Skip to navigation – Site map
Dossier. Istanbul, capitale régionale et ville monde. Images, usages internationaux et échelles de rayonnement
Partie 3. Usages nationaux et résonances nationales différenciés d’Istanbul

Glissements de frontières et rééquilibrage des centralités : anciens et nouveaux usages caucasiens d’Istanbul

Adeline Braux
p. 215-229

Full text

1La rupture historique engendrée par la disparition de l’URSS a eu pour conséquence majeure de provoquer un glissement sensible des anciennes frontières septentrionales et en partie orientales de la Turquie, lui permettant de renouer des liens directs avec les pays nouvellement indépendants du Caucase du Sud et, au-delà, avec le Caucase du Nord en Russie. Cette réouverture aura certes été de courte durée en ce qui concerne l’Arménie, même si migrants, artistes et autres hommes d’affaires ont eu tôt fait de contourner les obstacles politiques et de s’affranchir des débats mémoriels.

2Si la question de la dimension réellement internationale d’Istanbul demeure posée malgré la volonté affichée des autorités turques depuis une dizaine d’années d’en faire une vitrine mondiale, la ville jouit d’un rayonnement régional certain auprès des ressortissants de l’espace dit « post-soviétique », en particulier pour les Caucasiens, ce depuis le XIXe siècle au moins si on considère la période contemporaine. Pour quiconque est intéressé à replacer cette évolution dans un contexte historique, géographique et économique plus large, plusieurs éléments apparaissent frappants en l’occurrence. Tout d’abord, le glissement s’est opéré en miroir d’autres centralités, avec la Russie en général, et Moscou en particulier. Dans ce contexte, Istanbul fait figure de nouvel « ailleurs », au même titre que l’Europe par exemple, mais apparaît beaucoup plus accessible et, parfois, désirable. De surcroît, les usages caucasiens d’Istanbul, s’ils demeurent fortement marqués par les phénomènes migratoires de nature économique (mais pas uniquement, les facteurs migratoires étant souvent divers), sont en perpétuelle voie d’évolution et de complexification et revêtent des réalités protéiformes.

3Il ne saurait donc exister un usage et une représentation uniques et intangibles d’Istanbul pour les ressortissants du Caucase du Sud et les citoyens russes originaire du Caucase du Nord. Car si l’ensemble de l’espace caucasien entretient certes des relations pluriséculaires avec Istanbul, celles‑-ci sont néanmoins différenciées dans la mesure où le Caucase ne saurait être considéré comme un « tout » homogène. C’est en tenant compte de ces particularités héritées de l’histoire, de la géographie, de l’économie, aussi bien que du culturel et du politique qu’il faut étudier les usages internationaux et les échelles de rayonnement d’Istanbul tant dans l’espace physique que mental des « Caucasiens ».

Caucase, Caucases

  • 1 Car exploitée par les milieux nationalistes tant turcs que russes, en particulier.
  • 2 Jean Radvanyi et Nicolas Beroutachvili, Atlas géopolitique du Caucase, Paris, Autrement, 2009, p. 6
  • 3 Né en 2010 d’une division du district fédéral Sud, le district fédéral du Caucase du Nord a pour «  (...)

4Le Caucase, la « montagne des langues » des auteurs arabes, revêt différentes réalités géographiques, humaines et politiques. D’un point de vue géographique, le Caucase est entendu comme la région s’étendant du détroit de Kertch (mer Noire) à la péninsule d’Abchéron (mer Caspienne), au sein de l’Eurasie, notion parfois aussi floue que sulfureuse1. Toutefois, la question des limites du Caucase et de son appartenance européenne ou asiatique divise encore largement la communauté scientifique2. Au plan administratif, la situation est plus claire, nonobstant les conflits territoriaux qui ont remis en cause partiellement les frontières. Ainsi, la partie sud (« Caucase du Sud » ou « Sud-Caucase », la « Transcaucasie » selon l’appellation russe) regroupe d’ouest en est la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan, anciennes républiques fédérées de l’URSS devenues indépendantes en 1991. Au nord, quand on évoque le Caucase dit parfois « russe » (ou « Ciscaucasie »), c’est-à-dire le Caucase du Nord ou Nord-Caucase, on pense en premier lieu aux républiques incluses dans la Fédération de Russie, soit d’ouest en est : la Karatchaievo‑Tcherkessie, la Kabardino-Balkarie, l’Ossétie du Nord, l’Ingouchie, la Tchétchénie et le Daghestan. Tcherkesses et Kabardes appartiennent au groupe dit « Nord-Ouest » de la famille caucasique, Tchétchènes et Ingouches au groupe vaïnakh, tandis que les Balkars et les Karatchaïs appartiennent au groupe türk et les Ossètes à la famille indo‑européenne (groupe iranien). Le Daghestan est quant à lui une mosaïque de peuples en soi. L’ensemble de ces républiques est inclus dans le district fédéral plus large du Caucase du Nord3 (severo-kavkazskij federal’nyj okrug), qui comprend également le « territoire » (en russe kraï, mot qui signifie « marge ») administratif de Stavropol.

  • 4 Subjekty federacii, nom attribué aux entités administratives qui constituent la fédération de Russi (...)
  • 5 Mais le territoire de Krasnodar et la république d’Adyghée sont demeurés dans le district fédéral S (...)
  • 6 Il est vrai qu’Istanbul n’est pas toute la Turquie, et que la seconde ne se résume pas à la premièr (...)

5L’Adygué, ayant également statut de république, et le territoire de Krasnodar peuvent également à bien des égards être considérés comme caucasiens dans la mesure où le peuple éponyme de la première appartient au groupe du Nord‑Ouest au sein de la famille caucasique, tandis que le second, adossé aux versants caucasiens, fait figure d’interface entre la Russie européenne et le Caucase du Nord depuis la conquête russe de la région au XIXe siècle, voire avant. Ces deux sujets de la fédération4 appartiennent du reste toujours à la région économique du Caucase du Nord (severo-kavkazskij èkonomicheskij rajon)5. Ce maillage administratif complexe, hérité principalement de l’URSS, et l’apparition d’États souverains ont une grande importance puisque les uns sont citoyens russes, tandis que les autres sont citoyens qui géorgiens, arméniens ou azerbaïdjanais. De surcroît, il ne saurait être question uniquement de frontières étatiques et/ou administratives : les perceptions de la Turquie, donc en grande partie d’Istanbul6, ont également été grandement influencées par l’histoire et la nature des contacts entretenus par ces différentes populations avec le voisin turc.

