Navigation – Plan du site
Dossier. Istanbul, capitale régionale et ville monde. Images, usages internationaux et échelles de rayonnement
Partie 2. L’expression spatiale de ce repositionnement : du centre à la périphérie

Les changements provoqués par les mouvements migratoires et le sentiment d’appartenance dans un quartier d’Istanbul

Kristen Biehl
p. 127-146

Notes de l’auteur

Traduction de l’anglais par Aude Aylin de Tapia.

Texte intégral

1Au cours des dernières décennies, l’urbanité internationale et le cosmopolitisme d’Istanbul ont pris place dans les emblèmes de l’ancienne capitale impériale, tandis que l’image du pont, métaphore d’une ville-carrefour entre l’Orient et l’Occident est presque devenue un cliché que bureaucrates, spécialistes en sciences sociales ou encore artistes de la ville se sont appropriés (Biehl, 2012 ; Gokturk et al., 2010). Le discours développé dans ce contexte est intimement connecté à un système de marketing et de stratégies de promotion internationale mobilisé dans le cadre d’une concurrence farouche entre les « villes globales » qui tentent d’attirer vers elles « les investisseurs, les touristes exigeants, les commissaires d’expositions, les promoteurs immobiliers, la clientèle des résidences des villes’in’du monde et les divers consommateurs de culture » (Keyder, 2010 : 185). Le projet de marketing d’Istanbul, ville globale et cosmopolite « a connu un succès indéniable » (ibid. 184). Istanbul connaît aussi le revers de la médaille de cette course pour devenir ville-monde, en tant que pôle attractif pour des mouvements migratoires de grande échelle (cf. Sassen 1991). Propulsée à la fois par sa croissance économique intense et par sa position centrale de carrefour entre l’Europe et l’Asie, depuis les années 1990, la métropole d’Istanbul est en effet devenue un des principaux centres d’attraction de la région pour les migrants internationaux venant d’un grand nombre de pays et arrivant par différentes routes migratoires dans le but de trouver du travail ou un asile. Voire simplement le temps du transit, en attendant la possibilité de se rendre vers une autre destination (Biehl 2013 ; Pusch 2011). Une caractéristique notable des migrations vers Istanbul est la part substantielle des migrants dont la situation d’entrée, de résidence et/ou de travail est considérée comme illégale ou irrégulière par le système légal turc (Erder et Kaşka 2012 ; Icduygu et Aksel 2012). Dès lors, si l’on compare cette situation à l’effort officiel de promotion de l’internationalisation croissante d’Istanbul, l’arrivée de migrants irréguliers peut être considérée comme une forme d’internationalisation officieuse de la ville et décrite selon l’expression de Tarrius (2002) comme un processus d’« internationalisation par le bas ».

  • 1 Cet article est le résultat d’un projet de recherche doctorale plus large pour lequel j’ai mené un (...)

2Au cours des dernières décennies, l’augmentation du nombre de migrants en situation irrégulière à Istanbul a aussi été à l’origine d’un intérêt nouveau des milieux scientifiques pour le sujet (Akalın 2007 ; Bloch 2011 ; Danış et al. 2009 ; Dedeoğlu 2011 ; Gülcur and İlkkaracan 2002 ; Özdil 2008 ; Parla 2011 ; Pérouse 2009 ; Sutter 2012 ; Toksöz, Erdoğdu et Kaşka 2012 ; Ünal 2011 ; Yükseker et Brewer 2011 ; Wissink, Düvell et Eerdewijk 2013). Dans la plupart des études, cependant, Istanbul a simplement été considérée en arrière-plan, comme la scène où les nouveaux migrants sont localisés. Qui plus est, les travaux se concentrent sur les expériences de groupes de migrants spécifiques, différenciés par leur ethnicité, leur genre, leur religion, leurs activités, leur statut légal ou encore les motivations qui les ont incités à migrer. Cet article vise plutôt à comprendre comment la ville accueille concrètement ces migrants, et explore la question migratoire à travers la perspective de l’espace local. À cette fin, je présenterai le cas de Kumkapı, un quartier situé dans la péninsule historique d’Istanbul (voir Figure 1), aujourd’hui lieu de résidence et hub économique rayonnant pour une large proportion de migrants internationaux vivant dans la métropole. La première partie propose une étude de l’histoire récente du quartier depuis les années 1950 afin de comprendre les facteurs qui ont fait de Kumkapı un tel nœud des mouvements migratoires et de décrire la diversité actuelle des profils de la population du quartier comme la conséquence de cette histoire. Dans la seconde partie, je présenterai les résultats d’entretiens et de données ethnographiques dans le but d’analyser la variété des sentiments d’appartenance et des expériences des résidents du quartier face aux transformations générées par les migrations au sein de cette localité.1

Figure 1 : Carte de la péninsule historique d’Istanbul et de ses quartiers

Figure 1 : Carte de la péninsule historique d’Istanbul et de ses quartiers

L’émergence d’une plateforme des migrations dans la péninsule historique d’Istanbul

3Pendant plusieurs siècles, Kumkapı a été un quartier résidentiel, un centre religieux et éducatif pour les sujets grecs et arméniens de l’Empire ottoman, puis citoyens de la République de Turquie. Cependant, à partir des années 1950, le profil démographique et la fonction spatiale de Kumkapı ont commencé à changer de manière conséquente, à une époque où un double mouvement migratoire de et vers Istanbul se mettait en place. La première vague fut l’émigration d’une large partie des populations minoritaires chrétiennes et juives d’Istanbul qui subissaient la persistance des politiques d’exclusion de l’État républicain et l’hostilité nationaliste de l’opinion publique. L’autre vague, concomitante à la première, combinait un mouvement d’exode rural vers Istanbul dû au déclin des activités agricoles et à l’accroissement de l’industrialisation par substitution aux importations. Alors que les minorités historiques émigraient de manière irréversible, leurs quartiers de prédilection à Istanbul commencèrent à se transformer en territoires d’arrivée et d’installation initiale pour les migrants de l’intérieur (cf. Mills 2010 ; Soytemel 2013). Plus spécifiquement, à Kumkapı, ce double mouvement a aussi été doublé à cette époque par un rapide processus de commercialisation de cet espace de la ville. À partir du milieu des années 1960, Gedikpaşa a émergé comme un centre pour les petits fabricants et commerçants de chaussures (Müftüoğlu 2005), tandis que le secteur automobile se déployait dans la zone de Laleli, avec l’ouverture de galeries de vente, d’ateliers de réparations et de magasins de pièces détachées (Keyder 1999). Dès lors, l’expansion du caractère commercial et les capacités d’emploi que cette conversion fonctionnelle impliquait firent de ces quartiers des zones attractives pour les migrants de l’exode rural, qui, à l’origine, étaient principalement des hommes se déplaçant seuls. Cependant, du point de vue des anciens habitants, leurs espaces de vie commençaient à souffrir d’une commercialisation insidieuse et d’une prédominance croissante des étrangers là où autrefois le caractère résidentiel et familial dominait. Jusqu’à aujourd’hui, la disponibilité en logements et la proximité des opportunités économiques ont continué à jouer un rôle d’attraction dans les flux continus d’immigration interne vers Kumkapı et le profil des habitants de ces quartiers a changé en termes d’origine régionale, de composition ethnique, de motifs de migration et de réception locale, suivant le mouvement général d’évolution des modèles plus larges de migration interne vers Istanbul (cf. Keyder 2005).

