Navigation – Plan du site
Dossier. Istanbul, capitale régionale et ville monde. Images, usages internationaux et échelles de rayonnement
Partie 3. Usages nationaux et résonances nationales différenciés d’Istanbul

L’Istanbul des Israéliens : proximités et anathème

Yoann Morvan
p. 231-247

Texte intégral

  • 1 Le fait que l’attaque ait été dirigée contre ce groupe d’Israéliens n’était pas clair initialement. (...)
  • 2 À la vieille des vacances de la Pâques juive, le nombre de voyageurs transitant par Istanbul était (...)

1Le samedi 19 mars 2016, une forte déflagration est entendue à Beyoğlu : un attentat‑suicide à la bombe a ciblé1 un groupe de touristes israéliens, en tuant trois dont deux Israélo-américains, ainsi qu’un Iranien se trouvant dans les alentours. L’opération terroriste revendiquée par DAECH a aussi blessé onze autres membres de ce groupe, un autre Iranien, deux Irlandais, un Islandais, un Allemand et un citoyen de Dubaï. Outre son caractère ciblé, cette attaque terroriste constitue ainsi un arrêt sur image plus ou moins représentatif de l’hétérogénéité des touristes dans l’Istanbul d’aujourd’hui. Elle a rappelé également le temps où les touristes israéliens étaient nombreux à venir en Turquie, jusque plus de 500 000 il y a une décennie. Tandis que le timide retour de ces touristes à Istanbul commençait à peine à se dessiner depuis un an environ, l’attentat est venu stopper net cette reprise. Cet événement a ensuite donné lieu à de strictes recommandations de la part des autorités israéliennes à leurs ressortissants : ne pas se rendre en Turquie, sauf pour escale aéroportuaire2.

  • 3 La catégorisation est ici un sujet en soi, fort épineux. À titre d’exemple, les Palestiniens de Jér (...)

2Cependant, ce sont le motif et la composition du groupe venu de l’État hébreu qui doivent attirer notre attention car ils éclairent pour une part les représentations que les Israéliens peuvent se faire d’Istanbul. En effet, il s’agissait d’un groupe “mixte”, qui comprenait des Israéliens d’origine palestinienne3, phénomène peu fréquent, voyageant en Turquie pour y effectuer du tourisme culinaire. Istanbul est un point d’attraction pour certains Israéliens, pas n’importe lesquels et en général avec des objectifs bien précis, ici culturels mais plus souvent de business. La métropole peut, de la sorte, être considérée comme un filtre et un révélateur des « israéliennités », dans leurs diversités et antagonismes.

  • 4 Il s’agit de la classification adoptée par l’État hébreu.

3Proximités et anathème, tels paraissent être les deux pôles entre lesquels oscille l’Istanbul des Israéliens. La mégapole turque est ainsi proche géographiquement de Tel Aviv à l’échelle macro-régionale, et c’est aussi celle la plus facile d’accès, en comparaison du Caire, de Téhéran ou encore de Moscou ou de celles en Europe de l’ouest (Paris et Londres). Cette proximité s’est construite au fil des décennies de relations géopolitiques entre l’État hébreu et la République de Turquie depuis les années 1950. Cela a procuré à Istanbul l’image d’une destination sûre, tant pour le tourisme que pour les affaires. La sécurité est en effet l’une des obsessions israéliennes, en particulier vis-à-vis des pays musulmans qui l’entourent. La construction de cette proximité rassurante comporte également un versant culturel, notamment en raison des origines dites4 orientales de près de la moitié des Israéliens, qu’il s’agira de déconstruire et de re-contextualiser à l’aune des divers transnationalismes. Pour eux et pour ceux dits « occidentaux », Istanbul semble représenter un Orient proche, « acceptable ».

  • 5 Ils ont atteint 4 milliards de dollars en 2011 (+ 40 % d’exportations israéliennes et + 20 % d’expo (...)

4C’est du fait de cette acceptation supposée que la rupture diplomatique à plusieurs crans intervenue à la fin des années 2000, – agression verbale de Peres par Erdoğan au sommet de Davos (janvier 2009) puis avec l’arraisonnement par l’armée israélienne du Mavi Marmara à destination de Gaza (mai 2010) –, a été vécue par nombre d’Israéliens comme une forme de trahison. Il conviendra de comprendre pourquoi et comment la géopolitique est vécue aussi fortement par une grande majorité d’Israéliens. En effet, ces différends politico-diplomatiques affectent les « économies morales » des Israéliens, notamment à travers les tentatives de boycott des produits en provenance de Turquie par certains consommateurs et/ou acteurs du commerce. D’autres, plus pragmatiques, outrepassent cet anathème. Si ce terme paraît fort et à connotations religieuses, il reflète néanmoins la vigueur des injonctions et traduit la prégnance biblico‑religieuse au sein des discours profanes. Parfois honteusement, plusieurs segments de la société israélienne, particulièrement fragmentée (socialement, religieusement, ethniquement), commercent allègrement avec Istanbul à plus ou moins grande échelle. En dépit des incitations gouvernementales israéliennes à ne pas avoir de relation avec la Turquie, les échanges commerciaux bilatéraux sont en augmentation constante5. Ils démontrent l’attractivité de la Turquie et de sa métropole stambouliote, mais de façon contrariée et éparpillée…

De l’héritage à l’escale

Des raisons du tourisme de masse à sa (provisoire ?) disparition

  • 6 Sur les deux millions annuels de touristes israéliens à l’époque (Nachmani 2003), ce qui représente (...)
  • 7 La communauté juive d’Istanbul et ses hauts lieux ont été touchés par deux importants attentats en (...)
  • 8 Cela constitue une différence avec ceux originaires du Maroc et de Tunisie.