Des relations différenciées

  • 7 Charles King, The Ghost of Freedom. À History of the Caucasus, New York, Oxford University Press, 2 (...)
  • 8 Qui fait son apparition dans le Caucase au VIIIe siècle mais n’est imposé par les khans de Crimée a (...)
  • 9 Charles King, op.cit., p. 89.
  • 10 Ibid., p. 65.

6Barrière naturelle entre les nomades des steppes du sud de la Russie d’une part et les côtes de la mer Noire et le nord de la Mésopotamie d’autre part, le Caucase a nourri un imaginaire foisonnant tant en Europe qu’en Turquie. Les contacts pluriséculaires entre les Caucasiens et Constantinople puis Istanbul ont façonné cette relation bilatérale à bien des égards. Dans une région où les idiomes diffèrent tant les uns des autres et où une seule montagne ou une simple rivière suffisent à séparer linguistiquement les habitants, l’arabe de même que différentes formes de turc ont servi de langues vernaculaires à maintes périodes et dans certains contextes7, avant que l’arrivée des Russes ne bouleverse la donne. L’existence d’une religion commune, l’islam8, quoique marquée par de fortes spécificités locales et rivale de christianismes (arménien et géorgien notamment) implantés plusieurs siècles auparavant, a servi de socle à la solidarité entre Ottomans/Turcs et Caucasiens musulmans. Cet aspect doit néanmoins être tempéré car la seule solidarité religieuse demeure bien entendu subordonnée aux intérêts stratégiques des uns et des autres : à l’été 1854 par exemple, lors de la guerre de Crimée, l’imam Chamil décida d’abandonner toute coopération avec les Ottomans, incapables d’envahir la Géorgie occidentale et de faire la jonction avec ses troupes9. En outre, il n’y eut pas de résistance musulmane systématique et uniforme à l’impérialisme russe dans le Caucase. Les Russes ont ainsi profité du manque d’unité des principautés de Transcaucasie orientale (actuel Azerbaïdjan) et des souvenirs terribles laissés par les empires persans qui se sont succédé dans ces territoires. Certains musulmans du Nord-Caucase, comme les Kabardes ou les populations de pasteurs du sud-ouest, ont été incorporés relativement facilement à l’empire alors que des familles princières chrétiennes d’Imérétie (Géorgie) étaient en révolte10.

  • 11 Il s’agit de termes génériques inconnus de ces populations à l’époque et qui désignent plusieurs tr (...)
  • 12 Alexandre Grigoriantz, op.cit., p. 7.
  • 13 Mitat Çelikpala, « From Immigrants to Diaspora: Influence of the North Caucasian Diaspora in Turkey (...)

7Les relations entre le Caucase du Nord et la Turquie demeurent aujourd’hui encore marquées par cet épisode fondateur puisque, de la même façon qu’il a été un refuge pour les musulmans des Balkans, l’Empire ottoman (Roumélie, région de Marmara, nord et ouest de l’Anatolie, provinces arabes) a accueilli environ un million de réfugiés tcherkesses ou « circassiens »11 après la dernière bataille menée par la tribu des Oubykhs contre l’armée tsariste en 186412. Le Caucase du Nord‑Ouest a ainsi été pratiquement vidé de sa population après la conquête russe, réduite à quelques dizaines de milliers d’individus, et peu à peu repeuplé par des Cosaques et des colons russes. De nos jours, Istanbul se révèle être un des lieux centraux de vie et de construction identitaire sur un mode diasporique pour les Nord-Caucasiens dont les organisations communautaires revendiquent sept millions d’âmes en Turquie13. Une simple exploration sur un moteur de recherche permet de constater qu’Istanbul compterait à elle seule plusieurs centaines de groupes de danses folkloriques du Caucase dont les noms ne craignent pas de verser dans le cliché, par exemple dikij kavkaz, expression éculée en russe signifiant « Caucase sauvage ».

  • 14 Charles King, Midnight at Pera Palace. The Birth of Modern Istanbul, New York, Norton&Company, 2014 (...)
  • 15 Mitat Çelikpala, op. cit., p. 426.
  • 16 Par exemple le président du parlement et chef de la délégation azerbaïdjanaise au Congrès de Versai (...)
  • 17 Charles King, The Ghost of Freedom, p. 176.
  • 18 Du parti müsavat (« égalité »), formation politique azerbaïdjanaise d’inspiration socialiste et nat (...)

8Les liens historiques entre le Caucase et Istanbul ont connu une seconde phase foisonnante dans les quelques années ayant suivi la révolution russe de 1917. Un grand nombre d’intellectuels, de personnalités politiques et de membres de l’élite du Caucase du Nord et du Sud (à l’exception des Arméniens) ont en effet connu un destin commun d’exilés à Istanbul, transformée en « Moscou‑sur‑Bosphore »14, avant de poursuivre leur route au‑delà parfois. Ce fut le cas des animateurs de la République des Montagnards du Nord-Caucase, décapitée – à peine créée – par le pouvoir bolchévik en 191815, ainsi que des gouvernements des républiques indépendantes de Géorgie et d’Azerbaïdjan, soviétisées entre 1920 et 1921. Le gouvernement géorgien en exil s’installera finalement en France (à Leuville‑sur‑Orge), de même que certains leaders de la première République démocratique d’Azerbaïdjan16. Au début des années 1930 cependant, victimes du rapprochement turco-soviétique, les groupes caucasiens anti-bolchéviks actifs à Istanbul sont dissouts et leurs animateurs arrêtés ou livrés à Moscou17. À l’heure actuelle encore, cette période stambouliote reste une référence mémorielle pour les moussavatistes18.