4Au cours des dernières décennies, Kumkapı est aussi devenu une destination de premier choix pour les migrants internationaux. La transformation radicale du quartier de Laleli depuis la fin des années 1970 parallèlement aux nouvelles opportunités économiques a très probablement été l’élément déclencheur de l’arrivée des étrangers dans cette partie de la ville, qu’ils soient touristes, commerçants, consommateurs ou migrants. La première opportunité a été élaborée par les touristes et commerçants arabes venus des pays moyen-orientaux nouvellement enrichis par le pétrole. Puis, suite à la dissolution de l’Union soviétique en 1991, Laleli est devenu un territoire phare du « commerce de valise ». Cette expression désigne le commerce transnational non enregistré et non régulé réalisé par de petits commerçants amateurs de l’ex-Union soviétique, principalement des femmes qui voyagent régulièrement en Turquie pour acheter de petites quantités d’articles de consommation, nourriture, vêtements ou peausserie à prix réduit (Yükseker 2004 ; Eder et Öz 2010). En conséquence, la plupart des immeubles de Laleli ont été convertis en centres commerciaux dont les étages supérieurs, moins accessibles, servent de dépôts, d’ateliers de fabrication ou encore de résidence principalement pour les hommes seuls travaillant dans le quartier (Keyder 1999, 178). Des activités complémentaires, hôtellerie, restauration ou encore boîtes de nuit, agences de voyage et compagnies de frets pour les commerçants se sont aussi installées dans ce même territoire. Au même moment, le profil de la clientèle s’est grandement diversifié : à l’origine essentiellement russe, la clientèle est désormais plus hétéroclite et compte, entre autres, des citoyens des pays du Caucase, d’Asie centrale et de plus en plus d’Afrique. En outre, un nombre de plus en plus important d’étrangers s’intègre à l’économie de Laleli, Gedikpaşa et Beyazıt en tant que commerçants mais aussi dans une multitude de métiers informels, du travailleur journalier subalterne au courtier transnational. Dès lors, ce n’est sans doute pas une coïncidence si le profil des migrants internationaux qui résident à Kumkapı est particulièrement proche du profil de la clientèle et des employés des quartiers alentours.

5Cependant, en matière de logement, le grand nombre de personnes vivant à Kumkapı et travaillant en dehors de cette zone laisse entrevoir une autre caractéristique distinctive du quartier. Dans les plans directeurs de la ville et les plans de conservation de la péninsule historique, la zone de Kumkapı a été planifiée à la fois comme un meskun alan (espace de peuplement) et sit alanı (zone protégée). Par conséquent, à moins que l’on ait la possibilité de mobiliser des relations politiques solides ou de payer de gros pots de vin, il est en général très difficile d’obtenir les autorisations nécessaires à la construction d’immeubles ou à l’ouverture de commerces du même type que les hôtels, les boutique-hôtels et les magasins ouverts du côté de Kadırga et dans les alentours de Sultan Ahmet ou que les commerces fondés par les entrepreneurs du quartier de Laleli. Néanmoins, il serait erroné de penser que Kumkapı est simplement resté un espace résidentiel. Depuis une dizaine d’années, en particulier avec l’arrivée croissante de migrants étrangers à Kumkapı, le logement lui-même a été largement commercialisé et adapté aux conditions et aux besoins des nouveaux arrivants. Avec l’augmentation de la demande, un nombre de plus en plus important de propriétaires et de locataires a commencé à pratiquer la location et la sous-location de chambres dans leurs propres appartements, voire même dans des hangars, des sous-sols ou sous des toitures. Une partie d’entre eux rénove des bâtiments entiers, créant des studios « tout-inclus » ou des structures de type dortoirs avec des chambres séparées mais des cuisines et salles de bains communes.

6Plusieurs aspects de l’économie de Kumkapı permettent de mieux cerner les populations migrantes vivant dans le secteur. Premièrement, comme mentionné plus haut, le quartier est situé à proximité de dynamiques pôles d’emplois. Deuxièmement, le quartier de Kumkapı offre lui-même des possibilités uniques pour faire des affaires et est par la même occasion d’un intérêt certain pour les populations migrantes, qu’elles soient constituées de clients ou d’entrepreneurs. En raison de la densité du tissu résidentiel et du taux de roulement élevé des habitants, le nombre de supermarchés, d’agences immobilières et de magasins de meubles d’occasion sont aussi beaucoup plus élevé que dans la moyenne des quartiers résidentiels de même dimension ailleurs à Istanbul. De nombreux migrants internationaux ont commencé à créer leurs propres entreprises dans le quartier, en particulier des compagnies de fret maritime en lien avec des dizaines de pays et de région et dont le but est de servir au « commerce de valise » que les commerçants possédant des réseaux transnationaux utilisent comme un avantage concurrentiel. On compte aussi de plus en plus de restaurants ethniques et de boutiques de coiffeurs, dont la plupart ne présente aucun signe extérieur d’existence et n’est connue et fréquentée que par les membres de la communauté nationale ou ethnique du tenancier. Les rues et les maisons de Kumkapı ont également émergé comme des lieux propices aux activités illégales comme la contrebande humaine, le commerce de drogue et la prostitution. La plupart de ces entreprises se caractérise par une informalité au sens double : elles offrent souvent des possibilités d’emploi informel accessibles aux étrangers sans papiers et elles peuvent également fournir à ces mêmes personnes des services informels plus difficilement abordables ou disponibles ailleurs – comme des services de transferts d’argent et d’envois de fonds. Le développement notable du secteur du logement destiné aux étrangers peut également être décrit comme une de ces informalités puisque les contrats de location avec les locataires étrangers sont rarement écrits.

  • 2 Il est difficile d’avoir accès à des chiffres pour dépeindre plus précisément le profil de la popul (...)

