméable aux orientations et aux interventions politiques. L’ensemble de ce type d’interventions tirerait sans doute vers le bas le rang de la Turquie et d’Istanbul dans les indices mondiaux d’activités et de flux financiers

Où en est l’IFCP ?

24Comme expliqué ci‑dessus, l’état de l’économie et des marchés turcs a été étroitement lié aux cycles économiques mondiaux et aux dynamiques politiques locales. Bien que, en ce nouveau millénaire, l’effet des politiques sur l’économie turque semble s’être stabilisé autour de la question des réformes et de la prudence macroéconomiques, les événements politiques récents en Turquie témoignent de réels changements. Si M. Erdoğan et l’AKP réussissent à mettre à exécution leur projet de passage à un système présidentiel, cela signifiera une économie turque beaucoup plus perméable aux influences du pouvoir central dans un environnement mondial de contraction des crédits. Couplé à l’incertitude politique actuelle en Turquie, cette situation semble déjà avoir entrainé la récente baisse d’Istanbul dans le Global Financial Centres Index (GFCI).

25Pendant ce temps, la construction de l’IFCP devrait se terminer dans l’espace de quelques années. Le cœur physique de l’IFCP à Ataşehir, construit par un entrepreneur particulièrement proche de l’AKP, est conçu non seulement comme un centre financier, mais aussi comme un quartier résidentiel et commerçant. Cependant, à l’ère de la numérisation et de la communication instantanée, il n’y a pas de raisons évidentes permettant de justifier le déménagement des sièges des organismes de régulation financière et des banques d’État d’Ankara à Ataşehir. Dans la même veine, l’ISE a déjà annoncé qu’il conserverait son siège actuel à İstinye, un quartier situé à environ 20 kilomètres au nord‑ouest de l’IFCP. En revanche, la création du campus de l’IFCP à Ataşehir va sûrement faire augmenter la valeur des biens immobiliers dans le secteur mais aussi les charges de trafic et les densités de circulation dans cette zone résidentielle d’Istanbul déjà densément peuplée et caractérisée par la verticalité du bâti.

  • 11 Reuters, “Nasdaq to acquire 5 percent in Borsa Istanbul”, par Can Sezer, 31 décembre 2013, disponib (...)

26Quelle que soit la décision de l’ISE, le marché boursier lui‑même a récemment connu quelques changements liés aux divers objectifs de l’IFCP. Maintenant appelé « Borsa Istanbul » (BİST), l’ISE est partiellement détenue par un des leaders américains des marchés d’actions, le NASDAQ, et est prêt à être privatisé par appels publics11. Les marchés organisés des obligations, des produits dérivés et des métaux, dont certains fonctionnaient auparavant de manière indépendante ont été tous réunis sous le toit de Borsa İstanbul. De plus, le nombre d’instruments financiers négociés à Borsa İstanbul a augmenté. Cette diversification des produits fournit aux investisseurs locaux et internationaux de meilleures opportunités pour gérer leurs risques sur le marché turc. Borsa İstanbul offre aussi désormais un accès direct aux marchés qui réduit, pour les investisseurs, la nécessité de recourir aux courtiers. Cela permettra également d’ouvrir la voie à du trading à haute fréquence – une nouvelle forme d’activité financière qui devient petit à petit la norme sur les marchés des pays développés.

27D'autres évolutions notables sur les marchés turcs sont la croissance significative des émissions d’obligations d’entreprises et l’augmentation des investissements par les ménages turcs dans un système de retraite privé en plein essor, grâce à une contribution supplémentaire très attrayante de l’État à hauteur de 25 % des économies annuelles réalisées par les cotisants (World Bank 2012). Tous ces développements signalent un approfondissement et un élargissement des marchés turcs, qui, à long terme, devraient se stabiliser et devenir plus attractifs non seulement pour de potentiels nouveaux investisseurs internationaux, mais aussi pour les épargnants turcs. Ce dernier groupe, en règle générale, préfère éviter d’investir ses économies dans des marchés organisés et préfère des véhicules d’épargne comme les dépôts bancaires, l’immobilier, l’or ou les devises étrangères (World Bank 2012). Une transformation des épargnants turcs en investisseurs dans les marchés turcs semble être essentielle pour développer les actifs nationaux sous gestion professionnelle dont la présence est actuellement négligeable sur les marchés turcs. Une telle transformation expansionniste permettra également de faire d’Istanbul et de son IFCP un centre financier plus attrayant pour les investisseurs, les entreprises et les professionnels de la finance internationale.