9Avec la soviétisation et malgré les rapprochements occasionnels entre la Turquie et l’URSS avant les années 1950, les circulations et contacts directs entre le Caucase et Istanbul ont été de fait interrompus. L’ouverture des frontières consécutive à l’effondrement du bloc socialiste a de ce point de vue permis de passer des perceptions, voire des fantasmes, à la réalité. Les usages contemporains d’Istanbul par les Caucasiens oscillent entre diversification du point de vue des pratiques et homogénéisation au plan culturel.

Tous les chemins (ou presque) mènent à Istanbul…

  • 19 « Na zavtra zaplanirovan pervyj za 15 let avijarejs iz Turcii v Chechnju” [Le premier vol Turquie/ (...)
  • 20 Les autorités turques auraient adressé à l’administration russe en juillet 2015 une demande d’explo (...)
  • 21 Dans le cas d’Azerbaijan Airlines, les vols sont en partie opérés conjointement avec Turkish Airlin (...)

10Les usages caucasiens d’Istanbul et les circulations au sein de l’espace turco-caucasien reposent sur une offre de transports qui favorise l’interconnexion. Ainsi, un tour d’horizon des destinations proposées par les principales compagnies aériennes turques, russes et sud-caucasiennes dévoile un éventail assez large, en particulier côté turc. La compagnie Turkish Airlines relie Istanbul, via ses deux aéroports internationaux Atatürk (côté européen) et Sabiha Gökçen (côté asiatique), à six villes des deux districts fédéraux méridionaux russes : Anapa, Astrakhan, Krasnodar, Rostov, Sotchi et Stavropol, qui sont autant de portes d’entrée vers le Caucase du Nord. De même, les villes azerbaïdjanaises de Bakou, Gandja (ouest) et Nakhitchevan, ainsi que Tbilissi et Batoumi (Adjarie) en Géorgie sont également desservies. La compagnie turque Pegasus Airlines dessert quant à elle Krasnodar, Mineralnye Vody, Moscou, Tbilissi et Kutaïssi (Géorgie) depuis Istanbul. Le vol Kutaïssi/Istanbul a d’ailleurs joui d’une forte popularité auprès des Azerbaïdjanais en 2015 en raison de l’augmentation des tarifs pratiqués par Azerbaïdjan Airlines, ce qui a incité certains voyageurs à se rendre en Géorgie pour profiter de tarifs plus avantageux. Il existe peu de liaisons aériennes directes et régulières entre le Nord-Caucase et Istanbul. Une compagnie turque assure une liaison entre Naltchik (Kabardino-Balkarie) et Istanbul. Au tout début des années 1990, durant la présidence de Djokhar Doudaïev (1991-1996), des vols reliaient régulièrement Grozny à Istanbul. Cependant, les destructions occasionnées par les deux conflits qui ont ravagé la Tchétchénie n’ont permis la réouverture de l’aéroport de la ville qu’en 2007. La ligne Istanbul/Grozny devait être rétablie suite à un premier vol affrété pour réunir dans la capitale tchétchène des artistes turcs et tchétchènes à l’occasion d’un « concert de l’amitié » le 25 décembre 200919. L’aéroport de Makhatchkala (Daghestan) pourrait devenir une alternative20. Côté russe et caucasien, l’offre des compagnies est plus limitée en dehors des liaisons obligées entre les capitales et Istanbul21.

  • 22 D’après les informations disponibles par le biais du bouche-à-oreille dans la mesure où les sites I (...)
  • 23 Voir par exemple : https://www.youtube.com/watch ?v =i_-vwvefxrI, page consultée le 17 octobre 2015
  • 24 http://oznuhogluseyahat.com ; Hürriyet, « Ankara’dan Kuzey Kafkasya’ya karayolu alternatifi » [L’al (...)
  • 25 « Baku-Tbilisi-Kars Train Tested in Turkey », Georgia Today, 30 juillet 2015, page consultée le 18 (...)

11La situation est plus compliquée avec l’Arménie en raison de la fermeture des frontières et de l’absence de relations diplomatiques entre les deux pays. Des liaisons aériennes quasi secrètes, tard le soir ou tôt le matin, existent pourtant bel et bien, opérées par des compagnies aériennes turques22 sous forme de charter. Les rotations ont lieu de deux à trois fois par semaine et les réservations s’effectuent uniquement par téléphone ou par l’intermédiaire des quelques agences de voyage disposant de l’information. Le prix du billet, fixé à 120 euros pour un aller et 200 euros pour un aller-retour, ne semble pas dissuasif. Il y a toutefois fort à parier que les prestataires en question vont continuer à opérer en toute discrétion pour éviter de s’attirer les foudres des uns et des autres. Des campagnes de boycott des produits turcs ont en effet été organisées en Arménie ces dernières années23, tandis que l’une des compagnies concernées avait dû cesser l’exploitation de la ligne en 2013 à la demande des autorités turques. Les liaisons de bus sont en outre assez développées et fréquentées par les Caucasiens qui se rendent à Istanbul, avec des dessertes quotidiennes pour Batoumi, Tbilissi et Bakou au départ d’Istanbul24. Nombre de compagnies de bus proposent, en plus du transport de passagers, d’assurer celui des marchandises de façon « fiable et économique ». Enfin, le transport de passagers par le train étant tout aussi peu développé et efficace dans le Caucase qu’en Turquie, il s’agit d’une option assez peu utilisée par les voyageurs. Les dernières nouvelles de ce projet paraissent à peine encourageantes : l’inauguration de la ligne ferroviaire Bakou/Tbilissi/Kars, censée à terme permettre une interconnexion entre l’Asie centrale (et la Chine), Istanbul et au-delà l’Europe, n’en finit plus d’être reportée. Des premiers essais ont tout de même été effectués fin juillet 2015 en Turquie. À l’horizon 2030, elle devrait permettre de transporter 17 millions de tonnes de marchandises et trois millions de passagers25.