7Au terme de ces processus conjoints de migrations et de recompositions urbaines longs de plusieurs décennies, Kumkapı se distingue aujourd’hui comme l’un des quartiers résidentiels les plus diversifiés d’Istanbul, tant en termes de structure de la population qu’en termes de structure urbaine. Sa population « indigène » ou « native » inclut tous les citoyens de l’État turc qui sont territorialement enracinés dans le quartier mais pas nécessairement de manière homogène. On compte en effet un petit nombre de membres de minorités chrétiennes, grecques, arméniennes et assyriennes, originaires pour beaucoup des provinces orientales de Turquie et installés à Kumkapı au cours des dernières décennies et des Turcs (au sens ethnique du terme) arrivés à Istanbul entre les années 1960 et 1970 pendant le pic de l’exode rural de la mer Noire et des provinces d’Anatolie centrale. Bien que ces groupes anciens soient de moins en moins visibles au sein du tissu résidentiel actuel, ils maintiennent une présence sous la forme de propriétés foncières, résidentielles ou commerciales. Avec les migrations internes plus récentes des années 1990 et suivantes, ce sont les Kurdes et dans une moindre mesure les Arabes originaires du Sud-est de la Turquie qui forment la plus grande partie de la population dite « native » du quartier. Les arrivées de plus en plus nombreuses de migrants internationaux ou « étrangers » à Kumkapı, également depuis les années 1990, ont ainsi renforcé la diversité déjà existante du contexte local, réunissant dans un même quartier des populations venues d’un large spectre de pays : de Moldavie ou d’Ouzbékistan en Eurasie, de Somalie ou du Nigeria en Afrique ou encore de Syrie au Moyen-Orient ou du Sri Lanka en Asie. Au-delà de la diversité ethnique, nationale ou religieuse, les populations « natives » et « étrangères » à Kumkapı se différencient aussi en fonction du moment et du motif de la migration, des canaux empruntés pour arriver jusqu’ici mais aussi en termes de genre, d’âge et de structure familiale ou encore en termes d’opportunités de travail, de droits légaux, de liens avec le lieu d’origine, de réception locale, etc.2

Percevoir et concevoir Kumkapı aujourd’hui

8Après avoir exposé la grande diversité de la population de Kumkapı, la présente section a pour but de caractériser la manière dont les habitants ressentent, perçoivent et pratiquent le quartier, en analysant les réponses données par les enquêtés interrogés sur les avantages, les inconvénients de l’espace dans lequel ils évoluent ainsi que sur leur degré de dépendance à leur environnement.

Familiarité

9Kumkapı est très souvent associé à un sentiment de familiarité fondé sur diverses caractéristiques socio-spatiales du quartier. Tout d’abord, c’est un espace où l’on est certain de rencontrer des personnes familières. Cela peut s’expliquer par une base ethnique commune. Par exemple, étant donné sa longue histoire de quartier aux connotations arméniennes sur le plan religieux, éducatif et résidentiel, Kumkapı a continué à attirer les migrants arméniens arrivant à Istanbul des différentes régions de Turquie mais aussi d’Arménie (cf. Taşçı 2010). Cette familiarité peut aussi se baser sur des affinités régionales. Beaucoup des résidents natifs arméniens, kurdes ou arabes de Kumkapı sont originaires des provinces de Batman, Mardin, Bitlis, Urfa et Diyarbakir, et en particulier de districts spécifiques comme Sason à Batman ou Mutki à Bitlis. La même chose s’applique aussi aux migrants internationaux qui partagent la même nationalité, qu’il s’agisse de Sri Lankais, d’Ouzbeks, de Géorgiens, de Somaliens, de Sénégalais, etc. Pour la plupart des individus que j’ai interviewés, quel que soit le moment où ils sont arrivés à Kumkapı, qu’ils soient natifs ou étrangers, la principale raison de leur installation à Kumkapı est en lien avec le fait qu’ils y avaient un membre de la famille, un ami ou une connaissance ou tout du moins qu’ils connaissaient quelqu’un avec qui ils avaient en commun appartenance ethnique, nationalité ou région d’origine.

10Néanmoins, au sein de la population étrangère, certains migrants n’avaient aucun lien avec Kumkapı avant d’arriver mais avaient entendu dire que Kumkapı était le meilleur endroit à Istanbul pour créer un réseau de contacts. Hasan est arrivé de Guinée à Istanbul en 2006 à l’âge de 17 ans. Il a d’abord échoué dans le quartier de Taksim où son passeur l’a déposé en lui disant de se rendre à l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) pour remplir un dossier de demande de statut de réfugié. En raison de son âge, il a été immédiatement placé dans un centre d’accueil public pour demandeurs d’asile mineurs non accompagnés localisé à Kadıköy, sur la rive asiatique d’Istanbul. Cependant, à ses 18 ans, l’équipe du centre d’accueil lui a dit qu’il devait désormais trouver un logement par lui-même et lui a conseillé de visiter le quartier de Kumkapı où il pourrait trouver « des gens comme lui », c’est-à-dire d’autres Africains. Un autre type d’affinité peut être associé au canal d’arrivée et aux motifs de la migration sans qu’il y ait d’appartenance ethnique ou nationale commune, car le quartier est connu pour être un port d’attache pour des étrangers en situation fragile et plus spécifiquement pour les migrants en situation irrégulière. Altın et son mari sont arrivés du Turkménistan à Istanbul il y a six ans. Au début, ils se sont installés avec des proches vivant à Zeytinburnu, un autre arrondissement d’Istanbul, mais ils ont ensuite choisi de vivre à Kumkapı, après avoir visité le quartier avec des proches. Altın avait alors remarqué que, dans les rues où ils avaient déambulé, selon ses propres termes : « tout le monde est étranger, tout le monde est kaçak (illégal) ; donc je ne risquais pas de me faire remarquer ».

11Une seconde dimension de la familiarité est liée à la structuration du territoire lui-même. De nombreux groupes de résidants différents ont créé à Kumkapı leurs propres espaces communautaires. Par exemple, la plupart des églises arméniennes historiques du quartier sont toujours en activité, mais certaines ont été réappropriées par les nouveaux résidants pour des usages communautaires distincts : dans une des églises, le sous-sol a été transformé en une école informelle pour les enfants des migrants arrivés d’Arménie, dans une autre église, une des chapelles a été allouée à l’usage des migrants éthiopiens dont le prêche des cérémonies dominicales est différent. Il est aussi possible de trouver des associations de migrants à Kumkapı. Pour les migrants nationaux, ces associations sont principalement fondées sur une appartenance commune à une région d’origine, et, pour les migrants internationaux, à un pays. Pour ces derniers, les commerces tels que les compagnies de fret, les boutiques de coiffeurs et les restaurants ont aussi une fonction d’espace communautaire de socialisation et même parfois de lieu de rencontres ponctuelles ou périodiques, auxquelles les compatriotes vivant dans d’autres secteurs d’Istanbul peuvent aussi participer.

