Navigation – Plan du site
Dossier. Istanbul, capitale régionale et ville monde. Images, usages internationaux et échelles de rayonnement
Partie 1. Le repositionnement récent d’Istanbul dans les flux mondiaux

Les Jeux Olympiques au service de l’internationalisation d’Istanbul : les coûts de l’événementiel sportif

Jean‑François Polo
p. 97-123

Texte intégral

1La renommée d’Istanbul n’est plus à faire. La métropole figure désormais parmi les villes les plus visitées1 au monde et offre aux touristes l’image d’une métropole où la profondeur historique se déploie dans un site géographique exceptionnel. Mais la reconnaissance internationale d’Istanbul s’étend également à travers d’autres dynamiques et le sport participe à ce processus. Toute la « planète football » connaît les derbys des grands clubs stambouliotes (Galatasaray, Beşiktaş, Fenerbahçe) où la passion des supporters n’a guère d’équivalent sauf en Amérique du sud ou dans les grands championnats européens (Espagne, Italie, Angleterre). Par ailleurs, depuis une vingtaine d’années, Istanbul est devenue une des grandes capitales de l’événementiel sportif grâce à l’organisation de grandes compétions internationales dans tous les sports. Le Marathon d’Istanbul qui attire des milliers de coureurs de tout le globe, s’est vu attribuer par la Fédération internationale d’Athlétisme le « Label d’Or » des marathons les plus prestigieux au monde2. Istanbul a été, en outre, candidate aux Jeux Olympiques (JO) à moult reprises, battue in extremis en finale par Tokyo pour les Olympiades de 2024.

2À travers ces quelques exemples, on peut observer que l’internationalisation d’Istanbul par le sport est tout à la fois le produit des stratégies des responsables politiques et sportifs, et des dynamiques d’internationalisation du sport (qui peuvent être accompagnées et stimulées par lesdits responsables). Dès lors réfléchir à l’internationalisation d’une ville à travers le sport est une question complexe dans la mesure où il s’agit d’un processus multidimensionnel, plus ou moins guidé par des projets politiques, qui englobe à la fois des éléments concrets (flux de personnes, échanges économiques) et des éléments plus abstraits, plus symboliques comme la circulation d’images et leur réception.

  • 3 Agnès Deboulet et al., « Introduction. Internationalisation, dynamiques économiques et urbaines et (...)
  • 4 Saskia Sassen, « Introduire le concept de ville globale », Raisons politiques 2004/3 (no 15), p. 9- (...)
  • 5 Agnès Deboulet et al., op. cit., p. 12.
  • 6 Jean-François Pérouse, « Istanbul, entre paris et Dubaï : mise en conformité « internationale », ne (...)
  • 7 Au contraire même, l’investissement dans le sport s’est révélé être un miroir aux alouettes dans le (...)
  • 8 Jean-François Polo, « Avrupa Fatihi. Les enjeux européens du sport en Turquie » in C. Guionnet, l. (...)
  • 9 Jean-François Polo, “The Turkish sport diplomacy in the service of a renewed power? Uses and limits (...)

3Les dynamiques d’internationalisation des villes ont déjà donné lieu à différentes études3 qui tentent d’en saisir leurs dimensions, leurs significations et leurs effets sur l’espace urbain comme sur les populations. Pour Sassen, les grandes métropoles qualifiées de « villes globales » sont insérées dans un réseau de relations multiformes qui participent au redéploiement du capitalisme transnational4. « Cette vision est devenue un paradigme dans lequel la globalisation et ses développements urbains sont associés le plus souvent à une lecture économiciste quasi eschatologique : la globalisation serait inévitable et les villes leaders sur ce segment seraient auréolées d’un prestige lié à leur capacité à symboliser et à anticiper les modes de croissance »5. Istanbul n’échappe pas à ce processus et ses dirigeants ont cherché depuis longtemps à promouvoir leur ville à l’échelle internationale. Mais la croissance économique exceptionnelle que le pays a connue dans les années 2000, sous les gouvernements du Parti de la Justice et du Développement (Adalet ve Kalkınma Partisi‑AKP) a décuplé les ambitions et a rendu possible une frénésie de grands projets d’aménagement et d’investissement en faveur, en autres, du développement de l’industrie touristique6. En tant qu’activité aux retombées internationales multiples, le sport est devenu une priorité dans l’action des autorités politiques, non seulement en raison de son impact économique attendu (marché international du sport professionnel et amateur, revenus générés par l’événementiel sportif international, commercialisation des dérivés du sport comme les équipements sportifs ou les maillots), mais aussi parce qu’il peut permettre de diffuser une image positive d’une ville moderne et dynamique, de renforcer l’orgueil national (rivalités politico‑sportives entre les nations), de justifier des priorités en termes d’aménagement du territoire, voire même de jouer un rôle dans la diplomatie. Même si les succès escomptés ne sont pas nécessairement rencontrés7, le sport se révèle être une activité profondément intégrée à des stratégies politiques nationales et internationales qui brouille les frontières entre sport et politique8. D’ailleurs l’analyse de l’instrumentalisation du sport à des fins de politique internationale a donné lieu à de nombreuses publications savantes et médiatiques sur la diplomatie sportive, abusivement qualifiée de « sport power »9.

4Nous allons nous intéresser ici à l’usage politique du sport qui obéit à une double stratégie : développement économique et influence internationale. Nous montrerons que si le processus remonte aux années 1990, c’est véritablement sous les gouvernements de l’AKP que les moyens de ces ambitions sont réunis. En outre, il ne s’agit pas seulement d’un changement de moyens mais aussi du sens donné à ces candidatures sportives. Nous soutenons l’hypothèse que cette projection internationale d’Istanbul propose un nouveau récit, une nouvelle signification conforme à l’ambition internationale que l’AKP assignait à la Turquie jusqu’au début des années 2010.

5Après avoir décrit la floraison des événements sportifs internationaux à Istanbul, nous montrerons comment les responsables politiques se servent de ceux‑ci pour justifier de grands projets urbains supposés permettre un développement local. Enfin, ces mêmes responsables espèrent également que l’événementiel sportif favorise la diffusion à l’étranger d’une image positive d’Istanbul et par là, d’une Turquie en mouvement décidée à jouer un rôle à la mesure de sa puissance dans sa région d’influence.

Istanbul, une capitale internationale du sport au service de l’événementiel sportif

  • 10 Trente-six des trente-huit médailles d’or remportées par des athlètes turcs aux JO l’ont été dans c (...)
  • 11 Bien que cette course existe depuis plusieurs années, c’est seulement avec son intégration dans le (...)

6Depuis le début des années 1990, la Turquie a systématisé l’organisation de grandes compétitions sportives internationales et s’est portée candidate à de multiples reprises pour accueillir, à Istanbul, le plus grand événement sportif de la planète, les Jeux Olympiques. Si au départ ces candidatures étaient principalement limitées aux sports dans lesquels les athlètes turcs traditionnellement réussissent (haltérophilie, lutte)10, elles se sont considérablement diversifiées et concernent désormais toutes les disciplines, notamment celles avec un plus fort impact médiatique international et dans lesquelles la Turquie commence à connaître un certain succès (comme le football, le basket ou le volley). Désormais, à l’exception de la Coupe du monde de Football, la Turquie a organisé ou s’est proposé d’organiser la plupart des grandes compétitions sportives internationales. Bien que ces dernières années on ait assisté à une diversification des villes turques ayant accueilli un événement sportif international (Universiades d’hiver à Erzurum en 2011, Championnat du monde de Tir à l’arc à Antalya en 2013, Jeux Méditerranéens à Mersin en 2013, Championnat du monde de basket‑ball féminin à Ankara en 2014, Championnats du monde de gymnastique rythmique à Izmir en 2014, etc.), Istanbul reste la capitale du sport turc tant par la performance de ces équipes et athlètes que par le nombre de manifestations sportives internationales qui s’y sont déroulées. Les compétitions les plus prestigieuses y sont en priorité organisées. Depuis 2012, l’arrivée du Tour cycliste de Turquie11 (qui se tient principalement au sud du pays) a lieu à Istanbul. La ville a accueilli : en 2005, la finale de la coupe d’Europe de Football la plus prestigieuse, la Champions’League et en 2009 celle moins illustre de l’Europa League ; les Championnats du monde de Basket en 2010, de Natation (petit bassin) et d’Athlétisme (indoor) en 2012. Elle a organisé : un grand‑prix de Formule 1 entre 2005 et 2011 ; trois éditions du Master Féminin de tennis (2011‑2013). Elle a été candidate malheureuse à cinq reprises pour les Jeux Olympiques (2000, 2004, 2008, 2012, 2020) et pour deux Euros de Football (2008 candidature conjointe avec la Grèce et 2016).

  • 12 Nous n’avons pas mentionné les divers championnats dont le nombre de pratiquants est plus restreint (...)

7Le tableau ci‑dessous recense les principales manifestations sportives (et candidatures) accueillies par Istanbul12.