5La présence juive pluriséculaire à Istanbul a incontestablement fourni un soubassement aux pratiques et représentations que les Israéliens peuvent se faire de cette métropole. Ce long passé n’explique cependant pas le caractère massif de l’attractivité de la mégapole auprès des touristes issus de l’État hébreu au cours des deux dernières décennies. Les chiffres sont éloquents : en 1986, 7 000 visiteurs ; 160 000 en 1992 ; et à partir de 1994, plus de 300 0006 (Nachmani 2003) ; puis une augmentation au cours des années 2000, jusqu’à atteindre 560 000 en 2008 ; et décliner à 110 000 en 2010, stagnant ensuite. Ils sont à mettre en regard des 77 000 Israéliens d’origine turque, immigrants ou descendants d’immigrés. Il ne s’agit donc pas principalement d’un mouvement de retour d’originaires, comme le suggère le nombre peu important de visiteurs en 1986. Pour de multiples raisons, les Juifs « turcs » rechignent en général à revenir sur leurs traces ou celles de leurs ancêtres7, hormis pour des voyages liés à des événements familiaux8. Plus généralement, le passé juif d’Istanbul n’est que très peu investi par l’écrasante majorité des touristes israéliens, ces derniers se joignant, jusqu’il y a quelques années, au lot commun du tourisme de masse et de ses destinations typiques (péninsule historique etc.). Cela a de quoi surprendre, lorsque l’on sait la méfiance des Israéliens vis-à-vis des pays musulmans, en particulier ceux de la « région », terme qu’il s’agit de déconstruire, tant la perception de la situation géographique de l’État hébreu est tributaire de facteurs géopolitiques.

  • 9 Ce qui tendrait à la rapprocher de la Turquie, au discours très pro-occidental pendant longtemps au (...)
  • 10 Ce tourisme s’est dans un premier temps reporté en Bulgarie, notamment à Bourgas, mais à la suite d (...)
  • 11 Très prisée par les Israéliens en général, cette destination l’est en particulier par le million de (...)
  • 12 La fin de ce tourisme en 2009 a plongé la localité dans la crise économique. Ces touristes se renda (...)

6Si l’isolement israélien en Méditerranée orientale et au Proche et Moyen-Orient est à la fois une réalité imposée par les conflits passés et actuels, c’est également une construction mentale, celle de l’insularité d’une citadelle assiégée, qui se voudrait garante des valeurs d’une certaine occidentalité, souvent résumée par les Israéliens et leurs alliés par la formule « seule démocratie de la région »9. En raison de cette construction mentale, de nombreux Israéliens se sentent menacés et à l’étroit dans un espace national qu’ils considèrent comme exigu. Cela suscite chez beaucoup d’entre eux un sentiment d’étouffement relatif propice à nourrir des désirs d’évasion. Avec l’essor du pouvoir d’achat et l’émergence de classes moyennes consommatrices au cours des années 1980, on assiste au développement d’une demande touristique accrue et élargie. En effet, outre le désir de sortir du pays, l’offre proposée à l’intérieur des frontières de l’État hébreu est assez onéreuse et de qualité plutôt médiocre. De ce fait, l’offre touristique constituée de destinations proches, telles celles en Turquie, en plein essor à cette même période (Mallet 2007), devient comparativement d’un meilleur rapport qualité/prix. Des années 1990 jusqu’en 2008, trois destinations attirent principalement les tourismes israéliens : Antalya et sa région, où se concentre le tourisme balnéaire10, accueille la proportion la plus importante des touristes11 ; Istanbul, ensuite, draine un tourisme urbain sur fond d’orientalisme ; enfin, Yusufeli, dans le verdoyant massif du Kaçkar, voit chaque été l’arrivée de plusieurs milliers d’Israéliens y effectuant un tourisme de montagne12. Ces flux touristiques se caractérisent ainsi par un mixte d’effet d’opportunité et d’exotisme de proximité.

  • 13 Transferts technologiques également, notamment dans les techniques d’irrigation, etc.
  • 14 Il faut toutefois noter que les types et gammes de tourisme dans ces destinations diffèrent de ceux (...)

7C’est surtout le contexte du processus de paix israélo-palestinien et des accords d’Oslo au début des années 1990 qui va permettre le renouveau et l’essor des échanges entre les deux États, en particulier dans le domaine militaire mais pas seulement13. La diplomatie israélienne s’appuie, de son coté, sur une ambassade à Ankara et un consulat à Istanbul, fait rare dans la « région ». Il est ainsi intéressant de comparer l’impact du géopolitique sur les flux touristiques israéliens en Turquie avec ceux en Jordanie ou en Égypte14, où ils sont/ ont été bien moindres, même durant les périodes géopolitiquement favorables. Cela montre en effet comment l’ancienneté et la profondeur des relations bilatérales israélo-turques semblent représenter un facteur important dans l’imaginaire collectif d’une majorité de ressortissants de l’État hébreu. Ce qui peut ensuite avoir des répercussions dans leurs choix touristiques.

  • 15 Il s’agirait ici également d’appréhender ce motif de venue chez les citoyens de l’État hébreu de co (...)

8Cependant, ce poids du géopolitique n’est pas exclusif d’autres formes de tourisme qui en sont moins tributaires, telles celles relevant davantage du culturalo-religieux. Phénomène assez méconnu, il existe à Istanbul un tourisme de pèlerinage juif. Alors qu’il se rendait en Terre Sainte, le rabbin et kabbaliste ashkénaze Naftali Katz (Cohen) est tombé subitement gravement malade à Constantinople, où il faisait halte en chemin depuis l’Ukraine, puis y est mort le 20 décembre 1718. Il repose au cimetière juif d’Ortaköy. Chaque année le jour anniversaire de sa date de décès (24 Tevet) dans le calendrier hébraïque, quelques dizaines d’ultra-orthodoxes hassidiques viennent se recueillir sur sa tombe et prononcer des prières de nature kabbalistique. Dans sa lignée spirituelle, le rabbin Nachman de Bratslav, l’un des pères fondateurs du mouvement hassidique, est bloqué pendant quelques mois sur les rives du Bosphore au cours de l’été 1799 en raison des guerres napoléoniennes. Ce passage à Constantinople va influer sur ses disciples pour lesquels son parcours bio-(géo‑)graphique est entouré d’une certaine aura : la métropole stambouliote va chez eux jouir d’une image particulière, assez mystérieuse et plutôt positive. Les hassidiques de Bratslav et leurs sympathisants constituent un sous-groupe avec une assez forte visibilité dans l’Israël contemporain. Le pèlerinage à Ouman en Ukraine lors des fêtes juives est très en vogue chez les Israéliens de son obédience, il comporte fréquemment une brève halte à Istanbul… Il existe enfin une autre mobilité liée au religieux qui transite par Istanbul : le pèlerinage hivernal (17 Chevat) à Izmir sur la tombe du rabbin et décisionnaire sépharade Haïm Palachi (1788-1869). Ces diverses venues et passages à ou par Istanbul, bien que très limités numériquement, offrent néanmoins un autre visage de la métropole : celui de son attractivité spirituelle15.