Le transitoire

12Malgré cette familiarité, Kumkapı est aussi souvent associé à un sentiment profond de transitoire. Pour les rares habitants qui y vivent depuis plusieurs décennies, ce transitoire se révèle à travers les transformations de plus en plus rapides des modes de vie dues aux constants mouvements d’arrivées et de départs de migrants. Comme mentionné dans la première section, depuis les années 1950 et 1960, au fil de la recomposition des logiques migratoires de la ville d’Istanbul, Kumkapı s’est progressivement transformé en un quartier d’arrivée pour les groupes de migrants comptant à la fois des migrants internes issus des départements de toute la Turquie et, depuis les dernières décennies, des migrants internationaux aux origines, aux motifs d’immigration et aux opportunités extrêmement variés. Chaque période a laissé son empreinte dans le quartier, certains migrants ayant décidé de s’y installer plutôt que de partir tenter leur chance ailleurs ont désormais une propriété privée ou un commerce sur place. Chez ces « sédentarisés », installés durablement à Kumkapı, domine un fort sentiment de mouvement et de flux constant même. Ali, par exemple, un Turc (de nationalité et d’ethnie) est arrivé à Istanbul de la province d’Aksaray en Anatolie centrale à la fin des années 1950. Il a géré pendant plus de 20 ans la même boutique de tailleur. « C’est un lieu, dit-il, qui se remplit et se vide continuellement. » Arif, un Kurde de Turquie est arrivé avec toute sa famille de Mardin à Kumkapı à la fin des années 1990 : « Kumkapı est comme un lieu de transit, explique‑t-il. Ceux qui parviennent à améliorer leurs niveaux de vie quittent le quartier. » C’est précisément ce que lui et la plus grande partie de sa famille ont fait en achetant des propriétés dans le quartier de Zeytinburnu quelques années plus tôt, tout en conservant à Kumkapı des biens immobiliers et en particulier leurs commerces. Ahmed, arrivé de Tanzanie, a vécu à Kumkapı pendant une dizaine d’années et décrit le quartier comme suit : « Tu vois Mustafa aujourd’hui, tu vois Ömer demain. Il y a des changements tous les jours ici. » Puis il ajoute « mais Ahmed est ici tous les jours ». Au fil des années, il a essayé plusieurs fois d’entrer en Grèce clandestinement. En 2010, il a finalement réussi à passer en Grèce mais y a trouvé la situation des migrants tellement pire que celle qu’il avait connue en Turquie qu’il a décidé de rentrer à Istanbul. Peu de temps après son retour, on lui a diagnostiqué un cancer des poumons et il a eu accès à des traitements médicaux gratuits à Istanbul grâce à l’aide de plusieurs ONGs. Son espoir de guérison l’incite à rester et à attendre à Kumkapı, même s’il se sent prêt à rentrer à tout moment en Tanzanie pour retrouver sa femme et ses enfants.

13Pour ceux qui sont arrivés plus récemment, le sentiment de transitoire a plus à voir avec leurs propres intentions de quitter au plus vite le quartier pour aller plus loin dans leur migration. Kumkapı offre différents avantages aux migrants, en particulier grâce à la présence de réseaux fondés sur une appartenance commune à une ethnie, à une région ou à un pays, à la proximité de toute une gamme de petits boulots et à la disponibilité des logements. Mais peu de migrants arrivent avec l’intention de s’installer ici de manière permanente et voient Kumkapı plutôt comme un espace de transit où les avantages peuvent être utilisés et exploités comme tremplin vers un autre secteur de la ville ou vers l’étranger que comme un espace où s’installer sur le long terme. Comme le laisse entrevoir la remarque d’Arif, Kumkapı est considéré comme un territoire passager et temporaire où il est possible de réunir les moyens nécessaires « pour créer un chez soi » plutôt que comme un lieu « où installer son chez soi ». Altın et son époux vivent dans une petite chambre, partagent une cuisine et une salle de bain avec quatre autres chambres habitées chacune par au moins deux autres migrants de pays différents. Bien qu’ils n’apprécient pas cette promiscuité avec des étrangers, louer une simple chambre plutôt qu’un appartement entier leur permet de faire des économies qu’ils investiront dans la maison qu’ils comptent construite au Turkménistan et dans l’éducation de leur enfant resté vivre avec ses grands-parents.

Opportunité

14Kumkapı est aussi souvent décrit comme un lieu où les opportunités de travail sont nombreuses, grâce à la fois au potentiel des activités florissantes et à l’approximation des structures officielles. Dans cette partie d’Istanbul, Kumkapı présente une configuration assez unique où l’espace se caractérise par une population résidentielle transitoire, dynamique et de plus en plus dense et diversifiée qui créée un contexte de prolifération d’opportunités de travail. C’est en raison de ce contexte que les anciens habitants de Kumkapı qui ont déménagé à l’extérieur du quartier ont souvent fait le choix de conserver leurs affaires sur place. Par exemple, Ali le tailleur qui fabrique et vend des matelas en mousse et du linge de literie et Arif l’agent immobilier qui sous-loue des chambres et des appartements dans le quartier reconnaissent tous les deux que le renouvellement constant des arrivants est ce qui les incite à conserver et à faire tourner leur commerce. La même chose s’applique aussi aux étrangers. Leyla est arrivée d’Arménie il y a plus de 15 ans. Comme la plupart de ses compatriotes immigrés à Istanbul, elle est arrivée directement à Kumkapı. Les premières années, elle a essayé de trouver toutes sortes de petits boulots, des ménages au commerce à la valise en passant par la vente ambulante. Cela fait longtemps qu’elle a quitté Kumkapı, un quartier « trop bondé, trop mélangé et trop sale », mais elle continue à passer le plus clair de son temps dans ce même quartier pour ses affaires « parce qu’ici, il y a du potentiel ». L’augmentation du nombre de résidents immigrés originaires des pays de l’Ex-Union Soviétique lui a donné l’idée d’ouvrir une épicerie installée dans un lieu discret, à l’arrière d’un immeuble d’habitation où elle vend de la nourriture et des médicaments de contrebande provenant de ces mêmes pays. Sa boutique lui sert aussi de bureau quand elle donne rendez-vous aux Arméniens qui font du commerce à la valise et qui ont besoin d’un coup de main pour faire leurs achats à Laleli.