1959

Basket Ball masculin

1967

Volley Ball

1974

Lutte

1977

Lutte

1985

Tennis Tournoi ATP Challenge (jusqu’en 2014)

1989

Lutte

1992

Basket (club)

1993

Lutte libre et gréco-romaine

Candidature JO 2000

1994

Lutte

Haltérophilie

1997

Tir à l’arc (en salle)

Candidature JO 2004

1998

Offshore 4ème étape

1999

Lutte libre

Natation

Tennis (par équipe)

Judo (par équipes)

2000

Karaté

Tir à l’arc

2001

Basket Ball

Lutte gréco-romaine

Triathlon Coupe d’Europe

Candidature JO 2008

2002

Taekwando

Volley Ball (ligue des champions féminine)

Football : Candidature à l’Euro 2008 (avec la Grèce)

2003

Rallye de Turquie. Etape du Championnat du monde (jusqu’en 2006, puis 2008-2010)

Volley (femmes)

Athlétisme. Coupe des nations (2ème div)

Candidature JO 2012

2004

Planche à voile

Lutte Libre

2005

Formule 1 Grand Prix (jusqu’en 2011)

Tennis Istanbul Cup (WTA)

Football : Finale Champions’League

EuroBasket feminin

Universiades d’été (Izmir)

2006

Formule 1 Grand Prix

Tennis Istanbul Cup (WTA)

Coupe du monde Lutte Greco-romaine

2007

Formule 1 Grand Prix

Tennis Istanbul Cup (WTA)

2008

Escrime : coupe du monde de sabre

VTT (UCI) : coupe du monde

Voile: IODA World Sailing Champ.

Formule 1 Grand Prix

Tennis Istanbul Cup (WTA)

Taekwando : tournoi des qualifications européennes au JO de Pékin

2009

Formule 1 Grand Prix

Tennis : Istanbul Cup (WTA)

Natation (25m)

Football : finale Europa League

Volley Ball

2010

Judo : par équipe

Basket (FIBA Championship)

Formule 1 Grand Prix

Tennis Istanbul Cup (WTA)

Cyclisme : Tour de Turquie (départ ou arrivée à Istanbul)

Voile (470)

Football : Candidature à l’Euro 2016

2011

Tir à l’arc : finale de la Coupe du monde

Tennis (WTA Tour Championships-équivalent féminin du Grand Chelem)

Lutte

Formule 1 Grand Prix

Judo

Candidature au JO 2020

Universiade d’hiver (Erzurum)

2012

Athlétisme : Ch. du monde en salle (IAAF)

Natation : 11ème championnat du monde (FINA) en petit bassin

Tennis (WTA Tour Championships)

Basket (Euroleague Final Four, masc.)

Basket (Euroleague fémine)

Istanbul, capitale européenne du sport pour 2012

2013

Tennis (WTA Tour Championships)

Superbike World Championship round

Jeux Méditerranéens (Mersin)

2014

Voile (2014 Extreme Sailing Series)

Tennis Istanbul Cup (WTA)

2015

Tennis Open d’Istanbul (1ère édition)

Tennis Istanbul Cup (WTA)

Karaté

2016

Hockey sur glace (division 2 & 3)

Tennis Istanbul Cup (WTA)

Voile (2014 Extreme Sailing Series)

Taekwondo (Tournoi préolympique JO de Rio)

Boxe (Tournoi préolympique JO de Rio)

2017

Tennis Istanbul Cup (WTA)

Karaté (Istanbul)

Candidature EuroBasket 2017

8Au‑delà des compétitions internationales professionnelles (inscrites dans les calendriers des Fédérations internationales), la situation géographique d’Istanbul, « à cheval sur deux continents », est mise en scène à travers des épreuves spectaculaires qui ont acquis au fil des ans une renommée internationale. Le Marathon « Asie‑Europe » d’Istanbul (Avrasya Maratonu) par exemple est couplé avec plusieurs épreuves dont une « fun walk » attirant plus de 100 000 participants qui profitent de l’unique occasion de l’année où il est possible de traverser à pied le « Pont du Bosphore »13 reliant l’Asie à l’Europe. De même, la Traversée intercontinentale du Bosphore à la nage (Boğaziçi Kıtalararası Yarışları) est une course de natation qui relie la rive asiatique à la rive européenne. Disputée pour la première fois en 1989 par une poignée de nageurs, sa renommée a entraîné dans les années 2000 une participation croissante d’étrangers. Cette débauche d’efforts pour accueillir des événements sportifs a certainement contribué à faire d’Istanbul la « Capitale européenne du sport » en 2012, titre alors attribué pour la première fois à une ville d’un pays non membre de l’UE. Celui‑ci est délivré par l’Association des Capitales Européennes du Sport pour récompenser les efforts réalisés par une ville en faveur du développement du sport à destination de ses habitants14. Bien qu’il bénéficie d’un soutien de la Commission européenne, il n’a pas le même poids symbolique, ni la même notoriété que celui de Capitale européenne de la Culture qui existe depuis plus de trente années et qui relève pour sa part d’un programme communautaire. Cela n’a pas empêché les autorités turques d’accueillir avec fierté ce titre et tout au long de l’année 2012, à l’occasion d’événements sportifs, de le mettre en scène comme un écho, une réplique de celui d’Istanbul Capitale européenne de la culture (en 2010). Si Istanbul est devenue sans conteste une capitale internationale du sport, elle le doit donc davantage à la multiplication d’événements sportifs qu’à la pratique régulière d’un sport ou d’une activité physique par ses habitants qui reste relativement faible en dépit des programmes initiés pour les encourager. Le Comité National Olympique turc (CNOT), conscient de cette situation qui pénalise les candidatures d’Istanbul aux JO a mis en place un programme en faveur de l’éducation sportive dans les écoles et pour la gratuité de l’accès aux installations sportives au bénéfice des jeunes de 7 à 15 ans. La floraison de candidatures et d’événementiels sportifs s’explique par les attentes que les responsables politiques placent dans ceux‑ci. Au premier rang de ces objectifs se trouve la conviction que les grandes compétions internationales sont de formidables opportunités pour l’économie nationale et le développement urbain. Dès lors ces enjeux justifient que des moyens particuliers soient mis en place pour accueillir les compétitions sportives les plus prestigieuses et après lesquelles la Turquie court encore (les JO ou l’Euro de football). Les succès enregistrés dans l’organisation de compétitions de tailles plus modestes sont présentés comme des étapes qui conduisent vers les Jeux Olympiques sur lesquels nous nous focaliserons davantage dans les prochains paragraphes.

L’événementiel sportif international au service du développement économique et urbain

  • 15 E. Kassimati, “Econcomic aspects and the Summer Olympics: a review of related research”, Internatio (...)
  • 16 In pratice, however, there is also a possible downside to hosting the event including: high constr (...)
  • 17 C. M. Hall, “Urban entrepreneurship, corporate interests and sports mega-events: the thin policies (...)
  • 18 En 2015, les villes de Boston et d’Hambourg ont renoncé à présenter un dossier de candidature pour (...)
  • 19 Cf. J.-F. Polo, “Istanbul’s Olympic Challenge: a passport for Europe?” in G. Hayes, J. Karamichas, (...)

9La question de l’impact économique des grands événements sportifs a donné lieu à de nombreuses études académiques qui tentent d’en évaluer la portée. Kasimati par exemple résume ainsi les potentiels bénéfices à long terme qu’une ville peut retirer de l’organisation des Jeux Olympiques : des infrastructures et des équipements nouvellement construits, de la rénovation urbaine, une réputation internationale renforcée, l’augmentation du tourisme, l’amélioration du système social, de nouveaux emplois, l’accroissement des investissements15. Bien que des travaux critiques alertent sur les risques qui pèsent sur ces événements16, les responsables politiques et sportifs qui initient ce type de projets mettent toujours en avant les effets bénéfiques qu’ils espèrent pouvoir en retirer. Pendant longtemps, il était même difficile de critiquer ces grands événements, car d’une part, ils étaient compatibles avec un discours néolibéral dominant qui justifiait la poursuite de projets de régénération urbaine censés profiter à tous. D’autre part, ils réactivaient le mythe des bénéfices sociaux du sport17. Certes, depuis une dizaine d’années, on a vu émerger dans les pays candidats des mouvements hostiles à l’accueil des grands événements sportifs et même le recours à des referendums pour décider ou non de présenter un dossier de candidature18. Mais en Turquie, jusqu’à récemment, le projet d’organiser les Jeux à Istanbul était une cause quasi‑consensuelle et peu contestée19. Dès lors, pour pouvoir organiser des compétitions internationales de haut niveau, les dirigeants du monde sportif et politiques ont mis en place des institutions, ont adopté des lois et ont réalisé de lourds investissements qui ont peu à peu permis que la métropole d’Istanbul se dote d’infrastructures sportives de premier plan.

10Ainsi la Municipalité du Grand Istanbul s’appuie sur une structure de type société d’économie mixte (Spor AŞ), fondée en 1989 mais qui a pu réellement multiplier les établissements qu’elle gère (37 à ce jour) à la faveur de l’exceptionnelle croissance économique qu’a connue la Turquie dans les années 2000. Cette société affiche comme premier objectif de promouvoir la pratique sportive populaire à des fins éducatives et hygiéniques. Elle organise ainsi différents événements, notamment le Marathon d’Istanbul20. Cependant, malgré l’accroissement récent du nombre des installations sportives publiques à disposition des habitants d’Istanbul, la ville reste encore sous‑équipée par rapport aux grandes villes européennes, ce qui ne facilite pas non plus la pratique sportive.

  • 21 Cf. Cânâ Bilsel & Halûk Zelef (2011) “Mega Events in Istanbul from Henri Prost’s master plan of 193 (...)
  • 22 Ancien élève du prestigieux Lycée Galatasaray, diplômé de la Faculté de Droit de l’Université d’Ist (...)
  • 23 Entretien, juillet 2002.
  • 24 Entretien, juin 2003.