  • 16 Concernant ce patrimoine, se reporter au dossier « Patrimoines culturels et fait minoritaire en Tur (...)
  • 17 Nous reviendrons sur le cas de ces biet transnationaux, voir infra.

9Dernier point concernant le tourisme à vocation plus strictement culturelle, celui dit « ethnique », judaïque dans le cas présent. Paradoxalement, les discours sur le « cosmopolitisme perdu » n’a que très peu d’impact sur le tourisme des lieux du patrimoine des minoritaires16 dans l’ancienne Constantinople. En dépit des efforts réalisés durant l’année 2010, durant laquelle Istanbul bénéficiait du label « Capitale européenne de la culture », mettant en avant ce patrimoine, en particulier juif, pour « faire européen » (Brink Danan 2010), les visiteurs de ces lieux représentent une infime proportion et parmi eux les Israéliens encore moins. Si, dans leur étude sur les trois tourismes « minoritaires », I. Egresi et T. Hoşgeçin (2014) listent le patrimoine judaïque et prétendent que “Many Jewish tourists from Israel or from the Diaspora, when in Istanbul, also plan to visit synagogues or other objectives that are linked to the historical existence of the Jewish community in this city”, cette affirmation n’est guère étayée… qu’à partir de websites proposant des tours organisés des synagogues. Certes, l’offre « juive » parait mieux organisée que celles de leurs homologues « grecque » et « arménienne » (Egresi, Hosgeçin 2014), cependant les touristes y ayant recours sont assez rares et en général binationaux israélo‑américains17. Quant à ceux qui tentent de les visiter par eux-mêmes, ils sont régulièrement éconduits en raison du drastique dispositif de sécurité à l’entrée des lieux juifs et des nécessaires demandes préalables d’autorisation. Ainsi de nombreux Juifs israéliens originaires d’Azerbaïdjan – sans doute ceux qui ont l’image la plus positive d’Istanbul parmi les Israéliens –, très curieux de visiter ces synagogues, ont été fort déçus d’être ainsi éconduits. Enfin, les quelques restaurants cachers ne sont pas plus investis que les synagogues. L’offre culinaire (non cachère) d’inspiration juive locale proposée par le meyhane « Sefarad » à Ortaköy n’attire pas véritablement une clientèle étrangère, tandis que le snack de falafel « Kikero » à Galata, autre ancien quartier « juif », ne s’affiche en rien comme d’inspiration israélienne. L’attitude de « profil bas », fréquente chez les Juifs turcs, parait de la sorte s’appliquer aux tourismes qui s’approcheraient d’eux ou de leur passé.

Un zeste d’Istanbul : Turkish Airlines

  • 18 Cependant, les cinq premiers mois de l’année 2016 ont été marqués par une reprise nette (+ 13 %) de (...)

10Orient proche et accessible, Istanbul est à partir de 2009/2010 soumis à de fortes suspicions par la majorité des Israéliens. L’époque du tourisme de masse à destination de la Turquie est révolue. La part des touristes israéliens a alors chuté de 3 % à 0,05 %. Malgré une timide reprise en 2011, ils ne sont plus qu’environ 100 000 par an18. On assiste même à une sorte de chassé-croisé avec l’accroissement très rapide des touristes en provenance des pays arabes à compter de cette période. Y faisant allusion, le premier ministre R. T. Erdoğan déclare en 2012 : « Nous n’avons pas besoin des touristes israéliens, nous les avons remplacés avec succès ! ». Message peu accueillant… Côté israélien, les autorités enjoignent leurs ressortissants d’éviter de se rendre en Turquie. Le bureau du contre-terrorisme considère la destination comme peu sûre. De telles recommandations sont relayées par les mass media, le tout formant un système imprégnant fortement l’imagination collective nationale, comme le montrent C. Noy et A. Kohn dans “Mediating touristic dangerscapes : the semiotics of state travel warnings issued to Israeli tourists” (2010), à propos du cas de la péninsule du Sinaï, naguère très prisée par les touristes israéliens. Après avoir été plébiscitée, la destination turque a été vouée aux gémonies.

  • 19 À l’instar de la fin de l’accord militaire qui permettait à Tsahal dans s’entraîner dans l’espace a (...)
  • 20 Au cours des cinq premiers mois de 2016 : 477 000 voyageurs vers New York (+5,5 %), Londres 378 000 (...)

11La crise diplomatique touche alors également le secteur aérien. La compagnie israélienne El Al stoppe ses vols hebdomadaires avec la Turquie, craignant de se voir barrer l’espace aérien turc19, quasi indispensable pour les destinations asiatiques. Cela bénéficie à la Turkish Airlines qui en profite pour se tailler une part en augmentation constante du marché des vols vers et depuis Tel Aviv. Très compétitive, la compagnie turque devient la seconde compagnie aérienne en Israël. Transportant 582 000 voyageurs depuis et vers l’État hébreu en 2013 ; ce chiffre étant en augmentation de 60 % par rapport à l’année précédente. Cet indicateur traduit l’essor des échanges entre ces deux États pourtant alors en froid diplomatique. Durant les cinq premiers mois de 2016, 483 000 voyageurs ont effectué la liaison entre Tel Aviv et Istanbul, une augmentation de 12,6 % par rapport à 2015. Opérant quant à elle depuis l’aéroport Sabiha Gökçen, la compagnie turque low cost Pegasus assure aussi de nombreux vols entre les deux métropoles. Desservant de très nombreuses destinations de par le monde, la mégapole stambouliote constitue dorénavant le hub aéroportuaire numéro un des Israéliens : Istanbul devance New York, Londres, Moscou et Rome en termes de nombre de voyageurs20. À défaut de venir visiter la métropole du Bosphore, celle-ci joue un rôle de « tête de pont » pour les Israéliens.