28Parmi les principales réformes et initiatives planifiées dans les domaines des ressources humaines, de la technologie, de la justice, de la législation et dans les autres champs d’activité de l’IFCP, certaines vont sûrement prendre du temps avant de porter leurs fruits. Par exemple, dans le domaine des ressources humaines, la possibilité, à court terme, de former ou de faire venir à Istanbul une main‑d’œuvre capable de répondre aux divers besoins des organisations économiques et financières mondiales relève sûrement de l’exploit. C’est d’autant plus vrai que la main‑d’œuvre mondiale existante est facilement attirée par les grands centres financiers mondiaux situés en Europe occidentale, en Amérique du Nord et en Asie de l’Est, là où les structures technologiques, juridiques et sociales mais aussi les structures de services sont solidement intégrées (Sassen, 2005). L’alternative d’effectifs formés sur place selon les standards qui prévalent dans les principaux centres mondiaux va quant à elle sans doute prendre du temps et nécessiter des investissements importants de la part des agents publics et privés de Turquie (Banks Association of Turkey 2007, 15).

  • 12 Dunya Gazetesi “Istanbul Tahkim Merkezi icin start verildi” [Feu vert pour le Centre d’arbitrage d’ (...)

29D’autre part, les changements que Borsa İstanbul a connus en termes de technologie, de diversité des produits et de convergence vers les normes des marchés mondiaux sont relativement plus faciles à réaliser, surtout dans le cadre de la coopération avec des partenaires mondiaux tels que le NASDAQ. Néanmoins, une autre série de difficultés peut apparaître dans le domaine juridique. Grâce à l’autonomie de Borsa İstanbul et du Capital Market Board de Turquie qui tous deux possèdent une expertise de longue date dans les théories et les pratiques des marchés financiers, la réglementation des marchés de Turquie s’aligne petit à petit sur les normes qui dominent la scène financière mondiale. Néanmoins, un obstacle majeur au fonctionnement efficace des marchés turcs en tant que centre financier régional et/ou mondial sera la compatibilité entre, d’un côté, les codes commerciaux, fiscaux et commerciaux existants et, de l’autre côté, les marchés turcs en pleine évolution et les meilleures pratiques mondiales dans les domaines des affaires et de la finance. Ce dernier domaine est l’objet de concurrences farouches et se révèle être parfois litigieux en termes d’équilibre entre, d’une part, les droits des investisseurs internationaux et, d’autre part, la responsabilité et la transparence des affaires et de la finance mondiale dans les contextes nationaux. Une volonté politique forte et consensuelle est nécessaire pour amener les codes juridiques existants et la constitution de 1982 vers les normes écrites et pratiques les plus répandues en Occident, où se trouve encore la plupart des centres financiers d’envergure internationale. De plus, les récentes initiatives telles que la création d’un centre d’arbitrage international des affaires à Istanbul qui va sûrement consolider la compétitivité de l’IFCP doivent se montrer convaincantes et crédibles en s’alignant sur les normes et les pratiques internationales les plus élevées12. Au moment de la rédaction de cet article, la politique turque est dans l’impasse, tournant sur elle‑même, autour des ambitions de M. Erdoğan de transformer le régime du pays en un système présidentiel « à la turque ». Dans un tel contexte, toute réforme approfondie de quelque partie que ce soit ou de l’ensemble du système juridique turc semble plutôt improbable. Même si ces réformes sont menées, et incluent la création du centre d’arbitrage précité, leur crédibilité reste en suspens face à la question d’un système politique, économique et financier qui sera soumis à l’influence constitutionnellement incontrôlée du « super‑président ».