11Mais c’est certainement l’objectif d’accueillir les Jeux à Istanbul qui suscite le soutien le plus déterminé et le plus important des autorités. Cette idée a été esquissée la première fois par l’urbaniste français de renom, Henri Prost, dans les années 1930. Invité à superviser le plan d’aménagement de la ville d’Istanbul, il y travailla entre 1937 et 1951. L’idée de profiter des grands événements internationaux comme un outil d’aménagement urbain d’Istanbul puise dans ses propres expériences en tant que responsable de l’aménagement de Paris (1932‑1936) et témoin des grandes manifestations parisiennes que furent les JO de 1924 et l’Exposition universelle de 1937. Dans son plan directeur pour Istanbul (1937‑1938), il avait intégré des espaces destinés à accueillir des grands événements internationaux comme l’exposition universelle ou les JO21. Le plan prévoyait entre autres la construction d’un stade olympique d’une capacité de 100 000 places, d’une piscine et d’un vélodrome. Mais cet aspect de son plan directeur ne fut pas retenu comme prioritaire et finalement jamais mis en œuvre. Dans les années 1980, la question de l’organisation des JO à Istanbul revient timidement sur l’agenda politique sous l’initiative conjointe du ministre des sports, des maires d’Istanbul (Dalan 1984‑89 et Sözen 1989‑1994) et du CNOT. Mais c’est vraiment dans les années 1990, sous l’impulsion du Président du CNOT Sinan Erdem (1927‑2003)22 que le projet va se concrétiser et que la première candidature sera déposée (pour les JO 2000). Dès ses premières fonctions dans les fédérations sportives internationales, il a nourri le rêve de voir Istanbul accueillir les JO23. Membre du CIO depuis 1988, il a participé aux procédures d’attribution des JO. Il a rapidement saisi qu’une pareille candidature ne pouvait se réaliser sans le soutien constant et infaillible de l’État. Le réseau des anciens du Lycée Galatasaray lui a offert alors des ressources politiques précieuses. Grâce à ses contacts et fort de ses convictions, il est parvenu à faire élaborer une loi sur le financement des JO en sollicitant notamment le juriste E. Teziç, futur président de l’Université Galatasaray. Ce dernier, professeur de droit, ancien élève du lycée de Galatasaray (puis directeur du lycée), ancien joueur de l’équipe nationale de Volley (entraînée à l’époque par S. Erdem), a été également membre du CNOT24.

  • 25 Sertaç Erten, Spatial analysis of Mega-Events hosting: Olympic host and Olympic bid cities, Thèse d (...)
  • 26 Istanbul 2020, Dossier de candidature d’Istanbul pour les Jeux Olympiques de 2020, 2013, vol. 1, p. (...)

12La loi Olympique (no 3796) qui a été votée à la quasi‑unanimité (une abstention) en 1992 par les sept partis politiques représentés alors au Parlement, « fait en sorte que toutes les institutions publiques, administratives et municipalités donnent une priorité entière à tous les services quels qu’ils soient, demandés par le Comité de Candidature Olympique d’Istanbul » (article 14). La loi prévoit un système de financement provenant de différentes sources : 1 % du revenu total du loto sportif ; 5 % des gains nets de la Loterie Nationale de l’année précédente ; 1 % du total des ventes de billets du pari jumelé sur les courses de chevaux ; 1 % du revenu mensuel du Fonds au logement ; 1 % du budget de la Municipalité du Grand Istanbul (article 11 et 13). La Turquie est le seul pays au monde à bénéficier d’un pareil instrument législatif incorporant la charte du CIO au système juridique national et garantissant la totalité du soutien financier et administratif pour l’organisation des JO à Istanbul. Si grâce à cette loi, la métropole d’Istanbul s’est équipée peu à peu des installations sportives nécessaires pour porter une candidature aux Jeux, sa mise en œuvre fut difficile et a révélé des problèmes de coordination et de confiance entre les différents acteurs de cette politique olympique que sont la municipalité du Grand Istanbul, le CNOT (notamment le Conseil de Préparation et d’Organisation pour les Jeux d’Istanbul) et l’État25. On peut d’ailleurs noter l’effort tout particulier déployé quelques années plus tard, dans le dossier de candidature d’Istanbul aux JO de 2020, pour décrire soigneusement et dans les détails un schéma précis de coordination et de pilotage de l’organisation des futurs JO. Il est également rappelé que « la candidature d’Istanbul 2020 bénéficie du soutien total et sans équivoque du gouvernement de la Turquie et de la ville d’İstanbul, comme en témoignent les garanties financières globales fournies par le Premier ministre turc et le maire d’Istanbul. En particulier, les engagements suivants sont prévus dans le cadre des dispositions actuelles de la Loi olympique (no 3796)… »26.

  • 27 En faisant appel aux architectes Macary, Zublena, internationalement connus pour la construction du (...)
  • 28 Sertaç Erten, op. cit., p. 192.
  • 29 Son inauguration en août 2002, à l’occasion d’un match de football, a été rocambolesque : les abord (...)
  • 30 Hürriyet, 30 janvier 2015.

13L’objectif d’accueillir les grandes compétitions internationales, et in fine les Jeux Olympiques, justifie également des investissements et des aménagements urbains imposés par le pouvoir politique au nom de l’urgence d’être « prêt ». Ces politique d’équipements obéissent en priorité à l’impératif événementiel pour exister sur la scène des grandes métropoles internationales et subordonne d’autres dimensions, pourtant essentielles, comme celle d’une politique d’aménagement urbain cohérente et concertée. Rarement discutés en amont, les projets urbains sont présentés comme la réponse aux exigences posées par le CIO pour garantir la faisabilité et la fiabilité de la candidature d’Istanbul. Les péripéties qu’a connues le stade Olympique Atatürk construit entre 1999 et 2002 pour accueillir les Olympiades de 2008 (finalement attribuées à Pékin) illustrent bien les visions à court terme de ce type de projet, malgré les discours convenus du CNOT et du CIO sur l’objectif de laisser un héritage durable à la ville et aux populations futures. Dessiné par les mêmes architectes que ceux du Stade de France à Paris27, sa réalisation et sa destination finale ont provoqué moult débats et critiques. Afin de limiter les coûts de construction, le CNOT avait renoncé dans un premier temps à le doter d’un toit, quitte à en réduire l’usage à de grandes manifestations ponctuelles, comme les JO. Mais il est revenu sur cette décision très critiquée afin que le stade puisse accueillir également des matches de football. Toutefois, dans le contexte de la grave crise économique que la Turquie a traversée en 2001, le projet de le couvrir totalement a été abandonné28. Dès lors, très vulnérable aux bourrasques de vent, très éloigné des lieux centraux d’habitation, trop grand pour être rempli par les supporters sauf pour des matches de gala ou pour accueillir l’équipe nationale, il n’a jamais accueilli durablement une grande équipe à résidence29. Enfin, dans la dernière candidature d’Istanbul pour les JO de 2020, sa modernisation fut prévue, avec l’objectif notamment de lui ajouter un toit complet (coût total estimé à 120 millions de dollars)30.

Le Stade Olympique Atatürk vu de l’est

Le Stade Olympique Atatürk vu de l’est

Source Interne

  • 31 Cf. S. Turgut, “Impressions of the most comprehensive urban regeneration project implemented in Ist (...)
  • 32 Sur TOKI voir J.-F. Pérouse (2013), « l’État sans le public : quelques conjectures à propos de l’ad (...)
  • 33 Y. Morvan, S. Logie, Istanbul 2023, Editions b2, 2014, p. 61-62. 34.

14Au‑delà du stade, c’est tout le Parc Olympique (qui englobe le stade), toujours pas construit (les autorités attendent la confirmation de l’attribution des JO à Istanbul pour lancer les travaux), qui provoque aussi des débats. Alors que le CIO préconise que les investissements réalisés par les villes pour accueillir les JO puissent permettre une régénération urbaine (plutôt que de favoriser l’étalement urbain) et que les installations construites servent ensuite au plus grand nombre des habitants, la localisation du site du Parc Olympique a suscité des polémiques. Situé à plus de 20 km du centre‑ville, éloigné des lieux d’habitation, il a été choisi avant tout parce que le terrain appartenait à l’État et qu’il se trouvait à proximité de l’autoroute et de l’aéroport Atatürk. Accessible par le métro depuis novembre 2013 seulement, de nombreux projets immobiliers ont vu le jour depuis dans ses alentours, mais il s’agit de programmes de logements de haut standing. Pire, certains programmes de rénovation urbaine censés permettre la construction de logements sociaux neufs, ont abouti à déplacer des populations résidant dans de l’habitat informel pour y construire des logements luxueux, comme l’illustre l’exemple du district d’Ayazma (dépendant de la municipalité de Küçükçekmece jusqu’en 2008)31. Les plans du village olympique présentés dans les dossiers de candidatures laissent imaginer que les équipements sportifs qui y seront construits ne profiteront qu’à des populations privilégiées. La construction du parc a été confiée à l’Administration du logement collectif (TOKİ, Toplu Konut İdaresi Başkanlığı)32 qui a développé de nombreux projets dans ce secteur d’Istanbul. Si la mission principale de TOKİ est de faciliter l’accès à la propriété des nouvelles classes moyennes, elle est « habilitée aujourd’hui à la production de plans directeurs. Ces opérations foncières sont menées en puisant dans son vaste portefeuille de terres, transférées par l’État, ainsi que par des leviers législatifs qui permettent des expropriations rapides. Or de nos jours, cette politique d’équipement se limite à servir l’obsession d’accéder par les JO au statut de grande métropole mondiale et à attirer des investisseurs pour y construire des projets immobiliers luxueux et d’aménagement urbain »33.