  • 21 Nombreux sont ceux à m’avoir demandé si l’escale à Istanbul représente un danger réel.
  • 22 Les plateaux repas cachers de Turkish Airlines, en moyenne 15 000 par mois, rencontrent ainsi un vi (...)
  • 23 Terme hébraïque quasi intraduisible, légèrement péjoratif, qui recouvre un mélange ambivalent de cu (...)
  • 24 Ils regroupent différentes tendances des judaïsmes, parfois opposées en d’autres circonstances. Plu (...)
  • 25 L’escale est devenue un des paradigmes de la consommation.

12L’usage de Turkish Airlines et Pegasus ainsi que des aéroports stambouliotes constitue pour les ressortissants de l’État hébreu une forme d’expérience minimale de la Turquie et d’Istanbul. Passée une certaine appréhension, parfois importante en particulier chez les Franco-Israéliens21 mais bien moindre par exemple chez ceux originaires du monde (post-)soviétique, le pragmatisme prime. Le rapport qualité/prix des services proposés22 satisfait en général une clientèle israélienne. Une fois l’impression de gêne relative estompée, la’houtzpa23 reprend vite le dessus. Les espaces vécus des Israéliens dans ces avions et aéroports semblent comme neutralisés voire déterritorialisés. Ils paraissent exemplifier la théorie des « non-lieux » développée par M. Augé (1992), notamment à propos des aéroports, en tant qu’espaces liminaux de transit. Néanmoins, le sentiment d’aise des Israéliens dans ces espaces provient également de la régularité et de l’ancienneté de leur fréquentation. Les charriots à l’aéroport Atatürk comportent ainsi une indication de pièce de monnaie en shekel, datant de l’époque du tourisme de masse. En outre, on assiste régulièrement à l’émergence de micro-regroupements, en particulier lors de retards (ils sont nombreux du fait de la saturation d’Atatürk) dans des correspondances. Un autre cas de figure plus surprenant et montrant bien leur assurance est celui de la formation de groupes de Juifs israéliens dans les deux aéroports d’Istanbul pour y générer, de façon impromptue et publique, des quorums de prière24. Parce qu’ils se veulent neutres et confèrent une sensation d’anonymat, les avions et aéroports sont propices à ces appropriations et micro-territorialités éphémères. L’Istanbul générique et aseptisé de ces espaces aéroportuaires consommés n’est pas sans rappeler celui des centres commerciaux, relativement sécurisés car fermés, si nombreux dans la mégapole. À leur instar, il offre l’image vitrine d’orientalités édulcorées, terrain de pâture d’un shopping furtif et kaléidoscopique, picorant en escale25 quelques zestes de la métropole turque.

Istanbul business : opportunités et plateforme

  • 26 L’importance des accords militaires et de ses conséquences dans ces échanges est bien connue.

13Tandis que le tourisme comme motif de déplacement des Israéliens à Istanbul a beaucoup diminué à partir de 2009, les affaires quant à elles sont devenues particulièrement florissantes à compter de cette même date. Si les relations bilatérales directes et les secteurs économiques formels représentent la part la plus importante des échanges26, les activités de commerces informels ainsi que l’usage d’Istanbul comme plateforme des business d’Israéliens transnationaux sont davantage révélateurs des types et échelles de rayonnement de la mégapole du Bosphore auprès des Israéliens, dans leurs diversités.

Par-delà les antagonismes, le poids des informalités

  • 27 Voir l’article d’A. Braux dans ce même dossier.

14Le reflux du tourisme et le cantonnement des Israéliens au transit aérien via Istanbul reflètent l’impact des antagonismes avec la Turquie auquel se mêle l’effet d’opportunité d’une escale bien commode. Toutefois, derrière le plexiglas des aéroports stambouliotes, le rayonnement de la mégapole ne s’en exerce pas moins, en clair-obscur, chez de multiples Israéliens, attirés notamment par les affaires qu’ils peuvent y réaliser. Alors que pour la plupart des citoyens de l’État hébreu, l’ancienne capitale de l’Empire ottoman fait figure de repoussoir, pour d’autres, elle recèle des niches commerciales dont il serait, à leurs yeux, insensé de ne pas tirer profit. Pour ces Israéliens, assez disparates, Istanbul comme capitale régionale représente une centralité de proximité, en particulier pour ceux originaires du monde (post-)soviétique, parfois alors en concurrence avec Moscou27. Ces populations elles-mêmes culturellement enclines à pratiquer des transactions commerciales informelles contribuent à renforcer le poids des informalités.

  • 28 À Moscou, en revanche, le « Made in Turkey » a été très affiché et prisé.

15Le textile stambouliote est l’un des secteurs clés de l’économie métropolitaine et celui qui participe le plus à ces informalités importatrices vers Israël. Il attire trois groupes principaux d’Israéliens, non homogènes et se recoupant parfois : ceux originaires du monde (post-)soviétique, au sein desquels les Juifs caucasiens, notamment ceux d’Azerbaïdjan, jouent un rôle actif ; les Juifs dits « orientaux » et enfin les ultra-orthodoxes juifs (‘haredim). À la différence de certains autres visiteurs, tels les Iraniens, ces Israéliens n’effectuent quasi aucun achat dans les centres commerciaux stambouliotes et peu à Osmanbey, l’un des trois principaux pôles de la vente en demi-gros à Istanbul (Piart 2012). En effet, en raison de leurs moyens limités, ces acheteurs/commerçants à la valise (mais pas seulement) se tournent davantage vers Merter, Laleli ou, plus rarement, l’approvisionnement en usine, au contact direct avec la production. Leurs clientèles sont peu argentées et par conséquent les produits achetés à Istanbul sont de moyenne ou basse gammes. Ces activités commerciales “poor to poor” relèvent de la mondialisation par le bas (Tarrius 2002). Si l’origine turque de ces textiles est peu publicisée dans les boutiques en Israël28, les clients sont en général conscients de leur provenance, sans que cela ne les dérange ni ne revête un caractère prestigieux. Ces circuits commerciaux prospèrent par-delà l’opprobre israélien envers la Turquie.