15Beaucoup de propriétaires de petits commerces installés à Kumkapı reconnaissent que, pour réussir dans ce contexte, il faut savoir être flexible, au sens où il faut être capable de comprendre, de jouer avec les différents répertoires culturels et de s’adapter à la demande en constante évolution d’une population locale qui change et se diversifie rapidement. Par exemple, beaucoup de petits commerces locaux, en particulier des taxiphones pour l’international, utilisent des enseignes et affiches multilingues et prennent des migrants de différents pays au sein leur personnel. Cette flexibilité se matérialise aussi de manière variée à travers l’émergence de « pratiques de business hybrides » (Hall 2014). Parmi les nombreux taxiphones, j’en ai vu un où l’on vend des téléphones portables et où se trouve aussi un stand de vente au détail dans un coin du magasin pour les clients qui peuvent y être vendeurs ou acheteurs, un autre proposant des services d’assistance aux demandes de permis de résidence et un troisième offrant des services bancaires et de paiement de factures pour les migrants qui, selon le patron, leur fournit « un capital gratuit ». On m’a aussi expliqué que les compagnies de transport travaillant avec les pays de l’Ex‑Union Soviétique proposent des billets d’avion à bas prix aux individus qui ont besoin de retourner de manière provisoire dans leur pays – par exemple pour renouveler leur visa, en particulier dans le cas des pays pour lesquels le gouvernement turc applique des politiques de visa plus souples. En échange, les voyageurs transportent des marchandises dans leurs bagages personnels et parfois rapportent de la nourriture de contrebande, comme celle vendue dans la boutique de Leyla. Beaucoup de ces compagnies de transport proposent aussi des services d’envois de fonds bien moins chers que les canaux officiels comme Western Union. En effet, aucun de ces services n’est officiel et la plupart du temps, la clientèle se forme par le bouche à oreille ou tout simplement grâce à un morceau de papier collé sur une vitrine ou à l’intérieur d’une boutique.

16À côté de ces boutiques installées au niveau de la rue, l’hébergement est aussi devenu un secteur offrant des perspectives de profit. En déambulant dans les rues de Kumkapı, on peut croiser un nombre infini d’annonces de chambres à louer affichées aux fenêtres et sur les murs des immeubles. Ce commerce reste entièrement en dehors de l’économie régulière et s’adresse de plus en plus à la population étrangère (yabancı) de Kumkapı. Les sommes demandées pour le loyer mensuel d’une chambre unique tournent en général autour de 200-300 dollars, un prix passablement élevé si l’on considère la petite taille et la vétusté des pièces proposées et surtout si l’on compare ces loyers à ceux proposés dans les quartiers aux alentours ou à ceux payés par les anciens locataires d’appartements entiers. De plus, étant donné la demande en constante augmentation, les sommes proposées aux étrangers pour la location de chambres continuent de manière régulière d’augmenter, répercutant aussi l’inflation sur les loyers. Au-delà des profits pour les propriétaires de biens immobiliers, le marché du logement offre aussi des opportunités lucratives aux non-propriétaires, par l’intermédiaire des systèmes de courtage. Comme mentionné plus haut, une partie de la population ayant habité à Kumkapı dans le passé (en particulier les Arméniens et les Turcs) a conservé ses biens immobiliers dans le quartier. J’ai trouvé plusieurs cas de propriétaires fonciers qui s’appuyaient sur des résidents locaux pour s’occuper de la location de leurs commerces, en mettant en avant le fait que les stéréotypes culturels ou sociaux et le profil changeant des locataires à la mobilité intense rendent difficile la collecte des loyers mais aussi, quand c’est nécessaire, l’expulsion. En échange, les intermédiaires prennent des commissions. Les migrants étrangers qui résident à Kumkapı pour quelques temps et ont réussi à tisser des liens de confiance avec les propriétaires peuvent ainsi tirer bénéfice de ce système, de la même manière qu’ils peuvent faire des profits en louant un appartement entier et en sous-louant les chambres à leurs compatriotes, y compris aux commerçants de passage pour une courte période.

Flexibilité

  • 3 Les étrangers attendant d’être expulsés d’Istanbul sont détenus au Kumkapı Geri Gönderme Merkezi, u (...)

17Une grande partie des petits commerces situés à Kumkapı sont informels. D’autres pratiques illégales, en particulier la prostitution des migrant(e)s, sont particulièrement visibles dans les rues. Tout le monde sait que la plupart des étrangers vivant dans ce quartier sont en situation irrégulière. De ce fait, Kumkapı est largement perçu par ses résidents comme un espace où les mécanismes formels et même les lois peuvent être négociés, voire totalement évités ou contournés. Quand bien même des contrôles occasionnels ont lieu, le quartier garde l’image d’un espace où les autorités locales et les forces de l’ordre ont peu de pouvoir et peu d’intérêt à changer la situation. Un instituteur tout juste nommé pour donner des cours dans un centre municipal d’éducation pour les enfants du quartier formulait sa première impression de Kumkapı comme suit : « La première fois que je suis arrivé ici, je me suis dit pendant quelques secondes : ’Est-ce que je suis en Afrique ?’ J’avais entendu parler des autres nationalités qu’on pouvait croiser à Kumkapı mais jamais des Africains. C’est comme une serbest bölge [littéralement, zone libre] ici. J’ai aussi entendu dire que la police intervenait peu ». Cette notion de serbest bölge résume en deux mots le sentiment que les habitants de Kumkapı ont au sujet de leur quartier qu’ils perçoivent comme un lieu où tout peut arriver, aux sens positif comme négatif, et à la fois comme une zone franche et une zone de non droit. Concernant plus spécifiquement le statut des migrants, le sentiment que ni les résidents ni les autorités ne sont concernés par le statut légal des étrangers installés dans le quartier est généralisé, sans doute soutenu par l’ironie du fait que le seul et unique centre de rétention (Geri Gönderme Merkezi) d’Istanbul3 se trouve à quelques pas du quartier de Kumkapı, là où les restaurants les plus appréciés des touristes côtoient les immeubles résidentiels.

18Au-delà de cette dimension de la légalité, la flexibilité est aussi associée à l’exceptionnelle élasticité des normes sociétales et culturelles. Cet aspect apparaît plus particulièrement dans la sphère du domicile qui est mis à disposition pour des usages et des populations qui ne seraient pas admis dans d’autres quartiers d’Istanbul. Kumkapı est devenu populaire parmi les populations de migrants parce qu’on y trouve facilement des chambres à louer. La densité résidentielle est très forte puisque, souvent, plusieurs personnes partagent une même chambre. Le renouvellement des locataires est aussi extrêmement rapide en raison de la forte mobilité des migrants au sein de Kumkapı et au‑delà du quartier. Il arrive aussi régulièrement que plusieurs personnes partagent la même chambre mais sur des jours de la semaine voire même des moments de la journée différents. Il y aussi des variations significatives dans la manière dont les migrants utilisent ces logements pour y résider (les variations apparaissent alors en termes de nombre de personnes partageant une même chambre ou en termes de pratiques de partage) mais aussi pour des usages non résidentiels (certaines chambres pouvant aussi servir de restaurants informels et/ou de salon de coiffure). Ce sont ces aspects de la flexibilité des pratiques de logement que les migrants peuvent difficilement faire accepter aux propriétaires des autres quartiers de la ville.