Première phase de destruction à Ayazma, sur fond de stade olympique

Première phase de destruction à Ayazma, sur fond de stade olympique

Février 2007 ; photo J.-F. Pérouse

  • 34 Op. cit., p. 630.

15On est donc bien loin ici des finalités qu’Henri Prost avait assignées à son plan d’aménagement urbain à travers l’événementiel: “Not only to transform a derelict district at the core of the historic city into a prestigious one, but also to establish a transportation infrastructure and facilities for social, cultural and sports activities intended for the long term use of Istanbul’s citizens during and after the exposition”34.

  • 35 Istanbul 2020, op. cit., vol. 1, p. 34.
  • 36 Ibidem, p. 88.
  • 37 Pour une présentation de ces projets voir J.-F. Pérouse, « Hybristanbul. Les grands projets d’aména (...)

16La dernière candidature d’Istanbul pour les Jeux de 2020 pousse à son paroxysme cette stratégie orpheline des considérations sociales. Le dossier de candidature Istanbul 2020 met en avant l’articulation entre le « Plan directeur 2023 pour la Turquie » et le « concept des jeux ». « Istanbul fait actuellement l’objet d’une modernisation transformationnelle dans le cadre d’un vaste plan directeur stratégique programmé pour être entièrement réalisé d’ici 2023, afin de marquer le centenaire de la République de Turquie. Mis au point en 2008, ce plan affecte annuellement d’importants investissements dans les systèmes de transport en commun, le parc de logements, les projets d’équipements collectifs, la régénération urbaine et les infrastructures sportives et de loisirs de la ville. Le concept d’Istanbul pour les Jeux Olympiques et Paralympiques est entièrement intégré à ce plan, et toutes les décisions relatives à la planification des Jeux sont entièrement en adéquation avec lui. Cette voie d’approche assure la validité et la faisabilité du concept ; elle tire parti d’importants niveaux d’investissement »35. Ainsi, les investissements et les dépenses pour préparer les JO sont déjà programmés dans le cadre de la planification à long terme d’Istanbul exposée dans le plan directeur 2023. Par exemple, le dossier met en avant les projets déjà lancés en matière d’amélioration de la circulation dans la métropole. Alors que le CIO avait pointé dans les évaluations des précédentes candidatures d’Istanbul aux Jeux le problème majeur des transports dans la métropole, les nouveaux projets mis en avant, comme le Marmaray (tunnel ferroviaire sous le Bosphore) ou le troisième pont sur le Bosphore sont présentés comme apportant des solutions durables à ce défi, sans être à la charge du Comité d’organisation. D’ailleurs si le budget total de la candidature de 2020 approche les 20 milliards de dollars, le dossier de candidature souligne que les Jeux sont « un moyen pour accélérer les investissements qui sont incorporés aux stratégies de développement à long terme de la ville et de la nation »36. L’objectif des Jeux Olympiques 2020 (Istanbul 2020) participe ainsi à légitimer la frénésie des projets urbains gigantesques lancés par le gouvernement (on peut évoquer le 3e aéroport ou encore le projet Kanal Istanbul)37.

17Enfin, il est important de souligner que l’impulsion donnée à ces projets vient directement du pouvoir central et s’impose aux pouvoirs locaux. Comme le souligne Elise Massicard « L’intervention croissante des pouvoirs centraux dans les politiques locales a pu dans certains cas remettre en cause le poids accru des mairies… Ces dernières années ont été marquées par l’augmentation du pouvoir relatif du ministère de l’Urbanisme et de l’Environnement au détriment des municipalités. De même, à plusieurs reprises, le gouvernement, et en particulier le Premier ministre, est intervenu directement dans des dossiers territoriaux. L’interventionnisme des pouvoirs locaux dans la gestion de l’urbain laisse une place importante aux acteurs centraux »38. Cette pratique est d’autant plus forte à Istanbul qu’Erdoğan, ancien maire de cette ville entre 1994 et 1998, reste « toujours de facto aux commandes de la métropole turque »39. Une fois encore, le dossier Istanbul 2020 illustre parfaitement cette pratique avec l’exemple du choix d’un projet de rénovation urbaine autour du port d’Haydarpaşa auquel ni le maire de l’arrondissement concerné de Kadiköy (qui appartient au Parti Républicain du Peuple, dans l’opposition), ni les populations locales n’ont été associés40. Situé sur la rive asiatique, face à la péninsule historique et à l’entrée du Bosphore, ce projet de transformation du port d’Haydarpaşa en quartier Olympique (zone du Bosphore) permettra selon le dossier de candidature « lassainissement urbain actuel du front de mer dIstanbul et la préservation des monuments historiques dans cette partie de la ville »41. En outre, au moment de la présentation de la candidature d’Istanbul à la délégation du CIO venue évaluer la candidature d’Istanbul 2020 (en mars 2013), le Comité d’organisation a voulu surprendre par une annonce d’éclat en révélant que les cérémonies d’ouverture et de clôture se tiendraient dans un nouveau stade de 70 000 places construit précisément sur cet emplacement destiné à devenir après les JO, un lieu de promenade et de rassemblement pour des événements culturels et sportifs42.

18Ainsi, la candidature d’Istanbul aux JO 2020 et les projets urbains qui lui ont été plus ou moins associés ont provoqué pour la première fois dans l’histoire des candidatures d’Istanbul aux Jeux de fortes critiques. Bien qu’elles s’adressent avant tout au gouvernement et à sa politique de grands projets, des journalistes, des architectes, des urbanistes, des associations environnementales ont exprimé également leur opposition aux JO en dénonçant leurs coûts, les projets d’aménagement urbain non nécessaires, précipités et destinés à épater le CIO43. La Chambre des urbanistes et celle des architectes ont vivement dénoncé le projet de construction d’un stade à Haydarpaşa qui menace de défigurer l’héritage architectural du quartier et d’effacer sa mémoire portuaire. M. Kothari, ancien rapporteur du Conseil des droits de l’homme sur le droit au logement des Nations‑Unies, invité par l’Union des chambres des Architectes et Ingénieurs de Turquie (TMMOB) pour préparer un rapport sur les quartiers urbains en évolution à Istanbul, a déclaré en mars 2013 que les Jeux à Istanbul serait une catastrophe car ils ne feraient qu’accélérer les processus déjà à l’œuvre d’une régénération urbaine déconnectée des besoins des habitants et imposée par le haut pour attirer les investissements internationaux dans des projets luxueux, coûteux et inutiles44. Le journal d’opposition Cumhuriyet a titré pour sa part dans un article très sévère de son édition du 29 août 2013, « Oui aux Olympiades, Non au saccage ». Des architectes ont rappelé combien ces projets de réhabilitation urbaine au nom des JO, servaient en réalité les politiques néo‑libérales du gouvernement pour vendre la ville à des promoteurs immobiliers publics et privés45. Les mouvements d’inquiétude et d’hostilité aux projets urbains du gouvernement a débouché fin mai 2013 sur la très forte mobilisation contre le projet de transformation du parc de Gezi. L’ampleur de ces manifestations, l’occupation de Gezi et de la place Taksim, la violente répression des forces de police ont certainement contribué à ternir la candidature d’Istanbul pour les JO 2020 en devenant une formidable tribune internationale pour dénoncer les projets urbains de l’AKP. Plusieurs appels ont été ainsi lancés pour demander au CIO de retirer Istanbul des villes candidates46. Alors que les grands événements sportifs sont destinés à promouvoir l’image d’un pays à l’étranger, de telles crises lancent un éclairage moins reluisant sur la campagne de séduction qu’un pays candidat tente de diffuser à l’extérieur. On touche ici à une autre dimension de l’événementiel sportif comme instrument de promotion internationale d’un pays.

Le rêve olympique d’Istanbul : promouvoir la Turquie dans le monde

19Depuis les années 2000, le rêve olympique d’Istanbul a tourné à l’obsession chez les élites turques. Toutes les compétions qui sont organisées à Istanbul et dans le reste du pays servent à faire la démonstration des savoir‑faire acquis dans le domaine de l’événementiel sportif. Depuis sa première tentative pour les JO de 2000, Istanbul est la ville qui a présenté ces vingt dernières années le plus grand nombre candidatures (cinq sur les sept Olympiades entre 2000 et 2024). Mais avec l’arrivée au pouvoir de l’AKP en 2002 et grâce à une décennie de croissance économique soutenue, le projet olympique s’est poursuivi avec une ténacité nulle part ailleurs rencontrée. Si les premières candidatures (2000, 2004, 2008, 2012) n’avaient aucune chance d’aboutir compte tenu de l’insuffisance des équipements et du manque d’expérience dans l’événementiel sportif (ce que savaient parfaitement bien les responsables de ces candidatures), en revanche, celles de 2020 est devenue très compétitive.