  • 29 Étonnamment, les Juifs israéliens originaires de Turquie, qui pourtant bénéficient d’attributs favo (...)
  • 30 La proximité existe mais est bien moindre chez ceux originaires du Caucase nord, russophones.
  • 31 C’est alors le plus gros marché d’Europe, employant 100 000 personnes. Propriété de Telman Ismailov (...)
  • 32 Dirigé par des Juifs des montagnes originaires de Quba en Azerbaidjan.
  • 33 Tels les Juifs géorgiens et boukhariotes, les Juifs des montagnes sont à la fois post-soviétiques e (...)
  • 34 Un certain nombre de ces clients israéliens sont arabophones car provenant de pays arabes.

16Détaillons à présent quelque peu les attributs des trois populations concernées. Elles ont en commun d’être aux marges de la société israélienne à des degrés et pour des motifs divers. Elles paraissent aussi avoir moins de préventions à l’égard de la Turquie. La venue et le business à Istanbul représentent moins pour elles un obstacle psychologico-culturel que pour d’autres29. Pour les Caucasiens, l’effet de proximité s’est construit dès avant la fin de l’ère soviétique, certains d’entre eux, alors non Israéliens, ayant eu la possibilité de se rendre en Turquie, voire à Istanbul, grâce à la très relative porosité de la frontière. Parmi ces originaires du Caucase, devenus israéliens suite à leurs émigrations massives dans les années 1990, les « Juifs des montagnes », environ 100 000 en Israël, voient la métropole stambouliote comme un horizon culturel et commercial quasi « naturel », en particulier ceux d’Azerbaïdjan, turcophones30. Détenteurs des principales places de marché du commerce textile de demi-gros à Moscou (Cherkizovsky jusqu’en 200931, puis Sadovod32), ces pionniers y ont développé un commerce transnational dont la mégapole russe est le centre d’un arc s’étendant depuis Istanbul jusqu’à la Chine. Leurs compatriotes installés en Israël (kavkazim) imitent leurs confrères moscovites et achètent à Istanbul, surtout à Laleli. Ils se fondent d’autant mieux dans le paysage commercial que de nombreux post-soviétiques y pratiquent les affaires et sont indétectables aux yeux des Turcs, tant comme juifs que comme israéliens. Les interactions des autres33 Juifs orientaux venus d’Israël sont plus aléatoires et leurs représentations de l’ancienne capitale ottomane plus ambivalentes. Sauf exception, ils n’ont pas connaissance de la langue turque et pratiquent en général leurs achats, au coup par coup, en anglais, très rarement en arabe34. Moins organisées encore sont les pratiques commerciales des’Haredim. Ces derniers sont en particuliers attirés à Istanbul par l’excellent rapport qualité/prix des produits phares de leur groupe : chemises blanches, costumes noirs, chaussures et ceintures, etc. De ce fait, ils fréquentent davantage que les autres les foires dédiées, avec des velléités de monter une filière commerciale profitable.

Istanbul relais des poupées gigognes des transnationalismes israéliens

17Ce tableau de l’Istanbul des Israéliens comme « comptoir » participant aux flux de la mondialisation par le bas convient d’être contrebalancé par un autre usage de la mégapole, celui du hub, pour reprendre les figures proposées par J .‑F. Pérouse et M. Aslan (2003). Dans cette configuration, Istanbul n’est pas tant la métropole macro-régionale attractive pour des populations issues de ses anciens arrières pays ottomans, comme décrit ci-dessus, que la tête de pont permettant à des transnationaux ayant une attache en Israël de faire lien avec le global, bien au-delà du périmètre de la macro-région, en écho avec sa fonction aéroportuaire.

  • 35 Héritier du sionisme, l’État hébreu cherche à attirer la population juive mondiale, quitte à la « s (...)
  • 36 Il est à signaler la présence d’Israéliens dans le secteur immobilier à Istanbul. Leur participatio (...)
  • 37 Istanbul est un point de pénétration vers les Balkans pour les investissements comportant ce type d (...)

18C’est par son dynamisme de mégapole qu’Istanbul sert de plateforme pour un certain nombre d’activités économiques qu’il serait erroné de qualifier de strictement « israéliennes », même si elles participent de ce qu’est la vie économique de l’État hébreu et, plus profondément, disent quelque chose de l’israéliennité contemporaine à l’heure du post-sionisme, en particulier dans ses relations renouvelées à ses différentes diasporas. En effet, en dépit des politiques menées pour contraindre ses populations à une certaine assignation territoriale35, l’un des ressorts du dynamisme économique israélien repose sur la participation d’assez nombreux de ses ressortissants à des flux multi-polarisés par leurs identifications nationales plurielles. Dans cet univers réticulaire aux géométries identitaires complexes et aux opportunités recomposables au gré des circonstances, Istanbul offre un point relais, notamment pour les Israéliens binationaux anglo-saxons, pour y développer des activités sur place36 ou à partir d’elle37, telle une « métropole-écran ». Cela est ainsi le cas pour les binationaux israéliens opérant dans les métropoles arabes, en particulier à Dubaï. Au bénéfice de leur passeport américain ou anglais, ces Israéliens permettent à l’économie gravitant autour de l’État hébreu d’atteindre des marchés qui lui seraient, sinon, inaccessibles. Cet exemple, parmi d’autres, doit attirer notre attention sur le profil de ces passeurs transnationaux, hyper-mobiles voire multi-résidents : ce sont en général des immigrés récents en Israël et/ou qui gardent de fortes attaches avec le monde anglo-saxon globalisé dont ils proviennent et qu’ils continuent à animer depuis l’État hébreu qu’ils habitent à temps partiel et pour lesquels Istanbul, métropole globale, est un point d’appui.

  • 38 Hormis ceux vivant partiellement en Israël, hors Jérusalem, et qui partent parfois sous de meilleur (...)
  • 39 Les Juifs iraniens habitant en Amérique du Nord et qui représentent la part la plus importante de c (...)

