Skip to navigation – Site map
Dossier. Istanbul, capitale régionale et ville monde. Images, usages internationaux et échelles de rayonnement
Partie 3. Usages nationaux et résonances nationales différenciés d’Istanbul

La fabrique d’une ville-monde orchestrée par l’État. Effets urbains et politiques des investissements immobiliers du Golfe à Istanbul

Claire Beaugrand and Dilek Yankaya
p. 249-268

Full text

  • 1 L’expression est utilisée dans la lignée des « villes-monde » braudéliennes, comme le fait Roland M (...)
  • 2 Sassen S., “Whose City Is It? Globalization and the Formation of New Claims”, Public Culture, vol.  (...)
  • 3 75 % des entreprises dotées de capital étranger y étaient situées alors que la plus grande partie d (...)

1Si la formation d’une ville-monde1 est intimement liée à son repositionnement dans les circuits de la mondialisation économique2, Istanbul doit son émergence comme telle à l’ouverture de l’économie turque à partir des années 1980. Durant cette période, la ville est, en effet, devenue un centre‑clé captant la majeure partie du capital étranger investi dans le pays3.

  • 4 Machimura T. “The Urban Restructuring Process in Tokyo in 1980’s: Transforming Tokyo into a World C (...)
  • 5 Le CCG, parfois aussi nommé CCEAG pour « Conseil de Coopération des États Arabes du Golfe », est un (...)
  • 6 Ilkin S. « Les relations financières, commerciales et économiques de la Turquie avec les pays arabe (...)

2Ce processus économique ne va pas de soi. Il relève d’une forte volonté politique, qui fait intervenir un faisceau d’acteurs publics et privés défini comme une « coalition pour le réaménagement urbain »4 qui vise à attirer le capital (domestique et étranger) et à assurer sa circulation dans la ville et sur les marchés mondiaux. Le capital des pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG)5 fait partie intégrante de ce processus : dès 1983 et la libéralisation de l’économie turque, il trouve à s’investir en Turquie6. Depuis les années 2000, ces investissements se sont intensifiés et diversifiés, prenant la forme d’investissements directs étrangers (IDE), de joint-ventures ou de flux touristiques. La crise politique que connaît le monde arabe depuis décembre 2010, qui a obscurci les perspectives d’investissement en Tunisie, Égypte ou en Syrie, n’a fait que renforcer l’attractivité de la Turquie pour les liquidités du Golfe.

3Cet article propose une analyse sociopolitique de la forme d’investissement particulière que sont les achats de biens immobiliers. La question des acquisitions immobilières, notamment de résidences secondaires, par des personnes de nationalités étrangères ne découle pas uniquement d’une logique de rationalité économique. Elle interroge les liens entre action publique et mobilité des capitaux, dans un contexte mondialisé. Elle ouvre ainsi une piste d’analyse originale pour interroger le rapport entre circulations transnationales et dynamiques locales : quels processus et logiques ces investissements immobiliers suivent-ils ? De quelle manière affectent-ils les reconfigurations locales de l’espace urbain d’Istanbul et influencent-ils des processus de prise de décisions politiques ?

  • 7 Marchal R., op.cit p. 22.

4L’article s’organise en quatre parties. Il replace les flux d’investissements actuels dans leur contexte historique récent, identifiant les étapes majeures ayant orienté le capital du Golfe vers la Turquie, et soulignant l’« opportunisme stratégique »7 mis en œuvre dans le contexte des « printemps arabes ». Ensuite, il examine comment l’action publique turque, dans le double domaine de la diplomatie culturelle et de la transformation urbaine, a créé les conditions favorables à l’accueil de ce capital. Dans un troisième temps, il montre comment la modalité du gouvernement de la transformation de la ville, en termes de logiques, de stratégies et de réseaux d’acteurs dominants, a été reconfigurée selon les dynamiques du marché immobilier international, d’un côté, et les attentes des investisseurs du Golfe, de l’autre. Enfin, l’article présente les effets socio-urbains, parfois porteurs de conflits, de la présence de nouveaux résidents. À travers l’analyse concrète de la consolidation du statut d’Istanbul en ville-monde, cette étude montre comment la ville devient progressivement un espace transnational de production de nouvelles frontières et revendications concernant les usages de l’urbain mais aussi les processus de gouvernement.

L’internationalisation du capital du Golfe et son entrée en Turquie : des booms pétroliers aux soulèvements arabes

5Ces mouvements de capitaux vers la Turquie font partie d’une tendance plus large : la seconde moitié de la décennie 2000 a, en effet, vu un accroissement massif des IDE venus des pays du CCG au Moyen Orient. Contrairement aux recettes du premier boom pétrolier des années 1970, qui avaient financé l’augmentation des importations et du nombre de projets gouvernementaux dans la Péninsule arabique, l’investissement du capital tiré de ce second boom (2004‑2008) est le fait des entreprises privées du Golfe.

  • 8 Hanieh A., “Khaleeji-Capital: Class-Formation and Regional Integration in the Middle-East Gulf”, Hi (...)
  • 9 Cette montée en puissance est le fait d’acteurs privés, même si le montage institutionnel des entre (...)
  • 10 Hertog S. “The GCC and Arab Economic Integration: a New Paradigm.” Middle East Policy, vol. 14, 200 (...)

6Cette phase sans précédent d’intégration économique régionale ou d’expansion du « capitalisme golfien » a correspondu à un accroissement de la capacité de mobilisation financière des monarchies qui s’explique par deux principaux facteurs. D’abord, le rapatriement de liquidités placées sur les marchés financiers occidentaux suite aux sanctions et au gel de certains avoirs arabes après les attentats du 11 septembre 2001. Mais aussi et surtout, le second boom pétrolier qui a vu les cours du baril s’envoler. Cette période d’expansion économique s’est ainsi traduite par une multiplication de projets bilatéraux de coopération, impulsés par les pays du Golfe, se chiffrant en milliards de dollars.8 Ces relations économiques se distinguent par une double caractéristique : d’abord, les milieux d’affaires jouent un rôle plus important que les gouvernements,9 ensuite les IDE l’emportent largement sur les échanges commerciaux10.

  • 11 Beaugrand C. « Les vacances en Europe. Univers familial, univers familier des ‘Golfiens’« in Bonnef (...)

7Cet affichage nouveau a aussi touché les capitales européennes, d’une façon sensiblement différente, du fait de la présence historique des Golfiens notamment dans l’ancienne capitale impériale britannique. En effet, dès que l’élite golfienne a commencé à voyager et à investir en Occident, dans le sillage des membres des familles royales, Londres a constitué une destination de choix. Les cheikhs descendant dans les grands hôtels de Park Lane (en particulier le Rochester), les grandes familles n’ont pas tardé, par un phénomène de mimétisme, à faire de même, ciblant pour le séjour touristique ou d’affaires ou pour leurs achats immobiliers, le quartier très prisé de Mayfair, et contribuant à leur tour à transformer Edgware Road en « rue des Arabes » et à donner à Oxford Street un petit air de mall du Golfe.11 Pour des raisons historiques et linguistiques évidentes, l’engouement pour Paris est comparativement postérieur, faisant, en particulier, l’objet de polémiques en 2011 autour du rôle du Qatar et de sa nouvelle diplomatie économique d’influence.

  • 12 Voir les quatre cas d’études sur Le Caire, la côte nord des pays du Maghreb, Damas, Khartoum et Nou (...)