  • 26 Page consultée le 14 octobre 2015. URL : http://www.hurriyet.com.tr/ankara/26316833.asp.
  • 27 « Ochevidcy zajavili o mnogokilometrovoj probke na KPP’Verkhnij Lars’«  [Des témoins parlent d’un e (...)
  • 28 « V probke pod’Verkhnim Larsom’zatrsjali 150 gruzovikov iz Armenii” [150 poids-lourds arméniens blo (...)

12Le Caucase du Nord n’est en revanche plus en reste pour ce qui est du transport terrestre de passagers, or les dessertes routières sont importantes car en général moins onéreuses que l’avion. Il est en outre plus facile et plus économique pour des petits commerçants de transporter des marchandises de cette façon. Une ligne dessert Vladikavkaz (Ossétie du Nord), Naltchik (KabardinoBalkarie), Tcherkesk (Karatchaïevo-Tcherkessie) et Maïkop (Adygué) depuis Istanbul (via Kayseri et Ankara)26 en trente-deux heures (2370kms). Le slogan de la compagnie de transport « Le Caucase du Nord à portée de main » (en turc « Kafdağı’nın arkası ulaşılmaz değil », littéralement « Le Caucase du Nord n’est pas inatteignable ») en dit néanmoins long sur les difficultés à relier la Turquie à cette région. Moyennant le paiement d’un billet dont le prix varie de 80 à 125 dollars en fonction de la destination, les passagers prennent la route d’Ankara, puis de la mer Noire (poste frontière de Sarp), avant de passer la frontière à Verkhnij Lars, entre la Géorgie et l’Ossétie du Nord, en fédération de Russie. Outre les conditions météorologiques parfois difficiles dans cette dernière région, le degré d’ouverture (ou de fermeture) du postefrontière de Verkhnij Lars est fonction de l’état des relations entre la Russie et la Géorgie27. Ceci est fort handicapant pour les Arméniens notamment car il s’agit du seul point de passage possible avec la Russie depuis l’Arménie28, l’Azerbaïdjan à l’est et l’Abkhazie à l’ouest étant des options prohibées.

  • 29 Céline Borgel, Jean-François Pérouse, « La gare routière du’Grand Istanbul’, une étourdissante plaq (...)
  • 30 « Groznyj i Stambul svjazal avtobusnyj rejs » [Un bus relie Grozny et Istanbul], Vesti Kavkaza, 18 (...)

13Preuve toutefois que le Caucase n’est plus terra incognita des compagnies de transport turques, pourtant habituées à couvrir des distances très importantes29, même la Tchétchénie est à portée du Bosphore une fois par semaine depuis début 201530. Le directeur de la compagnie concernée escompte même, après la levée des visas entre la Russie et la Turquie, que les ressortissants des deux pays pourront circuler munis de leur simple carte d’identité, ou d’un équivalent (passeport dit « interne » pour les citoyens russes), à l’image de ce qui se pratique déjà pour les Turcs et les Géorgiens depuis plusieurs années. Les Azerbaïdjanais sont également dispensés d’obtenir un visa pour se rendre en Turquie, tandis que les Arméniens doivent en être munis mais peuvent l’obtenir sans difficulté majeure à condition d’avoir la possibilité de s’adresser à un consulat de Turquie, ou via la procédure en ligne « e‑visa ».

  • 31 Observations de terrain.
  • 32 Luisa Piart, « Le lien entre le commerce à la valise et l’industrie de la confection à Istanbul », (...)

14Les départs des lignes de bus s’effectuent en principe non pas de la gare routière principale d’Istanbul mais d’autres lieux quasi dédiés aux destinations « russes et assimilées » – comprendre « post-soviétiques » –, en premier lieu Aksaray, à proximité donc du quartier de Laleli. Les mini‑bus à destination de la Géorgie prennent eux aussi la route depuis Aksaray31. Laleli demeure en effet un lieu d‘approvisionnement très important pour les commerçants issus de l’ex-URSS32 malgré l’émergence d’autres pôles commerciaux dans des quartiers plus éloignés du centre mais situés à proximité des ateliers de confection, comme à Yenibosna. L’offre de services aux russophones à Aksaray demeure variée, des téléphones portables aux produits d’hygiène, en passant par le cargo et le change, et la langue russe y est quasi vernaculaire. La gare d’Aksaray Yenikapı demeure en outre un point de départ quasi obligé pour les liaisons entre Istanbul et le Caucase, du Nord ou du Sud. Il s’agit de surcroît d’une plaque tournante du fret de marchandises (plus ou moins légales) à destination de cette région.

15Offre de transport variée et formalités administratives facilitées favorisent indéniablement les circulations de toutes sortes, donc les usages d’Istanbul par les Caucasiens. Les mobilités en jeu ont de plus connu des évolutions importantes dans leur nature même, composant un véritable kaléidoscope.

Des mobilités caucasiennes qui consacrent le pôle stambouliote

  • 33 « Na zavtra zaplanirovan pervyj za 15 let avijarejs iz Turcii v Chechnju” [Le premier vol Turquie/ (...)

16Plutôt que « migration », terme qui évoque souvent la seule nécessité vitale, celui de « mobilité » semble plus à même de capturer les phénomènes décrits dans toute leur complexité et diversité. Les circulations concernées s’effectuent au sein d’un espace plus large et dans un contexte de rééquilibrage des centralités : alors que jusqu’au début, voire au milieu, des années 2000, Moscou était la capitale caucasienne par excellence en dehors du Caucase, Istanbul est apparu comme un nouveau pôle d’attraction pour les Caucasiens. Il ne s’agit à vrai dire pas d’une réelle nouveauté car parmi les « commerçants à la valise » ou « tchelnoki », figures incontournables du paysage des marchés stambouliotes des années 1990, les Caucasiens étaient fort bien représentés. Durement éprouvés par la paupérisation due à la crise qui a touché des couches entières de la population dans les pays de l’ancien bloc socialiste, des milliers de personnes ont trouvé dans le petit commerce les moyens de survivre dans le chaos socio-économique qui a suivi la disparition de l’URSS. Ces « navetteurs » comme on les appelle parfois, issus la plupart du temps de la classe moyenne, ne font pas partie des couches les plus pauvres et défavorisées socialement dans leur pays d’origine et ont même acquis une réelle culture de la mobilité. Ils sont intéressés au premier chef par une bonne interconnexion entre pôles de mobilité. Une habitante de Grozny expliquait par exemple : « Nous avons une petite affaire avec ma sœur. Nous rapportons de Turquie des marchandises en cuir : des vestes, des manteaux, etc, et nous les vendons à Grozny. Jusqu’à présent nous prenions l’avion pour Istanbul depuis l’Ossétie ou la Kabardino-Balkarie, donc nous sommes contentes d’apprendre que maintenant il y aura un vol direct depuis Grozny. Nous allons gagner en temps et ce sera moins stressant. »33.