  • 47 J. Defrance, « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Politix, 50, (...)
  • 48 A. Gounot, D. Jallat, M. Koebel (dir.), Les usages politiques du football, Paris, l’Harmattan, 2012

20Outre l’impact économique des Jeux et les aménagements urbains qu’ils permettent de justifier, la volonté d’organiser le plus grand événement sportif de la planète repose également sur les enjeux et les bénéfices politiques que les organisateurs espèrent en retirer. Contrairement à l’affirmation du champ sportif sur l’apolitisme du sport47, le sport est une activité sociale éminemment politique à divers niveaux48. Depuis longtemps, les acteurs politiques ont compris les bénéfices qu’ils peuvent retirer des succès sportifs de leurs équipes et de leurs athlètes, à tous les échelons de la scène politique, aux niveaux international, national ou local. Au niveau national, le développement international du sport, constitue une formidable opportunité pour les responsables politiques qui cherchent à capitaliser sur ces événements pour satisfaire l’orgueil national. Outre les victoires des athlètes ou des équipes nationales, l’organisation de ces grandes compétions permet aussi de démontrer à sa population comme à l’ensemble de la planète que le pays a atteint un niveau de reconnaissance internationale.

  • 49 Cependant, certains auteurs ont relativisé la finalité de la recherche du prestige international. À (...)

21Depuis un demi‑siècle, l’attribution des JO a été célébrée par toutes les villes sélectionnées, comme le symbole d’une reconnaissance de l’appartenance au cercle étroit des grandes métropoles internationales. Même celles qui par leur taille ou par leur statut de capitales économiques ou politiques appartenaient déjà à cette catégorie (Tokyo en 1964, Moscou en 1980, Séoul en 1988, Pékin en 2008, Londres en 2012 ou Rio en 2016), ont obtenu par les JO un prestige accru attestant de leur nouvelle respectabilité dans leurs contextes géopolitiques respectifs49.

  • 50 De nombreux travaux ont eu recours à la notion de « soft power », voire de « sport power » pour déc (...)
  • 51 Istanbul 2008, Dossier de candidature, p. 2.
  • 52 Cf. J.-F. Polo, « L’événement sportif au service de l’événement politique ? Les matchs de football (...)
  • 53 A. Ehrenberg, Le culte de la performance, paris, Calman‑Levy, 1991.
  • 54 Cf., J.-F. Polo, « les enjeux politiques du sports en Turquie : gagner l’Europe ? », Politique Euro (...)

22En Turquie également, si les responsables politiques se sont autant engagés à soutenir l’événementiel sportif, c’est qu’ils tentent d’en tirer des profits personnels sur le plan national comme international. On a vu comment l’événementiel sportif était intégré à une valorisation des actions de l’AKP en termes d’aménagement urbain et de développement économique. Sur le plan international, il est convenu, même si cela reste à démontrer, que l’événementiel sportif peut participer à promouvoir une image positive d’une ville, et au‑ delà d’un pays, à l’étranger50. L’étude des dossiers de candidature d’Istanbul aux JO, les déclarations des responsables politiques et sportifs apparaissent comme des révélateurs de l’image de la Turquie qu’ils tentent de diffuser à l’étranger. Les premières candidatures (2000, 2004, 2008, 2012) insistent sur la position géographique unique de la ville. « Pont entre les cultures et les civilisations d’Europe et d’Asie », Istanbul est présentée comme le creuset de civilisations millénaires et prestigieuses : « Cest une ville de culture où langues et religions se sont unies à travers des millénaires de coexistence »51. Plus loin, c’est le caractère « cosmopolite ancestral » qui est souligné. En mettant l’accent sur la diversité et le pluralisme, les auteurs du dossier de candidature d’Istanbul aux JO tentent de donner une image d’un pays en paix, tolérant et ouvert sur l’altérité. Cette représentation de la Turquie puise dans un discours convenu sur la multiculturalité héritée de l’Empire ottoman. Les candidatures permettent également de donner l’image d’une Turquie pacifique, enfin réconciliée avec ses propres citoyens, mais aussi avec ses voisins52. Mais ce qui revient avec force dans ces premières candidatures et dans les références mobilisées par son principal instigateur, Sinan Erdem, c’est la référence à l’Europe. Les promoteurs de l’événementiel sportif s’efforcent de construire l’image d’un pays moderne, développé, aux portes de l’UE. Le dossier de candidature aux JO de 2008 rappelle qu’Istanbul « est la plus grande ville d’un pays qui se prépare à adhérer à l’Union européenne ». L’obtention d’une compétition sportive internationale ou les victoires des équipes turques dans les compétitions européennes sont saluées comme de petites avancées vers l’Europe. En 2002, au terme d’un colloque académique sur le sport en Turquie auquel participaient, entre autres, des universitaires étrangers et un membre du CIO, Erdem, président du CNOT et également membre du CIO, déclarait à l’adresse de ses invités après une visite des futures installations olympiques d’Istanbul et à l’issue d’un repas de gala, copieusement arrosé de rakı : « maintenant, j’espère que vous aurez compris que nous sommes des Européens ! ». Alors que la candidature de la Turquie à l’UE suscite une forte opposition en Europe, la participation des sportifs turcs à toutes les compétitions continentales dans tous les sports où leur présence n’est pas discutée, les succès des équipes et athlètes turcs et les événements sportifs que le pays organise constitueraient la preuve de son appartenance à l’Europe. En outre, ces victoires sont d’autant plus célébrées qu’elles sont obtenues sur le terrain sportif, qui serait selon Ehrenberg53 une condensation de l’idéal des sociétés démocratiques dans lesquelles la compétition entre les égaux consacrerait les meilleurs au‑delà des différences de classe, de race, d’origine sociale. Le sport rétablirait ainsi une hiérarchie méritocratique contre les classements et les catégorisations humaines, les victoires sportives accordant alors le brevet d’européanité que le politique refuserait d’accorder. Pour des élites qui s’efforcent de convaincre de la légitimité de la candidature turque à l’UE, le sport apparaît ainsi comme un des instruments de promotion d’une image, de la mise en scène d’une modernité et d’une réussite économique54.

23Avec la candidature de 2020, on change d’époque et de projet. L’horizon européen s’étant obscurci (opposition ferme et persistante de certains États), forte de sa croissance économique, la Turquie s’est engagée dans une nouvelle politique étrangère ambitieuse avec l’intention de devenir une puissance régionale capable de défendre ses intérêts et de se projeter hors de l’espace national. Comme signes de cette nouvelle puissance, citons entre autres : ouverture d’un grand nombre de nouvelles ambassades à l’étranger, notamment en Afrique ; intervention accrue de l’agence de coopération et développement internationale (TİKA) ; multiplication de nouvelles liaisons internationales par Turkish Airlines ; ouverture de 27 centres culturels turcs à l’étrangers (Institut Yunus Emre) à partir de 2007. Le plan 2023 (Hedef 2023) lancé pendant la campagne législative de 2011, avec en perspective le centenaire de la République, prétend engager la « Nouvelle Turquie » (slogan des élections présidentielles de 2014), sous le leadership de R. T. Erdoğan sur les voies d’une puissance recouvrée. On retrouve dans la lettre de présentation de la candidature d’Istanbul signée par les autorités turques55, les accents de ce rêve de puissance : « Cette candidature occupe une place unique dans la vision de la nouvelle Turquie et sur le plan du développement de la région. La Turquie a accompli de grandes avancées au cours de ces dernières années. Des réformes extrêmement importantes et la stabilité ont renforcé notre grande économie en pleine expansion. Notre croissance économique exceptionnelle continue, malgré les difficultés de la conjoncture financière mondiale »56. Evidemment, la santé économique de la Turquie est présentée comme un élément de stabilité, mais aussi comme une source de sa nouvelle puissance qui lui permet d’imaginer que son avenir n’est pas irrémédiablement dicté par son rapport à l’UE. Si le ministre des Affaires européennes évoque encore la possibilité que les JO puissent aider aux processus d’adhésion à l’Europe57, le Président du Comité de candidature réfute pour sa part ce lien : « nous ne sommes plus autant demandeurs. La Turquie actuelle se porte très bien, grâce aux relations politico-économiques qu’elle entretient avec ses voisins. Dans ce contexte, l’obtention des JO ne saurait être liée à une procédure plus rapide avec l’UE »58.

  • 59 Istanbul 2020, op. cit., vol. 1.
  • 60 Voir également l’entretien donné par le Président du comité de candidature dans Le Monde, 5 août 20 (...)
  • 61 Hürriyet Daily News, “Istanbul promises’history in the making’for 2020 Olympic Games”, 3 septembre (...)
  • 62 Cf. Jean-Baptiste le Moulec, « le Professeur » qui a voulu révolutionner la politique étrangère tur (...)
  • 63 http://gamesbids.com/eng/summer-olympic-bids/2020-olympic-bid-news/istanbul-2020-unveilsnew-logo/ d (...)