8Du Maroc à la Turquie, en passant par l’Égypte, les études montrent que les nouveaux capitaux des pays du Golfe se sont concentrés en particulier dans trois secteurs : le tourisme et le secteur immobilier, la banque et la finance ainsi que les télécommunications. À l’exception du domaine des télécommunications, ces investissements ont progressivement façonné des quartiers entiers, imprimant dans le paysage urbain la marque visible d’une puissance financière. Depuis la nouvelle marina de Rabat, les villes privées des environs du Caire, ou le nouveau quartier d’affaires à Amman, « l’argent du Golfe » s’affiche et traduit, visuellement, au cœur même des milieux urbains arabes et turcs, la présence grandissante des monarchies pétrolières12.

  • 13 Al Baraka Türk et Faysal Finans ont été fondées en 1985 par la collaboration du capital saoudien et (...)
  • 14 Cela permettait de financer notamment la construction de mosquées et de verser les salaires des ima (...)

9Pour ce qui est du cas turc, plus précisément, l’entrée du capital du Golfe date des années 1980. Suite au premier boom pétrolier, l’État turc a adopté une nouvelle politique extérieure envers le Moyen-Orient : outre l’accroissement des exportations, il s’est donné pour objectif d’attirer les investissements directs des pays producteurs de pétrole. Dans les années 1980‑1990, ces investissements ont pris deux formes principales : la finance islamique et le financement de l’action religieuse. La législation autorisant la création d’« institutions de finance spéciale » (Özel Finans Kurumları) a été promulguée en 1983, donnant lieu à la création de banques proposant des produits et services conformes au dogme islamique et ayant pris la forme de joint-venture entre le capital du Golfe et diverses entreprises turques.13 Des mesures complémentaires, telles des exemptions d’impôts, visant à faciliter les flux de capitaux du Golfe vers le pays, ont permis de consolider la position de ces banques sur le marché turc. Le second domaine massivement investi par ce capital financier étranger, notamment saoudien, est celui du champ religieux : cet afflux a pris la forme de contributions directes, d’une part, aux institutions publiques (ministères ou administration)14, et, d’autre part, aux fondations religieuses créées soit par des hommes politiques de partis de droite, soit par des hommes d’affaires proches du mouvement islamiste turc ou de la confrérie Nakşibendi, qui ont, par ailleurs, aussi assumé des responsabilités dans les nouvelles institutions bancaires.

  • 15 Parmi les fondateurs de Al-Baraka Turk se trouvent Korkut Özal, disciple de la confrérie Nakşibendi (...)
  • 16 Pour le débat public engagé autour de cette fondation, ses activités en Turquie et ses représentati (...)

10Durant cette période, l’investissement du capital golfien en Turquie présentait quatre spécificités. En premier lieu, il provenait principalement des familles royales du GCC, en particulier de l’Arabie Saoudite. Ensuite, les modalités de sa réception furent contrôlées par une petite élite très proche de Turgut Özal15. Troisièmement, ces investissements présentaient un intérêt plus politique qu’économique pour les dirigeants du Golfe, qui entendaient ainsi dominer l’espace religieux transnational, alors que, pour les dirigeants turcs, c’était bien l’apport financier qui importait : que ce soit sous forme de banque, de fondation ou d’IED, ce flux de capital était capté pour financer la mutation néolibérale de l’État turc. Enfin, et en conséquence, le caractère religieux attaché à ces flux financiers a renforcé le processus de mobilisation islamiste, suscitant ainsi de fortes polémiques car ils furent suspectés de financer des activités jugées contraires à la laïcité16.

11À partir des années 2000, les flux de capitaux du Golfe vers la Turquie se sont inscrits dans la politique régionale turque. Pour ce faire, des accords de libre-échange et de commerce préférentiel ont été conclus à l’initiative du Parti de la justice et du développement (AKP). À partir de 2005, des commissions économiques mixtes ont vu le jour, les visites commerciales se sont multipliées – de même que les salons et foires internationales. En 2008, la Turquie a signé avec les pays membres de l’Organisation de la coopération islamique un accord commercial préférentiel. Elle a, avec clause de réciprocité, levé l’obligation de visas pour les pays comme la Syrie, la Tunisie, l’Égypte, la Jordanie, ou le Liban, favorisant ainsi la libre circulation des personnes – et en particulier des entrepreneurs-au Moyen-Orient. Les exportations turques, marchandises, services ou productions culturelles (comme les séries télévisées), ont alors afflué vers la région.

  • 17 Les chiffres de 2012 montrent que, contrairement à la baisse de la valeur des projets annoncés par (...)

12Les soulèvements populaires qui, à partir de décembre 2010, ont conduit à la chute ou au vacillement de certains régimes arabes ont soulevé de nouvelles questions empiriques et notamment celle d’évaluer la volatilité des capitaux du Golfe face au phénomène révolutionnaire. Si, en théorie, les investisseurs ont une aversion certaine pour l’instabilité politique, les observations tendent à montrer que les investissements privés du Golfe ont bien résisté17. Pourtant, l’instabilité politique des pays arabes a fait émerger de nouvelles destinations. C’est dans ce contexte qu’il faut replacer l’émergence fulgurante d’Istanbul sur la liste des villes attirant les investisseurs privés du Golfe dans la pierre. Istanbul a ainsi été propulsée comme destination plus adéquate que l’Europe pour sa supposée proximité culturelle et religieuse, et plus sûre que le monde arabe en pleine tourmente.

13Du côté de la Turquie, l’éclatement et l’enlisement de la guerre en Syrie ainsi que le renversement du pouvoir des Frères musulmans en Égypte en 2013 par le Président Abdel Fattah al-Sissi qui a choisi de ne pas renouveler l’accord de commerce de transit, ont rendu plus difficiles les exportations turques. Ces développements ont renforcé l’importance relative du capital du Golfe et notamment du Qatar, comme source de financement de la politique turque. En 2015, les deux pays ont levé l’obligation de visas et ont signé un accord de coopération militaire prévoyant, outre la clause de défense mutuelle, l’ouverture d’une base militaire turque au Qatar et la mutualisation des dispositifs armés des deux pays.

  • 18 Yankaya D., « Exposition industrielle, production de réseaux et construction d’imaginaires : la Foi (...)

14Par rapport aux décennies 1980‑1990, les investissements du Golfe de la décennie 2000 et plus encore de l’après 2011, proviennent d’un nombre plus large de pays – Qatar, Koweït, Émirats arabes unis (EAU) se plaçant désormais aux côtés de l’Arabie Saoudite. En outre, ils se caractérisent par une forte concentration dans l’espace socio-urbain d’Istanbul placé au cœur des ambitions internationales de l’État turc, en tant que vitrine et vecteur de puissance18. La diplomatie de rapprochement avec le monde arabe et son corollaire commercial se sont ainsi appuyés sur la consolidation du statut de ville-monde d’Istanbul sur trois plans – économique, culturel et politique – comme destination touristique, capitale régionale financière et d’affaires, et centre international pour des événements de dimension mondiale. Cette triple ambition pour Istanbul ne manque pas de se traduire dans le paysage de la métropole elle-même par la réalisation de grands projets d’urbanisme. La symbolique déployée autour d’Istanbul par l’AKP, en lien avec la continuité historique revendiquée avec l’Empire ottoman, omniprésente dans le discours étatique, permet la fabrication d’un imaginaire qui cherche à doter les mutations de la ville d’une mission de rayonnement civilisationnel.

Exportations culturelles et reconfigurations juridico-économiques à destination du Moyen‑Orient et du Golfe

  • 19 Entretien effectué le 20 janvier 2016 à Istanbul avec un conseiller spécialisé dans la vente de bie (...)
  • 20 Akgün M. & SenyücelGündogar S., Ortadoğu’da Türkiye Algısı 2012 [La perception de la Turquie au Mo (...)
  • 21 AlTamimi J. « Challenge of the Turkish soap operas », Gulf News, 1er avril 2012. Le documentaire d (...)
  • 22 Nuroğlu E. « Dizi Turizmi : Orta Doğu ve Balkanlar’dan Gelen Turistlerin Türkiye’yi Ziyaret Kararın (...)
  • 23 Balli F., Balli H.Ö. & Cebeci K., “Impacts of exported Turkish soap operas and visa-free entry on i (...)
  • 24 Dinҫer O.B. & Kutlay M., « Türkiye’nin Ortadoğu’daki Güç Kapasitesi – Mümkünün Sınırları. Ampirik B (...)
  • 25 Tuik in Nuroglu. op.cit., p. 3.