19À côté de ces pratiques d’habiter, le secteur du logement à Kumkapı se comporte aussi de façon très souple face aux différences culturelles ou religieuses souvent considérées comme indésirables ailleurs à Istanbul. Certaines « croyances culturelles » solidement ancrées en Turquie, en particulier celles qui touchent à la question de la protection de l’honneur de la famille, sont à l’origine de nombreux préjugés vis-à-vis de l’inconnu et en particulier du migrant qu’il s’agisse d’un homme seul, d’un étranger, d’une femme d’un pays de l’Ex‑Union soviétique (généralement associée au travail sexuel) et/ou d’une personne de couleur noire, etc. Toutes ces caractéristiques sont souvent considérées comme des facteurs de dangers potentiels pour la famille turque et diminuent donc fortement les chances du migrant de se voir donner un logement en location dans un autre quartier d’Istanbul. À Kumkapı, en revanche, ces préjugés forment des barrières de moins en moins élevées, en particulier parce que la location de chambres a gagné en popularité chez les propriétaires. Les annonces immobilières spécifient souvent bekara oda (chambre pour célibataire), bayana oda (chambre pour femme) ou yabancıya oda (chambre pour étranger). Cependant, bien que le logement soit plus accessible, même à Kumkapı, les préjugés ne sont pas totalement abolis. Lorsqu’elle répond à une annonce, une migrante peut parfois se retrouver face à un homme qui, en partageant son appartement, cherche en fait quelqu’un avec qui commencer une « relation romantique ». De même, lors de la rencontre avec le propriétaire, un migrant noir peut se voir refuser une chambre en raison de sa couleur ou être tout simplement considéré comme un second choix par rapport à d’autres locataires potentiels blancs. Arif explique aussi que Kumkapı est devenu un endroit où les hommes mariés, turcs et kurdes, louent des chambres pour leurs maîtresses étrangères et il précise : « Il y de la flexibilité ici. Ça ne serait pas permis ailleurs ».

Saleté

20Saleté est un mot qui revient souvent quand il s’agit de décrire le quartier de Kumkapı. Cela fait généralement référence aux conditions physiques, comme les rues jonchées de déchets ou les immeubles laissés à l’abandon et de plus en plus endommagés par la surpopulation résidente. Certains habitants vont tenir pour responsables de ces détériorations sanitaires les migrants les plus récents qui, en raison du caractère temporaire de leur installation sont vus comme des personnes ne portant aucune attention à la propreté et au bon état des lieux. D’autres, les Kurdes en particulier, vont pointer du doigt et accuser de négligence volontaire la municipalité locale qu’ils considèrent comme le prolongement de l’État turc et de sa politique d’exclusion et de répression menée contre les Kurdes (que ces derniers ont aussi vécue dans leurs villes d’origine dans l’est de la Turquie). Osman a une boutique de tailleur et de nettoyage à sec et a migré de Batman à Kumkapı alors qu’il était encore un enfant dans la fin des années 1990, à une période où le climat de violence politique avait rendu toute affaire impossible pour son père. Il commente : « Leur but est de nous rendre la vie impossible et cela nous pousse à immigrer à chaque fois un peu plus loin. »

21Les aspects physiques de cette saleté sont souvent entremêlés avec des questions plus sociales et morales. Les espaces actuels décrits comme des lieux en décomposition sociale et morale sont généralement comparés et opposés avec ce qu’ils étaient dans le passé, à savoir des espaces paisibles où les relations entre voisins, quelles que soient les différences ethniques et/ou religieuses, étaient respectueuses. Mary, une Arménienne de Turquie de 90 ans était arrivée de Gedikpaşa pour s’installer à Kumkapı après son mariage avec un habitant du quartier et a vécu dans la même rue pendant près de 60 ans. Elle commente ces transformations du quartier ainsi : « autrefois, il n’y avait que des familles ici, il y avait des bonnes relations de voisinage et du respect, maintenant, personne ne fait attention aux autres, ils utilisent les appartements comme des hôtels. Mon voisin change si souvent que je n’arrive plus à suivre ». Les mots de Mary montrent que la décomposition sociale est ressentie comme une conséquence des changements et de la mobilité de plus en plus intense des populations migrantes passant par Kumkapı. Mary a aussi fait allusion à la prédominance passée des familles parmi les résidents du quartier qui contraste avec la description actuelle d’un lieu où vivent principalement des bekar (célibataire). En fait, à Kumkapı, le terme bekar signifie plus qu’un simple statut marital car il sert à désigner toutes les personnes qui vivent seules à Kumkapı, y compris celles qui, par ailleurs, sont mariées et ont des enfants. Ce terme se réfère aussi à un certain état d’esprit actuel dans lequel se trouve une partie des hommes locaux qui se lancent dans la recherche active de « relations romantiques » avec des bayan (femme seule) vivant dans le secteur, que leur famille réside avec eux, à Kumkapı, ou pas. Par conséquent, il est fréquent d’entendre des commentaires décrivant Kumkapı comme un quartier « inadapté aux familles » et des histoires racontant comment les anciens résidents, comme Arif et Osman, ont décidé de déménager après s’être mariés.

  • 4 Les médias ont rapporté plusieurs incidents de ce type dans le secteur : Kenarlı, Çağatay. 2013. “S (...)

22La plupart du temps, ce sont les migrants arrivés au cours des dernières décennies qui sont tenus pour responsables de ces évolutions négatives. En général, « les Kurdes » et leurs familles sont accusés d’avoir apporté la saleté avec leur trop grand nombre d’enfants, « les Russes », d’avoir fait entrer l’alcool, la promiscuité et la prostitution, « les Noirs » d’avoir introduit la drogue et les usages « primitifs » de l’espace. Hormis le fait de faire peser les responsabilités sur des groupes d’individus aux attributs culturels, sexuels et raciaux stéréotypés, beaucoup d’habitants reconnaissent aussi que Kumkapı attire aussi de plus en plus de personnes dont l’état d’esprit, quels que soient le statut social et l’appartenance ethnique ou religieuse, est aussi à l’origine de la souillure de l’environnement social. Beaucoup d’individus arrivent à Kumkapı motivés par l’idée de profiter au maximum des opportunités et de la flexibilité offerte par un tel espace. Ainsi, on a le sentiment que les gens de Kumkapı sont opportunistes. Ce sont les migrants en situation irrégulière qui font le plus les frais de cette prolifération d’opportunités économiques fondées sur le manque, voire l’absence, de droits pour les résidents et les employés qui, par exemple, se retrouvent face à des employeurs refusant de les payer en temps voulu ou face à des propriétaires refusant de leur rendre leur acompte. Dans de tels cas, les migrants en situation irrégulière savent très bien que les autorités ne les protégeront pas et qu’ils risquent même, bien au contraire, d’être expulsés. De fait, les migrants considèrent la police comme complice de ces abus. Altın raconte qu’un jour, alors qu’elle marchait avec son époux en direction de l’arrêt de tramway d’Aksaray, ils furent arrêtés par la police qui leur demanda leur permis de résidence. Quand ils répondirent qu’ils n’en avaient pas, un policier enfonça sa main dans la poche de son mari et prit tout l’argent qui y était puis leur ordonna de s’éloigner. De tels incidents sont aussi régulièrement le fait de civils, qui, se faisant passer pour des policiers, ont ainsi trouvé une nouvelle manière de profiter des migrants en se faisant payer des pots-de vin4. Les étrangers, en particulier ceux qui vivent à Istanbul depuis longtemps, se sont intégrés à ces structures d’exploitation et d’escroquerie plus ou moins répréhensibles, du locataire principal d’un grand appartement qui sous-loue les chambres à des co-nationaux et s’offre au passage une marge de profit démesurée, au migrant qui pousse les nouveaux arrivants dans les mains des dealers de drogue ou des réseaux de prostitution, en passant par celui qui vole ses colocataires et disparaît sans laisser de traces. Dans ce contexte, la confiance est un sentiment hautement volatile… ; la remarque d’Altın à ce sujet est assez représentative : « Tout le monde ici court après les opportunités. Tu ne peux avoir confiance qu’en toi-même. »