24Ainsi la candidature d’Istanbul aux JO 2020, la première complètement préparée par l’administration de l’AKP que ce soit au niveau du CNOT ou à celui des pouvoirs centraux et locaux, semble être portée par cette nouvelle dimension internationale que la Turquie entend diffuser. Au‑delà de l’Europe à laquelle elle ne renonce pas, c’est le reste du monde et notamment le monde musulman qu’elle prétend représenter. À plusieurs reprises, dans le dossier de candidature59, il est souligné qu’avec les Jeux à Istanbul, ce serait la première fois qu’un pays musulman accueille les JO : « En tant que premier hôte des Jeux jamais organisés dans le monde musulman, İstanbul 2020 renforcera l’harmonie et l’entente dans le monde en changeant les perceptions d’une génération, tout en laissant des héritages forts pour les mouvements olympique et paralympique » (p. 1) ; « Istanbul 2020 offre l’occasion à la toute première démocratie musulmane laïque d’accueillir les Jeux, et à une ville d’être la toute première à organiser les épreuves sur deux continents simultanément » (p. 18) ; « L’objectif olympique d’universalité sera renforcé en embrassant la culture musulmane, qui ajoutera une valeur particulière aux marques olympique et paralympique, alors que s’ouvrira un nouveau chapitre dans l’histoire des Jeux » (p. 24)60. Pour le ministre des Sports, « quand Istanbul deviendra une ville olympique, elle pourra diffuser une onde de paix dans toute la région à travers le sport… Les Jeux entraineront une transformation sociétale dans les pays musulmans et turcs qui n’ont jamais accueilli des Jeux d’hiver ou d’été »61. Bien entendu, ce discours vise également à séduire les membres du CIO, qui au nom de l’universalisme des JO, souhaitent qu’ils puissent être organisés, si les conditions sont réunies, sur tous les continents, dans toutes les régions du monde. Mais il est aussi compatible avec la vision développée et théorisée par Ahmet Davutoğlu, ancien conseiller diplomatique d’Erdoğan (entre 2002 et 2009), puis Ministre des Affaires étrangères (2009‑2014) et enfin Premier ministre entre août 2014 et mai 2016, dans un ouvrage publiée en 2001 (Profondeur Stratégique). Il s’agit de faire accéder la Turquie au rang de puissance globale en consolidant d’abord son influence à l’échelle régionale, notamment dans le monde arabe, zone jadis en partie sous contrôle ottoman62. Le changement de logo de la candidature d’Istanbul aux JO 2020 peut être interprété comme une stratégie de revalorisation de l’héritage ottoman que l’AKP déploie depuis son accès au pouvoir. Révélé par le Premier ministre en juillet 2012, il représente une tulipe, symbole de la période ottomane, au sein de laquelle s’est glissée la ligne d’horizon des monuments et mosquées d’Istanbul63.

Autre dimension mise en avant, c’est la situation géopolitique d’Istanbul entre l’Orient et l’Europe : « D’autres avantages découleront également du statut d’Istanbul en tant que centre multinational pour les affaires, le sport et la culture pour des marchés en Europe de l’est, au Moyen-Orient et en Afrique, ouvrant la porte à des marchés nouveaux et durables » (p. 24). Même le plan d’aménagement urbain et de transport est présenté comme une réalisation concrète et symbolique d’un rapprochement entre l’Orient et l’Occident : « L’élaboration d’un plan directeur créatif pour les Jeux, allié à un aménagement urbain novateur, assure une rencontre à la fois véritable et symbolique de l’Orient avec l’Occident » (p. 31).

25Pour promouvoir la candidature d’Istanbul 2020, le Premier ministre, les membres du gouvernement et les représentants du CNOT ont réalisé un grand nombre de déplacements à l’étranger avant la désignation de la ville hôte pour les Jeux de 2020 (New‑York, Saint‑Pétersbourg, Dakar, Abidjan, Doha, Paris, Barcelone, Niger, Gabon, Sénégal, Tunisie, Algérie, Maroc, etc.). Si tous ces voyages poursuivaient avant tout des finalités politiques et économiques, la candidature d’Istanbul a été régulièrement évoquée, ce qui témoigne à la fois de la stratégie menée par les autorités pour la promouvoir à l’étranger mais aussi comment celle‑ci est articulée à une stratégie d’influence internationale. La visite de la délégation du CNOT à Abidjan à l’occasion de l’Assemblée générale de l’association des comités olympiques nationaux d’Afrique en juillet 2013 est, quant à elle, clairement dédiée à la promotion des Jeux d’Istanbul 2020. Selon le Président du comité d’organisation (qui était accompagné par l’ancien Ambassadeur turc au Cameroun, Conseiller auprès du CNOT et par l’Ambassadeur en Côte d’Ivoire) : « pour la première fois dans l’histoire olympique, tous les athlètes de toutes les nations pourront avoir un accès gratuit à l’enceinte d’entraînement et au centre de soin sur le même site du village olympique. Ainsi à Istanbul, les athlètes hommes et femmes africains auront les meilleures chances que jamais d’atteindre leur plein potentiel, peut-être la meilleure chance avant que les JO viennent sur leur continent »64. Et d’ajouter avec des intonations de leader tiers‑mondiste : « Les liens diplomatiques et commerciaux de la Turquie avec l’Afrique n’ont jamais été aussi forts. Mais le sport est notre lien le plus fort de tous. Istanbul est une région qui n’a jamais accueilli les JO, comme l’Afrique. Nous comprenons les défis du sport africain – et nous comprenons l’immense ambition des autres nations qui n’ont jamais accueilli les Jeux. Dans une ville où les continents se rencontrent, Istanbul sera à la hauteur de cette ambition et aidera l’Afrique à établir le lien avec le tout puissant mouvement olympique ».

  • 65 Today’s Zaman, “Istanbul loses 2020 Olympics to Tokyo, Turkey asking why”, 8 septembre 2013.
  • 66 De nombreux journalistes pro-gouvernementaux et hommes politiques ont aussi blâmé les manifestants (...)

26Avec cette image d’une candidature turque qui combine croissance économique et porte‑parole des pays musulmans, d’Orient, voire d’Afrique, les promoteurs dIstanbul 2020 laissent accroire que ne pas attribuer les JO à Istanbul serait le signe du triomphe de l’arrogance des pays riches ou occidentaux. Las, largement battu au dernier tour de scrutin par Tokyo, le 7 septembre 2013, à Buenos Aires, la délégation stambouliote menée par Erdoğan en personne s’est efforcée dans un premier temps de faire bonne figure. Le Premier ministre, qui s’était engagé comme jamais auparavant un homme politique ne l’avait fait, a fini par laisser libre court à son amertume en déclarant que la décision du CIO n’était pas juste. « En un sens, ils ont cassé les liens avec le monde islamique et les un milliard et demi de musulmans »65. Les journaux progouvernementaux (Yeni Şafak, Akşam) ont largement repris dans leurs unes les déclarations d’Erdoğan. Ainsi le journaliste Seyfi Öğün (Yeni Şafak), tout en reconnaissant que la situation géopolitique de la Turquie marquée par les instabilités dans les pays voisins avait affaibli les chances de la Turquie, a dénoncé « le rôle des milieux qui n’étaient pas désireux de voir les jeux olympiques attribués à un pays majoritairement peuplé de musulmans »66.

27On ne peut nier que la réussite sportive puisse permettre, dans une certaine mesure, de valoriser une image positive d’un pays, d’une ville. La troisième place de la Turquie à la Coupe du monde de football en 2002 a donné lieu à des phénomènes de sympathie à travers le monde. L’événementiel sportif peut également donner l’impression de savoir‑faire techniques et de compétences pour organiser des manifestations aussi complexes. Mais le sport ne peut pas à lui tout seul effacer les défis multiples qui se posent aux États. Au contraire même, l’événementiel sportif, loin de changer l’image d’une ville, peut être un révélateur cruel des fragilités, des malaises et des défis qui travaillent une société.

Conclusion

  • 67 A. Insel, La nouvelle Turquie d’Erdoğan, La Découverte, Paris, 2015.
  • 68 Selon le site Internet Games BidIndex qui tente de mesurer les chances des candidats aux grands évé (...)

28Le glas du rêve olympique d’Istanbul 2020 a sonné comme un échec cinglant le 7 septembre 2013. Plus que la déception sportive, il est le signe de l’échec de la stratégie internationale d’Istanbul rattrapée par un environnement géopolitique complexe et instable que le pouvoir ne pouvait pas complètement maîtriser, mais sur lequel il a cru pouvoir solidement agir. Les révolutions arabes et leurs débordements, notamment la guerre en Syrie et ses conséquences multiples sur la Turquie (régionalisation de la question kurde, relance des affrontements entre la guérilla kurde du PKK (parti des travailleurs du Kurdistan) et l’armée turque, afflux massif de réfugiés syriens, menaces d’attaques terroristes par des mouvements islamistes), ont entamé le crédit dont bénéficiait Istanbul 2020 auprès du CIO. L’année 2013 a été une véritable annus horibilis pour la Turquie et les ambitions d’Erdoğan, sur le plan national comme international : manifestations de Gezi et fortes répressions policières, révélations des affaires de corruption au plus haut niveau de l’État, tensions croissantes sur la frontière syrienne, fort ralentissement de la croissance économique67. L’échec de la candidature d’Istanbul aux Jeux 2020, malgré l’ampleur des moyens déployés par leurs promoteurs, peut s’expliquer par ces facteurs et symbolise les limites du volontarisme politique. Bien que les événements de Gezi aient certainement eu un impact sur le vote final de certains membres du CIO, la candidature de Tokyo apportait surtout des garanties économiques et une stabilité géopolitique qu’Istanbul ne présentait pas68.