  • 13 Voir note 1. Voir aussi : « Mega İslam Bank için İstanbul ve Cakarta’da iki merkez formülü » [Solut (...)
  • 14 L’exemple le plus connu est celui de M. Yigit Bulut, ancien critique farouche de la politique d’Erd (...)
  • 15 Hurriyet Daily News, “Borsa Istanbul chair says all stocks exchanges should be run in Islamic way” (...)

30Compte tenu de ces dynamiques complexes qui conditionnent l’évolution de l’IFCP, un des objectifs de ce projet mérite d’être mentionné ici : faire d’Istanbul un centre majeur pour la banque et la finance islamiques dans le monde13. Sur le site Internet de l’IFCP, les termes exacts utilisés pour désigner ce type de banque sont « banque participative et finance libre de taux d’intérêt ». Plusieurs banques répondant à cette désignation sont actives en Turquie depuis déjà quelques décennies. Elles opèrent, comme leurs homologues dans le monde, sur la base de collectes de fonds de déposants qui sont ensuite investis dans des sociétés et des domaines d’investissement « appropriés ». Au lieu de recevoir des intérêts comme dans les banques de dépôt classiques, les déposants des banques islamiques se voient offrir une partie des bénéfices de ces investissements « appropriés ». Dans cette même logique islamique, par exemple, les entreprises impliquées dans la production et/ou la distribution d’alcool sont hors des champs d’investissement de ces banques. Un autre type de système de finance et de banque islamique est basé sur des obligations islamiques dites « sukuk ». Comme dans les banques de dépôt islamiques, les émetteurs de sukuk collectent des fonds qu’ils engagent ensuite dans des activités d’investissement conformes à la sharia. Les émetteurs promettent de payer une partie de leurs bénéfices aux détenteurs de sukuk à travers des paiements périodiques et à la date de remboursement du sukuk. Actuellement, les actifs conformes à la sharia à l’échelle mondiale sont concentrés dans les pays voisins de la Turquie comme l’Iran (36 %), l’Arabie Saoudite (14 %) et les Emirats Arabes Unis (8 %). De plus, la finance islamique connaît une croissance rapide locale et internationale dans certains pays d’ExtrêmeOrient comme la Malaisie (Valdez and Molyneux 2015). Pour être compétitif dans ce type de services bancaires et financiers qui concernent des marchés régionaux et mondiaux denses, il est essentiel de créer un conseil des fatwas internationalement reconnu pour établir des avis juridiques répondants aux besoins complexes des utilisateurs de la finance islamique (Valdez and Molyneux 2015). Certains des proches alliés de M. Erdoğan ont longtemps préconisé la nécessité de créer en Turquie un tel conseil des fatwas pour étendre la portée nationale et régionale des marchés turcs14. Dans les faits, l’actuel président du conseil administratif de Borsa İstanbul, nommé récemment par le gouvernement AKP, a fait remarquer que les marchés boursiers devraient devenir des plateformes où les capitaux de la finance islamique devraient prévaloir sur tous les autres types de marchés et d’instruments au lieu de seulement offrir une alternative en proposant quelques produits conformes à la sharia15. Cette vision est sans doute proche des positions de M. Erdoğan au sujet de l’avenir de Borsa İstanbul et de l’IFCP. Néanmoins, une telle vision rétrécit de manière significative la portée géographique des futurs utilisateurs de l’IFCP et l’éloigne d’une large base d’utilisateurs internationaux impliqués dans le secteur bancaire et la finance traditionnels.