15« Tout a commencé avec les séries télévisées. En moins de trois ans, tout le Moyen‑Orient avait les yeux tournés vers Istanbul. »19 L’exportation des séries télévisées turques au Moyen-Orient a suscité un intérêt massif : en 2012, 74 % des habitants du Moyen-Orient regardaient au moins une série turque.20 La Turquie est entrée, par le petit écran, dans la vie quotidienne « des pays arabes du Maroc à l’Irak, dans les salles à manger, les salons et les chambres à coucher21. » Ces productions culturelles ont donc considérablement contribué à la transformation, même au branding d’Istanbul en une ville-monde, une ville avec une forte image de marque aux yeux des sociétés du Moyen-Orient. Suite à l’exportation de Nour, premier feuilleton turc ayant remporté un immense succès dans tout le monde arabe (originellement Gümüs et diffusé par la chaîne saoudienne MBC en 2008), le nombre de touristes provenant de la région pour visiter Istanbul s’est accru de 56 % lors des six premiers mois de 2008.22 Les séries télévisées ont modifié les parcours proposés par les agences de voyage turques qui y ont intégré des visites sur les lieux stambouliotes où se déroule l’intrigue de ces séries. Dans ce contexte de circulation libéralisée entre la Turquie et les pays arabes exemptés de visa, un lien fort est apparu entre le nombre de touristes en Turquie et le nombre d’heures de diffusion de séries télévisées turques23 : le nombre de touristes venant du Moyen‑Orient, de 975 000 en 2002, a dépassé 3,6 millions en 2010.24 Plus spécifiquement, le nombre de touristes émiriens à Istanbul a augmenté de 373 % de 2011 à 2012, celui des touristes saoudiens de 159 % et celui des qatariens de 595 % (bien que, en Arabie Saoudite, ces séries aient été interdites pendant une période).25

  • 26 Perouse J.F., “The State without the Public. Some Conjectures about the Administration for Collecti (...)
  • 27 K. Bromber, B. Krawietz, C. Steiner et S. WIPPEL, (dir.), « introduction » in Under Construction. L (...)

16L’internationalisation du marché immobilier turc a suivi le développement du tourisme. Ce marché, très fortement concentré dans la région du sud, notamment Antalya et ses environs, attirait dans les années 1990 et au début des années 2000, les Européens (Britanniques principalement suivis des Scandinaves puis des Russes). Deux événements internationaux ont modifié la structure du marché : la crise financière de 2008 a poussé certains propriétaires européens à revendre leurs villas ; ensuite, les soulèvements arabes à partir de 2010 ont fait de la Turquie un îlot de stabilité politique pour certains, et, pour d’autres, un refuge, en raison de l’exemption de visa. En même temps, le prestigieux rapport Emerging Trends in Real Estate Europe a placé Istanbul en 2011 en tête de vingt-sept villes européennes selon le critère de leurs projets de développement immobilier, devant Londres et Munich, positionnant ainsi la métropole du Bosphore au centre de l’intérêt des investisseurs étrangers.26 Entre la période des années 1990‑2000 et celle plus récente des années 2010, Istanbul n’attire plus pour les mêmes raisons : dans le sillage, entre autres, du succès fulgurant de Dubaï comme cité emblématique, les villes‑monde doivent désormais se positionner dans une compétition mondiale où seules émergent celles qui arrivent à faire valoir une « image », une identité distincte, un avantage indéniable. La coalition du réaménagement urbain, constituée d’acteurs politiques et économiques, engage alors un travail de branding27 qui consiste à la reconstruction et à la commercialisation urbaine d’Istanbul. C’est tout le processus qui est à l’œuvre dans la promotion, par le pouvoir de l’AKP, d’Istanbul comme une cité moderne, attrayante, capitale d’ancien empire et pont éternel entre l’Europe et l’Asie.

  • 28 Massicard E., « Une décennie de pouvoir AKP en Turquie : vers une reconfiguration des modes de gouv (...)
  • 29 Ibid.
  • 30 Certains pays sont exclus de la nouvelle liste, comme la Syrie et l’Arménie. Il existe des réserves (...)

17Dans un tel contexte, le gouvernement AKP a, en mai 2012, fait voter deux lois visant à reconfigurer le cadre législatif relatif à l’aménagement du territoire et aux marchés foncier et immobilier. La première, la loi sur la transformation urbaine, prévoyait le renouvellement du stock de logements à travers la réhabilitation et la modernisation des zones d’habitation informelles, décrétées insalubres, et des zones exposées au risque de catastrophes naturelles28. Il s’agissait également de procéder à des transferts de propriétés et de passer à un nouveau mode de gestion centralisée et néolibérale de la planification urbaine et du marché foncier29. La deuxième loi, la loi de réciprocité, en accord avec ces principes, a ouvert la voie à la vente de biens fonciers aux citoyens des pays dans lesquels les ressortissants turcs ont le droit d’en acquérir. Les deux principales nouveautés introduites par cette loi sont, d’abord, l’augmentation du nombre de nationalités autorisées à acheter des biens fonciers et immobiliers en Turquie, passant de 53 à 129 et, ensuite, la levée des obstacles à l’achat par des individus, notamment la suppression de l’obligation de créer une société pour mener des opérations immobilières. Ainsi les citoyens des pays du Golfe, comme ceux d’Asie centrale, auparavant exclus, ont-ils obtenu le droit d’investir sur le marché foncier turc, d’acheter et de revendre tout type de biens immobiliers, terrain, logement, local commercial… Les Golfiens, perçus comme clientèle à hauts revenus particulièrement visée par cette loi, disposaient désormais de la liberté d’acheter, en tant qu’individus, collectivités ou entreprises, la quantité, le type de biens immobiliers de leurs choix et pouvaient le faire là où ils l’entendaient.30 Dans le prolongement de cette loi, une nouvelle loi a été promulguée en 2013 pour accorder aux propriétaires immobiliers étrangers un titre de séjour d’un an renouvelable – à condition de conserver le titre de propriété.

  • 31 Sabah, 27 juillet 2012.
  • 32 Hürriyet, 15 mai 2012.
  • 33 Entretien avec un conseiller spécialisé dans la vente de biens immobiliers au Moyen‑Orient, 21 janv (...)
  • 34 Emlaktasondakika, 31 mars 2013.
  • 35 Entretien avec une conseillère immobilière spécialisée d’une société de conseil en immobilier inter (...)