29Même si Erdoğan et l’AKP ont gagné toutes les élections qui ont suivi (municipales et présidentielles en 2014, législatives de juin et de novembre 2015), le pays traverse une période difficile avec une polarisation inquiétante, une dérive autoritaire du pouvoir avec la multiplication des pressions sur les médias, le monde universitaire et le champ associatif, avec des menaces d’actes terroristes, avec une situation complexe au sud‑est et sur sa frontière orientale, avec la gestion de centaines de milliers de réfugiés. Alors qu’Istanbul n’avait jamais été aussi proche d’accueillir les Jeux, dans la conjoncture très incertaine que traverse la Turquie, la perspective des JO d’Istanbul s’éloigne encore. D’ailleurs, alors qu’après le vote du CIO à Buenos Aires, il avait été question qu’Istanbul se représente pour les Jeux de 2024, le Président du CNOT annonçait, en mai 2015, qu’il était plus sage de tirer les leçons de cet échec pour préparer une meilleure candidature. L’internationalisation d’Istanbul par le sport reste toutefois une stratégie pour l’action politique (Istanbul est candidate pour accueillir l’Euro de Basket en 2017 et le sera certainement pour l’Euro de football de 2024). Mais les effets de celle‑ci restent discutables et fragiles. Pour la première fois depuis bien des années, le nombre de touristes a diminué, interrompant brutalement la croissance spectaculaire vers les sommets des pays les plus visités69. Pour la première fois également, une compétition qui devait avoir lieu en Turquie a été déplacée dans un autre État européen pour des raisons de sécurité70. Les stratégies d’internationalisation par l’événementiel sportif à Istanbul, malgré le mythe olympique auquel croient les pratiquants, et même la plupart des membres des fédérations sportives ou du CNOT, risquent ainsi de se limiter à de la communication politique à destination des populations locales et à la simple justification des grands projets urbains moteur d’une croissance déraisonnable de la métropole stambouliote.

Haut de page

Notes

1 Voir les chiffres de l’organisation mondiale du tourisme, édition 2014 : http://www2.unwto.org/annualreport2014 dernière consultation le 29/08/2016

2 http://www.iaaf.org/competitions/iaaf-label-road-races/information/organizer-details dernière consultation 29/08/2016.

3 Agnès Deboulet et al., « Introduction. Internationalisation, dynamiques économiques et urbaines et positions des citadins », in Isabelle Berry‑Chikhaoui et al., Villes internationales, la découverte « recherches », 2007, p. 7-28.

4 Saskia Sassen, « Introduire le concept de ville globale », Raisons politiques 2004/3 (no 15), p. 9-23.

5 Agnès Deboulet et al., op. cit., p. 12.

6 Jean-François Pérouse, « Istanbul, entre paris et Dubaï : mise en conformité « internationale », nettoyage et résistances », in Isabelle Berry-Chikhaoui et al., Villes internationales, la Découverte « Recherches », 2007, p. 31-62.

7 Au contraire même, l’investissement dans le sport s’est révélé être un miroir aux alouettes dans lequel de nombreuses villes se sont fourvoyées, endettées, engagées dans des opérations immobilières et foncières parfois douteuses, dont les coûts économiques et humains seront supportés par la collectivité pour de longues années. ainsi, depuis plusieurs années, on assiste à des mobilisations croissantes nationales et transnationales contre la tenue des Jeux Olympiques pour des raisons aussi diverses que la protection environnementale, la lutte contre la corruption, contre des projets d’aménagements coûteux, contre des choix budgétaires, etc. voir Graeme Hayes, John Karamichas (eds.), Olympic Games, Mega-Events and Civil Societies. Globalisation, Environment, Resistance, Palgrave, 2011; Richard Gruneau, John Horne, Mega-Events and Globalization: Capital and Spectacle in a Changing World Order, Routledge, Oxon, 2016

8 Jean-François Polo, « Avrupa Fatihi. Les enjeux européens du sport en Turquie » in C. Guionnet, l. Arnaud, Les frontières du politique, PUR, Rennes, 2005, p. 209-232.

9 Jean-François Polo, “The Turkish sport diplomacy in the service of a renewed power? Uses and limits of the Turkish’sport power’”, European Journal of Turkish Studies, 21, 2016.

10 Trente-six des trente-huit médailles d’or remportées par des athlètes turcs aux JO l’ont été dans ces disciplines (28 pour la lutte).

11 Bien que cette course existe depuis plusieurs années, c’est seulement avec son intégration dans le calendrier de l’Union Cycliste Internationale (en 2010), qu’elle peut attirer les équipes internationales réputées.

12 Nous n’avons pas mentionné les divers championnats dont le nombre de pratiquants est plus restreint et la couverture médiatique plus limitée, comme le parachutisme, la voltige, la nage avec palmes, le tennis-ballon, etc.), ni les très nombreuses compétitions de jeunes (Cadets, Juniors).

13 Rebaptisé « Pont des Martyrs du 15 Juillet » après l’échec du coup d’État du 15 juillet 2016.

14 http://www.aceseurope.eu/index.php/en/ Dernière consultation 29/08/2016.

15 E. Kassimati, “Econcomic aspects and the Summer Olympics: a review of related research”, International Journal of Tourism Research, 5, 2003, p. 433-444.

16 In pratice, however, there is also a possible downside to hosting the event including: high construction costs of sporting venues and related other investments, in particular in transport infrastructure; temporary congestion problems; displacement of other tourists due to the event; and underutilized elite sporting facilities after the event which are of little use to the local population”. C. Gratton, S. Shibi, R. Coleman,”the economic impact of major sport events: a review of ten events in the UK”, in J. Horn, W. Manzenreiter, Sports Mega-Events, Blackwell publishing, Oxford, 2006, p. 42.

17 C. M. Hall, “Urban entrepreneurship, corporate interests and sports mega-events: the thin policies of competitiveness within the hard outcomes of neoliberalism”, in J. Horn, W. Manzenreiter, Sports Mega-Events, Blackwell publishing, Oxford, 2006, p. 67.

18 En 2015, les villes de Boston et d’Hambourg ont renoncé à présenter un dossier de candidature pour les JO de 2024 face à l’hostilité de la majorité de leurs citoyens. En France et en Italie également des pétitions circulent encore pour exiger la tenue d’un referendum sur les candidatures de Paris et Rome.

19 Cf. J.-F. Polo, “Istanbul’s Olympic Challenge: a passport for Europe?” in G. Hayes, J. Karamichas, Olympic Games, Mega-events and Civil Societies: Globalisation, Environment and Resistance, Basingstoke: Palgrave, p. 68-86, 2011.

20 http://www.sporas.com.tr/kurumsal/misyon-vizyon-ve-ilkelerimiz.aspx Dernière consultation 29/08/2016.

21 Cf. Cânâ Bilsel & Halûk Zelef (2011) “Mega Events in Istanbul from Henri Prost’s master plan of 1937 to the twenty-first-century Olympic bids”, Planning Perspectives, 26:4, 621-634, DOI: 10.1080/02665433.2011.599931.

22 Ancien élève du prestigieux Lycée Galatasaray, diplômé de la Faculté de Droit de l’Université d’Istanbul, ancien joueur puis entraîneur de l’équipe nationale de Volley, il devient en 1957 secrétaire général de la Fédération turque de Volley et membre de la Fédération internationale de volley en 1966. en 1975, il entre au CNOT comme secrétaire général adjoint jusqu’en 1982, puis devient secrétaire général entre 1982 et 1988. en 1988, il est élu membre du Comité International Olympique et il devient en 1989 le président du CNOT, fonctions qu’il occupera jusqu’à sa mort en 2003.

23 Entretien, juillet 2002.

24 Entretien, juin 2003.

25 Sertaç Erten, Spatial analysis of Mega-Events hosting: Olympic host and Olympic bid cities, Thèse de Doctorat en Urbanisme, Middle East Technical University, 2008, p. 188.

26 Istanbul 2020, Dossier de candidature d’Istanbul pour les Jeux Olympiques de 2020, 2013, vol. 1, p. 42.

27 En faisant appel aux architectes Macary, Zublena, internationalement connus pour la construction du stade qui avait notamment accueilli la finale de la Coupe du monde de football 1998 en France (et également un stade en Corée du sud pendant la Coupe du monde 2002), les organisateurs espéraient certainement impressionner le CIO.

28 Sertaç Erten, op. cit., p. 192.

29 Son inauguration en août 2002, à l’occasion d’un match de football, a été rocambolesque : les abords du stade (parking, voies d’accès) n’étant pas prêts, et en l’absence de transport en commun qui le desserve, des centaines de supporters, coincés dans les embouteillages n’ont jamais pu rejoindre le stade.

http://www.hurriyetdailynews.com/historic-occasion-historic-traffic-jams.aspx?pageId=438&n=historicoccasion-historic-traffic-jams-2002-08-02

30 Hürriyet, 30 janvier 2015.

31 Cf. S. Turgut, “Impressions of the most comprehensive urban regeneration project implemented in Istanbul”, in A. Gospodini, C. A. Brebbia, E. Tiezzi, (2008), The Sustainable City V: Urban Regeneration and Sustainability, WIT Press, Boston, p. 67-74. Voir aussi Jean-François Pérouse “Ayazma mahallesi ve Atatürk Olimpiyat Stadyumu’nun paralel hikâyesi”, in Olimpiyat 2020: İstanbul için fırsat mı tehdit mi?, MSGSÜ ŞBP Panel Kitapçıkları Serisi, Mimar Sinan Güzel Sanatlar Universitesi, Istanbul, Temmuz 2013.
En outre, la concentration des équipements sportifs sur la partie européenne de la ville pour les trois premières candidatures d’Istanbul aux JO a suscité de vives critiques de la part des municipalités de la partie asiatique, s’estimant lésées.

32 Sur TOKI voir J.-F. Pérouse (2013), « l’État sans le public : quelques conjectures à propos de l’administration du logement collectif », in M. Aymes, B. Gourisse et E. Massicard (dir.), L’Art de l’État en Turquie. Arrangements de l’action publique de la fin de l’Empire ottoman à nos jours, paris, Karthala, pp. 173-194.