Conclusion

23Cet article a tenté d’explorer la dimension spatiale et urbaine des récentes vagues d’immigration internationale à Istanbul en se concentrant sur deux questions centrales : comment émergent au sein de la ville des espaces attractifs pour les migrants internationaux et comment les divers résidents de ces espaces font-ils l’expérience des transformations liées aux mouvements migratoires ? Dans la première section, j’ai retracé le contexte géographique et historique de la transformation sociale et spatiale de Kumkapı jusqu’à nos jours et montré que les arrivées récentes de migrants internationaux à Kumkapı ne relèvent pas du hasard mais sont plutôt le résultat d’un enchevêtrement d’histoires personnelles de migration, de restructuration économique, de processus de réévaluation et de pratiques locales émergentes. Dans la seconde partie, j’ai décrit et analysé les différents sentiments, les expériences et les pratiques que les habitants de Kumkapı associent à ce territoire. J’ai discuté les concepts de familiarité, de transitoire, d’opportunité, de flexibilité et de saleté comme des termes reflétant les différentes manières de décrire et de parler de Kumkapı aujourd’hui.

24À travers un examen commun de ces cinq dimensions, il apparaît que les mouvements d’immigration à Kumkapı ont été à l’origine de la production d’un esprit conflictuel du lieu. Pour beaucoup d’habitants, quelles que soient leurs origines, leur quartier est un lieu où, au milieu de la grande diversité qui le définit, on peut trouver confort, sécurité et solidarité auprès de personnes et dans des espaces familiers. Néanmoins, c’est aussi un lieu où la familiarité est constamment mise au défi, soit par les intentions fugaces de la plupart des nouveaux arrivants, soit par l’environnement de méfiance créé par le fait que tout le monde semble en quête d’opportunités et de profits. En particulier pour les nouveaux migrants internationaux, Kumkapı est un espace de liberté où des modes uniques d’adaptation aux différences qui, ailleurs dans la ville, sont plutôt marginalisées, discriminées et contrôlées, permettent aux communautés ethniques et/ou religieuses de faire naître un sentiment d’appartenance même temporaire. Le flou des structures officielles permet aussi à cette diversité de prospérer économiquement en donnant aux habitants de Kumkapı une certaine flexibilité et liberté d’adaptation face aux demandes de la clientèle, offrant ainsi la possibilité de faire des affaires tant à l’échelle locale qu’à l’échelle transnationale. Cependant, c’est cette même flexibilité qui, de toute évidence, a suspendu, par un certain opportunisme, les normes légales, sociales et morales en permettant l’exclusion et l’exploitation et en créant un fort sentiment d’insécurité, y compris vis-à-vis des domaines de compétences de l’État. Le cas de Kumkapı révèle des contextes urbains où les changements résultant des mobilités se caractérisent par une intensification de la diversité et de l’illégalité, où l’on s’accommode de la différence, ou au contraire où on l’exclut, où les opportunités sont développées ou au contraire limitées et où les frontières sont franchies ou au contraire renforcées, le tout de manière simultanée (cf. Karner et Parker 2011 ; Landau 2014). Ainsi, il est possible d’affirmer que les réalités sociales qui forment les processus d’« internationalisation par le bas » se cristallisent sous des formes profondément ambivalentes.

Haut de page

Bibliographie

Akalın, Ayşe. 2007. « Hired as a caregiver, demanded as a housewife – Becoming a migrant domestic worker in Turkey. “European Journal of Womens Studies 14 (3): 209-225.

Bıehl, Kristen. 2012. “New diversities in Istanbul: Setting a research agenda for studying migration and the city.” SSIIM Paper Series No. 9.

Bıehl, Kristen. 2013. “New Migrations to Istanbul and Emerging Local Practices.” In Countries of Migrants, Cities of Migrants: Italy, Spain, Turkey. Edited by M. Balbo, A. Icduygu and J. Perez. Istanbul: Isis Press.

Bıehl, Kristen S. 2015. “Spatializing diversities, diversifying space: housing experiences in a migrant hub of Istanbul.” Ethnic and Racial Studies, 38 (4): 596-607.

Bloch, Alexia. 2011. “Intimate circuits: modernity, migration and marriage among Post-Soviet women in Turkey.” Global Networks 11(4): 502-521.

Danış, Didem, Jean-Francois Pérouse and Cherie Taraghi. 2009. “Integration in limbo: Iraqi, Afghan and Maghrebi migrants Istanbul.” In Lands of Diverse Migrations. Edited by A. İçduygu and K. Kirişçi. Istanbul: Bilgi University Publications

Dedeoğlu, Saniye. 2011. “Survival of the Excluded: Azerbaijani Immigrant Women’s Survival Strategies and Industrial Work in Istanbul’. Migration Letters, 8(1): 26-33.

Eder, Mine and Özlem Öz. 2010. “From cross-border exchange to transnational trading: the case of shuttle traders in Laleli, Istanbul.” In Transnational communities: shaping global economic governance. Edited by M. Djelic and S. Quack. Cambridge: Cambridge University Press.

Erder, Sema, and Selmin Kaşka. 2012. “Turkey in the New Migration Era: Migrants between Regularity and Irregularity.” In Turkey, migration and the EU: Potentials, challenges and opportunities, edited by S. P. Elitok and T. Straubhaar. Edition HWWI, No. 5: 113-132. http://nbn-resolving.de/urn:nbn:de:gbv:18-3-1187

Gülçür, Leyla, and Pınar İlkkaracan. 2002. “The’Natasha’experience: Migrant sex workers from the former Soviet Union in Turkey.” Deconstructing Sexuality in the Middle East: Challenges and Discourses. Edited by P. İlkkaracan. London: Ashgate Publications.

İçduygu, Ahmet, and Damla Aksel. 2012. Irregular migration in Turkey. Ankara: IOM. İçduygu, Ahmet, and Kristen Biehl. 2013. “The changing trajectory of migration to Turkey.” In Countries of Migrants, Cities of Migrants: Italy, Spain, Turkey, edited by M. Balbo, A. İçduygu and J. Perez. Istanbul: Isis Press.