18La loi de réciprocité est une parfaite illustration de l’hybridation de l’action et des logiques d’acteurs privés et publics. Une logique économique forte a animé la mise en place de cette nouvelle loi : « prévu[e] pour attirer 300 milliards de dollars de devises en 10 ans »31, elle était fortement soutenue par plusieurs catégories d’acteurs turcs ou étrangers ayant des intérêts dans le secteur immobilier – promoteurs du secteur du BTP, architectes et experts, conseillers immobiliers et agences de tourisme turcs ou internationaux, TOKI (Administration du logement collectif) et autres administrations, ainsi que par les investisseurs étrangers. Selon le Directeur Général de Sotheby’s International Realty Istanbul, des personnalités en vue ressortissantes d’Arabie Saoudite, du Qatar, du Koweït, des EAU, d’Iran et du Liban auraient commandité des études de prospection dès 2011, en amont de la ratification de la loi32. Un promoteur turc de renom, Ali Ağaoğlu, pionnier dans le secteur immobilier d’Istanbul depuis les années 1980 en particulier dans des grands projets de résidences de luxe, a joué un rôle particulièrement déterminant. « Possédant de grands terrains et de grands projets à Istanbul, Ağaoğlu a eu l’idée de promouvoir ses résidences auprès des Golfiens. Mais avant la loi, c’était difficile pour eux d’acheter, ils étaient obligés de créer des entreprises et cela prenait du temps. Àğaoğlu a promu sa cause auprès de députés, dans les ministères et auprès des membres du gouvernement. Il a [aussi] convaincu les autres promoteurs que cela [ce blocage] était un problème pour l’économie mais aussi pour la politique car cette interdiction était discriminatoire. Il a aussi rencontré des cheikhs de l’émirat de Dubaï, il les a fait s’entretenir avec le gouvernement turc. »33 Àğaoğlu a organisé des campagnes publicitaires dans les pays du Golfe avec le soutien actif des ambassades de Turquie et il a mobilisé un argumentaire politique mais aussi religieux pour promouvoir ses projets : « Nous n’étions pas en mesure de vendre des appartements à nos coreligionnaires. Ils en achetaient à Londres et à Paris. Or, le capital est aujourd’hui stocké dans le Golfe. Ils sont, en outre, admiratifs de la Turquie. Nous avons un bel avenir dans ce domaine. »34 Àğaoğlu a été le premier à réaliser les plus importantes opérations immobilières de vente à des clients étrangers suite à la mise en vigueur de la loi de réciprocité : la valeur de ses opérations a atteint 631 millions de dollars en 2012 et son projet de résidences de luxe Maslak 1453 était d’emblée conçu pour la clientèle du Golfe de telle manière que son lancement a été fait, non pas à Istanbul, mais à Dubaï par le bureau de vente ouvert sur la prestigieuse rue Cheikh Zayed. Aujourd’hui, alors que le projet est toujours en cours de construction, 40 % de ces résidences seraient vendues à des étrangers, dont 90 % seraient des citoyens venus des pays du CCG.35

Diversification des logiques, des acteurs et des stratégies du gouvernement de la ville-monde

  • 36 Ibid.

19L’achat de biens immobiliers constitue désormais une forme d’investissement golfien diffuse et courante. Les clients ne sont plus seulement les membres des familles royales et des élites économiques, « mais aussi de[s] groupes disposant de budgets plus limités »36. Les Saoudiens, les Qataris et les Émiriens sont les principaux investisseurs. Ces nouveaux clients ont une nette préférence pour des résidences de luxe à Istanbul, dans la région de Marmara et, dans une moindre mesure, à Trabzon, ville côtière de la mer Noire, prisée surtout pour le climat frais et la nature verdoyante en été, qui font défaut dans le Golfe.

20Parallèlement à la logique économique qui prime pour les diverses catégories d’acteurs impliqués dans le réaménagement de la ville (acheteurs, promoteurs, aménageurs, banquiers, notaires, responsables politiques locaux et nationaux), émergent d’autres logiques spécifiques lors des investissements immobiliers du Golfe à Istanbul. Des logiques socioculturelles de prestige jouent, en effet, chez les clients du Golfe pour qui, posséder un appartement à Istanbul, est désormais un signe visible de leur haut statut social. En outre, les politiques d’urbanisation et de logement favorisant les grands projets immobiliers destinés à cette clientèle de luxe, s’inscrivent dans une logique de projection de puissance régionale de l’État turc qui promeut la vente immobilière, comme d’autres formes d’exportations marchandes, culturelles ou symboliques, et l’utilise comme outil de diplomatie publique. Enfin, la proximité culturelle et les affinités religieuses sont très souvent avancées par les promoteurs et acteurs publics turcs à la fois pour promouvoir l’ouverture du marché immobilier turc vers les clients du Golfe et, vice versa, pour expliquer leur intérêt pour Istanbul. Toutefois, ces investissements immobiliers ne se rapportent en aucune manière directement à la religion, comme cela était le cas auparavant avec les banques islamiques ou les fondations religieuses.

21L’ouverture internationale du marché immobilier d’Istanbul à la clientèle golfienne est venue modifier la façon dont la transformation d’Istanbul en ville-monde est gouvernée. Trois nouveaux processus sont à remarquer : l’émergence de nouveaux acteurs avec de nouvelles stratégies, l’internationalisation des réseaux et l’apparition d’une diplomatie publique spécifique.

22Suite à la loi de 2012, d’abord, de nombreuses sociétés de conseil en immobilier ont été créées pour proposer des services spécialisés dans la vente de résidences de luxe à la clientèle moyen-orientale. Aux côtés des professionnels turcs – et parfois de Levantins fins connaisseurs de la région – des acteurs étrangers interviennent désormais dans la promotion immobilière de la ville. Il s’agit principalement d’agences de conseils – comme, par exemple, l’américain Sotheby’s International Realty ou LMG Global DWC (appartenant à Muhammad bin Rashid Al Maktoum, émir de Dubaï) qui ont ouvert des succursales en Turquie, et de grands promoteurs immobiliers du Golfe, comme Emaar, la société dubaïote connue pour son fameux gratte‑ciel Burj Khalifa et pour le Dubai Mall, plus grand centre commercial du monde. Par ailleurs, les promoteurs et professionnels immobiliers turcs ont internationalisé leur stratégie de vente à travers la participation aux salons et aux événements internationaux de l’immobilier, mais aussi en ouvrant des points de vente à l’étranger et en employant désormais des agents commerciaux arabophones, provenant des pays du Moyen-Orient.

  • 37 1453 est la date de la conquête d’Istanbul par le Sultan Mehmet II, aussi connu sous le nom de « Me (...)
  • 38 Milliyet, 8 juin 2013.
  • 39 Massicard E., op.cit.; Eder, M., « Retreating state? The political economy of welfare regime change (...)

23Ensuite, le développement d’Istanbul en ville-monde se situe à la croisée de deux types de réseaux transnationaux : ceux des grandes agences immobilières reconnues dans la vente de biens de luxe dans d’autres villes-monde et les réseaux marchands couvrant les marchés au Moyen-Orient. Ces réseaux accélèrent la circulation d’acteurs étrangers et du capital social et économique international à Istanbul. Ils participent ainsi au renforcement de la coalition pour le réaménagement urbain d’Istanbul qui dépend largement du pouvoir de l’AKP et qui contribue, de diverses façons, à servir ses ambitions politiques et géopolitiques. Le projet d’Ağaoğlu, Maslak 1453 – qui porte dans son nom même, par la référence au passé ottoman37, les ambitions du gouvernement turc de transformer Istanbul en capitale régionale – a fait l’objet d’une vaste promotion politique, alors que, réciproquement, l’achat massif par les Golfiens a souvent été présenté comme la preuve de la confiance des investisseurs étrangers dans la stabilité du pays38. En novembre 2015, de nombreux promoteurs et conseillers immobiliers ont réaffirmé leur soutien à l’AKP, lors de sa campagne électorale comme après sa victoire électorale, défendant l’argument selon lequel l’AKP était le seul parti susceptible de continuer à attirer le capital du Golfe. La transformation d’Istanbul en ville-monde a permis d’asseoir les orientations de la politique actuelle de réaménagement urbain et de logement de l’AKP, mise en pratique principalement au travers de techniques de renforcement de l’État39 (comme la centralisation des décisions de politique locale, la production d’intermédiaires économiques par des liens de clientélisme, et la personnalisation des relations entre le Président Erdoğan et les dirigeants du Golfe).

  • 40 Entretien avec un conseiller spécialisé dans la vente de biens immobiliers au Moyen‑Orient, 21 janv (...)