33 Y. Morvan, S. Logie, Istanbul 2023, Editions b2, 2014, p. 61-62. 34.

34 Op. cit., p. 630.

35 Istanbul 2020, op. cit., vol. 1, p. 34.

36 Ibidem, p. 88.

37 Pour une présentation de ces projets voir J.-F. Pérouse, « Hybristanbul. Les grands projets d’aménagement urbain en Turquie », La Vie des idées, 24 septembre 2013. Issn : 2105-3030. http://www.laviedesidees.fr/hybristanbul.html

38 Elise Massicard, « une décennie de pouvoir AKP en Turquie : vers une reconfiguration des modes de gouvernement », Les Etudes du CERI, no 205, juillet 2014, p. 9.

39 Y. Morvan, S. Logie, op. cit., p. 9.

40 Radikal, 27 mars 2013. http://www.radikal.com.tr/turkiye/olimpik-haydarpasa-1126806/

41 Istanbul 2020, op. cit., vol. 2, p. 28.

42 http://www.sportsfeatures.com/olympicsnews/story/50536/istanbul-2020-opening-ceremony-would-maximize-the-legacy-for-the-city Dernière consultation 29/08/2016

43 Voir aussi Olimpiyat 2020 : İstanbul için fırsat mı tehdit mi ?, MSGSÜ ŞBP panel Kitapçıkları Serisi, Mimar Sinan Güzel Sanatlar Universitesi, Istanbul, Temmuz 2013.

44 http://bianet.org/bianet/toplum/145506-olimpiyat-istanbul-icin-felaket-olur dernière consultation 29/08/2016.

45 http://www.bianet.org/english/print/149463-forced-evictions-are-the-dark-side-of-olympics dernière consultation 29/08/2016.

46 https://www.change.org/p/t %c3 %bcrkiye-2020-olimpiyatlar %c4 %b1-na-adayl %c4 %b1k-listesinden- %c3 %a7 %c4 %b1kar %c4 %b1ls %c4 %b1n-take-istanbul-out-of-the-list-of-cities-for-olympics-2020 ; http://www.hlrn.org/news.php?id=pW5naa%3d%3d#.vr0m7na70x2 dernières consultations 29/08/2016.

47 J. Defrance, « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Politix, 50, 2000, p. 13-27.

48 A. Gounot, D. Jallat, M. Koebel (dir.), Les usages politiques du football, Paris, l’Harmattan, 2012.

49 Cependant, certains auteurs ont relativisé la finalité de la recherche du prestige international. À propos des Jeux de pékin (2008), W. Manzenreiter soutient ainsi que les autorités chinoises ont, au moins, autant cherché à tirer profit, auprès de leur propre population, du succès des Jeux qu’au niveau international, où le scepticisme à l’égard du modèle économique chinois ou les critiques vis‑à‑vis de son système politique avaient peu de chance d’être corrigées par un tel événement. En revanche, les JO permettaient de démontrer aux classes moyennes chinoises que Pékin avait atteint désormais le rang des grandes métropoles mondiales modernes et développées. Wolfram Manzen-Reiter, “The Beijing Games in the Western Imagination of China: The Weak Power of Soft Power”, Journal of Sport and Social Issues, 34(1), 2010, p. 33.

50 De nombreux travaux ont eu recours à la notion de « soft power », voire de « sport power » pour décrire l’influence qu’un pays pouvait obtenir à travers les résultats de ses sportifs dans des compétitions mondiales ou en organisant des grandes épreuves internationales. La notion de « soft power » me parait très discutable car il impossible d’en mesurer les effets au‑delà de l’affirmation des responsables politiques qui prétendent en faire l’usage. Si on peut incontestablement parler de diplomatie sportive, le sport pouvant être intégré aux outils traditionnels de la diplomatie, il me semble plus critiquable d’en déduire un impact qui reste difficile, voire impossible, à évaluer. cf. J.‑F. Polo, op. cit., 2016.

51 Istanbul 2008, Dossier de candidature, p. 2.

52 Cf. J.-F. Polo, « L’événement sportif au service de l’événement politique ? Les matchs de football entre la Turquie et l’Arménie de 2008 et 2009 », Sciences Sociales et Sport, 2013/1 – no 6, p. 151-178.

53 A. Ehrenberg, Le culte de la performance, paris, Calman‑Levy, 1991.

54 Cf., J.-F. Polo, « les enjeux politiques du sports en Turquie : gagner l’Europe ? », Politique Européenne, no 36, 2012, p. 102-125.

55 A. Gül (Président de la République), R. T. Erdoğan (Premier Ministre) S. Kılıç (Ministre des sports), H. Avni Mutlu (Gouverneur d’Istanbul), Dr K. Topbaş (Maire de la grande métropole d’Istanbul).

56 Istanbul 2020, op. cit., vol. 2, p. 5.

57 Hürriyet Daily News, 2 mars 2013. http://www.hurriyetdailynews.com/istanbuls-olympic-bid-to-help-eu-process-eu-minister-.aspx?pageId=238&nId=42163&newscatId=371 dernière consultation 29/08/2016.

58 Le Temps, 7 janvier 2013. http://www.letemps.ch/monde/2013/01/07/istanbul-2020-possede-trois-symboles-atouts-majeurs dernière consultation 29/08/2016.

59 Istanbul 2020, op. cit., vol. 1.

60 Voir également l’entretien donné par le Président du comité de candidature dans Le Monde, 5 août 2013, « Aucun pays musulman n’a encore organisé les Jeux ».

61 Hürriyet Daily News, “Istanbul promises’history in the making’for 2020 Olympic Games”, 3 septembre 2013.

62 Cf. Jean-Baptiste le Moulec, « le Professeur » qui a voulu révolutionner la politique étrangère turque », Observatoire de la vie politique turque, 4 avril 2013. https://ovipot.hypotheses.org/8642 dernière consultation 29/08/2016.

63 http://gamesbids.com/eng/summer-olympic-bids/2020-olympic-bid-news/istanbul-2020-unveilsnew-logo/ dernière consultation 29/08/2016.

64 http://www.sportcal.com/news/release_article.aspx?articleid=93975 Dernière consultation 29/08/2016.

65 Today’s Zaman, “Istanbul loses 2020 Olympics to Tokyo, Turkey asking why”, 8 septembre 2013.

66 De nombreux journalistes pro-gouvernementaux et hommes politiques ont aussi blâmé les manifestants de Gezi accusés d’avoir produit une image défavorable de la Turquie.

67 A. Insel, La nouvelle Turquie d’Erdoğan, La Découverte, Paris, 2015.

68 Selon le site Internet Games BidIndex qui tente de mesurer les chances des candidats aux grands événements sportifs à partir de toute une série de critères, jusqu’en février 2013, Istanbul faisait encore figure de favori devançant de peu Tokyo. Mais en mai, quelques jours avant les événements de Gezi, la capitale japonaise était repassée devant, grâce surtout à de meilleures garanties financières. http://gamesbids.com/eng/bidindex/lead-changes-in-2020-olympic-bidindex-as-tokyo-support-improves/ dernière consultation 29/08/2016.

69 http://www.cumhuriyet.com.tr/haber/turkiye/477244/Kultur_ve_turizm_bakani_unal__turbulanstan_geciyoruz.html Dernière consultation 29/08/2016.

70 http://www.radikal.com.tr/spor/turkiyeye-teror-darbesi-sampiyonanin-yeri-degisti-1499094 Dernière consultation 29/08/2016. Rappelons qu’à l’inverse les Jeux Méditerranéens qui se sont déroulés dans ville de Mersin en juillet 2013 avaient été initialement attribuées à une ville grecque qui avait dû y renoncer à cause de la crise économique…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le Stade Olympique Atatürk vu de l’est
Crédits Source Interne
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/570/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Première phase de destruction à Ayazma, sur fond de stade olympique
Crédits Février 2007 ; photo J.-F. Pérouse
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/570/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/570/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Crédits Photos tirés du site: http://www.sportsfeatures.com/​olympicsnews/​story/​ 50536/istanbul-2020-opening-ceremony-would-maximize-the-legacy-for-the-city
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/570/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Autre dimension mise en avant, c’est la situation géopolitique d’Istanbul entre l’Orient et l’Europe : « D’autres avantages découleront également du statut d’Istanbul en tant que centre multinational pour les affaires, le sport et la culture pour des marchés en Europe de l’est, au Moyen-Orient et en Afrique, ouvrant la porte à des marchés nouveaux et durables » (p. 24). Même le plan d’aménagement urbain et de transport est présenté comme une réalisation concrète et symbolique d’un rapprochement entre l’Orient et l’Occident : « L’élaboration d’un plan directeur créatif pour les Jeux, allié à un aménagement urbain novateur, assure une rencontre à la fois véritable et symbolique de l’Orient avec l’Occident » (p. 31).
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/570/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean‑François Polo, « Les Jeux Olympiques au service de l’internationalisation d’Istanbul : les coûts de l’événementiel sportif », Anatoli, 7 | 2016, 97-123.

Référence électronique

Jean‑François Polo, « Les Jeux Olympiques au service de l’internationalisation d’Istanbul : les coûts de l’événementiel sportif », Anatoli [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 20 mars 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://anatoli.revues.org/570 ; DOI : 10.4000/anatoli.570

Haut de page

Auteur

Jean‑François Polo

Politologue, IEP/Université de Rennes

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org