  • 34 Les Juifs des Montagnes, dont la présence dans le Caucase oriental est pluriséculaire, voire plurim (...)
  • 35 Voir à ce sujet la contribution de Yoann Morvan dans ce même numéro.
  • 36 Ismaïlov était le propriétaire du marché Tcherkizovski, le plus grand de la capitale russe avant sa (...)
  • 37 Travail de terrain de Yoann Morvan à Moscou, 2013.

17L’alternative stambouliote doit quoi qu’il en soit être considérée comme étant non pas concurrente mais complémentaire de l’option moscovite. On objectera certes que les espaces géographiques, sociaux et mentaux ne peuvent être élargis à l’infini et que les défections d’un côté nourrissent les arrivées de l’autre. Un certain nombre d’éléments conduisent toutefois à relativiser ce point de vue. Tout d’abord, compte tenu de son attractivité dans l’ensemble de l’espace post-soviétique en général (moins les États baltes), Moscou demeure « LA » métropole pour les Caucasiens, tant ceux du Nord que du Sud. Ensuite parce que pour certains Caucasiens, les circulations s’opèrent parfois entre ces deux pôles (voire plus) sans exclusivité, bien au contraire, la complémentarité Moscou/Istanbul étant justement à la base des activités commerciales. C’est le cas par exemple pour les Juifs géorgiens et les Juifs dits « des Montagnes »34 (ou « Juhuros » comme ils s’auto-désignent) qui s’appuient, outre sur les réseaux commerciaux géorgiens et azerbaïdjanais traditionnels, sur leurs propres réseaux tissés entre le Caucase, la Russie, la Turquie et Israël35. La mégapole moscovite est l’endroit de la réussite par excellence, même si la médaille a parfois son revers, comme dans le cas de Telman Ismaïlov, originaire d’Azerbaïdjan. Suite à la fermeture à Moscou du marché de Tcherkizovski en 200936, les activités ont depuis été en partie transférées vers le marché plus périphérique de Sadovod, plaque-tournante des importations en provenance de Chine et de Turquie et lieu de négociations formelles et informelles où business et religion paraissent faire bon ménage37. La connaissance de l’azéri par les Juhuros originaires d’Azerbaïdjan est bien sûr un atout lorsqu’ils font des affaires en Turquie.

  • 38 Environ 30 000 selon les statistiques turques d’entrées sur le territoire.
  • 39 Observations de terrain de l’auteur à Erevan, mars 2014.

18Certains usages commerciaux et migratoires paraissent à première vue surprenants, voire contre-nature. Ainsi, plusieurs milliers d’Arméniens originaires d’Arménie vivraient et travailleraient à Istanbul38, ainsi que des Arméniens originaires de Géorgie, dont le nombre est difficilement estimable puisqu’ils sont citoyens géorgiens. Des liens faisant fi des blessures historiques se créent donc dans des interstices d’intérêts mutuels bien compris. Les circulations arméniennes à Istanbul se sont d’ailleurs complexifiées en raison du conflit en Syrie. En effet, nombre d’Arméniens originaires de Syrie se sont installés en Arménie, or pour ceux d’entre eux qui sont engagés dans des réseaux commerciaux, c’est-à-dire la plupart compte tenu de leurs activités antérieures, Istanbul est un point nodal. Ils ont de surcroît plusieurs cordes linguistiques à leur arc : arménophones, arabophones, anglophones voire francophones, ils ont également bien souvent appris le turc et se fournissent certes en Chine mais également à Istanbul39. Les marchandises en provenance de Turquie transitent par la Géorgie.

  • 40 Quartier non éloigné du centre de la rive européenne d’Istanbul, au nord de la place Taksim, dévolu (...)

19Pour des raisons linguistiques évidentes, les Azerbaïdjanais ont un contact facilité avec la Turquie et optent volontiers pour Istanbul comme destination universitaire ou comme tremplin vers l’Europe. Mais ils ne sont pas les seuls : les jeunes Géorgiens originaires d’Adjarie, où la présence économique et culturelle turque est très forte, sont également concernés. Car Istanbul, dans l’imaginaire et les pratiques des Caucasiens, c’est déjà l’Europe. De par sa situation géographique, puisque la ville est située à l’ouest du Caucase dans les marges européennes de l’Anatolie. Mais également en termes de mode de vie et de pratiques liées à la consommation, au loisir et au tourisme. Ainsi, alors que les commerçants caucasiens s’approvisionnent à Laleli, Osmanbey40 ou dans d’autres quartiers spécialisés, les touristes se promèneront plus volontiers dans les magasins de grandes marques internationalisées de la rue İstiklal, ou bien dans les nombreux centres commerciaux. À cet égard le centre commercial de Cevahir emporte l’adhésion des touristes caucasiens qui, en matière de consommation sur place, ne se distinguent guère des autres touristes. On aime également flâner bien sûr dans le Grand Bazar et pour les visiteurs caucasiens comme pour les autres, Sainte Sophie demeure le symbole d’Istanbul par excellence. D’ailleurs, une réplique réduite du monument n’a-t-elle pas été construite par des ouvriers turcs entre 2006 et 2009 à Grozny City, nouveau quartier de loisirs de la capitale tchétchène ?