24Enfin, la promotion d’Istanbul au niveau global s’appuie sur une diplomatie publique nouvelle s’inscrivant dans une logique géopolitique de soft power qui mobilise autorités publiques, acteurs de l’immobilier et personnalités du show-business. La promotion de la ville d’Istanbul comme destination des investissements des pays du Golfe s’est faite grâce à la création d’un phénomène de mode. « Tout est un phénomène de mode. Istanbul a été promu particulièrement à destination des Arabes. »40 Ce processus de construction ex nihilo d’une tendance s’est déroulé en deux temps : d’abord, comme indiqué plus haut, en s’appuyant sur le succès des séries télévisées pour promouvoir le pays et la ville et ensuite, en mettant en avant les choix d’investissement à Istanbul de personnalités des familles royales ou du monde des affaires du Golfe, entraînant un phénomène de suivisme.

  • 41 Gonzalez-‑Quijano, Y. « L’attraction de la modernité’à la turque’dans le monde arabe à travers les (...)
  • 42 Voir sur le site du Ministère des Affaires étrangères turc, la page « Buying property in Turkey : G (...)
  • 43 Jones R. « Turkish delight comes to Dubai at shopping festival », in The National, 10 mai 2012. -fe (...)
  • 44 Voir par exemple l’argument commercial tiré par l’agent immobilier international BetterHomes de la (...)

25Capitalisant sur le succès d’influence culturelle acquis par les séries télévisées41, les promoteurs immobiliers turcs ont fait appel à des personnalités connues de ces séries pour soutenir les campagnes de promotion de la ville d’Istanbul, largement relayées dans les réseaux d’ambassades turques,42 la collusion entre les intérêts des promoteurs et la diplomatie culturelle étant largement le fait d’une politique publique délibérée. Ainsi Kıvanç Tatlıtuğ, le Brad Pitt turc de la série Nour, également la mascotte de Turkish Airlines, a-t-il participé au lancement de la campagne gouvernementale de promotion du’Istanbul Shopping Festival’à Dubaï en mai 2012.43 La Turquie a ainsi adopté une technique de communication politico-commerciale internationale qui consiste à faire appel aux personnalités issues du monde audiovisuel. Le recours aux célébrités du show business, du cinéma – Hollywood ou Bollywood – ou du sport a été une technique commerciale de choix dans le branding de l’immobilier à Dubaï où les époux Beckham avaient acheté une villa, à Palm Island, alors que le choix de Brad Pitt et Angelina Jolie, et du Cheikh de Dubaï lui-même s’était porté sur World Islands44.

  • 45 Entretien avec un conseiller spécialisé dans la vente de biens immobiliers au Moyen‑Orient, 22 janv (...)
  • 46 Milliyet, 8 juin 2013.
  • 47 Entretien avec une conseillère en vente, Istanbul, 20 janvier 2016. Voir également : http://www.alf (...)
  • 48 Entretien avec une conseillère immobilière chez Bosphorus International Real Estate Investment, Ist (...)
  • 49 Entretien avec un conseiller spécialisé dans la vente de biens immobiliers au Moyen‑Orient, 21 janv (...)

26En outre, la promotion des relations avec des personnalités entrepreneuriales du Golfe en vue constitue une seconde ressource importante, apportant une sorte de caution aux projets immobiliers turcs. Plusieurs agents immobiliers ont en effet souligné le caractère crucial des bonnes relations entre le gouvernement d’Erdoğan et les familles royales du Golfe pour donner confiance aux investisseurs du Golfe et permettre un effet d’entraînement. C’est ainsi notoirement le cas entre le gouvernement conservateur turc, Ağaoğlu et le Cheikh de Dubaï.45 De même, par un mécanisme similaire, l’investissement de grands noms de l’immobilier du Golfe dans des projets stambouliotes a été mis en valeur pour fournir un gage de rentabilité, de qualité ou de fiabilité. En 2013, Ağaoğlu a vendu à Ehsaan Fareed Abduljawad, homme d’affaires saoudien de renom, deux blocs d’immeubles dans son grand projet de résidences de luxe Maslak 1453, pour la somme de 200 millions de dollars46. Le fait d’attirer des entreprises du secteur ayant pignon sur rue en Arabie, comme Al Fozan ou Al Muhaidib, est aussi utilisé comme un argument de vente, à tout le moins un signe de réussite du projet47. Plusieurs acteurs du secteur immobilier ont ainsi noté l’effet d’entraînement et de diffusion verticale du phénomène de mode, des couches supérieures les plus innovatrices vers les couches plus moyennes enclines à suivre la tendance : « Avant, nous n’avions que des acheteurs de haut profil : des ministres, des docteurs, des hommes d’affaires, des gens avec des noms de grandes familles. Maintenant, nous recevons aussi des demandes avec des budgets moins importants. ».48 Dans ces conditions, les plus gros investisseurs, parfois au nom de sociétés, achètent les appartements par bâtiments entiers, quand les plus petits acteurs s’intéressent à un bien à titre individuel, voire à deux pour les réunir en un appartement plus spacieux. Cette élaboration minutieuse d’une tendance immobilière stambouliote dans le Golfe a eu pour conséquence de créer « un effet boule de neige. Istanbul est devenue prisée. En moins de trois ans, tout le monde s’y ruait49 ».

Effets sur la pratique urbaine et transformation des espaces stambouliotes : la proximité musulmane en trompe l’œil

27Au-delà des effets habituels comme la montée des prix de l’immobilier, la présence de nouveaux résidents golfiens à Istanbul a eu des implications plus spécifiques en Turquie. L’engouement des ressortissants du Golfe pour la ville d’Istanbul, bien que datant seulement de 2012, a des effets visibles et concrets sur la ville, notamment la pratique de l’urbain, la formation de nouveaux quartiers en vogue, et la conception du vivre ensemble.

28Il existe deux principaux profils d’acheteurs arabes sur le marché immobilier stambouliote. Depuis le début des soulèvements arabes, certains riches Libyens ou Égyptiens cherchent un endroit sûr et stable où vivre le temps de la crise politique. Ils s’enquièrent, lors de l’achat immobilier, des conditions de résidence octroyées lors de l’acte d’acquisition (12 mois), et des lieux de vie tels qu’écoles ou universités. La plupart des Golfiens, font, quant à eux, partie d’une seconde catégorie d’acheteurs, ce sont soit de purs investisseurs soit des acquéreurs qui préfèrent être propriétaires d’une résidence secondaire ou d’un appartement pour les vacances, plutôt que de descendre à l’hôtel lors de la période estivale de vacances.

  • 50 Ces complexes immobiliers à vocation internationale destinés à attirer les investisseurs étrangers (...)
  • 51 Entretien au showroom de 1453, avec une conseillère en vente, Istanbul, 20 janvier 2016.

29L’offre du marché stambouliote s’est adaptée à la demande et au goût des clients du Golfe, habitués à certains types de résidences et espaces de vie. C’est ainsi qu’Istanbul a accueilli des grands projets immobiliers caractérisés à la fois par leur gigantisme, la prépondérance du financement privé et leur fonctionnement intégré presque en vase clos, renfermant centre commercial, restaurants, services, espaces récréatifs et bureaux50. Les grands complexes, entièrement neufs et comportant des infrastructures collectives permettant une certaine vie de communauté (gym, cinémas, kids club), emportent l’adhésion des Golfiens. À l’échelle des biens immobiliers eux-mêmes, leur choix se porte vers de grandes superficies (plusieurs centaines de mètres carrés), pour accueillir des familles nombreuses, parfois même étendues (plusieurs frères), voire le personnel domestique (chauffeur, nounou, cuisinier).51 Sans parler nécessairement de l’exportation d’un modèle dubaïote ou golfien, force est de constater que cette demande influence la forme des projets et des biens, mais aussi la vie des quartiers du fait de leur occupation temporaire pendant l’année. Des expériences concluantes menées à Dubaï, à l’image de l’opération de communication du Shopping Festival, sont ainsi reproduites à Istanbul, comme la formule de rotation entre l’occupation d’une semaine annuelle par le propriétaire et la location du bien sous forme de nuitées d’hôtel, expérimentée à Dubaï et reproduite dans le projet Emaar Square. L’importation de ces usages de l’espace entraîne la transformation des districts périurbains ou de zones auparavant catégorisées comme espaces verts, en espaces habitables. C’est le cas du terrain acheté par Ağaoğlu aux forces armées turques pour son projet Maslak 1453 qui propose des appartements de 400 m² constitués de suites.