19Derrière cette vison très hype de la globalisation de l’Istanbul des Israéliens fourmillent une multitude de cas moins prestigieux. Ils montrent les transnationalismes emboités qui insèrent Israël dans des flux globaux, à vocation souvent bien moins capitalistique. Là encore, Istanbul joue pour eux un rôle pivot non négligeable. De façon réciproque à ces Israéliens effectuant la navette avec le monde anglo-saxon, il faut citer ici ceux qui ont effectué le parcours migratoire inverse, à savoir ceux natifs de l’État hébreu qui en sont partis pour former ce qu’il est dorénavant convenu d’appeler la « diaspora israélienne » (Gold 2002), plusieurs centaines de milliers de personnes, dont plus de la moitié en Amérique du Nord. Les raisons de cette émigration sont diverses, politiques mais surtout économiques. Moins attirés par Istanbul que les binationaux anglo-saxons décrits plus haut, ils sont en revanche moins hostiles à la métropole turque que leurs homologues restés vivre en Israël et peuvent y réaliser occasionnellement quelques affaires. Ils sont à mettre en miroir avec le cas de la diaspora palestinienne38 au sein de laquelle Istanbul jouit d’une image positive. C’est un lieu potentiel apprécié de rencontres, notamment familiales avec ceux restés en Palestine. Cette fonction de mise en contact est également présente pour la diaspora des Juifs iraniens39 avec ceux vivant toujours en Iran et pour lesquels il est quasi impossible de visiter « l’entité sioniste ». Enfin, je ne reviendrai pas ici en détail sur les diasporas juives issus du monde post-soviétique si ce n’est pour insister sur la circulation intense entre leurs différents pôles (Israël, Europe, Amérique du Nord et bien sûr Russie), ce qui confère à Istanbul une attractivité multidirectionnelle (mais d’intensité différenciée, selon les populations et les espaces économiques en jeu). La liste est loin d’être exhaustive. Elle vise à mettre l’accent sur la variabilité des dispositions à l’égard d’Istanbul : d’assez nombreuses et diverses populations israéliennes, notamment de par le monde, sont loin de céder à la défiance vis-à-vis de la mégapole turque.

Istanbul en Israël

20Après avoir appréhendé les Israéliens se donnant l’occasion de venir à Istanbul, essayons de dépeindre certaines des représentations de ceux (la majorité) pour lesquels ce n’est pas le cas. Cumulé aux analyses précédentes, cela nous permettra d’esquisser une typologie des israéliennités dans leurs rapports à l’ancienne capitale de l’Empire ottoman.

Avatars culturalistes

21La mégapole turque est souvent perçue chez une majorité d’Israéliens sous un jour orientalisant (positif ou négatif), assez figé, en particulier chez ceux n’y étant jamais allés ou n’y ayant effectué que de brefs séjours touristiques, bien loin des réalités des modernités multiples de la métropole du Bosphore. Ce tropisme culturaliste concerne différentes sphères, de la culture matérielle à la production académique, en passant par la géopolitique, tant celle affichée par les autorités politiques que celle vécue par leurs administrés. Il résulte de la méconnaissance assez grande qu’ont les Israéliens de leur environnement macro‑régional, produit de l’isolement de l’État hébreu au Moyen‑Orient. Le sionisme comme processus culturalo‑historique et comme mouvement modernisateur a tenté d’annihiler toute trace éventuelle de levantinisme et de différencier au maximum les populations juives devenues israéliennes, et en particulier les dits « orientaux », de celles arabo-musulmanes, cherchant à gommer leurs scories d’arabité. L’une des conséquences de ce procès, de civilisation pour certains et d’acculturation pour d’autres, a été de reléguer à l’exotisme les formes culturelles issues du monde musulman, celui de « l’ennemi », quitte à traiter quasi indifféremment toute la diversité de ces formes.

  • 40 Ayant effectué de nombreux mois de terrain en Israël, j’ai moi-même pu constater cette confusion qu (...)
  • 41 Ce phénomène n’est cependant pas propre aux Israéliens.
  • 42 Il existe un autre Pasha à Jérusalem, mais dont la carte est moins fournie et de gamme inférieure ; (...)
  • 43 http://www.arkadas.org.il/99510/Learning-Turkish

22D’İbrahim Tatlıses à la cuisine dite turque proposée en Israël, la représentation que la majorité des Israéliens40 se font de la culture turco-stambouliote a les plus grandes difficultés à ne pas se confondre avec la représentation qu’ils peuvent se faire, hypostasiée, de celle labellisée comme « arabe »41. Lorsque tel n’est pas le cas, les éléments considérés comme plus spécifiquement turcs se réduisent à quelques lieux communs folklorisant. Le film « Les voisins de Dieu » (2012), dont les scènes se déroulent à Bat Yam (banlieue sud de Tel Aviv), l’ancien foyer de réception de l’émigration juive turque, et dont le héros principal est issu la deuxième génération de cette communauté, illustre bien cette réduction à quelques verres d’anisettes autour d’une partie de backgammon (tavla). Si le répertoire musical des chanteuses sépharades Yasmin Levy ou Mor Karbasi est centré sur des titres en ladino, il s’étend de la musique perse à celle du Maroc. Le menu du restaurant Pacha à Tel Aviv est, en dépit du fez qui lui sert de logo et de son slogan’authentic turkish flavour’, davantage moyen-oriental que proprement turc, avec ses kubbeh et maalouba y côtoyant les lahma joun et autres Urfa kebab. Ce restaurant, quasiment le seul du pays proposant cette offre culinaire42, est d’ailleurs peu fréquenté par les Juifs turcs. Presque invisibles sur la scène israélienne (Weiker 1988), ces derniers ne constituent pas d’éventuels ambassadeurs de leur contrée d’origine. Hormis Arkadaş, qui dispense des cours de langue turque43, il n’existe que très peu d’associations les représentant. Les Juifs turcs gardent leur mémoire (et leur oubli) pour eux… Signalons enfin le déclin des études ottomanes et surtout turques dans les universités israéliennes, faute de visites suffisantes à Istanbul ces dernières années et trop liées au monde des think tanks pour pouvoir produire un savoir en mesure de s’extraire de la forte demande géopolitique.