Conclusion

31Cet article a tenté de démontrer les liens entre les dynamiques nationales et mondiales qui se sont combinées pour ouvrir la voie à la montée de l’AKP et à la transformation des modes de gouvernance en Turquie. L’IFCP a certes des objectifs louables et particulièrement nécessaires pour étendre la portée et l’amplitude actuelles des marchés financiers de Turquie ; mais, sans progrès des réformes et sans initiatives pour atteindre ces objectifs sur le plan macroéconomique, l’IFCP n’émergera pas de la multitude de projets d’infrastructures et de constructions que l’AKP a mis en action dans le contexte post‑2007‑2008 d’excès d’épargne mondiale. Les dynamiques politiques actuelles en Turquie montrent clairement du doigt l’impasse constituée par la perspective d’un régime présidentiel plutôt autoritaire. La détérioration de la stabilité et de la sécurité politiques, conjuguées à la réintroduction progressive, à l’échelle mondiale, de conditions plus strictes de crédit ont engendré un ralentissement de l’économie et la fuite des capitaux hors de l’économie turque. En dépit, ces dernières années, de l’influence perceptible des capitaux et de la politique des pays du Moyen‑Orient en Turquie, les statistiques des marchés dépeignent plutôt un tableau où, au moins dans le cas de Borsa İstanbul, la finance est dominée par une base solide d’investisseurs occidentaux. D’un autre côté, M. Erdogan et ses partisans au sein de la bureaucratie, des entreprises et des médias semblent voir des solutions qui passeraient par un virage progressif vers un système politique entre les mains d’un seul homme fort, formule qui, dans l’arrière‑pays oriental de la Turquie, demeure particulièrement fréquente. Une telle préférence politique aurait des conséquences certaines pour le devenir de l’IFCP mais aussi et surtout pour l’ensemble de l’économie turque.

Haut de page

Bibliographie

Akin, E. 2015. “Elde var “mali disiplin” !”, KMPG Blog. 17 septembre 2015, disponible sur http://www.kpmgvergi.com/Blog/Pages/FullBlog.aspx?article=498.

Akser, M. and Baybars Hawks, B. 2012. « Media and Democracy in Turkey: Toward a Model of Neoliberal Media Autocracy ». Middle East Journal of Culture and Communication, 5 (2012): 302–321.

Akyurek, C. 2006. « The Turkish Crisis of 2001: A Classic?", Emerging Markets Finance and Trade, 42 (1): 5–32.

Alper, C.E. and Onis, Z. 2003. « Financial Globalization, the Democratic Deficit and Recurrent Crises in Emerging Markets: The Turkish Experience in the Aftermath of Capital Account Liberalization ». Emerging Markets Finance and Trade, 39(3): 5–26.

Alper, C.E. and Yilmaz, K. 2004. « Volatility and Contagion: Evidence from the Istanbul Stock Exchange ». Economic Systems, 28(4): 353–67.

Atay, T. 2013. « The Clash of’Nations’in Turkey: Reflections on the Gezi Park Incident ». Insight Turkey, 15 (3): 3944.

Bank Association of Turkey (2007) Istanbul International Financial Centre Feasibility Study.Available at https://www.tbb.org.tr/en/Content/Upload/Dokuman/69/11122007.pdf

Capoglu, G. 2004. « Anatomy of a Failed IMF Program: The 1999 Program in Turkey » Emerging Markets, Finance and Trade, 40 (3): 84–100.

Chambers, N. 2006. « The Creation, Development, and Operation of the Istanbul Stock Exchange » Mali Cozum Dergisi (Ozel Sayi), 76: 141–77

Dagi, I. 2008. « Turkey’s AKP in Power ». Journal of Democracy, 19 (3): 2530

Denizer, C., Gultekin, M. & Gultekin, N. 2000. « Distorted Incentives and Financial Development in Turkey », paper prepared for the’Financial Structure and Economic Development’conference organised by the World Bank. 10–11 February, Washington, DC [dernier accès le 2 septembre 2010], http://siteresources.world bank.org/DEC/Resources/distorted_incentives_turkey.pdf.

Dufour, M. & Orhangazi, O. 2009. « The 2000–2001 Financial Crisis in Turkey: A Crisis For Whom?" Review of Political Economy, 21(1): 101–22.

Eichengreen, B. and Gupta, P. 2014. « Tapering Talk: The Impact of Expectations of Reduced Federal Reserve Security Purchases on Emerging Markets ». World Bank Policy Research Working Papers. January 2014.

Erturk, I. 2003. « Governance or Financialization: The Turkish Case ». Competition & Change, 7(4): 185–204.

Fawley, B.W. and Neely, C.J. 2013. « Four stories of quantitative easing ». Federal Reserve Bank of St. Louis Review, 95 (1), 5188.