  • 52 Entretien avec une conseillère immobilière chez Bosphorus International Real Estate Investment, Ist (...)

30Les nouveaux usagers de la ville ont, en outre, une forte visibilité : « Taksim est très prisé. En été, on se sent comme dans un pays du Moyen-Orient. Une seconde langue a pénétré nos vies, outre l’anglais : c’est l’arabe, inscrit sur les devantures de restaurant etc. […] On rencontre des femmes voilées à Nişantaşı et İstinye Park [quartiers huppés]52. » Taksim est le quartier de prédilection des Golfiens pour la promenade et le shopping et sa proximité, ainsi que celle de l’aéroport et du troisième pont en cours de construction, apparaissent déterminantes pour leurs choix d’investissements immobiliers. Majoritairement, le parc immobilier à destination de ces acheteurs se trouve sur la rive européenne, considérée comme plus cosmopolite. Les hôtels particuliers situés sur les deux rives du Bosphore, auparavant réservés aux familles riches turques, intéressent particulièrement les familles royales, qui alternent ainsi leurs destinations de villégiature. D’abord concentrés dans les quartiers centraux et chers de Bebek, Nişantaşı et Etiler, les investissements du Golfe se sont plutôt déplacés, depuis 2012, vers l’ouest de la ville, pour construire du neuf sur des surfaces disponibles et meilleur marché. Les nouveaux styles d’habitations modifient les quartiers et en provoquent la création de nouveaux. Certains secteurs des arrondissements périphériques comme Esenyurt, Başakşehir, Kayaşehir, Beylikdüzü ou Arnavutköy doivent leur développement fulgurant presque entièrement à cette manne financière étrangère. Ces secteurs en plein essor particulièrement cotés par les Golfiens en quête de « résidences de marque » nouvellement construites ou en cours participent au renom des entreprises pionnières comme Ağaoğlu, Dumankaya ou Garanti Koza. Certains de ces nouveaux secteurs sont même désormais considérés, surtout dans le milieu de l’immobilier, comme des « quartiers arabes ».

  • 53 Beaugrand, C. « Les vacances en Europe… », ibidem.
  • 54 Entretien avec une conseillère immobilière chez Bosphorus International Real Estate Investment, Ist (...)

31Pourtant, même s’ils sont désignés comme « quartiers », la vie collective locale semble y être « déstabilisée » par la présence largement temporaire de ces nouveaux habitants. Istanbul est bel et bien promue comme une destination de vacances, au même titre que les villégiatures dans les capitales européennes53, mais avec une différence : l’islam constitue un argument de vente majeur abondamment utilisé par toutes les catégories d’acteurs de l’immobilier : « Les Arabes se sentent en Europe, à la différence qu’ils peuvent aller à la mosquée54. » En l’absence d’études sur les pratiques religieuses des résidents arabes à Istanbul, cette affirmation reste plus un élément de représentation à portée économique et politique qu’un fait sociologique. Par ailleurs, s’y installe un modèle de consumérisme effréné dont les emblèmes sont les centres commerciaux, abritant des boutiques de marques de luxe mondiales, intégrés dans tout projet immobilier destiné à une clientèle du Golfe.

32Bien que les investissements immobiliers du Golfe soient présentés comme une contribution à l’économie locale et nationale, et tous ces projets immobiliers comme producteurs d’emplois, la présence golfienne est parfois vécue comme une source d’anxiété par une partie des résidents nationaux. Différentes interprétations circulent et expriment un malaise face à ce changement favorisé par le gouvernement sous couvert d’affinités géopolitiques, changement sur lequel les résidents ne semblent pas avoir prise. Cette présence fait donc l’objet de débats en rapport avec des formes visibles de l’islam. Elle est parfois aussi perçue comme un usage, une consommation de la ville sans implication ou appropriation par ses usagers. Il existe également des signes tangibles de cette cohabitation difficile : les factures d’entretien ne sont pas réglées par certains de ces propriétaires trop longtemps absents ou lorsque les mois d’été arrivent, certains résidents turcs voient d’un mauvais œil dans des résidences de standing, des comportements qu’ils associent aux classes populaires (linge qui sèche sur le balcon, barbecue sur les terrasses avec des enfants nombreux et bruyants). Ces observations empiriques ne trouvent nullement place dans les déclarations des acteurs gouvernementaux qui façonnent la ville, provoquent chez les habitants locaux une aliénation vis-à-vis de son évolution et alimentent les discours de méfiance envers les politiques gouvernementales.

Conclusion : de nouvelles frontières dans une ville-monde en devenir

33Istanbul se place graduellement mais sûrement sur la carte des villes-monde où trois dynamiques se rencontrent, se disputent et se négocient : la mondialisation économique, la régionalisation socioculturelle et la politique nationale. Cette étude a montré comment à l’image de Dubaï, elle-même inspirée des villes asiatiques de Hong Kong ou Singapour, mais tout en s’inscrivant dans le droit fil de la libéralisation antérieure des années 1980, le gouvernement de l’AKP et les acteurs de l’immobilier ont su, pour saisir l’opportunité des liquidités du Golfe après la crise de 2011, faire preuve d’opportunisme stratégique et créer rapidement les conditions favorables à un nouveau type de décollage immobilier financé par le Golfe. L’étude a aussi analysé comment les investissements immobiliers des capitaux du Golfe consistent en des formes financières aussi bien que socioculturelles de circulation transnationale appelées par un faisceau d’acteurs désireux de donner à Istanbul la stature d’une ville-monde, passage obligé sur les routes touristiques, sur les agendas événementiels, et capitale de la finance. Ces acteurs politiques et économiques, mobilisant diverses logiques et réseaux transnationaux, constituent une coalition d’intérêts hybrides dont le consensus autour des politiques de logement et de réaménagement urbain du gouvernement renforce les politiques nationale et étrangère de l’AKP.

  • 55 Hürriyet, 12 avril 2013.

34Cependant, la mutation d’Istanbul en une ville-monde ne manque pas de créer des réticences et des revendications en phase avec des formes de dénationalisation de son espace urbain : « A qui est la ville désormais ? », pour reprendre la formule de Saskia Sassen. De fait, la présence des Golfiens ne fait pas que manifester les différences de pratiques entre usagers permanents et usagers temporaires, propriétaires absents et habitants locataires ; même si elle est encore récente, force est de constater des signes avant-coureurs d’un difficile vivre-ensemble. En outre, cette présence souligne également les rapports de force entre ceux qui font partie de la coalition d’intérêt du développement immobilier et ceux qui en sont exclus, ce qui renforce les fractures au sein de la communauté nationale mais aussi entre nationaux et étrangers. La proposition d’un groupe de promoteurs immobiliers prônant l’octroi, à moyen-terme, de la nationalité à ces nouveaux résidents55 montre comment la mise en pratique du projet d’Istanbul‑ville-monde vient remettre en question la dynamique de promotion nationaliste qui le sous-tend.