Istanbul révélateur des israéliennités

23Même si de nombreux gratte-ciels transformant la skyline de Tel Aviv sont construits par le groupe Yilmazlar44 le long du strip autoroutier Ayalon, lui donnant un faux air de l’axe Levent-Maslak à Istanbul, la présence turque en Israël est peu apparente au public. Ce n’est qu’à l’occasion de campagnes de boycott liées aux tensions diplomatiques que les consommateurs israéliens ont été surpris de découvrir le nombre important de produits agroalimentaires en provenance de Turquie. Le caractère très concret de cette imbrication israélo-turque dans les quotidiens des citoyens de l’État hébreu traduit leur proximité. Le contraste n’en est que plus flagrant avec leurs représentations, souvent dépréciatives et instituant une distance, en particulier chez les classes moyennes, celles peu religieuses et les plus détachées de leurs éventuelles origines orientales. Inversement, chez ceux les plus éloignés du « centre » de la société israélienne, l’image de la Turquie est moins défavorable, ce qui rend possible plus de contacts, notamment commerciaux. Cela révèle la puissance du nationalisme au sein d’un corps social israélien loin d’être homogène. Istanbul constitue, en ce sens, une sorte de miroir déformant des israéliennités, grossissant ses marges. Tout se passe, en effet, comme si : plus on s’approche du cœur de la société israélienne, plus la défiance envers Istanbul augmente.

24Traversons ce miroir pour mieux saisir ces dynamiques. Quelles sont ces périphéries de l’israéliennité attirées par Istanbul ? Elles sont multiples et s’inscrivent dans un espace pluridimensionnel dont les coordonnées principales sont socio-économiques (pauvres), ethniques (« orientaux ») et religieuses (non Juifs et Juifs ultra-orthodoxes). Au fil de l’analyse de l’attractivité d’Istanbul auprès des Israéliens, ces différentes périphéries ont été appréhendées dans leur diversité, de manière non systématisée. Au prisme de la société israélienne, elles constituent cependant des catégories qui ont pour dénominateur commun leur(s) marginalité(s), les Anglo-saxons globalisés y faisant plus ou moins exception. Aux cercles concentriques de proximités plus ou moins grandes avec l’ancienne capitale de l’Empire ottoman, depuis les Juifs originaires de Turquie (pas tous d’Istanbul), aux Juifs Kurdes, à ceux issus de pays turcophones (Azerbaïdjan et Asie centrale), ou des pays aux voisinages arabes, balkaniques, slaves ou caucasiens de la Turquie, s’ajoutent des facteurs générationnels ou d’autres encore qui relèvent du contexte israélien, tels les Juifs ultra-orthodoxes, ou encore de tropismes pour partie macro‑régionaux, comme pour les Palestiniens (de nationalité israélienne ou pas). Ces derniers semblent, en effet, s’aligner sur les comportements touristiques des autres ressortissants des pays arabes alentours.

Conclusion

25Istanbul est un puissant révélateur de la complexité et des pluralités de la société israélienne. L’attraction/répulsion que la métropole exerce chez les citoyens de l’État hébreu est un baromètre du rapport que les différents groupes la composant peu ou prou peuvent avoir avec son « centre ». Si l’Istanbul des Israéliens nous en dit beaucoup sur ces derniers, elle n’est réciproquement pas muette sur la mégapole elle-même. C’est alors une métropole éparpillée et multi-polarisée, un archipel, qui apparait parfois au gré de ce qui pourrait sembler incongru de prime abord, telle la venue à Beylikdüzü, à l’extrême ouest d’Istanbul, de Juifs ultra-orthodoxes pour y acheter du textile : la rencontre des marges aux marges d’une rencontre contrariée par trop de proximités.

Haut de page

Bibliographie

Auge Marc, 1992, Non lieux, Paris, Seuil.

Bengıo Ofra, 2010, The Turkish-Israeli Relationship. Changing Ties of Middle Eastern Outsiders, Palgrave Macmillan.

Brınk Danan Marcy, 2010, “Counting as European: Jews and the Politics of Presence in Istanbul”, in Deniz Göktürk, Levent Soysal and Ipek Türeli (Eds.), Orienting Istanbul: Cultural Capital of Europe? London: Routledge.

Egresı Istvan, Hoşgeçın Tugce, 2014, “Ethnic tourism: An example from Istanbul, Turkey”, Geographia Napocensis, Anul VIII, Nr. 1, 2014.

Gold Steven J., 2002, The Israeli Diaspora (Global Diaspora), London, Routledge. Mallet Laurent, 2007, « Le tourisme en Turquie : de la manne financière aux changements de mentalités », Hérodote 2007/4 (no 127), p. 89-102.

Nachmanı Amikam, 2003, Turkey: facing a new millennium: Coping with intertwined conflicts, Manchester University Press

Noy Chaim, Kohn Ayelet, 2010, “Mediating touristic dangerscapes: the semiotics of state travel warnings issued to Israeli tourists”, Journal of Tourism and Cultural Change, Volume 8, Issue 3.

Pérouse Jean-François, Aslan Mustafa, 2003. « Istanbul : le comptoir, le hub, le sas et l’impasse », Revue européenne des migrations internationales, vol. 19 – no 3.

Pıart Luisa, 2012. « Le lien entre le commerce à la valise et l’industrie de la confection à Istanbul », Revue Anatoli, no 3.

Tarrıus Alain, 2002. La mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades des économies souterraines. Paris, Balland.

Weıker, W.-F. 1988. The Unseen israelis: the Jews from Turkey in Israel. Lanham, University Press of America.

Haut de page

Notes

1 Le fait que l’attaque ait été dirigée contre ce groupe d’Israéliens n’était pas clair initialement. En raison notamment du contexte de nombreux attentats en Turquie à cette période, les autorités turques comme israéliennes ont d’abord déclaré qu’il s’agissait d’une attaque sans doute aveugle. Ce n’est qu’après une dizaine de jours que les conjectures ont permis aux autorités israéliennes d’affirmer qu’elle avait ciblé leurs ressortissants.

2 À la vieille des vacances de la Pâques juive, le nombre de voyageurs transitant par Istanbul était estimé à plus de 100 000.

3 La catégorisation est ici un sujet en soi, fort épineux. À titre d’exemple, les Palestiniens de Jérusalem ne sont pas véritablement des citoyens à part entière de l’État hébreu.

4 Il s’agit de la classification adoptée par l’État hébreu.

5 Ils ont atteint 4 milliards de dollars en 2011 (+ 40 % d’exportations israéliennes et + 20 % d’exportations turques par rapport à 2010), 5 milliards en 2013, 5,5 l’année suivante, etc., loin des 1,3 milliards en 2002.

6 Sur les deux millions annuels de touristes israéliens à l’époque (Nachmani 2003), ce qui représente une proportion considérable.