Gole, N. 2013. « Gezi – Anatomy of a Public Square Movement ». Insight Turkey, 15 (3): 714.

Gumuscu, S. and Sert D. 2010. « The March 2009 Local Elections and the Inconsistent Democratic Transformation of the AKP Party in Turkey ». Middle East Critique, 19 (1): 5570.

Gunter, M. and Yavuz, H. 2007. « Turkish Paradox: Progressive Islamists versus Reactionary Secularists ». Middle East Critique, 16 (3):289301

Heynes, J. 2009 « The AKP Government in Turkey: Politics, Democracy and the Media », in Media, Religion and Conflict, edited by L. Marsden and H. Savigny. Surrey: Ashgate, pp. 95114.

Kazgan, G. 2005. Türkiye Ekonomisinde Krizler 1919–200: Ekonomi Politik Acisindan Bir Irdeleme. Istanbul: Bilgi Üniversitesi.

Kazgan, H. 1995.Tarih Boyunca Istanbul Borsasi. Istanbul: ISE Publications.

Kilic, M. 2014. « Chapulling’Turkish Spring’: Strike of an Unpredictable Synchro nization ». Turkish Journal of Politics, 4(1): 113144.

Mishkin, F. 1992. « Is the Fisher effect for real?: A reexamination of the relationship between inflation and interest rates ». Journal of Monetary Economics, 30 (2): 195–215.

Onis, Z. 2012. « The Triumph of Conservative Globalism: The Political Economy of the AKP Era ». Turkish Studies, 13(2): 135152.

Patton, M.J. 2007. « AKP Reform Fatigue in Turkey: What has happened to the EU Process?" Mediterranean Politics, 12(3): 339358.

Samaan, J. 2013. « The rise and fall of the “Turkish model” In the Arab world ». The Turkish Policy Quarterly, 12(3): 6169.

Sassen, S. 2005. « The Embeddedness of Electronic Markets: The Case of Global Capital Markets." In: K. K. Cetina and A. Preda, eds, The Sociology of Financial Markets. Oxford: Oxford University Press, pp. 17–37

Tarim, E. 2009. « Tilly’s Technical Accounts and Standard Stories Explored in Financial Markets: The Case of the Istanbul Stock Exchange ». Sociological Research Online, 14 (5). disponible sur: www.socresonline.org.uk/14/5/21.html

Tarim, E. 2010. « Two Waves of Globalization in the Istanbul Stock Exchange and the Evolution of the Domestic Retail Investor ». Competition and Change, 10 (34), 34362.

Tarim, E. 2012. « Storytelling and Structural Incoherence in Financial Markets ». Journal of Interdisciplinary Economics, 24 (2): 115144.

Taspinar, O. 2014. « The End of the Turkish Model ». Survival, 56 (2): 4964.

Valdez, S. and Molyneux, P. 2015 An Introduction to Global Financial Markets, 8th edi tion. Palgrave Macmillan.

World Bank. 2012. « Turkey Corporate Bond Market Development. Priorities and Challenges. Report No. 66711TR ».

Yildirim, A. 1995. Tophanede Buyuk Oyun: Borsanın 10 Yıllık Fırtınalı Öyküsü. Istanbul : Guncel Yayıncılık

Haut de page

Notes

1 IFCP, “Istanbul International Financial Center,” sans date, disponible sur http://www.ifcturkey.com/istanbul-international-financial-center/, dernier accès le 19 septembre 2015.

2 IFCP-Initiative, “İstanbul, Finans Merkezleri Endeksi´nde geriledi - 23.03.2015” [Istanbul a reculé dans l’Index des Centres financiers internationaux -23.03.2015, disponible sur http://www.istanbulfinansmerkezigirisimi.com/en/news, dernier accès le 19 septembre 2015.

3 L’index est compilé par le Z/Yen group et sponsorisé par la Qatari Financial Authority. Pour plus de détails, voir les derniers rapports de l’index sur http://www.zyen.com/research/gfci.html.