  • 41 Les organisateurs se sont félicités de la forte présence de visiteurs originaires d’Asie centrale e (...)
  • 42 Julien Paris, « Succès et déboires des séries télévisées turques à l’international. Une influence r (...)
  • 43 Terrain de l’auteur à Istanbul, octobre 2013.
  • 44 Quartier situé sur la rive asiatique. Entretien à Istanbul, janvier 2013.
  • 45 Adeline Braux, Moscou/Caucase : migrations et diasporas dans l’espace post-soviétique, Paris, Pétra (...)

20Dans les foyers caucasiens comme dans les foyers du monde arabe, d’Afrique du Nord et d’Europe de l’Est, la télévision est un véhicule de premier choix de la « marque » Istanbul, contribuant à forger des représentations uniformisées (et idéalisées) même si elles sont interprétées à l’aune des contextes locaux. Le marché de développement de l’industrie, de la création et vente de contenus télévisuels DISCOP, à destination des acheteurs, vendeurs, distributeurs et producteurs, a ainsi tenu l’édition 2014 de sa branche Eurasie à Istanbul41. Le succès des séries turques (dizi, au singulier) recouvre il est vrai plusieurs réalités, tant du point de vue turc (influence culturelle, stratégies commerciales et économiques, voire politiques) que de celui des pays récepteurs, dont les spécificités linguistiques et la relation à la Turquie varient fortement d’un pays à l’autre42. Elles sont néanmoins indéniablement un vecteur de familiarisation non seulement avec la langue turque car elles sont rarement doublées, mais également avec une Turquie synonyme de croissance économique et potentielle destination d’émigration pour le travail, les études, voire pour le tourisme. Dans le même temps, elles reflètent des habitudes et des situations de vie présentées de façon intelligible et acceptable par des sociétés caucasiennes encore marquées par un fort conservatisme en matière de mœurs. Des migrantes géorgiennes nous confiaient par exemple que leur famille restée en Géorgie tentait d’en savoir plus sur leur quotidien stambouliote en regardant les feuilletons turcs43. L’une d’entre elles ajoutait que « Á Ankara c’est moins bien, et puis il y a beaucoup de femmes voilées, moi j’apprécie beaucoup la vie à Kadiköy. »44. Pour ces femmes d’âge mûr qui travaillent en général comme auxiliaires de vie ou assistantes maternelles, Istanbul, mégapole de 15 millions d’habitants, offre à la fois privacy et anonymat et représente un espace de liberté où elles goûtent à une certaine forme d’indépendance, loin du qu’en dira-t-on de la petite ville de province ou du village dont elles sont originaires. Au-delà du contexte migratoire et économique, les usages d’Istanbul par les Caucasiens se prêtent donc à une multiplicité d’analyses, celle en termes de genre en étant une parmi d’autres. Cette approche mérite toutefois d’être mise en perspective avec la dimension moscovite des circulations caucasiennes, caractérisée au contraire par la prépondérance des migrations masculines45.

Conclusion

21Le rétablissement de liens directs entre le Caucase et Istanbul après 1991 paraissait inéluctable à bien des égards pour des raisons à la fois historiques et politiques, culturelles et linguistiques parfois, dans un premier temps. Ces facteurs ne sauraient toutefois suffire à expliquer à eux seuls l’attrait exercé par la métropole stambouliote sur les Caucasiens du Nord et du Sud, y compris les moins concernés a priori. L’émergence d’Istanbul comme pôle d’attraction alternatif pour les Caucasiens a été en effet assurée par un entrelacs d’éléments composites qui doivent être interprétés en tenant compte des contextes locaux. L’ensemble de ces processus paraît voué à une évolution rapide car ils se déroulent sur fond de complexification de la situation régionale et internationale : rivalité accrue entre Turquie et Russie, possible détachement nord-caucasien de l’orbite fédérale russe, conflits dits « gelés » pesant sur les sociétés concernées, projets de gazoducs et oléoducs concurrents et dynamiques migratoires imbriquées, pour ne citer que les plus déterminants.

Top of page

Bibliography

Borgel Céline, Pérouse Jean-François, « La gare routière du’Grand Istanbul’, une étourdissante plaque tournante », Autrepart, no 32, 2004, Paris, IRD, pp. 51-73.

Bılıcı Faruk, « Sarp/Sarpi : la porte d’entrée de l’intégration entre la Turquie et la Géorgie vingt ans après la chute de l’URSS », Anatoli, no 3, septembre 2012, pp. 203-222.

Braux Adeline, « Au-delà des’Natachas' : les migrations féminines postsoviétiques à Istanbul », Revue européenne des migrations internationales, vol. 31, no 1, 2015, pp. 81-102.

Braux Adeline, Moscou/Caucase : migrations et diasporas dans l’espace post-soviétique, Paris, Pétra, 2015.

Braux Adeline, « Les migrations en provenance des ex-républiques soviétiques en Turquie, vingt ans après la disparition de l’URSS », Anatoli, no 3, septembre 2012, pp. 189-202.

Çelıkpala Mitat, « From Immigrants to Diaspora: Influence of the North Caucasian Diaspora in Turkey », Middle Eastern Studies, vol. 42 no3, mai 2006, pp. 423-446.

Gıngeras Ryan, “The Sons of Two Fatherlands: Turkey and the North-Caucasian Diaspora, 1914-1923” European Journal of Turkish Studies, p. 4. En ligne depuis le 30 novembre 2011, consulté le 17 octobre 2015. URL : http://ejts.revues.org/4424.

Grıgorıantz Alexandre, Les Caucasiens. Aux origines d’une guerre sans fin, Gollion, Infolion éditions, 2006.

Kıng Charles, Midnight at Pera Palace. The Birth of Modern Istanbul, New York, Norton&Company, 2014.

Kıng Charles, The Ghost of Freedom. À History of the Caucasus, New York, Oxford University Press, 2010 [2009].

Parıs Julien, « Succès et déboires des séries télévisées turques à l’international. Une influence remise en question. », Hérodote 2013/1 (no 148), pp. 156-170.