Karner, Christian, and David Parker. 2011. “Conviviality and Conflict: Pluralism, Resilience and Hope in Inner-City Birmingham.” Journal of Ethnic and Migration Studies 37(3): 355-372.

Keyder, Çağlar. 1999. “À tale of two neighborhoods.” Istanbul: Between the global and the local. Edited by Ç. Keyder. 173-187. Lanham, MD: Rowman & Littlefield.

Keyder, Çağlar. 2005. “Globalization and social exclusion in Istanbul.” International Journal of Urban and Regional Research 29(1): 124-34.

Landua, Loren. 2014. “Conviviality, Rights, and Conflict in Africa’s Urban Estuaries.” Politics & Society 42 : 359-380.

Mılls, Amy. 2010. Streets of Memory: Landscape, Tolerance and National Identity in Istanbul, Athens, GA: University of Georgia Press.

Müftüoğlu, Berna G. 2005. Fason Ekonomisi : Gedikpaşa’da Ayakkabı Üretimi. Istanbul: Bağlam Yayıncılık.

Özdıl, Koray. 2008. “Creating New Spaces, Claiming Rights: West African Immigrants in Istanbul.” In Public Istanbul: Spaces and Spheres of Istanbul, edited by Frank Eckardt and Kathrin Wildner, 279-299. Verlag: Bielefeld.

Parla, Ayşe. 2011. “Undocumented Migrants and the Double Binds of Rights Claims.” Differences: Journal of Feminist Cultural Studies 22(1): 64-89.

Pérouse, Jean-Francois. 2009. “Emergence and planned restoration of an international transit area in the heart of Istanbul: The case of of Tarlabasi (1987-2007)” [Originally published as: Émergence et résorption annoncées d’un territoire de transit international au coeur d’Istanbul: le cas de Tarlabaşı (1987-2007)]. In Maghreb-Machrek, no 199, pp. 85-101.

Pusch, Barbara. 2012. “Bordering the EU: Istanbul as a Hotspot for Transnational Migration.” In Turkey, Migration and the EU: Potentials, Challenges and Opportunities, edited by Seçil Paçacı Elitok and Thomas Straubhaar, 167–197. Hamburg: Hamburg University Press.

Sassen, Saskia. 1991. The Global City: New York, London, Tokyo. Princeton, NJ: Princeton University Press.

Sutter, Birgitte. 2012. “Social Networks in Transit: Experiences of Nigerian Migrants in Istanbul.” Journal of Immigrant & Refugee Studies 10(2) : 204-22.

Tarrıus, Alain. 2002. La mondialisation par le bas : Les nouveaux nomades de l’économie souterraine. Préface de Michel Wieviorka. Balland, Paris.

Taşçı, Nıvart. 2010. Armenian Migrants in Turkey, MA Thesis, The Ataturk Institute for Modern Turkish History, Bogazici University, Istanbul, Turkey.

Toksöz, G. Erdoğdu, S. and Kaşka, S. 2012. Irregular Labour Migration in Turkey and Situation of Migrant Workers in the Labour Market. Ankara: IOM.

Ünal, Bayram. 2011.’Sustainable Illegality: Gagauz Women in Istanbul.’Migration Letters, vol. 8, issue 1, pp. 17-25.

Yükseker, Deniz. 2007. “Economy and Gender in the Urban Borderland: The Public culture of Laleli, Istanbul.” In Urban Imaginaries: Locating the Modern City” edited by Alev Cinar and Thomas Bender, 17-37. University of Minnesota Press.

Yükseker, Deniz, and Kelly T. Brewer. 2011. “Astray and stranded at the gates of the European Union: African transit migrants in Istanbul.” New Perspectives on Turkey 44: 129-159.

Wıssınk, Marieke, Franck Düvell and Anouka van Eerdewijk. 2013. « Dynamic Migration Intentions and the Impact of Socio-Institutional Environments: A Transit Migration Hub in Turkey." In Journal of Ethnic and Migration Studies 39 (7) : 1087-1105.

Haut de page

Notes

1 Cet article est le résultat d’un projet de recherche doctorale plus large pour lequel j’ai mené un travail ethnographique et des entretiens sur le terrain, à Kumkapı, pendant 15 mois (d’août 2012 à octobre 2013).

2 Il est difficile d’avoir accès à des chiffres pour dépeindre plus précisément le profil de la population de Kumkapı. Au début de mes recherches de terrain, j’avais essayé d’étudier les registres de recensement de population (TÜIK) mais les données disponibles au public ne sont fournies qu’à l’échelle de l’arrondissement. Malgré une demande officielle faite pour obtenir les registres détaillés des quartiers de l’arrondissement de Fatih, je n’y ai pas eu accès. Quoi qu’il en soit, ces chiffres permettent uniquement de compter la population « native », citoyenne de la République de Turquie. En outre, ils ne reflètent pas la diversité ethnique des habitants citoyens turcs puisque cette information n’est pas incluse dans les recensements. On ne peut que supposer, par exemple dans le cas kurde, l’origine kurde des habitants en regardant le lieu de naissance (c’est-à-dire ceux nés dans les provinces de l’est de la Turquie). De plus, il est presque impossible de documenter le nombre et l’origine des populations migrantes étrangères puisque ces dernières sont pour la plupart sans papiers et en mouvement constant.

3 Les étrangers attendant d’être expulsés d’Istanbul sont détenus au Kumkapı Geri Gönderme Merkezi, un centre administré par la Direction générale du département d’Istanbul pour la gestion des migrations.

4 Les médias ont rapporté plusieurs incidents de ce type dans le secteur : Kenarlı, Çağatay. 2013. “Sahte polisin oyunu uzun sürmedi.” [« Leur jeu de faux policiers n’a pas duré longtemps »] Hürriyet, 2 avril. Kenarlı, Çağatay. 2013. “Sahte polislik yaparken yakalandılar.” [« Arrêtés alors qu’ils se faisaient passer pour des policiers."] Hürriyet, 26 juillet. Kıdık, Sefa. 2011. “Sahte polislere suçüstü.” [« Flagrant délit pour les faux policiers »] Hürriyet, 9 mai.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de la péninsule historique d’Istanbul et de ses quartiers
URL http://anatoli.revues.org/docannexe/image/572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kristen Biehl, « Les changements provoqués par les mouvements migratoires et le sentiment d’appartenance dans un quartier d’Istanbul », Anatoli, 7 | 2016, 127-146.

Référence électronique

Kristen Biehl, « Les changements provoqués par les mouvements migratoires et le sentiment d’appartenance dans un quartier d’Istanbul », Anatoli [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 22 mars 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://anatoli.revues.org/572 ; DOI : 10.4000/anatoli.572

Haut de page

Auteur

Kristen Biehl

Anthropologue, Compas/University of Oxford.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org