4 Quand un procès en fermeture a été intenté contre le parti AKP [ndlt].

5 The economist, “strong but vulnerable. Turkey remains highly exposed to loss of confidence by foreign investors”, 15 juin 2013, dispponible sur http://www.economist.com/node/21579491/print, dernier accès le 19 septembre. 2015

6 À savoir, la fuite des capitaux hors des pays émergents lorsque la FED a annoncé son intention de ralentir son vaste programme de rachat d’actifs financiers de plusieurs trillions d’US dollars dans l’économie américaine ; programme qui alimentait la surabondance d’actifs à l’échelle mondiale (Eichengreen et Gupta 2014).

7 Selon des sources CMB non divulguées citées dans un rapport médiatique “Faiz Lobisi Bulunamadı” [Le lobby des intérêts n’a pas été démasqué] par Hulya Güler dans Hürriyet (30 décembre 2013), l’enquête n’avait pas pour but de produire des preuves définitives de manipulation du marché par les investisseurs internationaux et leurs courtiers turcs. L’investigation d’Hulya Güler est disponible sur : http://www.hurriyet.com.tr/ekonomi/25467161.asp (en turc), consulté le 20 septembre 2015.

8 Bloomberg Business, “Turkey’s Vanishing $ 8 Billion. no one knows where this money is coming from”, par Onur Ant, 29 janvier 2015, disponible sur http://www.bloomberg.com/news/ articles/2015-01-29/the-7-9-billion-in-turkey-s-mystery-money-that-later-disappeared , dernière accès le 19 septembre 2015.

9 Ces chiffres ont été compiles par la Turkish Capital Markets Association’s (TCMA) dans ses rapports annuels sur les marchés turcs. Les membres de la TCMA sont majoritairement des entreprises de courtages et des banques. Le rapport (en turc et en anglais) est accessible sur http://www.tspakb.org.tr/tr/

10 Voir note 8.

11 Reuters, “Nasdaq to acquire 5 percent in Borsa Istanbul”, par Can Sezer, 31 décembre 2013, disponible sur http://www.reuters.com/article/2013/12/31/us-turkey-stock-nasdaq-idusbre9bu05c20131231, dernier accès le 19 septembre 2015.

12 Dunya Gazetesi “Istanbul Tahkim Merkezi icin start verildi” [Feu vert pour le Centre d’arbitrage d’Istanbul], 23 mars 2015, http://www.dunya.com/ekonomi/ekonomi-diger/istanbul-tahkim-merkeziicin-start-verildi-256768h.htm , dernier accès le 5 janvier 2016.

13 Voir note 1. Voir aussi : « Mega İslam Bank için İstanbul ve Cakarta’da iki merkez formülü » [Solution du site double, à Istanbul et à Djakarta, pour la Méga Banque Islamique], Dünya, 12 05 2016, p. 1 et p. 7.

14 L’exemple le plus connu est celui de M. Yigit Bulut, ancien critique farouche de la politique d’Erdoğan des premières années de l’AKP et aujourd’hui conseiller présidentiel en matière d’économie. Dans un éditorial écrit dans le journal Star le 19 août 2015, Bulut réitérait sa « vision des fatwas » pour la finance islamique en Turquie. Cet éditorial est disponible sur http://haber.star.com.tr/yazar/ic-piyasalarda-10-kat-fazla-varligimiz-var/yazi-1050998 , dernier accès le 19 septembre 2015.

15 Hurriyet Daily News, “Borsa Istanbul chair says all stocks exchanges should be run in Islamic way” 10 septembre 2015 http://www.hurriyetdailynews.com/borsa-istanbul-chair-says-all-stocks-exchanges-should-be-run-in-islamic-way.aspx?pageId=238&nId=88282&newscatId=346, dernier accès le 19 septembre 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emre Tarim, « Quel avenir pour Istanbul en tant que centre financier international ? », Anatoli, 7 | 2016, 63-82.

Référence électronique

Emre Tarim, « Quel avenir pour Istanbul en tant que centre financier international ? », Anatoli [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 20 mars 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://anatoli.revues.org/566 ; DOI : 10.4000/anatoli.566

Haut de page

Auteur

Emre Tarim

Sociologue, King’s College London

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org