Pérouse, Jean-François. 2008. « Les formes de mobilités transcaucasiennes et balkaniques à Istanbul », Balkanologie X, mai 2008.

Pıart Luisa, « Le lien entre le commerce à la valise et l’industrie de la confection à Istanbul », Anatoli, no 3, septembre 2012, pp. 23-40.

Radvanyı Jean, Beroutachvili Nicolas, Atlas géopolitique du Caucase, Paris, Autrement, 2009.

Sites Internet (avec la langue des pages consultées)

Georgia Today (en anglais), http://georgiatoday.ge/

Haberler (en turc), http://www.haberler.com/

Journal Hürriyet (en turc), http://www.hurriyet.com.tr/

Kavkazskij Uzel (en russe), http://www.kavkaz-uzel.ru/

Qasid (en azéri), http://www.qasid.az/

Top of page

Notes

1 Car exploitée par les milieux nationalistes tant turcs que russes, en particulier.

2 Jean Radvanyi et Nicolas Beroutachvili, Atlas géopolitique du Caucase, Paris, Autrement, 2009, p. 6.

3 Né en 2010 d’une division du district fédéral Sud, le district fédéral du Caucase du Nord a pour « capitale » la ville de Piatigorsk, située dans le territoire de Stavropol. Créés en 2000 par Vladimir Poutine, à l’époque premier ministre, les districts fédéraux ont été formés sur la base de grandes unités administratives économiques et militaires et leur exécutif est le représentant direct du président de la fédération de Russie.

4 Subjekty federacii, nom attribué aux entités administratives qui constituent la fédération de Russie.

5 Mais le territoire de Krasnodar et la république d’Adyghée sont demeurés dans le district fédéral Sud (juzhnyj federal’nij okrug) avec les régions d’Astrakhan, Volgograd, Rostov et la République de Kalmoukie après la partition de ce district en 2010.

6 Il est vrai qu’Istanbul n’est pas toute la Turquie, et que la seconde ne se résume pas à la première, toutefois la synecdoque stambouliote semble fort productive. Un étranger s’exprimant dans un azéri mâtiné de turc s’entendra invariablement dire au bazar de Tabriz par exemple qu’il parle le « turc d’Istanbul » (Istanbul türkçesi).

7 Charles King, The Ghost of Freedom. À History of the Caucasus, New York, Oxford University Press, 2010, p. 36.

8 Qui fait son apparition dans le Caucase au VIIIe siècle mais n’est imposé par les khans de Crimée aux Tcherkesses par exemple qu’au milieu du XVIIIe siècle. Alexandre Grigoriantz, Les Caucasiens. Aux origines d’une guerre sans fin, Gollion, Infolion éditions, 2006, p. 17.

9 Charles King, op.cit., p. 89.

10 Ibid., p. 65.

11 Il s’agit de termes génériques inconnus de ces populations à l’époque et qui désignent plusieurs tribus ayant pour point commun leur appartenance au groupe linguistique Adighe. Par extension, le terme « circassien » (en turc çerkes) désigne l’ensemble des Nord-Caucasiens malgré la diversité des groupes humains concernés. Ryan Gingeras, « The Sons of Two Fatherlands: Turkey and the North-Caucasian Diaspora, 1914-1923 », European Journal of Turkish Studies, p. 4, [en ligne depuis le 30 novembre 2011], consulté le 17 octobre 2015. URL : http://ejts.revues.org/4424.

12 Alexandre Grigoriantz, op.cit., p. 7.

13 Mitat Çelikpala, « From Immigrants to Diaspora: Influence of the North Caucasian Diaspora in Turkey », Middle Eastern Studies, vol. 42, no 3, mai 2006, pp. 425-426.

14 Charles King, Midnight at Pera Palace. The Birth of Modern Istanbul, New York, Norton&Company, 2014, p. 91.

15 Mitat Çelikpala, op. cit., p. 426.

16 Par exemple le président du parlement et chef de la délégation azerbaïdjanaise au Congrès de Versailles Alimardan Topchibachev, qui décédera à Paris en 1934.

17 Charles King, The Ghost of Freedom, p. 176.

18 Du parti müsavat (« égalité »), formation politique azerbaïdjanaise d’inspiration socialiste et nationaliste, rebaptisée Yeni Müsavat dans la période contemporaine.

19 « Na zavtra zaplanirovan pervyj za 15 let avijarejs iz Turcii v Chechnju” [Le premier vol Turquie/ Tchétchénie depuis 15 ans prévu pour demain], Kavkazskij Uzel, 23 décembre 2009, page consultée le 19 octobre 2015. URL : http://www.kavkaz-uzel.ru/articles/163453/.

20 Les autorités turques auraient adressé à l’administration russe en juillet 2015 une demande d’exploitation par Pegasus Airlines d’une liaison Makhatchkala (Daghestan)/Istanbul d’après l’agence RIA-Daghestan. « Pegasus Airlines naznachena vmesto Turkish Airlines reguljarnym perevoztchikom mezhdu Makhatchkaloj i Stambulom », 8 juillet 2015, page consultée le 18 octobre 2015. URL : http://www.riadagestan.ru/news/kriminal/pegasus_airlines_naznachena_vmesto_turkish_air-lines_regulyarnym_perevozchikom_mezhdu_makhachkaloy_i_stambulom/. Lors de la rédaction de cet article toutefois, le site Internet de la compagnie Pegasus Airlines ne proposait pas encore cette destination.

21 Dans le cas d’Azerbaijan Airlines, les vols sont en partie opérés conjointement avec Turkish Airlines.

22 D’après les informations disponibles par le biais du bouche-à-oreille dans la mesure où les sites Internet desdites compagnies (Pegasus Airlines et Atlasjet) ne publient aucune information à ce sujet.