7 La communauté juive d’Istanbul et ses hauts lieux ont été touchés par deux importants attentats en 1986 puis 2003, ce qui n’est pas de nature à inciter à des retours.

8 Cela constitue une différence avec ceux originaires du Maroc et de Tunisie.

9 Ce qui tendrait à la rapprocher de la Turquie, au discours très pro-occidental pendant longtemps aussi…

10 Ce tourisme s’est dans un premier temps reporté en Bulgarie, notamment à Bourgas, mais à la suite d’un attentat, le 12 juillet 2012, cette destination s’est vue préférer la Grèce.

11 Très prisée par les Israéliens en général, cette destination l’est en particulier par le million de nouveaux immigrés israéliens originaire du monde post-soviétique installés en Israël au cours des années 1990. En effet, ces derniers imitent leurs homologues non juifs, tant Antalya est l’objet d’un tourisme « russe ».

12 La fin de ce tourisme en 2009 a plongé la localité dans la crise économique. Ces touristes se rendant désormais non loin de là, en Géorgie.

13 Transferts technologiques également, notamment dans les techniques d’irrigation, etc.

14 Il faut toutefois noter que les types et gammes de tourisme dans ces destinations diffèrent de ceux en Turquie.

15 Il s’agirait ici également d’appréhender ce motif de venue chez les citoyens de l’État hébreu de confession musulmane (principalement d’origine palestinienne), dont la part a beaucoup progressé ces dernières années au sein des touristes « israéliens » à Istanbul.

16 Concernant ce patrimoine, se reporter au dossier « Patrimoines culturels et fait minoritaire en Turquie et dans les Balkans » (sous la direction de M. Anastassiadou, Anatoli no 6, 2015).

17 Nous reviendrons sur le cas de ces biet transnationaux, voir infra.

18 Cependant, les cinq premiers mois de l’année 2016 ont été marqués par une reprise nette (+ 13 %) de la fréquentation israélienne par rapport aux cinq premiers mois de 2015.

19 À l’instar de la fin de l’accord militaire qui permettait à Tsahal dans s’entraîner dans l’espace aérien turc.

20 Au cours des cinq premiers mois de 2016 : 477 000 voyageurs vers New York (+5,5 %), Londres 378 000, Moscou 334 000 (+ 21 %) et Rome 263 000 (+ 16 %).

21 Nombreux sont ceux à m’avoir demandé si l’escale à Istanbul représente un danger réel.

22 Les plateaux repas cachers de Turkish Airlines, en moyenne 15 000 par mois, rencontrent ainsi un vif succès. Ils sont préparés sous la surveillance de l’émissaire rabbinique loubavitch à Istanbul, passeur incontournable.

23 Terme hébraïque quasi intraduisible, légèrement péjoratif, qui recouvre un mélange ambivalent de culot, de manque de savoir-vivre ; souvent utilisé pour qualifier les classes moyennes et inférieures juives israéliennes…

24 Ils regroupent différentes tendances des judaïsmes, parfois opposées en d’autres circonstances. Plus profondément, les regroupements d’Israéliens juifs s’effectuent sur ce mode solidaire alors qu’en Israël même ces types de dynamiques de solidarité s’expriment davantage en situation de crise.

25 L’escale est devenue un des paradigmes de la consommation.

26 L’importance des accords militaires et de ses conséquences dans ces échanges est bien connue.

27 Voir l’article d’A. Braux dans ce même dossier.

28 À Moscou, en revanche, le « Made in Turkey » a été très affiché et prisé.

29 Étonnamment, les Juifs israéliens originaires de Turquie, qui pourtant bénéficient d’attributs favorables, semblent en revanche peu mettre à profit leur proximité pour commercer à Istanbul.

30 La proximité existe mais est bien moindre chez ceux originaires du Caucase nord, russophones.

31 C’est alors le plus gros marché d’Europe, employant 100 000 personnes. Propriété de Telman Ismailov, il est fermé car celui-ci déclenche l’ire de Poutine en se bâtissant un palace à Antalya en pleine crise financière russe.

32 Dirigé par des Juifs des montagnes originaires de Quba en Azerbaidjan.

33 Tels les Juifs géorgiens et boukhariotes, les Juifs des montagnes sont à la fois post-soviétiques et orientaux.

34 Un certain nombre de ces clients israéliens sont arabophones car provenant de pays arabes.

35 Héritier du sionisme, l’État hébreu cherche à attirer la population juive mondiale, quitte à la « stocker », cela de manière à lutter démographiquement contre la croissance de la population palestinienne.

36 Il est à signaler la présence d’Israéliens dans le secteur immobilier à Istanbul. Leur participation ne s’effectue pas toujours via des sociétés « israéliennes ». Elles investissent parfois à travers des sociétés enregistrées au sein de l’Union Européenne grâce à leurs binationaux.

37 Istanbul est un point de pénétration vers les Balkans pour les investissements comportant ce type de montage.

38 Hormis ceux vivant partiellement en Israël, hors Jérusalem, et qui partent parfois sous de meilleurs cieux, ils n’ont pas la nationalité israélienne.

39 Les Juifs iraniens habitant en Amérique du Nord et qui représentent la part la plus importante de cette diaspora n’ont que très rarement la nationalité israélienne.

40 Ayant effectué de nombreux mois de terrain en Israël, j’ai moi-même pu constater cette confusion quasi-systématique, notamment en me présentant de façon assez récurrente comme « venant d’Istanbul ».

41 Ce phénomène n’est cependant pas propre aux Israéliens.

42 Il existe un autre Pasha à Jérusalem, mais dont la carte est moins fournie et de gamme inférieure ; à Tel Aviv, le Turk lahmacun propose du döner en plus de shawarmas, c’est le seul en Israël.

43 http://www.arkadas.org.il/99510/Learning-Turkish

44 http://www.haaretz.com/israel-news/business/1.716694

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yoann Morvan, « L’Istanbul des Israéliens : proximités et anathème », Anatoli, 7 | 2016, 231-247.

Référence électronique

Yoann Morvan, « L’Istanbul des Israéliens : proximités et anathème », Anatoli [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 27 mars 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://anatoli.revues.org/588 ; DOI : 10.4000/anatoli.588

Haut de page

Auteur

Yoann Morvan

Anthropologue, IDEMEC/CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Revues.org