Top of page

Notes

1 L’expression est utilisée dans la lignée des « villes-monde » braudéliennes, comme le fait Roland Marchal dans son ouvrage analysant le modèle de « cité globale » de Dubaï. Lieu de connexion entre plusieurs aires économiques, européenne, de plus en plus moyen-orientale – y compris arabique – et centre-asiatique, Istanbul émerge comme un centre incontournable de flux financiers, touristiques et de services – notamment de grands événements. MARCHAL R. Dubaï: Cité Globale, Paris, CNRS Editions, 2001.

2 Sassen S., “Whose City Is It? Globalization and the Formation of New Claims”, Public Culture, vol. 8, 1996, p. 205-223.

3 75 % des entreprises dotées de capital étranger y étaient situées alors que la plus grande partie des exportations transitait par ses ports et aéroports. TOKATLI N. & ERKIP F. “Foreign investment in producer services: The Turkish experience in the post-1980 period”, Third World Planning Review, vol. 20, 1998, p. 87-105; KEYDER, Ç., Istanbul: between the global and the local, Rowman & Littlefield, 1999.

4 Machimura T. “The Urban Restructuring Process in Tokyo in 1980’s: Transforming Tokyo into a World City”, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 16, no 1, 1992, p. 114-128.

5 Le CCG, parfois aussi nommé CCEAG pour « Conseil de Coopération des États Arabes du Golfe », est une organisation régionale créée en 1981 qui regroupe les six pétromonarchies du Golfe, l’Arabie Saoudite, le Bahreïn, les Émirats Arabes Unis (ÉAU), le Koweït, le Qatar et le sultanat d’Oman.

6 Ilkin S. « Les relations financières, commerciales et économiques de la Turquie avec les pays arabes » et Moore C.H. « L’ouverture turque aux capitaux de l’islam » in Picard, E. (dir.) La nouvelle dynamique au Proche Orient. Les relations entre l’Orient arabe et la Turquie Paris, L’Harmattan, 1993 p. 78-96 et p. 103-124 respectivement (en particulier les tableaux de chiffres des pages 122 et sq).

7 Marchal R., op.cit p. 22.

8 Hanieh A., “Khaleeji-Capital: Class-Formation and Regional Integration in the Middle-East Gulf”, Historical Materialism, 18 (2), 2010, p. 35–76. Hanieh A. Lineages of Revolt: Issues of Contemporary Capitalism in the Middle East. Chicago : Haymarket Books, 2013 ; Choplin A. & Vignal L., « Investissements directs du Golfe en Méditerranée arabe : nouvelle frontière et régionalisation économique », in Autrepart, numéro spécial « Quand les entreprises des Suds investissent dans les Suds », no 70, 2015.

9 Cette montée en puissance est le fait d’acteurs privés, même si le montage institutionnel des entreprises et conglomérats peut s’avérer complexe et inclure des participations publiques. Les investisseurs publics que sont les fonds souverains chargés de faire fructifier les recettes pétrolières, investissent sur les grandes places financières ou dans l’immobilier international mais rarement dans des projets de développement à l’échelle locale.

10 Hertog S. “The GCC and Arab Economic Integration: a New Paradigm.” Middle East Policy, vol. 14, 2007, p. 52-68. Aussi disponible sur “LSE Research Online”: November 2010.

11 Beaugrand C. « Les vacances en Europe. Univers familial, univers familier des ‘Golfiens’« in Bonnefoy L. & M. Catusse Jeunesses arabes Du Maroc au Yémen : loisirs, cultures et politiques, Paris : La Découverte, 2013, p. 210-214.

12 Voir les quatre cas d’études sur Le Caire, la côte nord des pays du Maghreb, Damas, Khartoum et Nouakchott dans la partie IV « Dubai-Style Elsewhere : Plagiarizing or Transforming the Gulf Model » de l’ouvrage édité de K. Bromber, B. Krawietz, C. Steiner et S. Wippel, dir., Under Construction. Logics of Urbanism in the Gulf Region, Farnham/Burlington: Ashgate, 2014, p. 233-284: Adham K. « Modes of Urban Diffusion: Culture, Politics and the Impact of the Recent Urban Developments in the Arabian Gulf Cities on Cairo’s Vision 2050 », p. 233-246; Barthel P-A. « Global Waterfronts in the Maghreb: A Mere Replication of Dubai? Case Studies from Morocco and Tunisia » p. 247-258; Vignal L. « Dubai on Barada? The Making of’Globalized Damascus’in Times of Urban Crisis » p. 259-270; et Choplin A. and A. Franck « Seeing Dubai in Khartoum and Nouakchott:’Gulfication’on the Margins of the Arab World » p. 271-284.

13 Al Baraka Türk et Faysal Finans ont été fondées en 1985 par la collaboration du capital saoudien et de groupes turcs affiliés à la confrérie Nakşibendi, pour l’une, et à la confrérie Nurcu, pour l’autre, tandis que la banque Kuveyt Türk, fondée en 1989, était une coentreprise entre Türkiye Vakıflar Bankası, une banque publique turque, et les fonds de la Kuwait Finance House.

14 Cela permettait de financer notamment la construction de mosquées et de verser les salaires des imams turcs en mission en Allemagne.

15 Parmi les fondateurs de Al-Baraka Turk se trouvent Korkut Özal, disciple de la confrérie Nakşibendi et frère du président de la République Turgut Özal (1989-1993), et Eymen Topbaş frère d’un cheikh Nakşibendi. Salih Özcan, fondateur de Faysal Finans, était membre de l’Union mondiale pour l’islam (Rabita) et propriétaire d’une revue intitulée Hilal (le Croissant).

16 Pour le débat public engagé autour de cette fondation, ses activités en Turquie et ses représentations, voir Mumcu U. Rabita, Um :ag Vakfı yayınları, Ankara, 1987.

17 Les chiffres de 2012 montrent que, contrairement à la baisse de la valeur des projets annoncés par les investisseurs de l’Union Européenne et des pays d’Amérique du Nord, les investissements golfiens ont repris, dépassant même leur niveau de 2010. Barthel P.A. & Vignal L. « Arab Mega Projects after the Arab Spring: Business as Usual or A New Start? » in Barthel P.A. & Vignal L (dir.) Arab Cities after the “Spring” numéro spécial de Built Environment, vol. 40, No. 1. Noutary E., Luçon Z. « Printemps arabes : quelles conséquences sur l’investissement étranger ? », ANIMA, Investment Network, 19 avril 2013. Ces investissements du Golfe ont été maintenus dans un climat d’attentisme et de frilosité des investissements en général : Barbour P. A., Economou P., Jensen N. & Villar D. « The Arab Spring : How soon will foreign investors return ? » Columbia FDI Perspectives, 2012, Vale Columbia Center on Sustainable International Investment, p. 1–5.

18 Yankaya D., « Exposition industrielle, production de réseaux et construction d’imaginaires : la Foire internationale du Müsiad et les représentations de l’État turc », Les Études du CERI, No. 215, novembre 2015, p. 14.

19 Entretien effectué le 20 janvier 2016 à Istanbul avec un conseiller spécialisé dans la vente de biens immobiliers au Moyen‑Orient.

20 Akgün M. & SenyücelGündogar S., Ortadoğu’da Türkiye Algısı 2012 [La perception de la Turquie au Moyen-Orient], TESEV, 2012.