23 Voir par exemple : https://www.youtube.com/watch ?v =i_-vwvefxrI, page consultée le 17 octobre 2015.

24 http://oznuhogluseyahat.com ; Hürriyet, « Ankara’dan Kuzey Kafkasya’ya karayolu alternatifi » [L’alternative routière Ankara/Nord-Caucase], 2 mai 2014. URL : http://www.hurriyet.com.tr/ ankara/26316833.asp. Pages consultées le 14 octobre 2015

25 « Baku-Tbilisi-Kars Train Tested in Turkey », Georgia Today, 30 juillet 2015, page consultée le 18 octobre 2015. URL : http://georgiatoday.ge/news/791/Baku-Tbilisi-Kars-Train-Tested-In-Turkey.

26 Page consultée le 14 octobre 2015. URL : http://www.hurriyet.com.tr/ankara/26316833.asp.

27 « Ochevidcy zajavili o mnogokilometrovoj probke na KPP’Verkhnij Lars’«  [Des témoins parlent d’un embouteillage de plusieurs kilomètres au point de contrôle de Verkhnij Lars], Kavkazskij Uzel, 4 septembre 2015, page consultée le 14 octobre 2015. URL : http://www.kavkaz-uzel.ru/articles/268376/.

28 « V probke pod’Verkhnim Larsom’zatrsjali 150 gruzovikov iz Armenii” [150 poids-lourds arméniens bloqués dans un embouteillage à Verkhnij Lars], 3 septembre 2015, page consultée le 15 octobre 2015. URL : http://www.kavkaz-uzel.ru/articles/268281/

29 Céline Borgel, Jean-François Pérouse, « La gare routière du’Grand Istanbul’, une étourdissante plaque tournante », Autrepart, no 32, 2004, Paris, IRD, pp. 51-73.

30 « Groznyj i Stambul svjazal avtobusnyj rejs » [Un bus relie Grozny et Istanbul], Vesti Kavkaza, 18 mars 2015, page consultée le 14 octobre 2015. URL URL : http://www.vestikavkaza.ru/news/Groznyy-i-Stambul-svyazal-avtobusnyy-reys.html.

31 Observations de terrain.

32 Luisa Piart, « Le lien entre le commerce à la valise et l’industrie de la confection à Istanbul », Anatoli, 2012, no 3, pp. 23-40.

33 « Na zavtra zaplanirovan pervyj za 15 let avijarejs iz Turcii v Chechnju” [Le premier vol Turquie/ Tchétchénie depuis 15 ans prévu pour demain], Kavkazskij Uzel, op.cit.

34 Les Juifs des Montagnes, dont la présence dans le Caucase oriental est pluriséculaire, voire plurimillénaire, se partagent entre ceux du Daghestan et d’Azerbaïdjan. À l’heure actuelle cependant, seuls Bakou et Gouba connaissent encore une présence juive significative. Ils se distinguent des Juifs dits « européens », qui se sont installés dans les grandes villes du Caucase au gré de l’expansion russe.

35 Voir à ce sujet la contribution de Yoann Morvan dans ce même numéro.

36 Ismaïlov était le propriétaire du marché Tcherkizovski, le plus grand de la capitale russe avant sa fermeture en juillet 2009. La raison invoquée pour la fermeture du marché était la vente de marchandises de contrebande. Officieusement, les autorités russes auraient trouvé déplacé le projet de construction d’un complexe hôtelier de luxe à Antalya, en Turquie, par T. Ismaïlov, en pleine crise de l’immobilier en Russie. Après une période d’incertitude et de rumeurs, le complexe a été finalement saisi en juillet 2015 en raison des dettes contractées. « Mardan Palace, banka borcu nedeniyle icralık oldu » [Le Mardan Palace saisi pour dettes], Haberler, 27 mars 2015. URL : http://www.haberler.com/ mardan-palace-banka-borcu-nedeniyle-icralik-oldu-7125754-haberi/ ; « Telman Ismayilovun hotel müsadire olunacaq » [L’hôtel de Telman Ismaïlov a été saisi], Qasid, 29 juillet 2015. URL : https://www.qasid.az/111719/telman-ismayilovun-hoteli-musadir %C9 %99-olunacaq/. Pages consultées le 16 octobre 2015.

37 Travail de terrain de Yoann Morvan à Moscou, 2013.

38 Environ 30 000 selon les statistiques turques d’entrées sur le territoire.

39 Observations de terrain de l’auteur à Erevan, mars 2014.

40 Quartier non éloigné du centre de la rive européenne d’Istanbul, au nord de la place Taksim, dévolu au prêt-à-porter au détail ou en gros de moyenne gamme.

41 Les organisateurs se sont félicités de la forte présence de visiteurs originaires d’Asie centrale et du Caucase. « New Waves of Buyers from Central Asia and the Caucasus Regions », 28 février 2014, page consultée le 16 octobre 2015. URL : http://discopistanbul.com/newwave/. Les informations données sur ce site mentionnent en fait la participation de 17 participants géorgiens, 13 participants kazakhstanais, 2 participants kirghizes, 7 participants tadjiks et un participant ouzbek.

42 Julien Paris, « Succès et déboires des séries télévisées turques à l’international. Une influence remise en question. », Hérodote, 2013, no 148, pp. 156-170.

43 Terrain de l’auteur à Istanbul, octobre 2013.

44 Quartier situé sur la rive asiatique. Entretien à Istanbul, janvier 2013.

45 Adeline Braux, Moscou/Caucase : migrations et diasporas dans l’espace post-soviétique, Paris, Pétra, 2015.

Top of page

References

Bibliographical reference

Adeline Braux, « Glissements de frontières et rééquilibrage des centralités : anciens et nouveaux usages caucasiens d’Istanbul », Anatoli, 7 | 2016, 215-229.

Electronic reference

Adeline Braux, « Glissements de frontières et rééquilibrage des centralités : anciens et nouveaux usages caucasiens d’Istanbul », Anatoli [Online], 7 | 2016, Online since 23 March 2017, connection on 18 August 2017. URL : http://anatoli.revues.org/578 ; DOI : 10.4000/anatoli.578

Top of page

About the author

Adeline Braux

Politologue, antenne de l’IFEA à Bakou

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org