21 AlTamimi J. « Challenge of the Turkish soap operas », Gulf News, 1er avril 2012. Le documentaire de Nina Maria Paschalidou Kismet : How Soap Operas Changed the World (2014), montre comment des femmes de différents pays arabes ont décidé d’engager des actions considérées comme inédites dans leurs contextes sociaux, comme demander le divorce aux EAU ou engager un procès contre la police égyptienne pour harcèlement sexuel.
http://www.aljazeera.com/programmes/witness/2013/11/kismet-how-soap-operas-changed-world-20131117152457476872.html

22 Nuroğlu E. « Dizi Turizmi : Orta Doğu ve Balkanlar’dan Gelen Turistlerin Türkiye’yi Ziyaret Kararında Türk Dizileri Ne Kadar Etkili ? [Tourisme de feuilletons : Dans quelle mesure les séries télévisées turques sont déterminantes dans la décision de visite chez les touristes provenant du Moyen-Orient et des Balkans], Conference Paper, 2013, p. 6.
https://www.researchgate.net/publication/261002399. Accès le 26 février 2016.

23 Balli F., Balli H.Ö. & Cebeci K., “Impacts of exported Turkish soap operas and visa-free entry on inbound tourism to Turkey”, Tourism Management, vol. 37, 2013, p. 186-192; NUROGLU. op.cit.

24 Dinҫer O.B. & Kutlay M., « Türkiye’nin Ortadoğu’daki Güç Kapasitesi – Mümkünün Sınırları. Ampirik Bir İnceleme” [La capacité d’influence de la Turquie au Moyen-Orient – les limites du possible. Une étude empirique], USAK Rapor, No. 12-03. 2012.

25 Tuik in Nuroglu. op.cit., p. 3.

26 Perouse J.F., “The State without the Public. Some Conjectures about the Administration for Collective Housing (TOKI)”, in Aymes M., Gourisse B., Massicard E., Order and Compromise. Government Practices in Turkey from the Late Ottoman Empire to the Early 21st Century, Leiden, Brill, 2015, p. 172.

27 K. Bromber, B. Krawietz, C. Steiner et S. WIPPEL, (dir.), « introduction » in Under Construction. Logics of Urbanism in the Gulf Region, Farnham/Burlington: Ashgate, 2014, p. 9.

28 Massicard E., « Une décennie de pouvoir AKP en Turquie : vers une reconfiguration des modes de gouvernement ? », Études du CERI, 205, juillet 2014, p. 10

29 Ibid.

30 Certains pays sont exclus de la nouvelle liste, comme la Syrie et l’Arménie. Il existe des réserves et limitations sur les modalités d’achat foncier pour 52 nationalités qui concernent :
- le type de biens (les ressortissants du Maroc, de l’Égypte ou de l’Afghanistan ne sont pas autorisés à acheter de terrain cultivable),
- la situation géographique (les Russes ne sont pas autorisés à acheter dans la région côtière de la Mer Noire, ni les Grecs dans les villes côtières de la mer Égée),
- le nombre de biens (les Chinois, les Danois et les Israéliens ne sont pas autorisés à acheter plus d’un seul logement),
- et les opérations foncières : celles effectuées par les ressortissants du Bahreïn, de l’Algérie ou de l’Australie sont soumises à une autorisation par le ministère de l’Intérieur alors que celles des citoyens irakiens sont soumises à l’approbation du ministère des Affaires étrangères.

31 Sabah, 27 juillet 2012.

32 Hürriyet, 15 mai 2012.

33 Entretien avec un conseiller spécialisé dans la vente de biens immobiliers au Moyen‑Orient, 21 janvier 2016, Istanbul.

34 Emlaktasondakika, 31 mars 2013.

35 Entretien avec une conseillère immobilière spécialisée d’une société de conseil en immobilier international, 20 janvier 2016, Istanbul.

36 Ibid.

37 1453 est la date de la conquête d’Istanbul par le Sultan Mehmet II, aussi connu sous le nom de « Mehmet le Conquérant ».

38 Milliyet, 8 juin 2013.

39 Massicard E., op.cit.; Eder, M., « Retreating state? The political economy of welfare regime change in Turkey », Middle East Law and Governance, vol. 2, No. 2, 2009, p. 159-184; Perouse J.F., op.cit.; Gürek, H., AKP’nin Müteahhitleri [Les promoteurs de l’AKP], Istanbul, Güncel Yayıncılık, 2008; Yankaya D., op.cit.

40 Entretien avec un conseiller spécialisé dans la vente de biens immobiliers au Moyen‑Orient, 21 janvier 2016, Istanbul.

41 Gonzalez-‑Quijano, Y. « L’attraction de la modernité’à la turque’dans le monde arabe à travers les productions audio-visuelles » in Schmid, D. La Turquie au Moyen-Orient. Le retour d’une puissance régionale ?, Paris, CNRS éditions, 2011, p. 115-126. PARIS J., « Succès et déboires des séries télévisées turques à l’international. Une influence remise en question. », Hérodote, No. 148, 2013, p. 156-170.

42 Voir sur le site du Ministère des Affaires étrangères turc, la page « Buying property in Turkey : Guide for foreigners » qui détaille les fondements légaux et la démarche à suivre. http://www.mfa.gov.tr/guidance-for-foreigners.en.mfa (consulté le 28 janvier 2016).

43 Jones R. « Turkish delight comes to Dubai at shopping festival », in The National, 10 mai 2012. -festival (consulté le 28 février 2016). Un an plus tôt, en février 2011, l’acteur avait dû se prêter au même exercice au Caire.

44 Voir par exemple l’argument commercial tiré par l’agent immobilier international BetterHomes de la présence de célébrités à Dubaï. « Top celebrities endorsing Dubai real estate projects », 21 mars 2013. http://www.bhomes.com/blog/post/celebrities-and-dubai-real-estate-projects.aspx (accès le 28 février 2016).

45 Entretien avec un conseiller spécialisé dans la vente de biens immobiliers au Moyen‑Orient, 22 janvier 2016, Istanbul.

46 Milliyet, 8 juin 2013.

47 Entretien avec une conseillère en vente, Istanbul, 20 janvier 2016. Voir également : http://www.alfozan.com/business-sectors/real-estate; http://www.muhaidib.com/ sectors/real-estate (accès le 28 février 2016).

48 Entretien avec une conseillère immobilière chez Bosphorus International Real Estate Investment, Istanbul, 21 janvier 2016.

49 Entretien avec un conseiller spécialisé dans la vente de biens immobiliers au Moyen‑Orient, 21 janvier 2016, Istanbul.

50 Ces complexes immobiliers à vocation internationale destinés à attirer les investisseurs étrangers sont à distinguer des cités privées ou Gated communities qui ont fait l’objet d’une littérature extrêmement abondante depuis au moins le début des années 2000 et demeurent principalement peuplées de nationaux. Voir à titre d’exemple BaycanLevent, T. & Gülümser, A.A. « Gated communities in Istanbul: The new walls of the city." Third Conference “Diversity in cities: Visible and invisible walls”, UCL, London, UK, 2007.

51 Entretien au showroom de 1453, avec une conseillère en vente, Istanbul, 20 janvier 2016.

52 Entretien avec une conseillère immobilière chez Bosphorus International Real Estate Investment, Istanbul, 21 janvier 2016.

53 Beaugrand, C. « Les vacances en Europe… », ibidem.

54 Entretien avec une conseillère immobilière chez Bosphorus International Real Estate Investment, Istanbul, 21 janvier 2016.

55 Hürriyet, 12 avril 2013.

Top of page

References

Bibliographical reference

Claire Beaugrand and Dilek Yankaya, « La fabrique d’une ville-monde orchestrée par l’État. Effets urbains et politiques des investissements immobiliers du Golfe à Istanbul », Anatoli, 7 | 2016, 249-268.

Electronic reference

Claire Beaugrand and Dilek Yankaya, « La fabrique d’une ville-monde orchestrée par l’État. Effets urbains et politiques des investissements immobiliers du Golfe à Istanbul », Anatoli [Online], 7 | 2016, Online since 27 March 2017, connection on 17 October 2017. URL : http://anatoli.revues.org/580 ; DOI : 10.4000/anatoli.580

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org